jeudi 23 juillet 2015

2017 : attention à ne pas sous-estimer Hollande !

Entre un bilan désastreux, des politiques économique ou scolaire contestées, le sort de François Hollande pourrait sembler déjà joué pour 2017. Mais toute sa vie, il a été sous-estimé, avec l’issue que l’on sait. Et on peut penser que la direction que prend l’élection ne lui est pas si défavorable.



L’histoire du candidat Hollande en 2017

Le président de la République commence même à essayer de construire un semblant de grande histoire. Entre les demandes d’Alexis Tsipras et celle de l’Allemagne, il peut soutenir qu’il a réussi à faire une forme de sythèse, après tout, c’est sa spécialité, et apparaître comme celui qui a débloqué une situation perdue. Dans la réalité, plus simplement, les Grecs étaient prêts à tout pour rester dans l’euro et Berlin peut avoir préféré ne pas reconnaître ses pertes… Et cette issue est d’autant plus favorable que cela pourrait ne pas freiner la timide reprise qui se dessine depuis quelques mois, avec la baisse de l’euro et du prix des matières premières, qui pourrait permettre au retournement de la courbe du chômage de finalement se produire l’an prochain. Après tout, ne vaut-il mieux pas tard que jamais ?

Mais François Hollande ne se contente pas de cette grande histoire. Certaines décisions, un peu oubliées aujourd’hui, pourraient pourtant peser lourd en 2017. Il ne faut pas oublier que le gouvernement a baissé les impôts de 9 millions de Français. Un moyen habile de viser les classes moyennes pour lesquelles il pourrait asphyxier Nicolas Sarkozy en faisant le pari d’une politique économique débordant l’ancien président par la droite. Et en même temps, après des années de disettes, le  gouvernement a annoncé des revalorisations du traitement des fonctionnaires, cajolant une cible électorale importante et traditionnellement acquise au Parti Socialiste. Et la détermination à faire passer la loi Macron, en utilisant plusieurs fois le 49-3, permet de contrer l’argument selon lequel il serait un peu trop mou.

Etre le moins mauvais en 2017 ?

En outre, il ne faut pas oublier qu’en tacticien politicien des plaques électorales, François Hollande semble construire une histoire qui pourrait l’amener à conserver son poste, même si son bilan est désastreux. Après tout, la séquence Grecque s’est conclue dans un sens qui lui est très favorable. Jean-Luc Mélenchon sort très affaibli car la gauche radicale est déconsidérée. Et l’ex-UMP a été ridiculement agressive avec une Grèce qui a fait bien plus d’efforts qu’elle sur son budget, tout en jonglant avec l’idée de sortie de l’euro, qui ne plait pas à son électorat. Et leur critique sur la mollesse suspecte de Hollande pour Athènes ne tient plus avec les mesures atrocement austéritaires que la Grèce a fini par accepter, faire adopter puis mettre en place, en un temps record, à rebours de bien des critiques.

Ce scénario cale parfaitement avec le choix d’assumer un virage eurolibéral. L’aile gauche ressort affaiblie puisque Syriza n’a presque rien réussi à changer. Et du coup, la majorité pourrait enfermer les Républicains dans un réduit politique bien étroit pour essayer de se qualifier au second tour, d’autant plus que bien des affaires les concernant continueront à alimenter l’actualité judiciaire. Mieux, le Front National sort affaibli de la tragédie Grecque, mêlant de manière contradictoire et à contre-temps, exigence de remboursement bien inhumaine, soutien au référendum de Tsipras avant de voir l’idée bien mal défendue de sortie de la monnaie unique temporairement affaiblie. Bref, les circonstances actuelles pourraient bien, en profondeur, produire un vrai jeu de massacre pour les opposants à François Hollande.


Une telle idée n’est en aucun cas réjouissante. Le président de la République mène notre pays dans une impasse. Mais au fur et à mesure que les pièces du puzzle se rassemblent, on peut se demander si cela ne risque pourtant pas de lui permettre de réussir là où Sarkozy a échoué en 2012.

71 commentaires:

  1. Je ne suis toujours pas d’accord avec vous, Laurent Herblay…

    Tout d’abord, je vous rappelle que, sauf cohabitation, aucun président sortant n’a été réélu depuis le général de Gaulle en 1965.

    Ensuite, la situation économique est catastrophique. Je ne crois pas du tout à cette reprise annoncée depuis le début de la crise. Les prévisions optimistes ont toujours été démenties, y compris les vôtres lorsque vous parliez de « reprise illusoire » il y a quelques années.

    Aujourd’hui, de graves menaces pèsent sur la croissance, avec le ralentissement en Chine, la crise des émergents et la reprise qui cale aux USA.

    Quant à la zone euro, les dernières statistiques montrent qu’elle n’est pas sorti de la déflation. Et les politiques d’austérité vont continuer à peser sur la croissance. A cela s’ajoute la crise grecque qui va connaître de fâcheux rebondissements dans les mois qui viennent.

    Le plus probable, c’est que le candidat de droite (probablement Sarkozy) sera élu aux prochaines élections. Quant à Hollande, il pourrait bien être éliminé dès le premier tour derrière Marine Le Pen. C’est ce que nous disent les sondages. Ce n’est pas non plus un scénario optimiste.

    RépondreSupprimer
  2. @LH,

    Je ne vois pas à quel moment le FN sort affaibli de la situation grecque, à quel moment les électeurs qui lui sont acquis ont signifié un recul de leur adhésion à la position républicaine orthodoxe de ce parti pour 2017. On en reste à une analyse du discours entre opposants politiques, légitimement partisane.

