samedi 6 juin 2015

Charte européenne des langues régionales : Hollande nourrit la guerre contre le français

Bien sûr, c’était une de ses promesses de campagne. Il y a 18 mois, Jean-Marc Ayrault, avait annoncé sa ratification, mais François Hollande avait préféré se concentrer sur l’économie. Lundi, dans une lettre à un député breton, il a relancé la ratification de la charte européenne des langues régionales.



Nouveau délire européen

En 1992, les euros béats nous avaient vendu le principe de subsidiarité, selon lequel l’UE serait sensée gérer les domaines dont elle s’occuperait mieux que les Etats. Déjà, on peut contester cela car en général, l’UE est juge et partie. Et surtout, pourquoi donc l’UE se mêle des langues régionales parlées dans les pays membres ? Chaque pays a une culture différente et un rapport différent à la question régionale. Et, comme le notait Laurent de Boissieu, « le Conseil constitutionnel a(vait) donc logiquement jugé qu’une telle reconnaissance de minorités linguistiques porterait ‘atteinte aux principes d’indivisibilité de la République, d’égalité devant la loi et d’unicité du peuple français ». Ceci impose au gouvernement de passer par la lourde procédure d’un Congrès pour faire une loi constitutionnelle.


Le français attaqué sur tous les fronts

Alors même que le niveau des élèves en français diminue, le gouvernement trouve le moyen de promouvoir parallèlement l’apprentissage des langues régionales, à travers cette charte européenne, qui leur donnerait des droits dont elles n’ont pas besoin, et la promotion toujours grandissante des langues étrangères, anglais en tête. En clair, la majorité déshabille le français pour habiller le breton, le basque, l’anglais et le chinois. En effet, le gouvernement veut promouvoir l’apprentissage de l’anglais dès le primaire, son projet contesté de réforme du collège introduit l’apprentissage de deux langues étrangères dès la 5ème au lieu de la 4ème et il avait également étendu les possibilités de cours en anglais avec le projet Fioraso. On peut aussi rappeler que la Banque de France ne se soucie plus de publier en français…

On retrouve avec cette charte, la traditionnelle alliance entre cette europe et les régions pour affaiblir les Etats-nations qui lui font encore de la résistance. Cette remise en question est d’autant plus importante que l’Europe est secouée par une vague de régionalismes menaçant l’unité nationale, en Espagne et en Grande-Bretagne notamment et que rien n’est fait pour empêcher la progression de l’anglais comme lingua franca de l’espace européen. Il est révoltant que l’UE fasse une telle propagande contre les langues officielles des Etats qui la composent. Il est difficile de ne pas y voir un nouveau moyen d’affaiblir les Etats-nations dont la langue est un des piliers. Le gouvernement ferait bien de concentrer ses efforts sur l’apprentissage de notre langue commune à tous, le français et réduire l’invasion de l’anglais.


Sur la question linguistique, en maltraitant le français, abandonné pour promouvoir langues régionales et étrangères, le gouvernement se fait le parti de l’étranger. Pourtant, la nation, c’est notre identité, notre famille et notre solidarité. Car ce faisant, il semble chercher à la dissoudre petit à petit.

42 commentaires:

  1. Herblay toujours aussi parano givré.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne vois dans votre post aucune argumentation, aucun développement, aucune réflexion de fond. Je ne comprends pas votre intervention. L'article est pourtant clair et argumenté.

      Supprimer
    2. Revoilà l'excité de service victime du SGT.
      Je lui signale qu'il existe des psychiatres qui peuvent l'aider à sortir de ses tics, il se portera mieux et fichera la paix aux gens normaux.

      Concernant l'UE, elle ferait mieux de s'occuper des vrais problèmes au lieu de nous emmerder en créant la zizanie avec ses mesures aussi autoritaires que débiles.

