lundi 11 avril 2016

Macron sur France 2 : l’attaque du vide

Hier soir, le ministre de l’économie, qui vient de lancer son mouvement politique, était l’invité du journal de France 2. Une interview à voir tellement elle symbolise les travers de notre vie politique, tant d’un point de vue du fond que de la forme, de l’invité que du journaliste…



Trop plein communiquant, trop vide idéologique

Ce n’est pas le moindre des paradoxes de cette interview que d’avoir réussi l’exploit de ne pas aborder le fond des choses ne serait-ce qu’une seconde, alors que ses positions très libérales font justement toute sa célébrité. Il faut dire que Laurent Delahousse ne l’a pas interrogé une seule fois sur ses idées, préférant se concentrer sur des questions politiciennes dérisoires, comme les réactions de François Hollande ou Manuel Valls à son initiative, ou ses ambitions présidentielles. Une prestation absolument navrante du présentateur du journal de France 2 qui montre qu’il a la même consistance que ses coiffures, de la pure cosmétique. Il n’est qu’apparence, sans la moindre substance journalistique. Mais il est également très significative que le ministre n’ait pas cru bon instant d’aborder les sujets de fond.

Il s’est contenté des platitudes habituelles sur le dépassement du clivage gauche-droite, égratigant à peine ceux, à gauche, qui seraient trop conservateurs et ceux, à droite, qui s’opposeraient à ses projets parce qu’il ne serait pas de droite… Sans rire, il a osé défendre le fait que son mouvement, En Marche, n’était pas une aventure personnelle, sans que Laurent Delahousse ne trouve le moyen de lui dire qu’il était alors étrange de lui avoir donné les mêmes initiales que les siennes… Nous avons donc eu droit à de longues minutes de langue de bois consensuelle sur le dialogue, la volonté de réformer le pays d’une manière radicale, mais de façon concertée. Une interview absolument vide de fond et de réflexion, un effarant concentré de postures communicantes assorties au vide absolu des questions.


Quoi de surprenant dès lors, devant le vide de l’intervention ministérielle, que le Petit Journal ait éplinglé le film de promotion publicitaire d’Emmanuel Macron, qui fait mine de montrer des Français, qui n’en sont pas. Espérons que cette étoile filante superficielle appréciée des médias ait le même destin que bien d’autres de ces étoiles filantes du passé, comme Edouard Balladur. 

17 commentaires:

  1. Pour que Macron prenne des voix à Juppé et fasse le jeu de Sarkozy, il faudrait qu'il participe à la primaire LR !!

    Soyons sérieux : Macron ne sera pas candidat en 2017, il l'a dit. Il est jeune et il vaut mieux pour lui attendre 2022. Les sondages montrent d'ailleurs que, s'il était candidat, il ferait moins bien que F. Hollande !

    RépondreSupprimer
  2. C'est hors sujet, mais je suis surpris, M. Herblay, que vous ne vous soyez pas encore exprimé sur Nuit Debout, alors que la place de la République vient d'être évacuée par la police.

    RépondreSupprimer
  3. Ca commence à se voir maintenant, fini les réformes discrètes :
    http://www.liberation.fr/chroniques/2016/04/10/fin-de-partie-pour-la-gauche-de-gouvernement_1445231

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  5. Vous avez mille fois raison. J'ai regardé hier soir, sidéré, cette séquence stupéfiante !Un concours de vide et de futilité entre deux protagonistes qui auront bien contribué au dégoût des français et à la montée de l'abstention.

    RépondreSupprimer
  6. Hollande n'est ni Machiavel ni Clausewitz et c'est lui faire trop d'honneur que d'avoir de telles supputations. Il savent qu'ils ont perdu 2017 et EM marche pour lui avec présomption, pour moi un coup d'épée dans l'eau, une écume d'un jour.

    RépondreSupprimer
  7. Macron, pur produit Terra Nova.

    YPB

    RépondreSupprimer
  8. Ne pouvant avoir le moindre "programme" sans enfreindre une directive de Bruxelles, ils sont conscient que se taire est la meilleure des politiques!

    RépondreSupprimer
  9. Du cirque et du grand pipeau (de plus en plus grand quand même), comme toujours, pourquoi s'en étonner ?
    Si Macron est porté là où il est et si Delahousse l'est aussi (tous deux propres sur eux, gendres idéaux et grands habitués du Touquet d'ailleurs), c'est qu'ils ont fait allégeance, c'est pas compliqué. Dans toutes les grosses boites, à tous les niveaux, c'est comme ça. Rien de nouveau sous le soleil.
    Ils préparent les esprits aux prochaines réformes, plus de libéralisme (liberté comme ils disent :), plus d'auto-entreprenariat (précarité), moins de protection des travailleurs, mondialisation et tout le toutim.
    Croire que qqchose pourra sortir de bond de ce genre de personnes, c'est vraiment se mettre le doigt dans l'oeil jusqu'à l'omoplate.

