jeudi 30 mai 2019

Après les élections européennes, partie 2 : l’opposition façon puzzle



Macron réduit son opposition au RN

Le mécanisme peut paraître habile, même s’il est clairement affiché : simplifier aux extrêmes le débat politique en un duel LREM / RN de manière à forcément jouer gagnant par défaut en 2022, le RN étant probablement le seul parti qui suscitera plus de rejet que LREM. Après avoir fait s’effondrer le PS, qui en est à se réjouir de stabiliser son score de 2017, le plus bas depuis 1969, Macron a réussi la même chose avec LR, tombé de 20% et 7,2 millions de voix en 2017 avec un mauvais candidat, à seulement 8,5% et à peine 1,9 millions de voix aux européennes. En outre, les centristes sont tombés à 2,5%, contre 10% en 2014, alors que l’UMP avait fait 20,8%, une perte globale de deux tiers !

La recomposition politique semble achevée : LREM a réussi à aspirer la majeure partie du PS, de l’UMP et des centristes, créant un quasi-vide autour de Macron. Ces trois partis, qui faisaient 44% des voix en 2014, n’en ont fait 17% en 2019. Il n’est pas inintéressant de noter qu’il y a de la déperdition en ligne, LREM ne récupérant pas toutes les voix perdues, démontrant une nouvelle fois que sa position n’est pas si solide. En revanche, cette élection pourrait être le chant du cygne pour les Républicains. Y-a-t-il encore un espace politique significatif entre LREM et un RN qui a adouci ses positions sur l’UE ? Macron tient des promesses que Sarkozy n’avait pas osé tenir. La différence est très ténue.

Macron a de manière prévisible asphyxié LR, et il est difficile de voir une issue à la nasse actuelle. La voie Wauquiez / Bellamy a échoué, poussant les modérés vers Macron et accentuant probablement la porosité avec un RN en opposition plus frontale, d’autant plus que l’aile modérée du parti semble bien Macron-compatible. L’issue la plus logique pourrait finalement être une prise de pouvoir des modérés et une alliance avec LREM… La France Insoumise s’est littéralement effondrée, passant des 19,6% et 7,06 millions de voix de 2017 à un maigre 6,3% et 1,4 million de voix, une sanction claire et lourde pour toutes les erreurs et les choix de Mélenchon, pourtant premier opposant il y a un an !

EELV pavoise avec 13%, mais cela est probablement à courte vue. Il ne faut pas oublier que les Français utilisent souvent les élections européennes pour manifester leur intérêt pour les questions écologiques, sans pour autant se mobiliser de la sorte pour les autres élections. Après tout, en 2014, ils avaient fait 9%, et restent sous les 16% réalisé en 2009, sans jamais émerger aux présidentielles. Debout la France connaît son premier coup d’arrêt, avec 3,5%, en recule par rapport à 2014 et 2017, échouant nettement à avoir des élus. L’espace politique entre LR et le RN est d’autant plus petit que l’alliance avec Marine Le Pen ouvre au risque de « vote utile ». La stratégie de 2017 est un échec.

Non seulement Macron a logiquement vampirisé et rendu moribonds les deux partis qui se partageaient le pouvoir avant, mais à part EELV, de manière probablement exceptionnelle, et le RN, à dessein, personne ne surnage. PS et LR sont en grave crise, pesant moins de 15% à deux. La France Insoumise a perdu deux tiers de son influence, et les souverainistes, allégés ou pleins, n’ont pas émergé.


Suite dans les prochain papiers…

13 commentaires:

  1. L'heure est à la création d'une véritable force politique d'opposition.
    Les ruines des anciens partis dit de gouvernement doivent permettre de clarifier les positions politiques.
    L'excellent Ludovic DEMATHIEU à lancé un appel dans se sens sur le site de l'UNC.
    La construction de se nouveau parti doit se faire avant les municipales , pour permettre un encrage local primordial avant les élections nationales.
    Les querelles d'égos doivent disparaitres pour l’intérêt général.

    RépondreSupprimer
  2. Je ne pense pas que la recomposition politique soit achevée.
    D'une part, il ne faut pas tirer des élections européennes des conclusions définitives : c'est un scrutin secondaire, à la proportionnelle, avec 34 listes et une abstention importante (même si elle l'est moins qu'en 2014) ! Donc une configuration très particulière.
    Ensuite, comme l'a fait remarquer Emmanuel Todd, les deux listes arrivées en tête semblent avoir atteint leurs limites. La liste LREM est marquée du syndrome de mathusalem. Elle ne fait guère mieux qu'en 2017 mais avec un électorat plus à droite et plus âgé. Et le FN, lui aussi stagne autour de 23%, avec un électorat populaire, sans parvenir à toucher les classes moyennes.
    Le mouvement des GJ n'a pas marqué ce scrutin de son empreinte, mais, sur le long terme, il va avoir une influence décisive, comme ce fut le cas pour Mai 68 (échec électoral en 1968 mais victoire idéologique dans les années 70).

    RépondreSupprimer
  3. Avez-vous une analyse de l'échec de DLF ? Il y a quelques mois ils pouvaient espérer avoir quelques députés européens, avec des sondages les plaçant à 6-8%... Ils se retrouvent le nez dans l'eau.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là, pour le coup, DLF est vraiment victime du "vote utile", coincé entre le RN et LR.

