jeudi 18 juin 2015

Jean-Pierre Chevènement entre en résistance




Des convictions et de savoir dire non

La décision de Jean-Pierre Chevènement est cohérente avec le parcours de celui qui est un des plus grands hommes de la Cinquième République. Il a toujours été un homme qui a su dire non quand l’essentiel était en jeu, quittant par trois fois les ors de la République, portant, avec Philippe Séguin et Philippe de Villiers le non au traité de Maastricht en 1992, puis l’opposition au TCE en 2005, et portant ses propres couleurs en 2002 à l’election présidentielle. Depuis, comme il me l’avait dit aux universités de rentrée du MRC en 2010, sa stratégie consistait à être dans le cockpit de l’avion quand il aurait des difficultés. C’est pour cela qu’il avait soutenu Ségolène Royal en 2007 et François Hollande en 2012.

Mais il faut bien constater aujourd’hui que cette stratégie n’a pas marché. S’il avait trouvé une oreille ouverte à ses idées en 2007, le président actuel n’a que faire des idées que Jean-Pierre Chevènement porte depuis des décennies. Déjà que la campagne présidentielle en était bien éloignée, le cap eurolibéral assumé de plus en plus clairement, notamment avec le pacte de compétitivité et la loi Macron, la réforme du collège, ou même la politique suivie avec la Grèce mettent la majorité actuelle en porte-à-faux complet avec tout ce qu’a défendu le lion de Belfort. Le parti qu’il a inspiré ne souhaitant pas se distancier davantage de la majorité, il a logiquement choisi de ce distancier de son enfant politique.

Esprit de résistance contre esprit de clan

Le spectacle d’un MRC qui choisit une ligne de « soutien lucide », pour reprendre les mots de Jean-Luc Laurent, son président, au point de pousser son fondateur à partir, est assez intriguant. Le sénateur est la colonne vertébrale de ce parti. Qu’en restera-t-il après son départ ? Le débat porte, entre autres, sur l’appel à un dialogue de Mélenchon à Dupont-Aignan. L’évocation de NDA semble faire l’effet d’un chiffon rouge à certains, qui le jugent trop rapidement, même si le soutien apporté à Robert Ménard, certaines alliances aux départementales, ou des propos malheureux sur le FN n’aident pas. Après tout, le MRC n’aurait-il pas pu souscrire à 95% de son programme en 2012 ?

Mais surtout, alors que la France est aujourd’hui coincée dans une triple impasse, PS, UMP et FN, n’est-il pas plus que légitime, même de salut public, que tous ceux qui ne veulent aucun de ces trois-là discutent à minima des moyens de faire parvenir une majorité plus proche de leurs idées au pouvoir. Du moment que l’on ne souhaite aucun de ces trois-là, le dialogue semble un minimum pour tous ceux qui veulent reprendre le gouvernail du pays et refuser la voie eurolibérale, tantôt libertaire ou répressive, suivie depuis des années. Refuser le dialogue n’est-ce pas être plus attaché au clan qu’aux idées ? Jean-Pierre Chevènement, lui, montre encore une fois son caractère d’Homme d’Etat.


Dans des circonstances différentes, l’appel du sénateur de Belfort est profondément gaulliste dans sa démarche. Il refuse l’esprit de capitulation des républicains de gauche face au PS et appelle au dialogue entre tous les républicains pour sortir notre pays de l’ornière. Merci.

73 commentaires:

  1. Le MRC refuse de couper les ponts avec la majorité : ses dirigeants ne conservent leurs mandats que par la bonne grâce du PS.

    RépondreSupprimer
  2. J'aime beaucoup "Républicains de gauche".

    RépondreSupprimer
  3. Le renégat Chevènement se réveille de son coma, sa mort clinique politique depuis 2002 comme un Vincent Lambert. Alors qu'il s'est toujours couché devant nos tigres de papier il voudrait nous faire croire qu'à 76 ans il a changé, comme un Sarkozy. Son passé ne plaide pas pour lui. C'est dire que je suis très, très réservé sur l'hypothèse Chevènement !

    RépondreSupprimer
  4. @LH,

    Bien évidemment rien n'est possible sans un rassemblement très large. La constitution d'une force souverainiste se présentant contre la force principale de ce courant permet de garantir un échec quant aux quelques possibilités de victoire que laissent augurer MLP et son parti. Nourrir la division au sein de ce courant et contre un parti représentant déjà 25 à 30 % c'est vouloir faire gagner l'RPS. Un simple raisonnement mathématique, évident, atteste de ce fait. Par ailleurs, j'au suivi vos liens s'agissant de vos réserves sur le parti de MLP et je n'ai rien trouvé, aucune démonstration probante, quant à l'extrémisme ou à l'extrême droite supposée pour laquelle d'ailleurs je n'ai toujours pas de définition à ce jour. Tout au contraire son programme fait état d'un renforcement de la souveraineté populaire et du républicanisme français le plus orthodoxe. Le rassemblement est souhaitable et inévitable dès lors que l'on souhaite la victoire du courant national-républicain. Ne soyons pas politiciens.

    RépondreSupprimer
  5. Comparer JPC à de Gaulle, fallait oser. Le Général doit se retourner dans sa tombe...

    JPC n'a servi qu'à une seule chose, faire éliminer Jospin en 2002, qui avait pourtant un bon bilan, pour amener la droite au pouvoir et le FN au second tour. Avec un tel palmarès, il ferait mieux de se faire oublier. Mais non, il persiste dans la bêtise en allant papoter avec ce clown ringard de Ducongnangnan.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faudra m'expliquer pourquoi Chevènement, avec ses 5 % de voix, a davantage contribué à éliminer Jospin que Mamère (6%), Robert Hue (3%) ou Taubira (1,5%), ou les trois (Mamère-Hue-Taubira) additionnés, soit 10,5 %; rappelons que Le Pen a dépassé Jospin de 0,8 % seulement.

      Par contre, si Le Pen a fait en 2002 sensiblement le même nombre de voix qu'à la précédente présidentielle (1995), Jospin, lui, entre les présidentielles de 1995 et de 2002, a perdu 2 millions de voix : la raison de son échec, elle est là; et Chevènement sert de bouc émissaire à une campagne ratée.

