mardi 23 juillet 2013

Crise ou pas crise, les inégalités augmentent


Il y a quelque chose de profondément choquant aujourd’hui. En période de croissance, seuls les plus riches en profitent. Et en période de récession, les pauvres trinquent quand les plus riches continuent à s’enrichir, comme le montre l’augmentation de 25% de la fortune des 500 plus riches Français.



Champagne en haut de la pyramide

Il y a quelques semaines, le CAC40 passait le cap des 4 000 points, un niveau inconnu depuis près de deux ans. Le Dow Jones enchaîne les records, au-delà de 15 000 points. Quel contraste avec la crise actuelle, la persistance d’un fort taux de chômage et l’entrée en récession de la France début 2013, sachant que la zone euro devrait d’enregistrer son 7ème trimestre consécutif de baisse de son PIB ! Jamais l’écart n’a semblé aussi grand entre le haut et le bas de l’échelle.

Il y a quelques temps, un chiffre avait symbolisé cette explosion des inégalités : 93% de la croissance des revenus en 2010 était allée à 1% des individus aux Etats-Unis. Et, dans certains secteurs économiques, la conjoncture s’est retournée. C’est ainsi que les 3252 traders et hauts gradés de BNP Paribas ont enregistré une croissance de 17% de leur rémunération, de 284 à 332 mille euros par an en moyenne, avec un bonus en hausse de 14%. On reste songeur devant ces chiffres sachant que les banques européennes doivent leur survie aux 1000 milliards de crédits accordés par la BCE.

Comme je l’avais souligné il y a quelques jours, d’autres études confirment cette stupéfiante évolution. Aux Etats-Unis, le patrimoine des 7% les plus riches a progressé de 28% de 2009 à 2011, quand celui du reste de la population a diminué de 4% ! En France, l’INSEE a révélé qu’en 2010, les revenus des 5% plus riches ont progressé de 1,3% quand ceux des 30% les plus pauvres ont baissé de 1,3 à 1,6%. Bref, le mouvement de hausse des inégalités ne semble avoir aucune limite. Depuis, l’OCDE a apporté de nouvelles données confirmant cette évolution dans notre pays.

Une société injuste et instable

Cette explosion des inégalités pose un double problème, moral et économique. Moral, car, comme le disait Tocqueville : « préoccupés du seul soin de faire fortune, les hommes n’aperçoivent plus le lien étroit qui unit la fortune particulière de chacun d’eux à la prospérité de tous ». Il y avait des limites aux écarts de salaires entre les hommes qui ont volé en éclats depuis 30 ans. Comment de ne pas trouver indécent les écarts actuels ? La faute à la réduction de la progressivité de l’impôt (il y a 40 ans, le taux marginal d’imposition était de 70% aux Etats-Unis et en Grande Bretagne). Les tableaux d’Olivier Berruyer sur l’ampleur du phénomène aux Etats-Unis sont très parlants.

Ensuite, de manière plus froide, on peut argumenter que l’explosion des inégalités a un effet déstabilisateur sur l’économie tout entière. Ce n’est pas pour rien que les deux pics des cent dernières années ont été atteints en 1929 et en 2007. Galbraith explique bien dans son livre par quels mécanismes les inégalités provoquent des bulles (augmentation de l’épargne disponible, donc de la demande d’actifs, puis des prix), analyse reprise par Joseph Stiglitz depuis.

Mais surtout, il y a quelque chose de profondément indécent à voir le secteur de la finance profiter de la sorte de la hausse des marchés alors qu’il ne doit sa survie qu’au soutien de l’Etat, et que le reste de la population souffre. Pire, les politiques austéritaires ne cessent de réduire le périmètre de l’Etat-providence, comme le montrent les manifestations contre la privatisation de la santé en Espagne, appauvrissant plus encore les moins riches qui sont de moins en moins protégés.

Pour avancer, une société a besoin d’avancer de concert, de faire en sorte que tout le monde en profite équitablement. Depuis quelques décennies, ce n’est plus le cas. De deux choses l’une, soit cela sera corrigé à la manière d’un Lula, soit de manière plus radicale, à la Chavez.

25 commentaires:

  1. Bon, ce n'est donc pas la crise, bonne nouvelle, ce sont alors les gouvernances ??? j'en suis persuadé ! C'est donc bien la courbe des inégalités et injustices qu'il faut renverser ???
    Il ne faut donc plus laisser faire ?
    Celà passe par le CONTROLE de l'ETAT !!!

