jeudi 26 février 2015

Le PS connaîtra-t-il le destin du PASOK ?




Mêmes causes, mêmes effets ?

Même si la situation n’est évidemment pas la même, on peut faire de nombreux parallèles entre la situation de la France et celle de la Grèce et l’Espagne. On retrouve la même évolution de ces partis dits socialistes vers la social-démocratie, avant de virer eurolibéraux et appliquant les mêmes recettes économiques que la droite la plus bête et dogmatique, pour reprendre Paul Krugman, appliquant austérité, privatisations et recul des services publics, ouverture suicidaire du marché à la concurrence, et quête également suicidaire de la compétitivité alors qu’à trois mille kilomètres, il existe des pays où les salaires sont bien plus bas. Enfin, on y retrouve aussi un internationalisme volontiers antinational.

Bref, le PS Français ressemble beaucoup au PASOK, quasiment réduit à néant, et au PSOE, qui semble en prendre le chemin en Espagne avec l’émergence de Podemos. Où il apparaît qu’à trop mener des politiques proches de celle de la droite la plus dogmatique et bête (il existe des libéraux humanistes et pragmatiques), ce qu’on appelle politiquement la gauche, logiquement, finit par perdre ses électeurs, qui ne se retrouvent plus dans ces gouvernements. La troisième place aux élections européennes, ou dans les sondages pour les cantonales et les présidentielles peuvent indiquer que le PS suit un processus d’autodestruction, comme le PASOK et le PSOE, que le dernier passage au pouvoir a achevé.

Comparaison n’est pas raison ?

Dès lors, le scénario semble déjà écrit : en 2017, nous aurions à choisir entre Marine Le Pen et le candidat de l’UMP. Néanmoins, il y a plusieurs points de différences avec la situation de la Grèce et de l’Espagne. D’abord, même si elle est extrêmement violente, la crise que nous traversons ne l’est pas autant, ce qui n’est sans doute pas neutre dans la volonté d’un peuple de balayer l’ordre ancien. Ensuite, il ne faut pas oublier qu’à Athènes et Madrid, ce sont des forces de gauche plus radicale qui ont émergé, un réceptacle naturel pour l’électorat de ces partis pseudos socialistes qui avaient trahi socialement. Se tourner plus à gauche quand le centre-gauche regarde à droite semble assez facile.

Mais en France, après tout, le FN a récupéré sans vergogne l’électorat populaire, qui est passé de la gauche ou l’extrême-gauche à l’extrême-droite depuis des années. Du coup, le même avenir pourrait se dessiner pour le PS. Sauf que le parti dit socialiste s’est réinventé en Parti des classes moyennes et supérieures des centres-villes, protégées, ou qui profitent de la mondialisation, libéral, libertaire et européo-internationaliste. Du coup, l’OPA logique du FN sur les classes populaires des périphéries n’asphyxie pas complètement le PS qui a trouvé un nouvel espace politique. On peut alors croire que notre pays a évolué vers un tripartisme institutionnel dominé par le FN, l’UMP et le PS pour quelques années.

Cependant, ce raisonnement bute sur la bipolarisation naturelle de la vie politique. Il n’est pas courant que trois partis conservent un poids équivalent durablement. En général, deux finissent par se détacher. Et si le PS semble à date le plus menacé, ce scénario n’est pas le seul possible dans les années à venir…


Suite demain

33 commentaires:

  1. Le gouvernement du 11 janvier n’avait plus de majorité. Lâché par nombre de ses parlementaires qui sont déjà à l’heure grecque et organisent les funérailles du PASOK français, il comptait sur la Droite du 11 janvier pour faire l’appoint, mais c’est mort.

    Alors, les génies qui gouvernent le pays ont du passer de l’esprit du 11 janvier… à la tambouille.

