mercredi 6 août 2014

Ne céder ni à la russophobie, ni à l’angélisme


Le récent krach d’un avion en Ukraine, attribuée peut-être un peu rapidement à des forces pro-russes, a engendré une nouvelle déferlante russophobe, bien illustrée par la de The Economist, d’un manque de mesure effarant. Qu’il semble difficile de débattre sereinement de la Russie de Poutine.



Eviter la caricature du grand Satan

Dans certains médias, plutôt anglo-saxons, on semble presque souhaiter une 3ème guerre mondiale pour régler son compte au « dictateur » Poutine. The Economist ne s’embarasse pas de détails en qualifiant son régime d’autoritaire, au même titre que la Chine. Il y a quand même des élections en Russie, même si elles ne déroulent pas de manière idéale. Bien, la Russie a peut-être une part de responsabilité dans la tragédie aérienne, mais, au pire, elle est totalement indirecte et absolument involontaire. Jamais Moscou n’a voulu abattre un avion de ligne. En revanche, il n’est pas inutile de rappeler ici que Washington a voulu, en manipulant les preuves de ses accusations, et en refusant de se plier au droit international, une guerre en Irak en 2003 qui a fait plus d’un million de victimes selon certaines sources. Et la démocratie étasunienne est loin d’être exempte de disfonctionnements majeurs, entre l’élection contestable de Georges Bush en 2000, le rôle effarant de l’argent ou les découpages électoraux aberrants.

Bref, avant de donner des leçons à la Russie, il faudrait quand même être soi-même bien moins critiquable. Bien sûr, la situation en Ukraine n’est pas satisfaisante, mais qui pourrait nier qu’une partie importante de la population souhaite désormais être rattachée à Moscou (comme le référendum en Crimée l’a démontré), ce qui doit tout de même être respecté, que l’autre camp est tout sauf réjouissant (avec de vrais néo-nazis dans la majorité actuelle) et que l’Occident (si tant est que ce concept soit réellement pertinent) a joué avec les allumettes à Kiev, au point d’offrir parfois une couverture médiatique effarante de parti-pris. Enfin, si le Général de Gaulle a eu des mots très durs contre le communisme, il a su avoir une attitude équilibrée avec l’URSS, ni servile, ni hostile par principe. C’est sans doute ce qui manque aujourd’hui à nos dirigeants qui cèdent trop facilement à la russophobie d’une partie des élites.

Mais ne pas être complaisant

Produit sans doute inéluctable de la russophobie partiale, excessive et venant souvent de milieux sous forte influence anglo-saxonne, certains cèdent à un autre extrême : une complaisance sans nuance vis-à-vis d’un régime, qui, s’il est loin d’être aussi critiquable que certains le laissent imaginer, correspond difficilement à nos critères démocratiques. On peut quand même trouver que la Russie de Poutine, si c’est une démocratie, est tout de même en partie dysfonctionnelle, notamment dans le traitement de l’opposition. Et Moscou n’est sans doute pas tout blanc dans l’affaire ukrainienne. Voilà pourquoi je suis effaré que Marine Le Pen répête son admiration pour le président russe sans la moindre nuance, ce que l’on peut voir comme une forme de fascination pour certains aspects autoritaires de son régime, ce qui est bien évidemment inquiétant de la part de qui souhaite devenir président de la République.

Malgré tout, je crois qu’il faut cesser de faire en permanence la leçon aux autres pays. Chacun suit son propre chemin et il faut le respecter et évitant d’appliquer aux autres notre logiciel de pensée, qui doit à des siècles d’histoire et qu’il est donc illogique d’appliquer à des pays qui ont une autre histoire, même si cela part d’une bonne intention. Et malheureusement, on a bien vu en Irak ou en Libye où les bonnes intentions nous ont mené, ce qui devrait inciter à plus de modération et à voir la vie en nuances de gris et non en noir et blanc. Et parce que la Russie est une des grandes puissances de ce monde, il est important de dialoguer avec elle, de la respecter. Le monde de demain doit se construire avec elle. La traiter comme un paria ne fera qu’accentuer les aspects les moins positifs du régime de Poutine.

S’il faut se méfier de ceux qui dépeignent Moscou comme le méchant du monde, il ne faut pas tomber dans un biais qui peut exister pour les opposants à l’impérialisme étasunien, à savoir perdre tout esprit critique sur ce qui se passe en Russie. Mais cela n’exclut pas de travailler avec les russes, au contraire.

71 commentaires:

  1. Très bien mais concrètement, que proposez-vous de faire en Ukraine ? Donnez autant de bons et de mauvais points à chacun des deux camps est un peu facile mais ne résout pas le problème.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pour se démarquer de marine le pen sans succes. Par ailleurs sur France 24 Moreau un entrepreneur français en Russie a pu parler tranquillement de complot des USA pour casser l'armement français (mistral etc). Donc il faut arreter de critiquer les médias, Pinsolle veut quoi la pensée unique sur la Russie ?

      Supprimer
    2. Comment ça, les USA ne nous veulent pas que du bien ?

      Supprimer
  2. ni au LAXISME hexagonal !!!!

    RépondreSupprimer
  3. Gilbert Perrin
    il y a 13 heures
    Conflit ISRAELO PALESTINIEN ....

    La trêve ne pourra pas être durable, les conditions n'y sont pas. A entendre l'intervention dans c dans l'air de l'ambassadeur israélien en FRANCE, Israel continue et continuera à rejeter les torts sur les autres. Ils ne veulent pas de la PAIX, du partage de responsabilité !! Ils veulent une paix et, un bénéfice unilatéral.
    Sans une FORCE de l'ONU, peut créer et prolonger la trêve en iùmposant une solution et en la mettant en place ... SANS CELA, rêveurs, REVEZ.....

    RépondreSupprimer
  4. Avoir le courage d'attirer l'attention sur l'effrayante désinformation dont nous sommes victimes n'est déjà pas si mal, il me semble !
    Tous mes compliments, Laurent !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai oublié de signer : Sancelrien

      Supprimer
    2. Quelle désinformation ? Vous avez des preuves sur l'innocence des forces russes ? Personne n'a pas encore dit dans les médias français que se sont automatiquement les russes.

      Supprimer
    3. Fiorino si vous avez l'habitude de suivre le FN vous savez comment les grands medias agissent.
      Ils n'ont pas besoin d'accuser en noir sur blanc ni même de mentir.
      Il suffit de donner 80% du temps de parole aux pro U.E et USA (sachant que ce n'est pas toujours écrit sur leur front) le reste a des excités extrémistes (pour montrer que c'est les méchants en face) et de tronquer la verité.
      Paradoxalement plus les medias sont gros plus ils aiment aller dans le sens du plus fort et du moins risqué.

      Supprimer
    4. @Fiorino,

      "Vous avez des preuves sur l'innocence des forces russes ?"

      C'est donc là que nous en sommes. Coupable si tu ne prouves pas ton innocence. Ben dites donc... présomption de culpabilité ?

      Je trouve l'article de LP sur le traitement médiatique occidental de VP et de la Russie très juste.

      Vous lisez encore les quotidiens nationaux vous - je ne parle pas même de la télévision...- ?