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    On ne prend pas le chemin d'une correction. Le gouvt (cense de gauche) a rapidement recule sur tous les fronts, separation des banques, taxe a 75%, taxe Tobin, affaire des pigeons, sous l'encouragement general des medias et de l'UMP (qui reclament encore plus..).

    Depuis 20-30 ans, il existe un "chantage" permanent et explicite: on ne peut pas taxer les riches/le capital, reguler les banques, etc.., car le capital est mobile et partira a l'etranger (comptes en Suisse/paradis fiscaux, delocalisations...), donc la seule possibilite est de taxer les pauvres/classe moyenne (qui ne peuvent pas partir aussi facilement) et de reduire les depenses sociales (mais pas les niches fiscales qui profitent au haut du panier pour les memes raisons).

    Cet argument est explicitement evoque par les "experts" et politiques, et tant qu'on ne prendra pas des mesures (?) pour y faire face, il ne se passera rien, au nom du "realisme". Mais je doute que de telles mesures (lesquelles?) soient possibles avec PS+UMP+UDI et avec la commission de Bruxelles et l'UE (UK/Luxembourg/...).

    La reponse d'Attac/FdG (?) serait d'esperer une Europe sociale, ou une OMC sociale... On peut attendre...

    Donc il me semble qu'une des questions c'est de savoir comment mettre fin a ce "chantage" du capital (rentiers, banques, entreprises...)...

    RépondreSupprimer
  3. @Laurent Pinsolle,
    je crois qu'il va falloir changer de définition en ce qui concerne la crise: une crise est un épisode bref, qui survient à la suite d'un événement, comme ce qu'il s'est passé en 2008. En fait, depuis les années 80, point de départ de l'ultra-libéralisme (d'ailleurs, pour moi, en tant que socialiste républicain et anti-libéral, le mot "ultra" est de trop...) nous vivons sous un nouveau économique dont les crises successives, loin d'être des accidents, sont des modalités de refonte du système.
    Depuis 2008, tout est plié car les réformes qui aurait dues être faites pour éviter ces crises n'ont pas été prises, et d'ailleurs, j'en viens de plus en plus à penser qu'on a évité sciemment de les prendre afin que les crises continuent, un peu à l'instar de la "Stratégie du Choc" de N.Klein, même si je n'aime pas les théories du complot. Simplement, les inégalités perdurent car la crise a permis aux banques et aux plus riches investisseurs d'avoir la garantie qu'en toutes circonstances, le contribuable paiera!
    C'est une des raisons pour lesquelles les bourses sont en train de monter, car elles savent que les banques centrales continueront à déverser des capitaux sur les marchés, même au prix d'une inflation. Mais il ne faut pas être dupe: derrière une banque centrale, il y a toujours un état (sauf pour l'euro, mais c'est bidon: les charges sont réparties vers tous les états de la zone euro, au pro-rata de leur poids économique), donc des contribuables!
    En gros, d'une certaine manière, les marchés ont atteint leur but: la spoliation des peuples de leur propre monnaie, et donc de la possibilité pour ces peuples de profiter des fruits de leur travail...



    CVT

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " depuis les années 80, point de départ de l'ultra-libéralisme (d'ailleurs, pour moi, en tant que socialiste républicain et anti-libéral, le mot "ultra" est de trop...) "

      En fait depuis les années 80 nous subissons le NEO-libéralisme, plutôt que l'ultra-libéralisme. Ce dernier désignerait plutôt l'application intégrale des dogmes libéraux, dont le néo-libéralisme se soucie assez peu - il représente plutôt ce que les Américains appellent "crony capitalisme" - capitalisme de copinage. contrairement aux principes libéraux, se capitalisme renforce le rôle de l'Etat pour redistribuer la richesse aux bureaucrates et aux rentiers. il n'est "libéral" qu'en matière de marché du travail...

