jeudi 10 septembre 2015

Les quotas de migrants : une affaire de pouvoir, pas d’aide

On peut penser que la photo du petit Syrien mort a provoqué une prise de conscience bienvenue du besoin d’aider les réfugiés Syriens. Mais on peut aussi y voir le cynisme d’une organisation européenne davantage préoccupée en réalité par le fait de gagner du pouvoir plutôt qu’aider son prochain.



Le refus des vraies solutions

Après tout, il aurait été bien plus simple que les ministres européens réunis la semaine dernière donnent chacun un chiffre du nombre de réfugiés qu’ils pouvaient accueillir, que la somme soit faite et qu’ainsi, les pays européens puissent annoncer qu’ils assureront l’accueil des réfugiés qui en ont le plus besoin. Il n’y aurait pas eu besoin de ces débats byzantins dont est coutume cette folle organisation européenne. Il aurait été possible de faire rapide et efficace. Mais, non, plutôt que de simplement résoudre le problèmes, les institutions européennes semblent sauter sur l’occasion et surfer sur l’émotion afin de grignoter un nouveau pouvoir aux Etats membres, en leur imposant des quotas d’accueil de migrants annuels par pays, qu’ils devront respecter, sous peine d’une amende en cas de non respect !

Comment ne pas voir le profond cynisme de la manœuvre de Juncker ? A supposer qu’il soit motivé par les réfugiés, il valait mieux privilégier une solution facile à mettre en place. Sans abandon de la souveraineté, les Etats accueilleraient sans doute davantage de réfugiés. Là, ils doivent abandonner une fois pour toute la capacité de choisir, ou non, d’accueillir des migrants, pour un montant variable (en quelques jours, le quota global a pris 33%...) et une répartition faite par les cerveaux malades de cette commission qui avait conçu les trajectoires de retour de la Grèce à l’équilibre en 2010 et 2012, immédiatement infirmées par la réalité. Il n’y a nul besoin ici d’abandonner à jamais sa souveraineté pour coordonner l’aide aux Syriens. Mais l’UE sait que les crises sont toujours le moyen de pousser ses pions.

Un bureaucratisme totalitaire

L’examen des premiers quotas fixés par la commission est d’ailleurs assez effarant. Bruxelles demande à l’Allemagne d’accueillir 26% des migrants, contre 20% à la France. Ces simples chiffres démontrent que la méthodologie de répartition de la commission n’a aucun sens. En effet, ces chiffres reflètent à peu près la différence de population entre les deux premiers pays de l’Union Européenne. Pourtant, la situation n’est pas du tout la même à Paris et Berlin. Chez nous, le taux de chômage atteint des records historiques, quand il ne cesse pas de baisser en Allemagne. En outre, nos démographies divergent, puisque nous faisons déjà 20% d’enfants de plus que notre voisin d’outre-Rhin. Bref, la capacité d’accueil de nos deux pays est profondément différente, mais Bruxelles n’en tient pas compte.



Cette logique de quotas pose un autre problème, remarquablement analysé par Jacques Sapir dans une série de papier sur l’évolution de nos démocraties. A force de figer dans le marbre des traités une part grandissante de nos choix politiques, c’est la démocratie que nous étouffons. Les traités européens votés par nos dirigeants fixent déjà un cadre budgétaire de plus en plus contraignant, après avoir confisqué la monnaie. Maintenant, Bruxelles veut fixer le nombre de migrants que l’UE et leur répartition. Déjà, cette Europe veut interdire les fessées, nous interdire d’interdire les OGM, ou même impose aux assureurs de faire payer les femmes le même prix que les hommes. Outre la perte de souveraineté, en figeant les politiques dans des traités, c’est la démocratie que l’on vide de son sens.


Non seulement on peut rejeter l’idée même de quotas par logique de souveraineté nationale. Mais on peut aussi la rejeter par le caractère profondément antidémocratique de figer des politiques dans des lois, des traités ou des règlements. Et que dire du cynisme de l’exploitation de la misère humaine ?