      Supprimer
    2. Les écolos et les cocos ont toujours présenté leur candidat aux présidentielles et se sont toujours différenciés du PS par leurs programmes.

      JPC, et Taubira aussi, ont largement pompé des voix du PS, et sans ces 2 nuisibles le PS aurait passé le premier tour. JPC est un type inutile qui occupe son temps à pérorer en permanence. Un beau faux cul présomptueux qui se prend pour une lumière, qui aurait dû quitter le PS depuis longtemps et rejoindre le FN. Il a coûté à la France 10 ans de droite ringarde au pouvoir.

      JPC s'enfonce dans des fréquentations de plus en plus nauséabondes :

      On sait notamment qu’il a opéré ponctuellement des rapprochements avec des franges de la droite et même de la droite radicale, par exemple lors du colloque du 10 décembre 2012 organisé par sa Fondation Res Publica (et qu’il animait) autour du thème « Les Etats émergents: vers un basculement du monde? » lors duquel se sont retrouvés, outre des chercheurs et des ambassadeurs, Jean-Pierre Raffarin et surtout Hervé Juvin, à l’époque déjà connu pour sa proximité avec le Bloc identitaire. La même année, le 17 avril, Chevènement était également intervenu lors du premier « Café Fils de France », organisé par Fils de France, un think-tank de « musulmans patriotes » proche d’Egalité et Réconciliation.

      http://confusionnisme.info/2015/06/16/jean-pierre-chevenement-en-plein-naufrage/

      Supprimer
    3. La Fondation Res Publica (dont j'étais membre du Conseil Scientifique) n'est pas un parti politique; c'est un lieu de débats assez pointus où les orateurs invités le sont en fonction de leurs compétences dans le thème choisi, indépendamment de leur appartenance politique.Ça sert à ouvrir l'esprit et à sortir d'une vision manichéenne du monde, ce qui n'est jamais inutile...

      Quant à l'argument "Les écolos et les cocos ont toujours présenté leur candidat aux présidentielles et se sont toujours différenciés du PS par leurs programmes", il est assez extraordinaire...Vous croyez le programme de Chevènement, en 2002, n'était pas radicalement différent de celui de Jospin, et que Mamère et Hue n'ont pas pompé les 0,8% de voix qui ont manqué à Jospin? Je vous rappelle que, contrairement à Chevènement, les écolos et les communistes faisaient partie du gouvernement de Jospin !

      Supprimer
    4. Certains n'hésitent pas écrire n'importe quoi sur Jean-Pierre Chevènement par aveuglement ou par bêtise. Si ceux-là avaient un peu de bon sens, ils comprendraient que la défaite de Jospin est dû à Jospin lui-même. Ce dernier, qui est visiblement un honnête homme a été défait à cause de ses déclarations aussi sincères qu'impopulaires, ce qui a par ailleurs permis à Hollande de gagner en 2012. Pourquoi donc ? Parce qu'Hollande n'a pas renouvelé l'"erreur stratégique" de Jospin - ce qui n'en est pas une pour moi - qui avait déclaré : "l'Etat ne peut pas tout". Hollande a tiré la leçon des événements en se disant hypocritement "l'ennemi de la finance" et en trahissant les Français, à commencer par ses électeurs, dès le lendemain de son élection.
      Chevènement, que personne ne vous demande d'idolâtrer, a, quoi que vous en pensiez, des convictions qu'il défend depuis près de trente ans. Il est peut-être pas assez ceci ou trop cela à votre goût, mais il a des convictions et est respectable, ce que ne sont pas les Hollande, Sarkozy, Valls, Juppé, Fabius ... Je vous laisse compléter la liste vous-même.

      DemOs

      Supprimer
    5. Jospin était sincère quand il annonçait le virage ultra-libéral de la gauche en déclarant que "l'Etat ne peut pas tout"...

      Mais de là parler d'honnêteté ? non.
      Pour cela, il aurait fallu qu'il fasse campagne avec autre chose qu'une étiquette P.S.

      Supprimer
    6. Je suis quand même assez surpris par les attitudes actuelles de TOUT LE MONDE, qui pompe largement dans les solutions du FN en soutenant que ce parti n'a pas de solutions...même Cazeneuve vient de fermer la frontière, alors que tout le monde découvre que l'immigration n'est peut-être pas le cadeau qu'on nous a vendu et que l'Europe, il serait surement urgent de prendre nos distances...rajoutons la nécessité de revoir la position par rapport au service national.les déclarations de la cour des comptes sur le coût de l'AME et des retraites de multi-centenaires en Algérie...c'est du FN dry, tout simplement...

      Supprimer
    7. je suis largement surpris que l'on finisse par croire que le FN est le seul à voir des idées (qu'elles soient bonnes ou pas) !

      C'est le battage médiatique qui fonctionne ?
      à assimiler certaines idées comme étant extrêmistes, et que les journalistes rabachent sans cesse que telle idée ne peut venir que du F.N. ; ce qui efface totalement les AUTRES gens et les AUTRES courants politiques qui ont des idées de régulation de l'immigration ou anti-euro (etc) !

      Comme quoi, la propagande, ça fonctionne !

      Supprimer
  6. C'était là la ligne qu'il défendait lors de sa campagne présidentielle de 2002, "le rassemblement des républicains des deux rives", en constituant le Pôle Républicain, qui était soutenu par des gens aussi différents qu' Anicet Le Pors (communiste), des gaullistes historiques ( Charbonnel, Debezies) , Michel Pinton ( fondateur de l' UDF), des pasquaïens, des séguinistes.

    Après la défaite de 2002 ( c'était avant la crise de 2008, personne ne voulait l'entendre) , cette ligne d'"au-dessus de la gauche et de la droite, il y a les valeurs de la République", fut abandonnée au profit d'une "refondation républicaine de la gauche" (et de la seule gauche), qui n'a pas fonctionné.

    Je représentais personnellement (avec quelques autres), au Secrétariat National du MRC, dont j'ai été membre jusqu'à 2004, la tendance (minoritaire) qui a toujours défendu cette ligne du Pôle Républicain, à laquelle il semble revenir aujourd'hui .

