mardi 15 décembre 2015

Quelques leçons chiffrées des régionales

Avec le fort rebond de la participation et des régions partagées entre le PS et LR, le FN ne remportant pas la moindre région, on peut tirer la conclusion qu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil. Mais un examen plus fin des résultats permet d’aller au-delà d’une interprétation un peu superficielle.



Profond désenchantement politique

Bien sûr, 3,85 millions de citoyens de plus se sont déplacés entre les deux tours, la participation passant de 49,9 à 58,4%. Néanmoins, un chiffre a été totalement oublié dimanche : celui du nombre de bulletins blancs ou nuls, qui a augmenté de 388 000 d’un scrutin à l’autre, passant de 3,99 à 4,87% des votants, plus d’un million ! Près d’un électeur sur vingt a choisi de ne pas choisir. En outre, il faut rappeler que l’abstention est à 41,6% et que si on ajoute les votes nuls et blancs (qui devraient être décomptés des résultats finaux), on atteint tout de même 44,4% des citoyens inscrits qui ne sont pas exprimés. Le premier parti de France, c’est d’abord celui des Français qui choisissent de ne pas s’exprimer. On peut incriminer un manque de civisme, mais on peut aussi y voir le fruit de décennies de mauvaises politiques.

On a vu au premier tour le résultat de la profonde insatisfaction des Français à l’égard de ceux qui nous gouvernent depuis des décennies avec le nouveau record du FN, qui a rassemblé 27,73% des suffrages exprimés (un peu plus de 26% des votants). D’ailleurs, on pouvait retrouver dans le discours des ténors des deux grands partis l’illustration du profond désenchantement des Français, qu’ils ont sans doute ressenti lors de la campagne. Nicolas Sarkozy a promis une réflexion sur la ligne politique, tout en excluant NKM pour ne pas avoir suivi une ligne qu’il a pourtant remise sur le chantier. Bonjour la cohérence  et voilà qui en dit long sur l’étendue possible du débat. Et la majorité a décidé d’accélérer sur l’emploi, comme si elle se rendait compte aujourd’hui seulement du fait que le chômage bat des records !

Que penser du score du Front National ?

Bien sûr, avec 27,73% des voix, le parti de la famille bat un nouveau record. Mieux, avec moins de 60% de participation, il rassemble plus de 6,8 millions de voix, battant le record du premier tour des présidentielles de 2012. Mais plusieurs faits contribuent à grandement relativiser le score du FN. D’abord, il faut rappeler que le contexte est extraordinairement favorable, l’échec du PS précédant de peu l’échec de Sarkozy, soit un formidable encouragement à voter pour autre chose. Ensuite, il faut bien constater que le FN n’a pas gagné la moindre région, terminant environ 10 points derrière le vainqueur dans les trois régions où il était donné potentiellement vainqueur. Le FN continue à susciter, pour de nombreuses raisons, bien légitimes à mes yeux, un profond rejet d’une majorité de la population.

D’ailleurs, le bilan du second tour est mauvais puisque le FN recule, passant de 27,7 à 27,1% des voix, en reculant dans la majorité des régions !  Certes, il a gagné 800 000 voix, mais cela représente à peine 20% des nouveaux votants. En outre, comme on peut quand même considérer que le FN a bénéficié de reports de voix, on peut estimer qu’environ 90% des nouveaux votants se sont déplacés pour faire barrage au FN. L’une des leçons de ce scrutin, c’est que le parti de la famille Le Pen continue à susciter un profond rejet, rejet tel qu’il parvient à mobiliser une partie des abstentionnistes. Cette résistance fait que l’on peut penser que le FN n’accèdera jamais au pouvoir, d’autant plus qu’il ne s’agissait que d’élections régionales, pour l’institution qui a le plus petit budget de notre République.

