mardi 19 décembre 2017

Jusqu’à 800 millions d’emplois menacés par l’automatisation d’ici à 2030

« Les gouvernements devront intervenir massivement d’ici 2030 pour éviter les troubles sociaux », du fait de la destruction d’emplois apportée par l’automatisation. Ce n’est pas le cri d’alarme d’un intellectuel gauchiste un peu passéiste, mais celui de McKinsey, une entreprise qui fait partie du ghotta mondial du monde des affaires. Une étude encore plus inquiétante quand on en lit le détail.


L’évolution technique contre l’humanité ?

Les chiffres sont effrayants : selon le McKinsey Global Institute (MGI), 20% de la main d’œuvre actuelle ou près de 30% des heures travaillées dans le monde pourraient être automatisées d’ici 2030. Dans le détail, 375 millions de personnes (dont 100 en Chine) perdront définitivement leur emploi et devront totalement changer de profession. Le coordinateur de l’étude évoque « une tâche de la taille d’un plan Marshall » pour permettre les reconversions et note que cela devrait peser sur les salaires, qui devraient stagner, imposant aux Etats des mesures compensatoires. Malgré tout, le rapport refuse de ralentir l’automatisation et propose même de l’accélérer de manière à dyamiser la croissance !

Car, pour qui lit l’étude, disponible sur le site de McKinsey, les auteurs évoquent un scénario schumpéterien où les emplois détruits seraient remplacés par de nouveaux, en se référant au passé. Malgré tout, beaucoup d’éléments sont inquiétants. Le MGI dit aussi que « la polarisation des revenus pourrait continuer dans les pays développés avec une augmentation de la demande pour les emplois à hauts salaires, et un déclin des emplois à salaire moyen ». Il évoque aussi le risque de perturbations dans la transition, qui pèserait sur la croissance, et donc le nombre d’emplois. Enfin, l’impact varie beaucoup: 9% des emplois menacés en Inde, 15% en Chine, 21% en France, et 23% aux Etats-Unis.

C’est un sujet qui me tient à cœur, ayant soutenu en 2009 l’interdiction temporaire des caisses automatiques dans les commerces. Bien sûr, il ne s’agit pas de revenir à la calèche ou à la lampe à bougie, mais on peut tout de même se demander si les évolutions technologiques ne sont pas un moyen plutôt qu’une fin en soi. Comment les mettre au service de l’homme et de la collectivité ? Car si ces évolutions apportent souvent des progrès, pour notre santé ou notre confort, ce n’est pas toujours le cas. C’est le rôle de l’Etat de mettre en place des règles qui protègent la société des dérives ou des dangers que la seule quête de profits peut apporter, comme l’amiante ou la vache folle l’ont montré.

Mais quel rapport avec l’automatisation ? Après tout, ce sont souvent des emplois peu qualifiés qui sont visés et cela permet des gains de productivité qui enrichissent la société, comme cela a toujours fonctionné. Sauf que dans un monde où la plupart des pays dits développés manquent d’emplois et subsistent un fort taux de chômage, officiel ou pas, la perspective de nouvelles destructions d’emplois par l’automatisation ne doit pas être prise à la légère. En outre, l’évolution des inégalités montre que les gains de productivité ne profitent qu’à une petite minorité depuis 45 ans aux Etats-Unis, ce qui relativise grandement certains bienfaits de ces gains de productivité pour la société.


Bref, même dans les prévisions un peu roses du MGI, le choc promet d’être encore très violent dans nos pays dits développés. Le rythme de l’automatisation doit être adapté à la capacité d’absorbtion par la société et à ses conséquences. Elle n’est qu’un moyen au service d’une fin qui la dépasse, la condition humaine, qu’abîment le chômage et la pauvreté provoqués par une automatisation brusque et non encadrée.

17 commentaires:

  1. On n’arrêtera pas le progrès. Interdire les caisses automatiques n’est pas la solution. Si la robotisation tue les emplois, il faut réduire le temps de travail. Et faire des efforts en matière d’éducation et de formation. Mais comment réduire le temps de travail dans un monde ouvert si les autres ne le font pas ? On en revient toujours au même problème.

    RépondreSupprimer
  2. "ayant soutenu en 2009 l’interdiction temporaire des caisses automatiques dans les commerces."

    Où avez vous vu des caisses automatiques ?

    Il s'agit de caisses en libre service, le client lui même le scan des articles et autres opérations manuelles à la place de la caissière, rien de plus.

    De même que ça fait des décennies que les gens font leur plein de carburant à la place du pompiste d'autrefois.

    De même que ça fait des décennies que des gens vont dans des restaurants en self service au lieu d'être servis à table par un serveur.

    Ça n'a rien à voir avec de l'automatisation à laquelle manifestement vous ne comprenez rien.

    Si vous freinez l'automatisation en France, son industrie et autres activités perdront leur compétitivité par rapport aux autres pays, donc vous y augmenterez le chômage et y baisserez le niveau technologique.

    RépondreSupprimer
  3. Pourquoi voulez vous automatiser la fabrication de choses qui ne pourront se vendre faute d'une "demande"?

    RépondreSupprimer
  4. L'automatisation engendre une augmentation importante de la productivité; dès lors, la seule manière d'éviter une nouvelle augmentation du chomage ne serait-elle pas de réduire le temps de travail?

