lundi 7 octobre 2013

Marine Le Pen, vous et votre parti êtes bien d’extrême-droite


La présidente du FN a affirmé « qu’affubler le FN du terme d’extrême-droite est une faute déontologique des journalistes, un acte de militantisme et une bavure intellectuelle ». Un moyen habile de faire parler d’elle, mais aussi un moyen de rappeler qu’il s’agit d’une imposture.



Acte de communication

Pour essayer de conquérir de nouvelles parts de marché électorales, comme l’expliquait Marine Le Pen dès avril 2010, le FN veut se dédiaboliser. Par conséquent il veut sortir de sa classification à l’extrême-droite du paysage politique. Mais faut-il le croire sur parole ? La réponse est simple : non. Non pour plusieurs raisons. Tout d’abord, l’histoire politique incite à être prudent. Il ne fallait pas croire Jérôme Cahuzac quand il niait les accusations. En outre, Marine Le Pen est juge et partie dans l’histoire : elle a intérêt à ce qu’on la sorte de cette classification. Tout cela incite à une grande méfiance.

L’autre problème est que Marine Le Pen n’est pas honnête. Quand elle parle d’immigration, elle ne cesse d’avancer des chiffres grossièrement exagérés. Pourtant, il s’agit d’un sujet que le FN devrait maîtriser. Elle évoque un coût de l’immigration compris entre 35 et 70 milliards d’euros et cite Jean-Paul Gourévitch en référence. Tout le problème est que l’intellectuel avance un coût trois quarts inférieur… Idem sur le nombre d’immigrés. Marine Le Pen avait affirmé que la France est « championne d’Europe ». Bien au contraire, nous sommes un des pays qui en accueille le moins. Quand il y a deux cent mille entrées dans l’hexagone, c’est le triple en Grande-Bretagne ou cinq fois plus en Allemagne.

Des racines et des branches à l’extrême-droite

Non seulement il est difficile de croire une personne qui ment aussi sciemment sur un sujet dont on ne peut pas douter qu’elle connaît les tenants et les aboutissants. Mais en plus, grossir de manière aussi abusive les chiffres de l’immigration pour chercher à faire peu, est typique d’un parti d’extrême-droite. Mais ce n’est pas suffisant. Comme l’a souligné Laurent de Boissieu, les liens du Front National avec l’extrême droite la plus radicale (anciens néo-nazis, nostalgiques de l’OAS, vichystes) sont nombreux et avérés. Bien sûr, une purge a eu lieu depuis 2011, mais est-elle sincère ou calculée ?

Enfin, Marine Le Pen et Louis Aliot, ont chacun plusieurs casseroles qui les marquent clairement à l’extrême-droite. Même si on exclut le « charme » qu’elle trouve à certains propos de son père, qui, sinon des dirigeants d’extrême-droite, peuvent publier sur les réseaux sociaux des hommages politiques à Dominique Venner, intellectuel clairment positionné à l’extrême-droite, ancien de l’OAS ? Louis Aliot s’est aussi illustré en publiant sur son site des hommages à Bastien-Thiry, l’homme qui avait organisé la tentative d’attentat contre le Général de Gaulle. On peut citer les déclarations de Marine Le Pen sur la bi-nationalité (l’acceptant pour les européens, pas pour les autres) ou sur les Merah en puissance.

Il y a d’innombrables éléments qui classent le FN à l’extrême-droite. Et c’est aussi le jugement de 77% des Français, 74% ne lui faisant pas confiance pour gouverner. En revanche, la plupart des électeurs du FN ne sont pas d’extrême-droite, ils expriment principalement une colère pas illégitime contre le PS et l’UMP.

77 commentaires:

  1. D'après Asselineau, votre parti l'est aussi, cher Monsieur Pinsolle:

    https://www.facebook.com/notes/fran%C3%A7ois-asselineau-union-populaire-r%C3%A9publicaine/%C3%A0-propos-du-nouvel-appel-du-pied-de-m-dupont-aignan-%C3%A0-mme-le-pen/10151629846087038

    Et puis de toute façon, c'est çui qui dit qui y est. Franchement, tout cela est ridicule et n'inspire que le microcosme des medias, vous devriez remettre les pieds sur terre, les uns et les autres.

    Le Gars Huzac

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il serait en effet temps d'agréger les différents micro partis (certains plus micro que d'autres...) au sein d'une force qui puisse avoir un poids et une audience réels suffisants pour compter dans le paysage politique national : une force capable de montrer une voie différente et de proposer enfin aux électeurs une alternative crédible au duopole UMP et PS, et à leur seul challenger, le FN...

      Nous sommes à 8 mois des électeurs européennes, et il serait temps de s'y mettre, ne croyez-vous pas ???
      Pimo.

      Supprimer
  2. @Laurent Pinsolle,
    "Bien sûr, une purge a eu lieu depuis 2011, mais est-elle sincère ou calculée ?"
    Non, la purge est simplement générationnelle: les anciens collabos, OAS et autres nostalgiques de l'Algérie Française, qui pour certains d'entre eux ont fondé le FN, sont soit morts, soit très vieux, ou sont rentrés dans le rang comme comme les politiciens Gérard Longuet, Alain Madelin ou Patrick Devidjian, ou encore les intellectuels comme Alain de Benoist.
    Bref, il y a un changement de génération au FN et à l'extrême-droite qu'il ne faut pas négliger.
    D'ailleurs, j'ai tendance à dire qu'entre le FN fondé en 1972 et celui d'aujourd'hui, il y a la même différence qu'entre le PS issu du congrès d'Epinay-sur-Seine et le PS d'aujourd'hui...


    CVT

    RépondreSupprimer
  3. Cette discussion du FN d’extrême droite ou non est identique a la discussion sur le sexe des anges les Français s'en foutent désormais le discours des bons d'extrême gauche et les méchants d'extrême droite s'est effondré et les parti dit de gouvernement sont disqualifiés alors ...

    RépondreSupprimer
  4. Laurent Pinsolle est juge et partie dans l’histoire : il a intérêt à ce qu’on la laisse de cette classification (c'est la raison d'être de son mouvement). Tout cela incite à une grande méfiance.

    RépondreSupprimer
  5. Le FN ne se situe pas à l'un des extrêmes de l'axe gauche-droite tracé par le PS et l'UMP. Le terme "extrême-droite", dans le contexte politique actuel, n'est qu'un gadget pour brouiller les pistes.

    RépondreSupprimer
  6. @ Pinsolle
    Donc vous n'êtes pas d'accord avec NDA qui lui ne considère pas MLP d'extreme droite mais uniquement le FN.

    RépondreSupprimer
  7. @ laurent,
    Pour ma part, je trouve NUL de relancer la polémique sur le sujet...C'est excessivement dangereux, nous nous isolons, Parlons donc d'idées, d'idées réalisables pour sortir de la situation dangereuse dans laquelle nous nous trouvons. Si nous sommes clairs vis à vis de tous les partis, de la gouvernance et que nous nous adressons aux électeurs à tous les électeurs d'où qu'ils viennent car, dans tous les partis il y a des gens qui pensent comme nous et, une fois pour toutes soyons clairs et nets sur notre programme axé sur la justice et l'égalité pour tous.
    Ecoutons les français, eux ils savent ce qu'ils veulent et disent ce qu'ils attendent ...Ne pas écouter qu'une seule catégorie d'experts, écoutez le pragmatisme des entrepreneurs petits et moyens, donnons leur les moyens
    FRANCHISE et non langue de bois et partialité

    RépondreSupprimer
  8. Toute la classe politique se goberge avec ce qui figure sur l'étiquette, les Français s'intéressent à ce qui est dans la boîte.

    RépondreSupprimer
  9. "Idem sur le nombre d’immigrés. Marine Le Pen avait affirmé que la France est « championne d’Europe ». Bien au contraire, nous sommes un des pays qui en accueille le moins. Quand il y a deux cent mille entrées dans l’hexagone, c’est le triple en Grande-Bretagne ou cinq fois plus en Allemagne."

    Cet article :

    http://paa2007.princeton.edu/papers/70869

    donne page 2 le pourcentage de musulmans dans la population des pays européens, et montre que la France est bien le pays qui en compte le plus.
    Ils viennent bien de quelque part...?

    En Grande-Bretagne il y a eu une forte hausse de l'immigration d'Europe de l'Est...à partir des années 2000.
    Cette hausse fait débat, ce débat est public et basé sur des données fiables plutôt que sur des anathèmes, ce qui fait aussi une petite différence avec la France.

    En Allemagne, la citoyenneté n'est pas accordée automatiquement, on demande aux migrants de connaitre la langue avant de les accepter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Intéressant même si les chiffes ne sont pas toujours actualisées. En France depuis 1998 aucune statistique sur l'indice de fécondité des migrants selon la nationalité est disponible.

      Supprimer
  10. Petite question: "ou commence l'extrémité ?"
    On peut définir facilement l'extrémité d'un segment, d'une route, d'un objet, mais d'un parti politique?
    Historiquement, lors de l'attribution des places des députés dans l'hémicycle, on a cherché a éloigner le plus possible les gens dont les idées étaient les plus opposés. On considérait alors que l'éventail des idées allait de la gauche vers la droite et ceux dont les convictions semblaient les plus fortes, donc les plus opposés aux autres, devaient être éloignés le plus possible.
    Les rangs d'extrémités accueillaient ainsi les plus "ultras" avec les révolutionnaires du coté gauche et monarchistes installés sur le coté droit.
    Lorsque, dans l'opinion publique, un courant de pensée réunit un pourcentage important (de 15 à20%) on ne peut plus parler d'extrémisme car cela n'a plus aucun sens. C'est comme supprimer le dernier wagon du métro.
    Laurent, nous comprenons que vous n'aimiez pas Marine Le Pen, ni le FN, mais ne confondez pas l'Histoire et l'actualité. Laissez ce comportement aux socialistes, (ces "apatrides de l'esprit" comme disait de Gaulle), qui oublient volontairement les propos nationalistes d'un Jaurés ou d'un Péguy, la francisque d'un Mitterrand, le vote des pleins pouvoirs à Pétain par une assemblée ou ils étaient très largement majoritaires.
    Nous sommes probablement en route vers un grand sursaut national.
    Ne nous divisons pas sur des sujets qui ne concernent plus que les historiens.
    Vous citez par ailleurs la controverse au sujet des immigrés. Là encore, ou commence le seuil de tolérance ? Il y a probablement plus de 5 milliards de personnes dans le monde dont la situation justifie qu'il aillent chercher leur survie ailleurs que dans leur pays d'origine et c'est un drame. Pour autant, les voir tous arriver chez nous ne feraient qu'ajouter à leur nombre celui des populations des pays dans lesquels ils se retrouveraient car aucun état sur la planète ne peut les accueillir sans mettre en danger sa propre survie.

    RépondreSupprimer
  11. Si le FN est d'extrême droite parce qu'il ment sur les chiffres de l'immigration, alors tous les partis sont d'extrême droite, car connaissez-vous des partis qui ne mentent jamais ? Et notamment sur l'immigration, l'UMP mérite aussi ce reproche.