      Supprimer
    2. L'idée d'être victime du vote utile, lors de l'élection par excellence où tout le monde se fiche de voter utile, est à mon avis une excuse un peu faiblarde. Par exemple, il n'y a pas eu de vote utile à gauche, avec une dispersion des voix presque jamais vue auparavant (tous les partis se proclamant encore la gauche étant en-dessous de 7%).

      En fait DLF devrait peut-être se poser la question de sa ligne politique, ou au moins en analyser les conséquences et les implications. Malgré la faiblesse (à la fois doctrinale et électorale) de LR, ils n'ont pas réussi à tirer leur épingle du jeu. Par ailleurs, il est à peu près évident que l'« union des droites » n'arrivera pas : le RN est bien trop content de faire vivre sa boutique sans se mouiller avec la droite de gouvernement.

      PS : ceux qui proclamaient que si le RN arrivait premier, Macron serait forcé de changer de politique, vont pouvoir manger leur chapeau.

      Supprimer
  4. @ CGrotex

    Je suis d’accord. Les initiatives de l’UNC, notamment la réunion réunissant des politiques de différentes mouvances est une superbe initiative. Pas sûr que l’étape des municipales soit nécessaire car une telle bannière ne pourrait pas émerger, trop récente et sur une élection locale. Mais les contacts doivent être multipliés et entretenus.

    @ Moi

    Pas d’accord. La recomposition a largement abouti : LR est (logiquement) à genoux, en partie absorbé par LREM, de manière logique vues les politiques mises en place. Bien d’accord pour dire que les scores du RN et LREM ne sont pas bons (cf papier précédent). La synthèse giscardienne s’est réalisée, mais avec une force centrale aux pieds d’argile, qui ne parvient même pas à être première alors même que l’opposition est extrêmement faible.

    @ Antoine

    Je ne pense pas qu’il y ait un grand espace politique entre LR et le RN. En outre, je pense que ce positionnement est contradictoire avec le programme de DLR de 2012, qui n’était pas du tout droitier et qui se positionnerait sensiblement à gauche de LREM sur bien des sujets. Et en cas de « vote utile », le plus petit est satellisé. Ce que je craignais s’est réalisé en somme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. LR est à genoux mais la recomposition politique ne va pas s'arrêter là.

      Supprimer
  5. "Debout la France connaît son premier coup d’arrêt, avec 3,5%, en recul par rapport à 2014 et 2017, échouant nettement à avoir des élus. L’espace politique entre LR et le RN est d’autant plus petit que l’alliance avec Marine Le Pen ouvre au risque de « vote utile ». La stratégie de 2017 est un échec."

    Même s'il n'y avait pas eu d'alliance entre les deux tours avec MLP en 2017, on peut raisonnablement penser que DLF aurait été exposé au risque du vote utile et aurait "perdu des plumes" dans ce scrutin.

    Le parti LR a été la principale victime du vote utile dans cette élection (40% des électeurs de Fillon ont voté LREM, 15% ont voté RN) et pourtant il n'y a jamais eu d'alliance de LR ni avec l'un ni avec l'autre.

    RépondreSupprimer
  6. En revanche, je n'ai pas vraiment compris où étaient passés les électeurs de Jean-Luc Mélenchon qui se sont comme volatilisés, sachant que seulement 4% d'entre-eux ont voté pour le RN (suivant les conseils de Kotarac). Seraient-ils partis du côté d'EELV ? Ou réfugiés dans l'abstention ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est ici :
      https://www.ifop.com/publication/europeennes-2019-profil-des-electeurs-et-clefs-du-scrutin/

      En résumé :
      - abstention massive des électeurs de Mélenchon
      - les votants se sont partagés entre les listes PCF, FI, EELV, et même un peu le PS et RN

      Supprimer
    2. Merci pour le lien vers l'étude de l'IFOP très complète. Effectivement, je me suis trompé : c'est 27% (et non 40%) des électeurs de Fillon qui ont voté LREM, et 7% (et non 4%) des électeurs de Mélenchon qui ont voté RN.

      Mais c'est bien 15% des électeurs de Fillon qui, pour ce scrutin, ont voté RN ce qui représente un transfert de voix qui est loin d'être négligeable.

      Supprimer
  7. C'est drôle de vous voir parler des modérés de LR compatibles avec Macron. Ce sont plutôt les centristes dans la filiation du parti de l'ordre.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,Ceci est une réalité.
    Cherchez-vous un prêt légitime? Avez-vous été rejeté par vos banques? Besoin d'un prêt pour effacer votre dette ou autres.
    Contactez cet email: xandrabertrant@gmail.com


































    Bonjour,Ceci est une réalité.
    Cherchez-vous un prêt légitime? Avez-vous été rejeté par vos banques? Besoin d'un prêt pour effacer votre dette ou autres.
    Contactez cet email: xandrabertrant@gmail.com



















































    Bonjour,Ceci est une réalité.
    Cherchez-vous un prêt légitime? Avez-vous été rejeté par vos banques? Besoin d'un prêt pour effacer votre dette ou autres.
    Contactez cet email: xandrabertrant@gmail.com



















































    Bonjour,Ceci est une réalité.
    Cherchez-vous un prêt légitime? Avez-vous été rejeté par vos banques? Besoin d'un prêt pour effacer votre dette ou autres.
    Contactez cet email: xandrabertrant@gmail.com


















































    Bonjour,Ceci est une réalité.
    Cherchez-vous un prêt légitime? Avez-vous été rejeté par vos banques? Besoin d'un prêt pour effacer votre dette ou autres.
    Contactez cet email: xandrabertrant@gmail.com

    RépondreSupprimer