    RépondreSupprimer
  5. Pour que l'automatisation accélère la croissance il faut que deux conditions soient réunies :

    1) il ne doit pas y avoir de main-d’œuvre inemployée, mais au contraire des postes vacants, qui pourront être pourvus grâce à l'automatisation, qui libère de la main-d’œuvre. Sinon cette dernière ne retrouvera pas de travail et ne contribuera à aucune augmentation de la production.

    2) il doit être physiquement possible d'augmenter la production, ce qui veut dire que les ressources naturelles doivent être abondantes et bon marché.

    Qui peut croire que ces deux conditions sont réunies aujourd'hui en France ? Il ne reste donc que trois solutions :

    -interdire les robots, mais ce n'est qu'un expédient temporaire,
    -baisser la durée hebdomadaire du travail,
    -baisser l'âge de la retraite.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  6. Comme disait le Général de Gaulle "lorsque la machine remplace l'homme, est-ce là un réel progrès ?"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. toujours cette peur des choses qu'on ne comprend pas...
      Je suis chef d'entreprise dans la highTech, il faut aller encore plus vite sauf à vouloir devenir un pays des fromages qui puent, et destination pour touristes.
      La bouffe, le luxe et le tourisme, ça ne fait pas tout.

      Supprimer
    2. A l'anonyme de 18h03. Toujours ce manque de bon sens. S'il n'y a que des chômeurs, ou trouverez-vous des consommateurs ?... Le tout informatique est aussi problématique lorsqu'il y a une "panne" dans ce secteur rien de peut plus se faire dans l'accès aux données ou aux transmissions (j'en ai fait l'expérience avec une banque et une médiathèque).

      Supprimer
  7. @ Moi

    On peut maîtriser et encadrer l’évolution technologique quand les premières conséquences sont plus négatives que positives. Bien d’accord sur le problème d’une ouverture anarchique : il faut des écluses aux frontières pour éviter une grande course au moins-disant salarial, social, environnemental…

    @ Anonyme 9h24

    Les caisses en libre-service, rien à voir avec l’automatisation ? Je ne parle pas de freiner toute automatisation. Vos déformations en disent long sur vous et vos positions. Il s’agit de freiner ou réglementer le mouvement d’automatisation dans notre période actuelle, particulièrement dans les activités non délocalisables, comme les postes de caissière. La France ne gagne rien au remplacement de ces emplois par des caisses automatiques / en libre-service.

    Moins d’automatisation avec plus de protectionnisme, c’est un commerce moins déséquilibré et plus d’emplois, donc beaucoup moins de chômage.

    @ Anonyme 11h

    L’expérience de 1997 a été peu concluante…

    @ Ivan

    D’autres options également : viser l’équilibre commercial par un protectionnisme ciblé (couplé à une politique industrielle), retrouver une monnaie adaptée à notre pays, refonte de la fiscalité. Je ne suis pas fermé à d’autres options, mais il me faudrait des études sérieuses

    @ JJS

    Merci

    RépondreSupprimer
  8. Dans la série l'Europe c'est la paix voici la dernière :

    https://francais.rt.com/international/46653-italiens-germanophones-bientot-citoyens-autrichiens-proposition-vienne-inquiete-rome

    Ivan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le lien

      Mais le titre de la série c'est "Les motivations des derniers élus anti-Europe"

      Supprimer
  9. "Vos déformations en disent long sur vous et vos positions."

    Vous ne comprenez rien à rien. Les caisses avec caissières utilisent le code barre scanné ce qui est déjà une automatisation, puisqu'elles ne rentrent plus le prix dans leurs caisses au centime d'euro, donc grand gain de temps. Les caisses self-services ne font rien de plus, un code barre scanné par le client lui même.

    Avec des zozos de votre genre, l'industrie française ne peut couler encore plus. Vous êtes stupide !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le stupide, c'est vous l'anonyme. Si vous remplacez une caisse tenue par une caissière par une caisse self-service, que devient la caissière ? Chômeuse ! C'est votre façon de créer des emplois ?... Comme crétin, vous êtes champion !

      Supprimer
  10. " Si vous remplacez une caisse tenue par une caissière par une caisse self-service, que devient la caissière ? "

    Vous n'avez toujours pas compris que c'est le code barre scanné qui a majoritairement supprimé des emplois de caissières ou de magasinier, c'est dire si vous êtes complètement crétin. C'est grâce à des abruti de votre genre que l'industrie française périclite. Pauvre type qui chérit les causes des conséquences qu'il réprouve...

    RépondreSupprimer
  11. @ Anonyme

    Nous débattons des services, vous dites que nos raisonnements font péricliter l’industrie. Il faudrait savoir. Il est bien évident que les caisses automatiques suppriment des emplois. Le fait que vous déplaciez le débat montre sans doute que votre position n’est pas si solide

    RépondreSupprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  13. LE PRÊT ENTRE PARTICULIER SERIEUX ET FIABLE
    Mme ELEDGE Anne , vous disposez d'un capital qui servira à octroyer des prêts particulier à court et long terme à toute personne sérieuse voulant de ce prêt. Effectuer votre demande de prêt urgent? Demandez Votre Crédit Facilement et l'obtenez sous 48H !
    Prêt de particuliers à particuliers, prêt financier, prêt entre particuliers facile et rapide.
    Contacte :
    Eledgefinance@financier.com
    Eledgefinance@gmail.com
    https://wa.me/c/33751945409
    Merci à vous. 

    RépondreSupprimer