      Supprimer
    3. Anonyme6 juin 2015 10:55

      Je ne note aucun élément dans mon post faisant état d'un énervement ou d'une excitation. Je proposais simplement un débat serein et apaisé afin d'aborder ce sujet important qu'est la langue. Je ne connais pas plus ce "service victime du SGT". S'agit-il d'un service attaché à une institution en particulier ? De quel psychiatre parlez-vous ? Où est le rapport avec les questions abordées dans l'article ? Qu'est-ce que la normalité, voilà une autre grande question. Je serais, je le rappelle, ravis de pouvoir discuter avec vous, mais je n'ai toujours pas perçu le sens de votre intervention.

      Cordialement.

      Supprimer
    4. C'est probablement un pauvre type comme celui que Souchon décrit dans Le bagad de Lann-Bihoue. Un "petit caporal de centre commercial", genre chefaillon-manager de rayon en cravate tache-d'encre qui harcèle les caissières chez Monoprix et s'est fait remettre à sa place d'un coup de laisse par son sur-chef.

      Du coup, il vient passer sa frustration ici en se faisant passer pour un cadre-sup membre de l'oligarchie mondialiste et dînant au club du Siècle. Il en récite tout le catéchisme mais se ferait éconduire par le portier rien qu'en essayant de s'incruster chez ses maîtres.

      Le syndrome du larbin typique.

      Supprimer
    5. @Rodolphe

      On peut se tromper politiquement. Mais il et vrai que certains choix politiques sont catastrophiques. Il peut y avoir aussi le sentiment de s'affranchir des déterminismes lorsque l'on veut croire à la fable de la liberté libérale. Parfois la recherche légitime de la liberté peut amener à certains égarements. Beaucoup de cadres ayant travaillé dans des sociétés commerciales mondialisées dans les grandes capitales changent de vie - ou souhaitent le faire. C'est probablement pour la raison qu'ils s'aperçoivent que la promesse de bonheur mondialisée qui leur a été vendu par la "société du business" n'est autre que le cauchemar de la guerre économique quotidienne de tous contre tous. Le rêve libéral ne fait-il pas autant de mal que le libéralisme mondialisé lui-même ? Comment se fait-il que tant de gens censés, rationnels, s'obstinent à croire que le libéralisme veut dire liberté ?

      Supprimer
    6. @ Anonyme 6 juin 2015 11:11

      Ma réponse sur le SGT concerne cet anonyme qui écrit que "Herblay toujours aussi parano givré".
      NB : je prends habituellement un pseudo, mais je ne l'ai pas fait pour répondre à cet abruti qui s'exprime en quatre dont trois injures.

      Supprimer
  2. Oui, c'est une mauvaise mesure sur un plan symbolique, et qui risque de contribuer à nous entraîner sur la pente fatale britannique ou espagnole.

    Il faut qu'elle soit rejetée par les parlementaires.

    Quelle génération de sales c**s, qui ont oublié les bases sur lesquelles repose leur prospérité et travaillent avec acharnement à scier la branche sur laquelle ils sont assis...

    RépondreSupprimer
  3. 40 ans de catastrophe politique, et ça continue... le bilan des dernières générations politiques est accablant.

    RépondreSupprimer
  4. De plus, Laurent, le fait de pratiquer une langue régionale dans la vie publique, s'il peut paraître louable, va conduire à exclure ceux qui ne la pratiquent, y compris les nationaux, dans les régions concernées. Pourquoi un habitant de Picardie irait-il s'installer en Bretagne ou un Parisien au pays basque ? Cela consiste à encourager les réflexes de rejet de l'autre comme je l'ai personnellement constaté ici ou là, en Corse par exemple.

    DemOs

    RépondreSupprimer
  5. Au lycée, j'ai étudié un peu de breton que (j'ai d'ailleurs oublié, c'est dommage)...

    Cela dit, il suffit de voir en quelle langue écrivent leurs banderoles les divers autonomistes pour comprendre où est l'arnaque :
    https://i0.wp.com/2.bp.blogspot.com/_Lhc0C8YUSM4/TECloI5nkFI/AAAAAAAALFw/kEYqZlkI1w8/s320/Marcha_Bruselas_independencia_Cataluna.jpg

    Je rejoins donc l'article de Laurent Pinsolle.

