vendredi 16 février 2018

Train, fonctionnaires, Etat : le retour de la propagande ultralibérale



Plus que jamais, le besoin d’Etat

Les ultralibéraux dénoncent une fonction publique qui serait bouffie d’avantages indus ou incapable de gérer convenablement la SNCF. La réalité est toute autre. Londres a privatisé son service ferroviaire il y a 20 ans, et malgré un contexte bien plus favorable (pays beaucoup plus dense et sans train à grande vitesse, sauf celui qui vient de Paris), le bilan est calamiteux. Bien sûr, il y a du choix, avec une vingtaine de sociétés privées. Mais le pays est le 2ème plus cher d’Europe, le prix du billet ayant grimpé de 117% en 20 ans, et même 250% de Londres à Manchester, à 329 livres ! Pire, l’Etat continue à verser 4,6 milliards de subventions par an, un comble pour une privatisation.

Les fonctionnaires sont aussi régulièrement la cible des ultralibéraux, entre pseudo surnombre et acquis sociaux indus. Alternatives Economiques a publié un long papier qui démonte ces idées reçues de manière efficace. Le nombre de fonctionnaires n’est pas si élevé en France et à ceux qui proposent de revenir à leur nombre de 2000, le journal rappelle que notre pays a gagné 6 millions d’habitants en 16 ans. D’ailleurs, dans bien des domaines, et notamment l’éducation, les comparaisons internationales montrent au contraire que nous manquons plutôt de fonctionnaires (plutôt mal payés qui plus est, toujours dans l’éducation). Enfin, leur statut se reflète dans le nombre de candidats au Capes…

Dernier argument massue : les 56% de dépenses publiques. Pourtant, personne ne s’émeut de la relative incohérence avec le taux de prélèvements obligatoires, dont l’écart est bien supérieur au déficit public. Les Echos ont publié un papier sur les raisons de ce niveau, évoquant la différence de partage entre public et privé sur la santé (qui explique 2 points d’écart) ou les réformes des retraites, au prix d’une baisse de niveau de vie des plus de 60 ans. Au global, j’avais montré il y a plus de 4 ans que même l’écart avec les Etats-Unis venait surtout de différences de périmètres, et pas pour le bien des citoyens, dont la santé est bien plus chère outre-Atlantique, tout en étant beaucoup moins bonne.


Bref, il convient de ne pas se laisser impressionner par les arguties ultralibérales et toujours creuser derrière leurs affirmations souvent superficielles, comme lors du débat sur mon dernier papier sur le Japon, où le troll de service ultralibéral a montré la faiblesse de ses arguments face à ceux, solides, de YPB. Le temps n’est pas à un recul de l’Etat, mais au besoin d’un Etat plus fort.

29 commentaires:

  1. Toll pinsolle, vous citez Alternatives Economiques qui est selon vos critères de crétin un troll ultralibéral puisque ce journal ne défend absolument pas votre protectionnisme débile.

    Vous êtes un débile mental.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tais-toi Dutroll, tu fatigues. Comme à ton habitude, tu ne viens ici que pour insulter sous le couvert de l'anonymat en profitant de la bonhomie de Laurent. Sur un autre blog, tu ne pourrais même pas publier. Tu ne peux pas trouver un endroit bien à toi où extérioriser tes frustrations de malade ?

      Allons, mon ami, pourquoi ne pas faire connaître tes qualités ailleurs, là où elles seraient reconnues à leur juste valeur (nan, je déconne : je te méprise et je veux juste t'inviter à aller au diable) ?

      Alternatives se méfie du protectionnisme pour des raisons qui n'ont rien à voir avec l'ultra-libéralisme. Laurent le sait fort bien. Mais s'il fait preuve d'ouverture d'esprit en citant Alternatives comme The Economist, tu l'accuses d'être idiot et incohérent ; à supposer qu'il se montre dogmatique dans ses références, tu le lui reprocherais tout autant.