40 commentaires:

  1. Certain pensent que Bruxelles peut se permettre de donner des réponses au tac au tac sur "des questions" non prévues ( le pragmatisme absolue) et d'autre que cela fait partie d'un programme bien huilé dont nous sommes les victimes consentantes comme on peut s'en apercevoir sur la Grèce par exemple ( le dogmatisme en application)!

    RépondreSupprimer
  2. Ce qui est gènant aussi c'est le manque de confiance que l'on doit avoir envers les politiciens (que ce soit au niveau français ou européen). C'est-à-dire que s'ils nous proposent quelque chose et que nous l'acceptons, ils en profiteront pour faire autre chose que ce qu'ils nous ont demandé. Par exemple dans le cas présent Junker demande qu'on acceuille 160000 "migrants". Mais dans la pratique ce sera
    -- beaucoup plus que 160000
    -- parmi ceux qui sont acceuillis, une forte proportion (voire même la majorité) de faux réfugiés politiques, qu'on n'expulsera d'ailleurs pas s'ils sont découverts.
    A chaque fois qu'on nous propose quelque chose, sur tous les sujets, nous devons donc préalablement essayer de deviner ce qui est réellement en jeu, en étant presque sûrs que ce qui est le plus nuisible a le plus de chances d'être appliqué. Au point que finalement la solution la plus raisonnable est de refuser systématiquement tout ce que proposent les politiciens.

    RépondreSupprimer
  3. "exploitation de la misère humaine"

    L'Europe accueille des réfugiés et vous parlez d'exploitation de la misère humaine, c'est pas la honte qui vous étouffe...

    Quel est le rapport avec le prix des assurances hommes ou femmes ?
    Vous préconisez donc de faire une ségrégation par le prix des assurances selon le sexe, et pourquoi pas selon le bulletin de santé, l'origine ethnique, le type de profession... pendant que vous y êtes ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas l'Europe qui accueille des réfugiés, mais certains pays d'Europe qui veulent ensuite se débarrasser du surplus sur les autres pays d'Europe.

      Supprimer
    2. Anonyme ça suffit avec cette histoire de honte, on est pas à l'Eglise, il y a des gens à qui ont va les imposer ces réfugiés et pas chez les gens comme vous qui sont sans doute bien à l'abris des problèmes. D'ailleurs combien vous allez en accueillir dans votre maison ?

      Supprimer
    3. Le prix de l'assurance selon le bulletin de santé cela existe évidemment ainsi que le type de profession c'est le propre de l'assurance que d’évaluer les risques . Comme Fiorino cela suffit avec cette histoire de honte .

      Supprimer
    4. Fiorino

      Je n'ai pas de maison et je suis au chômage, ça te vas comme réponse. En revanche, toi tu as un boulot et une maison ?

      Supprimer
    5. En fait, concernant les assurances, vous avez tout à fait l'approche des libéraux, n'assurer que ceux qui ne risquent presque rien. C'est assez rigolo pour des gus qui se revendiquent du souverainisme social égalitaire et tombent dans le panneau qu'ils dénoncent en permanence, c'est dire votre incohérence de sociaux-gaullistes qui prônent un régime ultra-libéral d'assurance, capito ?

      "On pourrait penser qu'il y a une solution simple : la compagnie d'assurance ne peut pas disposer d'informations génétiques sur l'assuré, ni utiliser celles-ci pour refuser de l'assurer. L'analyse économique montre que cela ne résout rien, bien au contraire. Si seuls les assurés ont ce genre d'informations, les compagnies d'assurance vont voir affluer des gens à risque élevé et vont, préventivement, accroître le montant des primes pour tous, ce qui dissuadera les personnes les moins risquées de s'assurer, déclenchant le cycle qui rend l'assurance impossible. L'assurance-décès invalidité, l'assurance santé, seront les premières touchées. Puis, toutes celles qui en dépendent. Qui vendra un crédit immobilier à une personne dont le risque de décès est élevé (ou, qui acceptera d'assurer ce crédit)?"

      http://blog.francetvinfo.fr/classe-eco/2013/05/20/angelina-jolie-et-la-fin-de-lassurance.html

      Supprimer
    6. Capito mon cul c'est un constat c'est tout ; ou bien nous pouvons faire des paris comme le Lloyd .