      Supprimer
    5. Pour illustrer mon propos precedent il faut aller chercher une petite chaine TV allemande l'ARD, pour trouver des journalistes qui doutent de la culpabilité de Yanoukovitch dans les tués de Maidan.

      Supprimer
    6. ARD petite TV allemande ?
      ARD, première chaine de TV publique d'Allemagne (ZDF étant la seconde chaine publique, Zweite Deutsche Fernsehe) pèse plus lourd que tout France TV réunie !!!
      Ceci dit, en Alsace, nous préférons depuis longtemps regarder les informations sur les TV allemandes et suisses. Même la météo nous concernant y est plus exacte que sur nos chaines françaises ! C'est dire...
      Exemple de la qualité des TV (uniquement publiques ?) allemandes. Lors de la dernière coupe du monde de football, alors que l'Allemagne passait au second tour, tout comme la France, sur les chaines françaises nous avons eu droit à 20 minutes consacré au sujet de la "France en 16è de finale, au "20h". Sur les TV allemandes, nous avons eu droit à : "événements en Ukraine de l'est", "tension entre Israel et Palestine", "Erdogan" etc. L'équipe d'Allemagne en 16è de finale de la Coupe du Monde ? Une minute, vers la fin du journal. Mais il est vrai que les Allemands ne traitent que de choses futiles, en priorité... Ils n'ont pas besoins de pseudo Grandes Ecoles de Journalisme pour avoir de VRAIS journalistes, c'est à dire de ceux qui s'interrogent, qui questionnent, qui vérifient les sources et les croisent, qui sont iconoclastes, etc, et qui ne sont pas de simples copieurs-colleurs !
      CanluCat

      Supprimer
    7. Ok ARD est un regroupement de chaines régionales ce qui m'a induit en erreur...

      Supprimer
  5. @LP,

    Le sentiment tout de même que l'article à son point d'orgue par cette phrase :

    "Voilà pourquoi je suis effaré que Marine Le Pen répête son admiration pour le président russe sans la moindre nuance"

    Quels sont ces éléments concrets "d'admiration" ?

    Il m'a pourtant toujours semblé que MLP s'inscrivait dans la tradition dite de la "realpolitique" prenant acte de ce que chaque dirigeant agit dans les intérêts de son peuple. Poutine, son régime, ont été d'ailleurs légitimé plusieurs fois par le vote du peuple Russe.

    Vous dites ensuite :

    "ce que l’on peut voir comme une forme de fascination pour certains aspects autoritaires de son régime"

    1. Je ne sais ce qu'est une "forme de fascination". Soit cela en est, et je ne vois pas selon quels éléments, soit cela n'en est pas. Comment définissez-vous le mot fascination ?

    2. Forme de fascination pour les "aspects autoritaires du régime" de Poutine ?

    a) je croyais qu'il s'agissait d'une forme de fascination pour Poutine lui-même (ce sont alors les deux ?)

    b) vous semblez donc indiquer qu'une forme de fascination s'attacherait à certains aspects autoritaires du régime :

    - toute la politique du régime est autoritaire ?
    - quels sont ces aspects autoritaires (du régime) à propos desquels une forme de fascination apparaîtrait chez MLP ?

    Faut-il juger de la démocratie Russe avec les références de notre modèle politique, voire du modèle occidental américain ?

    Je n'ai jamais cru à cette démocratie monolithique s'imposant telle quelle, comme parachuté du ciel, et annulant l'histoire et les moeurs politiques, la culture politique d'un peuple, d'une nation.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  6. "La traiter comme un paria ne fera qu’accentuer les aspects les moins positifs du régime de Poutine."
    C'est surtout en train de renforcer sa popularité en Russie, mais égalemennt le patriotisme russe...
    Pis bon, Poutine est peut-être traité en paria en occident, mais reste bien perçu dans le reste du monde !


    Olivier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le reste du monde musulman sunnite certainement pas avec son soutient au régime de Assad.

      Supprimer
  7. @ LP
    Donc si demain la Tchétchénie organise un référendum pour l'indépendance il faut le respecter ? L'Alsace aussi ? Vous allez un peu vite sur les annexions décidé unilatéralement. Moi je pense par ailleurs que ce sont bien les séparatistes russes qui ont tiré sur l'avion par erreur, d'où le silence de poutine sur cet affaire. Par contre je suis totalement contre les sanctions. L'UE devrait se mettre autour d'une table avec la Russie pour une sortie de crise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Fiorino

      Je ne vois pas le rapport entre la Tchétchénie et la Crimée, voire l'Alsace. Qu'il s'agisse du territoire lui-même, des histoires en présence, ou des circonstances actuelles d'un tel détachement. Pensez-vous à aller prendre directement contact avec les individus (Crimée) qui choisissent la Russie pour leur indiquer que vous êtes contre, au nom de votre droit individuel d'ingérence ?

      Supprimer
    2. Poutine n'est pas « silencieux ».
      Ce qu'il dit est simplement censuré aux USA (et donc, par mimétisme, en France).
      Si son point de vue sur la situation en Ukraine vous intéresse, je vous invite à écouter sa conférence de presse de juillet 2014 (après son retour de la réunion des BRICS au Brésil) :

      https://www.youtube.com/watch?v=JBSzJ2wzb0s
      (13 min.)

      Concernant plus spécifiquement le vol MH-17, le moins que l'on puisse dire est que les indices indiquent de plus en plus clairement une culpabilité de la junte Ukrainienne.

      Ce bref article de Jacques Sapir (30 juillet) fait le point sur la situation :
      http://russeurope.hypotheses.org/2591

      Et ce memorandum de vétérans de la CIA met à nu l'inconsistance des « preuves » de la soi-disant culpabilité des combattants des Républiques auto-proclamées de Donetsk et Lugansk :
      http://www.washingtonsblog.com/2014/07/obama-release-ukraine-evidence.html

      b_

      Supprimer
    3. Bien dit. Vous vous êtes renseigné sur le sujet, et aucun de nos brillants "professionnels de l'information" n'en n'a fait autant. Ils n'essaient même pas. Trop fatiguant, sans doute.
      Sancelrien

      Supprimer
    4. @ Anonyme 10:51
      si vous ne voyez pas le rapport entre la tchéthcénie ou les personens aurait bien voulu chosir entre la russie et l'indépendance mais ils ont été devasté je ne peux rien pour vous. Les référendums d'autodetermination ne sont pas pas de cette façon si demain l'Allemagne decide d'en organiser un et il le gagne (ce qui est possible dans les temps qui courent) on va liquider l'affaire comme ça en disant que le peuple a choisi ?). Mais depuis quand un etat etranger organise des référendum dans le territoire d'un autre Etat pour l'annexer ?

