mercredi 19 juillet 2017

Macron : les territoires comme des filiales à (mal) restructurer



Les territoires façon gribouille

Adepte des mesures gadgets s’inscrivant dans la doxa ultralibérale dominante, le président annonce une réduction du nombre d’élus locaux, une mesure qui ne devrait pas déplaire à grand monde, si ce n’est les élus. Mais ce faisant, même s’il y a sans doute des choses à rationaliser dans les collectivités territoriales, il commet les mêmes erreurs que son prédécesseur. D’abord, il poursuit cette logique comptable du rabotage permanent des budgets publics, qui produit récession, déshabillage de territoires en difficulté, s’inspirant des pratiques des coupeurs de coûts du privé, dans une sphère qui ne peut, ni ne doit fonctionner comme une entreprise, car elle n’a pas du toutla même finalité.

Bien plus grave, conjugué à la suppression de la taxe d’habitation, Macron complexifie encore l’organisation publique en coupant plus encore le lien entre les ressources de ces collectivités et leurs budgets, ce qui a pour effet de déresponsabiliser les élus, qui deviennent de simples demandeurs et récipiendaires de fonds publics, cassant de plus en plus le lien possible entre les choix proposés par le responsable d’un territoire et validés par les électeurs et ce qu’il fait. Avant, le lien était bien plus direct, permettant une responsabilité claire des élus devant leurs électeurs. Demain, ce lien sera encore plus distant, ramenant des élus du suffrage universel au rang de simples fonctionnaires élus.

Et s’il y a des simplifications à faire, comme je le soutenais il y a trois ans et demi, c’était plus dans la réduction du nombre d’échelons. Ce qui est incroyable, c’est que ceux qui nous dirigent ont créé deux nouveaux échelons (la région et l’agglomération), complexifiant la gestion de notre territoire, et réclament ensuite une réduction des moyens qu’ils ont eux-même dispersés. Et dans la grande usine à gaz construite depuis plus de trois décennies, l’Etat assure une part croissante des moyens des collectivités territoriales, lui donnant les moyens de les réduire à son bon vouloir. La suppression de la taxe d’habitation parachèverait la désorganisation de l’administration de nos territoires.


Bien sûr, il y a sans doute des choses à améliorer. Mais je crois que ce serait plutôt la suppression des régions et des agglomérations pour revenir au couple département – commune, qui a fait ses preuvres, et le retour à des ressources directes, pour que les élus locaux assument directement leurs choix et que les électeurs puissent juger de manière pleine et entière.

6 commentaires:

  1. Les régions sont dotées de tous petits budgets pour une très grande taille géographique en comparaison des länd allemands qui peuvent avoir la taille d'une grande ville avec un gros budget.

    La décentralisation française a produit des régions Potemkine.

    RépondreSupprimer
  2. Laurent, tu es prêt pour adhérer à l'UPR.

    ***Jacko***

    RépondreSupprimer
  3. Je plussoie pour la suppression régions + agglomérations.
    Ce qui se prépare (modif du nombre de régions) est un prélude à la destruction de l'Etat français, condition essentielle à un état fédéral européen.

    Seul problème. Les français n'ont jamais été consultés sur ce point et il est peu probable qu'ils approuvent...

    RépondreSupprimer
  4. "Ce qui se prépare (modif du nombre de régions) est un prélude à la destruction de l'Etat français"

    Y a t il eu destruction de l'état allemand avec les Länder ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les organisations administratives sont le produit d'une histoire. Le développement politique de l'échelon régional correspond à une volonté de se rapprocher d'une culture fédérale qui n'est en rien haïssable mais ne fait pas partie de notre histoire, contrairement à celle de certains de nos voisins. Il y a derrière cela la somme du complexe de nos élites vis-à-vis de l'Allemagne et des USA. Sauf que cette stratégie ne prend pas dans le pays: lorsqu'un Français a envie de se plaindre, il pense en premier au maire ou au député, pas au conseiller régional.

      JZ

      Supprimer
  5. @ Anonyme

    Il faut prendre en compte les responsabilités, et les régions ne sont pas des multinationales en compétition sur un marché mondial

    @ Jacko

    Trop de limites…

    @ Monsieur M

    L’Etat Français digèrera ceux qui l’affaiblissent depuis si longtemps

    @ JZ

    C’est juste

    RépondreSupprimer