    Par ailleurs, la position dudit parti ne me semble pas inhumaine, où alors les mots n'ont plus de sens. Le FN s'est toujours prononcé pour une restructuration de la dette, prônant une position équilibrée entre la nécessité pour les grecs de voir repartir leur économie et les intérêts des prêteurs français (contribuables plus que banques privées d'ailleurs). Tant Philippot que les économistes de ce parti ont à mon sens brillamment défendu les thèses de sortie de l'euro. Le discours était clair, pédagogique et précis, sans pourtant être de la pure langue techno.

    Mélenchon, malgré son discours, ralliera quoi qu'il arrive, comme en 2012 dès 08h01. Tout cela n'est que du théâtre. Il est là pour ramener à Hollande les voix des électeurs ayant pris acte de ce que le PS menait une politique de droite libérale façon Madelin ou Macron.

    En 2017 il n'y a qu'une seule candidate sur cette ligne nationale républicaine que vous défendez. Un souverainisme d'opposition à MLP, outre que je n'en comprends pas le sens, serait nécessairement jouer contre la victoire possible de ces idées en 2017, dont la seule incarnation concrète (25 à 30%) portant une victoire possible à cette date (2017) reste MLP. Elle est la seule en capacité de faire gagner les souverainistes en 2017. Après, on peut certes préférer jouer contre elle afin de faire gagner l'euro-libéralisme d'un parti désormais unique, allant de LR au PS en passant par l'UDI et EEVL. C'est un choix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ennemi de mon ennemi n'est pas forcément mon ami. Et en l'occurrence, MLP est l'ennemi de mes idées politiques.

      Les idées de MLP ne sont pas les notres.

      Cessez votre supplique d'amalgame svp. Et pire encore, ne vous mettez pas à nous manipuler comme les fanatiques eurocrates avec des formulations foireuses comme :

      «Après, on peut certes préférer jouer contre elle afin de faire gagner l'euro-libéralisme d'un parti désormais unique, allant de LR au PS en passant par l'UDI et EEVL. C'est un choix.»


      Ce genre de rhétorique a le mérite de mélanger le souffre des propos foireux de Le Pen père et la bêtise crasse de la mentalité pourrie des ultra-libéraux.
      Au moins, ce genre d'attitudes permettent de se rendre compte que nous n'avons rien en commun.

      Supprimer
    2. @AS,

      "Les idées de MLP ne sont pas les notres."

      Concrètement, quelles sont ces idées que vous ne partagez pas où que DLF ne partagerait pas avec MLP ? Son programme doit encore être en ligne à mon sens.

      Cordialement.

      Supprimer
    3. La vrai sujet est : ne vous leurrer pas en croyant recruter des électeurs parmi nous.

      Et concrètement, c'est pas en sortant de la propagande qui nous écoeurent (cf le propos que j'ai cité dans mon précédent message) que vous allez nous rallier à votre cause.

      Ce serait sympa que les frontistes et les ultra-libéraux ne prennent pas ce site pour une tribune !

      Supprimer
    4. @AS,

      Je ne recrute personne. Je ne suis ni militant ni encarté. Je viens juste débattre de sujets intéressant sur un blog de grande qualité qui me donne d'excellente information, notamment sur le plan économique.

      Je me permets à nouveau de reposer ma question, enfin si vous souhaitez répondre bien sûr, mais je n'ai aucune exigence, je cherche juste un débat constructif et serein :

      Concrètement, quelles sont ces idées que vous ne partagez pas où que DLF ne partagerait pas avec MLP ? (Son programme doit encore être en ligne à mon sens).

      Cordialement.

      Supprimer
    5. si vous ne voulez recruter personne, cessez alors immédiatement votre militantisme !

      Que vos actes soient conformes à votre affirmation : je ne recrute personne.

      Supprimer
    6. @Abd_Salam23 juillet 2015 14:41


      Vous confondez à mon sens souhait de débattre et militantisme.

      Maintenant si vous souhaitez interdire le débat... où indiquer les prises de positions autorisées et celles qui ne le sont pas... ça va être difficile d'échanger...

      Cordialement.

      ps : il vous est toujours loisible de répondre à ma question du dessus dans le cadre de notre débat.

      Supprimer
    7. Vous deviez cesser de confondre militer et débattre.

      Et comme ça nous pourrions débattre, et je n'aurais pas à vous demander de cesser de militer.

      Supprimer
    8. @AS,

      Reprenez mes posts, je débats juste sur des sujets de fond, rien de plus. Maintenant, si vous ne voulez pas débattre je peux l'entendre, pas de problème pour moi.

      Cordialement.

      Supprimer
    9. si vous pouviez éviter la manipulation... ce serait bien.

      Enfin bref, vous ne voulez pas débattre ; j'en prends acte.

      Supprimer
    10. @AS,

      J'avoue ne pas comprendre votre position.
      Je reste néanmoins dans l'attente de votre réponse à ma question initiale, sait-on jamais.

      Cordialement.

      Supprimer
    11. @ Anonyme, rassurez vous personne sauf abd salam ne voit en votre position le moindre militantisme...il s'agit là d'une sorte d'incantation de type méthode Coué..."j'ai raison...j'ai raison...j'ai raison.." je n'ai qu'une admiration modérée pour MLP, à laquelle je reproche de manquer de charisme...mais ça ne fait pas que ses avis sont à jeter à priori...et en plus j'ai lu les 106 pages du programme FN et je dois dire, qu'il n'y a pas grand chose d'idiot dedans...on aime ou on n'aime pas..;mais pas grand chose d'idiot...et surtout ras le bol de la désinformation type abd salam (pourtant ça veut dire père de la paix...non?) du type "le FN veut rester dans l'euro et l'Otan comme je l'ai lu ici même...