      Supprimer
    5. MDR ! Des référendum ? En France ? Pourquoi ? Pour le plaisir de dépenser de l'argent ? Pour le plaisir de faire croire que la France est une démocratie ?
      2005 : Référendum, courageux, de Chirac sur la "Constitution européenne". 55% de votants se sont exprimés contre. Résultat ? Sarkozy nous entube quelques mois plus tard en signant le traité de Lisbonne !
      En Irlande, on a fait voter plusieurs fois les habitants, jusqu'à ce qu'ils répondent "comme il faut" !
      Au Pays Bas idem. Les habitants étaient contre ? Pas grave ! On les court-circuite par un Parlement tout à la botte d'une Europe défigurée !
      Avril 2013. Alsace. Référendum sur le Conseil Unique d'Alsace (suppression des deux départements du Rhin pour créer une seule entité devant remplacer le Conseil Régional d'Alsace). Dans le Haut-Rhin nous avons voté contre. Dans le Bas-Rhin ils n'ont pas voté pour.
      Résultat ? Tous les élus de la région et des départements s'agitent pour nous imposer ce "Conseil Unique" et supprimer les deux départements. Et, pour cela, ils espèrent bien, ET TOUS (UMP, EELV, PS, FN), profiter de la Réforme Territoriale pour le faire !!!
      OR, dans la campagne des trois présidents (Richert, ancien ministre de Sarkozy, pour la Région et ses deux accolytes UMP des deux départements) préconisaient le rapprochement avec le Pays de Bade (Fribourg et Stutgart,
      Allemagne) et la Suisse et nous détacher ainsi, progressivement, de la France !
      Alors, les référendums... A la limite, celui de Crimée aura été respecté, lui !
      CanluCat

      Supprimer
    6. @Fiorino,

      Ce ton de hauteur peut aller à la rigueur de paire avec une démonstration rigoureuse ; à défaut, on pose avec conviction plus qu'on expose une conviction. Donc, sauf à considérer que des anachronismes militants font une démonstration, je ne vois toujours pas le rapport entre les éléments que vous comparez. Peut-être parce qu'il n'y en a aucun, si ce n'est le fait qu'il s'agisse de revendications d'indépendance, dont vous semblez penser qu'elles sont toutes les mêmes et ont toutes les mêmes causes et conséquences, c'est évident - enfin si j'ai bien lu la totalité de vos discours à l'Assemblée générale de l'ONU.

      Supprimer
    7. @ Fiorino,
      Si le rattachement de la Crimée à la Russie est discutable, ça ne doit pas vous amener à escamoter la totalité de la situation, et du coup, n'y rien comprendre.

      Les USA voulaient eux même "annexés" la Crimée, ou en tout cas, s'y installer comme chez eux de facto à défaut de jure.
      Les Russes n'avaient pas d'autres choix que d'agir les premiers, pour ne pas être pris au piège par les USA.

      Dans le cas contraire, les USA auraient privé la Russie de l'accès direct à la mer noir, les USA auraient eu le contrôle en partie au moins sur les oléoducs et gazoducs russes.

      Ce sont les USA qui viennent fiche le désordre en Ukraine, pour obliger l'Ukraine a être pro-occidental à 110 %. Et ainsi continuer leur partie d'échec qui vise à empêcher la Russie de redevenir aussi puissante qu'à l'époque de "l'empire" soviétique.

      Pour finir, vous sousestimez la russophilie -de coeur ou d'intérêt- de la majorité du peuple ukrainien (constitué de Russes, d'Ukrainiens russophones et d'Ukrainien qui dépendent à mort de la Russie).

      Les USA ont soutenu le coup d'état des nazis (pravi sektor & svoboda) car justement, l'Ukraine tendait soit à être pro-russe, soit à garder un équilibre entre le pôle russe et le pôle otanien, voir pro-US.

      Supprimer
    8. @ Abd_Salam
      Mais je n'escamote pas la totalité de la situation, je ne dis pas que la Russe n'avait pas des raisons d'annexer l'Ukraine mais liquider tout cela en disant il y a eu un référendum ne me parait pas très sérieux, ou alors pourquoi pas un référendum en Tchétchénie ?
      La majorité des ukrainiens ne sont pas russophiles de coeur surtout pas l'ouest, et les 2 millions de criméen en moins je crois que on est parti pour une majorité antirusse ou russo indifferente.

      Supprimer
    9. @ Fiorino,
      On vous a déjà dit que comparaison n'est pas raison.

      Ensuite, évitez de croire ce que vous avez envie de croire.

      Je le répéte, les USA ont considéré qu'il fallait passer à l'action car l'Ukraine oscillait naturellement entre une inclinaison pro-russe et une envie d'être neutre ou disons indépendante : ni pro-russe ni le jouet pro-US.
      Il fallait donc zapper le train-train de l'alternance des parties traditionnelles ukrainiens trop "modérés" aux yeux des Ricains. (résultat : coup d'état pour installer les nazis)

      Certes, dans l'ensemble, les Ukrainiens ne sont pas pro-russes de coeur, ils le sont par intérêt (dépendance économiques) ; pour cause de "tutelle" de la Russie ; et certains le sont de coeur (n'oubliez pas la population russe dans chaque oblast, les Ukrainiens russophones, et les Ukrainiens dont la survie économique dépend à 100 % du commerce avec la Russie).
      Compris ?

      Ou vous voulez absolument continuer à vous focaliser exclusivement sur la question du référendum dont le résultat serait avec ou sans tricherie favorable aux Russes ?

      La majorité des Ukrainiens est russophile, pas forcément une majorité écrasante, mais une majorité ; que ça vous plaise ou non (et j'insiste, n'oubliez pas les populations russes d'Ukraine, y'a pas que les Criméens ! y'a aussi les Ukrainiens russophone ! ne perdez pas de vue l'histoire très particulière de l'Ukraine, ce qui explique que la situation n'est pas comme il vous plairait qu'elle soit : anti-russe, trop facilement et trop simplement anti-russe).

      Supprimer
    10. P.S. : je précise bien : il y a des Russes d'Ukraine dans chaque oblast (région) d'Ukraine, des Ukrainiens russophones dans chaque oblast !
      Y'a pas que la Crimée où vivent une majorité de Russes, des Ukrainiens, et des Tatares.

      Supprimer
    11. C'est d'ailleurs l'un des angles d'attaque US/pro-US, provoquer une situation ultra-tendue qui obligerait la Russie à se poser en protectrice des populations RUSSEs d'Ukraine, et ainsi faire de l'Ukraine un bourbier pour la Russie.