    RépondreSupprimer
  6. Il y a 4 langues en Suisse, l’allemand, le français, l'italien et le romanche, le pays ne s'est pas effondré...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela s'appelle l'identité de la Suisse, ce qui est fort respectable. Villers-Cotterêts est dans l'Aisne.

      Supprimer
  7. "Cela s'appelle l'identité de la Suisse"

    Donc l'identité de la France c'est une seule langue selon vous ?

    Il y a des français qui pensent différemment et vous n'avez pas le monopole de la conception de la France, n'est ce pas.

    En GB, Italie, Espagne... de nombreuses langues sont parlées aussi :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_au_Royaume-Uni

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_en_Espagne

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Langues_en_Italie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anonyme6 juin 2015 13:10

      La question posée n'est pas celle de l'identité de la France, car, à ce que je sache, on peut parler et apprendre le breton en Bretagne, le corse en Corse par exemple.
      La question est de dénoncer les décisions de cette UE qui veut mettre en miettes, faire table rase avec tout ce qui est existe, y compris les solidarités, une UE de merde promotrice des soi-disant libertés individuelles (circuler, se marier entre personnes du mêmes sexe) et destructrice des droits individuels : politiques, sociaux, économiques et des solidarités. Il s'agit là - pour moi - de s'opposer à toutes ces manœuvres qui visent à mettre en place un monde ultra-libéral individualiste où tout est marchandise et aliénation. Point.

      DemOs

      Supprimer
    2. "l'identité de la France c'est une seule langue selon vous ?"

      Oui, en grande partie. La langue française parlée aujourd'hui a été crée dans un contexte national au XVIIe siècle - par des linguistes, des intellectuels et, en particulier, les célèbres "précieuses" - pour chapeauter les différents parlers régionaux, créer une langue savante qui remplace le latin et qui encourage le dialogue entre tous les Français, et, enfin, approfondir notre civilisation. Le succès a été tel qu'elle s'est répandue pacifiquement comme langue de la culture et de l'échange dans toute l'Europe. L'Anglais ne l'a remplacée, difficilement au cours des XIXe et XXe siècle, que par puissance économique et comme langue commerciale et d'échange.
      Ça ne s'est pas passé comme ça dans les pays que vous citez.

      Guadet

      Supprimer
    3. Anonyme 6 juin 2015 13:10

      L'identité d'un peuple c'est aussi sa langue.La langue c'est la résultante d'une histoire, la constitution d'une vision du monde. Une nation va de paire avec une langue, en tout cas en France où il y a une culture commune hérité de la Grèce, du christianisme (qui ne se confond pas avec l'église) et de Rome (d'où l'importance du grec et du latin) et qui se cristallise notamment au sein d'une langue. La France n'est pas une fédération de nations, mais une nation culturellement homogène, ce qui a toujours été parfaitement compatible avec la France multiraciale, notre identité n'étant pas attaché à ce type de distinction. La citoyenneté Française est détachée de toute forme d'assignation identitaire, c'est même une de ses caractéristiques il me semble. Régis Debray dit - dans Marianne si je ne me trompe - que le citoyen c'est l'homme sans étiquette.Donc, pas de distinction entre les citoyens français. Il me semble que c'est ainsi qu'est la nation française. La France est certes une idée mais c'est une idée qui a une histoire. L'académie Française est une institution nationale. La nation Française qui émerge dès Charles VII, à tout le moins, s'affirme encore quant à ses contours avec l'Ordonnance de Villers-Cotterêts. N'êtes-vous pas d'accord avec cela ? La France c'est aussi ses écrivains, lesquels ont fait vivre cette langue. C'est donc des siècles de littérature, à commencer par la littérature du moyen âge. Mais indiquez moi si je fais erreur.