      Supprimer
  4. Il y a un lien très direct que vous ne mentionnez pas entre inégalités et finances : si les revenus salariaux n'augmentent pas régulièrement, la demande tend à être insuffisante. Pour soutenir néanmoins la croissance, il ne reste que trois mauvaises solutions : laisser gonfler les bulles financières en espérant que leurs retombées formeront des débouchés suffisants, laisser courir les déficits et la dette publique, ou enfin gonfler artificiellement l'investissement privé par des politiques monétaires hyper-accommodantes. Aujourd'hui même les politiques les plus progressistes (Japon , Etats-Unis...) "calent" sur cette question des salaires, et les politiques de relance ne pourront au mieux que reporter les problèmes (ce qui serait déjà beaucoup mieux qu'en Europe !).
    Seulement, revenir à une politique de hausse des salaires remet en cause tous les fondements du néolibéralisme :
    - augmenter les salaires oblige les entreprises à une prise de risque subjectivement considérable : la baisse de la rentabilité apparente du capital est immédiate, alors que les avantages de débouchés soutenus sont à venir - et que beaucoup de chefs d'entreprise ne perçoivent guère le rapport entre les deux ;
    - Pour que la hausse des salaires ne créée pas d'insurmontables problèmes de compétitivité, il faut au préalable établir une monnaie nationale et un taux de change flexible ;
    - et enfin cela suppose de sevrer la finance de l'accaparement des gains de productivité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On cerne assez bien le probleme économique en effet. Mais le gros soucis est politique. Comment avoir des dirigeants qui ne soient pas neoliberaux ? Ca me parait un exploit dans les pays occidentaux ou les dirigeants de l'après guerre ont été remplacés par des bourgeois médiocres intellectuellement, qui ont été amenés au pouvoir par les riches. Même dans le monde anglo saxon il suffit de comparer un Beveridge avec les réflexions bas de plafond d'une Tatcher.

      Je pense que ce que neglige DLR c'est que c'est le systeme politique qui produit de mauvais dirigeants, il faut bien une explication sur cette domination des neoliberaux sur les classes politique.
      De Gaulle a beau avoir été un très bon dirigeant, la Ve republique compte trop sur la qualité d'hommes providentiels et le general n'était qu'un cas exceptionnel que des evenements ont amené au pouvoir. Ce n'était donc pas un systeme politique par élection de representants qui ne comporte aucune sécurité contre les castes et les abus de pouvoir les elus pouvant changer eux même l'integralité des textes legislatifs y compris la regle du jeu politique, ils pourraient même changer la declaration des droits de l'homme sans referendum si ils veulent.

      Supprimer
    2. Pour ajouter un mot le principal souci c'est qu'un politicien peut promettre absolument ce qu'il veut et ensuite faire absolument ce qu'il veut a condition qu'il ait une assemblée de son coté. Le parti gagnant les élections peut tout a fait legalement abroger l'independance de la France donner le commandement de notre armée a l'Allemagne ou aux Etats Unis ou établir la Charia. Il ne lui suffit que de convoquer ce fichu congrès qui peut faire n'importe quoi de la constitution sans contre pouvoir.
      Ils ne voient pas chez DLR qu'il y'a un probleme avec la Veme republique ?

      Supprimer
    3. Tout à fait d'accord avec cette réflexion, le coeur du problème est de nature politique et psychologique.
      La progression des inégalités, les soucis économiques puis la remise en cause de la cohésion sociale sont les conséquences d'une mutation du système politique.
      A CVT :
      - ceux qui profitent d'une société inégalitaire sont au pouvoir, soit directement soit par leur hommes de paille par exemple de l'UMPS en France ;
      - à régime de faible augmentation de la productivité de l'appareil économique, et dans le cadre de la mondialisation dont on nous vante par ailleurs les mérites dans ce domaine, si les revenus d'une minorité progressent, c'est forcément au détriment de tous les autres, par simple effet de sablier. Il y a captation ou prédation, protégée juridiquement puisque ceux qui en bénéficient sont ceux qui gouvernent et aménagent les lois en conséquence.
      A J. Halphern : la hausse des salaires entraîne une baisse de compétitivité, d'où le retour à un contrôle souverain de la monnaie certes, mais aussi à l'établissement de protections douanières (bien que les dévaluations compétitives fassent partie du même arsenal de contrôle des flux commerciaux...).

      Francis Commarrieu.

      Supprimer
  5. @TeoNeo, vous approuvez donc mon idée d'un controle citoyen de l'ETAT ?, car, vous avez entièrement raison, tous les oeufs sont dans le même panier, iL FAUT BIEN FAIRE QUELQUECHOSE !!!
    NDA, le sait, le dit insuffisamment ... Le peuple doit être concerné, il ne l'est pas ? seul le parlement peut renverser ce pouvoir !!!!
    Nous sommes pieds et mains liés ?

    RépondreSupprimer
  6. Mardi 23 juillet 2013 :

    A propos des défauts de paiement des pays de la zone euro, Jean-Marc Vittori écrit :

    Réfléchir à l'effacement des dettes publiques.