      Supprimer
  3. L'idéal serait que Hollande soit au 2ème tour contre Marine qui serait élue, mais pour cela il faut que Sarko gagne les primaires.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Cliquet

      Scénario possible et souhaitable en 2017. Faut-il encore que le camp souverainiste soit uni et qu'un grand rassemblement, façon De Gaulle, soit mis en oeuvre... qui d'autre en 2017 ? Sérieusement qui d'autre ?

      Supprimer
    2. Scénario possible ; ça reste à prouver.

      Scénario souhaitable ; pour qui ? pourquoi ?... qu'est-ce qui est prouvé là-dedans ?

      Supprimer
    3. @AS,

      De mon point de vue, cela est souhaitable car elle porte les espérances d'une large majorité de nationaux-républicains. Il est acquis qu'elle représente, et de loin, la première force souverainiste constituée du pays. Je ne vois pas, d'ici 2017 - après cette date ça peut se discuter - qui part avec un même capital électoral et un outil politique constitué pour les échéance présidentielles, très rapprochées, qui viennent.

      Souhaitable enfin pour tous les citoyens soucieux de l'indépendance et de la souveraineté de notre pays et d'une république retrouvant ses pleines compétences régaliennes permettant la mise en oeuvre d'une grande politique au service de la nation et de tous les citoyens.

      C'est souhaitable avec elle car avec elle c'est possible en 2017. Si vous avez un autre candidat souverainiste capable de passer le 1er et le second tour, et de gagner ce dernier, indiquez-moi lequel.

      Cordialement.

      Supprimer
    4. Mais j'en ai rien à foutre de choisir entre la peste et le choléra !

      Peu m'importe lequel des deux gagne !

      Supprimer
    5. @AS,

      Mais pas de problème, je ne me permettrais pas de remettre en cause votre choix. Mais il ne s'agit pas de choisir entre LR et PS, mais entre un candidat souverainiste et un autre candidat porté vers l'UE et parfois le fédéralisme européen. Car, effectivement, entre LR et PS, enfin à mon sens, la politique et le projet sont très proches sur les grands sujets de fond.

      Cordialement.

      Supprimer
    6. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    7. @AS,

      J'ai juste répondu à votre post, rien de plus.

      Cordialement.

      Supprimer
    8. C'est le FN, le choléra dans mon propos précédent :

      Pas à choisir entre la peste et le choléra.

      Supprimer
    9. Les gens avertis en politique savent que le FN est un parti ramassis d'arrivistes qui se montrent corrompus souvent dès qu'ils sont élus. Il suffit de voir les affaires d'abus de biens sociaux et de prises illégales d'intérêts pour avoir une petite idée de la réelle hauteur morale de ces gens-là. MLP peut essayer de faire le ménage, elle est loin d'être "blanche" non plus rien qu'avec les magouilles autour de son micro-parti Jeanne et le détournement d'argent public via les kits de campagne des législatives 2012.
      C'est une avocate d'affaire et elle tient son goût de la fortune bien dissimulée de son père, récemment pris la main dans le sac de l'évasion fiscale. Et çà se dit patriote! Et çà se dit proche du peuple, en trouvant risible les déclarations de patrimoine modestes de certains députés "qui fournissent la preuve qu'ils ne sauraient pas gérer la France" vu qu'ils n'ont pas fait fortune...
      Le FN, c'est le nouvel eldorado des vautours sans scrupule de la politique. Un nid à pourris...Dommage que la plupart des Français se contente de la surface des choses en politique. Je le regrette mais ils risquent de bien se faire berner en 2017 en mettant leurs espoirs sur le FN. Le FN, c'est la nouvelle garantie que le capital peut continuer tranquille. Ce ne sera pas dur de leur graisser la patte...

      Supprimer
    10. @Jauresist
      "C'est une avocate d'affaire". Dites-vous.
      Sauf erreur de ma part elle faisait du droit pénal.

      Supprimer
  4. Je ne pense pas que de Gaulle aurait partagé votre analyse.
    Hollande fut le chouchou des médias pour son unique aptitude, la velléité.
    Les leaders veules n'inquiètent nullement l'oligarchie en place et les phrases du style "la finance est mon ennemi" font plutôt rire le sérail.
    Par contre, ces personnes insignifiantes sont sur un siège éjectable pour servir de soupape à la colère populaire.
    Au deuxième tour des élections présidentielles, il y aura Le Pen contre le candidat de la droite qui l'emportera avec 65% des voix. L'abstention sera énorme.
    Quant au SYRIZA grec, il va se scinder et finira par être satellisé par la mouvance européiste. Tsipras ne pourra pas gouverner ni même former une opposition. Il est déjà envoyé aux oubliettes de l'Histoire...

    RépondreSupprimer
  5. Au moment des élections présidentielles et législatives de 2017, il est maintenant hautement probable qu’aucun pays ne sera sorti de la zone euro car si j’analyse la situation présente je vois que la Grèce a maintenant prix le chemin d’une soumission totale aux créanciers qui ne devrait plus être remise en cause. Des sondages récents indiquent que Podemos en Espagne baisse dans les sondages, peut être suite à l’action désastreuse de Syrisa en Grèce et de toute façon Podemos, même s'il devait arriver au pouvoir, comme Syrisa, n’a aucun projet de sortie de la zone euro.

    http://fr.reuters.com/article/frEuroRpt/idFRL5N0ZZ04120150719

    Si je me place sur du très long terme, je vois que l’Italie va être le prochain pays en crise de la zone euro. Sa dette publique est passée de 132,1 à 135,1% du PIB lors du premier trimestre 2014. Dans les deux ou 3 ans qui viennent le pays pourrait faire l’objet d’une procédure européenne de déficit excessif. Sans doute cette procédure sera retardée le plus longtemps possible car les partis prêts à sortir le pays de la zone euro (Ligue du Nord, M5S) sont en forte progression depuis les dernières élections européennes.

    http://www.ilfattoquotidiano.it/2015/07/22/debito-pubblico-eurostat-nel-primo-trimestre-su-di-tre-punti-a-1351-del-pil/1895930/

    Donc il se peut qu’en 2017 les élections en France interviennent dans un contexte qui ne sera pas un contexte de crise majeur de la zone euro, même si on ne peut être sûr de rien, qui devrait simplement favoriser l’alternance classique Gauche-Droite, même si les partis souverainistes seront en forte progression par rapport aux élections de 2012, du fait d’une exaspération grandissante dans la population .