    Il y a une dizaines de jours, enfin le 17 février pour être exacte et ce en fin de matinée, notre gouvernement de bambins est allé pépère à la réunion du groupe PS à l’Assemblée. Emmanuel Macron était tout fier, car Le Figaro lui avait fait un bel article. Mais, c’était la panique... Les députés PS ont étudié dans la foulée ce que pourraient donner les résultats des élections législatives partielles à leur propre cas, et ils ont fait dans leur froc. Hors de question de soutenir le PASOK frenchy…

    RépondreSupprimer
  2. Ne pas négliger, comme facteur expliquant la difficulté de l'émergence d'une alternative à la gauche du PS, le fait que cet espace soit traditionnellement en France extrêmement morcelé, et que par conséquent il apparaît bien difficile de le rassembler de manière à peser davantage que le PS.
    Lorsque l'on voit l'importance des dissensions internes au Front de Gauche, qui aboutissent notamment à sa difficulté à définir une ligne claire sur certains sujets fondamentaux (l'Europe en est le meilleur exemple), on comprend en partie pourquoi celui-ci n'arrive pas à rassembler autant qu'il le pourrait.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, et de toute façon il faut le souhaiter, sauf à considérer qu'il vaut mieux sauver le PS que la gauche.

    RépondreSupprimer
  4. 'Le PS quasiment réduit à néant' ... Qui a manifesté après l'attentat contre Charlie Hebdo ? Les sympathisants de l'UMP ? Les sympathisants du FN ? Le PS est peut-être mort, mais pas la gauche.

    RépondreSupprimer
  5. Chômage : le nombre d'inscrits à Pôle Emploi vient de battre un record historique.

    Mercredi 25 février 2015 :

    Chômage : catégorie A, B, C, D, E :

    France métropolitaine :

    5 892 500 inscrits à Pôle Emploi. Record historique battu.

    Variation sur un mois : + 0,2 %

    France entière (y compris l'outre-mer) :

    6 219 800 inscrits à Pôle Emploi. Record historique battu.

    Variation sur un mois : + 0,2 %

    http://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/PI-Mensuelle-NZE88.pdf

    RépondreSupprimer
  6. Les partis émergents en Europe ne sont pas protectionnistes, c'est une différence notable avec le FN. Nulle part le gouvernement grec n'a tenu des propos relevant du protectionnisme.

    RépondreSupprimer
  7. Macron va devoir en remettre une couche :

    http://www.euractiv.fr/sections/euro-finances/bruxelles-exige-de-nouvelles-reformes-ambitieuses-en-france-312444

    RépondreSupprimer
  8. La situation du P.S à mon humble avis.
    Valls et les sociaux démocrates, mènent une lutte à peine masquée contre la classe laborieuse.
    Ces gens semblent croire sincèrement en leur discours néolibéral. Ils assument leur coupure avec la population fragilisée par la mondialisation et européanisation.

    Ils ont donc accepté de se passer de l'électorat naturel de la gauche pour défendre leurs idées.
    Pour conserver le pouvoir je pense que leur tactique est de compter sur la diabolisation du FN pour pouvoir garder une majorité fragile mais une majorité quand même. Valls faisant assez peu de cas du concept de souveraineté populaire il assumera d'envoyer promener 49% de la population.
    Le vote FN devient d'autant plus tentant car étant désigné comme l'ennemi par les mondialistes il est aussi désigné comme leur seule opposition. Ce qui rend certes temporaire la tactique des sociaux démocrates mais ca peut suffire pour offrir à Valls son mandat présidentiel quitte à gouverner par décret pendant 5 ans ca ne l’empêchera pas de dormir.

    Par manque de chance pour le PASOK en Grèce l'alternative ne vient pas d'une droite réactionnaire et facile à diaboliser, l'extreme droite locale est tellement caricaturale qu'elle a laissé cette place à Syriza donc la tactique sociale démocrate française n'aurait pas pu fonctionner.

    RépondreSupprimer
  9. Le problème en France, c'est que les souverainistes de gauche ou droite comme le FN, Chevènement, NDA, Todd et Sapir sont de fervents avocats de la Russie et de sa politique impérialiste en Ukraine, ça décrédibilise et ça fait un peu désordre.

    http://www.telos-eu.com/fr/europe/europe-politique/trois-contradictions-de-la-gauche-souverainiste.html?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+Telos-FR+%28Telos-eu+%28FR%29%29

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont des opinions argumentées qui en valent d'autre.
      La grande reussite des interventions atlantistes en Libye ou en Irak ne nous décrédibilisent pas peut être ?

