samedi 30 août 2014

Lavrilleux révèle le caractère mafieux de l’UMP


«  Si on m’exclut de l’UMP, (…) je parlerai » : c’est ainsi que Jérôme Lavrilleux, qui a été directeur adjoint de la campagne présidentielle de 2012, a réagi à la menace de sanction de la part de la commission des recours du parti. Une déclaration aussi effarante que révélatrice.



Chantage public


Bien sûr, on peut comprendre qu’il ne souhaite pas porter le chapeau dans cette affaire, ce qui n’est pas totalement injuste. En effet, il serait foncièrement anormal qu’il soit sanctionné et pas Nicolas Sarkozy, qui est au moins indirectement responsable des énormes abus qui ont abouti à ce que sa campagne coûte 11 à 17 millions d’euros de plus que le seuil maximal de 22,5 millions, grâce au maquillage des comptes du parti majoritaire. Mais en même temps, cette déclaration pose doublement problème. D’abord, ce faisant, Jérôme Lavrilleux confirme qu’il y a des dossiers très embarrassants à l’UMP, et donc que les dirigeants de ce parti se sont sans doute mal comportés ces dernières années. Et cela montre qu’il a couvert des comportements répréhensibles, ce qui en dit long sur l’éthique des patrons de ce parti

Une ombre pour Don Sarkozy

Cet épisode en dit long sur l’UMP, qui offre un spectacle détestable aux citoyens. Voici des barons mafieux pris la main dans le pot de confiture, qui continuent à se disputer et se menacer publiquement d’une manière digne d’une série télévisée plutôt que des serviteurs de l’Etat digne de diriger, servir et représenter le pays. Comment imaginer une seconde faire confiance à un parti qui offre un tel spectacle depuis deux ans et demi entre élections truquées, comptes truqués, menaces publiques de procès. L’UMP n’a que faire de la France. Ce parti offre le spectacle dégénéré d’un parti sans foi ni loi dont les dirigeants n’ont plus aucun respect pour la loi, l’éthique ou la démocratie, prêts à tout pour le pouvoir et leurs réussites personnelles. Il n’y a rien de bon à attendre de ce parti, dont le bilan de 2002 à 2012 parle déjà de lui même.

 Bien sûr, le bilan désastreux de François Hollande et les résultats des élections européennes font penser à l’UMP que son tour devrait revenir en 2017. Mais ils devraient se méfier : le spectacle qu’ils donnent depuis 2012 est tellement choquant et révoltant que le balancier pourrait bien ne pas revenir…

13 commentaires:

  1. Gilbert Perrin
    À l’instant ·

    ET DE DEUX !!!!

    - Deuxième COUAC du gouvernement VALLS 2

    - Après la cacophonie autour des 35 heures, qui démontrent une certaine incompréhension MACRO-VALLS

    - Manuel VALLS détricote la loi DUFFLOT votée sous son gouvernement 1
    une stupidité sans NOM....dans ces conditions ou va la FRANCE ?

    - MLP se montre candidate à la coopération, alors poruquoi pas. Une seule condition toute de même qu'elle réponde à son positionnement dans le système, concernant la défense des intérêts corporatistes, sur le quel elle ne s'est jamais prononcée ? que pense t'élle des "dépenses publiques ??? ,,,

    CA VA MAL et CA DURE

    RépondreSupprimer
  2. Ca ne faisait aucun doute.
    Rappelle toi du chantage de Rachida Dati envers Nicolas Sarkozy.

    RépondreSupprimer
  3. L'UMP organisation mafieuse ? Bien entendu. Et le PS, alors ?
    Sancelrien

    RépondreSupprimer
  4. Ils pensaient voter pour Sarkozy mais ils ont voté pour Bush. Le coup d'après, ils pensaient voter pour Hollande mais ils ont voté pour Obama.
    La politique française, qu'elle soit intérieure, européenne ou étrangère se décide de toutes façons aux Etats-Unis

    RépondreSupprimer
  5. Lavrilleux ferait bien de mettre toutes ses révélations sous enveloppe cachetée dans le coffre-fort d'un avocat ou d'un notaire inconnu de ses complices.

    Avec pour consigne de tout sortir s'il disparaissait mystérieusement où était victime d'un quelconque accident...

    D'ailleurs je crois qu'il a compris puisqu'il a affirmé lui-même avoir contacté plusieurs avocats.

    Robert Boulin n'avait pas pris cette précaution et l'a payé de sa vie.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  6. "Le bilan désastreux de François Hollande." Comment ça le bilan ? Nos dirigeants bien aimés ne cessent de nous répéter qu'il faut laisser à Hollande le temps d'obtenir des résultats. Ne précipitons pas les choses. Au rythme auquel marche ce pouvoir, qui dit devoir accélérer, nous sommes loin d'avoir tout vu et le pire est à venir.

    Demos

    RépondreSupprimer
  7. UMP SARKOSY mafia, c'est un peu les mots clés de la biblio de Sarkosy.

    Laurent et les autres connaissez-vous celle-ci =>
    http://www.voltairenet.org/article157210.html

    Je suis étonné que cela ne soit pas publier et re-publier pour montrer qui est en réalité ce personnage.

    A moins que quelqu'un puisse ici prouver que les affirmations de cet article sont totalement fausses !

    RépondreSupprimer
  8. Le festival hollandais associant incompétence et inconscience continue de plus belle !

    30 août 2014, 16h - François Hollande a déclaré que les sanctions contre la Russie "seront sans doute augmentées" ce soir lors du Conseil européen à Bruxelles. "Il n'y a pas de temps à perdre", a insisté M. Hollande évoquant le risque que ce conflit "ne débouche sur une véritable guerre. » Qu’ils ne changent rien, ces abrutis, qui dirigent l’UE et jouent les auxiliaires des Etats-Unis, ils vont réussir à la faire venir, la guerre.

    En attendant, reprenez tous ensemble avec moi les paroles de Graeme Allwright « On avait de l’eau jusqu’à la ceinture et le vieux con a dit d’avancer …. »

    Demos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non, il n'y aura pas de guerre. Obama le Prix Nobel s'en est souvenu juste à temps : il n'a pas les moyens d'affronter la Russie. Si vous êtes intéressé j'explique pourquoi dans mon peit blog gateuxblog.blogspot.fr.

      thierry_st_malo aka Sancelrien

      Supprimer
    2. C’est qui est stupéfiant chez nos bien-aimés dirigeants, c’est leur professionnalisme. Il faut bien dire qu’ils ont été formés (formatés) à bonne école et qu’ils savent prendre le recul nécessaire. Leur méthode pour faire de la politique et prendre des décisions, qu’elles soient stratégiques ou courantes, est la méthode « au doigt mouillé » en partant de distinctions extrêmement simples à comprendre et à assimiler : les bons vs les méchants, les productifs vs les fainéants, les modernes vs les rétrogrades ... Vous voyez, ça n’est vraiment pas difficile de décrypter le monde quand on est équipé d’une idéologie en béton … armé.

      Demos

      Supprimer
    3. *Ce qui est stupéfiant ....

      Demos

      Supprimer
  9. @ Gilco56

    Je ne pense pas que ce soit un couac (voir papier de demain). MLP est une impasse à tous les points de vue.

    @ Anonyme

    Le PS ne vaut sans doute pas mieux

    @ Mario

    Merci, je vais lire

    @ Démos

    En effet

    RépondreSupprimer
  10. Nous vous conseillons et vous écoutons pour vous procurer un service personnalisé.

    RépondreSupprimer