    Dommage qu'il n'ait pas 10 ans de moins : aujourd'hui, ce serait le candidat idéal. En politique, c'est un tort que d'avoir raison trop tôt.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Personne ne voulait l'entendre avant la crise de 2008" c'est bien de sa faute : il a trahi en 2002 tous ceux qui lui avaient fait confiance en se couchant devant ce tigre de papier qu'est le PS de François Hollande. JPC n'a jamais pris de risques alors qu'il ne risquait presque rien tout le contraire de De Gaulle, si !

      Supprimer
    2. D'emblée, il n'a apporté qu'un soutien conditionnel et au coup par coup à Hollande; Mariie-Françoise Bechtel, députée MRC, a même refusé un poste ministériel, (échu, du coup, à la radicale de gauche Sylvie Pinel) parce qu'elle savait qu'elle allait voter contre la ratification du "Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance de l'UEM (TSCG)"

      Supprimer
  7. Hélas, savoir dire non, ne fait pas une politique, tout au plus un beau et glorieux perdant; un peu comme Philippe Séguin !

    RépondreSupprimer
  8. Précisons tout de même que Chevènement ne se borne pas à " dire non", il propose un programme réaliste de sortie concertée et organisée de l'euro, en passant par un stade intermédiaire de transformation de l'euro de monnaie unique en monnaie commune dans le cadre d'un serpent monétaire; préférable à une explosion non maîtrisée de l'euro, ou, comme le propose Marine Le Pen de façon irresponsable , d'une sortie immédiate et unilatérale de la France de l'euro, avec ses conséquences sans doute tragiques ; comme le diut Chevènement : " Il ne fallait pas monter dans l'avion de l'euro, il est pourri, il n'y a pas de pilote, il va se crasher; mais, maintenant, la solution ne consiste pas à sauter par le hublot sans parachute; il faut essayer de prendre les commandes et de tenter un atterrissage en douceur".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "comme le propose Marine Le Pen de façon irresponsable , d'une sortie immédiate et unilatérale de la France de l'euro"

      Il me semble bien qu'elle a proposé un scénario de sortie négociée, progressive, après concertation. Il s'agit là de sa prise de position il me semble. Si je fais erreur indiquez-moi.

      Supprimer
    2. Le serpent monétaire ne fonctionnait pas et remettre ce truc en place nécessite des accords et concessions des pays participants qui n'ont pas plus de chance d'advenir qu'une Europe fédérale. L'Allemagne exigera des limites aux dévaluations des autres pays.

      Supprimer
    3. J'ajoute que si vous prenez le temps de lire les analyses de Chevènement avant de tirer sur lui à boulets rouges, vous vous apercevrez qu'il prend des positions bien différentes de nos bien aimés dirigeants, notamment dans le domaine de la politique internationale. Comparez donc ce qu'il a fait avec d'autres vedettes du show politique dont on parle sans arrêt alors qu'ils sont d'un conformisme consternant.

      DemOs

      Supprimer
    4. @anonyme 18:25: Elie Arie a décidé que le FN c'est mal...donc inutile de lui signaler ses approximations et ses erreurs d'évaluation...personne n'a lu les 106 pages de programme du FN...il est bien préférable pour le confort intellectuel de stigmatiser les fascistes, de critiquer leurs solutions, puis de les appliquer en prétendant avoir eu l'idée tout seul...il fait quoi Cazeneuve à Vintimille, à part fermer les frontières de Schoengen?

      Supprimer
    5. C'est le F.N. qui reprends les idées des autres !

      Le F.N. n'était pas anti-accord de Schengen à l'origine.
      C'est le fait que l'espace Schengen est un avantage pour l'immigration africaine et l'immigration des Roms des pays de l'est qui a fait que le F.N. a repris les idées anti-Schengen des AUTREs.

      Le F.N. a également était anti-euro en bon dernier !

      Bref encore et toujours, arrêtons d'inverser les rôles.

      Supprimer
  9. C'est un clap de fin. Il a 76 ans et 16% des militants du MRC l'ont suivi. Le rassemblement des Républicains est mort-né. Il faudrait plutôt tenter d'en comprendre les causes. Nous n'avons que le choix entre l'RPèS et le FN qui représentent parfaitement les trois groupes de Français. L'espace girondin, les classes moyennes de l'espace jacobin et ses classes populaires.
    La seule attitude constructive est d'être intelligent et de tenir un discours critique mais constructif avec le FN. Je sais, le FN est un parti d'extrême droite puisqu'il vient de virer Jean-Marie Le Pen et il ne dépassera pas son plafond de verre.
    jard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La seule attitude constructive est d'être intelligent et de tenir un discours critique mais constructif avec le FN."

      Rien à ajouter !
      Il est des moments où il faut parer au plus urgent, comme d'autres l'ont fait avant, et rassembler au plus large les nationaux-républicains.

      Supprimer
    2. Vous récitez bien la rhétorique de Laurent Herblay ! Je préfère la lucidité d'un Jacques Sapir quand il dit que d'une façon ou d'une autre on ne pourra pas faire quoique ce soit en ignorant le FN version MLP que cela nous plaise ou non.

      Supprimer
    3. Une fois de plus Sapir a raison. Il a d'ailleurs signé dernièrement un énième excellent article sur l'UE - relayé par LH il me semble d'ailleurs. Les nationaux républicains, les souverainistes en général, ne peuvent pas faire sans le FN de MLP, que cela plaise ou non.

      Supprimer
  10. 1. Les propos de JPC sont bien plus ambigus que cela, oscillant entre soutien inconditionnel à Valls et appel du pied de NDA.
    2. Vous devriez lire la synthèse du congrès du MRC au lieu de raconter que l'on continue de se fourvoyer au sein de la majorité. La rupture avec cette dernière est au contraire consommée et le MRC présentera soit son candidat aux présidentielles, soit soutiendra une alternative au sociale libéralisme actuel. Où voyez vous de la connivence là dedans? Et aucune porte n'a été fermée par rapport à DLF.

    Pourquoi personne n'est il capable de reconnaître cela à DLF?

    Je m'étonne donc de l'attitude de nombre de militants de DLF qui se refusent à voir le tournant pris ce week end par le MRC!

