jeudi 24 décembre 2015

Uber, c’est le retour au Moyen-Age social




Barbarie économique pseudo moderne


En réalité, le succès d’Uber tient au fait que les marchés acceptent de payer ses pertes abyssales (l’entreprise a perdu autant d’argent qu’elle a fait de chiffre d’affaires en 2014) en pariant sur le fait qu’une fois arrivé en position dominante, elle pourra alors dégager des profits colossaux, qui compenseront toutes les pertes passées. Pour y arriver, il faut attirer un maximum de clients, par des promotions, et faire le vide dans la concurrence. En baissant les prix de 20% (alors qu’il perd de l’argent – signe de la folie du modèle de cette entreprise), Uber vise les deux, tout en étant assuré d’une perte limitée de chauffeurs étant donnée sa forte position déjà acquise. Et une fois la concurrence liquidée, alors, Uber et ses actionnaires pourront alors augmenter les prix et pressurer davantage les chauffeurs.

La déconstruction de la civilisation ?

Et pour couronner le tout, comme le rapportait la Tribune, Uber a déjà mis en place tout le dispositif légal permettant de ne presque pas payer d’impôts. Ainsi, dans quelques années, quand l’entreprise réalisera des profits aussi colossaux qu’indécents, sa contribution à la collectivité sera minimale. En réalité, ces modèles d’affaires tristement célébrés dans notre époque à courte vue consistent en une alliance entre des marchés financiers à la recherche d’une nouvelle poule aux œufs d’or, et de dirigeants habiles. Mais cette façon de faire est profondément injuste pour de nombreuses raisons. D’abord elle permet de contourner toutes les contraintes légales, de protection des salariés ou fiscales, ce qui créé une concurrence totalement déloyale par rapport aux autre entreprises du secteur qu’elles détruisent.

Mais en plus, l’action combinée des marchés financiers et d’Uber a un caractère auto-réalisateur, à savoir que l’argent que verse les investisseurs finance la croissance d’Uber, sa conquête de clients et chauffeurs à des prix agressifs pour éliminer la concurrence. Cette élimination permettra l’institution d’un monopole, ou, au pire, d’un oligopole, qui pourra alors monter les prix une fois devenu indélogable. Il ne faut pas attendre le moindre sentimentalisme, pour payer les impôts, rémunérer justement les chauffeurs, ou ne pas monter les prix pour des clients qui seront alors devenus captifs. Voilà la réalité du modèle économique d’Uber, qui a plus à voir avec celui de gangster instituant l’air de rien, un péage médiéval moderne en commençant par offir un service payé par d’autres au début, avant de se transformer en monstre une fois indéboulonnable, comme on le voit avec la baisse de 20% du prix des courses.


Malheureusement, dans notre époque bien myope, l’Etat ne semble pas comprendre les ressorts d’Uber et laisse faire cette barbarie. Mais nous pouvons agir en refusant d’utiliser les services de ces barbares. Nous pouvons protéger notre civilisation en les boycottant.

13 commentaires:

  1. @LH,

    Uber n'est rien d'autre que le libéralisme ramené à lui-même après que le substrat de la société ancienne, traditionnelle, a été mis hors jeu et définitivement abandonné.

    Tant que le libéralisme a été enté sur un système de valeurs et de solidarité traditionnel, façonné par les siècles, dès lors stable et institué, il a pu apparaître comme un moyen de décorseter une société dont le revers était un certain caractère figé.

    Mais, une fois que cette société traditionnelle a été dissoute par les principes de "fluidité" du libéralisme, et dont l'image la plus parfaite est l'argent, agent parfaitement fluide de l'échange, l'unique valeur de la société est progressivement devenu cette argent même, cette "fluidité par et pour elle-même".

    Il s'en suit, bien logiquement, l'émergence, à titre d'exemple, de la notion de flexibilité du travail -entre temps devenu un marché - qui n'est qu'un habile habillage de la notion de précarisation de l'emploi.

    Cette force de dissolution du marché, son efficacité tant idéologique que pratique, tient au fait qu'elle se base sur des principes simples, que l'on a habillé de vertus. On retrouve-là la fameuse idée selon laquelle les vices privés font la vertu publique... etc...