      Que autant d'opposant ne suivent plus la ligne atlantiste veut aussi dire que l'UMPS est un fervent avocat du dangereux, et inutile, encerclement de la Russie, de la main mise américaine sur l'Europe et de la privatisation des ressources naturelles ukrainiennes qui sont la principale cause de long terme de la rebellion anti Maidan.

      Supprimer
    2. Toujours le même blabla infantile pro-Poutine. Au nom de l'anti-impérialisme US, les idiots utiles pro-Poutine délirent plein pot en se ridiculisant jour après jour.

      L'Irak en 2003 c'est Bush, et là on parle Poutine en 2015 s'assoit allègrement sur la souveraineté des anciennes colonies soviétiques, donc vos argument sont débiles.

      Encore récemment Poutine a rendu hommage aux soldats russes tombés en 1956 à Budapest, ce qui est une preuve évidente de ses hallucinations impérialistes.

      http://www.politics.hu/20150217/controversy-as-putin-lays-wreath-on-illegal-memorial-to-1956-soviet-invaders/

      Supprimer
    3. Il n'y avait pas de colonies soviétiques les russes vivaient sous le même regime que les ukrainiens. L'Ukraine a été considérablement agrandie par l'URSS au dépend de la Russie.
      Quand vous vous intéresserez a l'Histoire au lieu de repeter ce que disent les medias mainstreams vous pourrez donner des leçons.
      Je ne veux pas defendre Poutine mais les pays de l'Est qui craignent la Russie doivent se defendre eux mêmes. La Russie n'a plus la puissance militaire suffisante pour inquieter une alliance de pays de l'Est qui met des moyens pour son armée.
      La Finlande a traversé la guerre froide en paix sans entrer dans l'OTAN.
      Mais la Pologne et les pays baltes ont voulu faire des économies de defense en se mettant sous parapluie US et maintenant ils se rendent compte que l'on est pas pret à mourir pour qu'ils fassent des économies.

      Supprimer
    4. L'impérialisme US se sert de l'Ukraine pour essayer d'affaiblir de la Russie. Depuis son indépendance en 1991 l'Ukraine n'a jamais su de doter à la hauteur des enjeux. Ceux arrivés au pouvoir il y a un an non seulement ne font pas exception à la règle mais aussi sont pire dans la mesure où leur conception du pays a conduit à la guerre civile dont le pays n'avait pas vraiment besoin. Leur nationalisme ethnolinguistique est exclusif de toute la population russe ou russophone qui représente selon les oblasts entre 25 et 75% de la population. Pour l'instant la rébellion est limitée à 1/10 du pays mais risque de s'étendre partout où les russophones sont majoritaires ce qui pourrait concerner les oblasts de Kharkov à Odessa selon l'ancienne Novorossia ainsi que s'intitulent les rebelles. La rébellion me parait légitime tant que le pouvoir à Kiev sera dans la même état d'esprit anti-russophone systématique. Plus la rebellion dure et s'étend plus le compromis sera difficile et le séparatisme s'étendra.

      Supprimer
    5. Belle démonstration de lavage de cerveau révisionniste.

      L'URSS a colonisé les pays de l'est de 1945 à la chute du mur de Berlin et aussi l’Afghanistan, en réprimant brutalement par les armes toute velléité de ces pays de retrouver leur indépendance. Allez raconter vos sornettes aux tchèques, hongrois, polonais... et vous allez vite voir leur réaction, parce que l'histoire ils l'ont vécue pas lue dans tracts de propagande néo-stalinienne.

      Poutine est tout simplement un admirateur de l'impérialisme tsariste puis stalinien.

      Supprimer
    6. Il faut utiliser des termes appropriés. Les pays de l'Est ont été des Etats satellites de l'URSS sans doute, mais pas des "colonies". Sinon les russes auraient été favorisés au detriment des autres RSS et des etats satellites or tous étaient logés a la même enseigne.