    Enfin, permettez moi de vous dire tout net que ce n'est pas en continuant de draguer le FN que vous arriverez à attirer JPC chez vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suppose que vous avez commis un lapsus, et que vous vouliez écrire " le soutien CONDITIONNEL" à Valls ( le MRC est contre la loi Macron, par exemple.)

      Supprimer
    2. Lisez la conclusion de la motion de synthèse : "Notre détermination à construire dès demain une gauche républicaine, souverainiste, sociale conditionne toute perspective de rassemblement plus large".

      Autrement dit, le MRC soutiendra toujours le PS au deuxième tour, même face à un candidat souverainiste.

      Supprimer
    3. Tout était plié dès lors qu' Hollande n'a fait qu'un simulacre de renégociation du TSCG auprès de Madame Merkel. Il ne fait qu'une politique libérale rétrograde. Qu'il dégage, lui et tous ses soutiens quelqu' ils soient et quelque soit leur degré de soutien.

      Supprimer
  11. Je suis extrêmement réservé sur Chevènement depuis qu'il a appelé à voter Hollande plutôt que Mélenchon en 2012

    RépondreSupprimer
  12. En tous cas, la rupture entre les chevènementistes du MRC" (puisque tous ne le sont plus) et Jean-Pierre Chevènement semble bien acctée; comparer ces deux textes :

    http://www.mrc-france.org/Chevenement-quitte-le-MRC-nous-voulons-rester-la-boussole-de-la-gauche-desorientee_a823.html

    et

    http://www.chevenement.fr/Communique-renouvellement-des-instances-du-club-Republique-moderne_a1725.html

    RépondreSupprimer
  13. Il ne fait pas bon être président d'honneur d'un parti ! Cf le cas JMLP puis JPC !

    RépondreSupprimer
  14. Certes c'est un peu tard....Car enfin que de points communs entre JPC et NDA ! (U.E., OTAN, RUSSIE, POLE EDF-GDF nationalisé, éducation nationale , francophonie, role de l'Eta etc.....
    DLF est actuellement le seul parti gaulliste, souverainiste autour duquel un front républicain patriote peut se constituer. Le FN (encore foncièrement très libéral malgré ses récentes annonces sociales) ne pourra jamais, seul, 'virer' les tenants du système actuel.
    Les prochaines élections seront importantes pour les patriotes..
    Et Laurent ...JPC tend la main à NDA.. et vous ? Votre présence serait très utile au rassemblement qui, je l'espère, se fera à la rentrée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si le Che représente 5%, NDA 5 %, où prenez-vous les 40,01 qui manquent ? Voilà une question concrète à laquelle je ne vois qu'une seule réponse sous 48 mois.

      Supprimer
    2. Il faut avant tout éviter le scénario de 2012 quand, en se présentant chacun de son côté, les candidats souverainistes ont été inaudibles. Si DLF veut constituer un front de rassemblement, il doit au minimum annoncer une primaire ouverte pour 2012.

      Quant aux 40% restant, ils viendront au deuxième tour : rappelez-vous 2005, le camp eurolucide est à 55% en France.

      Supprimer
    3. @GM,

      C'est d'abord postuler qu'avec 10 % on peut être au second tour. Par ailleurs 2005, le TCE, était un référendum, ce sont là des enjeux, des modalités politiques, électorales, programatiques, sans correspondance à mon sens avec un Présdentielle et l'ensemble des conséquences d'une telle élection sur l'organisation de la vie publique. Je suis d'accord avec le fait qu'il faut absolument éviter la fragmentation des forces souverainistes, c'est un impératif. En dernier lieu il faut me semble t-il rallier le parti qui a la plus forte base populaire et électorale, car s'est dans se sens, enfin je le crois, que les transferts de voix entraineront le moins de perte d'audience électorale. Dans cette configuration et sous 48 mois je ne vois qu'une solution viable pour 2017.

      Supprimer
    4. Oui, 10 % deux ans avant la campagne, c'est une possibilité d'accès au second tour (sondage Chirac 1994 : 14 %).

      Je pense en effet que ceux qui votent aujourd'hui FN « faute de mieux » voteront demain pour un candidat qui a plus de chances de gagner le duel face à Sarkozy (ou Hollande).

      Supprimer
    5. @ Gérard Maujean 18 juin 2015 21:49

      D'accord avec vous sur le fait qu'une partie des voix qui se portent sur le FN, voire ne s'expriment pas, pourraient bénéficier à un candidat "républicain", mais sous conditions, à savoir que son programme soit clair et cohérent et qu'il n'y ait pas de bisbilles entre les leaders de cette union.

      DemOs

      Supprimer
    6. @GM,

      "Oui, 10 % deux ans avant la campagne, c'est une possibilité d'accès au second tour (sondage Chirac 1994 : 14 %)."

      Oui, avec un candidat disposant d'une structure, d'une équipe constituée, de relais nombreux, politiquement parfaitement identifiable, qui plus est animal politique hors norme préparant cela depuis 20 ans et ayant une longue carrière politique derrière lui. Par ailleurs, après la défaite de Balladur, Chirac a derrière lui le RPR, ce qui n'est pas rien.

      La Présidentielle de 1995 n'est-elle pas l'exception qui confirme la règle ? De surcroît n'est-elle pas la résultante d'une configuration assez particulière du fait du tandem Balladur-Chirac issu du même parti ?

      Mais surtout, de quel Chirac parlez-vous en 2015 ? Où est-t-il cet oiseau rare ? La Présidentielle est la rencontre d'un homme et d'un peuple. Si cela est possible en 1995, c'est le fait de la personnalité hors normes de Chirac et de la configuration propre au RPR à ce moment là, non ?

      Quel candidat de ce calibre, avec ces facultés politiques là, et à 10 % en 2015 ?

      Supprimer
  15. Le rapprochement Dupont-Aignan - Mélenchon ne pourra jamais avoir lieu, et pour une raison simple : leur divergence sur l'immigration. Jamais un militant FDG n'acceptera un tel rapprochement. Pour lui, NDA c'est un Le Pen raciste qui ne s'assume pas.
    Une telle vision des choses est affligeante, mais c'est comme ça.

