mercredi 19 avril 2017

Et si la campagne accouchait d’une souris Macron-Fillon ?




Des alternatives qui ne se sont pas imposées

Certes, ce n’est qu’un sondage et on sait qu’ils ne sont pas sans limite. Mais avec 22% pour Macron et Le Pen, 21% pour Fillon et 18% pour Mélenchon, et si on prend en compte la dynamique de fin de campagne, avec la tendance à la baisse de Marine Le Pen et le léger rebond de François Fillon, dans les hypothèses de second tour, l’option d’un second tour Macron-Fillon devient plausible. Après les éliminations de Sarkozy et Juppé aux primaires des Républicains, le renoncement de Hollande et l’élimination de Valls, et alors qu’il semblait possible que les candidats du PS et de LR soient éliminés dès le premier tour, le renouvellement de notre vie politique pourrait finir dans une impasse complète !

Et si une telle issue en disait plus sur les alternatives présentes que sur les candidats de la continuité ? Car après dix années désastreuses, où le nombre de chômeurs a augmenté de deux millions, où tant de promesses ont été déçues ou trahies, où les comportements individuels n’ont pas été à la hauteur de la fonction, il serait tout de même effarant que les Français préfèrent la continuité au changement. A moins que l’incarnation de ce changement ne pose de sérieux problèmes… Car si nous arrivions à une telle conclusion dimanche soir, et parce que nous pouvons y arriver, il faut se poser des questions sur les incarnations de l’alternative aujourd’hui en France, soit Mélenchon et Le Pen.

Après les élections de 2012, j’avais écrit que « pour gagner, l’alternative doit être centrale », sans la moindre concession sur le fond (souveraineté, sortie de l’euro, protectionnisme, reprise de contrôle de la finance, lutte contre les inégalités). Aujourd’hui, nous avons l’inverse, à savoir des radicaux dans les marges de notre système politique, trop prudents et ambigus sur le sujet clé de l’Europe. Mélenchon nous ressort les vieilles lunes de la gauche, sur les institutions, l’Europe, le cannabis ou l’insécurité. Marine Le Pen n’est toujours pas à la hauteur de certaines de ses propositions, au point de ne même pas convaincre une partie de son électorat, pour qui elle n’est qu’une protestation démocratique.

Et si le fait que nous en soyons là à la veille du premier tour, malgré le discrédit des partis dits de gouvernement, et des incarnations de la continuité aussi mauvaises en disait plus long sur les alternatives qui se présentent à nous, et notamment les deux principales, Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen. Ils parviennent à rendre possible un second tour entre les héritiers de Sarkozy et Hollande

17 commentaires:

  1. C'est tellement serré que toutes les hypothèses sont envisageables. Personnellement, je pense que Marine Le Pen est sous-évaluée et je serais étonné qu'elle ne soit pas au second tour. Ce serait un revers important pour elle et pour le FN.
    Je ne suis pas d'accord sur le manque d'alternatives. Il y a 11 candidats et toutes les opinions sont représentées. Si les Français choisissent Macron et Fillon, ce ne sera pas faute de choix.

    RépondreSupprimer
  2. Fillon Macron, ce sera pour moi l'occasion de ressortir mes cannes a pêche

    RépondreSupprimer
  3. @LH,
    je suis persuadé de deux choses, si la participation est élevée:
    - Le Pen fera au moins 30%
    - Macron sera éliminé dès le premier tour.
    - Fillon sera deuxième, et donc élu dans la foulée.

    Par contre, en cas d'abstention, Macron aura alors toutes ses chances pour se présenter le 7 mai prochain, vu que son électorat, qui est âgé (+60 ans), est également le plus civique. Mais dans ce cas, il devra le disputer avec...Fillon :-), qui aura pour lui le désir d'alternance.

    Mais honnêtement, je mise sur une forte participation en signe de sanction, étant donné le quinquennat calamiteux que nous venons de subir, et auquel E.Macron a pris une part non négligeable...

    CVT

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'avais plutot lu que l'abstention favoriserai MLP au contraire (car son socle est solide)

      Supprimer
  4. Quel que soit l'élu, il aura pour décor cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles et ne pourra qu'appliquer le programme de la commission!
    Nous aurons droit au même "marchandage" qu'en Grèce!

    RépondreSupprimer
  5. Pour moi cela sera tout sauf ces gens-là ! Je préfère même MLP et/ou Mélenchon. Un vrai vote anti-système.

    RépondreSupprimer
  6. que ce soit l'un ou l'autre , il n'y aura aucun changement dans la continuité , tout ceux cités sont là uniquement pour la prolongation avec l'UE ( et non avec l'europe comme certains aiment raconter pour perdre le mouton qui confond UE et EUROPE ), bref ! je suis certain que la plpuart des français voterons comme d'habitude à côté de leurs godasses , et qu'il en sera définitivement perdu le rêve de quitter l'UE car entre temps , bruxelles et ses valets , auront signer un coup fourrer afin que la france reste à jamais dans l'UE !

    RépondreSupprimer
  7. Vous voulez dire que l'alternative DLF n'est pas crédible ? C'est quand même un peu sévère.

    Mais enfin, Herblay, sautez enfin le pas : présentez-vous, et montrez à tout le monde comment il faut faire.

    Ou, à défaut, inscrivez-vous au FN, comme le trotskiste Jospin au PS en son temps.

