vendredi 7 juillet 2017

Monsanto, perturbateurs endocriniens : l’UE, c’est laisser faire les chimistes




Ne pas écouter les alertes, laisser faire les affaires…

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les institutions de UE sont très cohérentes. Sur tous les sujets, elles refusent presque systématiquement d’écouter les alertes scientifiques sur certaines substances chimiques et défendent presque toujours les intérêts de leurs producteurs. Les exemples abondent. Sur le glyphosate, l’agence de l’UE prend même la défense de Monsanto, sans pour autant se baser sur des études publiques, et au milieu de conflits d’intérêts dénoncés par des dizaines d’ONG… Heureusement, les média se réveillent, et le Monde, peu suspect de parti-pris négatif à l’égard de l’UE, a publié des papiers accablants sur les pratiques de Monsanto pour défendre le glyphosate.


7 commentaires:

  1. Bonjour à tous

    Bien d'accord avec l'article de Laurent à qui je demande la permission pour relayer les informations sur le scandale de la vaccination, puisqu'il est question d'imposer 11 vaccins aux nourrissons dès 2018, pour le seul profit des actionnaires de l'industrie pharmaceutique. Le texte de Dupont Aignan est assez explicatif, ainsi que la vidéo de envoyé spécial.
    Commentaire perso: liberté pour les puissants au détriment d'une liberté de choix pour les citoyens, le libéralisme à sens unique.

    http://petitions.ipsn.eu/mobilisation-vaccins-enfants/index.php

    http://www.debout-la-france.fr/actualite/le-gouvernement-pret-sacrifier-la-sante-de-nos-enfants-au-profit-des-lobbies

    RépondreSupprimer
  2. "pour le seul profit des actionnaires de l'industrie pharmaceutique"

    Vous plaisantez, il s'agit d'éviter des malades et épidémies de maladies. Votre argument est aussi idiot que d'autoriser le diesel au nom de la liberté.

    Les doses lors d'une vaccination sont infiniment plus faibles que lorsque la maladie est contractée. Renseignez vous et ne venez pas vous plaindre si un de vos gosses attrape une de ces maladies alors que vous ne l'aurez pas fait vacciné.

    RépondreSupprimer
  3. @ anonyme

    renseignez vous sur les effets secondaires de l'application de 6 vaccins, alors que l'on veut passer à 11. Je connais une dame qui a eu la sclérose en plaques après la vaccination de l'hépatite B.
    Le DTP obligatoire fonctionnait très bien et était accepté par la population. il n'a plus été fabriqué volontairement alors qu'il était le seul obligatoire. Il s'agit uniquement d'une affaire de profit des laboratoires, je maintiens mes dires. Par ailleurs des épidémies d'hépatites de coqueluches en France cela n'existe pas alors que les 11 vaccins ne sont pas encore pratiqués. Renseignez vous aussi au lieu de traiter les autres d'idiots.

    RépondreSupprimer
  4. "Je connais une dame qui a eu la sclérose en plaques après la vaccination de l'hépatite B."

    Heureusement que les études cliniques ne sont pas faites par vous...

    C'est comme le gars qui change ses pneus et a une crevaison 3 jours plus tard. Aucun lien de causalité n'a été établi entre le vaccin hépatite B et la sclérose en plaques :

    " Depuis l'apparition des premières plaintes au milieu des années 1990, de nombreuses études ont été conduites. Et aucune n'a pu établir un quelconque lien entre vaccination et survenue ou aggravation de cette maladie neurodégénérative. Jusqu'à présent donc, ce n'est pas la preuve du lien qui fait défaut, mais la possibilité même qu'un tel lien existe."


    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/vaccin-contre-l-hepatite-b-et-sclerose-en-plaques-la-cour-de-justice-de-l-ue-reconnait-un-lien-de-causalite_114219

    RépondreSupprimer
  5. "renseignez vous sur les effets secondaires de l'application de 6 vaccins, alors que l'on veut passer à 11"

    Informez vous au lieu de raconter nawak :

    https://pbs.twimg.com/media/DEH2KGKW0AAct2x.jpg

    https://pbs.twimg.com/media/DEH2J-8XYAAqjnf.jpg

    RépondreSupprimer
  6. @ André

    Je reste partagé sur la question des vaccins, que je ne maitrise pas. On peut aussi considérer que les programmes de vaccination de masse sont le moyen d’éviter des épidémies dangereuses. Mais j’avoue que quand on met cela en parallèle avec mon papier, on comprend également les craintes exprimées dans ce commentaire. Quand l’Etat semble tellement sensibles aux intérêts des lobbys, on peut craindre un excès dans les campagnes de vaccination.

    En revanche, un cas particulier ne fait pas une généralité, comme le dit l’anonyme

    RépondreSupprimer
  7. Tout à fait en phase avec ta critique de l'UE Laurent. J'apprécie de constater l'orientation écologiste de ce papier.

    RépondreSupprimer