37 commentaires:

  1. Bonjour Laurent
    On a du mal à comprendre quel parti ou quelle politique tu soutiens aujourd'hui. Si c'est toujours DLF, pourquoi ne viens tu pas nous aider sur le programme ... tu avais fait un super boulot en 2011/12

    RépondreSupprimer
  2. Je ne vois pas comment vous pouvez prédire, à partir des résultats de dimanche, que le FN ne parviendra JAMAIS au pouvoir. Le FN, vous le reconnaissez, est dans une dynamique, alors que les autres partis sont en recul. Vous ne pouvez donc présagez à partir de la situation actuelle, de l’avenir électoral du FN, qui dépend de l’évolution de cette dynamique. Certes, il y a eu une mobilisation anti-FN, mais elle a été orchestrée par les médias, elle n’est pas venue spontanément. La meilleure preuve, c’est que le succès du FN était prévisible et annoncée par les sondages, or ces électeurs anti-FN ne se sont pas mobilisés au premier tour. Et, comme je vous l’ai déjà dit hier, ce rejet du FN s’est beaucoup affaibli par rapport à ce qu’il était en 2002. Il peut se réduire encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Moi,

      On peut s'étonner de ce que ce parti, eu égard aux scores qui sont les siens, et ce d'autant plus qu'il fait ces scores seul hors de toutes alliances et donc bien en tant que parti et non groupe de parti, est si peu représenté dans les assemblées et les exécutifs.

      Ne sommes nous pas face à une impasse démocratique indiquant que notre modèle est à bout de souffle et qu'un renouveau, que ce parti semble incarner eu égard à sa dynamique et à son importance parmi les jeunes, doit advenir et est en train d'advenir ?

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    3. @ Moi,
      Quand on vote pour le FN, c'est spontanément ^^'

      Quand on fait barrage au FN ! on suit les injonctions des médias. Logique.

      Bref, l'abstention est le premier parti de France.

      Supprimer
    4. @ Abd_Salam15 décembre 2015 à 12:50
      Je précise que je ne vote pas FN.
      Mais, oui, le vote FN est spontané, il est même en grande partie protestataire, ce qui veut dire qu’il existe malgré une tentative de culpabilisation des médias.
      Jacques Sapir sur son blog RusseEurope vient de publier un article intéressant : « résultats et conséquences » : http://russeurope.hypotheses.org/4568
      Il fait une analyse plus objective de la situation que celle de Laurent Herblay. Il y a un rejet du FN dans une partie de l’électorat, à cause de certaines positions extrêmes du FN, notamment sur l’immigration, sur le droit à l’avortement, etc. Si le FN parvient à évoluer sur ces sujets, il pourrait surmonter ce rejet et se rapprocher d’un parti comme DLF.

      Supprimer
  3. @LH,

    C'est à se demander si dans la sphère politique française de ces trois dernières années il y a eu d'autres sujets que le FN et MLP.

    RépondreSupprimer
  4. c'est posts sur le anti-FN sont un poil lassant mais bon

    Le FN va arreter de monter seulement si a la fois :

    - L'immigration est contenue ( la commission Europeenne annonce 3 milions de refugies pour 2016, au moins 1 million devra venir en France mechaniquement) et que les muzz arretent leur nouvelle bigoterie.
    LOL

    - Si le chomage baisse ( les politiques UMPS sont tous dans la continuite de cette politique anti-inflation/pro-vieux/pro-europe, donc ils ne changeront rien a la donne)

    - Si il n'y a plus d'attentats ( avec les guerres d'hollandouille cela risque de peter assez regulierement)

    - Si les vieux hommes politiques partent.

    Autant dire, le FN est un parti d'avenir (les non-votant ne sont pas un parti, deplus la participation a ete assez forte pour une regionale, ces 7millions d'electeurs sont une bonne base)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui est lassant, c'est le refus de la réalité.

      Le FN a perdu. Point. Quand il aura le pouvoir, on dira qu'il a gagné.
      (formulé ainsi, ça devrait faire moins de paramètres à triturer pour tenter de réinventer la réalité d'une manière flatteuse pour son parti préféré)

      Arrêtez avec la méthode Couet... Merci.

      Supprimer
    2. Comment est la position du FN en ce jour par rapport au mois dernier ? 358 elus de plus sans se salir les mains.

      C'est ce qui leur manque des cadres et du temps/competence pour paufiner leur programme.