    C'est intenable. En un an, la dette publique a augmenté de 450 milliards d'euros dans les pays de l'euro.

    [ ... ]

    La deuxième manière est sans nul doute plus violente, mais elle va sans doute finir par s'imposer : c'est l'effacement d'une partie de la dette. En jargon, on parle de restructuration pour ne pas effrayer l'épargnant qui détient cette dette d'une manière ou d'une autre. La Grèce y est passée l'an dernier. Le Portugal, qui aura beaucoup de mal à lever les 15 milliards d'euros prévus sur les marchés l'an prochain, risque d'y aller. Les autorités européennes acceptent peu à peu la perspective de la restructuration, comme l'ont prouvé le plan grec de l'an dernier, l'intervention chypriote cette année, ou l'imputation des pertes des banques à leurs créanciers prévue dans le projet d'union bancaire. Le FMI, lui, a lancé en avril dernier un vaste chantier sur le sujet en soulignant que les restructurations ont souvent été par le passé trop faibles et trop tardives. Les propositions abondent : processus d'arbitrage, création d'une cour internationale de restructuration des dettes, allongement automatique des maturités des obligations émises par un Etat en cas d'assistance financière fournie par le Mécanisme européen de stabilité… La sortie de la crise européenne dépendra de notre capacité collective à gérer un effacement de dettes, puis ses conséquences économiques et sociales. Il est urgent d'y réfléchir.

    http://www.lesechos.fr/opinions/edito/0202911635059-reflechir-a-l-effacement-des-dettes-publiques-588695.php

    Les pays européens qui vont faire défaut sont les suivants :

    Grèce, Italie, Portugal, Irlande, Belgique, France, Espagne, Royaume-Uni, Chypre, et plus si affinités.

    RépondreSupprimer
  7. Les inégalités qui augmentent le plus vite sont les inégalités de traitement entre d'une part la population française et d'autre part les musulmans (ayant ou non obtenu dans une pochette surprise la nationalité française). D'un côté des travailleurs qui doivent respecter la loi sinon la police s'en charge durement (voir les manifs pour tous) d'un autre l'impunité total. D'un côté des travailleurs qui paient lourdement leurs impôts et leurs cotisations sociales, de l'autre des assistés qui n'en ont jamais assez et qui ont droit à des rénovations urbaines, plans d'emploi pour eux, subventions pour les vacances et j'en passe. D'un côté la laïcité doit s'appliquer strictement dans l'autre elle doit être positive. D'un côté amalgame entre prêtre et pédophilie de l'autre "pas de stigmatisation" des musulmans qui pour la plupart sont très bien intégrés" et ça se constate tous les jours ^^.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est d'une telle évidence nous pouvons nous poser des question sur ceux qui prétendent le contraire ; calcul ou dhimisme ?

      Supprimer
  8. @ Gilco56

    Tout à fait

    @ Anonyme

    Très juste. Le coup de pouce misérable du SMIC l’an dernier en était annonciateur… Bien d’accord sur la solution du FDG : entendre l’Europe sociale, c’est attendre que les poules aient des dents. Déjà, Mitterrand, au début des années 1970 en parlait. Depuis, on a vu, même quand la gauche a été majoritaire en Europe. La solution, c’est reprendre notre destin en mains, à l’abri de nos frontières.

    @ CVT

    Très juste. Gréau l’appelle « la grande récession ». Pas totalement d’accord pour supprimer le terme ultra car il y a des choses positives dans le libéralisme et il y a des libéraux pragmatiques et humanistes (Gréau, Lafay, Allais) qui nous montrent que l’on peut être libéraux et progressistes. Tout le problème, c’est le néolibéralisme qui fait de la liberté un dogme indépassable qui écrase toute velléité d’égalité et de fraternité. En clair, qui nous déshumanise et nous fait revenir à une condition d’animaux dans une jungle.

    Très juste pour la suite.

    @ J Halpern

    Très juste. Nous sommes plus dans un néolibéralisme qui tombe souvent dans le copinage ou les règles qui favorisent les amis que dans un ultralibéralisme.

    Totalement d’accord sur le second commentaire.

    @ TeoNeo

    Il faut un peu de temps pour que les peuples veuillent changer de dirigeants. Là, le PS se déconsidère, je l’espère définitivement, et j’espère que 2017 permettra de changer Je crois que l’intérêt de la Cinquième, c’est l’élection d’un président qui a beaucoup de pouvoirs. De là, tout le reste peut découler. Après, il faut peut-être envisager un système de révocation pour maintenir une pression populaire via une arme nucléaire démocratique.

