samedi 25 juin 2016

Merci aux britanniques d’avoir débuté le démontage de l’UE !

Bien sûr, ce n’est pas encore pour demain. Il faudra du temps pour expurger du corps des pays européens le monstre qu’est devenue la construction européenne. Mais on peut sans doute considérer qu’avec la sortie de la Grande-Bretagne, le processus est enclenché et rien ne pourra plus l’arrêter…



Toujours faire confiance aux peuples

Le meilleur signe de l’importance du vote de jeudi est la réaction totalement paniquée des missionnaires eurobéats, Daniel Cohn-Bendit, dans une réplique du fameux éditorial de Serge July en 2005, ne pouvant se retenir d’insulter ceux qui ne pensent pas comme lui en concluant sa tribune énervée « j’en ai marre des gens qui jouent avec l’histoire parce qu’ils n’ont rien dans la tête ». Le mieux, c’est que les eurobéats, en se comportant comme l’eurotroll qui ère dans les commentaires depuis quelques semaines, ne se rendent même pas compte qu’ils accélèrent la chute de leur idole en se comportant de manière détestable, aussi snob que suffisant et insultant. On peut voir dans le vote historique de jeudi une conséquence directe de cela, les citoyens tournant le dos à ces élites suffisantes



Ce vote est bien historique car il remet en cause un des deux éléments centraux du mythe de cette Union Européenne, outre l’union toujours plus étroite, c’est son extension permanente. Pour la première fois, un pays décide d’en sortir, créant un précédent qui ne manquera pas d’inspirer d’autres citoyens européens… L’inéluctabilité de ce projet, qui pouvait sembler immortel pour beaucoup, est totalement remise en cause. Pourtant, c’était une de ces principales forces car il est beaucoup plus difficile de remettre en cause quelque chose que l’on pense éternel qu’une chose périssable comme l’est devenue l’UE. Toute cette construction monstrueuse devient beaucoup moins impressionnante maintenant que toute l’Europe constate qu’il est possible de la quitter, ce que beaucoup n’imaginaient pas.

Bien sûr, les eurobéats se raccrochent à l’espoir que la sortie se passe mal (ce qui en dit long sur ce à quoi pousse leur fanatisme). Bien sûr, le Brexit a déclenché un vent de panique sur les marchés, mais quelle est la crédibilité de ces marchés aux mouvements si erratiques, tellement exubérants à la hausse comme à la baisse ? En outre, la forte baisse de la livre pourrait bien donner un coup de fouet à l’économie britannique. Et parce que la Grande-Bretagne ne va pas être coupée de l’UE du jour au lendemain, et tout le soutien de la Banque Centrale d’Angleterre, la situation économique outre-Manche pourrait bien s’améliorer au lieu de se dégrader, infirmant tous les pronostics biaisés des ayatollahs eurobéats, dont le discrédit sera encore plus grand dans quelques mois, quand on fera le bilan…

Malgré tout, comme pour l’euro, ne nous attendons pas forcément à un démontage rapide, même si nous le souhaitons. Les Britanniques étaient déjà un peu dans la périphérie, bien plus proche de la sortie que nous. On peut s’attendre à beaucoup de résistance. Mais cela viendra… 

70 commentaires:

  1. @LH,

    Le traitement médiatique du BREXIT est et a été stupéfiant, même chez nous après les résultats.
    Il faut s'attendre à un schéma orwellien lors du référendum sur le FRANXIT. Les Britaniques ont donné le signal. A nous de les suivre sur le chemin de la liberté retrouvée. C'est la fin de l'UE et de l'Euro, ce n'est plus qu'une question de temps, et c'est une très bonne nouvelle. Les anglais sont les premiers dans les chaloupes du Titanic. Le mur de Bruxelles est tombé.

    RépondreSupprimer
  2. http://www.boursorama.com/actualites/brexit-jusqu-ou-les-bourses-vont-s-effondrer-4ec305c28919d0141756f98a4ee69051

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai oublié de signer ce renvoi ci dessus

      juste pour dire que le coup est quelque peu anticipé, que le fameux brexit est un épiphénomène pour le marché et la finance..

      mais aussi il faut peut être rappeler que l'Angleterre était au taquet des "réformes" prônées par l'UE, pour ne pas dire en avance sans nombre de plans, en particulier le contrat de travail 0, la pauvreté cachée sous le tapis et le truandage massif des stats du chômage, comme aux USA......sans oublier un coût horaire à 22 € ce qui en fait un des coûts les plus bas du secteur occidental de l'UE.. (derrière l'Espagne et le portugal)


      je m'amuse à lire que l'UE qui fait bou...pour faire peur au bon peuple, fait courir le bruit de rétorsions sur les échanges commerciaux dans le même temps où la bande de voyous de bruxelles sont en train de signer des accords généraux mondiaux de commerce (TAFTA, CETA, TISA et autres saloperies..

      le plus drôle, c'est que toute cette bande de clowns réussit à faire croire qu'ils maitrisent quoi que ce soit, alors que la majorité des échanges dans la zone sont intrafiliales, donc sous la seule autorité des dirigeants privés qui écrivent les lois européennes et ont mis au pied toute la bande bruxelloise de la commission

      bref, je ne suis pas sûr que ce soit demain que les sièges des multinationales, donc bruxelles et francfort soient remis en cause avant un moment.


      restons calme et buvons frais en attendant que l'UE crève toute seule de ses propres magouilles

      Stan

      Supprimer
  3. "les citoyens tournant le dos à ces élites suffisantes…"

    Ce qui est assez ridicule dans votre délire, c'est que vous oubliez complètement que l'Ecosse et l'Irlande du Nord sont pour le Bremain alors que c'est l'Angleterre de la City qui est pour le Brexit. Les écossais et irlandais seraient donc des affreux eurobéats et les anglais des souveraino-niais ?

    "Bien sûr, les eurobéats se raccrochent à l’espoir que la sortie se passe mal (ce qui en dit long sur ce à quoi pousse leur fanatisme)."

    Vous m'avez l'air bien excité. Il n'y a aucun espoir à constater que les prolos GB vont s'en prendre plein la tête du fait que ce n'est pas l'UE qui les maltraite, mais leurs dirigeants depuis Thatcher en passant par Blair qui n'ont pas été imposés par l'UE.

