samedi 9 décembre 2017

Ce que signifie l’abandon du Frexit par le FN



Patriotes à éclipse, démagos à plein temps

Pendant six longues années, avec l’aide de Florian Philippot, Marine Le Pen a tenté de défendre un discours progressiste appuyé par un retour plein et entier à la souveraineté nationale, notamment à travers la sortie de la monnaie unique et le retour au franc. Mais faute de convictions et de travail, elle a été totalement incapable de défendre ces idées dans les médias, aboutissant à un bien piteux recul entre les deux tours de l’élection présidentielle, qui ne lui a pourtant pas épargné un débat calamiteux face à Macron, qui était pourtant l’incarnation idéale de tout ce qu’elle combat, le meilleur adversaire qu’elle pouvait trouver face à elle, pas moins superficiel, même si plus sûr de lui.


C’est ainsi que, comme le PS et LR avant elle, elle affirme que « nous sommes résolument européen. Nous devons définir quels mécanismes démocratiques nous permettront de réformer l’Europe ». Et, comme le rapporte David Desgouilles, lors de son passage à l’Emission Politique, elle a défendu une réforme de l’euro, se contentant seulement de ne pas exclure une sortie, réduite à une option de plus en plus hypothétique. Ce faisant, le FN privilégie ses intérêts sur ceux des Français, en voulant devenir le Trump hexagonal, sulfureux, mais pas si différent des autres. Aujourd’hui, le FN ne devient qu’une variante à peine moins politiquement correcte du LR que propose Laurent Wauquiez…

Or, sans mandat clair pour reprendre les rênes du pouvoir, en sortant vite et pleinement de l’UE et de l’euro, le FN serait réduit à une continuité dans bien des domaines. Comment espérer reprendre le contrôle de nos frontières sans sortie du marché unique et de Schengen ? Cette inconstance et ce manque de sérieux sur les moyens pourtant fondamentaux pour mettre en place la partie de son programme sur laquelle le FN est resté constant démontre à nouveau la superficialité de ce parti, qui est décidément le meilleur ennemi des eurolibéraux mondialistes. Le recul devant l’obstacle des sondages en dit long sur les convictions réelles de ces dirigeants qui préfèrent leur confort aux principes.

Cette évolution pousse certains à demander un rapprochement des droites.  Après tout, dans l’UE et l’euro, ils pourraient se rejoindre sur le maigre agenda politique qu’ils maîtriseraient pleinement. Mais cela se ferait aussi sans doute sur une ligne plus ultralibérale encore que celle de Macron. Voilà pourquoi je combats totalement un tel projet qui ne ferait qu’empirer la situation sur bien des sujets. 

15 commentaires:

  1. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Est-ce vraiment le manque de travail sur les questions économiques qui explique ce revirement ? Dans ce cas, comment se fait-il que NDA, qui lui avait travaillé sur ces questions économiques, suive exactement la même évolution ?

    Il y a aujourd’hui une grande difficulté à défendre la sortie de l’UE et de l’euro car la situation économique s’améliore et ceux qui avaient prophétisé un effondrement imminent de l’euro se sont trompés : la zone euro a réussi à survivre aux crises de 2008-2013 (crise financière, récession, crise de la dette souveraine, crise de la déflation). De plus, les exemples de la Grèce qui a capitulé et à présent du RU qui cède sur la facture du divorce, tout ceci n’est pas encourageant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut ajouter à cela la division des souverainistes qui rend leur victoire impossible.

      Supprimer
  3. Comment voyez vous la monté des "Gaullistes" dans le parti des "Républicains" (Aubret , Peltier etc) MR Herblay. Je commence à les suivent et je les trouves un peu mou et parlant avec un frein . N'auriez vous pas intérêt à les rejoindre plutôt que de rester dans un micro-parti qui n'a aucun avenir ?

    RépondreSupprimer
  4. Plus personne ne sait ce qui va se passer maintenant. Je pense que l'UE est au bord de l'éclatement car elle n'est plus dirigée en sous-main par les "mondialistes anglo-saxons" qui l'ont fait telle qu'elle est. Trump est en train de les écarter du pouvoir aux USA et prépare un retour "isolationniste" La Chine s'est réveillée et ne veut pas du gouvernement mondial et tous les ttraités de libre-échange qui en étaient les prémisses tombent les uns apres les autres. Les peupls se réveillent un peu partout et il est dommage que le FN ne soit pas de la fête...

    RépondreSupprimer
  5. Mr Herblay, pourquoi ne pas rejoindre Philippot et les patriotes ? Déçu par par ses résultats électoraux, NDA pousse à la réorganisation des droites. Par cela il ne s'adresse pas à Wauquiez, Lepen etc ...(il ne se fait pas d'illusion...) mais à leurs électeurs. Philippot ou NDA , à qui l'avenir donnera raison ? Gaulliste je ne me reconnais pas comme de 'droite' mais avoir raison tout seul est-ce utile au pays ?

    RépondreSupprimer
  6. Le programme économique du FN a été vampirisé par Philippot pendant quelques années.
    Il a quand même réussi le tour de force de virer le Menhir et de créer un petit doute au niveau du FN, qui paraissant soudain presaue "gaulliste" virait en fait à 180° de ses convictions initiales.
    Chasser le naturel il revient au galop. Philippot jette l'éponge et tout redevient comme avant.
    Il aura réussi à se faire un nom dans les médias. On verra combien de temps le système le laissera jouer dans la cour des "grands".

