vendredi 27 décembre 2013

L’imposture gaulliste du Front National


Sans doute pas complètement à l’aise avec ce qu’est le parti dont il est le vice-président, Florian Philippot se présente de plus en plus comme gaulliste. Mais comme pour son logo de campagne, où la flamme frontiste semble plus brûler la croix de Lorraine qu’autre chose, cela ne prend pas.



Signe d’un malaise

Tout le ramdam fait par Florian Philippot pour dire que le FN serait un vrai parti gaulliste, qu’il serait un grand rassemblement ouvert aux gens venus de la gauche est sans doute le signe d’une inquiétude tant interne qu’externe. Je n’ai jamais jeté la pierre à des électeurs dont je comprends et partage une partie significative des motivations (refus d’une mondialisation anarchique, rejet du PS et de l’UMP) et je pense même qu’il y a sans doute des personnes non extrémistes dans le parti de la famille Le Pen, qui croient qu’il est la seule voie possible pour changer notre pays dans de prochaines élections.

En revanche, je reste totalement persuadé que la nature profonde du parti mais aussi de ses dirigeants (à part sans doute Philippot) est d’extrême-droite, comme je l’avais expliqué pour des raisons développées dans ce papier. La recherche d’une nouvelle identité doit sans doute être prise comme une volonté de faire oublier une identité réelle, dont l’actualité nous rappelle tous les mois qu’elle est ancrée à l’extrême-droite de l’échiquier politique, que ce soit dans l’héritage idéologique (logo venu des néo-fascistes, Dominique Venner, réminiscences de l’OAS) ou dans une partie des idées.

Plus c’est gros, plus ça passe ?

Pas sûr quand on voit le montage malheureux du logo de campagne de Florian Philippot. Bien sûr, il ne faut pas nier l’évidence de certaines convergences qui ont existé dans le passé, et existent toujours aujourd’hui, comme l’explique Laurent de Boissieu sur son blog dans un bon papier, (attachement à la patrie, respect des traditions) mais le FN reste très éloigné du gaullisme pour de nombreuses raisons. Tout d’abord, il est pour le moins paradoxal de se revendiquer gaulliste, quand Louis Alliot, N°2 du FN, publie sur son site des hommages à Bastien-Thiry, l’homme qui voulait assassiner le Général.

Ensuite, il y a une différence fondamentale dans le rapport à la nation du gaullisme et celui de l’extrême-droite. Le Général a toujours professé un amour des siens sans rejet de l’autre, alors que les extrémistes parlent souvent davantage du rejet de l’autre (immigrés, musulmans) que de l’amour des leurs. Ce discours typique de l’extrême-droite se retrouve dans la bouche des dirigeants du FN (« Merah en puissance », crise bretonne attribuée au « lobby musulmam »).

Bien sûr, certains ressortiront des propos qu’aurait tenu le Général. Et je veux tordre le coup à cet argument. D’abord, je pense que seuls les propos publics font foi. Ils sont les seuls dont l’authenticité est incontestable et où l’on peut donner un contexte. En outre, veillons à ne pas tomber dans une vision orwellienne de la politique : les propos privés doivent pouvoir garder une plus grande liberté, ce que le provocateur qu’était le Général savait. Enfin, soit dit en passant, tout le monde sait que ces propos sont anecdotiques par rapport à certains propos publics du FN. Et que dire des propos privés ?

Bref, vouloir drapper le Front National d’un oripeau gaulliste est une mystification effarante, bien dénoncée par Jean-Pierre Chevènement. On peut comprendre l’intérêt qu’il y a pour le parti de la famille Le Pen à se recentrer de la sorte, mais on n’est pas obligé de tomber dans ce grossier panneau.

97 commentaires:

  1. Je vous avais dit d'affuter vos crayons pour 2014 pas de briser la trêve de Noel !

    Quoi Noel les muzz vont me tomber dessus

    RépondreSupprimer
  2. A travers votre article bien construit, ... et bien d'autres, on voit les limites de notre démocratie. Avec ses élections à répétition, elle met en compétition les uns et les autres, souvent pour des promesses stériles, et multiplie le nombre de chapelles. Chacun tire à hue et à dia ! Mais où est donc passé l'intérêt général de la France ? Ne pourrait-on pas y réfléchir ensemble pour faire renaître l'envie des français à participer à un vrai projet collectif ... à 30 ans ? Quelle ambition collective pour cette échéance ? Bref, chacun voit midi à sa porte en jouant sur les peurs et les croyances. Ceci dit, on peut rester optimiste, car on voit, de ci, delà, des individus ou des associations désintéressés tentés de prendre le relais avec une nouvelle vision du monde (Les colibris, Nous citoyens, par exemple).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous Citoyens n'a pas de grandes differences avec la tendance liberale de l'Alternative centriste (UDI-MoDem).

      Je pense que vous vouliez plutot parler de Nouvelle Donne, implementation politique du collectif Roosevelt, qui recoupe en partie le mouvement des Colibris.

      Talisker.

      Supprimer
  3. Bonjour M. Pinsolle,

    Il est navrant de voir ceux qui défendent les idées gaullistes prendre pour ennemi le FN parce qu'il se rapproche ouvertement de ces mêmes idées (vous n'êtes pas le seul dans ce cas). Vous pourrez noter qu'il n'y a pas que Florian Philippot, il y a également Philippe Martel, "ex-juppéiste" qui a rejoint le FN en tant que gaulliste, ce qui démontre un véritable courant qui est en train de transformer le parti de l'intérieur.

    Être gaulliste en 2013, c'est adhérer aux idées maîtresses de la politique du Général, la Souveraineté Nationale, le refus de la supranationalité, le respect des nations, le refus du gouvernement des juges, l'association capital-travail, etc. On peut, à ce titre, être gaulliste, c'est à dire adhérer aux idées et à la politique du Général, tout en restant en retrait par rapport à sa position lors de l'affaire algérienne, qui a profondément meurtrie une partie de la communauté nationale.

    Concernant les propos que vous qualifiez d'extrême-droite sur le sujet de l'immigration, vous prenez le soin d'évacuer tout ce qui a pu être rapporté par Alain Peyrefitte sur les idées du Général. C'est un peu facile de rejeter ce qui ne vous convient pas. A la lecture d'Alain Peyrefitte, il apparaît clairement que de Gaulle était tout à fait opposé à ce que l'ensemble de la population algérienne puisse avoir un jour les mêmes droits que les français de métropole. Sur l'immigration, le FN est certainement beaucoup plus proche du gaullisme que vous-même...

    De fait, il me semble que vous devriez être satisfait de voir un grand parti politique (notamment selon son score à la Présidentielle), défendre les idées de Souveraineté Nationale, de retour aux frontières nationales, de sortie de l'euro, de la réduction drastique de l'immigration d'Afrique ou de certains pays de l'Est, parce qu'aujourd'hui, c'est là où se situent les problèmes majeurs de la France.

    Pour terminer, on peut soutenir à la fois DLR et le FN dans leur combat quotidien, mais le jour des élections, il faudra faire un choix pour celui qui a le plus de chances de l'emporter et de peser réellement sur le cours des choses. Le jour où Nicolas Dupont-Aignan aura une chance d'être au second tour de la Présidentielle, il aura ma voix. Mais d'ici là, j’appuierais le FN-RBM aux différentes élections. Et il est bien dommage de ne pas avoir une unité nationale dans ce sens là.

    Merci de m'avoir lu, de la part d'un lecteur qui suit votre blog et DLR avec beaucoup d'intérêt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Entièrement d'accord avec vous ; je fais exactement le même raisonnement. Ausi longtemps que le FN restera le seul parti ayant une chance de nous débarrasser de l'UMPS en 2017, il aura ma voix : qui veut la fin veut les moyens.

      Et puis il faut bien reconnaître que notre ami Laurent, qui fait une fixation sur le FN, n'est pas toujours très objectif quand il en parle :-) ce qui n'enlève rien aux nombreux mérites de son blog.

      Sancelrien

      Supprimer
    2. @Sancelrien

      "Ausi longtemps que le FN restera le seul parti ayant une chance de nous débarrasser de l'UMPS en 2017, il aura ma voix"

      Pourtant en analysant le résultat du FN aux présidentielles de 2002, il est clair c'est pas le cas.

      Pour moi en tout cas ça ne fait aucun doute.

      Donc si le seul et unique but de ton vote est d'éliminer le PS ou l'UMP au 1er tour, d'accord le FN est le mieux placé. Mais il n'a aucune chance de le remporter. Et donc ça ne changerait rien.

      Par contre, dans le cas où ce serait Nicolas Dupont-Aignan au second tour, il aurait une vraie chance de l'emporter. On se retrouverait alors dans un scénario plus proche du référendum de 2005 que de la présidentielle de 2002.

      C'est d'ailleurs pour ça que l'UMP et PS font le jeu du FN. Ils sont pas fous, ils savent que c'est le meilleur moyen de conserver leur duopole.

      Supprimer
    3. Correction :

      "Mais il n'a aucune chance de remporter le 2nd tour. Et donc ça ne changerait rien."

      Supprimer
    4. @bip :

      Avez-vous remarqué que nous ne sommes plus en 2002 ?

      Sancelrien

      Supprimer
    5. @bip

      Contrairement à 2002, le FN-RBM se prépare activement à être en capacité de gouverner en 2017. De nombreux réseaux sont actifs pour recruter les cadres nécessaires (voir l'article très documenté de Vincent Nouzille paru dans le Figaro il y a quelques mois) et Marine Le Pen et Florian Philippot ont un véritable objectif et un véritable programme qui continue de s'affiner.

      On peut supposer qu'une majorité de français a rejoint le FN-RBM sur la problématique de l'immigration, il reste désormais à convaincre sur les sujets économiques et politiques, sortie de l'euro/sortie de l'UE et sortie de l'OTAN (il faudrait d'ailleurs quitter complètement l'OTAN à mon sens...).

      Si le FN arrive à convaincre sur la sortie de l'euro, il peut être élu en 2017... Et l'UMP/PS est élu en 2017, on sera très mal en 2022...

      A noter que Charles Gave, un économiste libéral opposé à l'euro, voit dans les élections européennes de 2014, un référendum pour ou contre la sortie de l'euro, c'est un point qui peut avoir son importance...

      En synthèse, 2017 est encore loin et tout est possible...

      Supprimer
    6. Bien sur tous le monde préférerait NDA au second tour pour des raisons aussi déverses que variés dans ce cas DLR ferait 25% des voix actuellement , ce n'est pas le cas donc nous avons 99% de chances d'avoir MLP au second tour . La question est de savoir si les français vont renverser la table eh bien en 2017 ce n'est pas impossible ; d'ailleurs tous les partis qui se sont auto qualifiés de gouvernement pètent de trouille pour les prochaines élections

      Supprimer
    7. @Sancelrien

      "Avez-vous remarqué que nous ne sommes plus en 2002 ?"

      J'avais pas réalisé en effet... Désolé...
      Donc on oublie tout ce qui s'est passé en 2002 et on n'en tire aucune conclusion...



      @Anonyme 27 décembre 2013 15:32

      "Si le FN arrive à convaincre sur la sortie de l'euro, il peut être élu en 2017"

      Faire mieux qu'un 82/18 d'accord. De là à obtenir une majorité, j'y crois pas. Mais bon, y a pas de preuve à ça (la seule preuve possible, ce sera le vote de 2017). Donc il est tout à fait possible de croire le contraire.


      "les élections européennes de 2014, un référendum pour ou contre la sortie de l'euro"

      Les grands médias (télé, radio et presse écrite) ne permettant jamais d'avoir un débat sur l'euro, ça parait compliqué de convaincre les gens qui ne s'intéressent pas particulièrement à l'économie.

      Et j'ai du mal à croire que même si DLR faisait 55%, on aurait Hollande, Sarko &co qui diraient ok ok, on arrête l'euro tout de suite... La démocratie, ils s'en foutent et ils l'ont déjà prouvé.

      Je pense plutôt que les élections européennes doivent servir de tremplin pour tous les partis qui sont contre la construction européenne actuelle. En leur permettant d'expliquer leurs programmes et d'augmenter leur audience grâce à l'espace médiatique offert en vue de la seule élection qui compte en France, la présidentielle de 2017 (ou en cas de troubles graves d'ici là, avoir des partis qui ont une alternative à proposer).


      "En synthèse, 2017 est encore loin et tout est possible..."

      Loin, très loin. Je suis d'accord. J'ai du mal à imaginer que d'ici là en Europe aucune banque ne fasse faillite, qu'aucun mouvement social ne place un gouvernement dans une impasse, ...
      Et donc qu'aucun événement n'entraîne de gros changements.

      Supprimer
    8. @bip 27 décembre 2013 16:20

      L'analyse de Charles Gave est intéressante (et ses articles sur les "Oints du Seigneur" sont très drôles et complémentaires à Laurent Pinsolle).

      Gave indique que si une majorité eurosceptique arrivait au Parlement européen en 2014, on pourrait assister à une réelle remise en cause de l'euro sous la pression de ce même Parlement...

      Question démocratie, je suis en phase avec vous, c'est juste une façade de démocratie... Peut-être avec le FN, rien n’interdit de penser qu'il y a des gens honnêtes et patriotes en France, et ceux-là peuvent difficilement aller à l'UMP ou au PS... D'autre part, Internet décadenasse malgré tout, la propagande officielle.

      Voilà mes espoirs pour 2014...

      Supprimer
    9. @Anonyme 10:38,
      vous rêvez, le père Noël est passé avant-hier soir :))).
      Le FN est la bouée de secours du système UMPS! Pire, le PS masque désormais très mal le choix qu'il a fait pour 2017 aux Présidentielles: un second tour PS-FN! Et dites-vous bien que l'UMP rêve d'un scénario à la 21/04/2002...
      En gros, depuis cette date, je suis vacciné: en aucun cas, dans aucune élection nationale, le FN n'emportera la majorité des suffrages! Donc miser sur le FN pour gouverner est un mauvais calcul, à moins que Nicolas Sarkozy refasse le coup de 2007 ou ne reprenne les habits de François Mitterrand en nous faisant une version droitière du Programme Commun PCF-PS, avec dans le rôle du pigeon Marchais une Marine Le Pen qui serait bien contente de rejoindre l'establishment.
      Sans une alliance UMP-FN, la carte Le Peniste est une fausse carte...