    RépondreSupprimer
  12. Si le FN est un parti d'extrème droite pourquoi alors votre chef NDA (qui dit ne pas considèrer le FN comme d'extrème droite) fait régulièrement des appels de pied à Marine Le Pen (qu'il voyait bien comme 1er ministrable)? http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/10/05/l-appel-du-pied-de-dupont-aignan-a-marine-le-pen_3490541_823448.html
    "Invité de RTL, le président de Debout la République (DLR), Nicolas Dupont-Aignan, a répété, samedi 5 octobre, que Marine Le Pen n'a "pas des propos aujourd'hui d'extrême droite". Le député de l'Essonne réagissait aux propos de la présidente du Front national, qui avait annoncé qu'elle comptait poursuivre en justice quiconque assimilerait son parti à l'extrême droite.

    "Pour autant", a ajouté le président de DLR, "elle préside un parti qui a pour président d'honneur Jean-Marie Le Pen, qui sera candidat dans la grande région du Sud-Est. Pour les européennes". "Elle joue en permanence d'une certaine ambiguïté", a dit M. Dupont-Aignan, dont le parti, qui tient son congrès samedi à Paris sous le signe du "patriotisme tranquille", a pour ambition de devenir une alternative "au système PS-UMP", mais aussi au FN.

    Vendredi, il avait déclaré, sur iTélé, que le FN est un parti d'extrême droite, mais pas sa présidente, affirmant qu'il ne s'associerait "pas au FN tant que Jean-Marie Le Pen en restera le président d'honneur". "Marine Le Pen n'a pas aujourd'hui des propos d'extrême droite. Mais son parti reste d'extrême droite puisque son président [d'honneur] reste toujours Jean-Marie Le Pen", a poursuivi l'ancien candidat à l'Elysée (1,79 % en 2012). Prié de répondre à un tweet de Florian Philippot, bras droit de la présidente du FN, demandant : "L'union des patriotes avec nous au Rassemblement Bleu marine, c'est pour quand ?", M. Dupont-Aignan a répondu : "Quand, justement, le Front national ne sera plus d'extrême droite. C'est tout." Le Monde 05/10

    De cet article on peut remarquer une chose troublante: NDA se contredit complètement en amalgamant un président d'honneur avec la présidente actuelle et ses sympathisants qui à eux deux seuls représentent véritablement le parti. Le fait que JM le Pen soit président d'honneur est donc plus important pour NDA que le fait que depuis des mois c'est la fille Le Pen qui dirige le parti? Ridicule...Il se contredit car dit au départ que le FN n'est pas d'extrème droite pour conclure qu'en fait ce parti l'est à cause de Le Pen père... Bref, une magnifique illustration de "l'auberge espagnole" que pratique couramment NDA et qu'est en fait DLR, en d'autres termes c'est du ratissage électorale: NDA dit 2 choses inverses et le contraire de M Pinsolle afin de contenter et d'attirer le plus de personnes possibles: les sympathisants FN et ceux qui les exècrent!
    M. Asselineau avait donc parfaitement raison au sujet de la duplicité de DLR: https://www.facebook.com/notes/fran%C3%A7ois-asselineau-union-populaire-r%C3%A9publicaine/%C3%A0-propos-du-nouvel-appel-du-pied-de-m-dupont-aignan-%C3%A0-mme-le-pen/10151629846087038

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour. A quand un débat d'idées entre M. Asselineau de l'UPR et M. Dupont Aignan? Merci

    http://verite-transparence.blogspot.fr/2013/09/notoriete-internet-des-partis.html?m=1

    Notoriété des partis politiques sur Internet
    1:Front National (FN), http://www.frontnational.com/, Marine Lepen
    Alexa Certified Site Stats for frontnational.com

    2:Parti Pirate (PP), http://www.partipirate.org/, Maxime Rouquet
    Alexa Certified Site Stats for partipirate.org

    3:Union pour un Mouvement Populaire (UMP), http://www.u-m-p.org/, Jean-François Copé
    Alexa Certified Site Stats for u-m-p.org

    4:Union Populaire Républicaine (UPR), http://www.upr.fr/, François Asselineau
    Alexa Certified Site Stats for www.upr.fr

    5:Parti Socialiste (PS), http://www.parti-socialiste.fr/, François Hollande
    Alexa Certified Site Stats for parti-socialiste.fr

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Asselineau est très bon en conférence ou pour analyser les institutions européennes, mais il est nul en politique, pour construire un parti ou une stratégie politique. A l'UPR , la démocratie se dépose au vestiaire, il n'y a que Monsieur Asselineau qui compte ..

      Supprimer
  14. Laurent Pinsol a bien raison de défendre la probité en politique, et la manipulation grossière des chiffres de l'immigration par le FN est écœurante. Ce n'est parce qu'ils ne sont pas les seuls à mentir que cela justifie ce comportement! Ils se veulent différents des autres partis ? alors cela commence par un minimum d’honnêteté intellectuelle,
    surtout si le sujet est un "cheval de bataille" dudit parti ! Si un élu écologiste se trompe sur l’importance de la production solaire, nous serons plus sévères à son endroit que si l’erreur est portée par un autre politique. Nous pouvons faire le meme parallèle entre le FN et l'immigration. Pour moi le FN n'est pas une alternative, c'est le plan B ou C du systeme ... Sa capacité à promouvoir les mécanismes de "bouc émissaire" et de haine incontrôlée, en fait un parti plus dangereux que les autres. Nous devons cependant dialoguer avec les partisans du FN, quand cela est possible. Mais attention le faux débonnaire Hollande veut lui nous entraîner dans la guerre comme en Syrie ... beaucoup à l'UMP tiennent aussi un discours pro-guerre. Un danger ne doit pas en cacher un autre !
    Je regrette que dans l'article LP, ne cherche pas à évaluer l'immigration clandestine, meme si celle-ci par définition est difficile à considérer ...

    RépondreSupprimer
  15. @Patrice Albert: votre avis dédaigneux sur M. Asselineau ne regarde que vous mais ce n'est pas le cas de beaucoup d'autres, en témoigne le classement mondial internet des partis politiques les plus consultés en France. L'UPR se classe à la 4ième derrière le FN, le PP et l'UMP ( DLR est relégué...à la 12ième place!) l'UPR générant un trafic internet 4x plus important que DLR: belle performance pour une "nullité politique", et ce sans bénéficier de la couverture médiatique qu'à DLR par exemple...Votre pauvreté argumentaire dénote un manque visible de personnalité car le coup de "M. Asselineau est juste un excellent conférencier" n'est pas de vous mais juste une reprise de NDA. Cette tentative mesquine de minimiser ainsi la dimension politique de l'UPR ne cacherait elle pas la peur de la confrontation d'idées? Oui, car l'argument que l'UPR n'est pas un parti politique ne tient pas. Savez vous que le NPA compte environ 2500 adhérents, soit moins qu'à l'UPR qui compte plus de 3300 adhérents, chiffre vérifiable par huissier? On attend toujours la même transparence de la part de DLR..A noter que selon le classement Alexa Rank pour la France seule, l'UPR est classé 2ième des partis français les plus consultés et DLR n'est même pas classé...
    FN: 1580
    UPR: 8 862
    PS: 9 612
    Parti de Gauche: 10 170
    UMP: 12 463
    Solidarité & Progres: 14 832
    EELV: 17 456
    NPA: 18 358
    Parti Pirate 19 267
    MODEM 21 468
    UDI: 24 105
    PCF 25 082
    DLR: Non classé en France
    POI: Non classé en France
    M'PEP: Non classé en France

    Source: 07/10/2013 12:00 Alexa rankings, http://www.alexa.com/siteinfo

    La démocratie et le respect des citoyens passent aussi et surtout par un débat d'idées entre partis afin d'éclairer au mieux les français, et ce d'autant plus que nombre de sympathisants de DLR et de l'UPR réclament depuis des mois une rencontre NDA/FA. Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas contre une rencontre FA/NDA , bien au contraire. J’espère que cela fera grandir FA qui a de grandes qualités, mais qui a bien du mal à se dégager de son formatage technocratique. L'UPR n'est pas un exemple de démocratie, ce n'est pas une parole répétée mais une expérience vécue Mr Anonyme ! Vous savez bien, je suppose que vous êtes à l'UPR, qu'on évacue en simple préalable dans ce parti, tous les débats qui fâchent ou clivants, selon la terminologie interne ! Cette attitude est dangereusement antidémocratique et prolonge la lobotimisation ambiante ... Pour infos, je ne suis pas membre de DLR, seulement de la sympathie lointaine pour NDA que je n'ai jamais rencontré ni vu en vrai.

      Supprimer
  16. "On peut citer les déclarations de Marine Le Pen sur la bi-nationalité (l’acceptant pour les européens, pas pour les autres)"

    Guy Pervillé, historien qui n'a rien d'un extrêmiste, se pose aussi la question de la binationalité :

    http://guy.perville.free.fr/spip/article.php3?id_article=262

    Il me semble qu'il y a des civilisations différentes, et qu'il pourrait être utile d'en tenir compte pour ce type de question.

    Mais, même sans cela, il n'est quand même pas neutre que la France compte plusieurs millions de binationaux : c'est une question politique.

    Avoir un million de binationaux d'un pays donné sur son territoire, cela implique une influence politique de ce pays, etc...et je suis surpris que des gaullistes, normalement soucieux de souveraineté nationale, ne considèrent pas qu'il y a éventuellement une question à laquelle réfléchir.

    Vis-à-vis de l'Europe, la question est différente d'un point de vue juridique, puisqu'il y a des traités entre les différents pays d'Europe.
    Cela se voit déjà dans le domaine du droit de vote aux élections locales, qui est autorisé pour les ressortissants des pays européens et que certains partis (pas tous...) voudraient étendre à tous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. extrait du texte de Pervillé :

      "Mais on s’étonne de voir cette analyse se cantonner de fait à la politique de la France, alors que la notion de binationalité suppose une explication bilatérale, qui ne se réduit pas à la référence au fait colonial. Comme l’auteur l’a remarqué au début de son texte, cette notion recouvre une grande diversité de situations qui ne sont pas forcément ressenties comme un problème, par exemple le cas de la franco-norvégienne Eva Joly, devenue française par son mariage, et aujourd’hui candidate à la présidence de la République française. Mais s’il n’en est pas de même dans le cas des originaires des pays qui ont été naguère soumis à la domination de la France, faut-il ne chercher la cause de cette situation que du côté de la politique française ? Pourquoi ne pas rappeler que la Tunisie, le Maroc, et l’Algérie ont une religion d’État (l’islam) qui ne peut pas être officiellement rejetée par leurs citoyens, et que pour cette raison ces États n’admettent pas que leur nationalité puisse être abandonnée par leurs ressortissants émigrés et par leurs enfants, même devenus citoyens de leur pays d’accueil ou de naissance ? Et pourquoi ne pas rappeler que ces pays - et surtout l’Algérie - ont une idéologie officielle qui fixe la vision de leur histoire dans une perspective nationaliste qui ne se confond pas avec celle de l’histoire scientifique ?