      L'UMPS sont si nul qu'il ne peuvent que lui faciliter la tache c'est 18 prochain mois.

      Avec un peu de chance l'UE va se decomposer devant nos yeux.

      Supprimer
    3. @Lowcarber

      La décomposition de l'UE, dès à présent, voilà qui serait un superbe cadeau pour les fêtes. On ne peut qu'espérer la fin du "machin" dans les plus brefs délais, tout comme une sortie de l'Euro, de l'UE, de l'OTAN, du Conseil de l'Europe...

      Libre !

      Supprimer
    4. Ce qui est lassant, c'est le refus de la réalité.

      Le FN a gagné. Point . Le pouvoir c'est 2017 et le FN a viré en tête pour reprendre les termes imbéciles des journaleux iceux on a attendre que le fruit pourri de cette pseudo démocratie tombe dans leur escarcelle._

      Supprimer
  5. @ Laurent Herblay

    Vous ne maîtrisez même pas des notions mathématiques élémentaires, c’est affligeant.

    Si le FN est resté stable à 27% entre les deux tours, cela signifie que 27% des nouveaux votants ont voté pour le FN, et que 73% (et non « 90% ») des nouveaux votants ont voté pour un autre parti que le FN, sauf à supposer de manière héroïque que le FN a bénéficié au second tour de reports de voix de l’électorat des autres partis au premier tour, qui auraient compensé le survote « antifrontiste » des nouveaux votants par rapport aux votants du 1er tour, ou que les votants frontistes du 1er tour se sont moins abstenus au second tour que les votants non frontistes du 1er tour.

    Les nouveaux votants n’ont donc pas plus voté pour un autre parti que le FN que les votants du 1er tour, et la hausse de la participation n’a pas modifié l’équilibre des forces. DLF, le seul parti dont les électeurs étaient susceptibles de voter pour le FN au second tour, a fait un score trop faible pour que les reports de voix soient significatifs.

    C’est ce qu’essayait de vous expliquer Toutatis hier, et que vous n’avez pas compris.

    Les chiffres et pourcentages au doigt mouillé que vous sortez de votre chapeau sont donc complètement fantaisistes, et amènent à se poser de sérieuses questions sur vos compétences et sur la rigueur de vos analyses politiques, économiques, démographiques, etc.

    Charles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Laurent Herblay

      Il est faux de dire que 73%, ou 90%, des votants ont voté « contre » le FN, puisque dans 10 régions sur 12 on était en présence de triangulaires. Sinon on aurait tout aussi bien pu dire que 99,15% des votants de ta circonscription ont voté « contre » toi quand tu as réalisé le score peu glorieux de 0,85% des voix aux élections législatives de 2012. Dans les 2 seules régions où il y avait duel (NPDCP et PACA), c’est seulement 55% des votants qui n’ont pas voté pour le FN, les uns parce qu’ils adhéraient au projet de l’UMP les autres parce qu’ils rejetaient le FN.

      Charles

      Supprimer
    2. @ Laurent Herblay

      Le FN au « au moins autant de réserves » chez les abstentionnistes que les autres partis, selon le chercheur Jean-Yves Dormagen, spécialiste de l'abstention électorale :

      http://www.lcp.fr/actualites/politique/177981-le-fn-a-au-moins-autant-de-reserves-chez-les-abstentionnistes-que-les-autres-partis

      Charles

      Supprimer
    3. Mais justement, il a légèrement baissé. Avec 0 report, il n'a mathématiquement pas eu plus de 20% des voix... Et donc probablement bien moins avec quelques reports....

      Supprimer
  6. Entre européisme et FN le choix est très difficile, Il doit manquer un parti entre les deux!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, c'est la seule voie restante pour le LR, ils se font tenailler entre la gauche liberale et par le FN.Les regionales ont bien montrer qu'etre ferme remporte la mise ( Wauquiez ) ils ne leur reste qu'a se liberer de l'ideolatrie europeiste pour avoir les mains libre et changer la mise.Sarko le caniche de merkel n'est pas le candidat du changement,pro-vieux.