    Mais je ne crois pas que la Cinquième soit coupable : la situation est partout la même. Et je crois que nous pouvons en sortir plus facilement que nos voisins.

    @ Francis

    Très juste

    @ BA

    On verra. Si on reprend le contrôle de notre banque centrale, pas besoin de faire défaut.

    RépondreSupprimer
  9. Pour Information : Niveau de dette : le nouveau classement européen :

    http://www.lesechos.fr/economie-politique/monde/actu/0202911118038-la-dette-publique-de-la-zone-euro-a-encore-augmentee-588487.php

    Sur le site de Beppe Grillo article : « Il diavolo veste Merkel » :

    http://www.beppegrillo.it/2013/07/il_diavolo_veste_merkel.html

    Quelle est l’origine de l’énorme dette italienne ? La cause initiale ressemble à celle de la France à 10 ans d’intervalle. Texte original en italien :

    "L’esperienza del passato ci serve per capire cosa avverrà del nostro Paese. Nel decennio 1982 – 1992 il rapporto debito/PIL quasi raddoppiò: dal 60% al 110%, questo perché nel 1981 Tesoro e Banca d’Italia divorziarono. Da allora lo Stato non ha più potuto contare su un prestatore interno con cui indebitarsi e ha dovuto offrire rendimenti sempre più elevati per vendere il debito."

    « Dans la décennie 1982 - 1992 le ratio dette / PIB a presque doublé, passant de 60% à 110%, c'est parce que en 1981, le Trésor et la Banque d'Italie ont divorcé. Depuis lors, l'Etat ne pouvait plus compter sur un prêteur avec lequel s’endetter et a dû offrir des rendements toujours plus élevés pour vendre la dette. »

    Je suppose que les politiques, en France, comme Italie où ailleurs, se devaient de satisfaire les banques qui souhaitaient profiter de la manne alors considérée comme sûr de la dette d'Etat.

    Saul


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le schéma de la "crise" est très simple pour un bankster moyen :

      - phase 1 : j'aide ma banque à monter des opérations illégales et tordues de toute nature : produits pourris, production de données et de rapports mensongers, exploitation d'informations manipulées, opérations spéculatives ... en bernant les particuliers et les Etats

      - phase 2 : je suis récompensé dans tous les cas, comme mes dirigeants (mias moins bien), car je travaille pour une grande institution financière et elle est "too big to fail", donc aucun risque de faillite. Au mieux ou au pire, c'est selon votre position dans l'affaire, l'Etat bouche les trous. Dans un premier temps. Dans un deuxième, un troisième, un quatrième temps ... etc, il continue à déverser de l'argent pour, paraît-il, financer l'économie qui est en crise. Eh oui, parce que je ne prête pas facilement dans une situation aussi risquée et il faut bien que quelqu'un paie au bout du compte. Si l'Etat me confie des milliards d'euros ou de dollars, il doit bien aller le chercher dans les poches de quelqu'un, non ?

      - phase 3 : je n'ai qu'à recommencer en revenant à la phase 1 et choisir. Je je peux spéculer sur tout : l'énergie, les denrées alimentaires, l'immobilier, les prêts à la consommation ...

      Ah, j'allais oublier. Je transfère beaucoup d'argent dans les "paradis" fiscaux grâce à mes filiales et c'est bien normal. Le monde actuel est peu sûr.

      Supprimer
  10. Bonne mise en perspective Laurent. La démonstration est claire et nette. J'avais quand même envie de compléter le tableau par une réflexion de Krugman que je crois avoir lu ici mais je n'en suis pas sûr. Il expliquait que de fortes inégalités mettait une grande partie de la population dans un tel état de frustration (en voyant les plus riches), que sa consommation se maintenait à des niveaux sans rapport avec ses revenus. Du coup, selon Krugman, les inégalités seraient une des causes majeures de l'endettement privé. Et il me semble qu'il faut le prendre en compte en complément du commentaire de J Halpern qui évoque la dette publique. On a déjà vu des Etats peu endettés (40 %) et une dette globale du pays de plus de 200 % du PIB en intégrant celle des ménages et des entreprises (exemple : Espagne de 2007).
    Certes, un soutien de la demande n'est pas mauvais, mais qu'il provienne d'une hausse excessive de l'endettement privé est beaucoup plus problématique. Evidemment, tout cela est à considérer dans le cadre de la politique monétaire (taux d'intérêt).

