vendredi 6 avril 2012

Le programme d’un président à la dérive


Hier, Nicolas Sarkozy a présenté 32 propositions pour essayer de convaincre les Français de lui accorder un second mandat. Mais ce « programme », qui comprend la plupart des mesures annoncées depuis quelques semaines n’est guère présidentiel.

Une collection sans queue ni tête

Ce qui frappe le plus dans cet inventaire à la Prévert est l’absence de fil conducteur. Cette collection de 32 mesures d’importance très diverse et plus ou moins concrètes reflète terriblement bien la présidence Sarkozy, qui n’est qu’une addition d’annonces sans queue ni tête. Bien entendu, un certain nombre de mesures ont du sens, mais certaines ressemblent essentiellement à des incantations qui ne reposent pas sur des propositions véritablement concrètes.

C’est ainsi que la réciprocité dans les échanges commerciaux n’est pas inintéressante en principe, mais cela rappelle les incantations de la campagne de 2007 sur l’euro, qui n’ont absolument débouché sur rien, malgré l’opportunité historique qu’avait Nicolas Sarkozy après le non des Français en 2005. Et il est particulièrement culotté d’évoquer le besoin de référendum comme première mesure, alors que la première chose qu’il a faite a été de bafouer le vote du 29 mai.

La proposition 17, « savoir lire et écrire en entrant au collège » tient de l’incantation sans proposition concrète, surtout après avoir supprimé tant de postes et démotivé les enseignants. L’allègement des charges salariales n’est pas inintéressante mais tout dépend du dispositif fiscal. Les accords emploi compétitivité restent une proposition bien nébuleuse qui ne dit rien qui vaille sur l’évolution des salaires, si cela est proche du plan Schroeder en Allemagne.

Inspirations et boucs émissaires

Malgré tout, quelques mesures ne sont pas inintéressantes (maisons de santé, plan de rénovation urbaine, suppression de deux normes pour une créé, loi d’achat européen). Il est assez amusant de voir quelques propositions de Debout la République reprises ici, comme le contrôle des frontières, la réduction de 50% du nombre d’immigrés (contre un timide -10% annoncé dans un premier temps par Claude Guéant), un impôt citoyen ou une réforme de l’imposition des sociétés…

Mais on note également dans ce catalogue la volonté implicite et habituelle de désigner des boucs émissaires : les chômeurs qui n’accepteraient pas d’emploi, les exilés fiscaux, les grands groupes, les professeurs (qui ne travailleraient pas assez), les immigrés, l’Europe qui ne contrôle pas ses frontières, les mineurs délinquants (avec une énième réforme). Le sarkozysme finissant revient à ses basiques : la division et la désignation de coupables de nos difficultés.

C’est sans doute pourquoi Marianne 2 y voit un programme inspiré par Philippe de Villiers. Plus globalement, cet embryon de programme apparaît comme un projet de droite assez traditionnelle, plutôt conservatrice. Le grand nombre de mesures concernant la justice ou l’immigration pose la question du bilan de celui qui est en charge de ces questions depuis 10 ans… Il faut noter qu’il n’y a rien sur la réforme de la finance, qu’il promettait pourtant de moraliser.

Ce programme est une addition de mesures destinées à suffisamment de clientèles pour essayer d’obtenir une majorité le 6 mai. Mais il y manque une vision globale de la France et beaucoup de sujets essentiels sont totalement oubliés. Une petite candidature suit cette petite présidence.

21 commentaires:

  1. Je suis vraiment surpris que les courants gaullistes traditionnels n'aient rien pu faire pour éloigner cet homme qui fait tant de mal à la droite...

    Le vrai nom de son programme :
    http://www.sarkozy-2012-ump.com/2012/04/nicolas-sarkozy-32-bonnes-raisons-de-te-larguer/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais bien sûr maintenant le problème de la droite c'est NS, sachant que le courants gaullistes traditionnels (autoproclamés) sont credités de 1% dans les sondages, ça serait anti-démocratique qu'un infime minorité des français decide d'eloigner tel ou tel autre président.

      Supprimer
    2. il semblerait que votre lien soit infecté par un virus

      Supprimer
    3. Ah ça marche bien ici en tous cas... peut être la censure (haha)