      CVT

      Supprimer
  4. "de la réduction drastique de l'immigration d'Afrique ou de certains pays de l'Est"

    Voilà une formule typiquement FN et inacceptable. Un républicain ne stigmatise pas une immigration contre une autre ; il considère que la citoyenneté française est ouverte à tous, sans autre réserve que les capacités d’accueil de notre pays à un moment donné. L'immigration clandestine est un fléau, non pas parce qu'elle proviendrait de tel ou tel pays mais parce qu'elle déstabilise le marché du travail et pèse à la baisse sur les salaires. En la laissant proliférer, les néolibéraux ont réussi un coup double : réduire les salaires et dresser les salariés les uns contre les autres. Le FN prospère sur cette division, et menace si son influence s'étend de transformer ce racisme latent en discriminations ou en persécutions. C'est un terrain où DLR devrait trancher en toute clarté : agir pour le respect de l'ordre public et du lien social, pour le respect du droit du travail - mais au nom de tous les citoyens français, quelle que soit leur origine.
    Si un jour le FN donne des gages sur ce terrain, et cesse de souffler sur les braises des affrontements inter-communautaires, alors je reconsidérerai avec plaisir ma position.mais en l'état actuel des choses, il n'appartient pas au camp républicain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Magnifique langue en bois d’ébène ; nous pouvons demander une immigration équilibrée si celle ci venait majoritairement de Chine ou des Etats Unis le problème serait strictement le même une immigration ethnocentrée provoque de gravent problèmes d'assimilation ; un citoyen français n'a pas d'origine il est français point barre le qualifier nous ramène aux heure les plus sombre de notre histoire .
      Poil au ....

      Supprimer
    2. Le "droit-de-l’hommisme", les "citoyens du monde" et autres idéologies mondialistes destructrices n'ont rien à faire avec la politique d'un état souverain. Si vous refusez de voir qu'il y a un problème avec l'immigration en provenance d'Afrique ou des pays de l'Est, vous refusez de voir la réalité et donc de traiter le problème. Il me semble que les positions du FN sont claires. Il n'y a qu'une catégorie de citoyens, les citoyens français sans distinction d'origine, de race ou de religion, c'est ce que dit textuellement la Constitution de la Vème République. Pas autre chose.

      Cela signifie que les étrangers ne sont pas des citoyens français et qu'à ce titre, un état souverain a le droit, et même le devoir, de mener une politique dans son propre intérêt, y compris en accordant -ou non- des visas, en fonction du pays d'origine. Je ne vois absolument pas ce qui est anti-républicain dans cet exercice de la Souveraineté Nationale !

      Si vous voulez faire du Droit-de-l'Hommisme, je vous propose de soutenir des actions d'éducation à l'étranger, des actions d'aides aux plus démunis et ça n'est absolument pas incompatible avec le programme du FN, bien au contraire. Je vous rappelle qu'aujourd'hui, nous pillons les pays pauvres, un rapport indiquait il y a quelques années qu'Il y avait "plus de médecins béninois en Ile-de-France qu'au Bénin". Vous trouvez peut-être ça normal, moi pas.

      Relisez la Constitution originale voulue par de Gaulle, le Droit-de-L'Hommisme n'en fait pas partie, il a été ajouté par la suite par nos élites mondialistes, dès 1971 avec le "bloc de constitutionnalité" imposé par le gouvernement des juges, celui-là même que de Gaulle combattait de toutes ses forces et qui reste dans tous les cas une imposture. Cette imposture a également été entérinée par des articles ultérieurs votés par l'UMP/PS.

      Si l'on veut redresser le pays après 40 ans de mondialisme, il va falloir agir, y compris sur l'immigration.

      Supprimer
    3. @ Anonyme

      ". Il me semble que les positions du FN sont claires. Il n'y a qu'une catégorie de citoyens, les citoyens français sans distinction d'origine, de race ou de religion, c'est ce que dit textuellement la Constitution de la Vème République."

      Si les positions du FN étaient aussi claires que votre citation, je n'aurais en effet pas de motif à m'inquiéter; mais vous même écrivez juste avant : "Si vous refusez de voir qu'il y a un problème avec l'immigration en provenance d'Afrique ou des pays de l'Est, vous refusez de voir la réalité et donc de traiter le problème" - ce qui montre bien que ce n'est pas "clair" pour vous. La "provenance" n'a rien à voir avec la nationalité, ni avec la possibilité d'immigrer. Cette dernière ne dépend que des capacités d'accueil.

      Nous sommes confrontés à la dégradation de l'emploi et des services publics, qui crée un sentiment justifié d'insécurité.Détourner ce sentiment vers la haine de l'autre, en fonction de "provenances", contribue au communautarisme et à évincer la question de la souveraineté.

      Supprimer
    4. @ Patrice Lamy

      "Magnifique langue en bois d'ébène" : si c'est la couleur de ce bois qui vous pose problème, il est clair que nous n'avons plus rien à nous dire.

      Supprimer
    5. @J Halpern
      Pirouette cacahuète ou l’évitement

      Supprimer
    6. @J. Halpern27 décembre 2013 12:31

      Les problèmes de la France doivent être traités dans leur ensemble. L'immigration de 200.000 personnes/an dans un pays avec 11% de chômage, 200.000 logements manquants, de graves problèmes de communautarisme et de cohésion nationale, et un "sentiment" d'insécurité (quand arrêtera-t-on cette novlangue qui n'a pour but que de minimiser la gravité de la situation ?) croissant ne peut pas et ne doit pas être écarté. Vous pensez vraiment que la capacité d'accueil maximum n'est pas atteinte ? Je ne comprends d'ailleurs pas comment on peut imaginer le gaullisme en refusant de prendre cet aspect en compte.

      J'ajouterais que dans la crise économique actuelle, l'immigration est un poids important, voici les différentes études sur le sujet avec les coûts associés suivants les études:


      + 4 Mds€/an (Chojnicki, 2012 sur des chiffres 2005 ?) (+12 Mds€/an dans l'étude précédente, Chojnicki est le dernier à voir l'immigration comme positive pour l'économie française)

      - 10 Mds€/an (0,52 points de PIB selon l'OCDE (2009))

      - 17 Mds€/an (Gourévitch, 2012) (-26 Mds€/an dans l'étude précédente de 2008)

      - 73 Mds€/an (Laulan, 2012)

      - 84 Mds€/an (Posokhow, 2014)

      Je vous ai parlé de citoyens français sans distinction d'origine, de race ou de religion (cf. la Constitution de la Vème République), de l'utilisation de visas en fonctions de la nationalité du demandeur, et du problème posé par l'immigration étrangère en provenance de certains pays, notamment d'Afrique ou de pays de l'Est (étant bien entendu que l'on parle des ressortissants de ces mêmes pays) et rien d'autres. Il n'y a rien d'anti-républicain dans ces propos.

      Un étranger n'est pas un français et n'a pas les mêmes droits, ni les mêmes devoirs, ou alors la citoyenneté française n'existe plus.

      Supprimer
    7. "Un étranger n'est pas un français et n'a pas les mêmes droits, ni les mêmes devoirs, ou alors la citoyenneté française n'existe plus."

      Très belle formule et qui marque très bien la séparation profonde entre le frontisme et le gaullisme qui sont bien, comme l'indique Laurent Pinsolle, de "natures différentes".

      Pour un gaulliste, l'article 1er de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen "Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit" est un principe premier. Pour vous, il ne l'est pas.

      Il ne s'agit pas de dire qui a raison et qui a tort, il s'agit de pointer le fait : frontisme et gaullisme ne sont pas conciliables - même s'ils peuvent se rejoindre sur d'autres aspects (notamment la souveraineté).
      L'un et l'autre appartiennent à deux cultures différentes, deux histoires différentes et, sur cette question de fond, un point de vue radicalement opposé.
      Le Front national a sa propre légitimité, mais affirmer qu'il serait gaulliste est évidemment une erreur de l'esprit.


      Supprimer
    8. @J. Halpern27 décembre 2013 11:09

      Je cite vos propos:
      "Un républicain ne stigmatise pas une immigration contre une autre ; il considère que la citoyenneté française est ouverte à tous, sans autre réserve que les capacités d’accueil de notre pays à un moment donné."

      Vous sortez ça d'où ???

      Supprimer
    9. @Léonard27 décembre 2013 14:12

      Je vous cite:
      "Pour un gaulliste, l'article 1er de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen "Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit" est un principe premier. Pour vous, il ne l'est pas."

      Le préambule de la Constitution est une déclaration de principe qui n'a JAMAIS ÉTÉ CONSTITUTIONNELLE, ni sous de Gaulle, ni aujourd'hui d'ailleurs, il a juste été intégré par la "République des juges" (à qui il n'aura pas fallu plus de 2 ans pour prendre le pouvoir) dans le "bloc de constitutionnalité" en 1971.

      Quant à faire de de Gaulle, quelqu'un qui aurait été prêt à donner la citoyenneté française à la terre entière, c'est le comble de la désinformation alors qu'il ne voulait même pas la donner aux algériens de l'Algérie française !

      Vous avez le droit d'être internationaliste et mondialiste, c'est-à-dire anti-gaulliste, mais assumez-le, ne racontez pas d'histoires...

      Et lisez Alain Peyrefitte, celui qu'on veut vous interdire de lire, alors qu'il a été très proche collaborateur du Général pendant 10 ans, le seul autorisé à prendre des notes pendant les Conseils Ministériels, vous verrez ce que pensait de Gaulle et ce qu'il disait en privé.

      Si besoin, je vous donnerais les citations exactes.

      Supprimer
    10. Faire de la Déclaration de 1789 l'archétype de l'esprit du mondialisme est juste ridicule et un contre sens historique manifeste, puisque c'est elle qui, précisément, fonde la nation : "La souveraineté réside dans la Nation, nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorité qui n'en émane expressément"

      Vous ne pouvez pas manipuler l'Histoire et les grandes idées dans tous les sens, sans les comprendre.

      Quant à la République, bien évidemment qu'elle ne se pose pas la question de l'origine de ceux qui la rejoignent. Toute son histoire le montre.

      Supprimer
    11. @Léonard 27 décembre 2013 14:51

      Faire de la déclaration de 1789 un des piliers du gaullisme est une désinformation de plus. De Gaulle n'a jamais été "Droit-de-l'Hommiste", bien au contraire, il a toujours fait passer l'intérêt de la Nation avant celui des individus !

      D'autre part, le préambule n'est pas constitutionnel, et la Constitution originale de 1958 définit explicitement la Souveraineté Nationale. Elle n'inclue de plus aucune référence aux Droits de l'Homme:

      Titre premier
      De la souveraineté
      Article 2
      - La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances.
      - L'emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge.
      - L'hymne national est la « Marseillaise ».
      - La devise de la République est « Liberté, Égalité, Fraternité ».
      Son principe est : gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple

      Article 3
      - La souveraineté nationale appartient au peuple qui l'exerce par ses représentants et par la voie du référendum.
      - Aucune section du peuple ni aucun individu ne peut s'en attribuer l'exercice.
      - Le suffrage peut être direct ou indirect dans les conditions prévues par la Constitution. Il est toujours universel, égal et secret.
      - Sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, tous les nationaux français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques.

      Article 4
      - Les partis et groupements politiques concourent à l'expression du suffrage. Ils se forment et exercent leur activité librement. Ils doivent respecter les principes de la souveraineté nationale et de la démocratie.

      Supprimer
    12. Ce qui est tout à fait intéressant c'est qu'une fois de plus les "frontistes" commencent par vouloir montrer que rien ne les sépare des républicains - mais dès que l'on évoque les questions de nation et d'immigration, le voile se déchire et resurgissent les vieux démons à peine "relookés". Marine est plus subtile que ses épigones...

      Le fonds du problème est que la critique de l'"UMPS permet de gommer des différences fondamentales ; les questions qui nous divisent définissent des politiques totalement opposées qui se révéleront dès lors l'ennemi commun aura perdu pied. Pour ma part, je ne veux pas tirer les marrons du feu pour une version démago-raciste du néolibéralisme.

      J'espère que DLR saura marquer clairement cette différence : il n'y a rien à gagner à tourner autour du pot : ceux qui rejoindront DLR sont ceux qui refusent l'arrière plan raciste du FN. S'en démarquer est une nécessité morale, évidemment, mais aussi pratique, car ceux qui sont sensibles aux connotations racistes du discours frontiste préféreront de toute façon un gros FN à DLR dont le seul avenir possible est de rassembler les républicains modérés sur une ligne d'Union Nationale.sans aucune distinction d'origine, de "race" ou de religion.

      Dernière remarque : je soupçonne que le même clivage traverse le FN. Ce n'est pas en étant complaisant avec sa tendance la plus rétrograde que nous aiderons les républicains qui cherchent à infléchir son cours de l'intérieur.

      Supprimer
    13. @J. Halpern 27 décembre 2013 15:55

      L'étiquette "républicain" permet de raconter tout et n'importe quoi. Le racisme n'est absolument pas le fait de différencier les droits et les devoirs des citoyens français de ceux des étrangers, tous les pays libres et souverains le font. Ce que vous qualifiez de racisme, c'est tout simplement la définition de l'idéologie de SOS Racisme, celle qui ouvre grand les portes au mondialisme et aux ingérences étrangères au nom des "Droits de l'Homme".

      Quant à savoir qui est républicain, De Gaulle s'opposait à la IVème République qu'il a renversé (ou fait renverser). De Gaulle et le gaullisme sont-ils républicains selon vous ?

      Supprimer
    14. Joël Halpern n'est pas républicain, c'est un antirépublicain qui défend une conception impériale de la citoyenneté.

      Charles

      Supprimer
    15. @J.Halpern,
      au cas où vous ne le sauriez pas, l'ébène est avec le buis, le seul bois plus lourd que l'eau!
      En vérité, je ne vois aucun racisme dans cette langue d'ébène. Moi, je parle de langue du buis (c'est plus proche phonétiquement), mais le principe est le même: ce sont deux bois précieux, mais surtout MASSIFS!

      Sinon, M.Halpern, prenez garde à ne pas trop ouvrir les vannes: je suis fils d'immigré, et j'ai dû faire des efforts (moins que mes parents, mais bon...) pour faire mienne la culture et l'histoire du pays où je suis né, à savoir la France. Un pays ouvert est un pays mort, donc tout le monde n'est pas forcément candidat pour devenir Français, autrement il y aurait un vrai déni de justice.... Regardez la parabole biblique du travailleur de la dernière heure, et vous comprendrez peut-être l'injustice que je ressens quand on me dit que le tout-venant peut devenir Français sans faire AUCUN effort...

      CVT

      Supprimer
    16. " le tout-venant peut devenir Français sans faire AUCUN effort..." ce serait une contre-vérité absolue de le prétendre. Aucun migrant n'arrive en France en abandonnant joyeusement son pays, sa famille, ses habitudes, etc. Certains, ensuite, sont pris en charge par des réseaux familiaux, religieux, mafieux, d'autant plus facilement que l'Etat est aux abonnés absents. C'est bien là le problème, pas dans les immigrés.
      Quant à l'"ouverture des vannes", personne ici ne l'a proposée, ce me semble.
      Méfiez-vous : ce n'est pas de l'immigration qu'il est ici question, mais de l'unité du peuple français - qui est la véritable cible des "anonymes" dont j'aimerai croire qu'ils ne sont pas représentatifs du FN...