    RépondreSupprimer
  11. Un article important vient de paraître sur le blog de la RWER (http://rwer.wordpress.com/2013/07/22/more-proof-employment-protection-does-not-affect-employment/). Il s’appuie sur le dernier rapport sur l’emploi de l’OCDE. Il ressort de l’analyse des données qu’il n’apparaît aucune corrélation entre le degré de protection de l’emploi par la loi (les garanties légales accordées aux travailleurs en vue de restreindre la possibilité de les licencier ou d’imposer de leur accorder des indemnités significatives en cas de licenciement) et la dynamique du marché de l’emploi. Autrement dit, certains pays qui accordent peu de garanties face au risque d’un licenciement ont connu une évolution décevante de l’emploi sur la période 2008-2012 (exemple : les États-Unis), tandis que d’autres pays, plus protecteurs, connaissaient une dynamique de l’emploi bien plus positive (Allemagne, Luxembourg, Turquie, Mexique).

    Comme le souligne l’auteur de l’article (dont on peut recommander le manuel hétérodoxe d’économie : Jim Stanford, Petit cours d'autodéfense en économie. L'abc du capitalisme, Montréal, Lux, 2011, 496 p.), il s’agit à l’évidence d’une réfutation empirique de la doxa néoclassique selon laquelle un droit du travail très protecteur inhiberait forcément la flexibilité et l’efficacité des forces du marché, avec pour conséquences à long terme une croissance du chômage et une dégradation de la qualité des emplois proposés.

    YPB

    RépondreSupprimer
  12. C'est la crise, mais pas pour tout le monde, comme dirait l'autre.

    Je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager le moment de bonheur que j'ai vécu en écoutant Madame Viviane Reding, Commissaire européenne à la justice. Wunderbar, so nice, excellent ! Madame Reding, qui était reçue par Caroline Fourest dans l'émission de France Inter "ils changent le monde" diffusée aujourd'hui à 12h30, n'avait à la bouche que les mots de démocratie, citoyens, droits individuels, Europe ... etc.

    Convaincante à n'en pas douter, une femme si enthousiaste ne manqua pas de faire remarquer que les élus ne pouvaient pas prendre en charge la question des Roms à cause ... des élections. Pourquoi ? mais parce qu'ils sont sensibles à l'opinion des citoyens qui les élisent. Ils ne peuvent porter de tels projets et rien ne vaut des commissaires européens pour défendre les libertés. CQFD.

    Pour ces gens-là, nos technocrates (Mme Reding est une journaliste qui a réussi), rien ne vaut, comme l'a fait remarquer Jacques Sapir, un gouvernement de technocrates est seul capable de défendre les libertés individuelles. D'ailleurs, emportée par sa fougue, Madame reding s'est engagée à agir pour contraindre les gouvernements - en l'occurence le méchant Président Orban - à faire ce que l'Europe demande ("il y a des trous dans le dispositif""il existe des lois nationales là où il n'en existe pas au niveau européen").

    Et Caroline Fourest de conclure très sobrement avec la plus grande déférence envers cette dame :"merci infiniment".
    Il n'y a vraiment pas de quoi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hallucinant , une paire de tête a claque , lire également les commentaires des bisounours de France Inter sur son site

      Supprimer
  13. L'éditorialiste du journal "LES ECHOS", Jean-Marc Vittori, vient de comprendre que plusieurs pays de la zone euro vont faire défaut.

    Et maintenant, dans le journal "LA TRIBUNE", c'est Patrick Artus.

    Ils commencent à comprendre.

    A propos des défauts de paiement des pays de la zone euro, Patrick Artus écrit :

    "Un défaut est inévitable pour les pays les plus vulnérables de la zone euro"

    La Tribune : Mais n'y a-t-il pas un danger d'une réaction en chaîne si l'un des pays de la zone euro fait défaut ?

    Patrick Artus : Le problème, c'est que l'on n'a pas mis en place les institutions nécessaires pour permettre d'éviter la contagion. Par exemple, si demain le Portugal fait défaut, nous n'avons rien pour empêcher les marchés d'attaquer les autres dettes européennes. Quant à l'OMT, il est inefficace parce qu'il ne peut être déclenché que si un pays demande à être placé sous programme d'aide. Il n'intervient qu'après le désastre, alors que ce mécanisme devrait être préventif. Mais il n'y a pas que cela. Il faut aussi prendre en compte le fait que les banques sont d'énormes détenteurs de dette publique. Pour qu'il y ait un défaut organisé, il faut prévoir avant une recapitalisation des banques. Or, le MES n'est pas prêt. Donc pour l'heure, un défaut signifierait automatiquement une crise bancaire.

    http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20130723trib000777111/patrick-artus-un-defaut-est-inevitable-pour-les-pays-les-plus-vulnerables-de-la-zone-euro.html

    RépondreSupprimer
  14. @ Saul

    Un très grand merci pour l’information sur ce texte.

