samedi 3 juin 2017

Monsanto, favori de l’UE, harceleur de ses critiques

Décidément, l’affaire de l’autorisation de la commercialilsation du glyphosate, le produit star de Monsanto, dont les pratiques défrayent encore la chronique, n’en finit plus de révéler le fond de cette Europe, antidémocratique et tournant pour les seuls intérêts des multinationales. Encore une fois, des scientifiques dénoncent le parti-pris des études européennes sur le glyphosate.



Le problème de Monsanto avec les scientifiques

Décidément, l’actualité est dure pour le champion des OGM et des produits chimiques à l’inocuité discutable. Après les révélations sur les conflits d’intérêt avec l’agence de l’UE qui n’a rien trouvé à redire sur son produit star, le glyphosate, puis les études révélant la présence inquiétante de ce produit dans nos corps ou la première publication des Monsanto Papers, révélant les inquiétudes de ses propres salariés, le géant des pesticides et de la chimie affronte deux nouvelles crises. D’abord, un scientifique vient de publier une lettre ouverte au président de la commission européenne, qui relance sa procédure d’autorisation du glyphosate, en affirmant que l’UE a sous-estimé certaines études.

Plus grave encore, la nouvelle série des Monsanto Papers révèle les pratiques plus que douteuses de la multinationale pour intimider les scientifiques qui osent remettre en cause l’innocuité de ses produits, et notamment le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), organe de l’OMS qui avait déclaré que le glyphosate était « probablement cancérogène » il y a deux ans sur la foi d’études publiques, avant d’être éxonéré par d’autres organismes, par des études non publiques à l’objectivité questionnable. Bref, Monsanto, c’est un lobbying agressif contre ceux qui les dérangent et des liens hautement suspects avec de nombreuses institutions sensées réglementer ses produits.


2 commentaires:

  1. C'est "généreux" de vouloir nous faire signer une pétition (un signe de démocratie?) pour calmer les esprits, chose qui ne sera nullement pris en compte et permettra de gagner du temps!

    RépondreSupprimer
  2. C'est suffisamment rare pour être souligné, enfin un article qui dénonce, ne serai-ce qu'incidemment, les ravages de la rénovation urbaine.

    http://www.slate.fr/story/146418/prof-directrice-realite-du-monde

    La politique consistant à démolir des logements bon marché déjà en nombre insuffisant pour les remplacer par des logements inaccessibles aux plus démunis et en nombre encore plus faible est un véritable crime.

    A qui profite ce crime ? Aux propriétaires en place qui ne veulent surtout pas qu'on résorbe la pénurie, mais au contraire qu'on continue à l'aggraver impitoyablement.

    Ivan

    RépondreSupprimer