      Supprimer
  8. Il faudrait modérer les commentaires qui se limitent à des insultes. Ce n'est pas désagréable que pour les insultés mais aussi pour ceux qui aimeraient faire avancer le débat.

    Pour prolonger l'article, on peut voir là-dedans la poursuite d'une assimilation culturelle aux USA. Ainsi le problème des immigrés est constamment assimilé à celui des descendants d'esclaves américains, et les bretons ou les basques aux indiens. Nous n'avons plus qu'à attendre que, une fois l'intégration complète, le gouvernement mondial se préoccupe de protéger la minorité francophone opprimée.

    Guadet

    RépondreSupprimer
  9. Guadet

    Parano givré n'est pas une insulte, c'est un diagnostic. La paranoïa est une psychose structurée caractérisée par un délire persécutif sans hallucination qui se développe de façon claire et logique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais il faut developper quand on commencera a revendiquer l'arabe comme langue minoritaire ?

      Supprimer
    2. et "givré", c'est quoi en psychiatrie ?

      Guadet

      Supprimer
    3. Parce que ce crétin s'imagine avoir des compétences médicales ? Tu n'aurais pas tenu une semaine en 1ère année d'études de santé...

      Supprimer
  10. Imposer les langues régionales dans le public servira de prétexte pour supprimer les concours nationaux. La revendication de faire recruter les enseignants par les chefs d'établissement obéit au même objectif.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  11. DUMOUCHERON le benêt qui fait son petit monsieur le professeur, il s'y croit à donf ce pauvre clown...

    RépondreSupprimer
  12. "quand on commencera a revendiquer l'arabe comme langue minoritaire"

    Il vaut mieux avoir un enseignement de l'arabe par l'educnat que par des salafistes ou réservé seulement au gratin de Langues O' non ?

    Je vous signale que l'arabe est très utile dans le cadre de relations commerciales et diplomatiques avec les pays parlant cette langue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, il vaut mieux que les issus de soient encouragés à parler français.

      Il n'y a pas besoin de 5 millions de commerciaux bilingues arabe-français (quel arabe, d'ailleurs ?).

      Une centaine au plus, formé en écoles ad hoc, comme le sont les locuteurs de russe, japonais, chinois.

      Et de toute façon ce n'est pas le seul problème du statut de langue minoritaire.

      La France n'a pas à prendre d'engagements internationaux sur ce point.

      Supprimer
  13. "L'identité d'un peuple c'est aussi sa langue."

    Non, ce sont ses langues et ses diversités régionales. Le français actuel a emprunté a de nombreuses langues et est très éloigné de celui de Charles 7.

    Si vous voulez lutter contre certains effets de la mondialisation, c'est le niveau local, régional et municipal qui compte. Le bureaucratisme centralisateur est obsolète.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les langues régionales ont peu de patrimoine littéraire, et la plupart du temps aucun.

      Elles sont réintroduites de manière purement artificielle par des politiciens irresponsables et par des idéologues de conseil général.
      Cela va dans la mauvaise direction, il faut donc dire non et commencer par ne plus prendre d'engagement internationaux sur ce point.

      Vous racontez n'importe quoi sur la mondialisation et la centralisation, comme tous les gens qui pensent par cliché et par esprit de contradiction.

      Supprimer
    2. Anonyme6 juin 2015 17:49

      Vous dites :

      "Non, ce sont ses langues et ses diversités régionales. Le français actuel a emprunté a de nombreuses langues et est très éloigné de celui de Charles 7."

      Vous voulez dire que le français n'a pas une grammaire, des règles syntaxiques, qui lui sont propres ?

      Je ne vois pas par ailleurs où j'indique que le français n'est pas un agrégat d'emprunts linguistiques divers et variés, ce qui est une évidence. Mais faut-il conclure que ces influences diverses enlèvent toute caractéristique propre à la langue constituée, toute autonomie de "fonctionnement" et de sens ?