    C'est vous qui êtes complètement fanatisé en croyant que le Brexit va confirmer vos thèses de maboule, à l'inverse des analyses de quasiment tous les économistes. La baisse de la Livre, la bonne affaire qui va plomber le pouvoir d'achat des prolos GB, sans compter que les négociations pour revenir sur le marché UE vont être longues, très longues, et que donc la baisse de la livre ne sera pas efficace pour cette raison.

    Un peu de patience et vous serez obligé de constater que ce référendum est une entourloupe de première. Vous allez être ridiculisé par le retour du réel qui cogne durement les benêts comme vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme25 juin 2016 à 09:23

      Cher Ami,

      Votre obstination m'oblige à vous répondre, et selon ces mêmes règles cordialité que vous illustrez si bien et depuis si longtemps.

      1. "Ce qui est assez ridicule dans votre délire, c'est que vous oubliez complètement que l'Ecosse et l'Irlande du Nord sont pour le Bremain alors que c'est l'Angleterre de la City qui est pour le Brexit. Les écossais et irlandais seraient donc des affreux eurobéats et les anglais des souveraino-niais ?"

      a) De quel délire parlez-vous ? Maîtrisez-vous la définition des mots que vous employiez ?

      b) "L'Angleterre de la City" c'est Londres, qui a voter contre le BREXIT contrairement au reste du pays. Londres c'est l'Angleterre ?

      c) je passe sur les noms d'oiseaux qui attestent la faiblesse de votre argumentation


      2. "Vous m'avez l'air bien excité. Il n'y a aucun espoir à constater que les prolos GB vont s'en prendre plein la tête du fait que ce n'est pas l'UE qui les maltraite, mais leurs dirigeants depuis Thatcher en passant par Blair qui n'ont pas été imposés par l'UE."

      a) noms d'oiseaux, signature de la faiblesse de votre "argumentaire" (je suis contraint aux guillemets, désolé), une fois encore.
      L'enjeu c'est l'indépendance. La décision du peuple par le peuple pour le peuple, voilà la ligne. Celui-ci décide pour lui-même, librement, sans qu'une politique lui soit choisi par l'extérieur. Vous n'avez pas à décider pour les anglais, validant par exemple une UE qui serait pour eux plus favorable - selon vous de surcroît. Laissez les peuples choisir.


      3. "C'est vous qui êtes complètement fanatisé en croyant que le Brexit va confirmer vos thèses de maboule, à l'inverse des analyses de quasiment tous les économistes. La baisse de la Livre, la bonne affaire qui va plomber le pouvoir d'achat des prolos GB, sans compter que les négociations pour revenir sur le marché UE vont être longues, très longues, et que donc la baisse de la livre ne sera pas efficace pour cette raison."

      a) Toujours la confirmation de la faiblesse argumentative par un recours obstiné à des expression qui n'ont pas leur place dans un débat respectueux. La sortie c'est, tout de suite, la décision d'un retour de 10 milliard d'euros pour les anglais, eu égard à la balance de contribution UE. On ne sait rien pour le reste, sauf à lire dans les entrailles de poulets. Sur les aptitudes du marché et des économistes à prévoir l'avenir, confer 2008.


      4. "Un peu de patience et vous serez obligé de constater que ce référendum est une entourloupe de première. Vous allez être ridiculisé par le retour du réel qui cogne durement les benêts comme vous."

      a) Pas une phrase sans attitude problématique quant aux règles du débat, vous savez désormais ce que cela signifie.

      b) un peu de patience et les autres pays suivront le mouvement anglais, se dirigeant vers les chaloupes pour éviter le naufrage d'une UE en échec depuis le début.

      c) l'UE, c'est fini !

      Bien à vous.

      Supprimer
  4. "mais aussi il faut peut être rappeler que l'Angleterre était au taquet des "réformes" prônées par l'UE"

    Et non, la GB a mené ses réformes thatchériennes comme une grande, sans que l'UE ne lui impose, et hors de l'UE elle continuera ses contrats zéro heures ou autres uberisations du travail. Le Brexit est un non évènement social pour la GB qui sera encore plus libérale et inégalitaire au fur et à mesure que sa situation va pâtir de son Brexit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " Et non, la GB a mené ses réformes thatchériennes comme une grande"


      " Le Brexit est un non évènement social pour la GB qui sera encore plus libérale et inégalitaire au fur et à mesure que sa situation va pâtir de son Brexit..


      ce qui revient à dire que vous appréciez qu'un pays puisse mener la politique qui lui correspond le mieux sans s'occuper des autres et avec sa propre monnaie...

      comme vous semblez être un souverainiste refoulé, je me demande du coup pourquoi vous déplorez son départ de l'UE

      Stan

      Supprimer
    2. @ anonyme 25 juin 2016 à 09:30
      Même si cette sortie de la GB de l'UE a des conséquences néfastes, elles ne seront pas pires que celles que produit l'UE sur le long terme.
      Tes saillies et attaques ne changent rien au fait que cette union économico-financière européenne ne soit qu'un outil au service du fric, de la finance et des multinationales, qu'un arme puissante de désintégration et de régression sociale. Une union sans harmonisation fiscale, sociale, économique, sans stratégie politique et militaire commune comme le démontre quotidiennement l'actualité, une union dans laquelle les tricheurs sont ceux qui dirigent (cf. Juncker). Un ramassis de politicards suivistes des Ricains prêts à provoquer la Russie, à faire la guerre en Syrie, obnubilés par l'intégration de l'Ukraine, un nouvel Eldorado où le salaire mensuel moyen est de 150 euros.
      N'en jetez plus ! Je peux te dire un truc : on adorera quitter ce machin qui n'a rien à voir avec l'Europe des citoyens, mais n'a q'un seul objectif : gagner du fric en exploitant de nouveaux territoires et les Indiens que nous sommes devenus.

      DemOs

      Supprimer
  5. " je me demande du coup pourquoi vous déplorez son départ de l'UE"

    Où donc, je déplore son départ ? Nulle part. Au contraire, je trouve tout à fait comique ce départ qui va démontrer à quel point les gaullo-souverainistes sont prêts à défendre des politiques ultralibérales et des référendums grotesques au détriment de la population GB.

    Face à un spectacle de clown, mon parti est d'en rire. La déconfiture qui s'annonce pour les souveraino-niais est un fin plaisir de gourmet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. donc tout va bien, quoi de plus sympa que de vous savoir détaché et riant..