      Sinon c'est amusant votre vision totalement manichéenne de la guerre d'Afghanistan.
      A la trappe les islamistes salafistes qui combattaient les sovietiques, et aussi le président socialiste qui garantissait des droits aux femmes afghanes, et qui a fini trainé derrière un pick up lorsque les soviétiques ont évacué le pays. Vive la vision bisounours made in Hollywood.

      Supprimer
    7. Pas des colonies, des satellites où l'URSS allait buter à coups de char ceux qui n'étaient pas d'accord avec eux. Vous vous foutez de la gueule du monde ou quoi ? On croirait entendre un membre du PCF des années 50.

      Ah oui, les droits aux femmes afghanes justifie l'invasion du pays par les russes, bien vu...

      Alors pourquoi tu te plains guignolo quand les US envahissent l'Irak pour faire tomber un dictateur ?

      C'est plus de l'aveuglement à ce stade, c'est du crétinisme profond.

      Supprimer
    8. C'était pas les russes, c'est l'URSS. Et je n'ai rien voulu justifier. Juste relativiser ce qu'il s'est passé. Je reagis a une vision totalement manichéenne des faits.

      Voire les choses autrement qu'en noir et blanc c'est sans doute trop pour tes capacités intellectuelles limitées que tu étales sur ce blog depuis trop de temps.

      Mais vas y continue tu m'amuses. Je sais que tu n'aurais pas le courage de me parler comme ça en face Mr Anonyme. Rigolo va !

      Supprimer
    9. Le problème de l'Ukraine, c'est que la quasi-totalité d'habitants de certaines régions ukrainiennes se sentent plus proches de la Russie que de l'Ukraine.

      Donc tant qu'ils ont été laissés tranquilles pour vivre comme ils le voulaient, y a pas eu de problème. Quand des décisions politiques ont été perçus comme dangereuses pour leur mode de vie (langue, économie), y a eu problème.

      Et comme le pouvoir central n'a pas la puissance pour imposer ses choix à des régions qui n'en veulent pas, le problème a dégénéré.

      Qu'ensuite la Russie cherche à défendre ses intérêts, c'est normal.
      Ils ne sont, eux, pas dirigés par des traîtres en ce moment.

      Et comme la Russie est un pays plus attractif que l'hypothétique Ukraine (d'autant plus quand on parle russe et qu'on a une histoire commune), y a pas photo sur ce que veulent ces populations.

      Donc ou les populations votent pour savoir si elles veulent toujours faire partie de l'Ukraine ou c'est la guerre. C'est l'option guerre qui a été choisie.

      Supprimer
    10. @ TeoNeo

      "Il faut utiliser des termes appropriés. Les pays de l'Est ont été des Etats satellites de l'URSS sans doute, mais pas des "colonies". Sinon les russes auraient été favorisés au detriment des autres RSS et des etats satellites or tous étaient logés a la même enseigne."

      C'est même un cas unique d'empire où les "colonies" étaient mieux loties que la "métropole" (la Russie).

      P.S. Le dernier président socialiste d'Afghanistan a été émasculé et pendu à un réverbère par les Talibans en 1996.

      Supprimer
  10. Le mode de scrutin ne permet en aucune façon un réel tripartisme comme le prétend MLP. Le maillon faible n'est pas forcément le PS mais plutôt l' UMP et nous pourrions voir pour le second tour de 2017 un duel entre MLP et Hollande qui verrait la réélection de ce dernier. Ce n'est qu'en 2022 qu'elle pourrait triompher si rien de fondamental ne change.
    En attendant 2017 la donne pourrait changer dans la mesure où la survie de l'Euro n'est pas assurée en effet le gouvernement grec demande toujours une renégociation de sa dette. Nous verrons pendant les 4 mois à venir.

    RépondreSupprimer

  11. @ Jo

    C’est clair, il faut s’en débarrasser

    @ L’ami

    Longtemps, cet espace n’a pas été morcelé, quand le PCF était fort

    @ Anonyme

    #JeSuisCharlie, ce n’était pas que des gens de gauche. J’en suis un exemple et Berruyer est l’exemple qui montre que toute la gauche n’y était pas

    @ TeoNeo

    Bien vu

    @ Anonyme anti-Poutine

    Attention à ne pas tomber dans la caricature, même si je reconnais les problèmes que pose son régime. Les Etats-Unis ne sont pas tout blancs

    @ Bip

    Merci pour ce rappel

    @ Anonyme 13:07

    Vous anticipez sur la suite…

    RépondreSupprimer
  12. On se demande qui est manichéen, c'est l’hôpital qui se fout de la charité.