      Et ces langues régionales, elles sont nées pures, sans influences ? Si je suis votre logique, ne peut-on pas dire qu'il n'existe finalement aucune langue, toute étant un agrégat lui-même constitué d'agrégats, manifestement sans grammaire propre ?

      Vous voulez dire qu'il n'existe aucune langue, qu'il n'y a pas de grammaire ? Ou qu'il aurait une seule langue ? Laquelle ? J'avoue que je suis curieux d'avoir de plus amples explications.

      Vous pensez par ailleurs que le niveau local serait "immunisé" - par nature ? - contre le "bureaucratisme" de surcroît centralisateur ? Pas de centre sur le plan local ? Que des bords ?

      En dernier lieu, s'il n'y a aucun lien entre langue et identité, à quoi correspondent selon vous les langues locales ?

      J'avoue que je ne comprends pas. Mais peut-être pouvez-vous m'éclairer ?

      Supprimer
  14. "Les langues régionales ont peu de patrimoine littéraire, et la plupart du temps aucun."

    Ah bon, quand bien même ce serait vrai, ce qui est à prouver, qu'est ce ça peut foutre. Les langues africaines avec une transmission orale d'histoires et contes sont alors des sous langues car ils n'avaient pas de livres.

    C'est vous qui ne comprenez rien à la mondialisation comme tous les souverainistes bornés qui s'inventent une France qui n'existe pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que des bords sur le plan local ?

      Supprimer
  15. "Non, il vaut mieux que les issus de soient encouragés à parler français.

    Il n'y a pas besoin de 5 millions de commerciaux bilingues arabe-français (quel arabe, d'ailleurs ?). "

    En quoi l'enseignement de l'arabe empêche celui du français ?

    Il n'y a même pas 5 millions de français qui parlent l'allemand, alors racontez pas d'âneries.

    Herblay raconte comme d'habitude des bobards, la Charte est très peu contraignante et largement interprétable :

    "La proposition de loi constitutionnelle autorisant la ratification de la Charte des langues régionales, adoptée par la commission des lois mardi, sera débattue à l'Assemblée mercredi prochain. Elle vise à introduire un nouvel article dans la Constitution, afin d'autoriser la ratification de la Charte complétée par une déclaration interprétative, sorte de réserves sur certains principes (*).

    * Elles portent sur le fait qu'il n'y a pas de « droits collectifs » pour les locuteurs des langues régionales et que l'usage du français s'impose dans l'exercice d'une mission de service public ainsi que dans les administrations et services publics."

    http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/cotesarmor/charte-des-langues-des-interpretations-contestees-16-01-2014-2369522.php

    RépondreSupprimer
  16. "Pourtant, la nation, c’est notre identité, notre famille et notre solidarité."

    L'identité de la France c'est ses diversités culturelles régionales, agriculture, viticulture, spécialités gastronomiques, architectures, modes de vie et aussi ses langues régionales.

    De nombreux écrivains, musiciens, artistes, cinéastes... français ont puisé leur inspiration dans les cultures régionales et DOM TOM dont font partie les langues. Herblay est un sombre petit bureaucrate inculte niveleur de toutes les diversités françaises, un vrai pisse froid nationaliste.

    Si Herblay était cohérent alors il demanderait la suppression des AOC...

    Il est tellement dans son délire d'adoration de de Gaulle, qui traitait les français de veaux entre parenthèses, qu'il en est au niveau zéro de la pensée. Et c'est ce bouffon qui prétend redresser la France et son educnat avec ses tartufferies de primate populiste.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme 6 juin 2015 20:21

      L'identité me semble justement un tout qui est plus que la somme des parties. Ce tout, c'est 15 siècles d'histoire (institutionnelle, littéraire, philosophique, scientifique, juridique, politique...). J'identifie un génie national comme l'on dit ; je ne sais si l'on peut trouver un équivalent régional. Peut-on fonder une civilisation sur des spécialités gastronomiques ? Tout cela n'aurait-il pas quelque chose à voir également avec une certaine capacité définir et envisager l'homme, par exemple au-delà de ses particularismes ? Enfin, peut-on être de telle région si on est né dans telle autre ? A quels éléments concrets est attachée cette identité régionale ?