      Supprimer
  8. @ LP
    A l'heure où vous écriviez vous pouvez déjà dire que le crash du MH17 survenu le 17 juillet n'est pas le fait des Russes, ni des russophones insurgés de la région de Donetsk mais d'un Su25 de l'armée ukrainienne comme le démontrent Jacques Sapir, le journaliste US Robert Parry, l'ancien dirigeant Paul Craig Roberts et de nombreux anciens membres des services secrets US.
    Il n'est pas évident que les russophones d'Ukraine aient envie de devenir Russes mais plutôt de vivre en paix avec leurs droits linguistiques dans le cadre d'une Ukraine régionalisée ou fédéralisée. Seul le comportement du gouvernement de Kiev et de l'oligarque Igor Kolomoïsky contrôlant l'est de l'Ukraine peuvent pousser ces gens-là dans les bras de la Russie qui n'est pas vraiment demandeuse.
    A mon avis ce que souhaite la Russie c'est plutôt une Ukraine fédérale et non hostile pour renouer des liens les plus étroits possibles selon des souhaits réciproques étant donné la parenté et la complémentarité des 2 pays à tant de points de vue. Seule une minorité ayant fait partie avant 1918 de l'Empire austro-hongrois ne la voit pas d'un bon oeil voire lui est hostile.
    Nous devons raisonner seulement en termes de diplomatie et de géopolitique; la nature du régime de Poutine, autoritaire mais démocratique, ne concerne que les Russes mais le comportement de tous les "Occidentaux" ne fait que renforcer le patriotisme russe autour de Poutine et de son régime. Depuis plus de 20 ans les Occidentaux n'ont cessé de bafouer leurs engagements envers la Russie notamment sur la non-extension vers l'est de l'Otan. Comment peut-on être crédible dans ces conditions? La subversion US en Ukraine est, aux yeux des Russes, la ligne rouge à ne pas franchir et je pense que la Russie du "méchant" Poutine a été jusqu'ici très posée, mesurée, réfléchie en résistant aux pousse-au-crime des dirigeants ukrainiens à la solde des US. Ils ont confisqué par un coup d'Etat le 22 février la légitime révolte du peuple ukrainien. Le retour de la Crimée dans le giron russe est une bien modeste et légitime sanction des errements de Kiev. Il faut savoir que l'Ukraine est une nation artificielle, très composite et qu'elle n'a jamais su depuis son indépendance se doter de dirigeants à la hauteur des défis qu'elle impliquait. L'actuel dirigeant Poroshenko, un oligarque opportuniste, ne fait pas exception à tous les autres autres oligarques qui se sont enrichis sur le dos du pays.
    Il nous faut retrouver le chemin de Moscou pour négocier avec Poutine la construction de la "maison commune" que proposait Gorbatchev. Cela suppose une rupture avec l'actuelle UE sous tutelle US, de retrouver une politique étrangère d'indépendance nationale faite de dialogue bilatéraux avec la Russie, la Chine, et le monde arabo-musulman et une position mesurée sur la question du Proche-orient qu'a bien exprimé Dominique de Villepin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'ai bien lu et à peu près compris les articles très techniques de J. Sapir sur son blog au sujet du tir de missile sur l'avion, des évidences commencent à apparaître qui expliquent pourquoi la CIA et le gouvernement américain auront du mal à prouver la culpabilité de l'armée russe.
      L'évidence principale est que ce n'est pas parce les morceaux de l'avion ont chuté dans la zone contrôlée par les "rebelles" que ce sont eux qui ont tiré : l'avion volait d'ouest en est donc une très modeste connaissance de la balistique oblige à conclure que ceux qui ont tiré se trouvaient bien plus à l'ouest. C'est ce que n'arrive à comprendre aucun journaliste français mainstream, parce qu'ils sont minables aussi bien en terme d'information que de connaissance élémentaire en sciences physiques, et ont absolument besoin de pointer les responsabilités de la Russie. A bas l'analyse, vive la propagande.
      Reste à savoir pourquoi la Russie ne cherche pas beaucoup à prouver que ce n'est pas son armée qui a fait le coup. L'hypothèse la plus probable est que c'est bien l'armée ukrainienne positionnée à l'ouest qui a tiré, mais en croyant le faire sur un avion... russe. Donc l'armée de l'air russe viole le ciel ukrainien (depuis sûrement belle lurette) afin de prêter main forte aux Ukrainiens de l'est, et les autorités russes n'ont pas très envie que ça se sache.
      Quand à compter sur la coopération avec les enquêteurs des insurgés, qui ont du mal à contenir les offensives de l'armée ukrainienne, et craignent ainsi de laisser s'infiltrer des espions ou des soldats ennemis... Qui peut s'étonner de leur attitude ?
      Effectivement je suis persuadé maintenant que c'est l'armée ukrainienne qui a tiré, que les "Occidentaux" cherchent à mettre cela sur le dos de la Russie et des milices ukrainiennes orientales, que cette thèse est colportée par les imbéciles qui dirigent les médias notamment dans notre pays.
      Mais la Russie aide ces milices et viole l'espace aérien donc la souveraineté de l'Ukraine : ce n'est ni glorieux ni nouveau de sa part.

      Francis Commarrieu.

      Supprimer
    2. Sapir est un fanatique pro russe s'il avait les preuves de la non implication russe le kremlin l'aurait contacté. Quand vous parlez de dialogue avec le monde musulman a l'heure ou l'Egypte et l'Arabie Saoudite ont une politique anti-hamas vous intendez quoi ? De Villepin n'a rien expliqué il ne suffit pas de gueler contre Israel (rappellons qu'il l'avait defini comme corps etranger) pour se rendre sympa au monde musulman. Il y a la question algérienne et je vous signale qu'au Mali Villepin aurait voulu laisser les djiahdistes du nord prendre le pouvoir). En centrafrique il a dit quoi ? Bref il faut des propositions concrète et pas uniquement sur le proche orient ou la France n'a aucune espece d'influence.

      Supprimer
    3. @Fiorino,

      Je trouve bien au contraire que Sapir, ce quel que soit le sujet, reste toujours très équilibré et modéré dans ses prises de position. S'il a bien un individu que je trouve pondéré et d'une pédagogie remarquable dans le débat public c'est bien lui.

      Supprimer
  9. Le titre de l'Economist en couverture est vraiment fort de café !
    Qui à accusé sans jamais avoir donné de preuves qui a deja montré qu'il peut mentir sans vergogne pour agresser un pays?
    Les russes ont donné bien plus d’éléments sur la forte presence de Buks ukrainiens dans la zone et quand ils ont reclamé aux USA de poser leurs preuves sur la table voila que Kerry mets de l'eau dans son vin...

    De toute façon le tir contre le MH17 est très probablement involontaire alors que ce soit tel ou tel operateur plein de vodka ca n'implique rien politiquement.

    Cela dit avoir annexé la Crimée est la seule action que l'on peut reprocher à Poutine et j'ai du mal a comprendre pourquoi il l'a fait si vite. Il a donné un bon baton aux "UESA" alors que ce n'était pas necessaire.
    A la place de Poutine je me serais contenté d'occuper cette région pour éviter l'arrivée de l'OTAN et sécuriser la population. Une indépendance de la Crimée sous parapluie russe aurait suffit et des sanctions occidentales seraient alors très difficile à justifier.
    Surtout quand ont voit le drame des villes du Donbass ukrainien après avoir été mis au chômage par les privatisations et les fermetures des pros U.E on les bombarde à l'arme lourde pour faire plus de victimes que dans le MH17 et ca c'est avéré par contre...
    Malgré cette erreur de forme il faut constater que toutes les interventions de Poutine on amené une paix durable. A l'image de Grozny qui est méconnaissable aujourd'hui avec son centre ville moderne. D'autres grandes puissances interventionnistes ne peuvent en dire autant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "j'ai du mal a comprendre pourquoi il l'a fait si vite"

      Pour ne pas perdre Sebastopol, mais surtout je pense qu'il lui était important de frapper les esprits occidentaux en démontrant que la Russie n'était plus un gros ours en hibernation "eltsinienne"...

      Olivier

      Supprimer
    2. C'est ça TeoNeo il a laissé les tchtchenes au mains d'un dictateur qui reprime d'un coté et impose la charia de l'autre. Il y a eu tout de meme de centaines de milliers de morts et une émigration des tchétchenes dont on subit les conséquences en France aussi.