      Stan




      Supprimer
    2. " départ qui va démontrer à quel point les gaullo-souverainistes sont prêts à défendre des politiques ultralibérales et des référendums grotesques au détriment de la population GB.


      heu, les anglais ont décidé seuls de leur destin, et rien ne prouve aujourd'hui qu'ils vont se porter plus mal ensuite..

      quelque chose me dit que vous oublierez très vite ces lignes, si peu que l'Angleterre ne subisse aucun contre coup de SA décision souveraine...

      les gaullistes n'ont rien à voir là dedans, mais ils peuvent applaudir une décision démocratique dès qu'ils en voient une..

      Stan

      Supprimer
    3. @Anonyme25 juin 2016 à 10:16

      Cher Ami,

      Vous écrivez :

      "Au contraire, je trouve tout à fait comique ce départ qui va démontrer à "quel point les gaullo-souverainistes sont prêts à défendre des politiques ultralibérales et des référendums grotesques au détriment de la population GB."

      Problème de syntaxe à mon avis. Je ne vois pas ce qu'un "départ" peut démontrer par lui-même quant à l'avenir. Je ne vois pas à quel moment les "gaullo-souverainistes", donc les souverainistes français - sauf si vous nous apprenez que De Gaulle était un dirigeant anglais, mais il faut dire que vous ne cessez de nous étonner...- ont fait le choix, pour les anglais, de politiques libérales. Nous aurions voté à Londres le 23 juin 2016 ? Le vote du 23 juin intéressait la nomination de députés au parlement anglais en vu d'une politique et d'un programme exprimés ? Je m'en suis pas aperçu...

      Bien à vous.

      Supprimer
  6. A quelques jours près cela fera 70 ans que les députés français par 540 voix contre 80 confiaient le pouvoir à Pétain,quasi représentant de l'Allemagne en France (c'était le 10 juillet 1940),alors que l'Angleterre décidait de continuer la guerre pour préserver sa souveraineté...il se dit que l'histoire ne se renouvelle pas, mais il est difficile de ne pas faire certains rapprochements..Merci aux britanniques de nous montrer une nouvelle fois la distinction entre coopération internationale et soumission aux diktats venus de l'étranger!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour je suis d'accord avec votre rapprochement à part qu'en 1940 Pétain était un homme de 84 ans!! qui faisait don de sa personne à la France, je ne crois pas qu'à ce moment là, il représentait l'Allemagne et bien sûr l'image qu'il se faisait des Allemands était celle des Allemands qu'il avait battu en 1918. Donc l'histoire étant écrite par les vainqueurs, il est tout noir, mais si on n'a anayse plus la réelle situation, les services secrets Français qui essayaient de percer egnigma était bien en zone libre sous les ordes de l'état major de Pétain !!! et pourtant, ils finiront par quitter la France avec les machimes reconstruites par les Polonais et rejoindre Londres et jamais les Allemands ne sauront rien et Egnima a été une arme capitale pour les Alliés, si si renseignez vous, cela fait tâche dans la biographie du personnage alors tout le monde l'a occulté, parce qu'en fait le Pétainisme lui a encore plus fait du mal à notre pays et la France comptait des millions de Pétainistes jusqu'en 1944. Pour finir, il n'aurait pas du rester au pouvoir et démissionner, il endosse donc la responsabilité de ses actes mais il faut accepter que des députés faibles et apeurés face à un état major incapable ont donné le pouvoir à un homme de cet âge.

      Supprimer
  7. "rien ne prouve aujourd'hui qu'ils vont se porter plus mal ensuite.."

    Rien ne prouve le contraire, bien au contraire, wait and see.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme25 juin 2016 à 10:22

      " Rien ne prouve le contraire, bien au contraire, wait and see.......


      oui, aussi....et inversement

      Stan

      Supprimer
  8. Ravi que la GB soit sortie et démontre que c'est possible.

    Cependant, les difficultés à venir pour les anglais sont réelles. Non pas parce que l'avenir économique est incertain, c'était déjà le cas bien avant avec cette finance folle et incontrôlable.

    Le plus dur, il vient de l'interne. Cet épisode a divisé le peuple anglais : Londres vs province, vieux vs jeunes, Ecosse-Irlande vs Angleterre, natifs vs immigrés.

    Je suis très réservé quand on parle de "peuple anglais qui prend en main son destin", comme si le peuple avait parlé d'une voix. La campagne a été violente, je me demande si elle n'a pas fait plus de dégât à l'intérieur de la GB qu'à l'intérieur de l'Europe ...

    RépondreSupprimer
  9. "les anglais ont décidé seuls de leur destin"

    Sauf que les écossais et irlandais du nord ne sont pas d'accord et pourraient bien démocratiquement décider de larguer l'Angleterre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. peut être...mais peut être faut il regarder du côté de l'histoire de ces contrées..


      au delà c'est un problème de société qui n'est pas nouveau, le chacun pour soi est devenu un modèle quel que soit le plan où on se situe

      les catalans veulent leur indépendance, parce qu'ils doivent redistribué les richesses de leur régions au reste de l'espagne

      les tchèques l'ont eu à une époque où ils ne voulaient pas partager leurs richesses avec les slovaques,

      l'allemagne qui bénéficie de la construction européenne ne veut pas transférer ses gains au pays du sud alors que la monnaie unique sur la zone le justifierait techniquement

      et l'écosse souhaitait déjà se séparer avant le vote tout récent...

      et j'en oublie certainement...

      bref tout le monde souhaite l'union sacrée de tout, à l'exclusion de la mise en commun de quoi que ce soit avec les autres.

      L'UE n'a jamais été une union des états, mais l'ordonnanceur supra national des intérêts privés pour la libre circulation des marchandises, des capitaux et des hommes..

      Stan


      Supprimer
  10. "Je ne vois pas ce qu'un "départ" peut démontrer par lui-même quant à l'avenir."

    Ca ne m'étonne pas car globalement vous ne voyez rien du tout, plongé que vous êtes dans votre aveuglement obscurantiste.