      Tu te fais régulièrement démonter par d'autres intervenants plus calés que toi dans divers domaines, mais tu insistes lourdement, jusqu'à la prochaine claque. Tu n'es pas réfutable, parce qu'au fond l'injure est ton seul but. Ne viens pas pleurnicher cependant si le boomerang te revient dans la figure.

      Pour ceux qui veulent rire au détriment du troll éructant et le voir s'aplatir comme une carpette, voir ici : http://www.gaullistelibre.com/2017/08/le-comite-orwell-denonce-une-democratie.html. Où l'on s'aperçoit que le dur à cuire n'est finalement pas si coriace qu'il cherche à le faire croire (surtout lorsqu'il prétend corriger mes fautes en en commettant davantage que moi !). Vas-y Dutroll, tente à nouveau de jouer avec moi… Essaie donc de m'épuiser.

      T'ayant mouché en vers,
      Je puis le faire en prose
      Et te mettre à l'envers,
      En dénonçant tes poses.
      Tu prétends m'épuiser ?
      Tes efforts sont futiles.
      Cherche ailleurs où puiser
      Quelques leçons utiles.
      Si de l'alexandrin
      Tu ne redoutes pas l'ire,
      Je puis, cher malandrin,
      En prose te faire bien pire !
      Tu es nul en éco,
      Comme en littérature ?
      Dégage-donc, coco !
      Va te prendre une biture !

      Tu peux me répondre en vers, si tu veux/peux. Hé hé hé…


      Supprimer
  2. Sur la fonction publique, 3 grandes questions à se poser :
    - quelles missions doivent rester impérativement dans le giron de l'Etat ?
    - Quelles missions peuvent être passées totalement au privé ?
    - Quelles missions ne sont pas des missions impérieuses pour l'Etat mais peuvent être gérées par un secteur public ?
    Après on peut discuter du statut des fonctionnaires: un policier, un douanier, un juge, un enseignant ne doivent-ils pas avoir un statut à vie. Dans le cas des policiers, juges, douaniers, gardiens de prisons, inspecteurs des impôts, militaires en fait les grandes fonctions régaliennes les agents doivent garder l'assermentation car ils touchent à des domaines très particuliers que sont les libertés individuelles mais aussi à la citoyenneté. Si on leur laisse le statut à vie l'Etat doit pouvoir leur garantir un niveau de salaire plus qu'honorable (notamment les enseignants), arrêter de fonder le déroulement de carrière sur l'ancienneté mais bien sur le mérite. Renforcer la déontologie (je sais il y a eu la loi Valls sur la question) et ne plus hésiter à renvoyer les fonctionnaires défaillants. En revanche, sur d'autres tâches/missions, faut-il conserver l'emploi à vie. On peut s'interroger de la pertinence à donner un statut à vie à une secrétaire de mairie, un cadre B en conseil régional, une secrétaire administrative dans un ministère etc...On me rétorquera que le statut à vie n'existe plus du fait de la possibilité de licencier le fonctionnaire et que notamment dans la fonction publique territoriale vous perdez le bénéficie de votre concours si vous ne trouvez pas de poste. Ça c'est sur le papier, c'est très peu voire quasiment jamais actionné.
    Recourir aux contractuels comme avancé dans action publique 2022 a déjà été testé dans pas mal de pays de l'UE. Au Portugal, le gouvernement lors de la crise de 2008 a remis en cause le statut de la fonction publique (calqué sur la France). Résultats: il a explosé ses dépenses en matière d'emploi via des contractuels grévant ses finances publiques. Par ailleurs, cet appel massif aux contractuels de droit privé a sérieusement impacté ses institutions politiques en contrevenant lourdement à la Constitution de la République portugaise. Ce qui a valu au Portugal un rappel à l'ordre de....L'UE ! Garanties des droits de l'Homme et du citoyen ! Par ailleurs, la qualité des services publics a réellement chuté (notamment dans les secteurs de la santé et du sanitaire et social).
    Enfin prenons le cas de la Suède qui avait une fonction publique très proche dans le fonctionnement sur celle de la France. Elle a mis 20 bonnes années à répondre aux 3 questions de départ. Et n'a pas hésité quand il a fallu réformer à passer dans le privé, à constituer un secteur public et à garder des fonctionnaires "à la française". Et surtout elle a mis en place des garde-fous: une vraie flexibilité-sécurité pour l'emploi, des salaires plus importants et le droit de revenir en arrière si un secteur passé au privé ou semi-privatisé présentait des carences voire des dangers pour la gestion de la cité. Ce fut le cas pour la douane. Une grande partie des missions avaient été offertes aux sociétés de transitaires, logisticiens etc...or, la Suède a rencontré des problèmes de soustraction de marchandises, de contrebandes, de non paiement de droits et taxes. La Suède a fait marche arrière et est revenu au bon vieux douanier.
    Sylvie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Très intéressant, effectivement.