    Après, devoir composer avec le FN, si j'en comprends les arguments et éventuellement la nécessité, je n'y souscrit pas : dès que le FN de Marine Le Pen aura reçu l'onction de l'oligarchie économique et médiatique française, la messe sera dite. Rien à en attendre ni à en espérer, les classes populaires et moyennes s'en prendront plein la gueule quand même.


    Olivier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Olivier,

      "dès que le FN de Marine Le Pen aura reçu l'onction de l'oligarchie économique et médiatique française, la messe sera dite"

      De quoi s'agit-il, concrètement, et quand cela est-il arrivé ?

      Supprimer
    2. "quand cela est-il arrivé ?"

      J'ai utilisé le futur antérieur, votre question est sans sens.


      Olivier

      Supprimer
    3. Je partage complètement l'analyse d'olivier sur l'incompatibilité entre militants de NDA et du FDG pour en avoir moi-même fait les frais au Parti de Gauche.
      Il ne faut pas attendre que grand-chose se passe en interne de ces partis. D'ailleurs, le PG est en train de se vider de ses membres les moins obtus.

      Après, les militants des partis, c'est 0,1% de la population.
      Le gros de la population en a marre de ces simagrées politiciennes et attend un dépassement des querelles à la hauteur des enjeux.


      Supprimer
    4. @Olivier,

      "J'ai utilisé le futur antérieur, votre question est sans sens"

      J'ai bien noté le temps indiqué. Votre affirmation m'étant apparue comme une spéculation - vous me direz si je me trompe -, j'ai fait le choix d'un questionnement induisant de pouvoir fonder une telle anticipation, pensant ainsi que vous disposiez d'éléments susceptibles de vous déterminer quant à l'emploi de ce futur semblant porter une certaine certitude de réalisation. Toute la question est de savoir si une critique peut-être fondée quand elle a pour objet un fait qui n'est pas encore advenu ? N'est-on pas en la cause dans une situation de pure spéculation ? Là est la question, et vous me répondrez sûrement. Je ne crois pas pour ma part que votre affirmation soit "sans sens".

      Cordialement.

      Supprimer
  16. Elie Arié18 juin 2015 19:36

    JPC qui flirte avec des protectionnistes irresponsables et vous appelez ça une ouverture d'esprit. Mouarf !

    Les écolos et cocos ont participé au gouvernement en raison de leur poids historique, idéologique et politique.

    JPC est un opportuniste qui ne représente rien sur le plan politique et idéologique, c'est le même genre d'arriviste inconsistant que Ducongnangnan le ridicule qui se fait mousser le poireau pour pas cher.

    RépondreSupprimer
  17. @ JL Porry

    C’est juste

    @ Anonyme 11h37

    Ce n’est pas parce que quelqu’un ne choisit pas le même chemin que soi pour défendre les mêmes idées qu’il ne faut pas le respecter.

    @ Anonyme 12h09

    Pas du tout d’accord. Le FN fait partie du problème. Il est encore pire que PS et UMP, ce qui explique les résultats du second tour des départementales.

    @ Anonyme 13h40

    Comme le dit Elie Arié, c’est ridicule. Jospin, un bon bilan ? Il a seulement surfé sur une bonne conjoncture mondiale dont il n’était pas responsable (euro bon marché, bulle Internet et financière). Il a dilapé la cagnotte, laissé faire la désindustrialisation… Jospin aurait perdu au second tour de toutes les façons. Ce ne sont pas deux débats qui définissent une identité politique. Il faut être capable de débattre avec tous les partis autorisés.

    @ Elie Arié

    Merci pour vos réponses. Bien d’accord sur votre jugement. Bien d’accord sur JPC. En 2002, je rêvais d’un duo Chevènement –Séguin, la question de celui qui était en premier étant complètement secondaire. Bien d’accord sur le fait qu’il ne se borne pas à dire « non ». Le travail remarquable de la fondation Res Publica va bien au-delà de tout ce qu’on trouve dans les partis politiques.

    A moitié d’accord sur MLP et l’euro. Sur le fond, une sortie immédiate et unilatérale n’est pas irresponsable. C’est le maintien de ce capharnaeum qui est irresponsable. Après, il est vrai qu’elle le défend très mal, ayant flirté quelque temps avec l’étalon or, soutenu qu’il fallait payer 200 Mds de dettes de plus, et étant le plus souvent incapable de bien expliquer les enjeux de cette question.

    @ Anonyme 14h43

    Il n’a trahi personne. Après l’épisode de 2002, il a pensé qu’il pouvait être plus utile à son pays en étant dans la cabine de l’avion.

    @ Jard

    Non. Il faudra un autre mouvement, comme Syriza ou Podemos. Le FN est l’auto-bloquant du système.

    @ Fabrizio

    J’ai lu le texte de JL Laurent. La rupture ne me semble pas consommée. La position du MRC n’est pas clair à date il me semble. On est dans une zone grise, quand JPC fait le choix de la clarté et du dialogue. Aucune porte fermée à DLF ? Mais alors pourquoi y-a-t-il eu rupture entre MRC et JPC ?

    Et puis, je n’ai jamais dragué le FN (la relative ambiguité de DLR-DLF a son égard m’ayant poussé, entre autres, à quitter le parti).

    @ Manu Lyon

    Mélenchon ne l’a pas aidé non plus…

    @ Anonyme 19h48

    Il faudra le faire contre le FN, sans la moindre ambiguité, sinon cela reviendrait à en être un satellite.

    @ Anonyme 19h56

    On voit en Grèce ou en Espagne que les choses peuvent aller très vite.

    @ Olivier

    En effet, JLM et NDA semblent incompatibles. Le FN, ce serait le PS ou l’UMP en pire, extrémistes, xénophobes, incompétents et avec une tendance autoritaire…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @LH,

      "@ Anonyme 12h09
      Pas du tout d’accord. Le FN fait partie du problème. Il est encore pire que PS et UMP, ce qui explique les résultats du second tour des départementales."

