jeudi 17 mai 2018

Apple, patrons du CAC40, banquiers : c’est la fête pour les ultra-riches !

Bien sûr, ce n’est pas une surprise, puisque cela fait maintenant presque quatre décennies que les plus riches sont les principaux bénéficiaires de notre système économique, chose que Trump et Macron contribuent à accélérer plus encore. Mais il est toujours intéressant de rappeler quelques faits concrets qui permettent de mieux mesurer tous les excès de notre époque.


Ces arbres qui croient pourvoir monter jusqu’au ciel

Les annonces d’Apple pour ses résultats du premier trimestre 2018 (son deuxième trimestre fiscal), sont extrêmement révélatrices de la marche de notre monde, tant l’entreprise incarne ce capitalisme mondialisé où les entreprises produisent là où c’est le moins cher, facturent là où elles paient le moins d’impôt, cherchent à rendre dépendants leurs clients pour construire une rente de situation et construisent ou se greffent sur des éco-systèmes économiques telles des sangsues, pour créer des rentes. Le tout, pour extraire toujours plus d’argent au bénéfice des actionnaires. 34 ans après la sortie du premier Macintosh, Apple ressemble de plus en plus au monde qu’il dénonçait alors…




Mais ce que les articles oublient de souligner, c’est qu’outre cette envolée des profits et des hauts salaires, les Etats en rajoutent en diminuant les taxes sur les profits des entreprises et les rémunérations élevées, comme le font Macron et Trump. Bref, les plus riches sont doublement gagnants, l’Etat choisissant d’accentuer les déséquilibres de nos sociétés au lieu de les corriger

12 commentaires:

  1. Merci Laurent pour ce nouvel article mettant en lumière les façon d'entreprendre des grandes entreprises ou plutôt des holdings internationales. En lisant votre article et sans que vous évoquiez ces cas, on peut facilement extrapoler et se rendre compte de l'horrible décalage entre ces holdings et les autres entreprises (PME-PMI et je ne parle même pas des TPE voire des EURL). J'étais déjà intervenu dans d'autres sujets. Je suis chef d'entreprise (et je tiens à cette qualification non pas par snobisme ou signe de supériorité mais bien pour marquer le fait que je ne spécule pas, je ne "financiarise" pas enfin rien avoir avec le CAC 40). Mon but premier est tout simplement de faire tourner mon entreprise pour qu'elle prospère. Je ne suis pas une oeuvre de charité mais en créant de l'emploi je fais du social. En créant de la richesse (au sens large et pas uniquement financier et monétaire du terme) je m'enrichis, j'enrichis mes employés et mon pays (toujours au sens large du terme). Je suis un libéral tant sur le plan politique que sur le plan économique. Si je rechigne à payer certains impôts et certaines taxes car je n'en vois le véritable retour (un exemple les cotisations sur la formation professionnelle, j'en paie mais quand il faut mettre en action cette branche c'est une horreur donc pourquoi payer). Néanmoins, je bénéficie sur plein d'autres aspects de l'impôt, de la taxe, de leur allègement , de leur augmentation aussi (si, si...). L'emploi ! dès que je peux en créer je créée car c'est un bon indicateur de bonne santé. Je ne suis pas Mère Théresa mais j'ai décidé de payer un peu plus mes employés que les salaires proposés sur le marché pour les postes qu'ils occupent. C'est vrai que je pourrai tirer sur la corde et dégager plus mais pourquoi faire ? Pour avoir des employés qui se mettent tous les 4 matins en arrêt de maladie, qui vous plantent et vous envoient l'inspection du travail etc... quel intérêt ? Aucun !
    Au final ce ne sont pas ces holdings qui font tourner les secteurs socio-économiques et socio-professionnels des pays. Mais tout leur est donné, accordé, dévolu ! Et des entreprises comme la mienne s'accroche jusqu'à se péter les phalanges pour ne pas péricliter et qu'avons-nous en retour ? Du vent ! Des discours comme lors de la réception du prix Charlemagne.
    Franck

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'impôt sur le bénéfice pèse sur les entreprises françaises non-internationales, qui ne peuvent pas y échapper, et quasiment pas sur les entreprises du CAC 40 internationales.

      Voilà pourquoi il faut supprimer l'impôt sur le bénéfice tant qu'il n'y aura pas d'accord international pour le faire payer par toutes les entreprises, petites ou grandes.