      Supprimer
    17. @J. Halpern 27 décembre 2013 22:04

      Votre problème est que vous ne savez pas quoi choisir:

      - Ou vous défendez les intérêts de la France

      - Ou vous défendez l'intérêt de tous les migrants qui souhaiteraient (certainement à juste titre) s"installer en France

      Les deux sont absolument incompatibles.et c'est le rôle et la grandeur d'un homme politique de faire le choix.

      Les bons sentiments n'ont jamais fait une politique.

      Supprimer
    18. @J.Halpern,
      désolé, mais vous n'avez pas vu que le monde a changé: dernièrement, le père de Léonarda a mis en pratique la théorie des avantages comparatifs chers à Ricardo en matière d'allocations familiales: il a comparé les allocations italiennes et françaises, comme beaucoup de migrants le font en Europe. Et encore, je ne vous parle pas des gens issus d'Afrique ayant de la famille en France... Et j'en parle en connaissance de cause!!!
      Les gens votent de plus en plus avec leur pieds, et le discours sur le déracinement m'attendrit très médiocrement, surtout lorsqu'il s'agit de comparer le confort à l'occidental et la vie en Afrique, de façon générale...
      L'ouverture des vannes, c'est l'appel d'air crée par une application laxiste des lois de la République en matière d'innovation...

      CVT

      Supprimer
    19. "En matière d'IMMIGRATION" je suppose... mais désolé vous reprenez ici le discours détestable et fallacieux des méchants immigrés qui ne viennent que pour se goinfrer et détruire la France. Vous en avez rencontrés ? Grand bien (ou grand mal) vous fasse, mais je n'accepte pas le procédé rhétorique qui .consiste à généraliser abusivement des cas particuliers, ou à faire porter à des individus la responsabilité d'une politique définie en dehors d'eux. Les immigrés sont comme tout le monde, s'ils débarquent dans un pays pourri par la fraude, ils y participent d'autant plus que l'emploi légal est rare. Je ne leur jetterai pas la pierre, mais aux responsables politiques qui ont pourri la situation. Quant à l'application laxiste des lois de la République... là encore vous polémiquez contre des absents dont je vous serais reconnaissant de ne pas me prêter les thèses.

      Supprimer
    20. @CVT

      J'ai profité de votre remarque pour relire la parabole biblique des "ouvriers de la onzième heure". Elle me convient parfaitement :

      Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu, chapitre 20, versets 1 à 16 :

      « Car le royaume des cieux est semblable à un maître de maison qui sortit dès le matin, afin de louer des ouvriers pour sa vigne. Il convint avec eux d'un denier par jour, et il les envoya à sa vigne. Il sortit vers la troisième heure, et il en vit d'autres qui étaient sur la place sans rien faire. Il leur dit : Allez aussi à ma vigne, et je vous donnerai ce qui sera raisonnable. Et ils y allèrent. Il sortit de nouveau vers la sixième heure et vers la neuvième, et il fit de même. Étant sorti vers la onzième heure, il en trouva d'autres qui étaient sur la place, et il leur dit : Pourquoi vous tenez-vous ici toute la journée sans rien faire ? Ils lui répondirent: C'est que personne ne nous a loués. Allez aussi à ma vigne, leur dit-il. Quand le soir fut venu, le maître de la vigne dit à son intendant : Appelle les ouvriers, et paie-leur le salaire, en allant des derniers aux premiers. Ceux de la onzième heure vinrent, et reçurent chacun un denier. Les premiers vinrent ensuite, croyant recevoir davantage; mais ils reçurent aussi chacun un denier. En le recevant, ils murmurèrent contre le maître de la maison, et dirent: Ces derniers n'ont travaillé qu'une heure, et tu les traites à l'égal de nous, qui avons supporté la fatigue du jour et la chaleur. Il répondit à l'un d'eux : Mon ami, je ne te fais pas tort; n'es-tu pas convenu avec moi d'un denier? Prends ce qui te revient, et va-t'en. Je veux donner à ce dernier autant qu'à toi. Ne m'est-il pas permis de faire de mon bien ce que je veux ? Où vois-tu de mauvais œil que je sois bon ? - Ainsi les derniers seront les premiers, et les premiers seront les derniers. »

      Supprimer
  5. "Des propos qu'aurait tenus le général". Vous plaisantez ou quoi? A moins que vous ne fassiez pas confiance à Peyrefitte (et dans ce cas, dites-le), il suffit que vous lisiez c'était De Gaulle pour vérifier plutôt que de jouer à la vierge effarouchée. Sa pensée est pourtant très claire.

    Sur le fond, je trouve toujours bizarre qu'on cherche des poux dans l'origine du FN si on ne fait pas la même chose pour les autres partis. Est-on par exemple sans arrêt en train de rappeler la francisque de Mitterrand ou la liste des députés qui ont voté les pleins pouvoir à Pétain pour dire que le PS ou les libéraux de droite sont pétainistes? Non, alors que cette critique de la soumission serait pourtant très pertinente au regard de leurs actes de trahison du peuple français. Vous vous contentez de vous offusquer quand certains évoquent le passé de young leader de Dupont Aignan.

    Pourriez-vous expliquer quel parti a le droit de faire évoluer sa doctrine et sur quels critère il peut espérer faire partie des heureux élus?

    Le plus cohérent dans tout cela reste bien Asselineau. Le problème est qu'il plafonne à 0,5% des suffrages....

    Comme cela a déjà été expliqué par CVT je crois, la purge au FN se fait de manière mécanique par le simple vieillissement de ses cadres les plus extrémistes qui finissent par raccrocher.

    Le Gars Slino

    RépondreSupprimer
  6. Tout à fait d'accord avec cet article.
    J'aimerais, au passage, rappeler plusieurs points historiques, que les différents commentaires pour le moins partisans ne rappellent pas:
    1) Le gaullisme n'a jamais été contre l'immigration. Le Général était favorable à l'immigration dans le contexte des 30 Glorieuses. D'ailleurs Michel Debré, gaulliste historique, sous l'influence de Sauvy, rêvait d'une nation de 100 millions d'habitants dans laquelle la part de l'immigration dans l'essor démographique serait importante. Pour reprendre ce que dit plus haut M. Pinsolle, jamais dans ses discours De Gaulle n'a instrumentalisé l'immigration qui prenait d'ailleurs une place mineure par rapport à d'autres thématiques (l'association capital-travail, l'Europe, la politique étrangère, etc). Cependant, le gaullisme étant avant tout un pragmatisme on se doit de réguler une immigration massive pour répondre aux bouleversements démographiques et culturels liés à la mondialisation, la politique gaulliste sur l'immigration dans années 1960 étant une réponse liée à un contexte bien particulier (les 30 Glorieuses). Voilà pourquoi il convient de diminuer de moitié l'immigration mais non de la stopper comme le prétend le FN. Peut-on se dire gaulliste et vouloir arrêter de faire venir en France ces formidables vecteurs de la francophonies que sont les étudiants étrangers, d'où qu'ils viennent?
    2) Plus fondamentalement ce sont en effet deux conceptions de la nation qui s'opposent depuis longtemps. L'une, celle du FN, est héritée de Fichte et du nationalisme allemand et fonde la nation sur l'ethnie, le droit du sang strict, l'autre héritée de Renan et des républicains français conçoit la nation comme une communauté de valeurs et d'intérêts, et articule droit du sang et droit du sol (cf loi sur la nationalité de 1889). Ces deux conceptions sont inconciliables à mon sens car le nationalisme ethnique induit l'exclusion des étrangers ou des "français récents" contre toute politique d'assimilation propre au patriotisme républicain (bien que MLP s'en défende bien sûr, mais tous ses arguments ne sont que des enrobages pour masquer la réalité idéologique de son parti).
    3) Rajoutons d'autres différences fondamentales qui renvoient à des conceptions différentes de l'autorité et du pouvoir (le FN est encore pour la peine de mort, a de plus une conception de la démocratie douteuse quand on voit le népotisme du parti), ainsi que de la société (j'ai toujours pensé que la laïcité version Marine le Pen n'était rien d'autre qu'un cache-sexe pour tenter de rechristianiser la France et pour revenir sur la loi de 1905, et n'oublions pas les positions de la majorité du FN sur l'IVG entre autres).
    4) Le problème et l'enjeu est double pour DLR: être intransigeant vis-à-vis du Fn, en refusant toute alliance et en n'entrant pas dans le jeu des partisans du système qui cherchent à assimiler tout discours sur la nation au FN. Il consiste aussi à ramener des patriotes républicains comme Floriant Philippot dans le giron républicain, ce qui conduit à mon sens à rester tout de même ferme sur les valeurs gaullistes de rassemblement et à ne pas se perdre en acrobaties comme le fait une partie de l'Ump. L'histoire donne raison aux discours de vérité sur le temps long. Les partis du système ont par faiblesse laissé l'idée nationale aux Le Pen il y a maintenant des années, notre rôle est d'éviter qu'elle capte un semblant d'idée républicaine.
    5) Pour conclure, il me semble que nous devons être plus audacieux et pédagogues afin de débusquer les détournements sémantiques du de Marine Le Pen (comme ceux de la gauche qui se dit "républicaine" d'ailleurs).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme 27 décembre 2013 15:46

      "D'ailleurs Michel Debré, gaulliste historique, sous l'influence de Sauvy, rêvait d'une nation de 100 millions d'habitants dans laquelle la part de l'immigration dans l'essor démographique serait importante"

      Sauf erreur, Michel Debré s'opposait au Général de Gaulle sur certains sujets, notamment l'Algérie française et il démissionna en 1962. Michel Debré n'est donc pas le porte=parole du gaullisme.

      ---

      "De Gaulle n'a instrumentalisé l'immigration qui prenait d'ailleurs une place mineure par rapport à d'autres thématiques"

      Le véritable problème lié à l'immigration est apparue bien après de Gaulle...

      ---

      "Voilà pourquoi il convient de diminuer de moitié l'immigration mais non de la stopper"

      Ça serait déjà un bon début...

      ---

      "Peut-on se dire gaulliste et vouloir arrêter de faire venir en France ces formidables vecteurs de la francophonies que sont les étudiants étrangers, d'où qu'ils viennent?"

      Non, si on est certains qu'ils repartent dans leurs pays d'origine pour faire rayonner la France chez eux, mais est-ce vraiment le cas ?

      ---

      "l'autre héritée de Renan et des républicains français conçoit la nation comme une communauté de valeurs et d'intérêts"

      Parce que vous trouvez que l'immigration actuelle est basée sur une communauté de valeurs et participe à la cohésion de la nation ???

      ---


      "bien que MLP s'en défende bien sûr, mais tous ses arguments ne sont que des enrobages pour masquer la réalité idéologique de son parti"

      A partir du moment où l'on considère d'office qu'elle ment, il n'y a pas de débat possible. Personnellement, les hommes politiques qui me mentent depuis 40 ans sont plutôt au PS et à l'UMP.

      ---

      "le FN est encore pour la peine de mort"

      C'est un faux débat, tout le monde s'en fout, cela sert juste à agiter le chiffon rouge.

      ---


      "j'ai toujours pensé que la laïcité version Marine le Pen n'était rien d'autre qu'un cache-sexe"

      Vous pensez, vous inventez, mais ce qui compte, c'est qui est dit et surtout écrit formellement. Ceci dit, puisqu'on débat sur le gaullisme du FN, on pourrait citer les propos de de Gaulle sur la France "avant tout un peuple de race blanche, de culture gréco-latine et de religion chrétienne". A ce titre là, le FN-RBM est parfaitement laïque et bien plus modéré que ne l'était le Général.

      ---


      "Il consiste aussi à ramener des patriotes républicains comme Floriant Philippot dans le giron républicain."

      La corde du "giron républicain" est usée jusqu'à l'os. Même Henri Guaino reconnait que le FN est aujourd'hui parfaitement républicain.

      ---

      "Pour conclure, il me semble que nous devons être plus audacieux et pédagogues afin de débusquer les détournements sémantiques du de Marine Le Pen"

      Vous feriez mieux de combattre l'UMP et le PS.

      Ceci dit, je veux bien que vous m'expliquiez comment DLR peut arriver au pouvoir d'ici 2017. Si vous ne voulez pas du FN, vous allez donc choisir l'UMP/PS pour la France encore pour cinq ans ???

      ---

      Quant au logo, il me fait penser à une flamme (on croirait presque GdF), voir un drapeau au vent, il n'a plus rien à voir avec ce que vous mentionnez dans vos propos Et F. Philippot a même la possibilité d'y intégrer une croix de Lorraine...

      Supprimer
    2. Je vous remercie pour votre réponse, et bien que je ne sois pas d'accord avec vous vous avez le mérite d'exposer franchement vos idées.
      Je vais donc vous répondre point par point:
      1) Si Debré s'est opposé en plusieurs circonstances au Général il est bien un gaulliste historique et l'est resté après la disparition de de Gaulle. Lorsqu'il se présente aux présidentielles de 1981, il revendique l'intégralité de la pensée du Général ce qui ne fut pas le cas d'un Jacques Chirac par exemple. Je rappelle enfin qu'il est quand même à l'origine du régime politique gaulliste en 1958.
      2) Sur l'immigration, je suis d'accord avec vous, le problème est apparu après de Gaulle. C'est d'ailleurs ce que je dis dans mon commentaire en disant que l'immigrationnisme gaulliste répond au contexte des 30 Glorieuses. Pour autant, le gaulliste étant une pragmatisme, il ne conçoit pas l'immigration comme un bloc qu'il faudrait éteindre (comme vous le souhaitez) ou sanctuariser (comme le font les "biens-pensants"). Il y a plusieurs types d'immigration (légale/illégale, de travail, étudiante, par le regroupement familial) et le rôle du gaullisme est de faire le tri et de voir lesquelles servent l'intérêt national. Incontestablement, nous pouvons garder les migrations étudiantes et certaines migrations de travail, en revanche nous devons être intransigeants sur l'immigration illégale et durcir fortement les conditions du regroupement familial.
      3) Je crois en fait que vous faites une confusion entre la question de l'immigration et celle de l'assimilation et de l'intégration. Votre remarque sur ce que je dis de la conception de Renan est révélatrice. Là où l'on sera d'accord, c'est que le système multiculturel et communautariste que la gauche notamment nous vend depuis depuis 30 ans est contraire à l'esprit de Renan. Mais ceci n'a rien à voir à la question migratoire. Et je maintiens que Marine Le Pen, en stigmatisant notamment les Français musulmans, contribue à jouer le jeu des communautarismes.
      4) Enfin, à DLR, nous combattons autant l'UMPS que le FN. Je pense d'ailleurs que les électeurs de MLP sont parfaitement républicains, que MLP reprend les thématiques des républicains, mais les détourne dans une sens non-républicain. Il y a en ce sens une dissociation au FN entre les mots et les idées. De plus, ce parti ne pourra jamais rassembler les Français et plafonnera à 25%. S'il est plus petit, le vrai parti d'avenir est DLR, et c'est ce que nous devons expliquer aux électeurs frontistes, car, contrairement à certains à gauche, nous sommes près à les écouter.