      Supprimer
  10. Un point est également à soulever, c'est la totale soumission de l'UE à la volonté des USA.
    Et en particulier la France. Des sanctions économiques (sans preuves...) contre la Russie qui reviennent en fait à se sanctionner soi-même, bravo!!
    Car si certains croient sérieusement qu'un pays qui, en moins d'un siècle, a perdu 15 millions de personnes dans la guerre contre le nazisme, des millions d'autres à cause du communisme et qui revient de nulle part après avoir été pillé durant les années 90 va s'effrayer pour quelques santions économiques, ils risquent d'être déçus...

    Par contre, l'UE devrait faire très attention. La situation économique calamiteuse qui est la sienne pourrait bien vite devenir explosive en cas de réponse de la Russie (et on voit pas pourquoi elle s'en priverait).
    Deux infos en passant : la 1ère banque portugaise en faillite (banco esperito santo), -0.2% en 1ère estimation du PIB italien pour le 2ème trimestre (3ème récession depuis 2008, joli l'effet Renzi...) :
    http://bourse.lesechos.fr/forex/infos-et-analyses/l-italie-replonge-dans-la-recession-991816.php

    Conclusion : les pays membres de l'UE se tirent une balle dans le pied mais au moins les intérêts des USA sont très bien défendus par elle. Je crois d'ailleurs que c'est sa vocation...

    La Russie en a d'ailleurs pris acte :

    "Commentaire du Ministère des Affaires étrangères de Russie en lien avec les nouvelles sanctions anti-russes, adoptées par l’Union européenne
    [...]
    Nous avons honte pour l’Union européenne, qui après avoir longtemps cherché « à parler d’une seule voix », parle désormais de la voix de Washington et a pratiquement abandonné les valeurs européennes fondamentales, y compris la présomption d’innocence.
    [...]
    L’UE est apparemment prête à sacrifier son économie pour permettre la réalisation d’enjeux géopolitiques équivoques, contraires à ses intérêts.
    [...]
    Il va de soi que nous allons prendre en considération le comportement non constructif et non indépendant de l’Union européenne dans le futur développement de nos relations."
    (http://www.les-crises.fr/important-ils-ont-gagne-la-guerre-economique-va-commencer-avec-la-russie-moscou-nous-avons-honte-pour-lunion-europeenne/)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ceux que cela intéresse, vous trouverez des articles critiques et bien documentés sur le sujet le site lescrises.fr d'Olivier Berruyer. Et quoiqu'écrivent certains de ceux qui s'expriment ici avec la plus grande mauvaise foi, la "crise" ukrainienne constitue bien évidemment une manœuvre géostratégique des Etats-Unis dans leur propre intérêt, le plus effarant étant que ceux-ci n'ont rien à faire puisque l'UE "fait le travail " à leur place.

      Demos

      Supprimer
  11. Le nouveau dada de Laurent Pinsolle depuis 2 ou 3 semaines et qu'il nous ressort maintenant tous les jours comme seul viatique intellectuel de décryptage de l'actualité depuis qu'il l'a découvert (après "le patriotisme, c'est l'amour, le nationalisme, c'est la haine gnagnagna" et "la République ne trie pas ses enfants en fonction de leur sexualité gnagnagna"), c'est "rien n'est noir ou blanc, tout est dans des nuances de gris". Il est tout fier de sa trouvaille, et maintenant c'est son unique argumentaire à longueur de billets et de réponses aux commentaires.

    Et moi je lui dis :

    Et toi tu t'appliques à toi-même les leçons que tu donnes aux autres, t'es nuancé et dans le gris quand tu en fais des tonnes dans ton admiration factice et surjouée pour de Gaulle ?

    Et t'as ensuite le culot de reprocher à MLP sa prétendue "admiration sans nuances" pour Poutine, et toi tu fais le mort quand on t'interpelle sur l'abandon aux égorgeurs du FLN par le Général de Gaulle des Harkis (personnellement j'en ai rien à battre d'eux, leur sort ne me concerne pas en tant qu'Européen) et des Européens d'Algérie, avec ordre donné aux militaires français de ne pas intervenir pour stopper les massacres se déroulant sous leurs yeux ? Moi je ne le lui reproche pas à de Gaulle, parce qu'il fallait impérativement pour essayer d'enrayer le processus d'allogénisation de la France et lui faire recouvrer son identité européenne larguer le boulet algérien même si cela devait se faire au prix du sacrifice de quelques milliers Européens d'Algérie. Je le prends en entier, parce que je sais contrairement à Pinsolle qu'un chef est obligé de faire des choix et de se salir de sang les mains.

    Et sinon qu'est-ce qu'il y connaît à la Russie de Poutine Pinsolle pour se permettre de la juger depuis son écran d'ordinateur et donner son avis ? Il écrit sur la base de sentiments, d'impressions ou il est allé en Russie ? Est-ce qu'il croit mieux connaître l'état et la vigueur de la démocratie en Russie qu'Alexandre Latsa ou Xavier Moreau qui y sont installés depuis plus de 10 ans et qui témoignent que la liberté d'expression et le pluralisme des médias y sont bien plus grands qu'en France, que les élections se déroulent démocratiquement, et qu'il existe de nombreux médias très virulents contre Poutine, un peu comme au Vénézuela où la quasi-totalité des médias était anti-Chavez (anti-Maduro maintenant), pourtant présenté lui aussi en Occident comme un dictateur autoritaire ?

    Charles

    RépondreSupprimer
  12. C'est bien de revenir sur l'affaire ukrainienne et l'invraisemblable hystérie anti-russe des médias occidentaux qui créé une ambiance de guerre. Dans le cas de l'avion malaysien, la seule chose de sûre, c'est que l'accusation lancée par Kiev moins d'une heure après l'écrasement et reprise par Washington ne tient pas; les quelques faits bien établis sur cette catastrophe pointent vers l'armée de Kiev. Sur l'ensemble de la situation en Ukraine, on trouve d'excellentes analyses sur le blog de J. Sapir. Le monde a besoin d'une Russie forte et prospère pour contrer les Etats-Unis, qui sont le pays le plus dangereux depuis plusieurs années. En tant que français, nous ne pouvons juger W. Poutine à la tête de la Russie que sur le critère du renforcement de son pays et de la gestion des crises internationales. Sur l'affaire ukrainienne, le gouvernement russe a été remarquablement modéré et prudent. Peut-être trop, face à des occidentaux au comportement de voyous.

    RépondreSupprimer
  13. @ Moi

    Sur l’Ukraine : ne rien faire. Je ne vois pas ce qui nous permettrait ou ce qui justifierait que nous favorisions un camp par rapport à l’autre et je pense justement que le biais « occidental » pousse l’est de l’Ukraine vers la Russie.

    @ Fiorino

    Non, pas la pensée unique, mais une pensée plus mesurée sans doute. Comme d’habitude, vous caricaturez… Je dis « peut-être accusée un peu rapidement » : je ne tranche pas. Tant mieux si vous avez des certitudes sur qui a abattu l’avion. Il semble que la CIA n’en a pas elle, donc je ne vois pas comment vous pouvez en avoir, à moins que ce soit votre caractère qui explique vos affirmations.

    Sur les référendums, comparaison n’est pas raison car le contexte n’est pas le même.

