mardi 25 juillet 2017

Ce que dit l’abandon de la cravate et du costume à l’Assemblée

C’est une des batailles que La France Insoumise a voulu mené en arrivant à l’Assemblée : relâcher le code vestimentaire et ne plus imposer aux députés de porter veste et cravate. Même si quelques députés du parti se distinguent en bien, le choix d’une telle bataille en début de mandat en dit long sur l’idéologie du parti de Jean-Luc Mélenchon, et clairement pas pour le meilleur.



Plus libertaire que tout autre chose ?

Bien sûr, François Ruffin ou Adrien Quatennens portent peut-être mieux que quinconque l’opposition à l’agenda oligarchique d’Emmanuel Macron. Mais la rébellion de LFI à l’égard de la veste et de la cravate me semble tout de même très déplacée à une telle époque. D’abord, on peut quand même se dire qu’il y a des batailles plus importantes à mener. Bien sûr, LFI les mène, mais disperser son énergie de la sorte ne révèle-t-il pas un drôle de sens des priorités, alors que Macron et son équipe donnent des milliards aux oligarques qui les ont soutenus et qu’ils entreprennent une nouvelle déconstruction du droit du travail ? LFI n’avait-pas assez à faire que de se battre sur un tel sujet ?

Plus gravement, cela ne rappellerait-il pas le poids du fond très libertaire de LFI ? Bien sûr, un parti qui se proclame Insoumis peut avoir un caractère romantique et alternatif dans une époque où la même inspiration eurolibérale guide les politiques menées depuis plus de trois décennies ? Mais l’insoumission est-elle la boussole dont la France a besoin aujourd’hui ? Je ne le crois pas. L’Insoumission, c’est aussi le caractère des multinationales qui refusent de se voir dicter quoique ce soit de la part des Etats, jusqu’à payer leur part à la collectivité. L’Insoumission, n’est-ce pas ce que font les plus riches qui échappent au paiement de l’impôt, malgré son caractère de moins en moins progressif ?

Bien sûr, une veste et une cravate, c’est un peu rigide, mais le vêtement a une fonction dans une société. Il permet de montrer le respect. C’est aussi un code, qui varie, pays par pays, une partie de notre identité. Ne peut-on pas voir une forme de parenté entre ce refus des règles vestimentaires de l’Assemblée et le refus des interdictions du port de la burka, du burkini ou même du voile ? Derrière, il y a le même refus des règles et une forme d’extrémisme individualiste qui dénie à la société de fixer des normes ou des règles. En cela, les libertaires sont des cousins pas si éloignés des ultralibéraux, et on peut craindre que, comme en Grèce, ils préfèrent le libertarisme à la remise en cause de l’ultralibéralisme.


Bref, tant sur le fond, que sur le simple fait d’en faire une de leur première bataille à l’Assemblée, même s’ils portent aujourd’hui l’opposition à Macron et qu’ils comptent des membres que j’apprécie, cet épisode nourrit mon jugement négatif à l’égard de LFI, qui apparaît encore moins pour moi comme une alternative souhaitable pour notre pays du fait de son fond ultralibertaire.

19 commentaires:

  1. "une forme d’extrémisme individualiste qui dénie à la société de fixer des normes ou des règles"

    N'importe quoi... Des normes et des règles, des lois, il y en a une kyrielle dans nos sociétés.

    Qui porte le costume cravate actuellement ? Les cadres du monde de la finance essentiellement, le patronat et les commerciaux, tout le reste des salariés ou fonctionnaires ne portent pas de cravate, ni même les syndicalistes.

    Vous pouvez pas foutre la paix aux gens et les laisser s'habiller comme ils souhaitent, vous êtes comme les islamistes intégristes qui imposent leurs codes vestimentaires. Par ailleurs, les femmes de l'assemblée ne portent pas de cravate et ne sont obligées à aucune tenue vestimentaire particulière, pourquoi donc les hommes devraient l'être ?

    Portez ce truc ringard et inconfortable qu'est la cravate si ça vous chante, mais n'emmerdez pas ceux qui ne veulent pas la porter.

    Comment voulez être crédible et fonder un parti politique avec des polémiques aussi ridicules ?

    Que les gens s'habillent comme ils le souhaitent n'a jamais constitué une marque de libéralisme économique. Déjà, il y a des décennies, des députés du monde ouvrier portaient la blouse et pas la cravate qui a toujours représenté le monde des dominants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce genre de commentaire d'adolescent impubère et anonyme n'a pas salace sur ce site.