      Supprimer
    3. @Anonyme 27 décembre 2013 17:28

      En fait, nous ne sommes probablement pas aussi éloigné que ça, même si nous serons pas d'accord sur certains points.

      Premièrement, reprocher à MLP d'être la fille de son père, c'est un peu facile. Il me semble qu'elle fait un réel travail de fond au sein du FN. Elle a pris le parti, elle a pris le pas sur les anciens comme JMLP ou Gollnish et elle le transforme en un parti que je considère comme gaulliste (même si nous sommes pas d'accord sur ce sujet) qui est en train d'atomiser l'UMP, qui n'était plus qu'un PS bis...

      Si on devait faire un échiquier politique, je pense qu'on pourrait mettre le FdG internationaliste à gauche, les mondialistes fédéralistes (inféodés aux USA) UMPS/EELV/UDI/MoDEM au centre et le FN-RBM/DLR/l'UPR comme la droite gaulliste.

      Pour l'immigration, je suis globalement d'accord avec vous, il faut conserver uniquement ce qui sert directement l'intérêt national et stopper tout le reste sans hésiter à utiliser les reconduites forcées au frontières (qu'il faut rétablir, de même que les visas).

      Pour l'assimilation, tout ceux qui sont français aujourd'hui, sont des français, personne n'imagine faire ce que d'autres ont fait aux pieds-noirs. A nous de trouver un avenir à tout un pan de cette jeunesse qui s'entasse dans ces cités sans espoir et de mettre hors d'état de nuire la minorité délinquante... C'est un véritable sujet et je n'ai pas de solution toute prête sous la main, d'ailleurs je ne suis pas certain que qui que ce soit ait une solution à proposer...

      Lorsqu'on évoque la stigmatisation des musulmans par MLP, il ne faut pas oublier qu'une minorité musulmane agissait dans un cadre d’activisme très clair. Les prières de rue que personne ne dénonçaient avant MLP étaient parfaitement revendicatives, de même que la viande halal qui est remise dans le commerce sans être étiquetée comme telle est un parfait scandale. Il ne s'agit pas d'interdire le halal, il s'agit de ne pas obliger ceux qui n'en veulent pas à en manger...

      Si NDA est en capacité de remporter une élection, je voterai pour lui, mais ça n'est pas le cas aujourd'hui, quant au 25% du FN, j'aurais tendance à penser qu'on doit plutôt être dans les 33%, dans une zone où il devient réellement possible de remporter une Présidentielle.

      Et si on faisait un peu de prospective pour terminer, il faudrait que le FN change son nom et son logo, pour adopter officiellement le gaullisme comme source d'inspiration politique et faciliter ainsi les ralliements. J'espère que ça arrivera avant 2017...

      Supprimer
    4. @Anonyme 27 décembre 2013 17:28

      Vous vous fourrez le doigt dans l'oeil si vous vous imaginez que les électeurs frontistes pourraient voter DLR.

      - Tant que DLR n'aura pas un positionnement dur sur la question migratoire (remigration des extraeuropéens dans leurs pays d'origine, abandon de ses lubies néocolonialistes et arrêt de son flirt avec les islamistes de "Fils de France" et autres soraliens),

      - tant que DLR fera primer dans son programme la question de la souveraineté nationale (et les questions institutionnelles et économiques) sur la question de l'identité nationale,

      - et tant que DLR voudra jeter le bébé européen avec l'eau du bain bruxelloise,

      DLR et NDA stagneront à 1%.

      Charles

      Supprimer
    5. Incontestablement, vous avez pris le parti de Philippot. Mais méfiez-vous, il y a bien souvent un décalage entre les paroles et les actes en politique. Moi je pense que Marine Le Pen avance masquée. D'ailleurs elle a pris le pas sur Gollsnish mais ceci a été le fruit d'une stratégie personnelle, non d'une ligne politique. Ce dernier se sent d'ailleurs très bien au FN tout comme Louis Aliot d'ailleurs.
      Vous confessez d'ailleurs implicitement à la fin de votre propos que le FN n'a pas vraiment changé puisque vous demandez qu'il change de nom et de logo (et vous avez raison). Mais je ne pense pas que ce soit pas dans les plans de la famille Le Pen et de son entourage. MLP se sert du gaullisme comme du républicanisme d'un Chevènement pour mieux faire passer ses idées, mais tout ceci n'est qu'une arme rhétorique.
      Le problème des gaullistes est d'être dispatché dans toutes les familles politiques on en trouve au Fn (la ligne Philippot), à DLR, à l'UMP (les courants "gaullistes en mouvement" et "droite populaire" peuvent être qualifiés de gaullistes), au Modem (Jean Lassalle), au MRC de Chevènement, au PS (Montebourg), et même à l'extrême-gauche (Jacques Nikonoff par exemple). Le but du grand rassemblement que j'appelle de mes vœux sera de fédérer ces sensibilités autour d'une ligne patriote et humaniste qui n'est pas celle de MLP. Voilà pourquoi NDA est le mieux positionné, de par son charisme et sa modération, pour cela, ce que doivent comprendre les gaullistes de tous les horizons.

      Supprimer
    6. @anonyme 15:46,
      pourquoi aller chercher une conception ALLEMANDE de la nation française? Il me semble que bien des nationalistes français sont plutôt des adeptes de Charles Maurras, adepte d'une patrie charnelle...
      C'est d'ailleurs le leitmotiv des membres du Bloc Identitaire, mouvement dissident du FN version RBM....
      Je ne suis pas certain que faire appel à Fichte pour définir le nationalisme français soit vraiment pertinent.... D'autant que celui-ci s'est historiquement construit contre l'Allemagne et son pangermanisme....

      CVT

      Supprimer
    7. @ Anonyme27 décembre 2013 17:28

      "Sur l'immigration, je suis d'accord avec vous, le problème est apparu après de Gaulle."

      Pourquoi ne pas aller jusqu'au bout de votre raisonnement ? Tant qu'il n'y a pas de problème de chômage il n'y a pas de problème d'immigration. Donc le vrai problème est celui du chômage, le problème de l'immigration n'en est qu'une conséquence ou une diversion.

      "le gaulliste étant une pragmatisme, il ne conçoit pas l'immigration comme un bloc qu'il faudrait éteindre (comme vous le souhaitez) ou sanctuariser (comme le font les "biens-pensants"). Il y a plusieurs types d'immigration (légale/illégale, de travail, étudiante, par le regroupement familial) et le rôle du gaullisme est de faire le tri et de voir lesquelles servent l'intérêt national"

      Justement. Soyons gaullistes, soyons pragmatiques.

      Pendant les "30 Glorieuses" la France avait besoin de main-d’œuvre ce qui explique pourquoi de Gaulle voulait favoriser l'immigration de travail, qui fut massive.

      Aujourd'hui avec nos six millions de chômeurs l'immigration économique est la dernière chose que de Gaulle, en pragmatique qu'il était, voudrait favoriser. La France n'a pas besoin d'une compétition encore plus féroce sur la marché du travail.

      Par contre je ne vois pas pourquoi il s'attaquerait à l'immigration résiduelle qui existe aujourd'hui, essentiellement familiale. Contrairement à l'immigration économique elle sert toujours l'intérêt national car elle répond à un besoin qui n'a pas disparu. Les enfants ont toujours besoin d'être élevés par leurs parents, les époux ont toujours besoin de vivre ensemble.

      Et quand on sait que cette soi-disant "immigration" familiale se réduit maintenant depuis des décennies essentiellement aux rapprochements familiaux des citoyens français, on peut supposer que de Gaulle ne les poursuivrait pas de sa vindicte et qu'il réserverait sa colère à ceux qui nous envoient tous ces détachés d'Europe de l'Est dépourvus d'attache avec la France livrer une concurrence déloyale aux travailleurs français.

      Supprimer
    8. @Anonyme 27 décembre 2013 22:14

      "Pourquoi ne pas aller jusqu'au bout de votre raisonnement ? Tant qu'il n'y a pas de problème de chômage il n'y a pas de problème d'immigration."

      Certes, quand tout va bien, tout va bien...

      "Par contre je ne vois pas pourquoi il s'attaquerait à l'immigration résiduelle qui existe aujourd'hui, essentiellement familiale."

      Parce que les situations idylliques ne durent qu'un temps et qu'aujourdhui la France comporte un millier de zones de non droits dans lesquelles s'entasse une immigration de misère pour laquelle nous n'avons rien à proposer. Alors il faudrait peut-être arrêter de continuer à remplir ces ghettos. Vous attendez quoi ? que ça explose ?

      A mon sens, de la St Barthélemy jusqu'aux coptes massacrés en Egypte, en passant par le Nigeria ou même l'Europe de la Yougouslavie il y a 20 ans, les religions sur un même territoire finissent toujours par se massacrer un jour ou l'autre. La France était un pays homogène il y a 40 ans, mais arrivera un jour où nous, nos enfants ou leurs descendants vivront une guerre civile que vous aurez créé.

      Les religions et les cultures sont absolument incompatibles sur une même territoire et sur la durée, sauf à avoir un dominant et un dominé. Regardez l'histoire.

      Supprimer
    9. Anonyme 27 décembre 2013 19:52

      "Incontestablement, vous avez pris le parti de Philippot."

      Oui, je pense que c'est un des artisans de la naissance du FN comme parti gaulliste. Il vient d'ailleurs de rallier un autre énarque gaulliste (et ex-juppéiste), Philippe Martel. Et je n'ai à priori, aucune raison de remettre la sincérité gaulliste de Florian Philipot en doute, pas plus que celle de Marine le Pen au pretexte qu'elle serait la fille de son père.

      Nous sommes beaucoup à rêver d'un rassemblement des gaullistes sous un programme d'unité nationale, mais il faut être sérieux et regarder les forces en présence, ça n'est pas le FN qui va se rallier aux autres...

      Supprimer
  7. (suite et fin) Marine le Pen se dit républicaine mais elle est présidente d'un parti qui a encore sur son logo l'emblème des partis fascistes des années 30. Elle se dit assimilationniste mais elle fait du communautarisme en pointant certaines catégories de Français. Elle est jacobine, mais plusieurs de ses lieutenants font des clins d'œil aux régionalismes, etc, etc

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les vecteurs de Francophonie sont les québecois certains Louisiannais ou des Africains qui parlent un magnifique français ;les hexagonaux s'engluent dans le merglish .
      Le discours sur le logo fasciste les arguties sur l'immigration la nation ou l’idéologie sont au point ou nous sommes rendus n'ont qu'un qualificatif le trouduculisme

      Supprimer
    2. Finkielkraut : il n'y a pas de nation sans préférence nationale

      http://www.lenouveleconomiste.fr/alain-finkielkraut-il-ny-a-pas-de-nation-sans-preference-nationale-20733/

      Supprimer
    3. @Thomas Ferrier,
      en gros, vous mettez 1500 ans d'histoire à la poubelle, si je comprends bien... Et vous croyez à l'existence d'une nation européenne! Allez expliquer cela à Mme Merkel, et vous m'en direz des nouvelles!
      Vous délirez complètement: l'Europe n'a JAMAIS ETE UNIE depuis que ce continent a été défini distinctement du bloc eurasiatique.
      Une nation, c'est d'abord un destin commun: expliquez-moi, sans baratin, en quoi les 28 nations indépendantes et souveraines de l'UE représentent une entité politique.
      Sans compter que nier l'existence de la France, c'est nier l'existence même de la démocratie! Vous et vos idées sont probablement pires que celles du FN, car lui au moins ne nie pas l'existence du peuple français, et donc de sa souveraineté... Et c'est pourtant un républicain socialiste qui vous le dit. Vos idées sont mortifères....


      CVT

      Supprimer
    4. @CVT

      C'est pas Thomas Ferrier qui poste, c'est moi (Charles) qui relaie des écrits tirés de son blog.

      Non, vous n'avez pas bien compris (ou vous n'avez pas lu).

      Je vous invite à relire ça :

      "En soi, il y a autant de différences, ou aussi peu, entre un breton et un corse qu'entre un irlandais et un italien, et aussi peu entre un basque et un alsacien qu'entre un géorgien et un danois.

      Ainsi le ciment entre ces peuples ce n'est pas l'identité "nationale" française, mais leur commune européanité."(Th.Ferrier)

      Selon votre logique, la France ne pourrait pas plus exister que l'Europe en tant que Nation, vu les différences qui existent entre Bretons et Basques, ou Corses et Alsaciens.

      Il est comique de vous voir vous inquiéter des différences – mineures et superficielles – pouvant exister entre Européens, mais pas des différences – irréductibles, ce qu’avait compris de Gaulle – pouvant exister entre populations africaines, arabo-musulmanes et autochtones qui cohabitent en France.

      Les identités nationales sont largement artificielles (Italie, Espagne, France, etc.) et très récentes (XVIIIème ou XIXème siècle).
      En revanche, les identités régionales et européenne sont très tangibles, et la plupart des individus se définissent par ces deux identités-là plutôt que par la nationale, factice et administrative, surtout depuis que les Etats nationaux bradent la nationalité qu'ils octroient à tour de bras.
      Un Chinois sait très bien ce qu'est un Européen.

      Vous confondez Nation et Etat (fort courant chez les souverainistes).

      Charles

      Supprimer
    5. @Charles,
      et vous, vous confondez nation et ethnies! Je refuse de perdre mon temps à démonter point par point vos inepties, notamment sur la différence de communautés de destin entre une Corse et un Basque et un Géorgien et un Danois:ça se passe de commentaires!
      Désolé, mais en France, Etat et nation se confondent! Je n'en sais rien pour les autres état-nations, mais toute l'histoire de France indique que l'Etat s'est incarné en la personne royale, puis en suite, la royauté, donc le royaume a fait le roi. La république n'a fait que reprendre ce principe de souveraineté, en l'incarnant par la nation, avatar du peuple français réuni.
      Vous m'accusez d'être souverainiste, alors que la spécificité française est bien là: en France, la nation ne se sépare pas de l'Etat. Vous êtes ignorant de l'histoire de votre propre pays.
      A vrai dire, la notion d'état nation est récente dans le monde, sauf en France et en Angleterre...
      En plus, votre propos est une escroquerie intellectuel, et vous parlez sans preuve, en assénant de fausses évidences: un Chinois ne sait pas ce qu'est un européen, du moins, il parlera plutôt d'Occidental! Votre Europe n'est jamais que l'avatar de l'Occident.
      A votre manière, vous êtes un souverainiste, mais de l'Europe blanche, inféodée aux USA! Vous me rappelez les commissaires politiques russes qui entendaient fabriquer un homo sovieticus: il faut n'avoir jamais vécu à l'étranger pour tenir les propos que vous formulez...