      Pire sur quel plan ?
      Aux départementales il est le 1er parti de France. Ce parti est en progression constante. La dernière élection c'est, me semble t-il, Le Pontet. Les dernières clarifications de MLP renforcent encore ce parti et confirme sa ligne, c'est un fait. Mais surtout, quelle autre alternative concrète, avec un aussi large soutien populaire, et traversant même toutes les composantes de la société à un tel niveau de résultat, est ouverte et réaliste sur le plan politique ? Quelle est donc cette alternative à la large alliance qu'elle peut incarner - avec d'autres bien sûr ? Avec quelle structure constituée ? Selon quelle implantation locale ? Quelles ressources internes, structurelles, quels relais dans la société ? Qui, quoi, quand et où, le tout avant les échéances de 2017 ? Je veux bien une réponse. Personnellement, je ne vois pas de solution meilleure sous 48 mois.

      Supprimer
  18. @ Laurent Herblay

    Merci pour votre intervention.

    J'aimerais bien lire le texte de la motion chevènementiste qui n'a recueilli que 16 %des voix au congrès du dernier week-end.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici :
      http://claudenicolet.fr/la-federation-du-nord-du-mrc/837-congres-du-mrc-notre-chemin-motion-presentee-par-claude-nicolet-marie-francoise-bechtel-christine-meyer.html

      Supprimer
  19. "Il a seulement surfé sur une bonne conjoncture mondiale dont il n’était pas responsable (euro bon marché, bulle Internet et financière)."

    Jusqu'en 2007 l'économie mondiale avait repris du poil de la bête, bulle immobilière, la droite au gouvernement a pourtant très mal surfé dessus. Jospin a au contraire très bien utilisé le courant porteur de l'époque de son gouvernement et fait baisser le chômage, ce que vous oubliez vite.

    JPC est un traitre au PS doublé d'un culot insupportable en se faisant passer pour le sauveur dans la cabine de l'avion. C'est un invertébré qui récolte toutes les idées les plus réactionnaires et poussiéreuses des partis qu'il drague.

    Pas étonnant de la part d'Herblay, mythomane se croyant héritier de de Gaulle, qu'il encense JPC, cette vieille baderne archaïque.

    Les fous se prennent tantôt pour Napoléon, tantôt pour de Gaulle :

    http://www.liberation.fr/societe/2015/06/18/les-fous-se-prennent-ils-vraiment-pour-napoleon_1332642?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

    RépondreSupprimer
  20. Laurent Herblay ne doit pas avoir beaucoup de mémoire s'il pense que le 21 avril 2002 JPC n'a trahi personne.
    Petit rappel : si François Hollande n'a pas eu besoin de Chevènement en 2012 c'est qu'il sait bien ce qu'il en est de Monsieur Grands Principes et petits arrangements pour sauver en 2002 ses quelques élus qu'il a tout de même perdu.
    JPC n'a jamais pris le moindre risque politique et a toujours vécu confortablement en tant que porte-serviette de la gauche néolibérale. Le petit télégraphiste du PS.
    Je vous laisse à vos illusions chevènementistes pour vous faire "couillonner" une énième fois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parce qu'Hollande a pris beaucoup de risques, lui qui est le petit télégraphiste de Merkel ! Et quelle parcours : magistrat à la Cour des comptes, secrétaire du PS pendant onze ans, député de Corrèze, n'en jetez plus ! Un vrai parcours d'aventurier, intrépide, engagé, fort de ses convictions, un opposant aux conservatismes .... En effet, Hollande n'a pas eu besoin de Chevènement et ce dernier peut s'en glorifier.
      Ne pas aider un arriviste sans scrupules à s'emparer du pouvoir pour conduire la France et ses citoyens dans le mur est un acte de gloire, qui mérite notre reconnaissance.

      DemOs

      Supprimer
  21. Vous ne pourriez pas essayer de faire des interventions un peu argumentées, au lieu d'aligner les injures et les jugements primaires qui empêcenbt de vous prendre au sérieux ?

    RépondreSupprimer
  22. Dans son interview à "l' Obs" de cette semaine Pablo Iglesias affirme que la gauche française est dans une impasse et que l'alternative politique en 2017 sera le FN de Marine Le Pen.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, si Pablo Iglesias le dit, alors...

      Supprimer
    2. Le frère de Julio ?
      Et puis, entre nous l'Obs, ça inspire le respect, surtout avec une analyse aussi puissante que "la gauche est dans l'impasse". Celui qui dit ça aujourd'hui a dû passer les vingt dernières années sur Mars.

      DemOs

      Supprimer
  23. Il ne s'agit malheureusement pas d'injures, mais du constat objectif et argumenté, ne vous en déplaise, de ce qu'est JPC qui n'a plus d'autre option pour se faire mousser médiatiquement que d'aller parader avec les folkloriques clowns souverainistes.

    Vos arguments du genre JPC n'a pas piqué des voix et fait plonger le PS en 2002, laissez moi rire, personne n'est dupe d'une telle contrevérité...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @anonyme trolleur,
      vous êtes une plaie: vous pourrissez les débats, n'apportez JAMAIS d'argument valable autre que votre catéchisme européiste. A quoi bon invectiver et insulter sans cesse?
      En plus, vous avez une mémoire de poisson rouge et une culture politique déplorable: encore une fois, qu'avez-vous à proposer, à la place de la souveraineté nationale? La dictature européenne? La tyrannie? Et puis, arrêtez de parler au nom d'un peuple que vous voulez dissoudre!
      Pour en revenir au sujet du poste, si vous n'avez pas connu notre pays dans les années 80, ouvrez un livre d'histoire et plongez-vous y, ça nous fera des vacances! Renseignez-vous, au lieu de déverser votre bile sur Chevènement. Contrairement à vos camarades européistes, il a toujours été un homme de convictions ET de responsabilité, qui n'a JAMAIS hésité à mettre en balance ses postes de ministre quand les intérêts du pays étaient en jeu, et à bon escient. La première fois, c'était en 1983, lors du fameux tournant de la rigueur défendu par votre "dieu" Jacques Delors...
      Et oui, si pour vous, démissionner d'un ministère régalien par trois fois n'est pas une preuve de courage politique, alors je ne vois pas de quoi nous pouvons parler.
      Et d'ailleurs, face à quelqu'un aussi intolérant que vous, je ne vois pas de quoi je pourrais discuter...


      CVT

      Supprimer
    2. Complètement d'accord. Cet individu fielleux "roule" peut-être pour quelqu'un sans se rendre compte qu'il est insignifiant. La bassesse de ses idées et la vulgarité de ses écrits ne convainc personne d'autre que lui, mais s'il est content de lui, c'est déjà ça, hi, hi ....