      Supprimer
  2. "LFI n’avait-pas assez à faire que de se battre sur un tel sujet ?"

    Et vous ? Car de bataille il y en a pas eu , ils sont entrés sans cravate et puis c'est tout ! Voulez vous le retour de la perruque voir de la fraise !?
    Si la raison de votre rejet de la France insoumise est la tenu vestimentaire , ne nous parlé d'union des souverainistes car pour qu'il y est union encore faut t'il avoir le minimum de tolérance !
    Quand à la perte de temps , n'avez vous pas vous même d'autres combats plus importants ?

    RépondreSupprimer
  3. La France étouffe sous l'accumulation de règles et normes absurdes et coûteuses. Faudrait vous informer, Herblay, et descendre de son petit nuage hors sol :

    " Même problème pour les nouvelles résidences pour étudiants, où toutes les chambres sont agrandies, en conformité avec la loi Handicap, de 20 %. Conséquence : le coût de la construction augmente de 20 %, et on édifie 20 % de chambres en moins..."

    http://www.lepoint.fr/politique/ces-bureaucrates-qui-nous-tyrannisent-21-03-2013-1690741_20.php#site

    RépondreSupprimer
  4. @LH,

    Ne s'agit-il pas d'un débat secondaire à côté de la PMA et de la GPA, et ce toujours dans le cadre de ce libéralisme sociétal à propos duquel vous voudrez bien nous livrer votre sentiment.

    Par ailleurs, les interventions de Ruffin à l'Assemblée sont excellentes. Dès lors, la couleur de sa chemise...

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  5. @LH,

    Libéralisme, ou pas ?
    ;-)

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  6. Perso j'ai toujours pensé que la cravate était un signe de soumission des cadres, bien pratique pour se cacher et se fondre dans la masse d'une certaine classe, qui trouve ça tout naturel de porter sa corde ou sa laisse autour du cou.
    D'autres vont trouver ça élégant. Très bien, chacun son avis.

    Laissez-les s'habiller comme ils le souhaitent du moment qu'ils aient une tenue correcte.

    D'accord avec cgrotex plus haut, il n'y a pas eu de bataille, ils sont entrés sans cravate et puis c'est tout ! Pas besoin d'y passer 100 ans.
    Après ce sont les journalites à la noix qui en font des tonnes pour ne surtout jamais parler des sujets importants.

    ***Jacko***

    RépondreSupprimer
  7. Je vois surtout une chose : ces députés se présentent à l'Assemblée dans la tenue dans laquelle ils se sont présentés aux électeurs pendant la campagne électorale. Si les électeurs se sont suffisamment sentis respectés pour voter pour eux, je crois que l'Assemblée n'a plus qu'a se plier à ce vote. A le respecter.

    RépondreSupprimer
  8. Il n'y a pas eu de combat à mener car il n'y a aucune règle qui impose le porte de la veste et de la cravate à l'assemblée. A ceci est préféré la notion de tenue descente. Donc désolé Mr Laurent Herblay mais il n'y a pas eu de lutte à mener.
    Deuxièmement ce sujet est malgré tout interessant car vous n'êtes sans doute pas sans savoir que Mélenchon n'a pas fait campagne avec un costume cravate comme "presque" tout le monde. (Aux deux extreme il y a eu Poutou et son tshirt à l'assemblée et Fillon en costume certes mais qui était indécent pour d'autres raisons).
    Mélenchon a fait campagne en chemise blanche de serveur de restaurant et en veste de couvreur.
    Personnellement je pense que même si le sujet parait trivial et secondaire Mélenchon n'a peut être pas tord sur ce point. Il a rappelé pour se justifié que les plus grandes luttes ont aussi eu symboliquement leur vetement.
    Pour se démarquer de la classe dominante. Et symboliquement du formatage.
    «De tous temps, le Tiers-État s'est opposé aux habits qu'on voulait leur faire porter», a poursuivi Jean-Luc Mélenchon,
    «Il(Benoit Hamon) ne connaît rien à son histoire. Jaurès savait comme nous qu'un code vestimentaire est toujours une manière d'intimer un comportement à l'autre», a répliqué le député de Marseille.
    En ce sens ça peut avoir la même signification que la lutte que vous menez pour ne pas employé les termes imposés comme Paradis fiscal auquel vous préférez désertion fiscale par exemple.

    RépondreSupprimer
  9. Que voulez-vous, quand on ne peut (veut ?) pas changer le monde, on change la mode !