    Si c’est Juppé qui est face à Marine Lepen au second tour, les sondages actuels le donnent facile vainqueur. Si une situation particulière à droite fait que c’est Hollande très discrédité qui se trouve face à Marine Lepen, il devrait bénéficier de l’appui médiatique, européen et politique qui va de la droite à l’extrême gauche, tous ligués contre le Front national. Si malgré cela c’est Marine Lepen qui sort vainqueur au second tour de la présidentielle, il va se mettre en place le processus d’asphyxie économique et financière de la France lié au projet du FN de sortie de l’euro, avec pour possible conclusion, la conclusion grecque récente, si le FN n’a rien planifié de particulier pour y faire face.

    http://www.lesechos.fr/idees-debats/editos-analyses/021139982420-leuro-reste-le-meilleur-rempart-contre-les-populistes-1129057.php

    Saul

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne confondez pas la Grèce et Tsipras.
      Par ailleurs, même si les Grecs se soumettent, cela ne signifie pas qu'ils pourront atteindre les objectifs que l'UE leur a fixés.
      Le Grexit reste donc probable même si non voulu par la Grèce.
      Cela pourrait se produire en 2016, lorsque les créanciers feront le premier bilan du troisième mémorandum.

      Supprimer
    2. Tous ligués contre le FN ? ah bon.

      Et qu'est-ce qui vous fait croire que le FN veut vraiment sortir de l'eurozone ?... on a dit "VRAIMENT sortir".

      Supprimer
    3. @ Moi,

      Soit la Grèce parvient à s'auto-asphixier comme exigé dans le cadre du "mémorendum" et les eurocrates seront pas contents ; soit la Grèce ne fait pas assez de sacrifices inhumains et inutiles et contre-productifs, et les eurocrates ne seront pas contents... alors.

      Supprimer
    4. @ Saul,

      l'article des écho que vous mettez en lien est totalement absurde... bref, il ressort les habituels poncifs des eurobéats et les habituels amalgames.

      Le seul point qui est sans doute juste, mais qui avant tout mis en avant pour faire peur et dissuader de voter pour un parti pronant la sortie de l'€uro : c'est que les nantis se battraient contre, et notamment par la fuite des capitaux.

      Supprimer
    5. @Saul,

      Vous dites :
      "Si malgré cela c’est Marine Lepen qui sort vainqueur au second tour de la présidentielle, il va se mettre en place le processus d’asphyxie économique et financière de la France lié au projet du FN"

      Processus mis en oeuvre par qui au profit de qui ?

      Ne pensez-vous pas que la décision populaire devra rester souveraine, qu'à défaut nous ne sommes plus en démocratie ?

      A-t-on encore le droit de choisir librement, où faut-il abdiquer notre droit de peuple à disposer de nous même ?

      Si elle est élue (MLP) elle mènera sa politique conformément au mandat que le peuple lui aura donné. Tout le reste évoque pour moi les grandes peurs millénaristes et autres prévisions de fin des temps consécutives à la chute prévue de stations spatiales soviétiques, façon TCE en 2005 ou grecque en 2015.

      Je m'interroge enfin sur la notion de populisme (article mentionné) ; j'en veux bien la définition précise, afin de savoir ce que cela recouvre.

      Un monde où les mots ne sont plus définis où sont à géométrie variable me rappelle Orwell et son 1984.

      Supprimer
    6. "Si elle est élue (MLP) elle mènera sa politique conformément au mandat que le peuple lui aura donné."

      En vertu de quoi ferait elle autrement que les autres ? Voire même pire.

      Supprimer
    7. Au fait, c'est qui le peuple ? Vous croyez vraiment qu'il y a un peuple, que tous les français pensent pareil sur tous les sujets ?

      Supprimer
    8. @Anonyme23 juillet 2015 12:03

      S'il n'y a pas de peuple constitué comme entité politique, il n'y a pas de démocratie. C'est à vous de voir. Personnellement je suis favorable à la démocratie.

      Supprimer
    9. Le peuple comme vous dites est un assemblage de populations aux intérêts très divers et souvent divergents.

      Supprimer
    10. @Anonyme23 juillet 2015 13:19

      Il n'y a que des individus ? Pas d'histoire commune, d'héritage, de communauté d'idée de souvenirs et d'espérances ?

      Vous semblez ramener l'intérêt collectif au stricte intérêt individuel, tel les libertariens (et libéraux), lesquels ont à mon sens produit la littérature politique la plus drôle depuis 4 siècles.

      Sur le sujet : Dany Robert-Dufour : "le Divin marché" et "La Cité perverse".

      L'Homme nouveau libéral, très peu pour moi.

      Supprimer
    11. @ Anonyme23 juillet 2015 12:03 ;

      Très habile rhétorique que de mélanger "diversité d'opinions" et "diversité d'identités"...

      Pas mal cet amalgame qui voudrait qu'un peuple signifie : une seule personne.

      Donc une seule opinion.

      Supprimer
    12. Anonyme23 juillet 2015 13:19 ;

      Un peuple est un ensemble d'individus qui ont des intérêts personnels distincts (et souvent opposés) ET des intérêts communs.