      Supprimer
  17. Rodolphe DUMOUCH6 juin 2015 11:44

    Pas de chance, je travaille pas dans un super marché et je vois que c'est toi le tâcheron frustré par sa vie de morveux branquignole, la morve Dumouchoir ne m'atteint pas. Des trous du cul pestilentiels de ton espèce, suffit de taper dans une poubelle, il en sort dix.

    Tu dois certainement confondre avec ton mentor Herblay qui sort d'une des écoles de commerce françaises qui pondent des décérébrés comme lui à la tonne, des bons petits soldats incultes dont la seule aptitude est pisser des présentations Powerpoint insipides et remarquables de vacuité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. LOL. Je vois que je fais mal à Anonyme puisqu'il répond et se justifie... Tu peux raconter toute la mегdе que tu veux, on ne peux pas vérifier...

      Mais à tes propos, on voit que tu as une pauvre de vie et que tu es un crasseux inculte formaté par l'idéologie ambiante, n'ayant que ton clavier pour éructer, puisque dans la vraie vie tout le monde se fout de la daube que tu racontes. Tu répètes toute la fiente de BFMTV. On dirait les vomissures du pseudo-universitaire François Garçon, pestialiste et zexpert des "médias", qui enseigne de la communication et autres trucs qui ne valent rien, accessible à n'importe quel ignare à qui on a fait faire un stage de 3 jours.

      Quant à Powerpoint, c'est déjà ça. Tu ne sais même pas répondre à un message sans recréer un nouveau fil, tocard.

      Supprimer
  18. "Tout cela n'aurait-il pas quelque chose à voir également avec une certaine capacité définir et envisager l'homme, par exemple au-delà de ses particularismes ? "

    Faites gaffe la bande de souverainistes invertébrés qui se réchauffent ici entre eux va vous tomber dessus à bras raccourcis si vous dites des trucs pareils.

    Si vous retirez les parties de la somme, la somme disparait...

    Les régions françaises parlaient peu le français jusqu’aux lois Jules Ferry, ça n'a pas empêché leur développement pendant des siècles, tout comme la Suisse s'en sort pas si mal avec 4 langues.

    RépondreSupprimer
  19. Décidément, plus je te lis, plus je trouve que ta diarrhée ressemble à celle de cet imposteur néolibéral, coopté par TF1 et Balasco, qui se gave d'argent public tout en crachant dans la soupe :
    http://www.francois-garcon.com/

    RépondreSupprimer
  20. Le morveux débile Dumouchoir continue de baver et devrait aller se moucher, il n'a aucun risque d'y perdre son cerveau, il n'en a pas :

    "puisque dans la vraie vie tout le monde se fout de la daube que tu racontes"

    En fait, c'est surtout de ta daube de souverainiste avarié dont tout le monde se contrepignolle, vu les scores nanométriques de Ducongnangnan aux élections... Tu l'as dans l'os gugusse, ce sont les faits, tu fais partie d'une secte de branques rigolos.

    RépondreSupprimer
  21. "plus je te lis, plus je trouve que ta diarrhée"

    montre à quel t'es vide d'arguments, donc tu te chies dans le slip.

    C'est des cons souverainistes dans ton genre qui vont gueuler sur le gouvernement ukrainien qui envisageait une réforme, abandonnée, pour faire du russe une langue non officielle et toi tu brailles pour étouffer les langues régionales en France. Tu vois comme comme t'es un gros connard !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'es franchement bas du front pour ne pas comprendre qu'en déversant tes propos orduriers, ils reviennent inévitablement vers toi.

      Supprimer
  22. Laurent,

    Quand une journée commence par un post injurieux, elle se termine forcément dans la boue alors même que le sujet, même sérieux, ne l'imposait pas.

    DemOs

    RépondreSupprimer