    RépondreSupprimer
  11. A lire :

    Brexit : « l'Allemagne refuse plus d'intégration de la zone euro. »

    http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/brexit-l-allemagne-refuse-plus-d-integration-de-la-zone-euro-582121.html

    Citation : « Selon le Handelsblatt qui s'est procuré un "plan secret" du gouvernement allemand, Berlin voudrait faire un exemple du cas britannique pour décourager les autres pays tentés par la sortie, dont la France. Mais l'Allemagne refusera tout approfondissement de la zone euro, ne voulant pas entendre parler d'une plus grande solidarité financière. »

    Lire complètement cet article pour le cas du Royaume-Uni.Il n’y a rien de nouveau sous le soleil pour le cas de la zone euro qui continue de s’expliquer en termes assez simples. Vous êtes dans une union monétaire qui ne marche pas bien mais vous avez identifié des moyens qui s'ils étaient mis en œuvre permettraient que l’union marche mieux. OK, mais il y a un hic pour la mise en œuvre de ces moyens. Les pays qui ont su profiter des règles actuelles du fonctionnement de l’union y perdraient si ces moyens étaient mis en œuvre, alors que ceux qui en ont pâtis y gagneraient. Donc les gagnants dans les règles actuelles ne veulent pas que les règles changes mais que les règles actuelles soient mieux appliquées et, par conséquent, on ne peut rien changer fondamentalement. La question est simplement de savoir quand et comment le système en vigueur va s’autodétruire. De façon lente à mon avis compte tenu de l’aveuglement de l’oligarchie, de son entêtement idéologique, de sa mauvaise foi, etc.

    Saul


    RépondreSupprimer
  12. Herblay c'est : il faut tout casser et après on pourra reconstruire en mieux. Vous connaissez un antécédent historique ou ça a fonctionné ?

    Même Bourvil avait remarqué que ca marche pas :
    http://www.tagtele.com/videos/voir/116625/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le contraire est certainement la seule solution pour toi : rester recroquevillés en remerciant la caste de technocrates et politicards incompétents et cyniques au pouvoir et en tendant la sébille : s'il te plaît, t'aurais pas un euro ! comme le faisaient les clochards à la sortie des églises il y a un siècle ou deux. L'audace n'est a priori pas ton fort.

      Supprimer
  13. Ils sont fort ces anglais !

    « Une chose qui ne changera pas, c'est la relation spéciale entre nos deux pays. Elle continuera. L'UE continuera d'être notre indispensable partenaire. L'OTAN restera un pilier de la sécurité mondiale ainsi que nos valeurs communes, y compris notre attachement à la démocratie, au pluralisme et à l'égalité des chances pour tous », a déclaré mister Barack vendredi.
    Bon ben merci Barack, c'est bon comme du bon pain.

    "En Australie, le Premier ministre affirme que les négociations sur un accord de libre-échange avec l’Union européenne ne sont pas mises en danger."
    Ah ! nous voilà totalement rassurés.

    "Le président français François Hollande a, lui aussi, esquissé des pistes pour résoudre la "crise morale" (rien que ça) que traverse l’UE. Jugeant que "l'Europe ne peut plus faire comme avant" face aux "extrémismes" (bouh, les méchants !) qui se nourrissent de la défiance des citoyens à l'égard d'une Union jugée intrusive et bureaucratique, il a annoncé que la France serait "à l'initiative pour que l'Europe se concentre sur l'essentiel", à savoir "la sécurité", "l'investissement pour la croissance et pour l'emploi", "l'harmonisation fiscale et sociale" et "le renforcement de la zone euro et de sa gouvernance démocratique"."
    Le françouais, celui qui a fait mieux que Sarko, et pourtant la barre était haute, bravo !

    God save the queen !
    et paniquez pas les mecs, sur le fond, rien de nouveau.

    RépondreSupprimer
  14. "Qu'as-tu prouvé, pauvre pétochard sentencieux, en dehors du fait que, comme corniaud, tu cites Bourvil ?"

    Tu m'as l'air très excité, c'est mauvais pour ta santé et montre que c'est toi qui est en train de caguer dans ton froc car ce n'est pas moi qui démontre mais les faits réels qui vont se produire, qui commencent déjà à se produire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un big up pour Mme Irma ! Tu lis dans le marc de café, dugland.
      C'est la première que je lis un propos d'une telle idiotie : "des faits réels qui ne sont pas survenus, mais qui démontrent quelque chose". Tu devrais arrêter de fumer des substances prohibées ou te fair greffer des neurones. Un seul, c'est pas suffisant, même pour un troll.

      Supprimer
    2. @Anonyme25 juin 2016 à 14:46

      Je comprends votre déception. Mais regardons les choses en face, l'UE ne survivra pas au Brexit. La désintégration a commencé et ne s'arrêtera pas. Rappelez-vous les tentatives d'empire lors de l'histoire européenne ; dès la fin de l'extension actée, les empires se sont effondrés. On en est là. On peut le regretter ou s'en réjouir, mais ce n'est pas là le problème. Le mouvement historique a été initiée et ne rétrogradera pas. Après c'est sûr, on peut penser que c'est dommage, mais à mon sens c'était déjà fini avant même le Brexit.

      Cordialement.

      Supprimer
  15. Il paraîtrait que la Suède, le Danemark et les Pays-Bas pourraient emboîter le pas de la Grande-Bretagne. Les philosophes de comptoir citent les questions/réponses du dernier JT (ah cette fameuse boîte à fabriquer des c..s ): et les marchés financiers !, et les baisses boursières (alors qu'ils ne détiennent aucune action ...), et les hausses du chômage (à venir) et j'en passe et des pires. Au passage quand on sait que le parlement européen a "travaillé" 3 ans sur la normalisation des cuve de WC dans l'union ...... alors que le chômage et la misère ne cesse d'augmenter. Que rajouter !

    RépondreSupprimer
  16. L'indépendant25 juin 2016 à 15:39

    Ca y est la propagande journalistique recommence. Des électeurs du Brexit regretteraient leur vote; on parle d'une pétition afin de faire un nouveau référendum sur le sujet. Mais quelle honte ! Ces européistes méprisent vraiment la démocratie... Le pire est à craindre comme à chaque fois ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @L'indépendant25 juin 2016 à 15:39

      Effectivement, la propagande est repartie de plus belle. J'ai également été effaré de voir des déclarations sur l'air du regret avec concomitamment l'annonce d'un dépôt d'une pétition pour un nouveau vote. C'est stupéfiant et parfaitement orwellien. Faut-il s'attendre, après le non français passé à la trappe et le second référendum irlandais (entre autres...), à un nouveau vote de la GB ? Il va falloir être plus vigilant encore quant au respect de la parole des peuples, et on ne sait ce que prépare l'UE après ce nouveau camouflet qui récuse cette structure hors de la démocratie réelle ayant à sa tête des commissaires non-élus... longue est la liste (cumul du législatif et de l'exécutif avec initiative des textes également pour la commission... pas de peuple européen...). Il est plus urgent que jamais de sortir définitivement du machin et de se préparer à voter lors de deux, trois, quatre ou cinq référendum consécutifs ou autres tactiques ou contournement juridique... un cauchemar... Vous n'en voulez pas de l'UE ? très bien, on accélère et on passe directement au stade fédéral obligatoire sous 36 mois... un cauchemar...