      Il y a deux facettes (intérêt particulier ET intérêt commun) ; ce n'est pas l'individu contre le groupe. Le groupe a besoin des individus et l'individu a besoin du groupe.

      Après 2 000 ans d'histoire, être obligé de rediscuter des éléments de base...

      Supprimer
    13. Déjà pour que le projet du FN de sortie de l’euro puisse être mis en place, il faudrait aussi gagner les élections législatives, dans la foulée des présidentielles. A la Place de ML, à peine élue Présidente de la République, je ferais sans doute un référendum urgent de restauration de la souveraineté de la France et de son peuple dans tous les domaines impliquant une sortie de l’UE, qui se tiendrait même avant les élections législatives, en mettant en avant cette notion de souveraineté car tout est lié : Si on veut avoir le droit de contrôler les flux migratoires et refuser le système des travailleurs détachés, ça passe par un retour à la monnaie nationale. Elle préciserait qu’en cas de victoire du « Non » elle cesserait immédiatement ses fonctions de Président de la République. En cas de victoire du Oui à la proposition de restauration de la souveraineté de la France, il lui faut sortir de l’euro tout de suite, pour remédier à la crise financière en cours avec les mesures appropriées. Il faudra faire un contrôle des capitaux dans l’attente des résultats du référendum c’est pourquoi il faut l’organiser très vite car il vaut mieux que le contrôle des capitaux soit stoppé le plus rapidement possible puisqu’il serait pénalisant pour l’économie de la France. En résumé si on veut sortir de l’euro, il faut agir vite et bien et il y a des études d’experts qui indiquent que c’est faisable.

      Saul

      Supprimer
    14. Nier qu'il y a de grandes divergences d'opinions dans le "peuple" et prétendre que de le dire revient à être un ultralibéral, c'est vraiment d'une sottise ahurissante.

      C'est avec ce genre de discours de dénégation que se sont construits le nazisme ou l'URSS, maintenant Daesh, avec ses
      millions de morts.

      Rien qu'au sujet de l'Euro, en sortir ou pas, on est loin de l'unanimité, pareil pour l'éducation, le mariage, la fonction publique, la fiscalité, l'écologie...

      Il faut vraiment avoir une défaillance mentale pour affirmer qu'il y aurait une opinion du "peuple". C'est en général les dictateurs qui s'expriment au nom du "peuple".

      Le FdG et ses militants se croient tout autant être la voix du peuple que ceux du FN.

      Supprimer
    15. @Anonyme23 juillet 2015 14:31

      La question n'est pas de savoir s'il existe des divergences d'opinions, cela est évident, mais s'il existe un peuple et une nation politiquement constitués. A mon sens oui, c'est d'ailleurs se qui rend possible la mise en oeuvre d'une démocratie réelle et effective (Cf. l'UE). Pour qu'il y ait démocratie, il faut qu'il y ait un demos.

      Supprimer
    16. "une nation politiquement constitués"

      C'est quoi ce baratin ? Qu'est ce que ça veut dire politiquement constitué ? Y en a vraiment qui se gargarisent de blabla sans queue ni tête.

      Supprimer
    17. @ Anonyme 13h48
      Un référendum après élection de MLP à la présidence, une perte de temps! Son élection à la présidentielle et une majorité à l'Assemblée vaudra largement référendum.
      Point n'est besoin de sortir de l'UE il lui suffira de rétablir dans notre constitution et tous nos textes la prééminence du droit national sur le droit européen. Celui-ci a une légitimité que n'a pas ce dernier.

      Supprimer
  6. Puisqu'on en est dans les spéculations, moi je parie sur une OPA surprise de Villepin sur les électeurs de gauche pour gagner la primaire en 2016 et rejouer le scénario de 2002 en 2017.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Villepin est grillé depuis 2005, s'est rallié au nain porte quoi de Neuilly. Ce dernier maitrise l'appareil des "Ripou... blicains" pour faire échouer le candidat des merdias: Juppé.

      Supprimer
  7. Les défaites électorales des sénatoriales, des municipales, les régionales et des départementales en plus celle prévisible des régionales de décembre prochain sont autant de signes de la défaite probable si ce n'est la raclée comme en 2002 possible pour Hollande.

    RépondreSupprimer
  8. Nous savons tous et toutes que pour notre cher Laurent LE FN EST SATANIQUE, NE REPRESENTE RIEN NI PERSONNNE ET N'AURA JAMAIS LA MOINDRE CHANCE POUR ARRIVER A QUOI QUE CE SOIT. C'est psychique chez lui. C'est aussi malheureux, parce que s'il a raison IL N'EXISTE AUCUN ESPOIR, JAMAIS, DE SORTIR DE LA FAUSSE ALTERNANCE UMPS. HARA-KIRI COLLECTIF ET PUIS C'EST TOUT.

    PS : Désolé pour les majuscules, Laurent, mais c'est de votre faute. Vous n'avez qu'à exiger les italiques de votre hébergeur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais pourquoi les militants FN viennent nous emmerder ici ?

      Supprimer
    2. Parce que le FN est bien organisé et ce n'est pas cela que je vais lui reprocher au contraire. Mon problème avec lui est que je ne crois pas à la sincérité de son souverainisme ni de son attachement à la défense des intérêts légitimes du peuple français.

      Ivan

      Supprimer
    3. Pour donner un exemple : le FN ne réclame pas la préférence pour les français mais pour les "français et européens" une formule qui revient souvent dans ses discours. Ce faisant il cherche à diviser les français puisque la France n'est pas une nation européenne.

      En effet les antillais sont tout aussi français que les bretons, mais ils ne sont pas européens. Inversement les polonais sont européens mais pas français.

      On ne peut donc pas croire que le FN est attaché à la défense des intérêts légitimes du peuple français puisqu'il cherche à le diviser, ce qui ne peut profiter qu'aux ennemis de la France, par exemple les salafistes qui misent énormément sur le racisme et les discriminations défendus notamment par le FN pour recruter des adeptes.