      C’est dans ce cadre de réflexion plus large qu’il faut replacer les exemples évoqués par l’auteur. En effet, nombre de Français ont été choqués de voir que « la revendication d’une filiation algérienne s’est ainsi donnée libre cours à l’occasion du match France-Algérie du 6 octobre 2001, qui a vu de jeunes Français d’origine algérienne siffler La Marseillaise et brandir des drapeaux algériens au nom d’une « algérianité » controversée dans l’espace public français » : on aimerait savoir ce que l’auteur pense de ce comportement qui a semblé confirmer les doutes de certains sur la validité de la naturalisation automatique des enfants d’étrangers nés en France [6]. De même, on attend un commentaire critique sur le film franco-algérien présenté l’an dernier au festival de Cannes : « Plus près de nous, on peut rappeler la violence des polémiques suscitées par la projection, lors du festival de Cannes de 2010, du film Hors-la-loi, réalisé par Rachid Bouchareb, un Franco-Algérien, et dont les acteurs principaux étaient soit franco-marocains (Jamel Debbouze et Rochdy Zem), soit franco-tunisien comme Sami Bouadjila. Leur tort ? Avoir voulu présenter un autre regard sur la guerre d’indépendance algérienne ». Un « autre regard » qui se confond parfaitement avec la propagande nationaliste algérienne [7] mais pas avec la vérité historique, et peu importe que les auteurs et acteurs cités en soient conscients ou non. Mais le plus inquiétant est que d’éminents intellectuels et journalistes, qui prétendent guider l’opinion publique, ne soient même pas conscients de cette réalité [8]."

      Supprimer
  17. Une interview d'Alain Finkielkraut, sur ce thème (et sur d'autres : Lampedusa, autorisation d'ouverture des commerces le dimanche).

    http://radiorcj.info/diffusions/lesprit-descalier-29/

    RépondreSupprimer
  18. [Les électeurs FN] "expriment principalement une colère pas illégitime contre le PS et l’UMP." Oui c'est pas faux. Mais surtout une colère pas illégitime contre l'immigration massive africaine noire et maghébine et le changement de peuple.
    Vive la pochette surprise que devient ce papier appelée "carte d'identité".

    FranceLibreGaullisme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour reprendre l'article de Laurent Pinsolle, je dirais que votre exagération est typique d'un raisonnement d’extrême droite...

      Supprimer
    2. Nous pouvons porter des lunettes roses bisounours qui permettent de typiques raisonnement d’extrême gauche si NDA est pour l’arrêt de l'immigration il y a sans doute des raisons

      Supprimer
    3. Votre propension à nier la réalité par idéologisme est typique d'un raisonnement stalinien d'extrême-gauche ...

      FranceLibreGaullisme

      Supprimer
  19. Un article de Piketty montrant qu'il ne faut plus attendre de solutions d'une croissance qui restera faible, tant que les politiques et populations ne l'auront pas compris...et c'est pas le FN qui apportera des réponses à comment faire avec une faible croissance :

    La chance de l’Europe est son modèle social et sa richesse patrimoniale, bien supérieure à toutes ses dettes. A condition de revoir radicalement ses institutions politiques, qui sont aujourd’hui gravement dysfonctionnelles, elle a les moyens d’aller au-delà de la croissance, et de permettre à la démocratie de reprendre le contrôle du capitalisme.



    http://www.liberation.fr/economie/2013/09/23/la-croissance-peut-elle-nous-sauver_934076

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On est donc foutu car le pourcentage chance de faire une autre Europe est proche de zero...

      Supprimer
  20. çà vole trop bas pour moi !!!!! certains ont l'impression d'être divins dans leur propos, mais ne voit trop bien je pense la réalité ?

    RépondreSupprimer
  21. Même conclusion ici :

    Le vrai problème, c’est que notre pays va avoir beaucoup de mal à retrouver un rythme de croissance robuste et ce en dépit de cette amélioration bien réelle de la conjoncture. Dès lors comment notre modèle social va-t-il pouvoir s’ajuster dans un environnement qui risque de rester durablement sur une croissance lente? C’est selon moi le sujet le plus préoccupant pour les 3,4 ou 5 années qui viennent. On est bien en train de sortir de la crise mais il va falloir maintenant s’adapter à une nouvelle donne très différente de ce qu’était la France d'avant 2008.

    http://www.liberation.fr/economie/2013/10/04/le-retour-de-l-investissement-est-le-grand-enjeu-de-2014_936872

    RépondreSupprimer
  22. Cantonale à Brignoles : le FN en tête, premiers appels au "barrage" :

    http://www.lemonde.fr/politique/article/2013/10/06/cantonale-de-brignoles-var-le-fn-largement-en-tete-au-premier-tour_3490837_823448.html

    « Le Front national est arrivé largement en tête du premier tour de l'élection cantonale partielle de Brignoles, dans le Var. Son candidat, Laurent Lopez, a obtenu 40,4 % des voix, devant la candidate UMP, Catherine Delzers, qui arrive en deuxième position avec 20,8 % des voix.Les deux candidats de gauche, PCF (14,6 % des suffrages) et EELV (8,9 %) ont été éliminés dès le premier tour du scrutin, dans ce canton remporté par la gauche en 2012. Un candidat d'extrême droite dissident, Jean-Paul Dispard, ayant obtenu 9,1 % des voix, l'extrême droite réunit au total plus de 49 % des voix lors de ce premier tour marqué par une forte abstention (67 %). »

    Il faut redescendre sur terre et ne pas ignorer l'influence qu'à aujourd'hui le Front National en France. Projetons-nous à horizon de 2017 avec probablement une accentuation des paramètres de la crise économique et sociale, est-ce que cette influence du FN aura diminuée au point que« Debout la République » aura pris toutes ses voix en 2017, c'est très peu probable. A partir du moment où on considère que la sortie de l'euro, le rétablissement des frontières, etc. sont dans l'intérêt supérieur de la nation, il faudra faire en sorte que, le moment venu, ces priorités puissent être mises en œuvre le mieux possible où le moins mal possible.

    Saul

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 100% d'accord

      Supprimer
    2. Ouaip, cela pourrait être vrai, mais le seul qui soit clair et sans aucune ambiguité ni variation saisonnière sur ce sujet, c'est Asselineau puisqu'il conditionne tout le reste (économie de droite ou de gauche, nucléaire, immigration, etc...) à la reprise de souveraineté. Donner sa confiance au FN ou à DLR sur ce sujet peut certes apparaitre comme le moins mauvais choix, mais relève un peu du pari pascalien encore que Pascal avait lui quelques billes pour étayer son discours. Choix cornélien s'il en est vu que l'UPR n'a pour le moment pas dépassé 0,6% à une élection...

      Le gars Slineau

      Supprimer
    3. La plus grande ruse du diable, c'est de faire croire que François Asselineau existe.

      Supprimer
  23. Et bien, un type comme Asselineau est pour moi véritablement d'extrême-droite. Il voit des complots partout. C'est la théorie du complot permanent. Des complots américains par-là, bancaires par-ci, DLR c'est les young leaders, le FN un cheval de Troie du système, etc., etc.,etc..
    Disons qu'il fait de mauvaises analyses mais a des bonnes réponses comme le retour à la souveraineté par exemple.

    FranceLibreGaullisme

    RépondreSupprimer
  24. Pinsolle gros crétin tu veux nous faire croire qu'on n'est pas envahi de Noirs, d'Arabes et de Pakistanais et que les flux d'immigration sont minimes, tu te moques du monde ? Tu prends un peu le métro, le RER ?
    Nicolas Dupont-Aignan estime à 100 000 le nombre de Roms en France, 5 fois plus que le nombre officiel estimé à 20 000 Roms, c'est donc selon toi un dangereux type d'extrême-droite qui cherche à faire peur aux Français en gonflant exagérément les chiffres ? Je suppose que tu contestes le chiffre avancé par NDA ? Allez dis-nous à combien tu estimes le nombre de Roms en France, qu'on rigole un peu.
    T'as toujours cette attitude de morpion mesquin et ergoteur qui fait les poubelles. Crois-tu qu'on ait besoin de chiffres bidonnés, manipulés et truqués pour se rendre compte que le visage démographique de la France a terriblement changé en quelques années ? Que maintenant sur les photos de classes on ne voit que des petits Noirs et des petits basanés, et au mieux un Français ? Que maintenant des villes et des quartiers entiers sont exclusivement habités de Maghrébins et d'Africains et qu'on se croirait à Alger ou Bamako, d'où tous les Blancs ont été chassés ? La France est devenue un cloaque, une cour des miracles qui subventionne des pondeuses en série venues du Tiers-Monde incapables de maîtriser leur fécondité et d'élever leurs enfants, qui font 5, 6 enfants quand dans le même temps elles coupent les aides aux familles françaises qui ne font plus d'enfants, on a jamais vu dans l'Histoire un pays subventionner ses envahisseurs, on voudrait faire plonger le QI moyen qu'on ne s'y prendrait pas autrement. Ca fait 40 ans que les blanches ne font plus d'enfants, du moins pas suffisamment pour se renouveler, si la France n'avait pas ouvert les vannes migratoires, sa population baisserait comme l'allemande et la russe et serait de 40 millions d'habitants.
    Pinsolle t'es un gros privilégié et je parie que tu vis dans un quartier bien protégé, puisque tu es si antiraciste et que t'aimes tant les africains je t'invite à aller habiter en Seine Saint Denis ou dans tout autre territoire islamisé ou africanisé, ce sera le meilleur moyen de nous prouver ton antiracisme et tu seras alors légitime pour fustiger le racisme de MLP et de ses électeurs. Hein qu'attends-tu pour aller vivre à la Courneuve tu mettras en application tes leçons d'humanisme.

    Charles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Commentaire bien anonyme et bien abrité derrière un écran qui représente toute la pauvre vie politique de son auteur. C'est cela qui illustre le fait que Laurent Pinsolle détient au minimum une part de vérité...

      Supprimer
    2. Bien sur que Laurent detient une part de vérité mais Charles aussi et il est l'illustration de l’exaspération qui monte ; cela fait 30 ans que les Français prennent des baffes et se font cracher dessus je crois que le jour arrive rapidement ou comme Jesus Christ si quelqu'un te flanque une gifle tu lui met tu lui éclate la tète .

      Supprimer
    3. Non, Charles ne détient pas une part de vérité. Il est vrai qu'il n'a pas non plus le monopole de la connerie.

      Emmanuel B

      Supprimer
    4. Mais si Emmanuel et la votre est bien illustrée

      Supprimer
    5. Mais que défendez-vous Patrice? Ses propos grossiers et insultants vis-à-vis de Laurent ou ses mensonges stupides et éhontés sur l'immigration?

      Emmanuel B

      Supprimer
  25. @ Le Gars Huzac

    Asselineau ? Son opinion n’a aucun intérêt pour moi.

    @ Pimo

    Pas faux.

    @ CVT

    Merci pour cette précision

    @ Patrice

    Pas faux. Le PS et l’UMP sont tellement mauvais que beaucoup d’électeurs ne se soucient pas de ce qu’est le FN.