    ***Jacko***

    RépondreSupprimer
  10. Pour avoir un début d’espoir de changement , il faut avant tout récupérer Radio France et France télévision , le mouvement "Nuit debout" devrait y penser . Le libéralisme ne doit pas être une doctrine économique totalitaire , il faut un débat juste !!!

    RépondreSupprimer
  11. Il y a une radio debout :
    http://mixlr.com/radiodebout/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Radio debout ne changeras rien a la donne . tout les citoyens Français paye des impôts , et beaucoup paye une redevance , il est inadmissible que le service public ne relate qu'une seul façon penser !
      Au dernière élections Européenne , combien de Français ont votés pour des partis anti commission européenne !? Est ce qu'il y a des bon citoyens et d'autres qui ne comprennent rien ?
      Une action à Radio France serait très populaire et surement très suivie ! Les Legrand Seux Cohen Salamé Guetta et compagnie ont le droit à la parole bien sur , mais a condition qu'il accepte le débat et qu'ils laissent la parole a leurs opposants . Comme dans une Démocratie ...

      Supprimer
  12. Faire du -gendre idéal- en apparence le promoteur de la baisse du coût du travail afin de faire de la France le nouvel endroit phare (même plus pays avec Bruxelles) de la main d'oeuvre docile et à bon marché au profit des transnationales qui attendent le libre échange intégral totalitaire en vue de la fin de la politique et de la démocratie. Voici ce que le réseau de l'UMPS propose en vue des prochaines générations de ce pays.

    Quant au présentateur, il n'est jamais que le clone du politicien banquier.

    La France connaît son information-formation des esprits en boîte.

    Les peuples doivent trouver le moyen de nouveaux rassemblements autant par la désobéissance civile que par le suffrage électoral. Considérant que le système fait tout pour faire élire des Juppé, Macron, Hollande, aux É.U, il en est de même pour la dite Hillary Clinton à prétention dynastique.

    La désobéissance civile devra pallier la manip des médias par les dites élites. Sinon bientôt, seules les assurances privées pour les riches offriront les moyens de la santé et de l'éducation partout en Occident compris!

    Un oxymore, une contradiction totale contre la démocratie qui sans biens sociaux est une imposture.

    RépondreSupprimer
  13. La retraite pour tous !

    En politique, le défaut d'incarnation conduit à la défaite électorale. Cette défaite est d'autant plus cinglante quand incarnation il y a, mais qu'elle concerne la superclasse mondialisée (uberisons, uberisons...ce qui est nouveau est juste et vrai par nature, le libéralisme c'est la vraie liberté, celle du désir non-entravé...)

    Il n'y aura pas de rénovation de la gauche sans remerciement intégral, irrévocable et définitif, du parti socialiste. J'ajoute que la rénovation prendra 20 ans, ce pour un alignement au final sur le seul courant qui aurait permis au PS de continuer, le chevènementisme.

    Le PS c'est depuis 20 ans l'idéologie du marché ainsi que des cadres dont le logiciel de réflexion est bloqué aux années 70-80 - même chez les plus jeunes d'entre eux, ce qui est tout de même inquiétant. Tout le monde sait que le problème de la gauche c'est le PS et l'ensemble des organes adjacents qui le prolonge.

    Il faut lancer l'idée de la retraite pour tous, soit tous ceux qui ont été aux responsabilités, leurs organes politiques compris. Si certains ont des doutes, qu'ils fassent un bilan de l'action de ces Super-Techno-Managers et de leurs camarades médiatiques à l'objectivité d'acier ce des plateaux télés aux salles de rédactions.

    La retraite, pour tous, jusqu'à l'UE et l'UE avec. On ferme !

    ps : magie d'internet, avant de poster on me demande de prouver que je ne suis pas un robot... on vit une époque formidable. A propos des Robots, Bernanos a écrit un livre génial et prémonitoire : "La France contre les robots". A lire, notamment pour conjurer l'époque.

    pps : N°6, ni robot ni numéro !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sortons les sortants, le problème, c'est qu'on laisse la fenêtre ouverte!

      Supprimer
  14. @ Moi

    Papier prévu cette semaine

    @ Paul

    Merci

    @ Atao

    Il ne faut pas le sous-estimer non plus

    @ Jacko

    Il est clair que rien ne pourra en sortir

    @ Cgrotex

    Espérons que Michel Field pousse dans le bon sens

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Laurent,

      C'est pareil pour Field, en espérer quoi que ce soit de nouveau et de bon, c'est se mettre un autre doigt dans l'oeil jusqu'à l'homoplate...
      Habitué du Siècle, faux jeune révolutionnaire un jour, faux révolutionnaire toujours. C'est surtout un grand arriviste.
      Field qui justifie son choix de pousser la Salamé en avant par le fait qu'elle est "virevoltante et sexy"... Tout un programme...
      Du cirque, rien que du cirque, plus ou moins sexy, c'est selon les goûts :)

      ***Jacko***

      Supprimer