      CVT

      Supprimer
    6. @CVT

      Tout à fait : Th.Ferrier a montré qu'étymologiquement nation signifiait ceux de même naissance, ceux de même ascendance. L'Etat français est devenu le plus obstiné fossoyeur de la nation française, depuis qu'il s'est mis à brader la nationalité française en la distribuant comme des petits pains. C'est pour sauver l'identité française qu'il faut mettre à bas l'Etat français jacobin, universaliste et néocolonial. L'Europe-Nation que j'appelle de mes voeux, fondée sur le droit du sang exclusivement et respectueuse des identités qui la composent, sera la première garante de l'identité et de la nation françaises.

      La France est morte depuis 1815 (même Zemmour l'a remarqué, même si il n'en a pas encore tiré toutes les conséquences). Les souverainistes hexagonaux vivent dans la nostalgie d'un passé mythifié et révolu, ils sont incapables de faire le deuil de la France, d'évoluer et de s'adapter à leur temps. Ils pensent qu'on peut faire comme si la France était toujours le pays le plus peuplé du Monde, celui qu'elle a été sous Louis XIV et Napoléon. Mais maintenant, elle ne pèse plus rien à l'échelle mondiale (elle pèse d'autant moins qu'un tiers de sa population est d'origine extraeuropéenne).

      De Gaulle, contre les souverainistes et les conservateurs d'hier, avait compris que la France devait se séparer de l’Algérie du fait de l’irréductibilité des différences entre Français et indigènes d’Algérie, qui leur interdisait d’envisager un avenir commun.

      Pour la même raison, de Gaulle aujourd’hui aurait compris la nécessité de liquider, dans l’intérêt des Européens, les Etats-Nations africanisés d’Europe et de faire l’Europe-Nation.

      Il faut comprendre que maintenant être Français, Allemand, Italien, Anglais ne veut plus rien dire, vu que tout le monde peut maintenant se revendiquer de l’une de ces nationalités-là, tant elles ont été bradées par les Etats nationaux.

      Or, un Africain, un Arabe ou un Pakistanais ne pourra se prétendre Européen ou Breton sans provoquer l’hilarité générale. C’est parce que les identités européenne et régionale ont encore du sens, et qu’elles n’ont pas été dévoyées. Il faut donc s’appuyer sur ces deux identités qui nous restent, à nous Européens d’Europe, pour bâtir l’Europe-Nation, subdivisée en Euro-régions ethnolinguistiques.

      Charles

      Supprimer
    7. @CVT

      La souveraineté sans la puissance c'est du vent, c'est une souveraineté de papier, factice, c'est la grenouille qui veut se faire plus grosse que le boeuf et Asselineau, NDA ou MLP pourront toujours monter sur leurs grands chevaux et prendre des airs outragés face aux Américains, croire pouvoir toujours nourrir la prétention de disputer aux Etats-Unis le leadership moral de la planète et continuer à se bercer l'esprit des mythes d'une France universelle phare du Monde, héraut de la liberté des peuples du Monde, et investie d'une mission émancipatrice, ils n'impressionneront plus personne tant ils n'auront plus les moyens de leur ambition et prétention, ni économiques, ni militaires, ni même humains vu que le peuple historique de France aura été massivement remplacé par des allogènes, porteurs donc d'autres valeurs, d'une autre civilisation.

      L'époque où la France sous Louis XIV, Napoléon, ou Jules Ferry pouvait dominer le Monde à elle seule, administrer des territoires entiers de son empire colonial avec seulement quelques hommes est révolue, depuis les guerres mondiales dont ils sont ressortis exsangues la France et les autres pays européens ne pèsent plus rien, leurs meilleurs et leurs plus braves éléments ont été décimés et c'est illusoire de croire qu’on va restaurer notre puissance en restant dans le même cadre politique avec lequel nous sommes sortis perdants des guerres mondiales qui ont vu la fin de l’hégémonie européenne sur le monde et avec lequel nous avons été mûrs pour nous faire vassaliser par les Etats-Unis, on ne transforme pas un âne en cheval de course. On ne pourra sortir de cette condition de perdant qu’on connaît depuis 65 ans maintenant et s’affranchir du joug américain qu’en inventant une nouvelle forme d’organisation politique, de nature à contrer l’hyperpuissance américaine, plutôt que de rester figés et crispés sur des schémas du passé inadaptés pour répondre aux bouleversements géopolitiques actuels amplifiés par l’explosion démographique du Tiers-Monde qui n’est plus régulée par les guerres et les famines comme avant du fait de l’assistanat humanitaire occidental, en allant de l’avant plutôt qu’en opérant un retour en arrière : cela suppose de se défaire des mythes nationalitaires du 19ème siècle quand en réalité les Etats-nations européens n’ont que deux siècles d’existence, ce qui n’est rien à l’échelle des 30 000 d’histoire du continent européen.

      Charles

      Supprimer
    8. @CVT :

      De la même manière qu’un loup mangera celle de ses pattes qui aura été prise au piège pour se sauver, on doit mettre à bas nos vieux Etats-nations européens à bout de souffle, et ériger l’Etat Unitaire européen de Reykjavik à Vladivostok, qui seul aura la masse critique suffisante pour faire pièce à l’hégémonie américaine et prétendre la défier, dans les domaines industriels, militaires, technologiques et culturels. Divisés les européens périront comme les cités grecques ont péri faute de s’être unis. Unis ils vaincront. Ce nouvel Etat aura en outre l’immense avantage de ne pas être comptables et d’être déliés de toutes les décisions de naturalisations et ratifications de conventions internationales contraignantes prises par les dirigeants respectifs des défunts Etats, il sera procédé à une table rase juridique (auquelle ni MLP, Asselineau ou NDA ne pourra procéder s’il parvenait au pouvoir en France, un pays faible est un pays faible qui par définition ne peut s’exposer à des risques de graves rétorsions et réprobations internationales, on voit le sort réservé aux Etats dissidents la planète lorsqu’ils font montre de quelque velléité que ce soit), un nouveau code de la nationalité sera promulgué abolissant les anciennes nationalités au profit d’une nouvelle nationalité, la nationalité européenne, fondée exclusivement sur le droit du sang.

      A problèmes continentaux, solutions continentales, MLP a très bien compris qu’elle serait incapable, dans son pré-carré hexagonal, de régler le problème migratoire, surtout si tous les autres pays européens qui l’encerclent continuent de maintenir grand ouverts chez eux le robinet de l’immigration et de se faire submerger ; de la même manière que le nuage de Tchernobyl ne s’est pas arrêté aux frontières françaises, ce ne sont pas les dérisoires lignes de Maginot que MLP éventuellement mettra aux frontières françaises – si elle le fait – qui changeront quelque chose et empêcheront le trop-plein des pays voisins de se déverser en France. Il faut donc un Commandement unique des Européens, et que les Souverainistes comprennent que le village gaulois résistant seul face à l’envahisseur, c’est très sympathique mais ça n’existe que dans Astérix, pour les besoins d’une historiographie très IIIè République qui a peu à voir avec la réalité historique. Comme un flux, ça ne se stoppe pas, ça s’inverse, il sera procédé à la remigration des allogènes par des moyens directs ou indirects, l’exclusivité européenne sera la règle, les idéologies incapacitantes universalistes – le christianisme, religion étrangère et ses fruits nommés gauchisme, droits-de-lhommisme – seront extirpées et les traditions et rites ancestraux des Européens seront remis à l’honneur.

      Charles

      Supprimer
    9. Les souverainistes violent la mémoire du Général de Gaulle en l’enrôlant de force dans leur combat, alors que ses idées étaient aux antipodes des idées souverainistes, qu’il se sentait profondément européen et qu’il était pour l’Europe unie, et qu’il avait justement largué l’Algérie pour faire renouer la France avec son destin européen, pour lui faire recouvrer son caractère européen ; c’était un amoureux de la civilisation européenne et lui n’avait pas oublié que la France était un pays européen, petite partie d’un ensemble appelé Europe dont elle ne pouvait pas être isolée.

      Aucun Français ne croit en la pertinence du souverainisme et du retour au pré-carré hexagonal pour répondre aux défis contemporains, ils sont lucides sur le poids de la France dans le Monde et même si l’Union Européenne actuelle les révulse et peut leur faire avoir des sautes d’humeur électorales, jamais les partis souverainistes ne perceront durablement. Les gens votent MLP pas parce qu’elle est souverainiste et veut quitter l’Euro mais uniquement pour des raisons identitaires, ils ne veulent pas devenir minoritaires dans leur propre pays et disparaître en tant que peuple.

      Charles

      Supprimer
    10. @CVT :

      Vous avez tout à fait raison, on peut dire que je suis un souverainiste européen : seul l'Europe unie et l'Etat européen unitaire sera suffisamment puissant pour disposer de tous les attributs de la souveraineté.

      Toute autre organisation politique nous condamnerait à rester des nains politiques, économiques, militaires, ou au mieux à nous satisfaire de rester des « puissances moyennes », vivant dans la nostalgie de leurs grandeurs passées, obligées de quêter la protection de grandes puissances pour se prémunir d’autres grandes puissances, ou s’en remettant de manière aléatoire à leur modération pour ne pas se faire bouffer tout cru ou se faire mettre en coupe réglée économique, voire militaire, par ces dernières.

      Il faut un Commandement unifié à la tête d'une Armée, une Armée à 27 Généraux ça ne marche pas.

      Il faut construire une Muraille de Chine aux bordures de l'Europe, pas 27 murets nationaux.

      La belle affaire qu’une France à la souveraineté recouvrée, si c’est pour s’y retrouver ethniquement en minorité. Ni MLP ni NDA, s’ils accédaient au pouvoir, n’auraient les moyens de déchoir les allogènes de leur nationalité française et de procéder à leur remigration. Ils s’exposeraient immédiatement, au minimum, à des rétorsions internationales, tout simplement parce que la France, même souveraine, est un nain (désolé mais faut être lucide). On sera devant le fait accompli sans pouvoir rien faire. Fait accompli que cautionne et veut faire accepter aux Français la très perverse association nationaliste Egalité & Réconciliation (sic) d’Alain Soral ; en Afrique du Sud aussi on s’est réconciliés, et depuis on tue les fermiers blancs. Un propriétaire n’a pas à se réconcilier avec le squatteur de son appartement, il l’expulse ou le fait expulser.

      C’est donc plus malin de contourner cette difficulté en passant par l’Europe, et en s’unissant avec les autres Européens pour être plus fort face à la réprobation internationale. On saborde les vieux Etats-Nations dévoyés et morts de toute façon depuis les guerres civiles européennes du XXème siècle, on s’unit entre Européens, on déchoit tout le monde (Européens comme Allogènes) de son ancienne nationalité, et on redonne une nouvelle nationalité, l’européenne, aux Européens uniquement.

      L’identité française, son âme, sa substance, sa culture sera bien mieux conservée au sein d’une Europe européenne unie, garante des identités charnelles qui la composent, que dans une France africaine. Les souverainistes ont le tort de fétichiser l’Etat français, contre toute raison, et de recomposer un Roman national mythifié. Ce n’est pas l’Etat français qu’il faut sauver, c’est l’identité française, dont l’Etat français est objectivement devenue par sa politique le fossoyeur obstiné.

      Charles

      Supprimer
    11. @CVT :

      Les souverainistes jacobins ont fabriqué l'Homo Francius : ils ont cru sans sourciller pouvoir faire dire aux petits Africains des colonies "Nos ancêtres les Gaulois", ils ont réprimé les identités régionales, ils ont promu la France universelle investie d'une mission civilisatrice à l'égard des races inférieures, ils ont cru que tout le monde pouvait légitimement aspirer à être français.
      Les souverainistes jacobins ont été très copiés en cela par les commissaires politiques et révolutionnaires russes.

      Les européistes identitaires, adversaire de tous les Empires, sont au contraire, animés d'un solide principe de réalité, en ce qu'ils ne méconnaissent nullement les identités charnelles des peuples.

      La terreur des Américains : l'Europe unie.

      Le jeu des Américains : l'Europe divisée sous domination américaine, dans laquelle les Américains jouent les uns contre les autres.

      Tant que l'Europe sera morcelée, les Etats qui la composent, trop petits, seront à la merci de révolutions de couleur fomentée par les USA dès lors qu'un leader à poigne ayant des velléités d'émancipation par rapport aux USA essaiera d'émerger.
      Charles de Gaulle en a fait les frais, lui qui fut la victime de ce qui fut la première révolution de couleur : mai 68.

      Charles

      Supprimer
    12. "L'Europe se fera au bord du tombeau"(Nietzche).

      Les Européens prendront conscience de leur commune européanité face à l'envahisseur commun et face à la déferlante démographique s'abattant sur tout le continent.

      S'unir ou périr.

      Charles

      Supprimer
    13. @Charles,
      c'est bon, vous avez fini?
      Dans votre délire, vous n'avez pas vu que votre UE actuelle est déjà morte politiquement car le Traité Transatlantique de 2015 y mettra fin.
      En plus, dans votre délire, vous avez une drôle d'interprétation de l'histoire: ce sont bien les Capétiens, en opposition à l'Eglise Catholique et à vos féodaux adorés qui ont bâti le Royaume de France. La République n'a fait que changer le souverain. Oui, la France existe, mais apparemment, dans votre haine de ce pays, il faut le dissoudre...
      C'est étonnant ce que les partisans d'une Europe-puissance (qui jusqu'à présent n'a fait que démontrer son inconsistence...) reconnaissent des nations comme les USA, la Chine, l'Iran, l'Inde, mais dénient aux Français le droit d'être un peuple. Et surtout, vous méprisez le peuple français (et ce faisant, la démocratie) pour lui en substituer un qui n'existera JAMAIS: le soi-disant peuple européen...
      Comment peut-on à ce point mépriser l'avis des Allemands, des Italiens, des ex-pays de l'Est fraîchement indépendants? Votre haine de la démocratie, et votre nominalisme sont bien plus mortifères que les idéologies prétendument jacobines. C'est bien vous le commissaire politique, pas les gens qui veulent des états souverains gouvernés par les dirigeants responsables devant leur électeurs, toute chose impossible dans un empire européen...
      Enfin, votre dernier post vous montre tel que vous êtes en vous-même: un raciste!
      Ce sera ma dernière réponse, je refuse de nourrir les trolls.


      CVT

      Supprimer
    14. @CVT

      "une Europe-puissance qui jusqu'à présent n'a fait que démontrer son inconsistence"(CVT)

      Asselineau l'explique d'ailleurs très bien malgré lui : l'Union Européenne actuelle dysfonctionne parce que c'est un attelage d'Etats-Nations souverains qui tirent à hue et à dia et qui défendent chacun férocement leurs intérêts nationaux respectifs, entraînant ainsi la paralysie de l'Ensemble et tout cela à la plus grande satisfaction des Etats-Unis d'Amérique. Il avoue malgré lui que l'Union Européenne est la résultante de traités inter-étatiques entre Etats-Nations souverains, que c'est une "fédération d'Etats-Nations" pour reprendre le superbe oxymore de Jacques Delors, c'est-à-dire en réalité une Europe confédérale, une "Europe des Nations", configuration dans laquelle nous nous trouvons actuellement et qui consacre l’impuissance. Or il n'y a dans l'Histoire aucun exemple de Confédération qui ait fonctionné et réussi, c'est pour ça par exemple que les Confédérés sudistes ont été vaincus lors de la guerre de Sécession (la Confédération suisse est en réalité une fédération) et qu'aujourd'hui l'Union Européenne se rétame.