    Le principe est donc fort simple, et les modèles ont été choisis depuis longtemps : il sont ceux du règne animal, matérialiste par essence. C'est ainsi qu'on retrouve la fable des abeilles et autres sociétés de fourmis et fariboles libérales habituelles afin de proposer un modèle d'explication de la structuration des sociétés humaines.

    Afin de donner du crédit à ce système la langue économique viendra se parer de formules mathématiques dont le but est de tenter de conférer à toutes ces théories libérales, au final pas si drôle que cela - suffit de voir le résultat -,l'autorité symboliques des sciences dures. Il n'y a là pourtant que de l'idéologie.

    Le libéralisme est un système tirant sa force de ce qu'il appelle liberté la destruction de tout ce qui entrave l'accumulation du capital au profit de ceux qui en détiennent déjà la plus forte part. L'appauvrissement des plus pauvres et l'enrichissement des plus riches est un des effets majeurs du libéralisme.

    Cette destruction est un principe général emportant destruction des entraves existant sur le plan sociétal. Le libéralisme est un système global (politique, économique, culturel) - d'où la globalisation et le marché partout. C'est en cela que l'on peut dire qu'il y a une anthropologie libérale, dont l'effet est de nous ramener de manière stricte à la société animale, matérialiste, utilitariste, ce retour à l'instinct vu comme principe de toute régulation.

    Elle est peut-être là la main invisible, c'est la main de l'instinct primaire.

    A hauteur de la société libérale, les hommes n'ont aucun intérêt, au titre du calcul rationnel, à peindre les murs de Lascaux. Mais voilà, il l'ont fait. Nous savons donc depuis le début de la civilisation, depuis ces peintures cherchant un sens à la vie, à ce qu'est l'Homme, que le libéralisme ne peut-être le projet humain. Il semblerait en revanche que nos responsables politiques ne soient pas au courant de la chose. Une visite de Lascaux s'impose !

    De fait, le christianisme est pour moi l'opposant le plus farouche et le plus solide à la dissolution libérale des valeurs de notre civilisation. En ce 24 décembre, cela pouvait être rappelé, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A la différence des autres animaux, l'homme est capable de tout accaparer ou de tout détruire, l'essentiel comme le superflu, le beau comme le laid, ce qu'il s'attribue comme sien comme ce qui est à son voisin. Sur cette planète, lui seul est en mesure de la dominer, quitte à la faire disparaître dans sa folie compulsive.

      DemOs

      Supprimer
  2. Un des autres tournants qui a été manqué dans les années 1990, c'est la gestion d'internet. Ou plutôt la gestion des réseaux de données.

    La Chine et en partie la Russie font bien attention à garder la main sur ce réseau, car elles ont compris, elles, que c'est un enjeu de souveraineté.

    Internet c'est typiquement un truc américain, un réseau mal conçu, qui est faible sur les services de base (qualité de service et sécurité) et qui a été déployé à la va-vite. Puis, par-dessus, on fonctionne en mode far-west...

    Et les menaces ne se réduisent pas à Uber. De nombreux secteurs peuvent être menacés par cette cochonnerie, dont on a laissé le pilotage aux Américains.

    Entre ça et l'automatisation, ça pourrait tourner au cauchemar.

    RépondreSupprimer
  3. Pour décrypter la réalité politique contemporaine, lisez l'article de ce jour signé Arundhati Roy intitulé "la solitude de Noam Chomsky" sur le site les crises.fr.

    Joyeux Noël à tous, en ce jour où certains d'entre nous, qu'ils soient croyants, athées ou agnostiques, se rappellent que le monde pourrait être moins brutal, moins sauvage et continuent à croire et à agir pour plus de respect de la vie, de bienveillance et d'amour.

    DemOs

    RépondreSupprimer
  4. 2015 : chiffres mis à jour.

    - Union Européenne :

    1 005 504 migrants sont entrés dans l'Union Européenne. Record battu.

    - Djihad :

    L'année 2015 aura vu les djihadistes faire 147 morts en France. Record battu.

    - Indice de Développement Humain :

    D'après cet indice créé par l'ONU, la France descend à la 22ème place. Je dis bien : 22ème place. Record battu.