    @ Pierre

    Bien vu sur le premier commentaire. Non, étant données les références du FN, cela a toujours du sens.

    @ Fiorino

    Comme d’habitude, vous caricaturez : il parlait de ses propos, ce qui a un sens…

    @ Gilco56

    J’ai été entrepreneur et j’en connais un certain nombre…

    @ Anonymes

    Vous répondez à côté. Depuis plus de 10 ans, la France est un des pays qui laissent rentrer le moins d’immigrés en Europe. Ce que vous évoquez vient du fait que nous avons intégré beaucoup d’immigrés dans les années 1950 et 1960.

    L’exagération sur les chiffres de l’immigration est un comportement typique de l’extrême droite même si, bien évidemment, on ne peut pas le réduire à cette famille politique et s’il faut bien sûr reconnaître que le mensonge est trop fréquent en politique.

    @ Cliquet

    Justement, le FN se positionne bien à l’extrême droite du spectre politique français, comme le rappelle Laurent de Boissieu. L’argument des 15/20% n’est pas valide car sinon, cela revient à dire qu’Hitler n’était pas extrémiste…

    Le sursaut national est bloqué par le FN depuis 30 ans. Il n’aura lieu qu’en dehors de ce parti.

    @ Anonymes UPR

    Sur la polémique sur MLP Premier Ministre, je vous renvoie à la réponse de NDA. Il s’agit d’une manipulation :

    http://www.marianne.net/NDA-le-Fig-Mag-a-denature-mes-propos_a216225.html

    Et vous transformez ses propos. Justement, il dit que Marine Le Pen ne tient pas aujourd’hui de propos d’extrême droite, ce qui correspond à ce que je dis quand je dis qu’elle avance masquée. Bien au contraire, il a dit que le FN est un parti d’extrême-droite.

    Très amusants vos chiffres tirés d’on ne sait où et avec on ne sait quelle méthode. Il suffit de les lire pour comprendre qu’ils n’ont aucune valeur. Je m’en tiendrai à votre nombre de parrainages pour la présidentielle et au score de M Asselineau à Villeneuve Saint Lot. Cela, c’est du concret. Rien ne légitime un débat.

    @ Patrice Albert

    Merci. Sur l’immigration clandestine, j’avais repris dans mon analyse des coûts, des estimations qui la prenait en compte.

    @ Olaf

    Pas sûr sur la faible croissance. Dans un contexte de compétition avec des pays qui ont des salaires 5 à 20 fois inférieurs aux nôtres. Oui, sans doute. Mais autrement, non. Il y a tout de même beaucoup d’innovations technologiques.

    @ Saul

    Ces priorités ne seront jamais mises en œuvre si le FN en est le véhicule.

    @ Charles

    Je vous renvoie à mes papiers sur le sujet. Vous pouvez cliquer sur « immigration » dans le nuage. Je n’ai jamais fustigé le racisme des électeurs du FN vu que j’ai pris leur défense quand Sophia Aram les a traité de cons et que j’ai toujours dit qu’il fallait comprendre leur vote et que tout vote est parfaitement respectable et doit être respecté.

    Naturellement, je condamne le ton de votre commentaire. C’est justement ce genre de commentaire qui renforce ma méfiance à l’égard du FN.

    @ Rodolphe

    Merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Ce que vous évoquez vient du fait que nous avons intégré beaucoup d’immigrés dans les années 1950 et 1960."
      Donc la France d'aujourd'hui ressemble en gros à la France des années 50-60. Les bras m'en tombent. L'anti-racisme a complétement imprégné les esprits je vois. Je n'ai plus d'arguments ça ne sert à rien.
      Bon je vais aller lire un livre nauséabond d'un partisan de la pire extrême-droite xénophobe et haineuse, les Mémoires de Guerre du général de Gaulle.

      FranceLibreGaullisme

      Supprimer
    2. @Pinsolle

      Je vous le répète, je ne suis pas membre du FN, n'étant pas souverainiste, je vous l'ai expliqué dans un post précédent où je récusais, par souci de lever toute ambiguité quant à ma présumée adhésion aux idées en particulier souverainistes et nationalitaires du FN, le pseudonyme d'Anonyme frontiste que dans une de vos réponses d'il y a 2 ans vous m'aviez accolé et que j'avais alors repris, même s'il ne reflétait pas mes idées, pour que vous puissiez plus facilement m'identifier dans mes interventions ultérieures. Dans ce précédent post je lui substituais le pseudonyme de Charles, mais peut-être n'y avez-vous pas fait attention.

      .../...

      Supprimer
    3. Si je défends Marine alors que je suis très critique avec elle, c'est précisément parce que, vu que rien ne vous sépare et que vous partagez les mêmes idées, souverainistes, europhobes, assimilationnistes, afrotropes, vous en êtes réduit à être de mauvaise foi, à dire des contrevérités et à pinailler, et à lui prêtez des idées qu'elle n'a pas pour pouvoir la critiquer : en somme vous la critiquez pour de mauvaises raisons et de manière d'autant plus virulente que vous lui disputez le même segment de marché électoral et que ça vous gêne terriblement de savoir que la fille Le Pen défend, malgré que vous en ayez, les mêmes idées que vous. Vous lui reprochez des idées que précisément moi je lui reproche de ne pas avoir, ou auxquelles je lui reproche d'avoir renoncé : elle a comme vous une vision administrative de la nationalité qui lui fait dire que tout individu doté de la carte d'identité française est français (néocolonialisme auquel aboutissent fatalement le nationalisme et le souverainisme qui sont moins la sacralisation du sang que celle du sol, ce qui est illustré par Jean-Marie Le Pen qui en 1958 déclarait que la jeunesse algérienne était l'avenir de la France et qui il y a 1 mois encore rendait hommage à l'anti-indépendantiste de Nouvelle-Calédonie Dick Ukeiwé ; voilà ce à quoi mène la compétition démographique à laquelle se livrent fatalement les nationalismes et les souverainismes européens centrifuges, à la division, à l'europhobie et à l'afrotropisme (sa déclinaison française étant la francophonie si chère aux plus fanatiques des souverainistes), facteurs d'allogénisation du continent européen, les anciens empires coloniaux étant reconstitués de manière inversée à l'intérieur des frontières nationales sur le modèle des anciennes féodalités qui faisait Sujet du Roi, ou du Baron local, tout individu né sur ses terres), elle a renoncé à toute idée de remigration et plus généralement à toute lutte contre l'immigration pour ne parler que d'économie et d'Europe. Si les électeurs votent (encore) pour elle, c'est parce qu'ils croient encore les médias qui prêtent à MLP, qui laisse dire, de vouloir stopper l'immigration dont ils ne veulent plus. Si elle arrive au pouvoir, ils tomberont de haut, elle ne fera pas plus que les autres, elle a déjà discrètement préparé les esprits en se rangeant dans son programme présidentiel à l'idée d'une immigration à 10 000 entrées par an.

      .../...

      Supprimer
    4. La souveraineté sans la puissance c'est du vent, c'est une souveraineté de papier, c'est la grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf et Asselineau, NDA ou MLP pourront toujours monter sur leurs grands chevaux et prendre des airs outragés face aux Américains, croire pouvoir toujours nourrir la prétention de disputer aux Etats-Unis le leadership moral de la planète et continuer à se bercer l'esprit des mythes d'une France universelle phare du Monde, héraut de la liberté des peuples du Monde, et investie d'une mission émancipatrice, ils n'impressionneront plus personne tant ils n'auront plus les moyens de leur ambition et prétention, ni économiques, ni militaires, ni même humains vu que le peuple historique de France aura été massivement remplacé par des allogènes, porteurs donc d'autres valeurs, d'une autre civilisation.

      L'époque où la France sous Louis XIV, Napoléon, ou Jules Ferry pouvait dominer le Monde à elle seule, administrer des territoires entiers de son empire colonial avec seulement quelques hommes est révolue, depuis les guerres mondiales dont ils sont ressortis exsangues la France et les autres pays européens ne pèsent plus rien, leurs meilleurs et leurs plus braves éléments ont été décimés et c'est illusoire de croire qu’on va restaurer notre puissance en restant dans le même cadre politique avec lequel nous sommes sortis perdants des guerres mondiales qui ont vu la fin de l’hégémonie européenne sur le monde et avec lequel nous avons été mûrs pour nous faire vassaliser par les Etats-Unis, on ne transforme pas un âne en cheval de course. On ne pourra sortir de cette condition de perdant qu’on connaît depuis 65 ans maintenant et s’affranchir du joug américain qu’en inventant une nouvelle forme d’organisation politique, de nature à contrer l’hyperpuissance américaine, plutôt que de rester figés et crispés sur des schémas du passé inadaptés pour répondre aux bouleversements géopolitiques actuels amplifiés par l’explosion démographique du Tiers-Monde qui n’est plus régulée par les guerres et les famines comme avant du fait de l’assistanat humanitaire occidental, en allant de l’avant plutôt qu’en opérant un retour en arrière : cela suppose de se défaire des mythes nationalitaires du 19ème siècle quand en réalité les Etats-nations européens n’ont que deux siècles d’existence, ce qui n’est rien à l’échelle des 30 000 d’histoire du continent européen.

      .../...

      Supprimer
    5. De la même manière qu’un loup mangera celle de ses pattes qui aura été prise au piège pour se sauver, on doit mettre à bas nos vieux Etats-nations européens à bout de souffle, et ériger l’Etat Unitaire européen de Reykjavik à Vladivostok, qui seul aura la masse critique suffisante pour faire pièce à l’hégémonie américaine et prétendre la défier, dans les domaines industriels, militaires, technologiques et culturels. Divisés les européens périront comme les cités grecques ont péri faute de s’être unis. Unis ils vaincront. Ce nouvel Etat aura en outre l’immense avantage de ne pas être comptables et d’être déliés de toutes les décisions de naturalisations et ratifications de conventions internationales contraignantes prises par les dirigeants respectifs des défunts Etats, il sera procédé à une table rase juridique (auquelle ni MLP, Asselineau ou NDA ne pourra procéder s’il parvenait au pouvoir en France, un pays faible est un pays faible qui par définition ne peut s’exposer à des risques de graves rétorsions et réprobations internationales, on voit le sort réservé aux Etats dissidents la planète lorsqu’ils font montre de quelque velléité que ce soit), un nouveau code de la nationalité sera promulgué abolissant les anciennes nationalités au profit d’une nouvelle nationalité, la nationalité européenne, fondée exclusivement sur le droit du sang.

