lundi 25 décembre 2017

Une nouvelle contribution au débat sur les Inégalités

C’est un sujet fondamental dont je parle depuis les débuts du blog : la montée des inégalités depuis des décennies est non seulement profondément injuste, mais également dangereuse pour la stabilité de nos sociétés. Un groupe d’économistes vient de publier la première étude mondiale sur le sujet, portant de 1980 à 2016. Une contribution majeure à un débat plus que nécessaire.


Toujours plus haut, notamment aux Etats-Unis…

« Préoccupés du seul soin de faire fortune, les hommes n’aperçoivent plus le lien étroit qui unit la fortune particulière de chacun d’eux à la prospérité de tous », Tocqueville

Piketty, Landais et Saez mettaient déjà en ligne des données passionnantes qui permettaient de mesurer précisément l’explosion des inégalités aux Etats-Unis. L’immense intérêt de cette nouvelle étude est de donner une base de comparaison mondiale, qui fait l’état des lieues des inégalités aux quatre coins de la planète. Première constatation effarante : 27% de la croissance mondiale est allée à 1% de la population. Quand les revenus des classes moyennes supérieures mondiales (les classes moyennes occidentales) ont progressé d’environ 40% depuis 1980, ceux des 0,01% ont progressé de plus de 100%, et ceux des 0,001% de plus de 200%, la fameuse « courbe de l’éléphant ».


Et encore, les chiffres globaux ont tendance à camoufler certaines évolutions. On pense ici au déclassement d’une majorité de la population étasunienne, dont les revenus ont carrément baissé depuis 40 ans, comme le montraient les chiffres partagés par Emmanuel Saez. L’évolution de la part des revenus qui revient aux 10% les plus riches est intéressante. Si l’Europe devient plus inégalitaire, elle l’est le moins, avec 37%, suivie par la Chine, à 41%. Il est frappant de voir que les Etats-Unis ont dépassé la Russie (47 et 45,5%), la palme revenant au Moyen-Orient (61%), devant l’Afrique, le Brésil et l’Inde, autour de 55%. Les chiffres indiens en disent long sur le pays, qui était à 35% en 1990.

Les économistes soulignent la différence d’évolution des deux côtés de l’Atlantique: en 1980, le 1% le plus riche gagnait 10% du total des revenus en Europe, contre 10,7% aux Etats-Unis. En 2016, c’est le grand écart : 12,2 contre 20,2%. On retrouve le même phénomène avec l’évolution de la part des revenus des 50% les moins riches, passé de 23,5 à 21,7% en Europe et de 20,7 à 13,1% aux Etats-Unis sur la même période. Où l’on voit que l’enrichissement du 1% le plus riche semble être directement lié à l’appauvrissement des 50% les moins riches… On retrouve un phénomène similaire sur la répartition du patrimoine, où les Etats-Unis sont revenus un siècle en arrière en 40 ans.


Deux co-auteurs du rapport, Lucas Chancel et Gabriel Zucman, soulignent, dans une interview que « la hausse des inégalités n’est pas une fatalité, c’est le résultat de choix politiques », ce que montrent les différences d’évolution. Ils soulignent le rôle du système éducatif, que j’avais développé dans ma série sur « le cauchemar étasunien ». Mais ils surestiment un peu la modération de l’évolution sur notre continent, d’une part car la situation se dégrade fortement depuis la crise et parce que le chiffre européen cache de fortes disparités. On a vu le résultat en Allemagne, avec la hause de la pauvreté, plus forte que chez nous, malgré les succès du pays, qui ne sont pas du tout partagés.


2 commentaires:

  1. Jeudi 28 septembre 2017 :

    "Un raz-de-marée de la misère" : le président du Secours populaire particulièrement touché par les retraités qui demandent à manger.

    En marge de la manifestation des retraités contre la hausse de la CSG, Julien Lauprêtre, président du Secours populaire, a témoigné jeudi 28 septembre sur franceinfo du "drame" des personnes âgées touchées par la pauvreté. Celui qui le touche "le plus".

    "Le nombre de personnes âgées qui viennent demander de l'aide au Secours populaire français est en augmentation croissante, a-t-il détaillé. L'année dernière, nous avons aidé trois millions de personnes en France et il y avait parmi elles de nombreux retraités. C'est un raz-de-marée de la misère."

    « C'est le drame qui me touche le plus, voir des retraités qui ont travaillé toute leur vie et qui viennent demander à manger au Secours populaire, c'est vraiment douloureux. »

    Julien Lauprêtre a également pointé "le drame de l'accès aux soins" qui est "difficile".

    "Nous avons créé « les médecins du Secours populaire ». Nous avons passé un partenariat avec l'Ordre national des médecins pour essayer de soigner les personnes qui n'ont pas les moyens de le faire", a-t-il expliqué. 

    http://www.francetvinfo.fr/economie/retraite/un-raz-de-maree-de-la-misere-le-president-du-secours-populaire-particulierement-touche-par-les-retraites-qui-demandent-a-manger_2393236.html

    RépondreSupprimer
  2. En 1985-1986, les Restos du Cœur ont distribué 8,5 millions de repas.
    En 1987-1988, les Restos du Cœur ont distribué 22 000 000 de repas.
    En 1991-1992, les Restos du Cœur ont distribué 29 000 000 de repas.
    En 1994-1995, les Restos du Cœur ont distribué 50 000 000 de repas.
    En 1996-1997, les Restos du Cœur ont distribué 61 000 000 de repas.
    En 2005-2006, les Restos du Cœur ont distribué 70 000 000 de repas.
    En 2008-2009, les Restos du Cœur ont distribué 100 000 000 de repas.
    En 2011-2012, les Restos du Cœur ont distribué 115 000 000 de repas.
    En 2014-2015, les Restos du Cœur ont distribué 128 500 000 repas.
    En 2015-2016, les Restos du Cœur ont distribué 130 000 000 de repas.
    En 2016-2017, les Restos du Cœur ont distribué 135 800 000 repas.

    https://www.restosducoeur.org/chiffres-cles/

    RépondreSupprimer