      Supprimer
    7. @ anonyme
      A tout vis dans la rue ? Et tu paye comment ton abonnement internet ? Mais laisse moi rire

      Supprimer
  4. C'est une affaire de pouvoir du côté de la Commission.

    C'est aussi un choix politique de nos dirigeants, et cela montre pourquoi il est urgent de sortir des querelles byzantines...sur les partis susceptibles de s'opposer à ces choix politiques. Ce qui est abandonné sera très difficile à récupérer, plus le temps passera.

    Enfin, c'est aussi un choix politique de la part de Merkel. Pourquoi force-t-elle la main des "dirigeants" français pour une telle solution (car c'est exactement ce qu'elle a fait, en déclarant que ce sujet était central et une manière de voir si France et Allemagne continuent à pouvoir travailler ensemble) ? Elle ne peut pas ignorer les grandes lignes de la situation interne française sur le sujet, et la paralysie qui en découle(ra).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous sous-entendez que ce serait une stratégie allemande pour favoriser le FN et donc la sortie de la France de la zone euro? J'avais déjà lu une théorie de ce genre au sujet de la Grèce. Mais je doute que les élites allemandes aient envie de faire sauter la zone euro. L'Allemagne serait la première victime d'un réajustement monétaire des autres pays.

      Supprimer
    2. Je crois que la mère quel s'est fait remonter les bretelles par son patronat ceux ci ont besoin d'ingenieurs et cadres pas de petites mains avec 800000 ils pourront faire leur petit marché et éparpiller le reste façon puzzle dans l'espace schengen .

      Supprimer
    3. Non, je sous entend que cela affaiblit un peu plus la France, comme d'autres décisions unilatérales allemandes et comme l'euro.

      France qui n'a donc plus d'autres choix, car trop faible et trop désunie pour la contester, que de rester dans une configuration économique et politique qui lui est défavorable et qui la subordonne à l'Allemagne.

      Supprimer
  5. Une question quand ce système va être approuvé ou pas par les Etats européens ? Et si les pays de l'est s'y opposent est-il possible que certains états se retrouvent comme la France avec un quota obligatoire et d'autres non ?

    RépondreSupprimer
  6. @ Laurent
    Cet article est très intéressant, cela montre qu'on va se retrouver avec des pays qui auront des quotas symboliques et d'autres non. Reste à savoir quelle sera le quota retenu par la France, pour l'instant 20% c'est le quota pour les réfugiés à relocaliser d'urgence.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pardon le lien de l'article
      http://www.slate.fr/story/106633/refugies-bataille-europe

      Supprimer
  7. http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/08/28/combattons-la-pression-communautaire-sans-stigmatiser-l-islam_4739406_3232.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Faut-il encore en "accueillir", alors qu'il y a des chrétiens d'orient qui sont aussi des réfugiés ?

      Supprimer
  8. Et ça commence :

    http://www.valeursactuelles.com/societe/belgique-une-mere-de-famille-doit-abandonner-son-logement-pour-laisser-la-place-a-trois

    ce n'est qu'un symbole ; mais c'est un symbole.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour cette femme ça n'a rien de symbolique. Faudrait demander à Junker un prélèvement sur les banques luxembourgeoises pour tout financer. Je suis sûr qu'avec l'humanisme qui le caractérise, il accepterait.

      Supprimer
    2. Le sens des mots est imposé par les puissants. Et ils ont imposé que la générosité = mise en concurrence des pauvres entre eux pour faire disparaitre leurs revendications.

      Supprimer
  9. http://www.laviedesidees.fr/Jaures-le-protectionnisme-et-la.html
    Jaurès toujours intéressant a lire même si c'est un peu hors sujet .
    Sur le sujet le Front populaire n'avait il pas résolu ce problème de réfugies

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://contreculture.org/AL%20Espagnols%20%28r%E9fugi%E9s%29.html

      Supprimer
  10. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  11. J'ai supprimé mon commentaire parce que je suis trop en avance sur mon temps :-) J'y reviendrai sans doute dans quelques mois.