    @ Sancelrien

    Merci

    @ TeoNeo

    Assez d’accord

    @ Anonyme qui défend Marine Le Pen

    Je renvoie vers un papier qui évoque une interview où elle parle de son « admiration », qui rappelle une autre citation également recensée et qui développe ce que je dis.

    @ Olivier

    Très juste

    @ CanluCat

    Pas faux sur la Crimée !

    @ Francis

    J’ai mis le lien vers l’article de Sapir en introduction !

    @ Bip

    Merci pour la citation
    @ Charles

    Admiration factice et surjouée pour de Gaulle ? C’est ridicule vu le nom que j’ai donné au blog.

    Sur le Vénézuela, encore un opposant politique vient d’être arrêté pour des critères qui n’ont rien à voir avec ma conception de la démocratie. Mais, au final, c’est presque rassurant de voir que justement, vous préférez le noir et blanc aux nuances de gris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Pinsolle

      Vous êtes un gros menteur.

      MLP n'a jamais "répété son admiration pour le président russe sans la moindre nuance" comme vous l'écrivez.

      Voici les propos exacts qu'elle a tenus au quotidien russe Kommersant :

      "Je reconnais et je ne le cache pas, que DANS UNE CERTAINE MESURE j'admire Vladimir Poutine. Il fait des erreurs, mais qui n'en fait pas ? La situation en Russie n'est pas simple et il ne faut pas attendre que tous les problèmes nés de la chute de l'URSS soient résolus, il faut du temps".

      Source :

      http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2011/10/14/pour-marine-le-pen-la-crise-donne-la-possibilite-de-se-tourner-vers-la-russie/

      Tout le contraire donc d'une "admiration sans la moindre nuance" pour Vladimir Poutine.

      Vous pouvez donc être content, elle n'est pas dans le noir ou blanc, elle est au contraire mesurée.

      Evidemment la plupart des médias français ont tronqué les propos de MLP pour n'en retenir que "l'admiration" qu'elle déclarait vouer à Poutine, sans les nuances dont elle l'assortissait justement.

      Charles

      Supprimer
    2. @Pinsolle

      C'est qui cet opposant vénézuélien qui a été arrêté ?

      Vous êtes vraiment certain qu'il n'a rien à se reprocher ?

      Ne serait-ce pas plutôt un équivalent vénézuélien de Khodorkovski, dont tous les médias occidentaux ont prétendu pendant des années qu'il avait été jeté en prison en raison de ses activités politiques et de son opposition à Poutine, avant qu'on ne découvre que ce sympathique opposant se battant prétendument pour la démocratie en Russie était en fait un prédateur économique sans scrupule et un mafieux, dont il a été prouvé qu'il avait fait assassiner au moins une personne, et que sa condamnation à une lourde peine de prison était tout à fait justifiée.

      Charles


      Supprimer
    3. @ Laurent Pinsolle, difficile de ne rien faire ni de rien proposer sur l'Ukraine alors que le déclenchement de la crise vient de l'accord de libre-échange avec l'UE à laquelle nous appartenons. Nous devons forcément, au moins au sein de l'UE, défendre une solution de sortie de crise, à défaut de prendre parti pour les uns ou pour les autres.

      Supprimer
    4. @ LP
      Je n'ai pas dit que j'ai des certitudes sur le crash du vol, comme je n'ai pas sur celui d'Air Algérie qui devrait par ailleurs nous concerner bcp plus.

      Supprimer
    5. @Fiorino

      "je n'ai pas sur celui d'Air Algérie qui devrait par ailleurs nous concerner bcp plus."

      Et t'as remarqué alors qu'on n'a accusé personne d'avoir abattu l'avion?

      On devait essayer de faire ça à chaque fois : sans preuve, on n'accuse personne et on ne sanctionne personne.

      Sinon t'as raison de pas te soucier de ce qui se passe en Ukraine. Comme en 1914, on pouvait se foutre de ce qui se passait à Sarajevo...
      Petit problème les USA et l'UE sont très impliqués en Ukraine et comme on leur est soumis, ça pourrait avoir des conséquences pour nous.

      D'ailleurs ça a commencé sur le plan économique.

      Supprimer
  14. Dysfonctionnement plutôt que "disfonctionnement".

    Demos

    RépondreSupprimer
  15. Sur le site lescrises.fr du 6 août 2014, à lire : "la véritable raison pour laquelle les Etats-Unis se préoccupent tant de l'Ukraine en se foutant éperdument des Ukrainiens".
    "L’Atlantisme est certes fabriqué par la conscience que nous partageons les mêmes valeurs démocratiques avec la nation américaine mais aussi par la multitude d’intérêts personnels de nombreux leaders européens dont le niveau de vie dépend de leur soumission de fait aux intérêts de l’Etat américain" par Jean-Bernard Pinatel, général et dirigeant d’entreprise, expert reconnu des questions géopolitiques et d’intelligence économique. Etonnant non ?

    Demos

    RépondreSupprimer
  16. Bonjour les agriculteurs, les chômeurs et le déficit commercial :

    "Sanctions : la Russie riposte en limitant les importations agricoles" (http://www.franceinfo.fr/actu/monde/article/sanctions-la-russie-riposte-en-limitant-les-importations-agricoles-545775)

    "Selon les derniers chiffres des douanes russes de 2012, cela représente 1,2 milliard d’euros."

    Mais on s'en fout parce que nous on est les gentils. C'est Obama qui me l'a dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les chiffres sont ceux de l'article mais vaut mieux les prendre avec précaution.

      L'extrait c'est : "Selon Ubifrance, qui fait la promotion des sociétés françaises à l’étranger, les produits agroalimentaires représentent 6,5% des exportations françaises totales en Russie. Selon les derniers chiffres des douanes russes de 2012, cela représente 1,2 milliard d’euros."

      Mais juste avant dans le même article, ils écrivent "La Russie est importatrice nette de produits agroalimentaires. L'année dernière, la Russie a importé 32 millions d'euros."

      Incohérent et mal formulé (importé des euros...) donc je sais pas quel crédit accordé aux chiffres étant donné que je les retrouve pas ailleurs. Le journalisme en France...

      Supprimer
  17. Merci pour cet article juste et équilibré... J'arrive après la bataille.

    RépondreSupprimer
  18. Gilbert Perrin
    À l’instant ·

    Le gouvernement retoqué, UNE FOIS de PLUS....

    Le conseil constitutionnel a rétoqué le gouvernement au sujet du pacte de responsabilité, Il a trouvé INJUSTE, partisane et partiale al mesure de suppression des charges salariales !!!!

    Effectivement c'est injuste, pourquoi les uns et pourquoi pas les autres..

    MAIS, quand donc le conseil constitutionnel va t'il se prononcer sur les injustices, les inégalités entre tous les travailleurs français des points de vue : salaires, avantages et privilèges, retraites, impots etc...etc.... Quand va t'il se prononcer sur le NON-ALIGNEMENT PUBLIC-PRIVE ?

    Il s'agit là, d'une GRANDE INJUSTICE, partisane et partiale sur laquelle, par JUSTICE, il est URGENT et INDISPENSABLE qu'il se penche ? afin de ne pas voir remise en cause son impartialité !!!!