      A problèmes continentaux, solutions continentales, MLP a très bien compris qu’elle serait incapable, dans son pré-carré hexagonal, de régler le problème migratoire, surtout si tous les autres pays européens qui l’encerclent continuent de maintenir grand ouverts chez eux le robinet de l’immigration et de se faire submerger ; de la même manière que le nuage de Tchernobyl ne s’est pas arrêté aux frontières françaises, ce ne sont pas les dérisoires lignes de Maginot que MLP éventuellement mettra aux frontières françaises – si elle le fait – qui changeront quelque chose et empêcheront le trop-plein des pays voisins de se déverser en France. Il faut donc un Commandement unique des Européens, et que les Souverainistes comprennent que le village gaulois résistant seul face à l’envahisseur, c’est très sympathique mais ça n’existe que dans Astérix, pour les besoins d’une historiographie très IIIè République qui a peu à voir avec la réalité historique. Comme un flux, ça ne se stoppe pas, ça s’inverse, il sera procédé à la remigration des allogènes par des moyens directs ou indirects, l’exclusivité européenne sera la règle, les idéologies incapacitantes universalistes – le christianisme, religion étrangère et ses fruits nommés gauchisme, droits-de-lhommisme – seront extirpées et les traditions et rites ancestraux des Européens seront remis à l’honneur.

      .../...

      Supprimer
    6. Les souverainistes violent la mémoire du Général de Gaulle en l’enrôlant de force dans leur combat, alors que ses idées étaient aux antipodes des idées souverainistes, qu’il se sentait profondément européen et qu’il était pour l’Europe unie, et qu’il avait justement largué l’Algérie pour faire renouer la France avec son destin européen, pour lui faire recouvrer son caractère européen ; c’était un amoureux de la civilisation européenne et lui n’avait pas oublié que la France était un pays européen, petite partie d’un ensemble appelé Europe dont elle ne pouvait pas être isolée.

      Aucun Français ne croit en la pertinence du souverainisme et du retour au pré-carré hexagonal pour répondre aux défis contemporains, ils sont lucides sur le poids de la France dans le Monde et même si l’Union Européenne actuelle les révulse et peut leur faire avoir des sautes d’humeur électorales, jamais les partis souverainistes ne perceront durablement. Les gens votent MLP pas parce qu’elle est souverainiste et veut quitter l’Euro mais uniquement pour des raisons identitaires, ils ne veulent pas devenir minoritaires dans leur propre pays et disparaître en tant que peuple.

      Pinsolle (et son parti DLR) ne comprend rien aux préoccupations des Français, il croit que tout se résume à l’économique, et à refuser d’admettre et d’entendre l’inquiétude identitaire qui travaille les Français, il se retrouve à faire des scores très faibles.

      MLP, elle, fait une erreur catastrophique en ne parlant que d’économie et de l’Euro, et en laissant l’UMP remporter la palme de l’aggressivité verbale sur le thème de l’immigration. Si elle mettait en veilleuse ses obsessions europhobes et son projet de sortir de l’Euro pour se recentrer, au lieu de le céder à l’UMP , sur le cœur naturel du vote FN, l’immigration, thème sur lequel le FN a une légitimité historique, elle aurait un boulevard devant elle et rallierait à elle les classes moyennes supérieures qui votent UMP (27% à la présidentielle) , et qui sont trop effrayées par la perspective d’une sortie de l’Euro et de l’Europe que propose MLP, et par son tournant étatiste trop marqué pour se risquer à voter pour elle, alors que par ailleurs elles partagent avec elle (MLP) le ras-le-bol de l’invasion migratoire et ne se sentent plus à l’abri dans leurs quartiers jusque-là préservés. Les classes ouvrières lui sont de toute façon acquises, dans les années 80 où Le Pen père était pourtant réputé libéral (à relativiser, il y avait des frontières économiques encore à l’époque, il était surtout contre le matraquage fiscal), elles votaient déjà FN car elles étaient en première ligne face à l’immigration avec laquelle elles devaient cohabiter dans les banlieues – dont elles ont été chassées depuis.
      Tant DLR que MLP font, au-delà de l’erreur d’analyse géopolitique, une magistrale erreur de stratégie électorale.

      .../...

      Supprimer
    7. Il faut faire la Nation européenne, et vite, sans cela les Européens sont morts. Une République européenne fondé sur le Ius Sanguinis athénien. Une Europe-puissance, une Europe européenne, eurocentrée, autosuffisante (« l’autarcie des grands espaces ») en rupture avec la France universaliste, qui en est morte.

      Qui sera le Mazzini européen, l’artisan de la nécessaire unification européenne ? Un esprit visionnaire, certainement pas un énarque totalement dépourvu d’imagination.

      Vive l’Europe ! L’Europe aux Européens !

      Charles

      Supprimer
    8. @Charles

      Faire passer le général de Gaulle pour un Européen oui. Mais pas de l'Europe supranationale mais confédérale c'est-à-dire une Europe dans laquelle les Etats-Nations souverains coopèrent ensemble. Une Europe permettant justement de faire de la France "ce qu'elle était avant Waterloo" (mots du général de Gaulle).
      La Nation française n'existe pas seulement depuis la révolution française mais depuis bien plus longtemps. Les Historiens ont estimé que le sentiment national, d'appartenir à un même peuple a émergé à la bataille de Bouvines, en tout cas durant la guerre de Cent ans. Tandis que la définition de l'Etat souverain date des travaux de Jean Bodin (les VI livres de la Républiques).
      C'est justement un tout petit Etat-Nation comme la France qui a réussi à dominer l'Europe à partir du traité de Westphalie de 1648 jusqu'en 1812. Actuellement le supranationalisme divise justement les Européens en leur faisant adopté des politiques qu'ils n'ont jamais voulues. Ainsi, au lieu de pouvoir dévaluer leur monnaie les Grecs doivent se serrer la ceinture pour que le contribuable allemand paie leur dette le moins possible. Ainsi les Grecs détestent désormais les Allemands et les Allemands considèrent les Grecs comme des escrocs. Rien ne serait arrivé si nous avions gardé nos monnaies nationales et peut-être dans un cadre européen.
      Vous qui semblez aimer le général de Gaulle, consideriez-vous que les peuples doivent s'intégrer à l'UE comme "on intègre des marrons dans une purée de marrons" ?
      Sinon sur votre analyse du FN et de l'UMP c'est évident. Le discours social et laïciste du FN lui fait perdre le bénéfice de classes moyennes supérieures, grandes payeuses d'impôts, mais rebutées par la sortie de l'Euro pour laquelle ils craignent une dévaluation de leur épargne.

      FranceLibreGaullisme

      Supprimer
    9. Sur le sujet identitaire, c'est sûr qu'il devient aberrant de vouloir faire des comparaisons avec les précédentes vagues d'immigrations et d'essayer de faire la leçon de morale avec des concepts républicains qui ne servaient à s'appliquer qu'à un phénomène migratoire bien moins problématique qu'aujourd'hui.
      On peut se cacher derrière son petit doigt, forcément républicain, et refuser de voir ce que les gens voient. On peut diaboliser à outrance en faisant des références à l'extrême-droite ou aux années 30. On peut transpirer les bons sentiments contre une soi-disant "Haine" envers l'Altérité diversité "d'un peuple métissé depuis toujours et d'origine africaine". N'empêche que le remplacement de peuple est d'une réelle gravité. Voir des boubous, des djellabas, des hallals, des populations d'origine maghrébine et africaine noire partout ne fait pas Français du tout. Les partisans du Bien sont entrain de préparer une guerre civile. Une guerre inter-ethnique du seul fait que le camp du Bien à obliger les peuples à ouvrir leurs frontières et à faire bénéficier d'un système social durement acquis tous les crèves la faim du tiers-monde, l'omerta médiatique en plus. Et maintenant ces fauteurs de guerre essaient de culpabiliser le peuple de ne pas avoir des Bons sentiment, de ne pas accepter de voir leur culture, leur Histoire, leurs valeurs, leurs traditions (catholiques ne vous en déplaise) partir en fumé tout ça pour pouvoir accueillir l'Autre venu nous enrichir sur un plan culturelle si ce n'est économique. La conception républicaine de l'Humain ne pouvait s'appliquer en France qu'à partir du moment où le pays gardait une certaine cohérence éthnique et que l'assimilation des étrangers lui permettait de fondre sans trop de douleurs et danger pour l'unité national des individus venant d'ailleurs. Dès lors que nous avons abandonné cela au profit d'une vision communautariste et que les concepts républicains ne servent plus qu'à nous empêcher de voir le phénomène (d'un côté on exalte les différences au profit des migrants mais on refuse les statistiques ethniques qui pourraient leur nuire), le pouvoir politique a abandonné toute chance de pouvoir pacifier un jour les choses. C'est grave, c'est très grave et l'attitude des militants d'extrême-gauche actuellement n'a rien à envier avec l'attitude de certains pacifistes anti-racistes qui venaient de ses rangs durant la dernière guerre mondiale.

      FranceLibreGaullisme

      Supprimer
    10. @FranceLibreGaullisme

      Non. Un Etat européen unitaire ; toute autre organisation politique nous condamnerait à rester des nains politiques, économiques, militaires, ou au mieux à nous satisfaire de rester des « puissances moyennes », vivant dans la nostalgie de leurs grandeurs passées, obligées de quêter la protection de grandes puissances pour se prémunir d’autres grandes puissances, ou s’en remettant à leur modération pour ne pas se faire bouffer tout cru ou se faire mettre en coupe réglée économique, voire militaire, par ces dernières.

      Il faut un Commandement unifié à la tête d'une Armée, une Armée à 27 Généraux ça ne marche pas.

      Il faut construire une Muraille de Chine aux bordures de l'Europe, pas 27 murets nationaux.

      .../...

      Supprimer
    11. Asselineau l'explique d'ailleurs très bien malgré lui : l'Union Européenne actuelle dysfonctionne parce que c'est un attelage d'Etats-Nations souverains qui tirent à hue et à dia et qui défendent chacun férocement leurs intérêts nationaux respectifs, entraînant ainsi la paralysie de l'Ensemble et tout cela à la plus grande satisfaction des Etats-Unis d'Amérique. Il avoue malgré lui que l'Union Européenne est la résultante de traités inter-étatiques entre Etats-Nations souverains, que c'est une "fédération d'Etats-Nations" pour reprendre le superbe oxymore de Jacques Delors, c'est-à-dire en réalité une Europe confédérale, une "Europe des Nations", configuration dans laquelle nous nous trouvons actuellement et qui consacre l’impuissance. Or il n'y a dans l'Histoire aucun exemple de Confédération qui ait fonctionné et réussi, c'est pour ça par exemple que les Confédérés sudistes ont été vaincus lors de la guerre de Sécession (la Confédération suisse est en réalité une fédération) et qu'aujourd'hui l'Union Européenne se rétame.

      On se trouve en fait aujourd'hui dans la pire situation, celle de rester immobilisés au milieu du gué sans vouloir choisir, entre d'une part :

      - le recouvrement assumé par les Etats-Nations de leur pleine et entière souveraineté, monétaire en particulier, et leur désengagement total des Traités européens. Cela signifierait, en échange d'une bouffée d'air frais immédiate sur le plan économique, la fin du Rêve européen (pas facile à assumer) et surtout le renoncement à toute volonté de puissance ;

      et d'autre part :

      - la réalisation assumée et résolue de l'unité politique du continent européen, qui faute d'avoir été préalablement faite, a entraîné l'échec de l'Euro, Euro dont elle était la condition préalable nécessaire. Unité politique du Continent qui signifie un Etat européen unitaire souverain, dotés de réels pouvoirs, et qui est inexistant aujourd'hui, les politiciens nationaux n'entendant pas céder dans les faits leurs prérogatives - et les places qui vont avec - à un Etat européen, bien qu'en déclarations ils se prétendent tous "pour l'Europe".