    RépondreSupprimer
  12. je ne peux pas résister plus longtemps pour vous faire partager le calcul du cœur et du partage..

    ne pas confondre ventricule droit et hémisphère droit...



    http://www.slate.fr/story/106683/formule-mathematique-repartir-refugies


    Stan

    RépondreSupprimer
  13. @ Toutatis

    On pourrait en effet en venir à cela

    @ Anonyme 10h06 & 16h55

    Oui, « exploitation de la misère humaine », car l’UE ne cherche pas à résoudre les problèmes actuels mais les utilisent pour gagner du pouvoir.

    Sur les assurances, pourquoi refuser que les femmes, qui ont moins d’accidents, paient moins que les hommes, étant donné que le sexe est une donnée publique ? En revanche, on pourrait se poser des questions sur les questions de santé… Ma positionnement est exactement l’inverse de ce que vous décrivez : je suis pour une assurance universelle non discriminatoire

    @ Anonyme 11h57

    Pas sûr que les choix de l’Allemagne soient déterminés par la France ici. L’Allemagne a des besoins démographiques et cela redore sérieusement son blason…

    @ Fiorino

    Pas sûr que cela se produise…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais si l'Allemagne veut accueillir des gens, elle peut le faire sans chercher à imposer des quotas à tout le monde.

      Pourquoi déclare-t-elle que c'est le sujet du siècle, que ce sera un test pour voir si France et Allemagne peuvent toujours agir en commun, etc...?

      De plus en plus, c'est l'Allemagne qui tente d'imposer ses choix (énergie nucléaire, euro, immigration...). C'est aussi une affaire de pouvoir, à l'évidence. Et mettre des bâtons dans les roues de la France en fait partie, il ne faut pas être naïf.

      Supprimer
    2. Avec schegen pas besoin de quota les frontières sont ouvertes

      Supprimer
  14. Je reviens sur la réticence des classes populaires envers l'accueil des réfugiés.

    Certes, c'est un raisonnement tout à fait compréhensible: "La France est en crise, occupons-nous déjà de nos pauvres".

    Cependant, ce qu'il faut parvenir à expliquer, c'est qu'avec les exilés de Syrie, on change là d'échelle de la détresse. On irait expliquer à des gens qui fuient le chaos, l'arbitraire funeste, la persécution, qu'ils sont bien gentils mais que notre pays (la 6ème économie mondiale) souffre de chômage et qu'on n'a donc pas les moyens de leur fournir le minimum vital?

    Ce ne serait pas ridiculement indécent, non?

    On ne devrait certainement pas laisser miroiter aux réfugiés une intégration possible, un chemin vers le logement et l'emploi.
    Il n'est pas question de mettre en concurrence les Français et les accueillis de ce point de vue là, c'est clair.

    Mais la France a quand même les moyens de monter des camps de réfugiés où les gens reçoivent 2 repas par jour, ont un abri pour être au sec et des vêtements chauds. On a bien des milliards à dilapider dans un EPR, un tunnel sous les Alpes ou un énième aéroport international...

    Et puis, ce qu'il faut dire aux classes populaires, à ceux parmi les Français qui rament vraiment, c'est que ce n'est pas à eux que l'Etat doit demander de faire des efforts financiers supplémentaires.

    Là, il faut prendre du recul quant aux racines de la crise et qui doit payer désormais.
    Plutôt que d'augmenter la TVA tous azimuts et de grapiller encore tous les Français, pourquoi ne pas doubler la TVA sur les produits de luxe? Pourquoi ne pas supprimer nombre de niches fiscales qui ne profitent qu'aux riches? Pourquoi ne pas prendre plus de mesures de rétorsion envers ceux qui manquent de patriotisme fiscal (gels des avoirs, confiscation de patrimoine...)?

    Il faut expliquer aux Français qu'il est bizarre que l'Etat soit autant endetté quant il y a une telle concentration de millionnaires en France.