      Supprimer
  17. " Rappelez-vous les tentatives d'empire lors de l'histoire européenne ; dès la fin de l'extension actée, les empires se sont effondrés."

    Ah bon, les USA sont toujours là, la Russie est toujours là, l'Inde est toujours là, la Chine est toujours là.

    Je ne suis pas du tout déçu du Brexit, je pense au contraire que c'est une excellente chose que la GB dégage de l'UE où elle n'aurait jamais dû se trouver.

    RépondreSupprimer
  18. "Tu devrais déjà apprendre à écrire correctement ("un antécédent historique ou ça a marché"), espèce de gland !"

    Hum, on voit que tu es très énervé, et tu as raison, car d'être stupide comme toi c'est très énervant, je compatis à ton extrême souffrance de demeuré mental.

    Le plus con dans l'affaire Brexit, c'est que c'est pas l'UE que ca va détruire mais le Royaume-Uni, caramba encore raté !

    RépondreSupprimer
  19. "quand on sait que le parlement européen a "travaillé" 3 ans sur la normalisation des cuve de WC"

    Des sources ? C'est un peu comme l'affaire des bananes qui n'est qu'un racontar.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On exagère beaucoup l'absurdité des normes européennes. Mais par leur côté tatillon. Et pour les bananes, il y a à boire et à manger, si je puis me permettre : http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=CELEX%3A31994R2257

      Produire des normes de qualité pour les produits commercialisés dans l'UE est sans doute utile et nécessaire. Mais ce souci un peu maniaque de réglementation passerait mieux auprès des populations si elles avaient par ailleurs le sentiment que leurs besoins fondamentaux sont pris en compte. On ne peut pas rassurer les gens en leur expliquant que l'Europe de la banane calibrée existe et garantit que les mains et bouquets de bananes auront "une coupe de coussinet nette, non biseautée, sans trace d'arrachement et sans fragment de hampe", mais qu'il vont devoir patienter longtemps encore pour l'Europe sociale.

      Existe-t-il une norme européenne en matière de taux de suicides des chômeurs, ou de taux de pauvreté, ou de taux de recours à la prostitution pour faire face aux difficultés économiques ? Non. Si tel avait été le cas, la Grèce ou l'Espagne auraient pu être exemptée pour ces motifs d'un certain nombre de préconisations austéritaires. Cela n'arrivera pas, mais ces pays auront en contrepartie des bananes de bonne qualité,exemptes de défauts, "à l'exception de très légères altérations superficielles ne dépassant pas au total 1 cm2 de la surface du doigt". Voilà qui est réconfortant.

      Les bobards et les rumeurs relatifs à l'inflation des normes européennes ne reposent pas que sur du vent. Ils reflètent le sentiment de révolte face à une technostructure qui ne semble efficace et productive que pour régler des questions de détail et multiplier les contraintes règlementaires, mais qui se montre soit impuissante, soit aveugle et bornée, lorsqu'il s'agit de l'essentiel.

      YPB

      Supprimer
    2. J'en profite pour corriger (ne me relis jamais) :
      "des cuveS de WC" et " le chômage et la misère ne cesseNT ...."
      Les sources :
      - http://www.legrandsoir.info/le-parlement-europeen-a-enfin-adopte-la-norme.html
      - http://www.economiematin.fr/news-chasse-eau-toilettes-contenance-commission-europeenne
      ET enfin POUR LES PURISTES (ou dubitatifs) :
      https://www.senat.fr/europe/textes_europeens/e8549.pdf
      Bref ! Il y a un bon terreau (de benêts) en France comme en Europe (restons light).

      Supprimer
  20. "Existe-t-il une norme européenne en matière de taux de suicides des chômeurs, ou de taux de pauvreté, ou de taux de recours à la prostitution pour faire face aux difficultés économiques ?"

    Existe t il une norme française sur ces sujets ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La France à quand même un salaire minimum, une limite de temps de travail et autres protections du citoyen contre la puissance de l'argent. Et ceci malgré les pressions européennes qui sont entrain de grignoter.

      Peut on en dire autant de l'Europe ?

      Supprimer
    2. "Existe t il une norme française sur ces sujets ?".

      Oui, cela s'appelle la démocratie. Quand un peuple ne supporte plus de souffrir, il vote en conséquence pour obtenir un changement de politique. Il peut par exemple décider que la lutte contre le chômage est plus importante que la réduction rapide de ses déficits et de la dette publique... Le niveau de souffrance acceptable est défini par le peuple lui-même. Dans un cadre où il n'existe pas de "recours démocratique contre les traités", pour parler comme Juncker, c'est une toute autre histoire...

      Le même Juncker vient d'ailleurs de déclarer que le Brexit "n'est pas un divorce à l'amiable". Rien que cette dramatisation est insupportable. On pourrait croire à l'entendre que les britanniques viennent de répandre du gaz sarin dans le métro de Bruxelles. Effectivement, un club qui se passionne pour la réglementation de la qualité des bananes vendues en son sein, mais qui est incapable d'accepter avec fair play que des membres envisagent de le quitter à la suite d'une consultation démocratique ne me donne pas très envie d'en demander la carte.

      YPB

      Supprimer
  21. J'ai entendu dire que l'UE de Bruxelles c'est la paix, mais j'ai aussi entendu dire que la guerre existe pour échapper a l'esclavage!

    RépondreSupprimer
  22. "La France à quand même un salaire minimum, une limite de temps de travail et autres protections du citoyen contre la puissance de l'argent."

    Pas en GB qui sortie de l'UE va encore plus accentuer l'exploitation des salariés que l'UE avait freinée en GB.