      Supprimer
  2. Le problème, Laurent, c'est qu'au final ce sera l'un des deux candidats principaux, tous les deux "à la dérive" (et dieu sait que les pédalos ça dérive vite et fort), qui va diriger la France pour 5 ans.
    Moi je sais déjà que je m’abstiendrai, ne pouvant donner ma voix à ceux qui se sont assis sur notre vote de 2005 !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne jugez pas trop vite le 1er tour ;)
      2005 fut justement un bel exemple de la propagande politico-médiatique qui nous vendait le OUI comme acquis à 95%, mais la surprise fut de taille pour tous les médiacrates alignés. (même si le monarque nous aura finalement imposé ce traité européen en 2008 en amendant la constitution)
      2012 pourrait bien leur révéler encore une surprise avec le NON de 2005 qui se rassemble autour du Front de Gauche, les seuls à vouloir quitter le traité de Lisbonne au plus vite!
      Après on peut discuter la conviction de vouloir garder la monnaie unique, de vouloir réformer le statut de la BCE pour ne plus laisser la création monétaire aux mains des banksters, au lieu de simplement revenir au Franc (franchement?), mais la volonté du FdG à vouloir "couper l'herbe sous le pied" de l'élite financière est bien réelle, et nous savons que la réforme complète de l'UE c'est avant-tout une question de volonté politique (une volonté inexistante pour le moment, accompagnée d'une politique non représentative des peuples qui subissent ces directives) et cela peut changer demain.
      Mais je ne vous apprends rien je crois, car vous connaissez surement la position de J.Généreux (entre autres) à ce sujet.
      http://jacquesgenereux.fr/news/gouverner-face-aux-banques

      Puis si le Front de Gauche passe, la refonte de notre constitution (l'abolition de cette monarchie et de ce système électoral aristocratique) nous permettra d'avoir un droit de regard et de décision sur les futurs choix politiques, via des référendums d'initiative populaire et un contrôle public de toutes les institutions (de la politique budgétaire aux médias, en passant par l'éducation, le travail, etc) et SURTOUT l'impossibilité pour les élus de modifier la nouvelle constitution sans la décision du peuple.
      Un bon moyen d'éradiquer la domination UMPS une bonne fois pour toutes!

      Si le 2ème tour se résume encore à ce bipartisme illusoire, je ne voterai pas non plus, comme beaucoup je pense! (je ne me résignerai pas à voter pour une politique vérolée qui ne cherche qu'à nous vendre pour satisfaire la cupidité d'une oligarchie non élue)...
      Mais en attendant, l'élection se joue bien au 1er tour, et non pas au 2ème. Et si finalement au 2ème tour on avait un FDG présent?... Mélenchon se retrouvera alors face à un des candidat-larbins de la finance libérale, et que pensez-vous que ça donnera!?
      Le laquais de Bruxelles se fera plier en quatre par JLM, bien évidemment! Et si ce "chien de garde de la dette publique" refuse le débat, ce qui est fort possible, il sera discrédité. D'autant plus que ce débat à déjà lieu dans toute la France en ce moment même, notamment grâce à l'Audit Citoyen de la Dette ou encore grâce au travail des "économistes atterrés", mais là encore, je ne vous apprends rien je crois.
      http://www.audit-citoyen.org/?page_id=54

      Alors peu importe les convictions, ou les grandes lignes du programme du FdG (qu'on peut trouver utopiques ou irréalistes)... Rien que la constituante pour une VIème République devrait nous interpeller. Il faut soutenir cette réforme afin de ne plus revivre ce cirque politique à l'avenir. Il est plus qu'essentiel de rédiger une nouvelle constitution, maintenant!

      Participons à cette page d'histoire tous ensemble, et élisons le dernier président de la Vème République!!!
      ...surtout que le temps de la constituante, on sera sorti du traité de Lisbonne et de l'OTAN, et le FdG ne se laissera pas impressionner par la Troïka et ses grands airs (dans leurs costumes à 5000€)!

      Supprimer
  3. Sachant que NDA a dit exactement la même chose sur l'europe qui ne contrôle pas les frontières cet artcile est d'une mauvaise foi incroyable, mais bon votre objectif est de descendre NS.

    RépondreSupprimer
  4. "Mais il y manque une vision globale de la France et beaucoup de sujets essentiels sont totalement oubliés. Une petite candidature suit cette petite présidence."

    Ah oui parce que la votre elle est sérieuse vision globale de la France, après la tuérie de Toulouse dont vous avez pas dit un mot (normal ça rentre pas dans votre schèma idéologique) vous auriez le courage de rédire vos salades sur le boycott d'Israël? Au lieu de se poser la question de savoir pourquoi vous êtes credité de 1% dans les sondages vous préfèrez distribuer vos points au programme de Nicolas Sarkozy, mais au fond vous vous prenez pour qui? Votre candidat qui va bailloné devant l'assemblé nationale qui avec son pote cantona (qui avait lancé sans y participer l'initiaitive de rétirer l'argent des banques) s'amuse à dire que NS est une catastrophe ambulante et Hollande un mec bien. Qui se fait expulser par le FDG sans même que méluche comdamne. Si c'est ça la vision globale de la France... c'est de l'amateurisme pur et simple.

    RépondreSupprimer
  5. patrice lamy6 avril 2012 18:14

    Je l'ai déjà dit mais c'est faire trop d'honneur a cet individu que d'en parler

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si Laurent Pinsolle ne parle pas de NS il n'aura plus rien à dire, toutes ses polémiques sont centrés sur la critique du Président actuel.