      On se trouve en fait aujourd'hui dans la pire situation, celle de rester immobilisés au milieu du gué sans vouloir choisir, entre d'une part :

      - le recouvrement assumé par les Etats-Nations de leur pleine et entière souveraineté, monétaire en particulier, et leur désengagement total des Traités européens. Cela signifierait, en échange d'une bouffée d'air frais immédiate sur le plan économique, la fin du Rêve européen (pas facile à assumer) et surtout le renoncement à toute volonté de puissance ;

      et d'autre part :

      - la réalisation assumée et résolue de l'unité politique du continent européen, qui faute d'avoir été préalablement faite, a entraîné l'échec de l'Euro, Euro dont elle était la condition préalable nécessaire. Unité politique du Continent qui signifie un Etat européen unitaire souverain, dotés de réels pouvoirs, et qui est inexistant aujourd'hui, les politiciens nationaux n'entendant pas céder dans les faits leurs prérogatives - et les places qui vont avec - à un Etat européen, bien qu'en déclarations ils se prétendent tous "pour l'Europe".

      Il faut un commandement unique, et pas 28 généraux.

      Charles

      Supprimer
    15. @CVT

      "des états souverains"(CVT)

      Le principal attribut de la souveraineté c'est la puissance militaire et la démographie.

      Aucun Etat européen pris individuellement ne pourra développer tout seul dans son coin une industrie militaire et un outil de défense aussi formidables que ceux des USA.

      Le XXIème siècle est celui des Etats-continents (les Etats-Unis - même s'ils vont s'écrouler et éclater du fait de la trop grande hétérogénéité ethnique et de la mise en minorité vers 2040 des Blancs -, la Chine, l'Inde).

      On n'est plus au XIXème siècle, celui des Etats-nations. Il faudrait que les souverainistes l'intègrent.
      Deux siècles ont passé depuis avec entre-temps de colossaux bouleversements et basculements démographiques, et l'émergence de puissances continentales.
      Les souverainistes y apportent des réponses datées et obsolètes.

      Charles

      Supprimer
    16. @CVT

      "le soi-disant peuple européen"(CVT)

      Les Européens sont tous "frères nés d'un même sang" pour reprendre une expression du poète Eschyle.

      Ils forment donc une Nation. Il lui manque encore un Etat.

      On ne peut pas en dire autant du soi-disant peuple français, conglomérat hétéroclite d'Africains, d'Arabes, de Moyen-Orientaux et d'indigènes européens, que les souverainistes jacobins et néocoloniaux prétendent sans rire constituer en Nation.

      Charles

      Supprimer
    17. @CVT

      "un empire européen"(CVT)

      L'Europe n'est pas un empire, un empire étant cosmopolite par nature. Or les Européens sont "frères nés d'un même sang".

      La France en revanche est un empire, de par l'hétérogénéité de ses citoyens. Elle a reconstitué en miniature à l'intérieur de ses frontières métropolitaines son ancien Empire colonial, avec lequel elle a été de couper complètement le cordon.
      La France impériale, la France universelle n'est pas viable.

      Charles

      Supprimer
    18. Les souverainistes ont la haine non seulement des autres européens mais de l’européen qui réside en chaque français.

      Ils nient le caractère européen du peuple français, qu'ils sont prêts à aliéner au profit d’une immigration de masse en provenance d’Afrique.

      Charles

      Supprimer
  8. "Lettre adressée par le Général de Gaulle à Pierre-Henri Teitgen,
    garde des Sceaux, le 12 juin 1945

    ....a) Sur le plan ethnique, limiter l'afflux des Méditerranéens et des Orientaux qui depuis un demi-siècle ont profondément modifié la structure humaine de la France... il est souhaitable que la priorité soit accordée aux naturalisations nordiques (Belges, Luxembourgeois, Hollandais, Suisses, Danois, Scandinaves, Islandais, Anglais, Allemands, etc.). Étant donné le grand nombre de dossiers actuellement en instance dans les préfectures, on pourrait envisager une proportion de 50 % de ces éléments."
    b) Sur le plan professionnel, la France a surtout besoin de travailleurs directement producteurs : agriculteurs, mineurs, ouvriers du bâtiment, etc. D'autre part, pour conserver au pays son pouvoir d'assimilation, il est souhaitable que les professions libérales, commerciales, banquières, etc. ne soient pas trop largement ouvertes aux étrangers. C'est dans la mesure où les étrangers peuvent se donner en France des cadres intellectuels et économiques – même naturalisés – qu'ils conservent davantage leur particularisme. Il y a intérêt à limiter les naturalisations dans ces professions, et d'une manière plus générale, dans les professions urbaines..."

    http://www.unlivredusouvenir.fr/france-apres-guerre.html

    RépondreSupprimer
  9. ....

    Ici ce ne sont pas des propos rapportés mais une lettre écrite par le général de Gaulle en ce qui concerne l'immigration.
    Effectivement, dans cette lettre le général se montre favorable à l'immigration. Plus précisément à une immigration de travail et pour être encore plus précis à une immigration de travail dans des secteurs où la France à besoins de travailleurs manuels faiblement qualifiés. La lettre date de 1945, le pays est à reconstruire alors qu'il est ruiné. Il y a beaucoup de travail à distribuer mais à de faibles salaires. Il faut donc remettre la lettre du général dans son contexte. Aucun but humanitaire, aucun hymne "à la différence, à celui qui n'est pas pareil parce qu'il est une chance pour un pays républicain faits de citoyens dont la seul identité est l'identité républicaine et le seul lien les Droits de l'Homme". Je me moque, mais faire passer le discours anti-raciste socialiste des années 80 pour du gaullisme dans le but de justifier le fait que le FN actuel (ce qu'il est devenu) n'a rien à voir avec la pensée du général de Gaulle me fait doucement rire.
    Deuxièmement, le général souhaitait favoriser l'afflux de populations d'Europe du Nord et limiter celles venant de Méditerranée et d'Orient. Déjà en 1945, le général de Gaulle trouvait qu'il y avait trop d'Orientaux. Que dirait-t-il aujourd'hui ? Car à l'époque les valeurs républicaines n'empêchaient pas d'être clairvoyant et les dirigeants de l'époque, ceux qui ont combattus le nazisme et l'ont vaincus, savaient très bien que, pour assurer une parfaite assimilation des populations accueillies, un certain équilibre "ethnique" (je sens que je vais me faire taper les doigts par ceux qui ont compris de travers la pensée de Renan mais passons). Que cette recherche d'équilibre, que cette volonté d'assimiler vient du fait que la France risque à tout moment la division, la guerre civile, à cause de ces "ferments que le peuple français porte en lui-même". Donc si cette assimilation n'est pas effectuée, les tensions inter-ethniques nous guettent. Ce n'est pas le FN qui a été au pouvoir ces dernières années. Ce n'est pas lui qui à fait en sorte que les blancs partent des banlieues, des cités, des ZEP. Ce sont ceux qui ont favorisé l'immigration massive des africains et qui sont à l'origine du déséquilibre et de la non assimilation des populations accueillies. C'est donc au dirigeants du PS et de l'UMP qui, les trémolos dans la voix, exclus le FN du champ républicain et qui sont pourtant à l'origine de la séparation ethnique du pays, de la méfiance envers l'Autre. C'est la gauche en traitant la politique d'assimilation de raciste et de néo-colonialiste qui a empêché la fusion en sein du peuple français de centaines de milliers de jeunes issus de l'immigration et Français comme vous et moi sur la carte d'identité.

    RépondreSupprimer
  10. Troisièmement, cette lettre démontre bien qu'il y a deux sortent de Français. Ceux qui le sont complétement et ceux dont l'obtention de la nationalité n'empêche pas de faire douter sur leur loyauté envers leur pays d'adoption. "C'est dans la mesure où les étrangers peuvent se donner en France des cadres intellectuels et économiques – même naturalisés – qu'ils conservent davantage leur particularisme." Le général évoque des étrangers "même naturalisés" gardant leur particularisme. Et encore le général écrit cela à une époque où l'immigration est très largement européenne, blanche, et de religion chrétienne (catholique surtout). Mieux son texte est un appel à peine voilé à créer un état d'infériorité des étrangers et des Français naturalisés car il écrit que ceux-ci ne doivent pas être trop nombreux dans les cadres dirigeants et économiques. Ce n'est pas ce que j’appellerais un hymne à la promotion sociale, à "l'ascenseur sociale républicain" comme on le dit si bien dans la novlangue qui fait office de non-pensée."

    FranceLibreGaullisme

    RépondreSupprimer
  11. Pour la plupart, les "anonymes" avancent masqués, cette franchise me choque...
    Ce déversement de fiel contre le FN devient nauséabond. Certains se découvrent et montrent leur appétence pour les thèmes du SYSTEME UMPS que par ailleurs on dit combattre.?
    Dans celà, je dois le dire je en comprends plus rien, ou plus exactement j'ai tout compris, ils veulent le pouvoir pour le pouvoir !!! et ainsi, rien ne changera, ce sera demain comme c'est aujourd'hui et comme c'était hier depuis 40 ans....

    Il est bien loin l'esprit de gaulle dans tout celà, l'esprit de la résistance, l'esprit de la FRANCE libre et indépendante, lorsque certains de ses héritiers se couchent devant l'europe ????, devant le système et se gardent bien de le dire !!! là aussi, quelle franchise ?

    RépondreSupprimer
  12. Au-delà de la logorrhée des frontistes en service commandé, il faut revenir à quelques fondamentaux :
    - la nation tel que la définissait Renan est avant tout un projet politique (à différencier de telle ou telle Nation en tant que singularité historique). Il s'agit de substituer l'idée de souveraineté à la logique de conquête de territoires de l'ancien régime. Renan défendait aussi le droit des Alsaciens-Lorrains à demeurer français en dépit de leur "souche" allemande. Enfin, aujourd'hui, la conception civique de la nation permet de rassembler autour d'un projet politique, d'une culture et d'institutions communes et de droits partagés, des populations d'origine et de religions différentes. Dans le monde où nous vivons, c'est le seul moyen pour faire exister une communauté politique à partir de population de facto hétérogènes au départ.
    - deuxième fondamental : en période de crise, le désespoir incite à se tourner contre ses semblables avant de cibler les causes du mal. Il semble plus facile, plus "concret" comme on dit, d'arracher l'emploi ou le logement à ceux qu'on aura au préalable stigmatisés ; immigrés, musulmans, juifs, etc. Cela, personne ne le veut bien sûr, mais ceux qui mènent ce travail de stigmatisation portent par avance la terrible responsabilité des conséquences qui pourraient suivre. Etre républicain, c'est justement montrer non pas les divisions potentielles, mais ce qui peut réunir le peuple pour l'intérêt commun. Et c'est pour cela que le FN n'est pas (encore ?) républicain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On vous a montré que ni le FN ni vous n'étaient républicains de par votre conception néocoloniale de la citoyenneté, et que la définition de Renan était fausse (et un rien fumeuse de par la subjectivité des notions employées).

      Le néo-FN, DLR et l'UPR sont des impostures gaullistes, mais pas pour les raisons avancées par Pinsolle. Le néo-FN, DLR et l'UPR sont des nostalgiques et des partisans de la France coloniale (le FN du temps de Jean-Marie également - cf. son discours de 1958 sur la jeunesse algérienne appelée à revigorer la France vieillissante - même si Jean-Marie a toujours oscillé entre la vision coloniale et une vision plus identitaire - cf. ses déclarations de 1989 sur son sentiment d'européen et ses allusions régulières à "l'espace boréal") où il suffit d'avoir la carte d'identité française pour être français, et bénéficier de la priorité nationale par rapport à Jürgen ou Wladimir, pourtant européens de souche, ce qui est évidemment absurde. Marion Maréchal-le Pen a encore répété pas plus tard qu'il y a une semaine chez Bourdin qu'elle n'avait "pas une conception ethniciste de la France" et a tenu un incroyable discours que n'aurait pas renié Harlem Désir (ou J. Halpern) sur la France qui tirait prétendument son génie de son melting-pot.

      DLR prône même une « Union méditerranéenne », comme si les pays européens n’avaient pas subi assez d’immigration et comme si ces régimes en cours de réislamisation étaient des partenaires fiables.

      DLR prône également un soutien « particulier » à l’Afrique et à la francophonie. C’est la Françafrique, le « nouvel empire colonial », ni plus ni moins. Et s’il prône la réduction de 50% du nombre d’entrées d’immigrants, sans définir s’il s’agit d’européens ou pas, le statut des citoyens d’autres pays de l’UE n’étant pas évoqué, il évoque également la nécessité de « faciliter l’intégration des immigrés déjà présents ». C’est la politique du gouvernement Ayrault, ni plus ni moins, à savoir cet afrotropisme, qui amène l’armée française au Mali, et détourne la France de sa vocation européenne.

      DLR se réclame du général De Gaulle, alors que Dupont-Aignan n’a absolument rien compris de la politique de son idole, qui était le contraire, à savoir « lourder le boulet colonial » et « réconcilier la France et l’Allemagne ».

      J. Halpern, faites-vous vôtre la définition de la France de De Gaulle, qui la définissait comme étant une nation de race blanche ?
      Où bien est-ce que c'est au-dessus de vos forces et ça vous arrache la langue de le dire ?

      Charles

      Supprimer
    2. @J. Halpern 27 décembre 2013 18:02

      "la logorrhée des frontistes en service commandé"
      Ça commence bien... heureusement que vous êtes là pour rétablir la vérité...

      Malheureusement le reste de votre commentaire est pire. Il faudrait simplement arrêter vos délires paranoïaques et vos amalgames usés d'un FN qui voudrait chasser les musulmans ou les juifs !

      Vous divaguez complètement, ça n'est pas croyable. il a suffit qu'on parle de citoyenneté française qui donne des droits ET des devoirs, pour que vous partiez en vrille ! c'est quoi la prochaine étape ? les heures les plus sombres de notre histoire ? Pour rappel, on parle du gaullisme, celui qui a combattu les nazis !

      ---

      "la conception civique de la nation permet de rassembler autour d'un projet politique, d'une culture et d'institutions communes et de droits partagés, des populations d'origine et de religions différentes."

      Vous ne voyez pas que ça ne fonctionne pas ? que vous prenez vos désirs pour des réalités ? Quelle est cette fameuse conception civique de la nation qui est censée rassembler tout le monde ? autour de quel projet ? Vous résolvez comment les problèmes des cités ghettos dans lesquelles s'entasse la misère sans espoir ?