      Ivan

      Supprimer
  9. Pour 2017 j'ai l'impression que le jeu est assez fermé.
    En toute proba on devrait avoir un Valls-Sarko (car je ne crois pas à la baguette magique du renversement de la courbe du chômage) ou limite un Hollande-Sarko (si la "magie" a opéré, où la mauvaise foi absolue, c'est selon...).

    En arbitre :
    - le père Juppé : je ne le vois pas exploser Sarko, mais il peut se présenter en marge des Rep, après des primaires limite réglo, comme d'habitude
    - la mère Lepen : qui sera probablement au 2nd tour

    Par contre en 2022, c'est plus ouvert, avec un grand show a l'américaine : Démocrates contre Républicains contre Patriotes.

    Mais au bout du compte, rien ne changera vraiment au niveau du fond.
    Cest du spectacle tout ça !

    ***Jacko***

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je dis ça je dis rien mais si c'est Sarko, Bayrou se présentera et a de grande chance d’être devant...

      Supprimer
  10. je suis toujours impressionné par les démonstrations diverses et variées, ainsi que la passion de nombre de personnes pour le sujet politique. Ce qui n'est pas mon cas..

    A propos de 2017, mon analyse est très simple, et je vous prie de m'en excuser, car loin de moi l'idée de casser tant de belles réflexions, en particulier celle du taulier.

    donc il me semble que vous pouvez mettre à peu près n'importe quel manche au bout d'un outil *, et vous obtenez le même résultat..

    * l'outil étant ici l'UE

    je ne vous dérange pas plus.

    Stan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. D'accord avec toi Stan, mais c'est u peu comme au foot avant um coupe du monde. Chacun fait ses pronostics avec ses "fines" analyses.
      C'est marrant et ça fait passer le temps.
      Autour d'un ptit rosé pendant les longues soirées d'été c'est encore mieux ;)

      En sachant qu'à la fin, bien d'accord avec toi, rien ne changera sur le fond :(

      ***Jacko***

      Supprimer
  11. Le nombre de gugusses ici qui sont illusionnés par le FN est comique, dans une illusion parfaite.

    Herblay nous serine ses cours d'économie concernant l'Euro, sauf que c'est un discours économiciste, tout comme le fait Sapir et comme le font les libéraux les plus extrêmes.

    Sauf que l'Euro est une construction géopolitique, tout comme se sont construits les USA, l'Allemagne et même la France qui n'a rien d'éternelle, pas plus que le Duché de Bretagne ou de Toulouse.

    "The American greenback was created in 1863 when Abraham Lincoln’s Republican Party muscled through legislation giving the federal government exclusive currency rights. It was only able to do this because Southern legislators, who opposed more centralization of power, had seceded from the American union. The Union side wanted a common currency to help the war effort by rationalizing revenue raising and wartime payments. But it was also a potent symbol of the power of the federal state in the face of the challenges of a disintegrating union."

    http://www.washingtonpost.com/blogs/monkey-cage/wp/2015/07/21/this-is-what-economists-dont-understand-about-the-euro-crisis-or-the-u-s-dollar/

    RépondreSupprimer
  12. D'après Libération d'aujourd'hui (je ne dis pas que c'est une source fiable, hein) le FN serait déjà en train de manger son chapeau sur la retraite à 60 ans, l'impôt sur les sociétés, le SMIC...

    Il suffit que Sarko les traite de gauchistes, que les ploutocrates qui sucent le sang du peuple français froncent les sourcils, pour qu'ils s'aplatissent comme des toutous, et ils osent nous raconter qu'ils sont le seul parti déterminé à sortir la France de l'Euro et de l'UE ?

    C'est du foutage de gueule ! S'ils n'ont même pas le courage de défendre la retraite à 60 ans, l'impôt progressif, l'augmentation des salaires, il n'y a aucune chance qu'ils aient un jour celui de résister aux pressions énormes qu'ils devront affronter le jour où ils voudraient sortir la France de l'Euro et de l'UE.

    Tout au plus ils annuleront Schengen dont tout le monde se fout et qui n'a aucune importance.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  13. Ivan

    Le FN n'est qu'un parti dirigé par des bourgeois de province. MLP est une petite bourgeoise qui a été choyée grâce à la fortune de son père héritée d'un bon gros capitaliste des familles. Sa nièce, MMLP, c'est pareil, études de droit BCBG ASSAS fac des fachos, propre sur elle...

    Et les nunuches vont voter FN en s'imaginant qu'il viendra au secours des forces prolétariennes. Plus niais, tu meurs...

    RépondreSupprimer
  14. @ Moi

    Mes prévisions n’ont pas été démenties. J’avais prévu entre 0,5 et 1% de croissance en 2014 et 1% ou plus en 2015. C’est ce qui se passe, non ? La Chine a connu une bulle boursière délirante, mais le prix des actions reste inférieur au début d’année. Aux Etats-Unis, je ne vois pas de reprise qui cale. L’austérité est moins dure en Europe. Et je pense que la situation va, malheureusement, se stabiliser pour quelques temps en Grèce. Après, rien n’est joué et votre point sur l’absence de réélection hors cohabitation est juste. Mais, je persiste à penser qu’Hollande a plus d’un tour dans son jeu

    @ Anonyme frontiste

    On verra. Ce que je dis ici (sur les conséquences de l’euro) est un pronostic. J’admets volontiers qu’il n’est pas certain. Sur la Grèce, c’est faux, le FN a commencé par exiger le remboursement de la dette. Marine Le Pen défend bien mal la sortie de l’euro.