    Petite aparté: super émission "Cash Investigation" passée lundi dernier sur France 2. Je vous invite à la regarder en replay. Un grand bravo et merci à Elise Lucet. C'est grâce à des journalites comme eux qui mouillent encore la chemise que nous ne somme pas déjà en dictature. La Vème République est vraiment bouffée par les vers...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes mais "camp de réfugiés " j’entends déjà les couinements ; mais c'est effectivement la seule solution pour éviter le chaos

      Supprimer
    2. Nous devrions aussi expliquer que nous devons faire une guerre totale a l’état islamique que cela se fera avec des armées au sol et qu'il serait bon qu'une partie des réfugiés s'engagent pour défendre leur propre pays .

      Supprimer
    3. Mais, bougre de pauvre con, 90% de l'humanité pourrait venir nous tendre la main ! Vous allez tous les prendre ? Non, donc vos arguments sont nuls et non avenus.

      Ces jeunes hommes sont des déserteurs, qui abandonnent leur pays en temps de guerre. Qu'ils aillent le construire au lieu de venir faire la manche chez nous.

      Supprimer
  15. "pourquoi refuser que les femmes, qui ont moins d’accidents, paient moins que les hommes, étant donné que le sexe est une donnée publique"

    Parce que c'est une discrimination à priori et que le système de points bonus est déjà là pour différencier les bons conducteurs des mauvais, qu'ils soient hommes ou femmes. Si les femmes ont moins d'accidents alors elle payent déjà une assurance auto moins cher du fait des bonus.

    C'est une gratification à postériori, basée sur des résultats concrets, pas sur le fait d'avoir tel ou tel sexe. Pendant que vous y êtes, pourquoi pas des assurances auto selon que l'on homo ou hétéro, gay ou lesbienne, ou d'avoir tel ou tel chromosome... ?

    C'est ridicule.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien comme dit Laurent il faut une assurance universelle sans indication .

      Supprimer
  16. Je viens d'apprendre que le Royaume uni , l'Irlande et le Danemark avait une option de retrait sur le régime de droit d'asile de l'ue ceux ci ne sont donc pas dépendant de la politique de Bruxelles ; les cons comptez vous nous sommes toujours très fort pour nous tirer une balle dans le pied .

    RépondreSupprimer
  17. http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/8474-aylan-selon-survivante-interrogee-television.html
    C'est dans l'obs ça commence a puer cette affaire .

    RépondreSupprimer
  18. Il suffit de lancer un caillou dans l'eau pour qu'une vague se forme et vienne s'échouer a nos pieds. C'est une chose prévisible, et on ne peut pas douter que "l'occident" l'ai sciemment provoqué! Pourquoi? La réponse est dans les conséquences!


    RépondreSupprimer
  19. @ Anonyme 8h05

    Très juste

    @ Jauresist

    Si on aide les uns en serrant la ceinture des autres, cela pose problème

    @ Anonyme 6h34

    OK pour déterminer l’assurance sur ce qui fait partie de l’Etat-civile (âge, sexe), pas pour le reste

    @ Yann

    Merci pour la réponse à l’anonyme insultant : je la republie car elle saute en effaçant les commentaires insultants :
    « Elle était où la compassion lorsqu'il a fallu régler les problèmes économiques de la Grèce? Elle est où la compassion pour les chômeurs européens et les SDF de notre continent ? Les mêmes qui détruisent nos économies et fabriquent des millions de miséreux se permettent de donner des leçons de morale. Vous n'avez pas honte? Elle était où votre moral lorsque les dirigeants français ont décidé de bombarder la Libye? Elle était où votre morale lorsque l'UE sous la pression de l'Allemagne et de la Pologne a soutenu le gouvernement nazi d'Ukraine pratiquant un génocide contre des citoyens russophones en faisant passer les Russes pour des agresseurs ? C'est facile de faire de la compassion à deux francs en éteignant son cerveau, mais ce n'est pas ça qui va arranger les choses bien au contraire. Avec votre compassion d'imbécile, vous préparez le terrain à des événements bien plus graves à long terme, mais vous vous en foutez tant que cela vous donne bonne conscience et que cela vous permet de briller en société. La morale à géométrie variable qui est pratiquée en occident depuis des décennies pour cacher les intérêts de puissants ça suffit. »

    RépondreSupprimer