      DemOs

      Demos

      Supprimer
    3. CVT

      JPC a toujours trouvé une bonne gamelle de député ou autre ministères, faites nous pas pleurer avec ses démissions...

      Demos

      Le bas de plafond c'est toi, tais toi STP.

      Supprimer
    4. @ Anonyme 19 juin 2015 12:05

      Content de lui, hi, hi (bis) .....

      DemOs

      Supprimer
  24. @ tous ceux qui ne comprennent pas pourquoi les partis souverainistes gaullistes ou chevènementistes ne sont pas près de s'allier au FN (qui, tout au plus, peut espérer quelques débauchages individuels ) :

    http://www.marianne.net/elie-pense/fn-n-est-pas-encore-dediabolise-100234766.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sur vos quatre points :

      1. Sur les programmes. Je n'ai pas les programmes anciens, il nous faudrait les mettre l'un en regard de l'autre pour avoir un avis, puis relever ce qui éventuellement ne cadrait pas avec le républicanisme dans celui du père. A défaut d'éléments concrets, comment en juger ?
      Par ailleurs, le programme de MLP, qui n'est pas libéral, pourrait même être taxé d'étatiste sur certains points (nationalisations...).

      2. a) Je ne vois pas selon quels éléments elle semble opposer cette valeur qu'est la laïcité aux seuls musulmans. Là encore je ne vois pas d'exemple concret. Qu'elle se soit exprimé sur la laïcité, c'est un fait. Mais, n'est-ce pas les évolutions de la société française, ces trente dernières années, qui portent nos politiques, toutes tendances confondues, à aborder la question de la laïcité au regard de l'émergence de cette religion ? Sommes nous en 1905 ?

      2.b) Je ne vois pas ce qui permet d'indiquer, quels éléments concrets et précis, qu'elle est plus tolérante avec la manif pour tous ; pas plus que je ne vois le rapport entre la manif pour tous et la contestation de la laïcité. La manif pour tous, qui a des responsables qui s'expriment en son nom, entendait manifester contre la laïcité ? Et puis, elle n'est pas pour tous cette manif, j'entends sans distinction ?

      2. c) MLP, son programme, prônent l'abolition de l'IVG ? Quelle déclaration, quelle page, quel article du programme ? Comment établissez-vous enfin qu'elle serait plus tolérante avec ceux qui sont favorables à l'abolition ? Comment est-ce que l'on quantifie le taux de tolérance et par rapport à qui ou à quoi ?

      3. MLP n'a t-elle pas pris des sanctions s'agissant de JMLP ? Son programme n'est-il pas clair, notamment s'agissant de la définition de la citoyenneté française ?

      4. Ce parti aurait un passé racialiste, si je vous lis bien. Cela était indiqué dans ses statuts, ses programmes, où était-ce là le fait d'individus, sachant qu'on pouvait trouver des gens très différents au sein de celui-ci il me semble ? Mais surtout, quel rapport avec MLP et son parti, le programme de cette dernière ? Si un individu peut changer, ne peut-on pas considérer qu'une structure partisane le peut, ce d'autant plus que ceux qui y furent n'y sont plus ou ne s'y reconnaissent plus ?

      Quel rapport y a t-il finalement entre ce que vous indiquez et ce qu'est et propose ce parti en juin 2015 ?

      Supprimer
  25. Chevènement, suite :

    http://www.chevenement.fr/Pourquoi-j-ai-repris-ma-liberte_a1727.html

    RépondreSupprimer
  26. @ Anonyme 22h44

    Pire car extrémiste, xénophobe, potentiellement autoritaire, et au moins aussi incompétente et démagogue que le PS et les Républicains. Les départementales ont confirmé le bon score des européennes, mais aussi rappelé ses difficultés au second tour. Une autre alternative émergera, rapidement, comme Syriza ou Podemos. Le FN est un vieux parti dont on a refait la vitrine. Pour 2017, j’ai peur que ce soit trop tard pour le changement.

    @ Gérard

    Merci

    @ Anonyme 22h20

    Le courant porteur sous Jospin était beaucoup plus fort car s’ajoutait à la bulle, un euro très bon marché et la vague des investissements informatiques. Et JPC a rompu sur la question fondamentale de la Corse, qui s’additionnait à de nombreux désaccords. Il a essayé de changer les choses de l’intérieur. N’ayant pas eu d’influence, il a quitté le bateau ivre. JPC essaie de changer les choses, parfois seul, parfois au sein du PS ou allié à lui. Maintenant il propose une nouvelle voie. En revanche, il a toujours défendu les mêmes idées, et a toujours apporté une contribution essentielle au débat public.

    @ Elie Arié

    Ils se discréditent eux-même par le ton de leurs réponses, contrairement à vous. Merci pour le lien vers le texte de JPC.

    Sur le FN, je contribue à expliquer pourquoi ce parti reste totalement infréquentable depuis 2010, dans de très nombreux papiers souvent suivis de longs débats.

    @ CVT

    Vous savez, son ton et le manque d’arguments le discréditent

    @ Anonyme 20h11

    1- Sur le programme, en 2002 et en 2007, où MLP avait un rôle, le programme dépassait l’UMP par la droite, réclamant une limitation des prélèvements obligatoires à 35%, une baisse drastique de l’IR, une privatisation en masse des services publics. Quel crédit accorder à un tel 180° ?
    2a- Le FN n’est pas laïc, il est islamophobe (cf propos sur la crise du porc, totalement ridicules) car il y a encore un vieux fond catholique (cf propos de Couteaux), cf les Merah en puissance
    2b- En effet, sur la manif pour tous, je n’ai pas d’éléments
    2c- Elle prône le déremboursement de l’IVG pendant la campagne de 2012 (point qui la rapproche de certains éléments catho intégristes, n’oublions pas qu’elle a fait baptiser ses enfants à St Nicolas du Chardonnet)
    3- sanctions qui sont arrivés très tard. Je n’y crois pas. C’est peut-être du cinéma destiné à aider la fille. A qui profite le crime ?
    4- On peut penser aux propositions de distinguer les citoyens d’origine européennes de ceux qui ne le sont pas, idée avancée en 2012 : le FN de MLP est toujours racialiste

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @LH,

      Je ne comprends pas. J'ai beau reprendre le programme de ce parti en 2015 et les positions de MLP, j'ai toujours le sentiment que vous me parlez du FN des années 70, ou peut-être même de certains militants de ces années là et un peu après.