    Elle a un capital positif (les résultats de 2012, 2014, 2015) mais aussi un capital tellement négatif qu’avec un quart des suffrages, le FN fait 20 fois moins d’élus que le PS aux départementales, ce qui montre qu’il y a un rejet profond de ce qu’est ce parti (que je partage).

    Celle qui est pour l’instant, la première candidate classée souverainiste (il n’y a justement pas de camp souverainiste), est Marine Le Pen, mais les Le Pen, outre d’innombrables limites, n’ont pas démontré une grande capacité à changer quoique ce soit. Et elle ne fait clairement pas partie de mon camp, comme je l’ai maintes fois expliqué ici. Je vais y revenir demain.

    @ Abd_Salam

    Bien vu « l’ennemi de mon ennemi n’est pas forcément mon ami ». Bien d’accord sur le fait qu’elle est l’ennemie de mes idées politiques également.

    Merci pour votre contribution au débat.

    @ Jules Delos

    Mais je ne prétends jamais que de Gaulle aurait partagé mon analyse. Je suis gaulliste, mais il serait bien prétentieux de ma part de penser exprimer ce que serait sa pensée aujourd’hui.

    @ Saul

    Je pense que Hollande battrait Marine Le Pen. Ce serait beaucoup plus serré qu’en 2002, mais il gagnerait. Tout gouvernement peut échapper à l’asphyxie s’il maitrise un peu les leviers de l’économie, surtout dans un pays riche comme le notre. Pas besoin de gagner les législatives : il faudrait sans doute agir avant. D’accord en revanche sur un référendum en même temps que le premier tour des législatives pour rétablir la supériorité de notre droit national.

    @ Jacko

    Juppé peut gagner en 2017, mais peut-il gagner une primaire organisée par Sarkozy ? D’accord pour dire que ce n’est que du spectacle, sans fond ni réflexion.

    @ Stan

    Bon essai de synthèse ;-)

    @ Anonyme 20h38

    La comparaison entre les Etats-Unis et la zone euro est inopérante, les deux ensembles n’ont rien à voir. Les différences y sont bien plus grandes (ne serait-ce que le niveau du SMIC par exemple, sans compter l’histoire, beaucoup plus lourde, pour sortir du cadre économique, ce que vous négligez)

    RépondreSupprimer
  15. "La comparaison entre les Etats-Unis et la zone euro est inopérante, les deux ensembles n’ont rien à voir."

    Il ne s'agit pas que des US, il s'agit de toutes les unifications historiques qui présentaient de grosses différences des parties. Le SMIC n'a rien à voir dans l'affaire, pas plus que l'histoire qui au contraire a démontré l’unification de zones disparates depuis des millénaires pour des raisons d'intérêt géopolitique.

    Mais comme votre horizon historique idéologique ne remonte pas plus loin que de Gaulle, votre myopie est tout à fait diagnostiquée sous la forme d'une inculture grotesque. Un pauvre pitre sans profondeur d'analyse qui se masturbe devant la photo du Général.

    RépondreSupprimer
  16. Toutes ces spéculations pour dire...qu'on est mal barrés pour 2017. C''est impressionnant à quel point le jeu politique peut faire du sur place en France, dans notre belle "démocratie"!
    L'UMPS est grillée auprès des français. Quand on discute avec les gens, çà fait consensus: ils sont nuls, ils sont corrompus, ils sont un cancer.
    Et quoi, on n'a toujours que Marine Le Pen comme challengeuse?! Le FN est un ramassis d'arrivistes plus avides que les installés de l'UMPS!
    On est pas aidés franchement par nos "leaders" de pacotille: NDA, Mélenchon, ils sont à côté de la plaque. Ils n'ont rien compris. Ils continuent leur petite partition, jouent la musique de leur petit électorat, s'ignorant superbement...
    On aurait envie de leur mettre un bon coup de pied au c..!
    Que faire?...
    Qui est porteur d'espoir pour faire le job, souder les Français au delà du clivage gauche-droite pour affronter enfin la finance et ses institutions technocratiques? Pour inverser le cours écologiquement mortifère du libéralisme?
    Je le soutiendrais férocement celui-là...
    Je le promets...
    Le gars (ou la fille) qu

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jauresist, il y a République Moderne maintenant :
      http://www.chevenement.fr/La-France-en-grand_a1736.html
      et NDA s'est dit d'accord pour discuter :
      http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2015/06/17/31001-20150617ARTFIG00132-l-appel-de-nicolas-dupont-aignan-a-jean-pierre-chevenement.php
      Il n'y a plus qu'à !

      Supprimer
  17. Jauresist,

    Bien d'accord avec toi pour dire qu'on est mal barrés.

    Que faire ? et bien je n'en sais fichtrement rien... à part boire un p'tit rosé pendant les longues soirées d'été avec quelques potes en se disant que l'on n'est pas les plus à plaindre. Je sais, ça n'est pas très glorieux mais bon, c'est toujours mieux que de spéculer sur les matières premières ou que de prendre sa carte du PS en étant persuadé que Valls et Macron sont les représentants d'une gauche djeune et décompléxée et qu'ils vont sauver la France (tête à claques ce Macron, un bon disciple d'Attali décidément)...

    Quant au Messie, et bien la dernière fois que j'en ai entendu parler, c'était dans un bouquin qui relate des faits d'il y a un plus de 2000 ans, un best-seller de l'édition mais qui fait débat chez certains.