    @ Démos

    Tristement bien vu !

    La commissaire dont la France de Sarkozy aurait du demander la démission…

    @ Rieux

    Merci. C’est exactement cela. Je ne sais plus si c’est Krugman ou Stiglitz qui a dit cela.

    @ YPB

    Un grand merci pour pour cet article.

    @ BA

    Merci pour ce papier d’Artus.

    RépondreSupprimer
  15. Témoignage de ma vie!

    Je suis Anna Anderson du Royaume-Uni, après 4 ans de mariage avec mon mari, il a divorcé et a dans une autre dame, j'ai fait tout mon possible pour obtenir le dos, mais tout a avorté, jusqu'à un vieil ami à moi m'a dit sur un lanceur de sorts Dr.ODUDUA sur Internet qui l'a aidée à un problème similaire, au début, je doutais, mais j'ai décidé de faire un essai, quand je l'ai contacté (dr.oduduwasamuelhightemple@gmail.com) il m'a aidé jette un réunifier épeler et dans les 48 heures mon mari et moi à nouveau réunis. Contactez ce grand lanceur de sorts sur votre relation ou mariage problèmes et des conseils à dr.oduduwasamuelhightemple@gmail.com

    Cordialement,
    Anna Anderson.

    RépondreSupprimer
  16. COMMENT OBTENIR MON AMANT RETOUR EX SEMAINE SANS EFFET

    Faites attention ici , personne ne peut vous aider ici ni même de suggérer COMMENT VOUS POUVEZ OBTENIR VOTRE EX OU AMOUR RETOUR , LES TEMOIGNAGES DE PLUS lanceur de sorts ici doit être IGNORE.BECAUSE plupart d'entre eux SCAM et une véritable arnaque dont j'ai été victime et I GOT DÉCHIRÉ de milliers de dollars parce que j'étais tellement impatient de MA FEMME ROSE APRÈS Elle m'a laissé PLUS DE 2ANS AVEC MON FILS 7ans VIEUX JERRY , j'ai appliqué À 7 AUTRE lanceur de sorts ICI ET TOUT EN VAIN ILS TOUT DEMANDE DE MEME CHOSE ENVOYER VOTRE NOM VOTRE EX nom et l'adresse IMAGE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE ETC ce que j'ai fait maintes et maintes fois et la plupart venaient d'Afrique du Sud jusqu'à ce que j'ai vu ce courriel en ligne sur SORT DR KAKA AU NIGERIA et j'ai décidé de lui donna un CALL.HE
    DEMANDEZ-MOI QUATRE CHOSES mon vrai nom , mon ex et mon ex MÈRE nom et £ 500 ET DIT MON EX reviendrai en 24 heures donc je n'ai pour terminer l'appel comme je l'ai payé plus de $ 7000 sur le sort CASTING ET MESSAGERIE ET ​​RIEN AVOIR DE TRAVAIL POUR ME 3 jours je pensais à quel point j'ai PERDU POUR AUTANT EN RAISON DE ROSE Alors j'ai dit LET ME Donnez-lui un TRY SO je l'ai rappelé et envoyer mon vrai nom , mon ex et mon ex MÈRE ET LE NOM £ 340 PARCE jE JURE que c'était ma dernière TRY SO j'attendais comme il m'a dit d'attendre jusqu'au lendemain et je ne pouvais dormir cette nuit parce que j'aime vraiment ROSE ET VEUX SON RETOUR À 21 heures ce jour, je vis Rose LIGNE SUR LE VISAGE DU LIVRE ET ELLE A DIT HI Au début, j'étais CHOC parce qu'elle n'a jamais parlez avec moi pour le passé, un an et 9 mois maintenant , je n'ai pas répondu encore, elle dit que vous êtes là ? Je répondre rapidement et elle a dit OUI nous pouvons voir demain je dit oui et elle est allée hors ligne J'étais confus j'essaie de discuter avec elle de nouveau, mais elle n'était plus en ligne que je ne pouvais pas dormir cette nuit-là , je me demandais ce qu'elle va dire PAR 7.AM Le lendemain matin elle m'a donné un appel manqué j'ai décidé de ne rappellerons que j'étais encore sur le choc de nouveau elle appel et je PICK ELLE A DIT peut-on voir AFTER WORK AUJOURD'HUI j'ai dit oui alors elle fin à l'appel IMMÉDIATEMENT je sortait du travail elle me traite et nous nous réunissons et nous sommes maintenant BACK AGAIN J'APPELLE DR KAKA LE LENDEMAIN pour le remercier de ce qu'il a fait en fait je encore appeler et lui MERCI AS ma vie était pas complète sans ROSE S'IL VOUS PLAÎT être prudent J'AI ÉTÉ SCAM MILLIERS DE DOLLARS SI VOUS VOULEZ UN SORT LOVE courriel l' ( KAKARAKASPELL@YAHOO.COM ) Cordialement, .
    { } kakarakaspell@yahoo.com