      Supprimer
    2. Je dois dire que je ne me suis pas longuement appesantie sur les propositions de Sarkozy, quel intérêt puisqu'on sait qu'il n'a aucune intention de les appliquer et n'en est d'ailleurs pas capable compte tenu du carcan stratégique, juridique, financier, idéologique, dans lequel il s'est enfermé (et nous avec) et des intérêts qu'il sert.

      Je suis d'accord avec AJ Holbecq sur l'impossibilité "morale" de voter au 2e tour pour un des artisans du coup d'Etat de 2008.. Mais je crois quand même que je serais prête à passer là dessus en pratique pour réduire le risque de voir Sarkozy revenir abaisser et torturer la France (et ses pauvres, et ses jeunes...) pendant 5 ans. Et d'un point de vue tactique également, je devrais voter Hollande pour contribuer à l'implosion de l'UMP et à la reconfiguration de la droite; par ailleurs j'ai à tort ou à raison une certaine sympathie pour Hollande (que je crois honnête, lâche mais honnête..) et certains membres de son entourage (Cahuzac, Valls...). Et j'aimerais voir Hollande au pouvoir aux prises avec la pression de Mélenchon, ce serait sûrement non seulement distrayant, mais fécond en termes de prise de conscience par la gauche (et surtout son électorat) du fait que l'Europe est largement irréformable, du moins de la manière dont ils comptent s'y prendre...Donc je ne suis pas encore sûre, mais je pense, oui, que je voterais Hollande, sans pour autant être trop fière de moi ... Malgré ses prises de position sur le vote des étrangers que je trouve démagogues, clientélistes et dangereuses. Mais Marine sera au 2e tour ! Et si c'est NDA, je voterai pour lui, promis, car je ne suis pas rancunière, ou du moins je fais passer la France avant tout!

      Supprimer
  6. Outre les propositions présentées, sachez que Sarkozy est le champion des boniments, des bobards
    http://www.wmaker.net/mappemonde

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr parce que les autres président des bobards n'en n'ont jamais racconté, un peu comme les radiations qui s'étaient arrêté à la frontière avec l'Italie à l'époque de tchérnobyl.

      Supprimer
    2. Justement, je crois me souvenir que si N.Sarkozy n'en était pas l'artisan, il a tout de même participé au silence et à la désinformation concernant le fameux nuage... non ?

      Supprimer
    3. Tout comme il a menti sur sa présence à Berlin le jour de la chute du mur, sur sa présence à Fukushima ou il n'a jamais mis les pieds après l'incident (c'était Tokyo, légèrement plus loin et moins risqué), il a également menti sur sa participation au vote sur le traité de Maastricht, etc, etc...

      Discours d'investiture de Nicolas Sarkozy en 2007 :
      "Je ne vous mentirai pas"

      Supprimer
  7. Arthur Antunes Coimbra6 avril 2012 23:01

    Au fond, vous restez un villepiniste. Le malheur c'est que le villepinisme n'est ni un courant d'idée ni un courant politique. Malheureusement, le sarkozysme, lui, est un courant politique, mais vieux comme le monde. Costume cintré, mais aucun rapport au peuple. Vous voterez Hollande, comme Dominique, c'est une évidence.

    RépondreSupprimer
  8. @ Varg

    C'est Chirac qui lui a remis le pied à l'étrier en 2002. S'il ne l'avait pas nommé ministre, il ne serait jamais revenu...

    @ A-J H

    J'ai toujours pensé que l'alternative ne viendrait pas en 2012. Je pense que je vais voter blanc...

    @ Fiorino

    Sarkozy est ridicule sur l'Europe. Il a accepté le TCE que les Français avaient refusé et il n'est critique que dans les trois mois avant les élections présidentielles.

    Je n'écris pas tous les jours sur Sarkozy, loin de là...

    @ Tout va très bien

    Merci. Je vais essayer à nouveau de mettre le lien vers votre site mais je crois qu'il y a un bug entre wmaker et blogger.

    @ Arthur

    ????

    RépondreSupprimer
  9. Encore avec c'est histoire de TCE, vous voyez très bien que les français s'en foutent. Avec hollande oui la France sera vraiment ridicule sur la scene internationale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sarkozy malgré ses agitations est devenu ridicule sur la scène internationale, un Berlusconi bis.

      Supprimer
    2. effectivement, Sarkozy commence à ressembler à son copain Berlusconi avec les scandales sexuels en moins : dommage, au moins ça c'était parfois drôle.

      Supprimer
    3. tss tss ce n'est pas "c'est" Français qui s'en foutent, c'est Sarkozy qui s'est bien foutu des français.
      Et pour votre gouverne, il y avait eu à ce referendum une participation de presque 70%, trouvez moi une élection ou il y a eu un tel taux ces dernières années... si c'est comme ça que vous jugez l’intérêt des français pour la politique vous ne valez guère mieux !

      Supprimer