      Aujourd'hui on a une Commission européenne dont les membres sont nommés par les gouvernements nationaux SOUVERAINS, et qui n'a aucun moyen de contrainte et de rétorsion pour faire respecter les directives qu'elle émet, c'est ainsi par exemple que la quasi-totalité des gouvernements nationaux en Europe se sont allègrement affranchis des critères de Maastricht qu'ils ont allègrement enfreints, plaçant la Commission Européenne devant le fait accompli. On voit donc que quand ils le veulent, les gouvernements nationaux savent faire fi des injonctions bruxelloises et les prendre par dessus la jambe, et que la responsabilité des désastres économiques grecs, francais ou espagnols incombent donc d'abord aux dirigeants de ces pays-là qui étaient totalement libres de leurs choix et de leurs actes, totalement libres de choisir de se plier ou de ne pas se plier aux directives et dogmes économiques - certes aberrants - de l'UE, d'adopter ou non la monnaie unique, d'ouvrir en grand leur marché intérieur ou pas. Il est donc malhonnête d'imputer tous nos maux à l'Europe, il s'agit d'abord de la faillite de nos dirigeants nationaux, c'est l'Etat français national qui est responsable de la submersion migratoire de notre pays depuis 40 ans, c'est l'Etat français national qui a institué le mariage gay, ça n'est pas l'Union Européenne.

      .../...

      Supprimer
    12. Les instances bruxelloises tant décriées, et à juste raison, par les souverainistes ne sont en réalité que le reflet de la médiocrité des dirigeants nationaux des différents pays membres de l'UE : les dirigeants de ces instances se recrutent en effet parmi les dirigeants nationaux, ou sont nommés par eux.

      Et au Parlement européen, où le mode de scrutin est plus démocratique, ce sont des politiciens en fin de carrière ou des seconds couteaux qu'envoient les grands partis nationaux.

      Le Parlement européen constitue un formidable outil pour subvertir de l’intérieur l’UE actuelle, mondialiste, et faire advenir la Nation européenne, identitaire. Le but serait que des forces européistes identitaires authentiques parviennent à y entrer en nombre à l’occasion des prochaines élections européennes et qu’au terme d’un « pustsch démocratique », selon le beau mot de l’ancien Chancelier allemand Helmut Schmidt, elles s’autoproclament Assemblée constituante de la nouvelle République européenne, sur le modèle des Etats généraux de 1789. Les vieilles élites nationales seraient balayées, les Etats nationaux vermoulus mis à bas et dissous, on ferait table rase juridique de tous les anciens Droits nationaux, déclarés caducs, un nouveau Code de la nationalité fondé exclusivement sur le Droit du sang serait promulgué et il serait procédé à l’élection du premier gouvernement de la République européenne par les citoyens européens.

      Il faut comprendre que maintenant être Français, Allemand, Italien, Anglais ne veut plus rien dire, vu que tout le monde peut maintenant se revendiquer de l’une de ces nationalités-là, tant elles ont été bradées par les Etats nationaux.

      Or, un Africain, un Arabe ou un Pakistanais ne pourra se prétendre Européen ou Breton sans provoquer l’hilarité générale. C’est parce que les identités européenne et régionale ont encore du sens, et qu’elles n’ont pas été dévoyées. Il faut donc s’appuyer sur ces deux identités qui nous restent, à nous Européens d’Europe, pour bâtir l’Europe-Nation, subdivisée en Euro-régions ethnolinguistiques.

      .../...

      Supprimer
    13. La belle affaire qu’une France à la souveraineté recouvrée, si c’est pour s’y retrouver ethniquement en minorité. Ni MLP ni NDA, s’ils accédaient au pouvoir, n’auraient les moyens de déchoir les allogènes de leur nationalité française et de procéder à leur remigration. Ils s’exposeraient immédiatement, au minimum, à des rétorsions internationales, tout simplement parce que la France, même souveraine, est un nain (désolé mais faut être lucide). On sera devant le fait accompli sans pouvoir rien faire. Fait accompli que cautionne et veut faire accepter aux Français la très perverse association nationaliste Egalité & Réconciliation (sic) d’Alain Soral ; en Afrique du Sud aussi on s’est réconciliés, et depuis on tue les fermiers blancs. Un propriétaire n’a pas à se réconcilier avec le squatteur de son appartement, il l’expulse ou le fait expulser.

      C’est donc plus malin de contourner cette difficulté en passant par l’Europe, et en s’unissant avec les autres Européens pour être plus fort face à la réprobation internationale. On saborde les vieux Etats-Nations dévoyés et morts de toute façon depuis les guerres civiles européennes, on s’unit entre Européens, on déchoit tout le monde (Européens comme Allogènes) de son ancienne nationalité, et on redonne une nouvelle nationalité, l’européenne, aux Européens uniquement.

      L’identité française, son âme, sa substance, sa culture sera bien mieux conservée au sein d’une Europe européenne unie, garante des identités charnelles qui la composent, que dans une France africaine. Les souverainistes ont le tort de fétichiser l’Etat français, contre toute raison, et de recomposer un Roman national mythifié. Ce n’est pas l’Etat français qu’il faut sauver, c’est l’identité française, dont l’Etat français est objectivement devenue par sa politique le fossoyeur obstiné.

      Pour le reste, suis entièrement d’accord avec vous.

      Charles

      Supprimer
    14. @ FranceLibreGaullisme

      Ce que je voulais dire, c’est juste que s’il y a des musulmans en France, c’est aussi le produit de l’immigration des années 1950 et 1960. Nous pouvons à la fois avoir les flux d’immigration les plus faibles des grands pays européens depuis 15 ans et avoir plus (ou autant) de musulmans qu’eux du fait de notre histoire

      Bien d’accord sur votre remarque à Charles. En effet, faire du Général un avocat de l’europe supranationale et unifiée me semble un peu fort de café. Il a toujours défendu une vision confédérale.

      Le remplacement est un fantasme absolu d’un poids de vue global quand on étudie les statistiques (même si la concentration géographique peut la rendre possible dans quelques lieues). Il faut se battre contre tout comportement remettant en cause notre République (burqa, prières de rues…) mais il ne faut pas manier des fantasmes qui ne dont que servir les intégristes de toute part.

      @ Charles

      Merci pour ce long commentaire argumenté (même si je ne suis pas d’accord…)

      En effet, je n’avais pas saisi. Si je partage certaines idées avec MLP, j’y apporterai plusieurs gros bémols :
      - je ne partage pas toutes les idées : cf son discours sur l’immigration, sur les musulmans, sur la peine de mort, sur l’avortement, son occidentalisme (ce n’est pas rien)
      - je me pose la question de la sincérité de ses idées économiques, bien récentes et qu’elle maîtrise tellement mal qu’on peut avoir un doute
      - je la trouve malhonnête (cf ses discours sur l’immigration)
      - je ne la trouve pas à la hauteur (débats sur l’économie notamment)
      - il y a toujours un fumet peu ragoutant autour de son parti (NationsPresse / Bastien-Thiry, Venner…)

      Je pense que toutes ces raisons suffisent à expliquer ma position.

      En outre, je ne suis pas du tout occidentaliste européen comme vous. Ce n’est pas ma vision de la France.

      10 000 entrées par an, c’est 95% de moins qu’aujourd’hui. On peut considérer que c’est stopper l’immigration.

      Je ne pense pas que nous pouvons peser autant que les Etats-Unis, ce qui serait illusoire bien sûr. En revanche, nous pouvons porter notre voix et garder une influence (cf épisode de 2003, ou même la Libye, quoiqu’on en pense). Il n’y a pas des dizaines de pays qui peuvent faire cela. Pour moi, il y a deux hyper puissances aujourd’hui : Etats-Unis et Chine. Et la France fait partie du peloton suivant, ce qui est pas mal, et finalement proche de la situation qu’avait connue le Général, la Chine remplaçant l’URSS. Il ne s’agit pas de dominer le monde, mais de porter notre voix, une voix différente de celle des Etats-Unis, montrer que l’occident n’est pas uniforme.

      Je ne suis pas en accord avec votre position sur l’Europe. Nos vieilles sont trop différentes pour pouvoir s’y couler. C’est pour cela que l’UE est un échec. Il faut réinventer l’Europe, sous la forme d’une organisation où les coopérations sont totalement à la carte et souple, sans jamais imposer quoique ce soit à qui que ce soit. Voici un beau projet. Le monstre unifié européen ne marchera pas.

      Le Général n’avait pas laissé l’Algérie pour les seuls sujets européens, mais pour bien d’autres raisons, dont le fait de pouvoir parler au monde. Je ne souhaite pas la fin de tout projet européen (c’est d’ailleurs ce qui me distingue de l’UPR). Je crois que l’Europe est un espace plus naturel de coopération pour nous. Mais je pense qu’il doit être organisé complètement différemment.

      Pas d’accord sur les soucis identitaires. L’insécurité culturelle doit être adressé. J’avais longuement pris position sur la question de la burqa par exemple.

      Supprimer
    15. @Pinsolle

      "son occidentalisme"

      Je ne sais pas très bien quelle acception vous donnez au terme d’ "occidentalisme". MLP comme tous les souverainistes est d'une europhobie absolue (Asselineau en étant l'illustration la plus caricaturale quand il dit se sentir plus proche d'un malien que d'un letton ou quand il vient tapiner tous les quatre matins sur Beur FM, ce qui est une trahison complète de Charles de Gaulle dont il prétend pourtant tirer son inspiration).

      Vous faîtes une grave confusion de vocabulaire en me désignant comme un "occidentaliste européen" ; le terme d'occidentaliste désigne les néoconservateurs, ce courant représenté en France par des agents d’influence à la solde des Américains comme Pierre Lellouche, feu Thérèse Delpech ou Frédéric Encel, et qui défend l’arrimage des pays occidentaux aux Etats-Unis et leur satellisation par lui, la constitution d’un bloc occidental dominé par les Etats-Unis qui aurait vocation à faire la loi et à jouer les gendarmes du Monde, et à empêcher l’émergence de nouvelles puissances comme la Russie (ou la Chine) susceptibles de concurrencer les Etats-Unis et de menacer leur hégémonie, et de faire naître un monde multipolaire. L’Europe unie que j’appelle de mes vœux, l’Europe-puissance, qui englobera l’actuelle Russie (qui n’est pas vraiment en Occident…), est née précisément de cette volonté chez moi d’enfin libérer notre continent du joug américain décrit au-dessus, sous lequel nous sommes depuis 1945. Vous voyez donc que je n’ai rien à voir avec les occidentalistes. Je suis un Européiste, un authentique Européiste (un « Européiste identitaire »).

      .../...