      Supprimer
  2. Oui, et cela va continuer, avec votre complicité d'ailleurs.

    Pourquoi ?

    Parce que les opposants possibles à cette évolution sont coupés en deux (et ce n'est bien sûr pas par hasard).
    D'un côté, il y a les gens raisonnables, qui veulent une politique migratoire restrictive, comme au Japon.
    De l'autre, il y a les débiles légers auxquels on a fait croire qu'ils seraient meilleurs que les autres en militant pour imposer une politique migratoire aberrante.

    Comme, en dépit de vos dénégations, vous avez clairement choisi votre camp, et qu'il est mauvais, vous êtes mal fondé à venir vous plaindre.
    Car il n'y aura pas d'opposition possible à cette évolution tant que vous contribuerez à entretenir la division parmi les opposants.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Justement l'UPR de F. Asselineau refuse de tomber dans ce piège.

      D'abord on sort de l'Euro, de l'OTAN et de l'UE. Ensuite les sujets de société clivants (il n'y a pas que l'immigration) feront l'objet de référendums d'initiative populaire.

      Il y a à l'UPR beaucoup de militants qui pensent comme vous, et beaucoup qui pensent l'inverse. Cela ne pose aucun problème parce que nous sommes tous d'accord sur l'essentiel, il faut d'abord se réunir pour recouvrer notre indépendance et notre souveraineté, ensuite on aura tout le temps de se disputer et de débattre sur les sujets clivants, et c'est le peuple français qui tranchera à la fin.

      Ce n'est pas pour rien que notre programme commence avec le Conseil National de la Résistance, qui réunissait extrême gauche et extrême droite, royalistes et républicains, communistes et capitalistes...

      Evidemment c’est aussi pour cela que nous sommes aussi férocement blacklistés par tous les grands médias. Avec nous le piège qui garantit le pouvoir éternel à l’oligarchie euroatlantiste ne fonctionne pas.

      Ne tombez pas dedans !

      Ivan

      Supprimer
    2. Toujours les mêmes âneries des crétins de l'UPR concernant l'immigration...

      Supprimer
    3. Perdu !

      Vous êtes tombé dans le piège...

      Ivan

      Supprimer
    4. Ivan, vous êtes un maître ! J'ai failli mordre à l'hameçon, mais votre signature m'en a dissuadé.

      Supprimer
  3. Cet article est une bombe.

    C'est tout simplement ahurissant.

    https://www.euractiv.fr/section/economie/news/budget-propre-ou-fin-de-la-zone-euro-lultimatum-de-la-france-a-lallemagne/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Ah Ah !

      C'est du bluff. Les sacrifices stupides ne sont jamais récompensés, ce serait d'ailleurs immoral.

      Ivan

      Supprimer
  4. http://www.atlantico.fr/decryptage/debut-ramadan-et-difficultes-pour-certain-nombre-entreprises-guylain-chevrier-3396652.html

    "En centrant les débats sur les conditions d’aménagements possibles du cadre du travail en période de ramadan, est-ce que l’on ne passe pas en réalité à côté du vrai sujet ? Celui qui devrait tous nous préoccuper : comment continuer de faire société face à cet émiettement identitaire qui grandit ?"

    Ne posez pas la question à Herblay de savoir comment nous allons rester un pays vu la politique d'immigration qu'il tolère, car il n'y a qu'une chose qui l'intéresse : bien faire comprendre qu'il n'est pas un méchant du FN.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est amusant, pour certaines personnes, MLP a échoué en 2017 uniquement parce que Laurent n'a pas voté pour elle. Fort de son influence, il aurait dissuadé des millions de Français de faire le bon choix. Quel surhomme ! Plus fort que NDA !

      Mais on peut faire d'autres hypothèses. Le FN est clivant, MLP a montré qu'elle était limitée et ne croyait pas vraiment aux idées qu'elle était censée défendre. Le soutien de NDA n'a joué qu'un rôle marginal à la hauteur du poids de son parti et du caractère composite de son électorat. Par la suite, le départ de Philippot a éclairé sur la crédibilité du positionnement "social" du FN et donné raison au scepticisme des gaullistes de gauche. Bref, trop peu de Français ont été convaincus que le FN et sa candidate étaient mûrs pour gouverner en portant un véritable changement.

      C'est si difficile à concevoir ?

      Supprimer