    "La campagne en faveur de la sortie n’a cessé de vanter le statut de grande puissance du Royaume-Uni, mais on a vu qu’en quelques heures, à cause de la dégringolade de la livre, vendredi 24 juin, le pays est passé de cinquième puissance économique mondiale à sixième."

    https://www.mediapart.fr/journal/international/250616/paul-copeland-le-royaume-uni-va-decouvrir-qu-il-est-une-nation-insignifiante?page_article=2

    Voilà le début des faits concrets du Brexit, les anglais n'ont pas fini d'avaler des couleuvres, ils se sont mis dans une merde incroyable, comme des grands, grâce à des idiots souverainistes du type Herblay ou Farage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme25 juin 2016 à 21:41

      " Pas en GB qui sortie de l'UE va encore plus accentuer l'exploitation des salariés que l'UE avait freinée en GB..........


      décidément, beaucoup pensent qu'un blog est souvent un lieu d'insultes inutiles, et c'est vrai, mais personne ne dit que c'est aussi un lieu où on trouve de quoi vraiment se marrer..

      je tiens à prévenir gentiment ce pseudo, de faire attention en conduisant sa voiture, s'il venait à penser qu'elle se conduit comme une politique l'exploitation des salariés de la zone UE :

      gaffe n'essayez surtout pas de freiner de la même façon devant un mur, et surtout évitez de klaxonner si vous tenez quand même à essayer.

      Stan

      Supprimer
  23. L'Union européenne est le clone idéologique renversé de l'URSS. Au lieu de nous parler d'un soi disant paradis égalitaire ou tous participent du progrès social et industriel.
    L'Europe de la dite union ne sert qu'à inscrire un supposé modèle d'un individu consacré qu'à la quête de sa prospérité faisant fi de tous les obstacles, humains y compris.Tout comme la démocratie serait un luxe inutile, un obstacle au développement économique chez lui.

    Un individu archétype libéral celui de Bruxelles partagé entre l'entreprise et les banques faisant des cours de la bourse sa -prière- quotidienne, suivant assidûment l'actualité scientifique afin de vérifier quand il pourra acheter sa première trousse biotechnique pour pouvoir se transformer un jour en carte à puce intégré.

    Un individu idéal type qui croit que la somme des égoïsmes créé la richesse au moins pour la majorité de ceux qui en valent et -s'en donnent- la peine, les autres pouvant crever avec leur poste de radio, leur désœuvrement et leur alimentation de bas de gamme.

    Suppression de l'histoire pour cet individu européiste, demain de la compréhension des déterminismes par la suppression des sciences humaines au nom de l'efficacité et du refus de considérer les affections qui fragilisent des personnes et les sociétés dans la vie. Élimination des nations en favorisant une circulation des personnes absolue sur tous les continents.

    Retour chez cet individu libéralisé au droit de propriété absolu et à une corrélation croissante entre propriété de titres et richesses et à l'accès aux droits et aux biens.

    Les Britanniques ne sont jamais en fait à ce point libéraux qu'ils puissent sacrifier la démocratie et l'égalité essentielle celle qui permet la condition possible des libertés.

    L'Europe à 27, 28, 30 n'est jamais que la mise en route politique de l'Otan, une organisation à vocation non plus défensive mais offensive visant la Russie.

    Tout est devenu faux dans l'U.E c'est l'équivalent d'une banque trans comme transnationale sous supervision américaine qui se donne les moyens de la gouvernance de tout un continent et qui fait de l'économie l'équivalent d'une sorte de théocratie laïque.

    Un monstre politique et social pareil est dangereux.

    RépondreSupprimer
  24. un vrai sujet à mettre à l'ordre du jour, plus que la sortie de la GB de l'UE, ce sont les analyses et réflexions de nombre de médias et de journalistes sur le vote négatif des anglais...


    comme une trainée de poudre, on retrouve d'un bout à l'autre de la planête journalistique des interrogations identiques sur

    les intentions réelles des électeurs, ne se seraient ils pas trompés de ticket ?

    sur une pétition qui circule abondamment portée pour un nouveau vote, sans aucune interrogation d'ailleurs sur ceux qui ont appuyé sur le bouton...(non votants à postériori, jeunes mineurs éventuels etc....) si peu qu'on ait participé à une seule pétition, il en tombe une nouvelle par jour...

    j'ai même entendu un trader s'inquiéter sur la fuite de capitaux de l'Angleterre, comme s'il venait de prendre son poste, parce que s'il avait fait des études et regardé le passé, il aurait su que la circulation des capitaux est une justification même de l'existence de l'UE qui l'encourage (je lui conseille de regarder l'histoire de l'Irlande depuis la crise)

    j'entends évoquer la compétitivité, les échanges commerciaux réduits pour cause de taxes intérieures qui vont se mettre en place sur la zone UE...


    bou comme ça fait peur !!!

    on se demande comment font les importateurs qui ne sont pas de la zone UE pour vendre leur camelote aujourd'hui (chinois, pays d'asie etc...)...


    j'ai même entendu un super diplômé craindre que la GB ne s'en sorte pas parce qu'elle n'avait plus d'industrie automobile à son nom..

    ce super diplômé semble ignorer l'importance des groupes de multinationales, qui organise son commerce intra filiale en dehors de tout contrôle des états et que la consolidation comptable lui permet d'optimiser ses bénéfices et de les évaporer de la zone grâce à la construction de l'UE justement (qui organise la concurrence entre états..)

    bref, je comprends la personne qui suit toutes les infos et qui prend peur, si peu qu'il ne se soit pas un peu informé des pratiques sociales, fiscales et économiques du commerce international et des entreprises privées..

    Stan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il y aurait de quoi avoir peur face au rouleau compresseur de la désinformation et des mensonges énormes que distille le Ministère de la Vérité si l'on n'était pas doté d'un peu de bon sens. Ceci dit, même un candide pourrait se demander pourquoi les journalistes aux ordres plaignent les puissants, les institutions financières ... et qu'ils s'inquiètent de la chute des cours de la bourse ici ou là en illustrant par là que cette merveilleuse institution qu'est l'UE se fiche comme d'une guigne des questions sociales, fiscales, économiques, stratégiques et n'a qu'un projet : mettre en place les conditions qui favorisent l'enrichissement des multinationales. Le même projet que celui des socialauds qui ont fait un cadeau de 50 milliards au medef et veulent maintenant nous imposer la loi CONTRE le travail. Une idéologie, une propagande permanente pour la promouvoir et un bras armé pour une régression sociale sans précédent, voilà ce qu'est l'UE.
      Je ferai partie des premiers qui applaudiront lorsque l'édifice s'écroulera.