    Alexis Tsipras a aussi mené ce courageux et risqué combat pour ne pas avoir à porter de cravate.
    Bon, dans le même temps, il laisse aussi son peuple crever la gueule ouverte. Mais au moins il est habillé "à la cool" !

    A tout hasard, rappelons qu'en 1985, Jack Lang s'est rendu célèbre pour être allé en costume à col mao à l'Assemblée nationale.
    En cette même année 1985, siégeait dans cette assemblée Georges Marchais. Qui lui portait une cravate. Mais qui, lui, défendait le peuple français.

    RépondreSupprimer
  10. Il y eu aussi des soutanes et des gandouras dans l'hémicycle :

    http://www.huffingtonpost.fr/samir-hammal/habits-deputes_b_6547672.html

    Entre autres :

    http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/2017/06/28/25001-20170628ARTFIG00155-avant-les-cravates-insoumises-d-autres-revoltes-vestimentaires-ont-marque-l-assemblee.php

    Et maintenant, la meilleure : il n'existe qu'un texte ayant force juridique imposant un costume particulier aux élus, mais il n'a jamais été respecté.

    http://www.finyear.com/LE-COSTUME-DES-MAIRES-ET-DE-LEURS-ADJOINTS_a957.html

    "habit bleu, broderie en argent, branche d'olivier au collet, parements et taille, baguette au bord de l'habit, gilet blanc, chapeau français à plumes noires, ganse brodée en argent, épée argentée à poignée de nacre, écharpe tricolore avec glands à franges d'or. Petite tenue : même broderie au collet et parement. Pour les adjoints au maire : coins brodés au collet, parement, taille et baguette. Petite tenue : coins au collet et parements, écharpe tricolore à franges d'argent"

    Réfléchissez bien avant de vous présenter aux prochaines municipales, Laurent !

    Ivan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Remarquez, le rameau d'olivier je suis pas contre. Même sur une cravate s'il le faut.

      Et au moins, je saurais où trouver.

      https://boutique.upr.fr/home/130-pin-s-rameau-d-olivier.html

      Ivan

      Supprimer
  11. Quand on connaît l'importance des règles vestimentaires dans la franc-maçonnerie, dont fait partie Mélenchon, il est particulièrement risible de le voir à la pointe du combat pour pouvoir s'habiller comme on veut à l'Assemblée nationale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui vous dit que c'est lui qui a décidé de ne pas porté de cravate ?

      Supprimer
    2. Jusqu'à preuve du contraire, c'est lui décide de la tenue qu'il met.
      Sinon il faut qu'il change d'appellation pour "un soumis".

      Supprimer
  12. Je rigole quand j'entends JL Mélenchon sur le costume-cravate à l'assemblée nationale. Qui a été député et a porté le costume-cravate au Sénat comme tous les autres ? Qui abhorrait fut un temps une belle cravate rouge ?
    R.I.D.I.C.U.L.E
    Sylvie

    RépondreSupprimer
  13. D'accord avec la plupart des commentaires précédents:

    Il ne convient pas de faire un débat sur le combat anti-cravate des députés Insoumis, vu qu'ils n'en n'ont pas fait un. C'est le besoin perpétuel de polémiques superficielles des médias qui a monté en exergue ce détail de la nouvelle Assemblée.

    Une chemise c'est bien assez décent pour s'exprimer aux autres avec respect. Le plus important pour les députés Insoumis, c'est qu'ils construisent une opposition constructive et déterminée au règne absolu d'E.Macron.

    Bien content Laurent que tu apprécies François Ruffin. Sa ligne me semble aussi plus prometteuse que celle de ses collègues FI pur jus.

    RépondreSupprimer
  14. Je me souvient d'avoir vu une vidéo de greg tabibian (le chaîne youtube j suis pas content, que je trouve excellente) qui parlait du sujet de l'absence de cravate. En gros, il disait: "alors certes, ne pas mettre de cravate ça leur permet de se démarquer pour faire du buzz, mais c'est la seule façon qui permet de montrer leur opposition dans cette AN largement dominer par LRM". J'avais vu une autre vidéo en commission de l'AN où sur plusieurs dizaines de propositions de LFI, toutes ont été refusées.

    RépondreSupprimer
  15. Le refus de la cravate aurait plutôt à voir avec un certain capitalisme californien de la nouvelle économie (Steve Jobs, Zuckerberg...) qui sert de référence au pouvoir en place. En combattant les codes de "l'ancienne" élite (le capitalisme classique), les "sans cravate" font involontairement la promotion de ceux de la nouvelle.

    JZ

    RépondreSupprimer