vendredi 2 juin 2017

Non à la concurrence sur le transport ferroviaire !




Le train est un monopole naturel

La théorie économique distingue les secteurs qu’elle qualifie de « monopoles naturels », du fait des horizons de temps d’investissement ou des enjeux de service public. Le transport ferroviaire est un candidat naturel, tant les investissements sur le réseau sont des projets de long terme, qui structurent toute l’architecture d’un pays. D’ailleurs, notre pays est aussi connu pour son système de transport ferroviaire aussi moderne qu’étendu. Malheureusement, les ayatollahs du laisser-faire ne voient aucune limite à la sphère privée, qui devrait toujours faire reculer davantage une sphère publique jugée néfaste par nature. Notre classe politique laisse faire, appliquant les traités et directives qu’elle promeut, et pouvant faire porter la responsabilité à l’UE de cette manière, alors qu’elle laisse absolument tout faire…




Alors, parce qu’il ne saurait y avoir qu’un réseau, les euro-libéraux ont eu l’idée de séparer le réseau de l’exploitation des lignes. C’est ainsi que la SNCF a été coupée en deux, en étant délestée de RFF, qui gère le réseau, alors que l’unicité de décision avait été une des clés du succès de notre réseau (malgré certaines limites). Mais outre la complexification de la gestion de cet élément fondamental de nos infrastructures, la mise en concurrence est une folie à plusieurs titres. En effet, les futurs concurrents de la SNCF, qui n’ont que faire du service public, vont se concentrer sur les portions les plus profitables, qui subventionnaient indirectement les autres. Encore un mauvais coup pour cette France périphérique décrite par Christophe Guilluy, et à laquelle nos dirigeants et l’UE ne pensent jamais...

7 commentaires:

  1. Quand on voit ce que ca a donné en Angleterre, ca donne pas envie...(http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/au-royaume-uni-la-privatisation-des-chemins-de-fer-deraille-628489.html)

    RépondreSupprimer
  2. Au deuxième tour il y avait une candidate qui proposait l'arrêt de la mise en concurrence dans ce secteur (proposition 138), vous lui avez donc sans doute apporté votre suffrage ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y avait aussi François Asselineau, qui proposait de poser le principe constitutionnel de la propriété publique de La Poste, des producteurs et fournisseurs de gaz et d’électricité, de la SNCF, des autoroutes, des services d’adduction d’eau, des deux premières chaînes de télévision nationale et de la Sécurité sociale.

      https://www.upr.fr/programme-elections-presidentielles-france

      (proposition 61)

      Ivan

      Supprimer
  3. Bref la France doit disparaitre et tout ce qui s'y rapporte! On en change les noms! On internationalise pour accélérer la perte d'identité! On préfère s'enfermer dans une union administrative plutôt que de s'ouvrir au monde!

    RépondreSupprimer
  4. Les lignes TGV ont été construites sur des terrains acquis par voie d'expropriations pour utilité publique.

    Cette seule raison devrait suffire à interdire toute privatisation, indépendamment des autres excellents arguments avancés ici, notamment ceux qui démontrent que le chemin de fer est un monopole naturel.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  5. Merci de rappeler cette notion fondamentale des monopoles naturels. L'autre aspect que vous mentionnez aussi est la lourdeur des investissements qui ne sont rentables qu'à long terme. Toute une série de grandes infrastructures ne relève donc pas de l'entreprise privée. Adam Smith l'avait déjà compris à la fin du XVIIIème siècle. Rien que ces histoires de privatisations sont une raison suffisante de sortir de l'UE.

    RépondreSupprimer
  6. @ Anonyme 8h12

    Merci pour le lien

    @ Anonyme 8h14

    Celle qui a dit tout et son contraire sur l’euro ? Mais comment lui faire confiance sur quoique ce soit

    @ Ivan

    Cela ne revient-il pas à appliquer en France les travers qu’il dénonce de l’UE, à savoir restreindre par une loi fondamentale la capacité d’action des gouvernements futurs ? Et je précise que je suis plutôt d’accord sur le fond, mais pas très positif sur la constitutionnalisation

    @ Jacques

    Merci.

    RépondreSupprimer