    Gilbert Perrin

    RépondreSupprimer
  19. @LP,

    Je vois que Charles semble avoir trouvé la citation de MLP in extenso : "dans une certaine mesure".

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  20. @ Laurent Pinsolle, difficile de ne rien faire ni de rien proposer sur l'Ukraine alors que le déclenchement de la crise vient de l'accord de libre-échange avec l'UE à laquelle nous appartenons. Nous devons forcément, au moins au sein de l'UE, défendre une solution de sortie de crise, à défaut de prendre parti pour les uns ou pour les autres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudrait surtout que la France ne fasse pas parti des chiens de garde des USA...

      Et que par conséquent la France ne contribue pas à l'opération états-uniennes de déstabilisation de l'Ukraine qui vise à emmerder la Russie.

      Supprimer
  21. Déclaration de Mme Clinton sur l'union eurasiatique qui a le mérite d'être claire...

    « Cela ne portera pas le nom d'URSS. Cela portera le nom d'union douanière, d'Union eurasiatique etc., mais ne nous y trompons pas. Nous en connaissons les buts et nous essayons de trouver le meilleur moyen de le ralentir ou de l'empêcher [son établissement] »

    Leur classe politique ressent qu'ils vont perdre leur hégémonie et que le monde devient multipolaire et les pays européens devraient faire en sorte qu'ils l'acceptent et qu'ils laissent de la place aux autres, en douceur sans provoquer une chienlit mondiale. Comme les BRICS commencent à le faire. Malheureusement ce n'est pas ce qu'il se passe.

    Les USA sont devenus un danger pour la paix.

    RépondreSupprimer
  22. Gilbert Perrin
    À l’instant ·

    Notre commerce extérieur va tellement bien ? on pouvait se le permettre
    Gilbert Perrin

    AFP , 07/08/2014 09:52:32

    Un hypermarché Auchan à Moscou

    La Russie a décrété une "interdiction totale" de la plupart des produits alimentaires en provenance notamment des pays d'Europe et des États-Unis en réponse aux sanctions occidentales à l'encontre de Moscou.

    Cette interdiction, d'une durée d'un an, concerne le boeuf, le porc, la volaille, le poisson, le fromage, le lait, les légumes et les fruits en provenance des États-Unis, de l'Union européenne, de l'Australie, du Canada et de la Norvège.

    Cette interdiction pourra toutefois être levée si "nos partenaires font preuve d'une approche constructive", a déclaré le Premier ministre russe Dmitri Medvedev dans une intervention télévisée.

    "Toutes ces mesures ne sont purement qu'une réponse (aux sanctions occidentales, ndlr). Nous ne voulions pas d'un tel développement de la situation. Il n'y a rien de positif dans les sanctions", a-t-il poursuivi.

    "J'espère sincérement que le pragmatisme économique prévaudra sur les considérations politiques stupides chez nos partenaires, et qu'ils penseront à ne pas isoler ou faire peur à la Russie", a-t-il ajouté.

    En outre, l'embargo ne concerne pas les aliments pour bébé et les citoyens russes pourront toujours faire leurs achats à l'étranger, bien que toute tentative de profiter de la situation pour revendre des produits interdits sera "sévérement puni".

    La liste complète des produits soumis à l'embargo a été publiée sur le site internet du gouvernement.

    "Mais même dans ces conditions, nous sommes persuadés que nous arriverons à retourner la situation en notre faveur", a indiqué Dmitri Medvedev, promettant d'"empêcher la hausse des prix" et de "libérer les étals pour nos propres producteurs".

    "Une telle chance - une occasion unique d'ouvrir et de développer notre industrie destinée à la substitution des importations - ne peut être négligée", a-t-il encore dit.

    © 2014 AFP

    RépondreSupprimer
  23. Ce genre de mesure de rétorsion à durée non définie fait courir un risque aux agriculteurs et aux industriels concernés. En effet, si un éleveur russe décide d'investir dans un grand poulailler pour pallier l'embargo sur le poulet américain, il peut perdre sa mise du jour au lendemain si Obama et Poutine se rabibochent subitement.

    Si Poutine veut développer l'agriculture de son pays, il doit garantir un minimum de visibilité aux investisseurs au lieu de laisser à Obama le soin de décider à quel moment les producteurs russes se retrouveront à nouveau en face de leurs concurrents américains.

    Ivan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'UE et les USA ne sont pas les seuls producteurs agricoles au monde.

      L’Amérique du Sud (Brésil notamment) peut compenser une grande partie si c'est nécessaire je pense.

      Les russes ne sont pas débiles et s'ils ont fait ça c'est pas au hasard.
      Ils savent bien (ils s'en souviennent même puisque ça date pas d'il y a longtemps) qu'affamer la population ne ferait que les affaiblir.

      Supprimer
    2. @bip

      Je ne soupçonne pas Poutine de prendre le risque d’affamer ses concitoyens, je pointe seulement une incohérence.

      D'un côté la Russie affirme qu'elle va profiter des sanctions occidentales pour développer ses propres capacités de production, de l'autre qu'elle lèvera son embargo partiel sur l'UE, les USA et la Norvège quand ceux ci lèveront leurs propres sanctions contre la Russie.

      On ne peut pas piloter le développement économique comme cela. Une agriculture et une industrie solides ne dépendent pas des aléas de la diplomatie à ce point.

      Ivan

      Supprimer
    3. @Ivan

      "On ne peut pas piloter le développement économique comme cela. Une agriculture et une industrie solides ne dépendent pas des aléas de la diplomatie à ce point."

      Je suis d'accord. Mais c'est pas le but.

      Le but c'est de faire plus de mal à l'adversaire qu'à soi-même.
      Et à mon avis le discours c'est surtout pour rassurer leur population et aussi pour ne montrer aucun signe de faiblesse.

      Et selon moi c'est bien plus efficace sur les opinions publiques qu'une quelconque sanction financière dont peu se sentent concernés (restreindre l'accès au marché des changes par exemple).

      Les inconvénients étant sans doute tolérables (moins de certains produits peut-être, compensation possible par d'autres pays).

      Au 20h de la 2, ils ouvrent avec des entreprises qui se disent en faillite immédiate. A votre avis 27 chefs d'Etat, aussi soumis aux US que possible, peuvent-ils vraiment rester d'accord longtemps d'accord s'ils sont tous sous une forte pression de leur opinion? (dont en 1ère ligne les agriculteurs)

      Tous ne sont pas des Hollande et ne peuvent pas supporter une impopularité gigantesque.

      Pour moi c'est bien joué. Il appuie là où ça parle à tout le monde (la nourriture), où les conséquences sont immédiates (petits producteurs essentiellement) et où tous les pays ne sont pas touchés de la même façon.
      Et il montre aussi qu'il est prêt à répondre. Ce qui va faire réfléchir. Jusqu'à maintenant ça avait pas été le cas.

      L'armée mexicaine des 27, dont la plupart connaissent une situation économique désastreuse, risque d'exploser bien vite si ça va plus loin.
      Et oui, désunis et en position de faiblesse, on commence pas à jouer les malins...

      Supprimer
  24. Gilbert Perrin
    À l’instant ·

    conflit israelo palestinien...