      Un complément de réflexion sur le bilan plus que problématique de la réforme "libérale" du système éducatif suédois :

      http://info.arte.tv/fr/lechec-de-la-privatisation-des-ecoles-en-suede

      http://www.lexpress.fr/actualites/1/styles/suede-l-ecole-en-crise-au-coeur-du-debat-electoral_1574395.html

      http://www.ihsnews.net/le-modele-educatif-suedois-mis-en-accusation-par-locde/

      YPB

      Supprimer
    2. Après vérification, le dernier lien (ihsnews) est mort. Voir à la place https://www.oecd.org/fr/education/suede-une-reforme-urgente-du-systeme-scolaire-est-necessaire-afin-de-renforcer-la-qualite-et-legalite-des-chances.htm

      YPB

      Supprimer
    3. @ Sylvie

      "On peut s'interroger de la pertinence à donner un statut à vie à une secrétaire de mairie, un cadre B en conseil régional, une secrétaire administrative dans un ministère etc..."

      Personne ne tentera un concours difficile qui demande des mois ou des années de préparation pour un travail mal payé s'il n'y a pas un minimum de sécurité de l'emploi en contrepartie (ou alors des tocards)

      Or il n'est pas admissible que les agents publics soient recrutés autrement que par concours (la seule procédure de recrutement -avec le tirage au sort- qui garantit l'égalité de tous les citoyen) car ils sont payés avec l'argent du contribuable.

      D'autre part sans un minimum de sécurité de l'emploi les agents ne pourront plus résister aux ordres illégaux (comme dans le privé) Ils seront alors au service de leurs patrons et non du peuple, ce qui est inadmissible pour la même raison que précédemment.

      "On me rétorquera que le statut à vie n'existe plus du fait de la possibilité de licencier le fonctionnaire et que notamment dans la fonction publique territoriale vous perdez le bénéficie de votre concours si vous ne trouvez pas de poste. Ça c'est sur le papier, c'est très peu voire quasiment jamais actionné"

      Vous vous faites des illusions sur la FPT.

      Comptez plutôt 10% de "reçus-collés" qui perdent le bénéfice de leurs concours parce que les élus locaux refusent d'embaucher celui qui a réussi le concours à chaque fois que leur petit protégé qui occupe le poste l'a raté (s'il l'a tenté)

      On renouvelle le contrat du petit protégé comme s'il avait réussi le concours, et celui qui l'a réussi est condamné à perdre le bénéfice de son concours.

      Cdlt

      Ivan

      Supprimer
  3. T'avais qu'à voter comme Dupont-Aignan au deuxième tour, dugland.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ras le bol des petits types psychorigides qui votent ou laissent passer des néolibéraux, avant de feindre de déplorer leurs réformes néolibérales.

      Si tu ne votes jamais pour une alternative, sous prétexte qu'elle a une tête qui ne te reviens pas, ils resteront au pouvoir.

      C'est trop compliqué à comprendre pour un aspirant gaulliste (qui n'a lui-même strictement rien fait d'héroïque, et est donc un usurpateur) ?

      Supprimer
    2. "Si tu ne votes jamais pour une alternative, sous prétexte qu'elle a une tête qui ne te reviens pas, ils resteront au pouvoir".

      Quelle alternative ? Le programme social-populiste de Philippot, la défense de l'"État protecteur" ? Ah non, c'est dépassé… Donc on revient au néolibéralisme de papa Jean-Marie, un temps admirateur de Reagan et Thatcher, non ? On ne sait plus guère finalement. Les autres partis ne sont pas forcément plus cohérents ? Certes. Mais dans tous les cas, ces hésitations interdisent au FN de se présenter comme l'alternative qu'il prétend être.

      J'avais ironisé ici il y a quelques années sur la prétendue rupture du FN avec les références libérales (j'avais notamment rappelé le voyage de novembre 2011 de MLP aux États-Unis, où elle avait absolument tenu à rencontrer le libertarien Ron Paul). La manière dont les choses ont évolué récemment depuis le départ de Philippot ne me donne aucun motif de regret. C'était une évolution parfaitement prévisible : http://www.europe1.fr/politique/pourquoi-le-fn-va-droitiser-son-programme-economique-2663003). Évidemment, si l'on se contrefiche de l'économie, c'est une autre question…

      YPB

      Supprimer
  4. "Londres a privatisé son service ferroviaire il y a 20 ans, et malgré un contexte bien plus favorable (pays beaucoup plus dense et sans train à grande vitesse, sauf celui qui vient de Paris), le bilan est calamiteux. {...}
    Je me permets juste de revenir sur ce paragraphe. Je vis en Angleterre depuis presque 26 ans (le 1er juillet 1992 exactement). Quand je suis arrivée en Angleterre nous étions en plein déploiement et concrétisation de la privatisation du train. Ce fut un nid de dysfonctionnements graves (dont certains se sont mesurés à l'aune d'accidents du rail anglais). La qualité de service, la qualité des trains, des infrastructures, la logique commerciale au détriment du service public etc...ont atteint l'image du train anglais en dehors des frontière. Et à juste titre sur un certain temps. Depuis, le train anglais a tiré les leçons de cette privatisation très, très mal organisée car fondée sur la pure logique ultralibérale. Néanmoins, les sociétés privées ont dû remettre de l'ordre et le train anglais aujourd'hui se porte bien et normalement. D'aucuns sortiront des sondages faisant état d'une majorité d'Anglaises et Anglais souhaitant revenir à un société public (un des derniers donnait 67% des Anglaises et Anglais). Mais il vous faut savoir que les Anglais projettent les très graves dysfonctionnements de leurs services publics notamment en matière d'enseignement, de services sociaux et de santé sur l'ensemble de ce que les Européens ont considérés des les années 40 comme étant du ressort du domaine public.Vous avancez une augmentation des tarifs de 117% et vous semblez lier cette augmentation au secteur privé. Vous avez raison. Cependant, interrogeons-nous sur les tarifs très, très obscurs pratiqués par la SNCF. Vous reprenez l'exemple d'un billet de train Londres- Manchester à 329 £ d’où une augmentation de 250%. Je vous répondrai que oui cela existe mais la dernière fois que j'ai fait Londres-Manchester en AR, cela m'a coûté à peine 100£. Les 329 £ sont dus, comme pour les résa' à la SNCF, au moment, aux conditions d'achats, AR ou trajet simple etc...Pour contrebalancer votre exemple, cet été (comme quasi tous les étés) j'étais en France, je suis descendue à Lyon voir ma maman en TGV et le billet AR Lyon-Paris m'a coûté plus de 200 euros. Mais là aussi, comme l'histoire du billet à 329£, il faut tenir compte de la période, de la date d'achat, du jour de départ etc...etc...Même en partant de Marne La Vallée (ce qui me coûtait 10 euros de ticket RER et plus d'une heure de trajet en plus) je n'avais pas un tarif bon marché. Vous parlez des 4.6 milliards de subventions versés aux entreprises privées gérant le train en UK..Oui vous avez raison mais combien la SNCF perçoit de l’État ? Certes c'est une entreprise publique, normal. Mais élargissons votre réflexion aux milliards d'euros que la France versent sous toute forme à son secteur privé. La démarche est la même. Par ailleurs, un quart des jours de grève en France sont dus aux personnels de la SNCF...dans les années 90. Aujourd'hui cela ne semble plus être le cas. La SNCF cumule 3 milliards d'euros de dettes. Le réseau transilien est dans un état de vétusté avancé et la SNCF peine à trouver l'argent pour le restaurer. Vous trouverez toujours des articles, des études, des sondages etc...qui conforteront l'idée d'un train désastreux en Angleterre depuis que c'est passé sous le privé. Or, dans la vie pratique ce désastre a quasi disparu. Par ailleurs, l’Angleterre le 2ème pays le plus cher (en terme de billet de train si j'ai bien compris). Oui sûrement mais un des moins cher si on parle en kilomètre de rail par trajet. La situation n'est plus aussi manichéenne.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. .../...

      En revanche, parlons en Angleterre de ce qui relève ou devrait totalement relever d'une fonction publique d’État digne de ce nom et qui est totalement laissé à l'abandon au point d'atteindre les droits des sujets britanniques les plus fondamentaux. L'école, la santé, les services sanitaires et sociaux, la douane (car une des intervenantes en a très bien parlé pour la Suède il me semble)pour ne citer qu'eux.
      Là je vais prendre un exemple perso', ma fille notamment qui est allée en France faire ses études supérieures car en Angleterre cela coûte une fortune et à part quelques grandes universités (qui en plus sélectionnent à mort) l'enseignement universitaire en Angleterre n'est pas le meilleur. Ma fille qui est revenue avec un Master I et a choisi de faire un master II à distance avec la France a pu valoriser à fond son diplôme français car en Angleterre la formation française est très appréciée. Autre exemple : j'ai un neveu (anglais côté de mon mari) qui a souffert d'un problème de dents de sagesse (un truc vraiment pas cool). Je l'ai accompagné en France pour qu'il se les fasse retirer sous anesthésie dans un service d'un hôpital parisien de stomatologie (car cela s'est fini ainsi). En Angleterre, le secteur public: pas de place et vraiment de mauvaise qualité, le secteur privé sa pathologie était considérée comme...une intervention de chirurgie esthétique (????) à un tarif de fou. Ma belle-soeur a envoyé la facture à l'équivalent de la sécu' et de l'équivalent de sa mutuelle. Elle a été très bien remboursée car....les tarifs français sont moindres (et les soins excellents).

      Corinne

      Supprimer
  5. "Alternatives se méfie du protectionnisme pour des raisons qui n'ont rien à voir avec l'ultra-libéralisme."

    Ce qu'est incapable de comprendre Herblay qui n'est qu'un pseudonyme, ducon Lajoie.

    Herblay n'a jamais de sa vie dans l'industrie, il n'y connait rien et est infoutu de comprendre quoique ce soit dans ce domaine, c'est un gland.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Train, fonctionnaires, État, opposition public-privé. C'est le sujet du jour. Quel rapport avec ton obsession de l'industrie ?

      Oh, je comprends… C'est le seul domaine où tu as su développer une petite compétence : la littérature n'est pas ton truc, la philosophie t'échappe, en économie tu es une tache, en sociologie une brêle, et en histoire-géo tu es à la masse. Normal que tu tentes de rattraper le coup en ressassant ton "expertise" industrielle avec une insistance de cinglé. Tu trouverais le moyen de parler d'industrie dans un forum consacré au diabète.

      Herblay n'est qu'un pseudonyme ? Oui, et alors ? Il en fait toujours un usage moins lâche et moins bêtement haineux que ton anonymat, bélître.

      "Herblay n'a jamais de sa vie dans l'industrie, etc."

      Et toi tu n'es même pas capable de placer un bon sang de verbe là où il faudrait. Devine qui va passer pour un nigaud ? Non seulement tu es ignorant, vulgaire et stupide, mais en plus tu écris comme un pied. On mépriserait moins un imbécile avec du style, mais tu n'as même pas ça pour toi.

      Supprimer
  6. Ce qui m'étonne toujours depuis quelques années, en dehors de cet exposé de Mr Herblay, c'est que le système nous fasse focaliser sur la colonne dépense sans jamais nous parler de celle des recettes publiques. Car de mémoire et depuis des lustres, la comptabilité, privée ou publique, comporte deux colonnes (recettes/dépenses)

    Et pourtant, il y aurait beaucoup à dire, mais je vais faire court..

    Si l'on admet que nos dépenses publiques sont plus élevées que nos recettes, je me demande aussi pourquoi personne ne relève les privations de recettes publiques en oeuvre depuis quelques années.

    Pour 2018, la cour des comptes chiffre "l'affectation des prélèvements obligatoires" à près de 10 milliards d'euros (ISF, flat tax, baisse IS, bascule CSG....)compris la hausse des taxes sur le tabac et la fiscalité énergétique..

    Ces 10 milliards en moins de recettes ne prennent en compte que la différence de transferts d'argent public entre 2017 et 2018 du CICE vers les groupes privés, le montant global du CICE étant de l'ordre de 20 milliards au total.

    Je vous convie à lire le rapport bilan de France Stratégie de mars 2017 sur le CICE, rapport sur lequel se sont penché 2 groupes de chercheurs TEPP et LIEPP, groupes qui ne trouvent aucun résultat à ce transfert, à part quelques bricoles dont la création et la sauvegarde de 80 000 emplois en moyenne pour une somme des 40 milliards euros dépensés. (ce qui met l'emploi à
    500 000 € environ)

    Faites le calcul d'un emploi de fonctionnaire de base "grassement payé", vous arriverez aux alentours de 30 000 € l'ETP..

    Ainsi donc, au nom de la compétivité et d'autre snoms d'oiseaux de ce type, on se retrouve avec des manips de baisses de dépenses publiques, accompagnées de baisses de recettes.

    Je pourrais évoquer l'impact de la suppression de la taxe d'habitation qui rend heureux les français mais qui est une calamité pour le fonctionnement des collectivités locale et les investissements qui donnent du travail aux PME du coin....etc

    Sauf biais de réflexion de ma part, il est probable que Macron nous prépare à quelques mises au devant le fait accompli d'ici deux ou trois ans

    -Braderie de biens publics aux secteur privé
    - Transfert de compétences publiques au privé
    - Désengagement public progressif du social et sanitaire

    Nous sommes dans le très court terme, et sauf preuve du contraire
    - où les gens ne voient rien venir,
    - où nous sommes dans l'acceptation que la loi de la jungle soit officiellement celle qui régit les interactions entre individus à moyen-long terme

    Quand on soutient ça, il est alors inutile de faire semblant de s'inquiéter pour l'avenir de ses gosses..

    Stanislas

    RépondreSupprimer
  7. Ha la rentabilité ! Est-ce que soigner les personnes âgées est rentable? Le libéralisme , attention, terrain très dangereux...

    RépondreSupprimer
  8. "la littérature n'est pas ton truc, la philosophie t'échappe, en économie tu es une tache, en sociologie une brêle, et en histoire-géo tu es à la masse."

    Pas de bol, très bonnes notes au bac français, 18/20 à l'épreuve de philo, j'ai suivi des cours de sociologie et rédigé un mémoire avec un collègue de Crozier en sociologie des organisations, une formation en économie avec des économistes chercheurs pendant mes études.

    J'ai 3 bac +5, ingénieur, école de commerce et droit.

    Le crétinisme ignare et baveux est de ton côté, pauvre niais pathétique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hé hé hé… Tu as fini par tomber dans le piège ! Ah ! La vanité du diplôme poussée jusqu'à citer ses notes du Bac… J'ai fait ceci, j'ai fait cela… On dirait une veille pub pour les papiers peints Vénilia.