      Sortez de votre cocon, aller discutez avec des gens, écoutez ce qu'ils vivent et qu'ils disent dès qu'ils se sentent libres de parler, vous êtes à côté de la plaque.

      Supprimer
    3. "Faites-vous vôtre la définition de la France de De Gaulle, qui la définissait comme étant une nation de race blanche ?"

      On rêve !
      Mais bien sûr. On imagine sans peine un De Gaulle rêvant à une France débarrassée de ses apories. Une « France blanche », sans Césaire et Dumas (on s’excusera du peu) et ignorant Félix Eboué et Gaston Monnerville. D’ailleurs, c’est un « fait bien connu » il envisageait de vendre la Guadeloupe et la Martinique aux Américains et c’est « par erreur » qu’il en fit des départements français en 1946. A ce niveau de compétence, on peut écrire ce qu’on veut. Et pourquoi pas qu’il voulait refourguer l’Alsace à l’Allemagne (à cause de la langue) et Nice à l’Italie. Puisqu’on est dans l’invention délirante, délirons un peu.

      Supprimer
  13. De Gaulle aimait la France avec un grand F, alors que celle que chacun essaie de décrire à coup d'interprétations et d'explications toutes aussi alambiquées les unes que les autres ne fait en rien une vision de la France.

    Si le Général vivait encore alors il encouragerait certainement les français, qui portent encore en eux l'amour de la France, à se soulever et à mettre fin à l'escroquerie républicano-démocratique que nous vivons aujourd’hui ...

    Nous ne sommes plus ni en démocratie ni en république puisque d'une part l'avis du peuple ne compte plus et d'autre part nombre de nos lois sont bafouées ou adaptées au gré du vent. Notre constitution (sensée nous protéger des dérives des gens au pouvoir) est désormais modifiée par ceux contre qui elle est censé nous protéger.

    Ensuite, nous assistons non plus à une immigration mais à un vrai plan d'envahissement de la France, probablement pas dans l'idée de remplacer sa population native par d'autres populations (bien que la question peut être posée) mais par le besoin de nos dirigeants de fabriquer de nouveaux et dociles électeurs pour les prochaines élections.

    Nous ne sommes donc plus en république, car l'avenir même du pays est bradé par ceux qui nous gouvernent à des fins électoralistes. Et si cela ne suffisait pas, le pays n'est plus souverain et désormais doit aligner ses lois sur les désirs de Bruxelles et laisser à cette dernière le dernier mot sur son budget.

    Si parmi toutes ces interventions sur ce blog, il y avait encore de vrais gaullistes amoureux de la France alors ils ne feraient pas autant de blabla, mais agiraient en hommes et femmes responsables et déterminés à sauver leur pays.

    Nous devons désormais nous battre contre un ennemi intérieur qui semble issu de nos rangs par l'abus et l'excès de bavardages philosophiques au détriment des actes concrets pour redresser la barre ...

    J'ai confiance en votre sincérité, mais de grâce agissez désormais car nous, Français, avons besoin d'agir pour que la France revive et que la République renaisse ...

    Pour agir, il faut que chacun oublie ses différences que seuls nos points communs fassent consensus. L’urgence est désormais de redresser la France au plus vite et au travers d’une union nationale apolitique.

    Oublions nos egos, ne cherchons plus à établir des analyses ou des théories pour savoir qui aura raison sur le comment la France va s’effondrer ou sur le comment nous pourrions la redresser. STOP aux blablas, ensemble REDRESSONS-LA ...

    Lançons un grand mouvement d’union nationale capable de rassembler toutes les bonnes volontés de tous les horizons politiques et religieux. Ce n’est pas impossible à faire si nous mettons au-dessus de nos égos : la France.

    Pensez-y et à bientôt ...

    Vive la France et Vive la République !!!

    RépondreSupprimer
  14. Voilà qui est bien pratique de mettre du coté les propos du Général sur la nature du peuple français (blanc, chrétien et qui doit le rester en grande majorité), ou encore ses propos sur les musulmans (l'huile et le vinaigre, Colombey les 2-Mosquées) ou encore sur les communautés (si une communauté se plaint du racisme c'est qu'elle ne donne pas de bons fruits sinon elle serait acceptée etc)

    croire qu'il n'aurait pas sonné l'alarme sur l'immigration extra-européenne avec véhémence depuis 30 ans est une tartuferie, ce seriez vous qui manipuleriez De Gaulle.

    Oui je l'affirme, De Gaulle sur ces sujets d'identités, d'immigration, serait bien plus au FN qu'ailleurs.

    De là à faire du FN un parti gaulliste je ne le crois pas et je crois qu'aucun parti ne l'est plus, c'est assez ridicule de perpétuer ce terme comme ça. Mais il est tout aussi ridicule de faire du gaullisme un synonyme de "centrisme".

    On peut jouer longtemps a dire "on ne sait pas ce qu'il dirait aujourd'hui, ce qu'il penserait"... moi je ne joue pas à ce jeu là, je sais très bien ce qu'il penserait.

    RépondreSupprimer
  15. Droit du sol, droit du sang, quelle différence ?

    Droit du sol : quand vous demandez vos papiers on vous donne ceux de votre pays.

    Droit du sang : quand vous demandez vos papiers on vous donne ceux du pays de votre père. Ou de votre grand-père, de la voisine ou du concierge, peu importe.

    Chez un opticien qui travaillerait selon le droit du sang vous n'arriveriez pas à avoir des lunettes à votre vue.

    Le droit du sang est une escroquerie par définition. C'est aussi une contrefaçon du droit du sol sans lequel il ne peut se concevoir, alors que l'inverse n'est pas vrai.

    On peut remonter son arbre généalogique autant qu'on veut, on fini par tomber sur un ancêtre qui ne peut plus nous avoir transmis la nationalité que par le droit du sol, puisque nous ne connaissons pas son ascendance.

    Ivan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait d'accord. De plus, certain français « de sang » sont en réalité ouvertement anti-français. Un exemple qui me vient : Frédéric Martel (un "Tasunien").

      Levelche

      Supprimer
    2. Vous avez besoin de lunettes pour savoir faire la différence entre un Européen et un Africain ?

      Charles

      Supprimer
    3. @Charles,
      encore une réflexion raciste, pas très étonnant de la part d'un adepte de l'Europe Blanche...
      Ce n'est pas parce que vous êtes noir ou asiatique que vous ne pouvez pas être Français ET DONC EUROPEEN! Suis-je bête: la France n'existe pas pour vous... Vous êtes comme Jean Monnet: en fait, vous dites être contre les Etats-Nations, mais vous n'en détestez qu'un seul: le vôtre, à savoir, la France...

      CVT

      Supprimer
    4. @CVT

      "encore une réflexion raciste, pas très étonnant de la part d'un adepte de l'Europe Blanche... "(CVT)

      J'ai une vision européenne de l’Europe. Les mots en « -isme » relèvent d’une idéologie, non de la prise en compte du réel, à savoir le caractère européen de l’Europe, ce qui est parfaitement logique. Le mot « raciste », ou « racialiste », n’a aucun sens car sinon des gens aussi différents que Lincoln, De Gaulle, Saint-Simon, London... seraient des « racistes » et à vrai dire tous les européens morts avant disons 1960 seraient « racistes », ou « racialistes ». C’est absurde.
      Pas besoin de mettre un « -isme » quand il s’agit de restaurer une situation antérieure qui a été modifiée par des politiciens sans scrupules ou sans jugement et sans consulter le peuple sur une question vitale qui engageait son avenir.

      Je n’utilise pas les termes inventés par des adversaires pour sâlir un combat légitime. Je sais que la droite a tendance à reprendre les consignes de la fausse « gauche », avec entre dix et vingt ans de retard, mais ce n’est pas une raison.

      Ce mot a une logique diabolisante. Il ne sert qu’à tenter de légitimer l’implantation de populations allogènes sur le sol européen en s’attaquant à ceux qui légitimement s’y opposent.

      Pas une seule fois je n’ai utilisé le terme « blancs ». Je défends les indigènes européens. C’est vous qui les caractérisez de « blancs » donc c’est vous qui leur attribuez des caractéristiques raciales.

      Les souverainistes, nostalgiques de l'ancien Empire colonial, développent de fait une vision multiraciale de l’ « identité nationale ».

      De Gaulle savait parfaitement que l’Europe existait, que le peuple russe était toujours là sous le chapeau soviétique, que la France et l’Allemagne un jour ne feraient plus qu’un, que l’immigration afro-musulmane était une erreur monumentale (que cautionne en revanche un Asselineau, qui est même interviewé par umma.com, c’est dire, ou un Dupont-Aignan).

      Il n’y a qu’à voir la fascination malsaine de Soral, Dupont-Aignan, Asselineau et autres pour « Fils de France » du membre de l’UOIF Camel Bechick... c’est suffisant.
      L’europhobie c’est la négation de la profonde parenté entre européens qui amène à refuser toute idée d’Europe politique et au final à soutenir l’immigration non-européenne francophone pour peser contre les autres européens.

      La France est un pays européen. Ceux qui le nient ne sont pas au service des Français mais de fait d’intérêts étrangers. C’est un fait.

      Charles

      Supprimer
  16. Je ne suis absolument pas convaincu par le discours du FN. Je suis sûr qu'ils ont changés officiellement la ligne ultra-libérale du parti par pur opportunisme, ils ne sont absolument pas sincère sur beaucoup de sujets notamment économique et européen.

    Philippot s'est fait immédiatement contredire par Le Pen, quand il a dit que le FN était un parti gaulliste (on dirait que cela lui fait horreur). Et il a récemment annoncé soutenir la liberté de se comporter odieusement comme Deudonné. Le Pen est très opportuniste, elle se dit patriote, et après se met un bandeau flamand plutôt que français, chante l'hymne nationaliste corse, et n'a jamais critiqué son père en plus de ses divers lapsus. Maréchal Le Pen (figure de la jeunesse frontiste) rencontre des pro-germaniques nazillons identitaires en Flandre (Vlaams belang) ennemis de la chose française en Belgique et de nos cousins, et peut-être bientôt compatriote, wallons. Ne parlons même pas de Alliot, Golnisch, Le Pen père …

    D'ailleurs, on n'aurait jamais dû aider Ménard. Ce type à accepter le soutien FN et à fait l'apologie de Maréchal Le Pen. On arrivera pas à porter notre message si nous avons de quelconque lien avec le FN même indirectement (et c'est bien normal). De plus si DLR serait plus imposant que le FN, je suis certain que (mise à part les « gaullistes » opportunistes) ce dernier ne viendrait pas s'unir à nous mais continuerait à nous emmerder.

    Électeurs de FN, vous perdez votre temps à soutenir ce parti qui vous stérilise et vous berne ! Avec le FN, l'alternative ne passera jamais en 2017.


    Levelche

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand DLR mettra dans son programme l'inversion des flux migratoires et qu'il cessera de draguer l'électorat musulman ("Fils de France"), on verra. En attendant, vous pourrez toujours repasser.

      Charles

      Supprimer
  17. Le nombre et la longueur des posts démontrent que le sujet de l'immigration n'est pas près de céder sa première place au hit-parade des pseudo programmes politiques.

    Demos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Demos

      "Le nombre et la longueur des posts démontrent que le sujet de l'immigration n'est pas près de céder sa première place au hit-parade des pseudo programmes politiques."

      Ce qui tendrait à démontrer qu'un programme politique qui ne traite pas également du sujet de l'immigration n'est qu'un embryon de programme politique...

      Supprimer
    2. Amusant, bien tenté, mais faux. Un programme politique peut être solide et cohérent sans traiter à part de la question de l'immigration. Sauf à considérer que c'est le seul sujet qui vaille.

      Demos

      Supprimer
  18. @ Anonyme 10:38

    Le gaullisme, c’est la souveraineté nationale, mais pas que. Sur les propos rapportés par Alain Peyrefitte, je ne les rejette pas parce qu’ils ne me conviennent pas, mais parce que je ne pense pas que l’on puisse les considérer comme des éléments de la pensée d’un homme, surtout quand ils émergent après sa mort, qu’ils ne sont pas remis dans un contexte. Soit dit en passant, ils restent nettement moins durs que certains propos publics de dirigeants du FN, 50 ans après, alors que les normes ont beaucoup changé dans le domaine, et je ne parle pas des propos privés…

    Pourquoi se réjouir que le FN reprennent certaines de nos idées, sachant qu’il y a de nombreux points de désaccords et que sur certains sujets, le 180° peut faire douter de la sincérité de ses dirigeants ? Sachant en outre que MLP est une très mauvaise avocate de la sortie de l’euro ou du protectionnisme. Sachant que le FN est de facto une impasse politique, un parti, qui, en 41 ans d’existence, n’a rien changé dans notre pays… Les chances du FN de peser sur le cours des choses ? Heureusement, je crois qu’elles sont nulles. Celles de DLR restent encore un point d’interrogation. Notre parti est jeune. Son potentiel est encore inconnu. Je l’espère bien plus grand.

    Vous caricaturez les positions de J.Halpern et Léonard qui n’ont jamais dit qu’il fallait donner la nationalité française à la terre entière.

    @ Sancelrien

    2017 ? Pas du tout d’accord. Si les Français pensaient que le FN était un parti normal (ce qui lui donnerait une chance alors), il devrait être à plus de 30% dans les sondages étant donné le spectacle pitoyable donné par le PS et l’UMP. Vous ne comprenez pas que le FN est l’assurance-vie du PS et de l’UMP depuis 30 ans.

    Soit dit en passant, en 2012, MLP a fait 17,9%, soit moins que les 19,2% de son père et Mégret, dans un contexte bien plus favorable.

    @ Bip, J Halpern & Léonard

    Merci.

    @ Le Gars Slino

    Ce n’est pas qu’un problème de confiance. Reprenez ce que j’ai écrit. Pour moi, les propos privés ne définissent pas une ligne politique. Seuls les propos publics font foi. Un homme politique peut tenir des propos parfois différents selon ses interlocuteurs, chercher à provoquer, prêcher le faux pour connaître le vrai. En outre, ces propos que l’on me rapporte souvent auraient été tenu à une époque totalement différente. Prendre des propos tenus de manière privée dans les années 60 pour les classer selon les critères des propos publics des années 2010 est totalement absurde intellectuellement.

    Sauf si les nouveaux cadres sont tout aussi extrémistes que les anciens…

    @ Anonyme 15 :46

    Merci

    @ Charles

    Mon blog n’est pas un panneau publicitaire où l’on peut coller ses articles sous prétexte qu’ils ont un lointain rapport avec la discussion. Je supprime. OK pour mettre des liens et quelques citations, mais là…

    @ Francelibregaullisme

    N’oubliez pas que cette lettre date de 1945, une époque où les curseurs étaient très différents d’aujourd’hui. Aux Etats-Unis, la ségrégation a encore 20 ans de vie devant elle…

    @ Anonyme 18:39

    Envahissement ? Remplacement ? Vous le pensez sans doute sincèrement, mais cela est un mythe totalement ridicule. Soit dit en passant, cela montre bien que les racines frontistes sont celles d’un identitarisme paranoïaque à tendance xénophobe.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme 18:39

      "Soit dit en passant, cela montre bien que les racines frontistes sont celles d’un identitarisme paranoïaque à tendance xénophobe."