    VALLS a reservi le même plat : quand on ne donne pas à ISRAEL, on est antisémite VOILA au moins quelquechose de léger !!!!
    NDA qualifie la politique de HOLLANDE de pro-nazi ??? je ne comprends pas bien et ne me prononce pas, car je crois plutot le contraire !!!!
    Toujours est il que je suis pour la PAIX, je suis contre le génocide.
    Je suis pour des manifestations même en FRANCE, sans provocation, il faut cesser avec le parti pris de VALLS, CAZENEUVE et TAUBIRA ? qu'elles soient pro-israel ou pro-palestine ...

    PS. même chose en ce qui concerne la russie, nous n'avons pas besoin de celà, La réaction de POUTINE à l'attitude de la FRANCE et de l'EUROPE, est celle d'un homme qui défend son peuple !!! C'est un vrai chef d'ETAT dont nous avons bien besoin en FRANCE ....

    RépondreSupprimer
  25. J'ai pour ma part très peu de sympathie pour Poutine, beaucoup moins que pour Chavez en tout cas.

    Les deux personnalités ne me semblent pas comparables.

    Là où Chavez a mis son ambition sociale en actes en redistribuant vers les plus pauvres la rente pétrolière, Poutine semble surtout avoir verrouillé les leviers de pouvoir (police, justice, médias, industrie) de son pays et façonné une oligarchie qui lui soit acquise.

    Il n'y a pas de démocratie russe. Le semblant d'élection l'ayant reconduit n'a rien à voir avec les réélections de Chavez, validées par des observateurs étrangers loin d'être tous bienveillants.

    Chavez s'est battu fermement contre une opposition féroce et financièrement puissante mais sans essayer de la neutraliser radicalement.

    S'il faut évidemment faire de la realpolitik et composer avec les régimes autoritaires (et la Russie en est un, Poutine sera encore président dans 10 ans) en place, il faut faire en sorte d'en prendre un maximum de distance et s'arranger pour en être le moins dépendant possible.

    C'est le prix de la cohérence. On ne peut pas chanter les louanges des vertus universelles de la République Française, s'étourdir de notre Grande Histoire humaniste et en réalité s'abaisser à être des pleutres et des affairistes.

    Et de la cohérence vient la consistance.



    RépondreSupprimer
  26. "La traiter comme un paria ne fera qu’accentuer les aspects les moins positifs du régime de Poutine. "

    Assurément. C'est certainement le but recherché par les Etats-Unis et leurs valets au sein de l'UE. La même méthode a déjà été employée contre le régime de Milosevic.

    C'est un élément essentiel de la guerre de propagande.

    RépondreSupprimer
  27. Gilbert Perrin
    À l’instant ·

    Conflit israélo-palestinien

    NETANYAHOU prévoit des attentant en FRANCE, si la FRANCE ne défend pas ISRAEL !!!!

    Mais que font faire les franco-israéliens ? ils sonbt dans une position d'espions !! TOUT A FAIT mon combat contre la double nationalité : un exemple précis, ce n'est plus du virtuel ????

    RépondreSupprimer
  28. @ Charles

    Gros menteur ? Au moins. La citation dont vous parlez est également sur mon blog puisque j’avais fait un papier sur le sujet en 2011. Elle a répété son admiration dans une nouvelle interview cette année, ce qui justifie l’emploi du verbe « répéter ». Et sur la nuance, admettez tout de même que la nuance qu’elle met est purement formelle et totalement minorée puisqu’elle dit qu’il fait des erreurs, mais corrige immédiatement en disant que qui n’en fait pas. Dire que cela est tout le contraire de ce que je dis est ridicule. Dans l’échelle de la Poutinophilie, Marine Le Pen est très haut et c’est justement cela que je lui reproche. Si la réalité était le contraire de ce que j’écris, il aurait fallu qu’elle soit poutinophobe…

    Vous êtes effarant sur le Vénézuela. Je vous laisse faire une recherche et vous verrez que malheureusement, il y a des arrestations assez scandaleuses (ce qui ne m’a pas empêché de souligner les aspects positifs du chavisme et de dénoncer l’ingérence US). Mais la nuance, cela est sans doute hors de portée des extrémistes.

    @ Fiorino

    Vos propos disaient le contraire

    @ Démos

    Merci pour les citations de Berruyer.

    @ Bip

    Assez juste retour des choses

    @ Rodolphe et Marc-Antoine

    Merci

    @ Moi

    La France peut jouer un rôle et c’est souhaitable mais jusqu’à présent, nous avons plutôt soufflé sur les braises…

    @ Ivan

    Difficile de savoir, il peut aussi se fournir ailleurs. Ici, c’est surtout politique

    @ Jauresist

    Je suis assez d’accord. Chavez me semble plus démocrate et plus social que Poutine

    RépondreSupprimer
  29. @LP,

    "admettez tout de même que la nuance qu’elle met est purement formelle et totalement minorée" Dites-vous à Charles.

    Je ne vois pas pour ma part à quel moment la nuance est purement formelle ou même totalement minorée, c'est d'ailleurs plus qu'une nuance que ce "dans une certaine mesure"(notion de mesure donc de limite), enfin je ne vois toujours pas ou se trouve après cette rectification la "forme de fascination" relevée.

    Je note surtout que chacune de ses paroles est passée au crible et que l'on en vient vite à des appréciations donnant lieu à des formulations fuligineuses de la sortes de celles reprises ici.

    On en est donc a reprendre une phrase prononcée en 2011 pour en tirer une soit disant fascination à propos de Poutine, laquelle ne tient pas une seconde. Les circonlocutions du propos ne suffisent-elles pas à en donner la mesure ?

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a le propos de 2011 et celui de 2014 et quand elle parle d'erreurs, elle ne donne aucun exemple et tempère immédiatement en disant "mais qui n'en fait pas"

      Supprimer
  30. Gilbert Perrin
    À l’instant ·

    FAITES SUIVRE ... quelle belle phrase, quelle vérité !!!! G.P.

    Éric Zemmour

    Ce que je paie de moins cher en achetant des chaussettes (Made in China), je le paie dix fois en cotisant pour payer le chômage des gens qui n'ont plus de travail à cause des délocalisations en Chine. Eric ZEMMOUR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même pas.

      La majorité des chômeurs en France n'ont droit à aucune indemnisation, et les moins de 25 ans n'ont même pas droit au RSA. Voilà pourquoi le chômage chez nous est une solution et non un problème : parce qu'il ne coûte rien ou presque.

      Ce n'est pas en répétant comme un perroquet la propagande mensongère des politiciens sur le prétendu Etat-providence français qu'Eric Zemmour réussira à les convaincre de faire quelque chose contre les délocalisations.

      S'il on veut avoir une chance de voir le gouvernement lutter un jour sérieusement contre les délocalisations il faudra d'abord l'obliger à indemniser tous les chômeurs, et de manière décente. Rien d'autre ne marchera.

      Ivan

      Supprimer
  31. Gilbert Perrin a partagé la photo de Olive Dessinateur Smith.
    Il y a 13 secondes
    OH ! que c'est bon, çà fait du bien, faites circuler ......
    Un peu d'humour !
    Le retour des ROMACTUS...
    A partager merci.
    Photo : Un peu d'humour ! Le retour des ROMACTUS... A partager merci.

    RépondreSupprimer