      Supprimer
    2. En contre point, Si le FN se met a clairement developper/faire connaitre un liberalisme economique fort mais patriotique( pas un etatisme coco) Il vont bouffer les LR tout cru (car la situation securitaire/immigration ne va faire qu'empirer a vitesse grand V).

      Supprimer
    3. Le libéralisme et le patriotisme ne sont pas compatibles.

      Le libéralisme, c'est placer l'Etat au service des intérêts privés des plus riches.

      Le patriotisme, c'est placer les forces vives de la nation au service de l'Etat, que l'on a pour patrie.

      Dans le cadre du libéralisme, la patrie des riches, c'est leur compte en banque.

      Supprimer
  7. "Cette résistance fait que l’on peut penser que le FN n’accèdera jamais au pouvoir, d’autant plus qu’il ne s’agissait que d’élections régionales, pour l’institution qui a le plus petit budget de notre République."

    Méfiez-vous de ce genre de prévisions qui pourraient bien être démenties dans un avenir pas si éloigné car il y a toujours le feu sous la cocotte-minute.

    Et puis il faudra compter avec Daech ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, OK, l'UMPS ( qui peut nier son existence, désormais, même si l'UMP s'est transformée en LR par un coup de baguette magique ? ) peut rester assise un peu plus longtemps sur le couvercle de la cocotte-minute en train de bouillir. Mais la cocotte-minute ne s'arrêtera pas de bouillir pour autant.

      Donc, pour moi et dans la perspective de 2017, trois certitudes :

      François Hollande ne sera même pas au deuxième tour des présidentielles. Il y aura Marine Le Pen et quelqu'un d'autre. Je ne peux pas imaginer que même des Français soient assez stupides pour oublier la glorieux bilan de François Hollande.

      Le "quelqu'un d'autre" gagnera très probablement la présidentielle, beaucoup de Français(e)s n'ayant pas encore compris ce que c'est que l'UMPS soutenue par la totalité des merdias tous aux ordres. Il faudra que les choses deviennent encore pires.

      Pauvre Premier Ministre du "quelqu'un d'autre" ! Le Parlement comprendra assez de députés FN pour rendre la France ingouvernable. Cela durera jusqu'à ce que certains montrent assez de bon sens pour faire alliance avec le FN ( l'assiette à soupe n'a pas de mauvaises odeurs ).

      Supprimer
    2. Bon allez, un peu d'échanges de pronostics politiques, ça détend.

      Si Hollande est au 1er tour, je pense au contraire qu'il a de fortes chances de passer au 2nd tour. Il aura tué dans l'œuf toute velléité du côté de EELV et du FG, ayant bien retenu la leçon Jospinesque de 2002.
      Perso, j'attends plutôt de voir comment il va s'y prendre pour justifier sa candidature malgré la courbe du chômage (sûrement avec l'état d'urgence, le chef de guerre et bla bla bla). On va rigoler.

      De l'autre côté, les primaires à droite vont certainement être terribles, avec un Sarko qui fera tout pour passer. Ce qui fera que Bayrou et/ou Juppé se présenteront de leur côté pour faire iech le nain.

      C'est sûr que pendant les législatives, si la droite n'est pas passée à la présidentielle, elle aura certainement éclaté et ça va être savoureux de voir comment certains vont réagir par rapport au FN.

      ***Jacko***

      Supprimer
  8. Le fameux plafond de verre du FN me paraît surtout son refus de la logique d'un scrutin majoritaire à deux tours. Cette logique impliquerait soit une alliance avec la Droite classique, soit d'avoir un discours de second tour s'adressant à un électorat plus large. Le premier cas risquerait de transformer le FN en simple rabatteur de voix pour la Droite classique. Voire pire: que les compromis inhérents à une coalition de gouvernement le discréditent auprès de sa base. Le second impliquerait de faire ce qu'ils reprochent aux partis institutionnels, ratisser large au risque de l'incohérence. On comprend donc que les cadres actuels ne tentent pas de trancher cette question. A court terme, le FN peut à mes yeux prétendre à un statut comparable à celui du PCF à son sommet: un parti ayant conquis les esprits, apposé sa marque de façon très forte sur le débat politique, avec un fort réseau d'élus locaux mais incapable d'accéder au pouvoir tout seul. S'agissant de l'implantation locale du FN, si elle est encore loin de celles des grandes années du PCF, elle est à mon avis appelée à croître.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le FN qui suit le peuple... d'une part.