    ***Jacko***

    RépondreSupprimer
  18. JACKO

    la situation générale de la France est encore vivable dans l'économie réelle, 15 % de la population française est clairement dans la merde, les PME coulent encore les unes après les autres et les restrictions budgétaires décidées l'an passé commencent à faire seulement leurs effets...les boites qui travaillent à coup de marchés publics et de financement public (sanitaire, social, culturel etc...) vont continuer à passer cul par dessus tête dans les mois qui viennent (je dirige une entreprise d'un peu plus de cent personnes, et je le sens déjà durement)...

    mais il y a encore des bouchons sur les autoroutes l'été et l'hiver pour les vacances, des retraités du baby boom qui vont vivre encore correctement avec leurs prestations , des familles qui ont des sous de côté, et un pan socio pro aux contrats CDI solides qui les met à l'abri du chômage ou de la concurrence sévère en période de pénurie organisée.......

    où veux je ne venir ?

    si la situation actuelle dévisse encore, ce qui est probable (charrettes de chômeurs, retournement soudain des marchés financiers, attaques spéculatives, retraités nouveaux qui se font tailler les croupières sur leurs prestations....etc) et que nous atteignons ce que j'appelle une masse critique de souffrance, je pense que nous aurons alors l'émergence d'une génération spontanée de leaders capables de remettre en cause la religion libérale financière en cours..et de prendre des décisions difficiles, poussés par leur population. Ce qui s'est passé schématiquement en grèce et qui n'a pas encore été au bout du processus

    ce que nous vivons et qui s'appellent "réformes", sont bien des remises en cause de "contrats" sociaux passés, d'usages passés, pour servir la soupe à une minorité agissante et dominante par l'argent exclusivement, qui a maintenant clairement le pouvoir mais sur lesquels nous n'avons aucune prise (par exemple ceux qui ont créée la crise, banquiers, financiers de haut vol, politiques...etc sont toujours en place alors que nombre d'entre eux devraient être derrière les barreaux), cette remise en cause totale de notre environnement n'a aucun sens et pourtant, nombre d'entre nous les acceptent, voire les trouvent normales ou carrément applaudissent...

    le système politique n'a pas connu de "réformes" tout le monde voit encore une gauche et une droite, ce qui suppose que beaucoup de gens ici bas ont des lunettes qui vont bien (il faut donc que je change les miennes)....tout le monde reste sur une vision des divisions et modèles politiques du passé alors que dans le même temps, tout le monde accepte que le monde ait changé ...bizarre mais bon..

    un modèle politique de redistribution, de reprise en main par les états des outils de souveraineté ou de même de simple soutien collectif ne fonctionne pas parce que nous sommes dans un monde individualisé à l'extrème où c'est chacun" tout pour ma gueule, que l'autre se démerde"(en exagérant effrontément la devise bien sûr)....

    donc puisque notre classe politique convient encore à une majorité de citoyens, les mêmes peuvent se représenter tranquillement, chacun choisira celui qu'il déteste le moins...

    RépondreSupprimer
  19. je n'ai pas les réflexes qu'il faut, à temps, mais je tiens à préciser qu'en parlant de reprise en main des outils de souveraineté, je n'ai pas du tout l'impression d'être dans le champ du seul FN , mais il s'agit bien de redevenir comme nombre de pays qui les ont gardé, à proximité même de la zone euro (angleterre, et pays périphériques qui appartiennent à l'UE) sans compter à peu près le reste du monde...

    la France est un pays de 67 millions d'habitants tout de même, la 21eme puissance pour sa démographie et la7eme ou à peu près par se puissance économique...faut arrêter de déconner...le pays n'a pas besoin de clowns bourrés comme juncker, schultz ou d'allumés psychotiques comme schauble ou merckel pour lui donner des leçons ou pour exister

    Stan

    RépondreSupprimer
  20. @LH,

    Je ne suis en rien frontiste, seulement un souverainiste qui fait un choix objectif et ponctuel en 2017, ce au regard des forces en présence. Ce choix éventuel de MLP est le choix du seul candidat souverainiste en capacité de gagner 2017. Si vous avez un autre candidat souverainiste, national républicain, à proposer pour cette date avec le même potentiel de victoire pour 2017, je veux bien que vous m'indiquiez de qui il s'agit.

    Tous ceux qui en 2002 ont voté Chirac au second tour étaient des militants UMP ? Il ne me semble pas ! Les mots ont un sens, merci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement, si les mots ont un sens, Monsieur le militant Frontiste,

      que signifie le mot : souverainiste ?

      Supprimer
  21. Pitie, pas une election ou il faut choisir entre les cancres de la classe.
    En meme temps je pense que les francais devrait avoir compris:quand on choisi le moins nul on a toujours un nul en fin de compte.
    Faudrait choisir quelqu'un de neuf, quitte a jouer avec le feu, histoire d'avoir un gros crash qui pourrait remettre les pendules a l'heure.

    RépondreSupprimer
  22. @ Anonyme 22h58

    Mis en difficulté, on détourne le débat dans un gloubliboulga agressif. Des opposants comme cela, cela fait bien sourire.

    @ Jauresist & Jacko
    J’ai peur que 2017 vienne trop tôt…

    @ Stan

    En effet, il faudra sans doute que la situation s’aggrave pour provoquer un réveil, du moment qu’il y aura la bonne incarnation pour porter le changement

    @ Anonyme 9h48

    Désolé, mais je ne peux pas voter les yeux fermés pour une personne du moment où elle serait souverainiste. Je pense que le FN serait pire que le PS et l’UMP. Et il est bien évident que ceux qui ont voté Chirac au second tour en 2002 n’était pas tous de l’UMP…

    @ Kro-Magnon

    C’est juste

    RépondreSupprimer
  23. Vous oubliez la guerre civile; Regardez déja ce qui se passe avec le lait un sujet qui devrait être assez facile a traiter en soit ... Vous pensez qu'il arrivera quoi quand l'état en 2017 devrait approcher les 99% de dette publique. Le prochain president devrait plutôt être heureux de laisser la place a un autre car apres 2017 c'est les 100% qui arrive...

    RépondreSupprimer
  24. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer