dimanche 4 février 2024

Agriculture : le laisser-passer n’est pas une fatalité

« Si on remet en cause les accords de libre-échange, c’est tout une part de l’agriculture française aussi qu’on prive de capacité exportatrice » : Marc Fresneau s’est livré à un exercice tout macroniste, défendre en même temps les accords de libre-échange tout en disant s’opposer au Mercosur. Mais plutôt que de rester dans les postures superficielles qui prédominent dans notre pays et en Europe, mieux vaut regarder vers l’Asie pour constater qu’un autre modèle agricole existe.

 


Fortement protéger ses agriculteurs, c’est possible

 

Gabriel Attal n’a pas été si prolixe sur l’agriculture dans son discours de politique générale. Bien sûr, parler d’une « exception agricole française » pourrait être intéressant, mais ce gouvernement tord tellement les mots en disant l’inverse de ce qu’il fait, et inversement, qu’il est difficile d’en attendre quoi que ce soit. D’ailleurs, il avait bien conscience de n’avoir proposé que des mesures techniques dérisoires puisqu’il a cru bon devoir dire que le gouvernement « ne résoudra pas la crise agricole en quelques jours ». Nous sommes exactement dans le même cas de figure que lors des Gilets Jaunes, à savoir des demandes très claires (alors, plus de justice sociale et plus de démocratie) auxquelles le gouvernement ne veut pas répondre car cela lui imposerait de renier l’ensemble de la politique qu’il mène depuis 2017.

 

Dans le cas des agriculteurs, leurs demandes sont finalement assez simples : pouvoir gagner dignement leur vie avec leur métier (alors qu’un tiers d’entre eux gagnaient 350 euros ou moins, dont une trop grande partie carrément en déficit) et mettre fin à la concurrence déloyale de produits venus de payer aux règles sanitaires tellement moins contraignantes que les nôtres. Bien sûr, l’exécutif a annoncé vouloir bloquer le Mercosur, limiter les importationss venant d’Ukraine par des quotas, et imposer des clauses miroirs pour s’assurer que les produits qui rentrent en France doivent respecter nos normes, pour ne pas faire une concurrence déloyale à nos agriculteurs. Mais on sait qu’entre la parole et les actes, il y a souvent un grand écart. D’abord, d’autres accords commerciaux sont déjà passés, comme avec la Nouvelle Zélande, et tout le cadre de l’UE va contre les clauses miroir, au nom de la liberté de circulation des biens.

 

Mais surtout, les pays asiatiques montrent depuis des décennies, comme la CEE en son temps, qu’il est parfaitement possible de s’ouvrir raisonnablement au monde tout en protégeant son modèle agricole. Il n’y a que l’UE pour s’ouvrir autant aux importations alors même que ceux qui lui vendent restent largement fermés. Comme pour l’automobile (plus de 90% des véhicules vendus au Japon, en Corée du Sud et en Chine sont fabriqués dans leur pays), ces pays, comme bien d’autres, ont choisi d’assurer une vraie souveraineté agricole. Comme The Economist l’avait rapporté, le Japon osait des droits de douane de 300% sur le riz, et la Corée du Sud de 200%, quitte à assumer un prix bien plus élevé qu’ailleurs. Tout ce que vendent ces pays, et leur petite taille aurait pu les pousser à négliger leur agriculture. Mais ils préfèrent protéger leurs agriculteurs et avoir un prix de l’allimentation rémunérateur, en se coupant du marché mondial, par des droits de douane, mais aussi de multiples autres mécanismes protectionnistes.

 

Sans cet arsenal, impossible de protéger nos agriculteurs des eaux froids des marchés globalisés qui ne tournent que pour une petite oligarchie. Il est intéressant de voir la révolte paysanne faire tache d’huile dans tant de pays européens, ce qui montre bien que le problème ici, c’est bien l’UE. La déconstruction de la PAC originelle, qui protégeait les marchés européens par des prix minimums et des quotas est une monstruosité en aucun cas nécessaire, tant les pays asiatiques montrent qu’il est parfaitement possible de s’ouvrir au reste du monde, tout en assumant une forte exception agricole. Malheureusement, il faut noter une nouvelle fois ici le rôle de l’Allemagne et de ses satellites, qui ont poussé à la déconstruction de la PAC pour obtenir l’ouverture de nouveaux marchés à leur industrie sans que nos dirigeants s’y opposent vraiment, comme il faut aussi le reconnaître, malheureusement. Mais le cas asiatique montre qu’il est parfaitement possible de vendre à l’étranger sans sacrifier le moins du monde son agriculture.

 

Si l’exécutif a gagné du répit avec la fin d’une grande partie des blocages, en ouvrant son chéquier et en annonçant de nombreuses mesures à tonalité protectionniste, il y a fort à parier qu’au bout du compte, si le prix des produits agricoles ne monte pas, les agriculteurs verront bien que les réponses n’étaient que conjoncturelles et que les annonces structurelles ne trouvent pas effet. Dans ce cas-là, on peut penser qu’une saison deux de cette révolte pourrait bien alors démarrer.

16 commentaires:

  1. L’UE dépense déjà une partie beaucoup trop grande pour l’agriculture. Il faudrait soutenir beaucoup plus l’intelligence artificielle plutôt que les paysans. Autant que je sache personne n’est obligé de devenir paysan.

    RépondreSupprimer
  2. Si on augmente le prix des produits agricoles, ce sont les consommateurs qui ne vont pas être content.

    RépondreSupprimer
  3. « Exception agricole française « : même Attal raconte des conneries pour faire plaisir au bon peuple français.

    RépondreSupprimer
  4. Le mieux est d’avoir une concurrence générale de tous contre tous. Vivement que les meilleurs gagnent et que les nuls perdent et disparaissent….

    RépondreSupprimer
  5. La France ferait mieux de preparer son avenir plutot que de s'occuper de son agriculture.

    RépondreSupprimer
  6. Tout d'abord les agriculteurs n'ont pas suivi votre appel et celui des gauchistes de la confederation paysanne à continuer le mouvement tout simplement parce que leur objectif c'est aussi l'allègement de normes et mettre un stop aux interdictions à tout va des pesticides et le gouvernement semble les avoir entendus, alors que vous avec vos positions hors sol vous leur avez expliqué que les normes c'est pas très grave et qu'il faut interdire le glyphosate et le priver d'un pesticide efficace sans alternative. Vous avez cru les instrumentaliser et vous nous avez aviez annoncé que le gouvernement n'aurait pas pu les calmer et c'est l'inverse ce qui s'est passé. Continuez à maintenir vos positions anti-glyphosate qui contribuent à la baisse des rendements et des salaires et jamais ils croiront que vous voulez les défendre.

    RépondreSupprimer
  7. Les paysans français se foutent complètement de l’environnement. Il veulent juste utiliser un maximum de glyphosate et de de pesticides. Quelle honte!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et ils ont bien raison. Car les paysans du monde entier s'en foutent encore plus qu'eux. Ils ont pas envie de finir comme les paysans du Sri Lanka qui ont suivi vos conseils, résultats la famine

      Supprimer
    2. Oui, continuons à utiliser pesticides, insecticides et tout autre produit chimique pour maximiser la production et les revenus des agriculteurs, première catégorie économique par patrimoine net.
      Le résultat est que la France, d'après le World Cancer Research Fund International, connait le plus fort taux de cancer AU MONDE, juste après le Denmark, autre champion de l'agriculture intensive.

      Supprimer
  8. ils ont totalement tort car ils detruisent notre pays. Quelle honte!

    RépondreSupprimer
  9. @ Anonymes

    Et puis, nous pourrions tout acheter à l’étranger, et en cas de mauvaises récoltes, les plus pauvres mourraient de faim ? Bien sûr, des prix plus élevés pèseraient sur les consommateurs, mais cette logique du toujours moins cher est aussi celle qui préssurise les salaires. Il faut casser ce cercle vicieux. Mieux vaut des prix plus élevés, qui permettent des salaires plus élevés. C’est la logique du Japon ou de la Corée du Sud, plutôt des pays qui ont réussi ? Dans le futur, nous continuerons à nous nourrir, donc l’agriculture, c’est le futur.

    Sur les pesticides, le raisonnement des agriculteurs est simple : soit vous les interdisez, mais alors vous interdisez les productions de pays qui les utilisent., soit vous laissez faire. Bien évidément, le gouvernement a choisi la seconde voie, la seule possible dans l’UE…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas le raisonnement des agriculteurs mais le votre. Si vous interdisez les pesticides vous déclenchez une famine comme au Sri Lanka. Je vous signale par ailleurs que l'agriculture biologique utilise elle aussi des pesticides. Il faudrait arrêter de parler a leur place et croire que les gauchistes de la confederation paysanne les représentent quelque chose. La preuve que non ils ont appelé à poursuivre le mouvement et tout s'est arrếté.

      Supprimer
  10. Sur les pesticides (comme sur beaucoup d’autres sujets), l’UE doit être un précurseur et l’exemple à suivre. « Nous utilisons des pesticides parce que les autres le font aussi «  est du niveau d’un enfant de 4 ans…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a déjà eu un précurseur : Le Sri Lanka. Et ça s'est terminé en famine. Donc c'est votre raisonnement qui est celui d'un enfant de 4 ans ou alors d'une personne malveillante qui veut la destruction de l'agriculture française et UE

      Supprimer
  11. Je suis bien d'accord pour dire que la France (et éventuellement l'UE) devrait être encore plus en pointe dans le domaine. Mais l'agenda de l'UE est bien trop influencé par les lobbys pour cela. Et du moment où les biens circulent trop librement, et qu'il n'y a pas réciprocité (dans le sens où on laisse entrer des produits qui utilisent des pesticides que nous n'autorisons pas - politique aberrante), cela peut accentuer la concurrence déloyale par l'écart de coûts que cela produit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais les agriculteurs ne sont pas d'accord avec vous. Ils savent très bien que si on suit votre agenda, ça va se terminer en famine comme au Sri Lanka qui a interdit les pesticides.

      Supprimer