      Je crains pour vous que vous n'ayez pas souvent l'occasion de sortir de votre bulle pour voir ce qu'il se passe en France ... Il n'y a pas besoin d'être paranoiaque pour constater les milliers de Roms, africains et autres étrangers qui s'installent chaque mois en France ... Pas besoin non plus d'aller très loin (les marchés) pour entendre le raz-le-bol des francais (dans presque tous les domaines).

      Nier le problème et nier aussi le fait que cela pourrait être le fruit d'une volonté politique délibérée à des fins électoralistes n'est pas la bonne approche, car les faits sont là et les francais le vivent au quotidien.

      Visiblement vous ne semblez pas vivre cela au quotidien, ni même vous rappeler des propos de TerraNova sur la stratégie que le PS devait suivre pour augmenter sa base électorale (issue de l'immigration).

      Quand vous avez une personne qui vous interpelle sur le sujet alors on peut penser que c'est un cas particulier, mais quand sur un marché vous en avez 2 ou 3 par heure qui vous parle de ces problèmes alors ce n'est plus un cas isolé mais une vraie préoccupation.

      Vous qualifiez de paranoia un vrai problème, c'est votre choix mais de grace ne venez pas ensuite la mine défaite vous ofusquer du résultat des élections à venir.

      Si DLR ne traite pas des vrais problèmes alors qui le fera à part le FN ?

      Je vous apprécie sur bien d'autres sujets, mais sur celui de l'immigration je vous trouve bien à coté de la réalité, et je ne vois pas de ligne claire sur le sujet aussi bien dans vos propos que dans ceux de DLR.

      Supprimer
  19. Intéressant débat, on dirait une synergie de répondeurs automatiques !

    Il est facile ainsi de comprendre pourquoi la dynamique de 2005 contre le TCE s’est perdue dans les limbes, alors qu’elle aurait du fondamentalement tout changer.

    Facile aussi de capter pourquoi ce genre de dynamique restera à jamais stérile. Comme le fait judicieusement remarquer ce personnage à qui il arrive parfois d’être lumineux :

    http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=n9sAl8HtSj0#t=1801

    De toute façon l’affaire est pliée. De Gaulle ira bientôt rejoindre François 1er et Henri IV dans le brouillard ténébreux (nauséabond comme image n’est-ce pas ?) de l’histoire officielle du protectorat français euro-américain.

    Mais le personnage est tellement considérable qu’il reste concevable de mettre un point d’honneur à vouloir s’effacer dans le sillage du corbillard. La fonction mémorielle en histoire est aussi une forme dérivative et civilisée de la pulsion de mort.

    MLP représente au moins ( ?) un point d’ancrage dans une France en apesanteur, et s’il en est ainsi c’est bien que l’uniforme de capitaine d’atterrissage lui va mieux que les autres. En tout cas aux yeux des matelots que l’on s’apprête à noyer allègrement de part tous les défauts qu’on leur prête, mais qui se sentent encore bien vivants, eux.

    Alors, vous pouvez bien vous balancer au museau vos sentiments et vos concepts, vos certitudes et vos aversions, vos principes (tabous) et vos symboles (totems), vous n’échapperez pas au devoir d’invention, les gars !

    Ex nihilo. Et qui sait jusqu’où vous irez ?

    La Gaule

    RépondreSupprimer
  20. débat aux effets partisans... totalement contre l'unité et l'indivisibilité de la FRANCE......Y+Un débat entre communautaristes !!!!

    RépondreSupprimer
  21. Bonjour,

    Découvrant que je suis cité, et même paraphrasé avec un certain talent par "Charles", je me permets d'intervenir très brièvement dans ce débat.

    Le général De Gaulle n'aurait pas pu être membre du FN car il en aurait été exclu, étant bien plus radical sur la question de l'immigration que ce parti. De nombreux propos rapportés par Peyrefitte et bien d'autres montrent que le général De Gaulle avait une conception ethnique de la France et de l'Europe. Qu'on la partage ou qu'on ne la partage pas n'est pas la question.

    En voulant restreindre l'immigration aux européens en 1946, il démontrait que pour lui le clivage n'était pas entre "français" et entre "allemands" mais entre "européens" et "non-européens". De Gaulle a même été capable de faire un discours en Allemagne... en allemand. Il avait compris l'importance de la réconciliation franco-allemande, comme le montre aussi ses Mémoires de guerre, volume 3.

    De Gaulle n'a jamais souhaité conserver l'empire colonial et un de ses propos prône même l'indépendance des DOM-TOM. Ceci pour répondre à un des intervenants évoquant le prétendu soutien que DG aurait exprimé en 1946 à ces territoires, dont il n'est pas responsable de la départementalisation, n'étant pas le seul à la barre. La preuve en est qu'il a fini par démissionner.

    De Gaulle a voulu clairement "émanciper l'Algérie", même si pour cela il a dû mentir ("l'Algérie restera française") pour arriver au pouvoir en 1958, comme tout vrai homme politique, donc disciple de Machiavel. L'extrême-droite colonialiste ne lui pardonnera jamais. Or, qui défendait une France européenne face à un Le Pen qui en 1958 prônait la naturalisation des Algériens ? De Gaulle !

    De Gaulle voulait lourder le "boulet colonial", l'expression est de lui d'ailleurs, et a même donné des ordres pour empêcher le "rapatriement" des troupes maghrébines ayant combattu aux côtés des Français (ce en quoi il a été désobéi d'ailleurs).

    Certains de ses propos sur l'islam ou sur le Maghreb sont sans aucune ambiguïté.

    Quant à la construction européenne, il n'a jamais aboli la CEE, n'a jamais exprimé de rejet d'une Europe politique, à partir du moment où elle était construite sur les bons principes. Il s'est en revanche opposé à l'adhésion britannique, non parce qu'il ne considérait pas les Anglais comme des Européens, mais parce qu'il craignait que le Royaume-Uni serve de cheval de Troie des Américains, ce qui a été malheureusement le cas. Un gouvernement britannique qui trahit l'Europe mais trahit aussi depuis des décennies le peuple britannique !

    Cher Laurent Pinsolle, vous êtes sans doute gaulliste, mais vous n'êtes pas gaullien. De Gaulle ne serait pas reconnu dans le FN, c'est évident, car il n'aurait pas apprécié son néo-colonialisme et son europhobie. Mais il ne se serait pas reconnu et pour les mêmes raisons dans DLR.

    Quant à ceux qui citent Renan positivement, je vous rappelle que Renan était raciste et antisémite. Personnellement, je ne citerai certainement pas ce sale individu.

    Bien cordialement.

    RépondreSupprimer
  22. @ Anonyme 13:39

    Je dis cela car parler d’envahissement ou de remplacement n’a pas de sens car on regarde les chiffres de manière approfondie, y compris ceux de M.Tribalat. Vous pouvez consulter les papiers dans les archives.

    Après, il est bien évident qu’aujourd’hui, il faut réduire les flux migratoires pour que le solde net soit proche de zéro, étant donnés les problèmes d’assimilation et les tensions qui existent dans notre société. Mais voilà, ce qui me semble une position raisonnable et réaliste, tandis que les cris à l’envahissement ou au remplacement sont exagérés.

    @ Thomas Ferrier

    Interpréter les positions du Général de 1946 au regard de notre grille de lecture actuelle n’a pas de sens. Les positions ont énormément évoluées en près de 70 ans.

    N’oubliez pas qu’alors que la ségrégation existait encore contre les noirs aux USA, la France du Général avait un président du Sénat noir…

    Et je pense que les propos privés rapportés ne peuvent pas être considérés comme faisant pleinement partis de l’héritage idéologique du Général.

    Dire que le Général serait à droite du FN est ridicule. Vous savez bien que les dirigeants du FN ont tenu des propos publics bien plus choquants que les propos privés du Général, et tout le monde sait que leurs propos privés vont largement au-delà. En outre, la politique migratoire des années 1960 montre une ouverture que le FN n’aurait pas eu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme 13:39

      Merci Laurent pour vos précisions, que je trouve plus en phase avec ce que l'on constate au quotidien mais pas forcément dans ma compréhension de vos propos.

      Le point que je voulais soulever était qu'il ne sert à rien de nier l'existence ou d'éviter un sujet sans le traiter pour être "politiquement correct", car les français que l'on croise au quotidien et qui ont la gentillesse de nous faire part de leurs préocupations, eux ne se priveront pas de rappeler aux bien-pensants les vrais sujets de leurs préoccupations.

      Merci pour vos précisions.

      Supprimer
  23. Je pense que la politique d'immigration souhaitée par le général en 1946 était déterminée par son appréciation du marché du travail de l'époque, et qu'il considérait que l'emploi des travailleurs manuels français n'était pas menacé par l'immigration, qu'ils trouveraient toujours aussi vite du travail, mais que ce n'était pas le cas des cadres.

    Après il a trouvé l’assaisonnement idéologique qu'il fallait pour convaincre son public de l'époque, sachant que c'était déjà la bourgeoisie qui décidait.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  24. @ Laurent Pinsolle

    Mais il me paraît légitime de critiquer cette "grille de lecture actuelle" au nom de la vision qu'avait le général De Gaulle, que vous définissez comme "contextuelle" donc "anachronique", alors que j'y vois au contraire une cohérence, et les faits concordent avec les propos privés rapportés. C'est donc un élément structurant dans la pensée du général, mais un élément au sens large, à savoir le soutien à l'idée européenne en même temps que le refus d'une immigration extra-européenne certes modeste à l'époque, mais dont De Gaulle avait eu l'intuition qu'elle le serait de moins en moins.

    On sait désormais qu'un VGE voulait en 1978 renvoyer 500.000 travailleurs maghrébins en cinq ans. On sait aussi qu'Helmut Kohl souhait faire diminuer de moitié le nombre de travailleurs turcs en Allemagne.

    S'interroger sur le pourquoi de leur impossibilité de mettre en place une politique qu'ils souhaitaient, et qui auraient surement reçu l'assentiment majoritaire des citoyens, me paraît nécessaire.

    Je n'ai pas dit que De Gaulle était "à droite du FN", la question identitaire n'étant ni de droite ni de gauche, et ayant été même l'apanage de la gauche au XIXème siècle, mais j'ai dit qu'il avait exprimé un refus beaucoup plus cohérent de l'immigration extra-européenne alors que le FN a au contraire été très ambigu sur cette question.

    En revanche, jamais De Gaulle ne se serait laissé aller à des provocations sur certains sujets historiques même si la phrase sur "le peuple sûr de lui et dominateur", qui était un compliment, lui a été injustement reproché.

    Quant à la politique d'immigration de 1960, il est difficile d'en accuser le général De Gaulle, qui laissait ce genre de questions à son gouvernement. Il est toutefois exact qu'il ne s'y est pas opposé.

    Cela me permet de conclure qu'on ne peut pas refuser de considérer comme "issus de la filiation gaullienne" ceux qui s'opposeraient à l'immigration extra-européenne, ni interpréter ce refus comme de droite, "extrême" ou pas. Car c'était conforme à la pensée de De Gaulle à son époque.

    Bien cordialement.

    RépondreSupprimer
  25. @Laurent Pinsolle,

    Extrême-droite dites-vous.

    Qualifier, désigner, sans définir ou maîtriser la définition autorisant une attribution faites, me semble t-il "d'autorité", n'a aucun de sens et surtout aucun caractère performatif. Quelle définition donnez vous à la notion d'extrême-droite ?

    Ajoutons qu'on ne définit pas une notion par des faits ou une accumulations de faits - ce sont toujours des faits, même quand ils sont mis bout-à-bout les uns des autres.

    Définir c'est remonter au cadre général, à l'essence, à l'idée. Un fait n'est pas et ne sera jamais une idée. Aucun dictionnaire ne définit une notion par un fait ou une accumulation de faits.

    Quant aux faits évoqués il convient de trier parmi ceux qui ont 30 ans - voire plus - et ceux qui sont du jour ; ceux qui relèvent de militants ou sympathisants sans responsabilité au sein de ce mouvement, d'avec ceux qui en ont et représentent réellement ce parti aujourd'hui, indiquant enfin et surtout que pour déterminer la philosophie politique qui anime un parti il convient avant tout d'étudier ses statuts et le programme qu'il propose, ainsi que les communiqués officiels de ces instances dirigeantes.

    A défaut d'entrer dans les démarches rationnelles ci-dessus énoncées, la qualification d'extrême-droite ne semble pouvoir recueillir un quelconque sérieux et une quelconque pertinence.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
  26. @ Anonyme

    Oui, mais si le sentiment général est faux, il faut expliquer calmement pourquoi

    @ Ivan

    Très juste. Et puis, n’extrapolons pas trop à partir d’un document qu’il a signé. Combien de documents signait-il à l’époque dans son rôle ? Ses discours publics n’ont jamais flirté avec la xénophobie apparente ou sous-jacente de l’extrême droite.

    @ Thomas Ferrier

    Difficile de voir une cohérence en prenant un seul document public de 1946 et quelques propos privés rapportés… Moi qui ai lu tous ses écrits et de très nombreuses biographies, je peux attester que rien ne le rattache avec l’extrême droite.

    @ Manitoba

    Vous trouverez des définitions dans ces papiers ainsi que de nombreux faits récents :

    http://www.gaullistelibre.com/2013/10/marine-le-pen-vous-et-votre-parti-etes_7.html
    http://www.gaullistelibre.com/2013/11/lextreme-droite-et-la-contestation-du.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Laurent Pinsolle,

      J'ai bien suivi vos liens et je n'y ai pas trouvé de définition de l'extrême-droite. Cela étant, je peux faire erreur. Vous voudrez bien dès lors m'indiquer (sans vous commander) le ou les paragraphes qui définissent la notion d'extrême-droite.

      Partant du principe qu'il ne serait pas correct de ne pas me soumettre moi-même à ce que je propose je me permets de faire état de la définition du mot définition selon une référence me semblant être incontestable (ATILF).

      DÉFINITION, subst. fém.
      A. [L'idée dominante est celle d'une limite ou d'un ensemble de traits qui circonscrivent un objet]
      1. Détermination des limites d'un objet; résultat de cette action.
      B. LOG., usuel. Opération mentale qui consiste à déterminer les limites et le contenu d'un concept.

      Cordialement.

      Supprimer
    2. @manitoba
      C'est amusant d'insister mais nous savons bien que "extrème droite , racisme , islam , mulsulman , juif " ont le même effet sur le cerveau que l'Absinthe la vrai gonflée au méthanol qui détruit les synapses et démarre le grand ventilateur a brume deconnante

      Supprimer