      "Pour 2017, j’ai peur que ce soit trop tard pour le changement."

      Eh bien justement, si un grand rassemblement est mis en oeuvre, dans l'esprit qui a été celui du Général, alors 2017 est possible. Maintenant, chacun est évidemment libre de préférer la possible victoire du PS, de LR (UMP) et l'UDI. C'est un choix.

      ps : pour exemple et sauf erreur de ma part, elle n'indique pas que l'IVG ne sera pas remboursé mais que la question peut se poser s'agissant de recours à cette technique pouvant s'assimiler à un moyen de contraception (plusieurs fois sur un temps restreint). Vous corrigerez si je fais erreur.

      Supprimer
    2. les anti-IVG aiment à proférer le propos diffament que l'avortement est de confort...

      Parler d'IVG qui sert de contraceptif est une variation sur le même thème.
      Et puis, c'est aussi la technique du pied dans la porte, supprimer le droit à l'IVG, mais progressivement.

      Etre anti-IVG, à la limite... mais que ça devienne bête et méchant !
      - bête, car imposer à une femme qui ne veut pas d'enfant d'en avoir un, c'est pas le meilleur moyen de garantir à l'enfant un environnement sain !
      (pas très "valeurs familiale" compatibles, pas très "protection de l'enfance" tout ça)

      A plus forte raison, si on pense que certaines femmes sont des cruches qui emploient l'avortement pour s'amuser, il vaudrait mieux que lesdites "cruches" n'aient pas les responsabilités qui vont avec un enfant à charge !

      Du coup, l'objection -certes idéologique- de l'avortement "contraceptif" est un argument pro-IVG pour être logique. Pas contre.

      Supprimer
    3. @Abd_Salam20 juin 2015 23:40

      Je crois qu'il faut rassembler les souverainistes afin de pouvoir mettre en oeuvre cette politique républicaine d'indépendance qui est l'essentiel des enjeux politiques pour les années à venir. Les propos de NDA sur son choix d'un premier ministre, en 2012 si je ne fais pas erreur, me sont apparus comme la possibilité d'un tel rassemblement. L'alternative passe par le rassemblement, à défaut ce sera encore PS, LR(UMP), UDI et la même politique amenée plus loin encore. 2017 est une date importante.

      Cordialement.

      Supprimer
  27. La Nouvelle Action Royaliste soutient l'initiative de Jean-Pierre Chevènement :

    La Nouvelle Action Royaliste
    COMMUNIQUE

    POUR UNE ALTERNATIVE REPUBLICAINE ET PATRIOTE
    Dans sa volonté de participer au rassemblement des républicains et démocrates soucieuse de s'opposer à un libéralisme dévoyé en mondialisation financière, la Nouvelle Action royaliste (NAR) salue la nouvelle initiative de Jean-Pierre Chevènement à laquelle elle est prête à prendre part une fois connues ses modalités. Elle le fait dans le même esprit que celui qui l’a amenée à soutenir François Mitterrand en 1981 et en 1988, à tenter de construire un pôle républicain avec des gaullistes et les jobertistes en 1981, avec Jean-Pierre Chevènement en 2002. Cette entreprise n’ayant pas débouché sur une réelle perspective d'action politique, la NAR a soutenu l'engagement de Nicolas Dupont Aignan à l'élection présidentielle de 2012 et continue d’agir en faveur d’un rassemblement des patriotes.
    Depuis quarante ans, en effet, la Nouvelle Action royaliste milite pour le rassemblement des patriotes démocrates et républicains. Elle s’inspire du « Parti des politiques » qui rassemblait au XVIe siècle des Français animés par la volonté d’en finir avec la guerre civile et religieuse, afin de rétablir un Etat soucieux de sa puissance souveraine pour le service de la “Res publica”.
    Paris, le 22 juin 2015.

    RépondreSupprimer
  28. La Nouvelle Action Royaliste soutient l'initiative de Jean-Pierre Chevènement La Nouvelle Action Royaliste et publie sur FACEBOOK le COMMUNIQUE SUIVANT :

    POUR UNE ALTERNATIVE REPUBLICAINE ET PATRIOTE
    Dans sa volonté de participer au rassemblement des républicains et démocrates soucieuse de s'opposer à un libéralisme dévoyé en mondialisation financière, la Nouvelle Action royaliste (NAR) salue la nouvelle initiative de Jean-Pierre Chevènement à laquelle elle est prête à prendre part une fois connues ses modalités. Elle le fait dans le même esprit que celui qui l’a amenée à soutenir François Mitterrand en 1981 et en 1988, à tenter de construire un pôle républicain avec des gaullistes et les jobertistes en 1981, avec Jean-Pierre Chevènement en 2002. Cette entreprise n’ayant pas débouché sur une réelle perspective d'action politique, la NAR a soutenu l'engagement de Nicolas Dupont Aignan à l'élection présidentielle de 2012 et continue d’agir en faveur d’un rassemblement des patriotes.
    Depuis quarante ans, en effet, la Nouvelle Action royaliste milite pour le rassemblement des patriotes démocrates et républicains. Elle s’inspire du « Parti des politiques » qui rassemblait au XVIe siècle des Français animés par la volonté d’en finir avec la guerre civile et religieuse, afin de rétablir un Etat soucieux de sa puissance souveraine pour le service de la “Res publica”.
    Paris, le 22 juin 2015.

    RépondreSupprimer
  29. La problématique est posée de façon claire.La réponse ne peut que résider dans cette convergence des forces républicaines car tout ou presque de la République a été passé par-dessus bord (éducation,laïcité,sécurité intérieure,appareil judiciaire efficace,lutte anti-terroriste,défense nationale,investissement industriel,investissement dans le logement social,rapport aux directives eurolibérales...etc).Une stratégie politique cohérente et viable implique nécessairement la recherche de convergences et d'alliances.Cela devient urgent.

    RépondreSupprimer