      DemOs

      Supprimer
    2. DemOs

      J'ai le sentiment de plus en plus net que toutes les bandes au pouvoir, nationales et bruxelloise savent que nous sommes dans une énorme entourloupe de cavalerie financière, ils serrent les rangs :

      1° pour tenter de sauver des meubles de ceux qui sont leurs commanditaires en offrant des biens publics en échange d'assignats

      2° pensent à mettre en œuvre la législation de resserrement des libertés pour brider la gueule des peuples qui vont se révolter quand ils en prendront conscience qu'ils se sont fait roulés sur leurs économies et leurs assurances

      3° essaient de tout mettre en œuvre pour sauver leurs fesses, en expliquant depuis un moment que nous sommes des cons et en jouant sur la culpabilisation collective dont on voit bien ici et là qu'elle fonctionne à merveille

      Les déversements massifs de fric public dans le secteur privé est de l'ordre de cette entourloupe..

      il ne s'agit pas d'un complot mais de l'observation que les QE des banques centrales font flop, que les taux à 0 siphonnent l'épargne et que les règles mises en place après la crise de 2008 ne fonctionnent pas du tout, nulle part..

      alors il reste quoi ? le vernis d'une soi disant intelligence supérieure que nous devrions suivre aveuglément et ne pas remettre en question

      dieu est à bruxelles..


      Stan

      Supprimer
    3. @ Stan.

      L'idée de la cavalerie financière est peut-être bien ce qui explique la fuite en avant, le comportement des dirigeants que, personnellement, je qualifie jusqu'à aujourd'hui de "délirant".

      NB : les trois principaux critères de définition du délire (source Wiki) sont pour le psychiatre Karl Jaspers sont :
      - le fait d'être sûr de cette croyance tenue avec une conviction absolue,
      - le fait que la croyance ne puisse pas être changée par des contre-arguments, convaincants ou par la preuve du contraire,
      - la fausseté ou l'impossibilité de la croyance.
      Le délire est dit systématisé si la croyance parait cohérente même si celle-ci ne s'établirait que dans l'esprit de peu de personnes. Ca y ressemble, non ?
      Amicalement.

      DemOs

      Supprimer
  25. "je comprends la personne qui suit toutes les infos et qui prend peur, si peu qu'il ne se soit pas un peu informé des pratiques sociales, fiscales et économiques du commerce international et des entreprises privées.."

    C'est que toi tu connais tout ca sur le bout des doigts, un vrai cador !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci de l'avoir remarqué


      Stan

      Supprimer
  26. Au fait, la Cornouailles pour le Brexit commence à chouiner qu'elle n'aura plus les 60 millions d'aides européennes, damned !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme26 juin 2016 à 10:19

      En premier lieu, l'utilisation du terme "chouiner", outre qu'il fait preuve d'un mépris assez injustifiable, ne veut pas dire grand chose.

      En second lieu, qui "chouine" ? Ceux qui étaient pour le "remain" (combien), ceux qui étaient pour le "leave" (combien) ? Combien chouinent et qui exactement ?

      Faut-il remettre en cause le vote acquis pour trois gars du remain qui "chouinent" et six autres du camp d'en face ? Faut-il déplacer la majorité vers une majorité qualifiée (50, 80, 100 ?) après ce vote qui semble ne pas convenir à certains ? Faut-il annuler ce référendum ?

      Quel rapport à la démocratie que tout cela ? Le rapport de l'UE à la démocratie, et on voit le résultat...

      L'UE est un machin vraiment très inquiétant, et l'on voit dans les médias des partisans du "remain" demander de voter à nouveau ; c'est tout simplement hallucinant.

      Tant que le vote n'est pas favorable à l'UE, on revote (voire l'Irlande précédemment) ?

      Cette UE fait peur.

      Supprimer
  27. "En second lieu, qui "chouine" ? Ceux qui étaient pour le "remain" (combien), ceux qui étaient pour le "leave" (combien) ? Combien chouinent et qui exactement ?"

    Ce sont les régions anglaises bénéficiant le plus des aides européennes qui ont voté Brexit.

    Mais c'est un peu tard pour eux de se rendre compte qu'ils se sont tiré une bastos dans le pied. Dans les mois à venir il va y avoir des grincements de dents, ca commence déjà. On va voir comment le clown Boris va nous gérer ca, this will be a nice joke, a great WTF moment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " rendre compte qu'ils se sont tiré une bastos dans le pied. Dans les mois à venir il va y avoir des grincements de dents"

      c'est sûr que ça doit faire mal, la douleur doit être instantanée non ?

      Supprimer
  28. @Anonyme26 juin 2016 à 11:32

    "Ce sont les régions anglaises bénéficiant le plus des aides européennes qui ont voté Brexit."

    Combien est un terme dont la définition est la suivante :

    "COMBIEN, adv.
    I. Adv. interr. ou exclam. de quantité.
    A. Interr. ou exclam. dir.
    1. Combien (...) de, combien (...) en
    1. « Combien connaissez-vous de sortes de vin, quant à la couleur » (...) « Il y a deux sortes de vin : le vin blanc et le vin noir. »
    G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, Le Notaire du Havre, 1933, p. 77.
    b) [précédé de prép. (dans, depuis, en, etc.)] En combien de temps l'armée rouge peut-elle être ici, au minimum? Six jours? (MALRAUX, Les Conquérants, 1928, p. 72). Voyons, vous Haynes, depuis combien d'années êtes-vous à la Compagnie? (PEISSON, Parti de Liverpool, 1932, p. 119) :
    2. [Combien interroge sur un compl. de mesure ou de prix et correspond dans ce cas à tant (ou équivalent) de la phrase affirmative]
    a) [non précédé de prép. (dans des constr. fam.)] Combien vous faut-il? Cent mille francs pour trois ans, dit le Comte (BALZAC, Gobseck, 1835, p. 413)"
    (Dictionnaire TLIf)

    Le mot combien (quantité) appelle un chiffrage, la production d'une ou plusieurs données, voire une énumération précise des unités ou éléments ou personnes en cause.

    Donc, combien (quantité) de personnes dans chaque camp et qui (qualité) ?

    Par ailleurs, une région est au mieux une personne morale, et une personne morale ne peut "chouiner".

    Combien (définition au-dessus) et qui ?

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  29. "Combien (définition au-dessus) et qui ?"

    Cherche, tu trouveras. Tu peux tortiller du croupion, ca ne change rien aux faits dont tu vas vite t'apercevoir qu'ils existent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme26 juin 2016 à 12:30

      "Cherche, tu trouveras. Tu peux tortiller du croupion, ca ne change rien aux faits dont tu vas vite t'apercevoir qu'ils existent."