    RépondreSupprimer
  8. "il serait tout de même effarant que les Français préfèrent la continuité au changement"

    Ce qui est effarant, c'est que vous puissiez écrire une phrase aussi aberrante alors qu'il y a 4 candidats en tête et jamais un élu ne représente le choix de l'ensemble des francais qui sont loin d'être d'accord sur tout.

    "« pour gagner, l’alternative doit être centrale », sans la moindre concession sur le fond (souveraineté, sortie de l’euro, protectionnisme, reprise de contrôle de la finance, lutte contre les inégalités)."

    C'est tout ce qu'on veut, sauf central, décidément vous êtes à l'ouest complet.

    RépondreSupprimer
  9. Jean-Luc Mélenchon assure qu'il ne veut sortir ni de l'Europe ni de l'euro.

    Mardi 18 avril 2017 :

    Jean-Luc Mélenchon assure qu'il ne veut sortir ni de l'Europe ni de l'euro.

    En meeting ce mardi à Dijon, Jean-Luc Mélenchon était également présent dans six autres villes grâce à des hologrammes. Et a assuré qu'il ne souhaitait pas sortir de l'Union européenne.

    Même si sa spectaculaire dynamique semble avoir atteint un palier ces derniers jours, le candidat de La France insoumise est de nouveau devancé par François Fillon selon notre sondage, l'ancien leader du Front de gauche a refusé de renoncer à cinq jours du premier tour de la présidentielle. Et a tenté de se montrer rassurant, notamment sur la question européenne. "Ne croyez pas ce qu'ils vous disent : « il veut sortir de l'Europe, de l'euro », allons, un peu de sérieux", a ainsi déclaré Jean-Luc Mélenchon.

    http://www.rtl.fr/actu/politique/direct-video-meeting-melenchon-ses-6-hologrammes-7788190620

    RépondreSupprimer
  10. Je doute d'une hypothèse Macron/Fillon car le socle électoral de la candidate FN est quand même moins fragile que celui de Macron. MLP s'appuie sur quelques tendances lourdes de l'époque quand Macron s'appuie sur un blairisme bien ringard. Son autre talon d'Achille est d'être la parfaite émanation de la théorie de l'électeur stratège: on vote Macron parce que les sondages disent que c'est le vote utile contre les épouvantails Fillon et MLP. Sans même parler d'une campagne aussi inexistante que celle d'Hillary. Macron a encore ses chances, mais c'est lui qui se trouve dans la position la plus risquée. D'autant que j'ai tendance à le penser légèrement surestimé par les sondeurs tandis qu'MLP serait légèrement sous-estimée.

    JZ

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. les sondeurs pondèrent les évaluations selon les résultats des candidats aux dernières élections...ils font comment avec Macron??...celui-ci est donc largement surévalué...

      Supprimer
    2. Sauf qu'avec toutes les pondérations du monde ils n'ont jamais su prédire le score de MLP. En 2012, elle a fait un peu plus que ce que disaient les sondages alors même que sa campagne n'était pas forcément géniale. Pour la relative surestimation de Macron, je la mets plutôt sur le manque de "solidité" des intentions de vote alors qu'à pareille époque celles pour NS et FH étaient déjà "solides". Manque de solidité lié à une non-campagne: aucune proposition de Macron n'a imprimé dans l'opinion comme les heures sup détaxées ou la taxe à 75%. Je pense même que, si Mélenchon était un poil plus haut dans les sondages, le vote Macron s'effondrerait (puisqu'il perdrait sa valeur de "vote utile"). C'est dire à quel point le choix de Macron de faire campagne d'abord "pour ne pas encaisser de but" est risqué. On verra dimanche si le "jeu défensif" suffit pour être au second tour.

      JZ

      Supprimer
  11. @ CVT

    Du coup, avec une participation médiocre, cela donnerait bien Macron-Fillon ?

    @ Ummite

    Il n’y a qu’un plan véritablement alternatif : la sortie de l’UE et de l’euro

    @ Anonyme 11h41

    Ce n’est pas ce que je dis. Je voterai NDA, mais l’accession au second tour semble encore un peu loin.

    @ Anonyme 12h36

    Si nous avons une finale Fillon / Macron, ce serait tout de même surprenant d’avoir les héritiers directs de deux présidents ultra-impopulaires.

    @ BA

    Vu et partager. #Tsiprasstyle

    @ JZ

    A priori, c’est juste, mais si Macron résiste (en aspirant l’électorat socialiste) et que Fillon remonte, alors, c’est une possibilité.

    Une chose est sûre néanmoins, c'est que tout est encore ouvert.

    RépondreSupprimer
  12. @ Moi

    En effet, il y a beaucoup d’alternatives. On peut reconnaître que les quatre premiers ont des propositions très différentes. Si MLP était éliminée, ce serait une sacrée surprise, mais je crois que ce n’est pas impossible. Toutes les configurations me semblent possibles entre les 3 premiers.

    RépondreSupprimer
  13. Je te rejoins Laurent, je crois que la leçon de ce scrutin, qui va finir vraisemblablement dans la continuité de ce que le peuple exècre pourtant (la technocratie politicienne et néolibérale), sera un échec cuisant pour les 2 principaux porteurs d'alternatives.
    Malgré le contexte très favorable pour une rupture franche, ils n'auront pas proposer une ligne convaincante.
    Comme tu le dis, s'il faut une ligne de rupture, il faut qu'elle soit centrale.

    Ce sera alors à ce qui ont compris cela de se mettre en mouvement, n'est-ce-pas?

    Salutations républicaines

    RépondreSupprimer
  14. @ Jauresist

    Je suis bien d'accord.

    Salutations républicaines

    RépondreSupprimer