mardi 18 avril 2017

Tesla et Uber : avis de bulle sur les marchés

Même si les modèles d’affaires des géants d’Internet peuvent parfois justifier des valorisations extravagantes (Facebook et Google génèrent aujourd’hui des profits considérables), par peur de rater la prochaine poule aux œufs d’or, les investisseurs s’emballent parfois au-delà du raisonnable, comme nous le voyons avec Tesla, qui vaut plus que Ford, ou Uber, malgré ses pertes.



L’exubérance irrationnelle à son œuvre

Les chiffres sont assez stupéfiants : en 2016, Uber a généré un chiffre d’affaire de 20 milliards de dollars, une marge de 6,5 milliards, tout en trouvant le moyen de perdre 2,8 milliards ! Comment ne pas être stupéfait devant la capacité de Uber à prendre une commission de plus de 30% sur l’activité de ses chauffeurs, qui achètent eux-même la voiture, et plus encore sa capacité à dépenser plus de 9 milliards ! Les marchés continuent à la financer car le chiffre d’affaire a doublé en 2016, après avoir triplé en 2015 et qu’il y a un caractère auto-réalisateur à ce mode de fonctionnement, la taille finissant parfois par permettre de réaliser des profits extravagants quand il n’y a plus de concurrence.


Les chiffres de Tesla ne sont pas moins extravagants. L’entreprise vaut aujourd’hui plus que Ford (après avoir brièvement dépassé GM) alors qu’elle n’a vendu que 76 000 véhicules en 2016, contre plus de 6 millions pour Ford. Mais le plus incroyable est le fait que le premier a encore perdu plus d’un milliard de dollars l’an dernier, quand le second en gagnait plus de 10 milliards ! Bien sûr, la croissance est du côté de l’entreprise d’Elon Musk, mais la capacité des marchés, non seulement à accepter des pertes pendant si longtemps, mais à les financer et à valoriser de manière si extravagante les entreprises à la mode rappelle fortement les périodes qui ont précédé les krachs, en 1929 ou 2001.

11 commentaires:

  1. Que veux-tu, tant qu'il y a des gogos pour y croire. Ce qui est stupéfiant c'est qu'il ait des gens qui pensent sérieusement que la voiture électrique est une solution pour remplacer la propulsion alors que l'électricité n'est en aucun cas une énergie primaire. Faire rouler des voitures électriques en brûlant du pétrole et du charbon dans des centrales c'est bien le comble de la stupidité.

    RépondreSupprimer
  2. Stiglitz a signé cette lettre avec 25 Nobel d'économie, donc faudra arrêter de le citer et les Nobel éco comme anti UE dont voilà la liste :

    Angus Deaton (Princeton, prix Nobel en 2015), Peter Diamond (Massachusetts Institute of Technology, 2010), Robert Engle (université de New York, 2003), Eugene Fama (Chicago, 2013), Lars Hansen (Chicago, 2013), Oliver Hart (Harvard, 2016), Bengt Holmström (MIT, 2016), Daniel Kahneman (Princeton, 2002), Finn Kydland (Carnegie-Mellon, 2004), Eric Maskin (Harvard, 2007), Daniel McFadden (Berkeley, 2000), James Mirrlees (Cambridge, 1996), Robert Mundell (Columbia, 1999), Roger Myerson (Chicago, 2007), Edmund Phelps (Columbia, 2005), Chris Pissarides (London School of Economics, 2010), Alvin Roth (Stanford, 2012), Amartya Sen (Harvard, 1998), William Sharpe (Stanford, 1990), Robert Shiller (Yale, 2013), Christopher Sims (Princeton, 2011), Robert Solow (Columbia, 1987), Michael Spence (Stanford, 2001), Joseph Stiglitz (Columbia, 2001), Jean Tirole (Toulouse School of Economics, 2014).

    http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/04/18/25-nobel-d-economie-denoncent-les-programmes-anti-europeens_5112711_3232.html

    Votre gourou Sapir ne fait pas vraiment le poids à côté.

    RépondreSupprimer
  3. "Faire rouler des voitures électriques en brûlant du pétrole et du charbon dans des centrales c'est bien le comble de la stupidité."