      Et ce sont les grands médias qui assimilent toute opinion divergente au FN.

      Bref, ce n'est pa le FN qui influence les esprits... mais le FN qui suit le mouvement ! tant qu'à faire, il a raison. Les chefs du FN ont bien compris que si on n'existe pas médiatiquement, on est mort (comme DLF).

      Supprimer
  9. Et quelle solution miracle autre que le FN preconisez-vous?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le FN libéral, -ultra-libéral compatible-, ultra-réac et donc forcément xénophobe, serait une solution miracle ?

      Intéressant comme concept.

      Supprimer
    2. S'opposer à la colonisation de son pays n'est pas être xénophobe. C'est une réaction saine et normale.

      Supprimer
    3. @ Toutatis,
      Je vois que ça ne sert à rien de discuter avec les militants FN... toujours prompts à jouer sur les mots.

      Supprimer
    4. malheureusement ce n'est pas un jeu. Il faut appeler les choses par leur nom.

      Supprimer
    5. malheureusement ce n'est pas un jeu. Il faut appeler les choses par leur nom.

      Supprimer
  10. La principale leçon à tirer de ce scrutin, c'est qu'il n'y a pas d'offre politique qui rassemble les Français, encore moins sur un projet.
    Notre pays semble être comme un navire sans capitaine. Dans cette situation, on ne voit pas comment il pourrait rebondir.
    Et çà angoisse sincèrement notre peuple.
    Il manque une voie politique qui fasse la synthèse de la critique de la mondialisation libérale, du besoin de justice sociale pour restaurer le vivre-ensemble, du nécessaire cap écologique qui sera en plus l'opportunité de revitaliser notre industrie et nos territoires. Il faut que cette voie réponde aussi à cette aspiration des Français de réaffirmer notre modèle culturel, nos valeurs notamment de laïcité, d'égalité des chances et de démocratie réelle.

    D'ici 2017, il serait souhaitable de lui donner vie et pignon sur rue, afin de peser dans le débat présidentiel qui s'annonce peu ou prou être un redit désespérant d'immobilisme de 2012.

    Salutations républicaines

    RépondreSupprimer
  11. Décidément tu veux vraiment voir le verre à moitié vide du cotés du FN, avec un "soupçon" de mauvaise foi.
    Sur l'écart de plus de 10 points tout d'abord : c'est un second tour, donc un électeur qui ne vote pas pour un candidat, vote forcement pour l'autre.
    Ainsi dans un duel 55% contre 45%, ce n'est pas 10 points de retard qu'il faut combler, mais seulement 5 pour arriver à 50% contre 50%.
    Ainsi les LE PEN ne sont qu'à 8% et 5% du pouvoir.
    Le père en était à 33% ! La progression est gigantesque.
    Quand au report de voix, je vais prendre l'exemple de l'ile de France : le FN à perdu beaucoup de voix au 2nd tour, car avec seulement 18% au premier, ses chances de victoire finale étaient très faible, avec dans le même temps un duel LR PS serré, ainsi nombre d'électeurs FN du 1er tour ont préféré faire barrage à Bartolone au 2nd, quitte à perdre plusieurs conseillé régionaux.
    Les reports de voix sont différents d'une région à l'autre suivant la situation locale, généraliser le phénomène n'est pas très objectif.
    Quand aux abstentionnistes, ce sont des électeurs FN en puissance plutôt qu'une réserve pour UMPS, si ils ne basculent pas encore c'est à cause du nom, du logo...bref de la forme du parti aujourd'hui.
    Si le nom changeait, avec une alliance (ou pas) avec DLF, les 51% en 2017 serait très probable.
    Ne t'en déplaise.

    Laurent MICHEL

    RépondreSupprimer
  12. Herblay est un réac, un gugusse du passé qui se croit encore dans les années 60 avec ses recettes du passé.

