jeudi 31 décembre 2020

Crise sanitaire, entre fiasco vaccinal et chiffres tronqués

Le bilan de la gestion de la crise sanitaire ne cesse de voir son passif s’alourdir. Après le fiasco des masques, puis celui des tests, c’est sur la vaccination que nos dirigeants échouent à nouveau avec un nombre dérisoire de vaccination par rapport aux autres pays européens. Et pour couronner le tout, les chiffres de l’épidémie sont, à nouveau, présentés de manière partielle et partiale.

 


Les sous-doués au pouvoir, qui nous prennent pour des idiots

 

Les chiffres sont très cruels pour le gouvernement. Hier, alors que 2 millions de personnes avaient été vaccinées aux Etats-Unis, 800 000 en Grande-Bretagne, et plus de 40 000 en Allemagne, notre pays n’avait vacciné que 138 personnes. Mardi soir, Olivier Véran défendait avec sa mauvaise foi coutumière ce bilan en avançant une volonté de ne pas brusquer les Français et de les convaincre ! Il a aussi pointé les ratés de notre voisin, pas illogique étant donnée leur vitesse de mise en œuvre. Mais une telle présentation est extrêmement malhonnête. Bien sûr, il n’y a que 40% de Français qui souhaitent se faire vacciner, bien moins que dans la plupart des autres pays. Mais même en prenant en compte ces réticences, nous devrions pouvoir au moins vacciner moitié moins de personnes qu’outre-Rhin. L’affirmation du ministre de la santé ne tient absolument pas la route. Un mensonge de plus de sa part…

 

Les chiffres de début de campagne montrent malheureusement une nouvelle fois que nous n’avons pas de chance d’avoir de tels dirigeants. En outre, ces chiffres sont d’autant plus significatifs à l’échelle de l’UE que tous les pays sont supposés avoir la même quantité de vaccins en fonction de leur population. Donc, si l’Allemagne a vacciné 300 fois plus de patients que nous, c’est bien que son organisation est nettement meilleure que la nôtre, puisqu’ils n’ont pas plus de vaccins que nous. La particularité de notre voisin est d’avoir mis en place d’immenses centres de vaccination, permettant une livraison directe par Pfizer, gagnant ainsi du temps, et permettant d’accélérer la campagne de vaccination. La France de Macron est si mal organisée et d’une manière tellement complexe qu’elle n’a pu vacciner que moins d’1% de personnes que ne le fait l’Allemagne avec le même approvisionnement !

 


Il y a quelque chose d’abracadabrantesque à constater d’une part l’extrême lenteur de l’effort de vaccination de notre pays, et le climat extrêmement anxiogène véhiculé par nombre de nos experts, médias et politiques. Bien sûr, la situation reste préoccupante et on ne peut pas nier le rebond épidémique dans la partie est du pays. Néanmoins, il est effarant de constater une nouvelle fois à quel point la communication sur les chiffres de l’épidémie est partielle et partiale. Ne pourrait-on pas avoir une présentation adulte, posée et rationnelle des chiffres actuels de l’épidémie, et ne pas s’arrêter au chiffre d’un jour, non remis en perspective par des éléments importants de contexte ? En effet, si le nombre de personnes testées positivement a atteint un plateau plus élevé qu’anticipé, entre 10 et 15 mille au lieu de 5, ces chiffres cachent une réalité bien plus complexe, qui devrait être expliquée.

 


En effet, le nombre de tests s’est envolé à l’approche de Noël, triplant depuis début décembre, les Français souhaitant se tester avant de voir leur proche. La relative stabilité du nombre de cas positif s’explique donc par un effondrement du taux de positivité, aujourd’hui au niveau d’août ! La situation sanitaire, si elle reste sérieuse, est sans doute moins inquiétante qu’elle ne le semble à écouter une majorité des commentateurs. Le fort reflux du nombre de tests pourrait provoquer un fort reflux du nombre de cas positifs, si les Français ont été prudents, ce qui semble être le cas. C’est sans doute ce sur quoi l’exécutif parie, ce qui explique la modération des mesures prises cette semaine. Car derrière l’écume anxiogène, la situation pourrait être au contraire encourageante. Il est malheureux, encore une fois, de tomber dans un discours infantilisant de peur au lieu d’évoquer de manière adulte le cours de l’épidémie.

 

En outre, point insuffisant rappelé avec les statistiques de fin d’année, il ne faut pas oublier que les chiffres sont probablement gonflés par les résultats très aléatoires des tests antigéniques. Comme le rapportait Les Echos, une étude de Biogroup indiquait que sur 1666 personnes ayant réalité un test antigénique, puis un test PCR, 1333 ont eu un résultat négatif sur le test antigénique, mais 111 d’entre eux étaient positifs au PCR, soit 8% de faux négatifs. Et sur les 339 positifs, 214, soit 63% de faux positifs ! En clair, les tests antigéniques surestiment significativement le nombre de personnes touchées par l’épidémie. Fin décembre, pas moins de 42% des tests étaient antigéniques, ce qui signifie plus de 26% des cas positifs en France étaient des faux positifs ! Le fiasco des tests se poursuit donc, après le raté des temps de traitement à la rentrée, nos statistiques actuelles sont largement faussées.

 

Plus globalement, ces derniers jours de 2020 marquent une nouvelle illustration des deux grands travers de l’exécutif. D’abord, un énième échec dans la lutte contre l’épidémie, cette fois-ci sur l’organisation de la vaccination. Et enfin, un nouveau refus de tenir un discours adulte aux Français, en distordant la réalité pour faire peur, sans doute le seul moyen pour couvrir en partie les si nombreux échecs

4 commentaires:

  1. Dire aux Français.es que le coronavirus a un taux de létalité faible par rapport aux nombres d'habitants du pays. Mais que comme notre système de santé et plus particulièrement notre hôpital public a été fortement miné à cause de politiques publiques visant à diminuer les budgets, les ressources humaines etc...que ce gouvernement a suivi et continue de suivre, aujourd'hui on nous confine, déconfine, reconfine etc...car l'hôpital est dans l'incapacité à accueillir et à réaliser sa mission de soins ! Et c'est là que la gravité de la situation nous saute aux yeux.

    Et que malgré le quoiqu'il en coûte...rien ne changera. Pas d'investissement, pas de réorganisation digne de son nom pour notre service public hospitalier ! et pas que l'hôpital car le démontage des administrations, des services publics etc...continuent dans l'ombre.

    En attendant quand je regarde ma fiche de paie et ce qu'on me prélève comme impôt sur le revenu, ça monte, gentiment mais ça monte et, et...je vois qu'on laisse notre système se déglinguer et entendre : y'faut privatiser. C'est pas nous c'est l'Europe.

    L'Anonyme du Jour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis impoli j'ai oublié :
      Bonne année 2021 !

      Supprimer
  2. Bonne année !
    ¡Feliz nuevo año !
    С Новым Годом!
    !كل سنة وانتم بخير

    RépondreSupprimer
  3. A causa del COVID-19 ho perso tutto e grazie a dio ho ritrovato il mio sorriso ed è stato grazie al signore Pierre Michel, che ho ricevuto un prestito di 65000 EURO e due miei colleghi hanno anche ricevuto prestiti da quest'uomo senza alcuna difficoltà. È con il signore Pierre Michel, che la vita mi sorride di nuovo: è un uomo semplice e comprensivo.

                    Ecco la sua E-mail : combaluzierp443@gmail.com    

    RépondreSupprimer