    Dire des énormités n'est pas relativiser, c'est juste de la stupidité et falsifier l'histoire de façon honteuse. C'est pas tes menaces de zozo qui vont m'empêcher de m'exprimer espèce de petit facho.

    Vu les crétineries que tu alignes comme des perles, rapport capacités intellectuelles tu es mal placé, ayant démontré amplement le contraire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je falsifie l'Histoire ?
      Vas y alors ! Montre moi tes sources qui disent que les russes vivaient sur le dos des autres R.S.S et des pays satellites. Que la RSS d'Ukraine n'a pas été agrandie par l'URSS. Montre moi aussi tes sources qui montre que l'URSS a envahi l'Afghanistan de vive force sans la demande du gouvernement de Kaboul pendant qu'on y est. Tu seras plus credible.

      Supprimer
  13. Il n'y a aucune caricature, ce sont les faits que vous cherchez à édulcorer par une forme de négationnisme.

    RépondreSupprimer
  14. TeoNeo

    T'es vraiment une buse, un gouvernement qui demande à un pays étranger de l'envahir n'est plus un gouvernement, c'est un traitre, c'est Pétain en quelque sorte. T'es un facho pétainiste et tu t'imagines gaulliste, pauvre abruti.

    Tes déraisonnements idiots montrent à quel point des souverainistes peuvent dire des conneries qui s'assoient sur la souveraineté.

    L'URSS a écrasé les révoltes des pays de l'est et a massacré son peuple aussi par des politiques débiles. T'es un gros débilos, point barre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Insulte moi tant que tu veux ca ne me feras absolument rien.
      Lis moi bien rigolo.

      Un pays qui appelle des étrangers à l'aide n'a rien d'extraordinaire. Voire le gouvernement irakien actuel contre l'E.I. Gbagbo en Cote d'Ivoire, le Tchad etc...

      D'autre part où ai je cautionné ce qu'il s'est passé en Afghanistan ? J'ai simplement rappelé des faits historiques.
      Ca te plait ou ca te plait pas, tu peux m'insulter avec toute ta bile j'en ai rien à foutre.

      Et surtout tu m'a accusé de falsifier l'Histoire je t'ai donc exigé des sources. Et voila que tu ne conteste plus mes affirmations ?
      Au lieu de m'insulter tu devrais me présenter des excuses normalement.
      Maintenant a chaque fois que tu ouvres ta grande gueule ce n'est que pour te ridiculiser.

      Supprimer
  15. "Et si le PS semble à date le plus menacé, ce scénario n’est pas le seul possible dans les années à venir…"

    Le Parti Socialiste est la nouvelle droite, libérale, technocratique et européenne. L'UMP, minée par ses contradictions et au positionnement incertain, me semble bien plus menacée.

    RépondreSupprimer
  16. agence seo paris : Nous maîtrisons le référencement naturel, les campagnes de liens sponsorisés sur Google Adwords, le marketing sur les réseaux sociaux, facebook et twitter.

    RépondreSupprimer
  17. Contactez notre plombier boulogne le plus proche de votre domicile. Suite à votre appel, notre artisan se déplace chez vous en urgence pour vous dépanner en toute sécurité.......

    RépondreSupprimer
  18. Pour une intervention d’urgence dépannage plomberie à domicile à paris 10 ou pour un devis gratuit, contactez notre plombier paris 10 par téléphone ou en ligne 24h/24.

    RépondreSupprimer
  19. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  20. Notre entreprise de plomberie : plombier asnières sur seine ; plombier rueil malmaison et plombier courbevoie vous assure une main d’œuvre qualifiée et professionnelle dans le domaine de plomberie. Pour faire face à vos problèmes, contactez notre plombier le plus proche de votre domicile .Notre entreprise met à votre service les meilleurs artisans pour répondre à vos attentes.

    RépondreSupprimer