    La France ne fait plus partie des 20 pays où l'on vit le mieux.

    http://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/la-france-ne-fait-plus-partie-des-20-pays-ou-l-on-vit-le-mieux-938897.html

    - Découverts bancaires :

    Les Français sont de plus en plus souvent dans le rouge. Selon la banque de France, le découvert global des particuliers est passé d'un peu plus de 6 milliards d'euros en 2006 à 7,6 milliards d'euros en 2015. Record battu.

    - Chômage :

    Chômage, catégories A, B, C, D, E :

    6 475 100 inscrits à Pôle Emploi. Record battu. Variation sur un mois : + 0,2 %. Variation sur un an : + 4,9 %.

    http://dares.travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/pi-mensuelle-ctpale3.pdf

    - Mal-logement :

    La Fondation Abbé Pierre dénombre 3,8 millions de personnes souffrant de mal-logement ou d’absence de logement personnel. Record battu. Se référant aux résultats des enquêtes « sans-domicile » de l’Insee, la Fondation Abbé Pierre souligne que la proportion de personnes sans-abri a augmenté de 50 % de 2001 à 2012. Record battu.

    - Restos du Coeur :

    50 000 bénéficiaires de plus en un an. C'est plus d'un million de bénéficiaires par an. Record battu.

    - Front National :

    Second tour des élections régionales : 6 820 477 voix. Record battu.

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Un gros point de désaccord... dans le titre.

    Les "Moyen Âge"s, qui recouvrent en fait 1000 ans, ont le plus souvent été des périodes où régnaient une vraie équité sociale. Sait-on que dans les corporations du XIIIe siècle, le travail était limité à 8h00 et que la stabilité sociale était assurée ?

    Il faut sortir de la légende noire du "Moyen Âge".

    Ce sont les physiocrates puis les lois type Le Chapelier qui ont été une régression. La gauche, libérale pendant 3 siècles si on exclut la parenthèse ouverte par 1917, a toujours été libérale. Elle retourne à son vomi depuis 1992.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bin ça dépend où et quand.

      Quand ? Le servage a été supprimé après la peste noire.

      Cela revient à dire qu'il faut se préoccuper de la croissance de la population.

      Supprimer
  7. Heureusement que le modèle Uber est condamné par l'arrivée prochaine des voitures autonomes, qui suscite déjà quelques résistances, parfois d'où on ne s'y attendrait pas.

    http://www.wired.com/2015/12/californias-new-self-driving-car-rules-are-great-for-texas/

    Cette bataille ne sera pas moins féroce, et les risques d'abus et de manipulation seront tout aussi grands. On a réussi à nous faire croire que pour communiquer avec leurs clients par smartphone les chauffeurs de taxi avaient besoin de verser un tribut à une compagnie qui n'a inventé ni le taxi ni le smartphone ?

    Le pire est à craindre pour l'avenir. Ne va-t-on pas essayer de nous bluffer sur les brevets (et l'investissement) nécessaire pour passer à la voiture autonome ?

    http://www.frandroid.com/produits-android/automobile/330283_geohot-le-hacker-bien-connu-compte-a-concu-une-voiture-autonome-abordable

    Et je ne parle pas de nos pires ennemis, ceux qui, dans l'ombre, préparent les décrets interdisant d'acheter anonymement des cartes prépayées de kilomètres de voiture autonome, comme ils l'ont déjà fait pour les minutes de téléphone et récemment pour les cartes bancaires prépayées.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  8. @ Anonyme 10h39

    Très belle analyse. Pour moi, le premier opposant est le gaullisme.

    @ Anonyme 11h28

    Bien vu sur Internet

    @ Démos

    Merci

    @ BA

    Merci pour ce rappelle

    @ Rodolphe

    Merci pour la précision. Tout n’était pas parfait non plus.

    @ Ivan

    Tristement juste

    RépondreSupprimer
  9. @LH,

    http://www.charles-de-gaulle.org/pages/l-homme/dossiers-thematiques/1890-1940-la-genese/jeunesse-et-formation/analyses/l-education-religieuse-de-charles-de-gaulle.php

    Et pour De Gaulle ?

    RépondreSupprimer
  10. Maintenant il y a beaucoup d'applications pour tous les besoins. J'ai trouvé un site http://casinoenlignecanadians.com/ avec quoi on peut gagner de l'argent simplement en jouant! :) A mon avis c'est très utile aujourd'hui! :)

    RépondreSupprimer