      Mais je n'ai jamais dit que tu étais sous-diplômé l'idiot. Au contraire, j'ai même deviné que tu étais ingénieur sans que tu en aies dit un seul mot. Cela date précisément du 21 août dernier à 20h37 : "On sent le gars qui a un vernis de culture scientifique (ingénieur ?), mais peu de savoir littéraire, historique et philosophique, alors qu'il aimerait bien passer pour Pic de la Mirandole" (http://www.gaullistelibre.com/2017/08/le-comite-orwell-denonce-une-democratie.html?showComment=1503340630869#c4535941348139259275). C'est pas beau ça ? Pour l'effet de surprise que tu escomptais, c'est complètement raté.

      J'adore la pédanterie presque désespérée de "j'ai rédigé un mémoire avec un collègue de Crozier". Et tu es fier d'être l'"homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours" ? En gros, tu as rédigé un petit mémoire à deux balles, mais tu t'imagines pouvoir te faire mousser en plaçant le nom de Crozier. Tu n'as reçu qu'une initiation à la recherche car tu n'es pas docteur (facile à deviner en fait au vu de la manière dont tu utilises tes références : on sent le type qui n'a pas l'habitude d'approfondir), tu n'es pas Crozier et tu n'as même pas été son élève : c'est tout ce que les gens pas trop stupides retiendront de ton procédé, pauvre nigaud !

      Et je n'ai rien à retirer à ce que j'ai dit de toi. Parce qu'aucune supériorité issue de toutes ces belles études ne se retrouve dans la qualité de tes propos. Parce qu'à chaque fois que tu cherches à la ramener avec ta science tu trouves le moyen de te vautrer. Alors 3 bac+5 pour en arriver là… Il y a des intelligents diplômés et des ânes diplômés. Tu es juste un âne diplômé comme il y en a tant. Nous sommes gouvernés par un type réputé brillantissime sur la base de ses diplômes, comme toi en gros, mais qui pense que Villeurbanne est dans la banlieue de Lille et que la Guyane est une île. Et quand il dit une connerie, tout comme toi, il est trop lâche et trop imbu de sa petite personne pour l'admettre. Et comme toi, il se cache derrière un nom célèbre (Ricœur) pour faire croire qu'il a une envergure intellectuelle. Tu n'as même pas le mérite de l'originalité.

      À très bientôt le clown diplômé.

      Supprimer
  9. @ Anonyme 11h09, Sylvie, YPB, Ivan, Corinne & Stanislas

    Merci pour vos commentaires

    Bien d’accord pour dire que les carences du service public dépassent le cadre du transport ferroviaire outre-Manche

    @ Troll

    Vous ne faites pas honneur aux diplômes que vous dites avoir… Soit dit en passant, j’ai travaillé dans l’industrie

    RépondreSupprimer
  10. "Tu n'as même pas le mérite de l'originalité."

    Toi tu as une forme de mérite, d'être un con puant la merde.

    "Soit dit en passant, j’ai travaillé dans l’industrie"

    Combien de temps, où et pour y faire quoi. Si c'est en France, c'est déjà pas une référence, vu la connerie de l'encadrement français qui explique beaucoup de choses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Toi tu as une forme de mérite, d'être un con puant la merde".

      Je te ressemble à ce point ? EEEEEK ! Là j'ai carrément peur ! T'aurais pu me dire que c'était contagieux tout de même !

      "Combien de temps où et pour y faire quoi".

      En fait, tu agonis d'injures les gens, mais tu es en même temps en quête d'un dialogue malgré tout, puisque tu continues à interroger ceux que tu prétends mépriser. Ici, c'est Laurent, mais tu l'as fait à d'autres. C'est touchant en un sens. Et bien odieux et stupide tout de même (comme si quelqu'un que tu traînes dans la boue par pure malveillance et hypertrophie de l'ego allait perdre du temps à répondre à tes questions posées sur un ton comminatoire…). C'est tout toi.