    Je tiens à vous faire savoir qu'il peut lancer tout type de sort lancé avec 101 %
    garantie , si vous avez n'importe quel type de problème de ce genre ou plus rapidement le contact
    lui de l'aide bien

    Avez-vous besoin d'un sort d'amour
    Avez-vous besoin de l'argent dans les 48 heures par période
    Avez-vous besoin d'un remède pour votre VIH
    Avez-vous besoin d'un sort de prêt
    Voulez-vous être célèbre dans la vie
    Voulez-vous vivre la vie longue
    Avez-vous besoin de votre dos ex
    Avez-vous besoin d'un enfant
    Avez-vous un problème de cancer
    Avez-vous un problème Anier
    Avez-vous des problèmes Ashmer
    Etc contactez-nous sur >>>> { } kakarakaspell@yahoo.com .

    RépondreSupprimer
  17. J'étais à la recherche d'un organisme de crédit lorsque sur le net j'ai trouvé le prêt grâce ce Mr Carlos Duvrait. J'ai fait une simulation et j'ai reçu par chance un avis favorable. J'ai imprimé le dossier de crédit de suite afin de le renvoyer le plus rapidement possible, j'ai été rapidement contacté par email pour m'informer que j'avais omis de fournir une pièce justificative, que j'ai renvoyé le jour même par mail. J'ai ensuite été contacté par e-mail par une chargée de clientèle (très professionnelle et aimable) pour répondre à quelques questions. Mon dossier est passé en commission, 48 heures plus tard j'avais la réponse et il a fallut 48 heures de plus pour le versement. Carlos Duvrait, c'est mieux qu'une banque à tout points de vue. Je suis ravi ! Surtout n'hésitez pas ! Je vous conseil ce mr "Carlos Duvrait" Contactez-le par E-mail : Carlosduvrait@yahoo.fr

    Bonne chance à vous.
    PS : C'est pas de la l'arnaque , ni une plaisanterie c'est du sérieux .
    Donc, Merci de faire passer le message.

    RépondreSupprimer
  18. Mon nom est Rose, j'ai vu récemment un témoignage sur un assistant de quelque sorte sur un blog que je me suis rendu pour en ligne des problèmes datant d'orientation que j'ai eu de sérieux problèmes avec mon petit ami et nous avions été datant pendant six mois, seulement changé soudainement quand retourner mes appels, la tricherie a commencé, il me faisait mal à bien des égards, je ne pensais jamais que toute solution possible viendra et je pensais que je devrais essayer, peut-être par le désespoir d'une certaine sorte je les ai contactés. Au début, tout semble comme un rêve, les consultations et la solution était un peu plus facile et étrange et je me suis un peu peur parce que je l'avais lu et entendu beaucoup d'histoires de roues de sorts faux, escroqueries et jamais vraiment cru à la magie. Je jouais avec un peu d'espoir et de foi et m'a envoyé quelques produits alimentaires après tout, et cela a fonctionné comme un miracle, tout est allé dans une nouvelle direction, alors qu'il était et il est incroyable. Je pense qu'il était de bonne foi qui m'a lu ce jour-là aussi fidèle. J'espère pouvoir aider les autres, comme ils le faisaient pour moi. Je l'ai fait un peu et je suis tout ce que je voulais et souhaitais que mon mari, ma famille et ma vie. Communiquez avec le lanceur de sorts sur cette adresse e-mail Drobosspiritualspellcaster@gmail.com

    RépondreSupprimer