    T'as pas l'air au courant de l'existence du solaire et de l'éolien parmi les diverses alternatives énergétiques, telles ces éoliennes :

    https://sciencepost.fr/2017/04/bientot-avions-a-place-eoliennes/

    RépondreSupprimer
  4. @Anonyme

    Si vous croyez sincèrement que les énergies comme le solaire ou l'éolien vont remplacer le charbon ou le pétrole, vous vous fourrez le doigt dans l'oeil jusqu'au coude. Tu aurais parlé du nucléaire au thorium (dont personne ne parle) peut-être, mais certainement pas ces énergies dites vertes. Combien d'éolienne et de panneaux solaires faudrait-il pour seulement remplacer notre production électrique actuelle? Sachant que si on passe tous à la voiture électrique la consommation va exploser. Ce n'est pas réaliste sauf pour des pays à faible densité de population avec d'énormes ressources hydriques et de vastes espaces comme le Canada ou la Russie.

    RépondreSupprimer
  5. "vous vous fourrez le doigt dans l'oeil jusqu'au coude"

    Ah bon, c'est l'expert autoproclamé qui s'exprime ?

    De nombreux pays ont commencé leur conversion dont l'Allemagne, sans doute des ignorants pendant que le nucléaire français est un fiasco économique en espérant qu'il ne devienne pas une cata écologique...

    http://www.lefigaro.fr/societes/2016/01/20/20005-20160120ARTFIG00017-les-energies-renouvelables-battent-des-records-en-allemagne.php

    RépondreSupprimer
  6. Le thorium, encore un nouvel avion renifleur pour les gogos...

    http://www.sortirdunucleaire.org/Le-reacteur-au-thorium-une-nouvelle-impasse

    RépondreSupprimer
  7. @ Yann

    C’est juste

    @ Anonyme

    Je vais revenir dessus jeudi (sur les 25 prix Nobel)

    Le solaire et l’éolien ne représentent pas vraiment la majorité de l’électricité produite. Qui plus est, leur production est loin d’être constante et leur progression doit beaucoup aux énormes subventions dont elles profitent.

    RépondreSupprimer
  8. Les commentaires ayant dérivé sur les énergies renouvelables et le nucléaire, peux-tu nous éclairer Laurent sur ta position par rapport au nucléaire.

    A lire ton bref commentaire sur les subventions aux énergies renouvelables, cela laisse penser que tu es pro-nucléaire.

    N'est-ce pourtant pas là l'énergie la plus honteusement subventionnée?

    Que penses-tu de sa dangerosité? Et de la situation des EPR en construction?

    Pas de souci, circulez?

    RépondreSupprimer
  9. "Le solaire et l’éolien ne représentent pas vraiment la majorité de l’électricité produite. Qui plus est, leur production est loin d’être constante et leur progression doit beaucoup aux énormes subventions dont elles profitent. "

    Production en croissance exponentielle partout et rentabilité de même, et l'inconstance est de plus en plus lissée par toutes sortes de moyens, même la Chine y investit, votre modèle économique pseudo protectionniste.

    RépondreSupprimer
  10. Uber c'est du n'importe quoi mais Telsa, je ne parirai pas contre, Musk est en train de construire la plus grand usine de batteries au monde, il produira plus de batteries que l'actuelle production mondiale ! Cela va etre difficile pour les autres constructeurs de battre Telsa car ils ne pourront pas avoir access ni aux volumes ni au prix de ces batteries.

    En plus il y la synergie solaire et la conduite autonome.Cela fait beaucoup d'avantages.

    RépondreSupprimer
  11. @ Jauresist

    J’ai fait une série de papiers sur la question énergétiques, qui vous montrera que mes positions sont plus subtiles que pro-nucléaire vs pro-énergie renouvelables (il y a quatre autres papiers en introduction, dont les liens sont au début du premier indiqué :
    http://www.gaullistelibre.com/2013/08/quelle-politique-energetique-pour.html
    http://www.gaullistelibre.com/2013/08/quelle-politique-energetique-pour_15.html
    Pour moi, il y a quatre critères à prendre en compte : le coût, l’indépendance, l’impact sur l’environnement et la sûreté.

    @ Troll

    Je ne dis pas qu’il faut rien faire. Je vous renvoie à mes papiers.

    @ Lowcarber

    Il y a plus de fond dans Uber, même si la valorisation est exubérante.

    RépondreSupprimer