    Il fait partie de ceux qui regardent dans le rétroviseur.

    Nous sommes dans une autre époque :

    http://www.bastamag.net/Ni-protectionnisme-ni-neoliberalisme-mais-une-relocalisation-ouverte-base-d-une

    RépondreSupprimer
  13. @ Laurent Herblay

    Après examen détaillé des chiffres je nuance un peu ce que je disais. J’avais sous-estimé le nombre de voix de DLF et l’impact que pouvait avoir un report de voix même limité de l’électorat de DLF sur la proportion de nouveaux votants qui n’ont pas voté pour le FN.

    Le FN a fait au second tour 801 759 voix de plus qu’au 1er tour. Il y a eu 3 459 242 nouveaux votants (en suffrages exprimés).

    Comme Wallerand de Saint Just (en Ile-de-France) et Christophe Canioni (en Corse) ont perdu 59 661 électeurs entre les deux tours, dans l’hypothèse où le FN n’aurait bénéficié que du report des 34 061 voix de l’extrême-droite (Bompard, Martinez), ce sont 827 359 nouveaux votants qui ont voté pour le FN, soit 23,92% du nombre total de nouveaux votants.

    Dans l’hypothèse (optimiste) où le FN aurait bénéficié du report des 34 061 voix de l’extrême-droite, d’un tiers des 827 262 voix de DLF et d’un tiers des 189 350 voix de l’UPR, ce sont 488 488 nouveaux votants qui ont voté pour le FN, soit 14,12% du nombre total de nouveaux votants.

    Dans l’hypothèse (héroïque) où le FN aurait bénéficié du report des 34 061 voix de l’extrême-droite, des 827 262 voix de DLF et des 189 350 voix de l’UPR, le FN aurait perdu 248 914 électeurs entre les deux tours (compensés par d’importants reports de voix de l’électorat de DLF et de l’UPR), et aucun nouveau votant n’aurait voté pour le FN.

    Comme on n’a aucune certitude et qu’on ignore totalement si les reports de voix en faveur du FN ont été bons ou mauvais, il est très hasardeux de s’avancer comme vous le faites sur la proportion des nouveaux votants qui ont voté pour le FN.

    Comme le FN a « au moins autant de réserves » chez les abstentionnistes que les autres partis selon le chercheur Jean-Yves Dormagen, spécialiste de l’abstention électorale, la proportion moindre de nouveaux votants qui ont voté pour le FN par rapport aux votants du 1er tour signifie que les abstentionnistes susceptibles de voter pour le FN (les ouvriers, les employés) se sont nettement moins mobilisés au second tour que les abstentionnistes susceptibles de voter pour l’UMPS (les bobos, les immigrés).

    Charles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé tous les chiffres des élections régionales de 2015 sur Wikipédia :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_r%C3%A9gionales_fran%C3%A7aises_de_2015

      Charles

      Supprimer
  14. @ A-J H

    Merci. Mais je préfère faire une pause dans l’engagement militant pour le moment

    @ Moi

    En même temps, cela fait plus de 30 ans que ce parti est fort, sans concrétisation au second tour… Et les médias ne font pas tout, comme on l’a vu en 2005. La dégradation de la situation a sans doute écorné son rejet (ou encore plus abîmé l’image des autres partis)

    @ Abd-Salam

    Merci

    @ Marc-Antoine

    C’est le sentiment que j’ai

    @ Thierry et Jacko

    Je pense que le cas le plus probable c’est Hollande contre Le Pen et Sarkozy éliminé

    @ Jauresist

    Bien d’accord

    @ Laurent

    Vous comparez une région en 2015 avec JMLP en 2002 aux présidentielles : pas totalement comparable

    @ Charles

    Là, c’est intéressant. La seconde hypothèse me semble sans doute la plus proche de la réalité, ce qui indique tout de même que plus de 85% des nouveaux votants n’ont pas voté FN, et ont sans doute en grande partie voté contre (d’autant plus que la mobilisation était particulièrement en hausse là où le FN était fort).

    RépondreSupprimer