      "Si c'est en France, c'est déjà pas une référence, vu la connerie de l'encadrement français qui explique beaucoup de choses".

      Toujours ces frustrations de NE PAS AVOIR ÉTÉ RECONNU EN FRANCE… T'es juste une grosse boule de frustrations et de rancœurs incontrôlées au fond. Tout s'explique. Tu veux qu'on en parle (question toute rhétorique évidemment…) ?

      Allez ! Tu vas pas faire la gueule sous prétexte que j'ai dis que tu étais sottement satisfait d'être l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours ? La vérité peut pas te vexer à ce point !

      Supprimer
    2. Oh non ! J'ai fait une faute ! J'avais raison, t'es contagieux.

      Supprimer
  11. "Vous ne faites pas honneur aux diplômes que vous dites avoir… "

    Je pense que si, vu le niveau de votre connerie imbitable ainsi que vu la médiocrité crasse de la majorité de vos commentateurs, une vraie bande de minables sortis du caniveau, des résidus de fausse couche, des avortons moisis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MOI : Tu es prétentieux, vulgaire, frustré, obsédé de fantasmes morbides et scatophiles.

      TOI : Pas du tout ! T'es qu'un jaloux ! J'ai trois fois failli décrocher un doctorat et j'ai travaillé avec l'homme qui a vu l'homme qui a vu l'ours ! Sale con puant la merde, minable sorti du caniveau, résidu de fausse couche, avorton moisi !

      MOI : OK, là je suis vraiment réfuté. J'me sens tout plein de respect pour toi finalement.

      Supprimer
    2. Même quand tu fais dans la vulgarité, tu ne connais pas le sens des mots que tu emploies :

      http://www.le-dictionnaire.com/definition.php?mot=imbitable

      Je doute que tu aies souhaité faire savoir que tu trouvais Laurent inintelligible, abscons. Le spécialiste des expressions sottement pompeuses et faussement savantes ("j'apporte une articulation argumentative archéologisée, ce que tu es totalement incapable de faire, car incapable d'en comprendre l'heuristique"), c'est toi. On sait aussi grâce à tes confidences non sollicitées qu'il t'a fallu trois bac+5 pour écrire "maître-étalon" au lieu de "mètre-étalon". T'es trop fort l'ingénieur.


      L'une des rares occurences d'"imbitable" utilisé dans le sens que tu sembles lui donner (insurpassable, incomparable, sans équivalent) se trouve ici : http://http://forum.doctissimo.fr/psychologie/harcelement-moral/narcissique-temoignage-pervers-sujet_1139_2.htm/. Mais j'en ai déniché une autre : http://forum.doctissimo.fr/psychologie/harcelement-moral/narcissique-temoignage-pervers-sujet_1139_2.htm.

      Tu interviens aussi sur ces forums ou c'est juste qu'on y trouve des intervenants à la fois aussi prétentieux et aussi limités culturellement que toi ?

      Supprimer
    3. Erreur, j'ai copié-collé deux fois le même lien : l'autre occurence de "connerie imbitable" c'était http://www.jeuxvideo.com/forums/1-26-8111202-7-0-1-0-0.htm

      C'aurait été dommage de rater ça…

      Supprimer
  12. Anonyme18 février 2018 à 10:05

    Gros beauf, je te conseille d'aller voir les Tuche, c'est tout à fait le niveau qui te convient, la médiocrité indécrottable des franchouillards stupides de ton genre.

    Tu seras écrasé par ta propre nullité de plouc bouseux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "je te conseille d'aller voir les Tuche"

      Je connais pas, mais c'est sympa de nous faire connaître tes centres d'intérêts.

      Supprimer
    2. Et puis un type qui t'a mouché deux fois en bons vers français (y compris le respect de l'alternance rime féminine-masculine…) ne peut pas être un beauf inculte. Nan. N'insiste pas, c'est pas possible et personne n'y croira. Va falloir trouver d'autres insultes, parce que pour l'instant (et pour longtemps à mon avis), ici c'est toi le plouc.

      Supprimer