      1. Je suis contre le tutoiement - dans le cas d'espèce.

      2. Donc, vous n'en savez rien.

      3. Il s'en suit que vous ne pouvez donner le contenu censé conférer un sens à votre précédente affirmation. Il me semble que l'on peut en conclure que vous ne savez sur ce point rien de ce que vous affirmez.

      4. Faut-il tirer des conclusions à l'issue des point 1 à 3 ci-dessus quant à vos autres affirmations sur ce forum ?

      5. Vous êtes mauvais perdant.

      6. L'UE, c'est fini !

      7. C'est ballot, mais c'est fini !

      ;-)

      Cordialement.

      Supprimer
    2. +1

      En vertu du principe qu'on ne fait pas "du neuf avec du vieux", cette organisation aberrante qu'est l'UE, cette anomalie issue de l'action de petits soldats de l'oncle Sam et reprise par des technocrates cupides doit disparaître.
      Lisez le discours fait par Mendès-France le 18 janvier 1957 à l’Assemblée nationale, lors du débat sur la ratification du traité de Rome créant le marché commun, contre ce texte, en particulier au nom de la démocratie !

      DemOs

      Supprimer
  30. Je signale quand même que près de 50% de GB étaient pour le Bremain, donc parler d'une victoire de la démocratie est une blague pour collégiens en culotte courte. A 50/50 le vote est un jeu de hasard. D'ailleurs, la démocratie nationale, ca n'existe pas, car trop de monde, comme l'avaient dit Aristote ou Rousseau, c'est un leurre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme26 juin 2016 à 12:34

      1. Non, moins de 50 pour le "reamain", raison pour laquelle c'est le camp du "leave" qui a gagné.

      2. Vous préférez quand c'est la minorité à 48 % qui a gain de cause sur la majorité à 52% ?

      3. La démocratie c'est qui perd gagne ?

      4. La démocratie (Demos Kratos) européenne c'est sûr ça ça existe. Je dirais même forcément puisqu'il n'y a pas de peuple européen. Rassurez-vous, le concept de démocratie sans "demos" a déjà été formalisé ; il faut dire qu'on vit une époque formidable.

      Toutes mes félicitations pour cette séquence superbe, avec en fin de post la référence à Aristote et Rousseau ; tout le monde est très impressionné.

      Cordialement.

      Supprimer
    2. Anonyme26 juin 2016 à 12:34


      la démocratie ce serait donc quand vous votez et que vous vous trouvez du côté du gagnant...sinon c'est un leurre...

      heureusement que les bruxellois n'ont pas de divisions blindées , on serait bon pour un nouvel appel du 26 juin....



      Stan

      Supprimer
    3. N'importe quoi. La démocratie ne peut être que nationale. En outre, le Brexit a gagné par plus d'un million de voix. Ce n'est rien un million d'électeurs ?

      Supprimer
  31. "la référence à Aristote et Rousseau ; tout le monde est très impressionné."

    Tant mieux alors et vous comprendrez donc que ce vote engage un pays et 40 ans d'accords européens-GB sur un coup de pile ou face.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme26 juin 2016 à 13:00

      Aristote et Rousseau on écrit des traités entiers sur l'UE, c'est connu, de quoi remplir trois bibliobus, mais faut quand même reconnaître qu'ils n'avaient pas prévu la fin de l'UE à compter de 2016.

      L'UE ?

      Ah ben a pu !

      C'est vraiment très embêtant tout ça...

      Supprimer
  32. "la démocratie ce serait donc quand vous votez et que vous vous trouvez du côté du gagnant"

    Tu comprends pas ce que tu lis, donc tu écris des trucs que tu comprends pas, c'est un problème...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui je sais, je suis un peu près comme un anglais qui a voté non, quoi !!

      Stan

      Supprimer
  33. @ Anonyme26 juin 2016 à 12:34

    Aristote et Rousseau, c'est un nouveau duo comique ou c'est comme Zadig et Voltaire, les écrivains préférés des leaders de LR ?

    RépondreSupprimer
  34. Et les emmerdeurs européistes repartent à l'offensive :

    https://www.rt.com/news/348429-europe-united-army-brexit/

    Comme d'habitude, les Allemands veulent mettre leurs grosses pattes sur un point fort français.

    RépondreSupprimer
  35. @ Numéro 6 et Stan

    Un grand merci. Bien d’accord avec vous. Heureusement, toute avancée fédérale semble aujourd’hui impossible

    @ Eurotroll

    « C’est l’Angleterre de la City qui est pour le Brexit » : et les 60% contre le Brexit à Londres (et plus encore dans les quartiers les plus huppés de la finance ? Vous dites n’importe quoi, comme si souvent.
    9h49 : Où donc aurais-je défendu des politiques ultralibérales. N’importe quoi, encore une fois
    10h24 : Les Gallois ont également voté le Brexit. Et l’Ecosse devrait se méfier de quitter la GB pour une ombre déjà morte

    @ Saul

    Oui, l’UE est morte

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cela m'amuse beaucoup d'entendre les "économistes" dire que ce sont les petites gens qui vont pâtir de la baisse de la livre...à moins que ces prolos ne se nourrissent en important massivement et ne s'habillent qu'au bengladesh je ne vous pas ce qui les frapperait particulièrement, à moins de considérer téléphones et ordinateurs comme des biens de première nécessité..ça va doper les exportations et seule la finance mondialisée va en souffrir...

      Supprimer
  36. J'en profite pour corriger (ne me relis jamais) :
    "des cuveS de WC" et " le chômage et la misère ne cesseNT ...."
    Les sources :
    - http://www.legrandsoir.info/le-parlement-europeen-a-enfin-adopte-la-norme.html
    - http://www.economiematin.fr/news-chasse-eau-toilettes-contenance-commission-europeenne
    ET enfin POUR LES PURISTES (ou dubitatifs) :
    https://www.senat.fr/europe/textes_europeens/e8549.pdf
    Bref ! Il y a un bon terreau (de benêts) en France comme en Europe (restons light).

    RépondreSupprimer
  37. La propagande médiatique de l'empire et ses alliés , ne cesse de diffuser ses mensonges , malgré que l'ensemble des peuples du monde ne croit et ne croirait plus à ses mensonges et truquages , les peuples Européens se sont réveillés et l'exemple de l'Angleterre fait foi , et serait suivi par l'ensemble des pays de l'union Européenne.

    RépondreSupprimer