      Supprimer
    16. « son discours sur la peine de mort »

      Je ne la crois pas vraiment sincère quand elle se dit, sans conviction, favorable à la peine de mort. Elle a dû le dire dans une réunion militante, à l’occasion d’un horrible fait divers, pour faire plaisir à sa base militante, les médias l’ont rapporté et depuis elle ne peut plus se contredire. Si elle parvenait au pouvoir, soyez sûr qu’elle cannera, - ce que je regrette - sur la question de son rétablissement. C’est une enfant de la télé, ne doutez pas qu’elle s’est fait persuader par la propagande médiatique, comme toute une génération sur laquelle la lobotomisation, sur cette question-là particulièrement, a fait des ravages, qu’elle s’est fait persuader donc que l’intégration de la peine de mort dans l’arsenal pénal d’un pays, pour certains crimes particulièrement odieux, était barbare, contraire aux valeurs, etc , etc.

      Moi je considère moralement choquant que les crimes particulièrement odieux (assassinats, viols aggravés, pédophilie, terrorisme) ne soient pas punis de mort : leurs auteurs ont fait honte à l’Humanité (pas le journal, mais la société des Hommes, la conception élevée que l’on se doit d’en avoir), ils ne sont plus dignes d’y appartenir, ils s’en sont exclus d’eux-mêmes, leurs crimes sont trop odieux pour pouvoir être rachetés.

      Une société qui est devenue trop lâche pour condamner à mort les pires criminels, qui camoufle sa lâcheté derrière l’alibi pseudo-progressiste, et qui réserve sa sensiblerie aux criminels plutôt qu’aux victimes, est une société décadente qui manque à ses devoirs et qui est appelée à disparaître ; une société qui veut faire l’ange est une société qui fait la bête.
      A cause de la disparition de la peine de mort de l’échelle des peines prévues par la loi, on est maintenant obligé, pour protéger la société, d'enfermer à perpétuité les criminels pathologiques à très haut risque de récidive, c'est-à-dire les tueurs et violeurs en série sujets à des pulsions irrépressibles et actuellement incurables (et quand bien même, la possible curabilité n’aurait pas à entrer en ligne de compte dans l’appréciation de la peine qu’appelle la gravité du crime commis…). Du coup les abolitionnistes, faute d'avoir le courage de condamner à mort ces individus, les relèguent lâchement derrière les hauts murs des prisons, et détournent ensuite lâchement le regard pour refuser obstinément de voir les cloaques immondes dans lesquels ils ont préféré enfermer à perpétuité ces individus plutôt que de les exécuter. L’enfermement à perpétuité est une peine bien plus terrible que la peine de mort, et les abolitionnistes n’aiment généralement pas évoquer cette réalité-là, ils préfèrent se donner une conscience à bon marché. La prison n’a de sens que si l’on en sort. Tous les surveillants de prison vous diront que les peines de prison supérieures à 15 ans sont inutiles et n'ont aucun sens ; au-delà de 15 ans les détenus qu’on n’a pas eu le courage d’exécuter se transforment en bêtes-fauves, deviennent fous ou suicidaires, et n’aspirent pas plus qu’à s’évader de la prison.

      On voit donc que quand bien même MLP serait sincère dans son désir de rétablir la peine de mort (proposition qu’elle a de toute façon prétendu vouloir soumettre à référendum), ça ne la rattache pas du tout à « l’extrême-droite » sauf à considérer que le Japon est un régime « d’extrême-droite ».

      .../...

      Supprimer
    17. « son discours sur l’avortement »

      MLP a toujours dit que le droit à l’avortement serait garanti si elle était élue mais en évoquant la possible réétude du remboursement des avortements à répétition, elle a donné de manière incompréhensible le bâton pour se faire battre par ses opposants qui dès lors feignent de croire, et font croire, qu’elle veut remettre en cause le droit à l’avortement, ce qui est profondément malhonnête de leur part. A tous ces derniers, il faut rappeler (à une époque c’est vrai où l’éventail des médicaments et actes médicaux pris en charge par la Sécu était restreint) que Simone Veil dans son texte de loi avait expressément précisé que l’avortement ne saurait faire l’objet d’un quelconque remboursement. Mais je reconnais ne pas avoir compris quel était l’intérêt de faire cette sortie en pleine campagne présidentielle, sortie dont elle aurait pu tout à fait se dispenser (je serais curieux cependant de connaître les conditions de cette sortie, si elle l’a faite de sa propre initiative – auquel cas elle aurait singulièrement manqué de clairvoyance tant elle ne pouvait pas ne pas se douter que c’était un sujet casse-gueule - ou en réponse à une question d’un journaliste). Ca a pollué le débat pendant plusieurs jours, elle a dû passer plusieurs jours à se justifier mais le mal était fait, il est certain que cet épisode lui a coûté des voix dans l’électorat féminin. MLP est une femme moderne, elle n’a rien d’une grenouille de bénitier, je ne sais pas si elle a voulu envoyer un signe à la frange catho-tradi de son mouvement, pourtant très minoritaire depuis le départ de Bernard Antony et qui est une espèce en voie de disparition.

      Dans l’Europe-Nation que nous appelons de nos voeux, la peine de mort sera restaurée et les femmes seront libres d’avorter, comme au temps des Grecs et des Romains, avant que le christianisme ne vienne jeter son voile sur l’Europe.

      .../...

      Supprimer
    18. « son discours sur l’immigration »

      Le problème de l’immigration ne l’a jamais préoccupée, elle a toujours trouvé que son père exagérait avant de devoir contrainte et forcée s’intéresser un minimum au sujet quand elle a accédé à la présidence du FN. Alors que son père a eu très tôt la prémonition de la menace mortelle que faisait peser sur l’Europe l’immigration massive, la prémonition de mouvements de population massifs à venir du fait de l’explosion de la population mondiale sans que la courbe de production des richesses et des denrées alimentaires ne suive en proportion, alors que son père est hanté par ces menaces au point de donner l’impression de se répéter quand il ne fait qu’inlassablement sonner le tocsin pour essayer de réveiller nos consciences assoupies, MLP n’a pas pris la mesure de la menace. Elle ne fait que taper sur l’Union Européenne dans ses passages médias et dans ses discours, et a totalement déserté le terrain de la lutte contre l’immigration. Elle fait le service minimum pour ses militants et électeurs, mais ça l’embête d’en parler et quand elle le fait c’est sans conviction et avec gêne, en marchant sur des œufs, sans jamais donner le sentiment de réussir à trouver le bon ton, du coup quand concurrencée par Sarkozy sur ce thème elle s’essaye à durcir son discours, elle le fait maladroitement et se demande combien de Merah se trouvent dans les avions qui atterrissent à Orly (même si la question est légitime). Elle semble ne pas penser ce qu’elle dit et au pouvoir elle ne fera rien (de toute façon dans le cadre français elle pourrait peu).

      Pour le reste, vous faites l’autruche sur l’importance et la réalité de l’immigration en France, comme d’autres ont longtemps fait l’autruche sur les questions d’insécurité, parlant alors de sentiment d’insécurité avant d’admettre que ce « sentiment » correspondait à une insécurité bien tangible, même s’il reste encore des irréductibles comme Laurent Mucchielli pour continuer à nier.

      Arrêtez de vous noyer dans les chiffres qui vous font perdre le contact avec la réalité, et sortez plutôt dans la rue, parlez aux gens, observez.

      « je me pose la question de la sincérité de ses idées économiques, bien récentes et qu’elle maîtrise tellement mal qu’on peut avoir un doute »

      De tous les thèmes passés en revue, immigration, peine de mort, économie/UE, s’il y en a bien un où l’on ne puisse douter de sa sincérité et de sa détermination, et sur lequel elle se montre particulièrement volubile, c’est celui de l’économie/UE.

      C’est une étatiste et une souverainiste convaincue, une jacobine.

      Après, je suis d’accord qu’elle n’est pas à l’aise sur le terrain économique mais vous ne pouvez pas attendre d’elle qu’elle ait la même virtuosité technique que vous qui avez une formation en économie et dont c’est le métier. L’essentiel est qu’elle ait compris que l’Euro et le libre-échange poussé à son paroxysme détruisaient notre industrie et nos emplois, qu’un pays ne pouvait se développer sans protectionnisme et qu’il fallait revenir à un régime d’économie mixte. Elle brigue le poste de Présidente, or en France le Président se contente de fixer le cap et c’est ensuite au Gouvernement et à son administration, pas au Président, de définir les modalités techniques et pratiques de mise en œuvre et d’exécution.

      .../...

      Supprimer
    19. « NationsPresse / Bastien-Thiry »

      Au contraire de vous, je ne me permettrai jamais de juger des gens qui ont dû tout quitter du jour au lendemain, et au drame duquel vous semblez bien indifférent comme j’avais déjà eu l’occasion de le relever, et peux comprendre qu’ils n’arrivent pas à pardonner à de Gaulle. J’espère que vous ferez montre de la même indifférence quand ce sera au tour des allogènes d’Europe d’être sommés de débarrasser le plancher. C’était un affrontement à mort entre deux légitimités, d’un côté la légitimité de ceux qui défendaient leur terre, celle sur laquelle ils étaient nés et qu’ils avaient par leur travail mise en valeur et fait fructifier, et pour lesquels avaient pris fait et cause les ardents souverainistes qui quoique sans lien organique avec l’Algérie comme Bastien-Thiry considéraient que l’Algérie c’était la France et que s’en séparer constituait une forfaiture et une trahison, et de l’autre côté l’intérêt supérieur de la Nation porté par de Gaulle qui commandait, même s’il n’était pas encore bien perçu à l’époque, de lourder le boulet colonial, et qui par définition devait naturellement primer, aussi douloureux qu’en fût le prix humain.

      L’idôlatrie puérile et dévote dans laquelle vous tombez et que de Gaulle lui-même, qui n’était pas Staline, aurait désavouée, ne fait jamais bon ménage avec une vision équilibrée et balancée de l’Histoire et de ses acteurs, c’est pourquoi, même si son combat était un combat d’arrière-garde, ça ne m’empêche pas de considérer que Bastien-Thiry (et plus généralement tous les combattants de causes perdues) croyait de bonne foi faire son devoir de patriote en luttant contre l’abandon par la France de l’Algérie et qu’il était une figure très noble pour avoir mis sa peau, et sa brillante carrière d’ingénieur, au bout de ses idées. C’était une guerre, une guerre civile, mettant aux prises deux camps aussi convaincus l’un que l’autre de servir la patrie, aussi ne me formalisé-je pas de la tentative d’attentat de B-T contre de Gaulle, ça fait parti du cours « normal » d’une guerre.

      De Gaulle hier avait compris que la France devait se séparer de l’Algérie du fait de l’irréductibilité des différences entre Français et indigènes d’Algérie, qui leur interdisait d’envisager un avenir commun.

      Pour la même raison, de Gaulle aujourd’hui aurait compris la nécessité de liquider, dans l’intérêt des Européens, les Etats-Nations africanisés d’Europe et de faire l’Europe-Nation.

      « Venner »

      Un grand Européen. Je vois pas en quoi il porte le soufre. Strictement les mêmes idées que de Gaulle, le même amour de la civilisation européenne, la même passion de l’Histoire et de la chose militaire.

      « Je ne pense pas que nous pouvons peser autant que les Etats-Unis, ce qui serait illusoire bien sûr. »

      C’est incroyable la teneur de cette phrase et de son paragraphe, c’est incroyable que vous ne vous rendez pas compte de l’énormité de ce que vous écrivez. Vous êtes symptomatique de l’apathie des Européens d’aujourd’hui, qui ont baissé les bras, perdu toute ambition, sont trop repus et se reposent sur leurs lauriers. Venner parlait d’une Europe « en dormition », sortie de l’Histoire. Comme je le disais en prémisse de mon post précédent, vous vous satisfaites de rester une « puissance moyenne » (qu’on n’est même plus) soumise à la loi des hyperpuissances.

      .../...

      Supprimer
    20. « Nos vieilles [nations] sont trop différentes pour pouvoir s’y couler. C’est pour cela que l’UE est un échec. Il faut réinventer l’Europe, sous la forme d’une organisation où les coopérations sont totalement à la carte et souple, sans jamais imposer quoique ce soit à qui que ce soit. Voici un beau projet. Le monstre unifié européen ne marchera pas. » (Pinsolle)

      Profonde parenté anthropologique, linguistique et civilisationnelle entre Européens. Il y a encore un siècle, en France on ne se comprenait pas d’une région à l’autre, chaque région avait son patois. C’était la même chose dans les actuelles Italie, Allemagne, Espagne et partout ailleurs en Europe. Les Etats-nations modernes n’ont que deux siècles et les identités nationales sont largement artificielles. Les deux seules identités concrètes et objectives des populations européennes sont l’identité régionale et l’identité européenne. Un letton n’est pas plus différent d’un Breton que ce dernier ne l’est d’un Basque.

      Il est comique de vous voir vous inquiéter des différences - mineures et superficielles – pouvant exister entre Européens mais pas des différences – irréductibles, ce qu’avait compris de Gaulle - pouvant exister entre populations africaines, arabo-musulmanes et autochtones qui cohabitent en France.


      Pourquoi désigner du terme d’hyperpuissance les Etats-Unis et la Chine (auxquels il faudra bientôt rajouter l’Inde), et du terme de monstre la Nation européenne en germe, si ce n’est pour la disqualifier ?

      Une « Europe de la coopération », c’est une Europe divisée et à terme la mort. A défaut d’une Europe-puissance capable de rivaliser avec les Américains, certains pays européens préfèreront toujours se placer sous le parapluie du protecteur américain et acheter des Boeing et des F-16 plutôt que des Airbus ou des Rafale . Les Américains sont en train de dépecer l’Europe.

      Charles

      Supprimer
  26. A tous les promoteurs improvisés du FN en particulier, vous vous sur-estimez je crois, et sous-estimez surtout la France et les français.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ER pour Egalité et Réconciliation ou je me trompe ?

      FranceLibreGaullisme

      Supprimer
    2. Vous vous trompez.

      Supprimer
  27. Si chacun peut, me semble-t-il, comprendre aisément le sens et la portée de la question de savoir si le FN est un parti d'extrême droite, il me semble plus utile et plus efficace sur le plan politique d'apporter une réponse, en tant que militant et parti, aux électeurs qui veulent donner une bonne leçon à l'UMPS.

    RépondreSupprimer
  28. @ laurent pinsolle ?
    Question : Quelle entreprise peut créer de la croissance si, elle n'a pas une production compétitive ?

    RépondreSupprimer
  29. M. Pinsolle nous allons nous tenir à votre prochaine déclaration de compte de votre parti pour se faire une opinion du nombre réel d'adhérents à DLR. En 2012 vous avez déclaré à peine 60000euros, ce qui vous fait environ 3000 adhérents, arrondissons à 4000!, donc très loin des 15000 revendiqués...Pourquoi comme les autres partis politiques gardez vous le nombre d'adhérents secret si ce n'est que tout simplement il n'est pas aussi important que vous l'affirmez? Or vous vous basez dessus pour minimiser l'UPR qui en fait vous rejoint sans doute en terme d'adhérents.
    Quant aux nombres de parrainages et des résultats de l'UPR à la dernière élection, vous savez pertinemment que les parrainages sont conditionnés par les grands partis, DLR profite donc des parrainages des maires UMP, et les maires sont menacés de sanction financière si ils l'accordent à des partis "hors système" comme l'UPR. De plus la censure médiatique subit par l'UPR a rendu impossible la récolte des parrainages, les maires dejà très réticents à parrainer ont pris peur en voyant la censure ou tout simplement pensaient que FA était un candidat fantôme... Et c'était exactement le but recherché, comment donc parrainer ou voter une personne qu'on ne connait pas faute de couverture médiatique minimale? Qui voterait pour un inconnu? Simple question de logique, cher Monsieur Pinsolle, à moins que le bon sens vous dépasse....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le nombre réel d'adhérents à l'UPR, c'est combien ?

      Supprimer
  30. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  31. Est de droit un parti qui refuse les principes de la révolution Française.C'est à dire qui est dans ses propositions contre-révolutionnaire.Le F.N de Mme Le Pen:
    1.Est -il pour un état conservateur et religieux comme le Portugal de Salazar ou l'Espagne Franquiste?
    2.Est il pour supprimer l'égalité entre l'homme et la femme?Rétablir la puissance paternelle et maritale comme avant 1938?
    3.Pour le retour des corporations comme base de l’économie nationale?
    4.Pour que le christianisme soit la source de toute législation? ect...
    Non et encore non!Le Fn désormais me fait penser d'avantage au PCF de 1960 plutôt qu'a un vrai parti de droite!

    RépondreSupprimer
  32. @Gérard Bodin: UPR 3375 adhérents à jour de cotisation, chiffre vérifiable par huissier

    RépondreSupprimer
  33. M. Pinsolle, Je suis entièrement d'accord avec votre position. Je pense d'ailleurs que NDA devrait nettement plus critiquer MLP dans les médias. Même si son attitude modérée et nuancée à son égard est tout à son honneur car il est dans une quête de vérité et cherche aussi à ne pas heurter l'électorat frontiste, je pense justement que le seul moyen de récupérer cet électorat serait de clairement marquer les différences entre patriotisme et nationalisme dont une partie des votants FN n'ont pas conscience en raison de la mutation rhétorique effectuée par MLP. Ce travail, vous le faites très bien. Mais NDA devrait le faire avec plus de clarté (même s'il le fait déjà mais pas assez) sinon il tombera dans le piège tendu par l'UMPS et le FN: à savoir faire assimiler, à tort, ceux qui veulent sortir de l'euro à l'extrême-droite. Par exemple, lorsqu'il dit que le FN est d'extrême-droite mais que MLP n'a pas de discours d'extrême-droite, je comprends parfaitement sa logique et ce qu'il dit est exact. Mais pourquoi ne pas dire tout simplement qu'elle est d'extrême-droite, et d'insister sur ce point, afin de montrer clairement que gaullistes et lepénistes ne pourront jamais cohabiter? (même si je pense que des gens comme Florian Philippot pourront être, à un moment ou à un autre, récupérés.)

    RépondreSupprimer
  34. Cath Anonyme

    Laurent, ou bien c'est vous qui mentez (sans vouloir vous offenser), ou vous vivez dans un autre pays que le mien.. Je ne sais pas d'où proviennent vos statistiques, et d'ailleurs je m'en moque : ce ne sont que des chiffres, mais moi, MOI, qui vis en France, je sais bien, je vois et j'affirme, que la France n'a pas le visage des années 50, et si c'était le cas, le FN n'afficherait pas de tels scores.
    Non, ce n'est pas comme vous le prétendez, de "l'intégration de beaucoup d'immigrés dans les années 50 et 60" que vient le visage de la France d'aujourd'hui. mais des années Mitterand pour commencer, et surtout de l'ouverture de nos frontières et de leur démantèlement depuis la création de l'UE, c'est là que l'immigration a explosée, et pas seulement celle des pays du sud désormais, c'est du monde entier que l'on accourt pour profiter d'un système qui est en déliquescence, car il est maintenant tenu de régaler les miséreux du monde entier qui sont chez nous chez eux, quand bien même ils nous cracheraient dessus et nous réduiraient à la misère. Je ne sais pas si l'Allemagne reçoit plus d'immigrés que nous, mais elle n'a surtout pas la même politique de droit du sol pour commencer. Quant à l'Angleterre, elle s'est fourvoyée dans un modèle multiculturaliste qui fait qu'aujourd'hui l'anglais mainstream est à l'agonie (hors la City, évidemment, qui fonctionne comme la Suisse au milieu d'un territoire en guerre). Les mêmes qui exploitent les pays du sud en pillant leur richesses, détruisent la France en important massivement des individus qui n'ont rien à faire des "valeurs" dont on les farcit. Ces réfugiés économiques qu'on porte au pinacle par un humanisme dévoyé, deviennent les maitres d'un jeu qui pousse notre population à la ruine. L'angélisme farouche qui fait de tout étranger une chance pour la France a été accepté par les français avec candeur, mais au stade où nous en sommes, dans les drames où nous entrainent le changement de population qui s'est effectué sans que jamais on ne demande son avis au peuple autochtone devenu la 5ème roue du char, ce qui est extrême pour lui, c'est sa survie, sa souveraineté et son indépendance. Et tous les partis qui ont tenu la France depuis 1981 se sont joyeusement assis dessus, traitant les français comme des parias dans leur propre pays. Ce qui se joue ici, c'est que cet état de fait ne peut plus continuer : cela devra donc changer, que ça soit par les urnes ou dans la rue, et très vite.

    RépondreSupprimer
  35. @ Démos

    Les deux sont nécessaires.

    @ Gilco56

    Désolé, c’est hors sujet. Et cela dépend du cadre : avec les frontières ouvertes ou pas ?

    @ Anonyme

    Je ne sais pas d’où vous tirez les 60 000 euros pour 2012. Cela tombe bien, il me semble que nous en sommes approximativement au triple pour cette année, ce qui confirme les plus de 13 000 adhérents que nous avons. Et en parrainages, cela ne change rien au score de 750 à 17 ou les différences aux législatives : 300 candidats (60 en 2007) contre 1. Et je peux vous dire que ce n’est pas l’UMP qui nous a aidé, au contraire. Si les médias devaient vous passer, 50 partis qui ont présenté plus de candidats que vous pourraient réclamer du temps. Ce n’est pas possible. A vous d’aller aux élections. Jacques Cheminade a réussi, pas vous.

    @ Cath Anonyme

    Bien sûr que le paysage de la France a changé depuis 60 ans. Mais je crois que le succès du FN, même s’il vient en partie de l’immigration, s’explique aussi par la crise économique et les erreurs catastrophiques du PS et de l’UMP.

    Et puis surtout, attention aux généralisations abusives. La plupart des immigrés veulent s’intégrer.

    RépondreSupprimer
  36. Laurent je ne comprends pas du tout la réponse ???? je suis sans doute bête !

    RépondreSupprimer