    Au niveau de NDA et de DLF, ça n'est pas vraiment plus glorieux, si ce n'est pire.
    Sans commentaire...

    Le seul cohérent sur l'UE et l'euro, qui n'ait jamais changé, c'est Asselineau, mais blacklisté par les "grands" médias, et pas vraiment avec une personnalité d'aspirateur à votes.
    Espérons qu'il fera néanmoins une bon petit score aux européennes car le travail des gars de l'UPR est excellent.

    Philippot lui pompe pas mal de choses (pour ne pas dire plus) et a accès aux medias.
    Je suis curieux de voir combien il fera aux européennes. Pas non plus certain qu'il arrive à attirer un si grand nombre d'électeurs que ça.
    Mais il a trouvé son créneau en étant cohérent avec ses convictions. Tant mieux pour lui.
    Il arrivera peut-être à se faire une petite rente électorale dans les prochaines années et à se faire plaisir dans les médias s'il n'est pas trop dangereux. A suivre...

    L'"union des droites" mélangeant des programmes qui n'ont rien à voir les uns avec les autres est le nouveau leurre inventé par les médias, pour occuper les discussions à la machine à café.

    Bref le système est bien verouillé...

    ***Jacko***

    RépondreSupprimer
  7. Nous voila libéré de l'hypothèse et l'hypothèque d'un FN souverainiste et d'une MLP rentière du malheur français; avec un dommage collatéral avec le gaulliste d'opérette NDA qui se rallie à tout ce qui a de plus droitier. Espérons que les premiers retourneront le plus tôt possible à la marginalité pour libérer un électorat et un espace politique pour une authentique alternative souverainiste.

    RépondreSupprimer
  8. Les commentaires de certains m'attristent .. Quoiqu'il arrive concernant le fn, dlf, les patriotes, les gaullistes ... Arrêtons de nous injurier ! Pour avoir une majorité pour que la France retrouve son indépendance il faudra bien se réunir et trouver pour cela un programme commun. Après la droite la plus bête du monde voilà les souverainistes les plus bêtes !
    Lenormand

    RépondreSupprimer
  9. JL Mélenchon se casse régulièrement les dents sur les questions type émigration/immigration, communautarisme ou encore laïcité. M Le Pen se casse les dents sur les questions européennes.
    Bon WE
    Sylvie

    RépondreSupprimer
  10. « Ce que signifie l'abandon du Frexit par le FN »

    Votre titre est étrange car le FN n'a jamais parlé de "Frexit".


    Il y avait un candidat du Frexit lors des dernières élections présidentielles à qui on ne peut reprocher de ne pas avoir travaillé ses dossiers ni de manquer de conviction. Son résultat (moins de 1% des voix) ne plaide pas en faveur d'une ligne intransigeante sur la question européenne.

    À l'heure actuelle, les Français, dans leur grande majorité, ne sont prêts ni à l'abandon de l'euro ni (encore moins) à la sortie de l'Union européenne. C'est un fait qui oblige les partis souverainistes (du moins ceux qui aspirent à gouverner) à faire profil bas sur la question et à adopter tactiquement une position eurocritique moins radicale.

    RépondreSupprimer
  11. @ Moi

    Pour MLP, manque de travail, de convictions et opportunisme politique. Pour NDA, je crains que cela révèle chez lui le 3ème point. Bien sûr, cela est difficile, mais cela tenait aussi la nullité de la 1ère avocate de la question, qui discréditait les idées qu’elle effleurait bien superficiellement.

    @ Cgrotex

    Le gaullisme au sein de LR ne me semble pouvoir être qu’extrêmement dilué. Mais de telles personnes pourront être utiles quand un grand basculement politique s’opèrera.

    @ Cliquet

    L’isolationnisme de Trump est parfois bien superficiel, cf son passage en Chine. Le FN a discrédité temporairement les idées qu’il a effleurées…

    @ Anonyme

    Le parcours de Philippot est intéressant. Ce que propose NDA ne correspond pas du tout à ce à quoi je crois aujourd’hui. Bien d’accord sur le fait d’être utile, mais il faut aussi éviter de n’être qu’un alibi.

    @ Jacko

    Asselilneau est cohérent, mais ses limites ne viennent pas que des médias, elles viennent de son discours, peu audible, et donc de son piètre score à la présidentielle qui ne lui donne aucun droit à une vraie présence médiatique… D’accord pour dire en revanche que ses militants sont impressionnants de travail, même si parfois un peu maladroits. Le destin de Philippot est tout sauf évident, mais de là à dire qu’il pompe FA, cela me semble totalement abusif. La critique de l’UE a existé avant FA : Séguin, Chevènement…

    En effet, la situation n’est pas réjouissante aujourd’hui

    @ Lenormand

    L’union de pseudo-souverainistes en abandonnant largement la souveraineté, c’est cela qui m’attriste

    @ Sylvie

    Macron n’est pas encore menacé

    @ Marc-Antoine

    Cela évoquant la sortie de l’euro. Pas du tout d’accord sur le profil bas. Au contraire, il faut redoubler de pédagogie et profiter de ce paysage libéré

    RépondreSupprimer
  12. On ne peut pas nier qu’il y ait une amélioration économique globale de la zone euro dont la France a aussi profité, dans une certaine mesure, due depuis quelques années, à « l’alignement des planètes », comprenant une politique monétaire expansionniste de la BCE, la baisse de l’Euro, la baisse du pétrole, et due aussi actuellement à une certaine reprise économique au plan mondial, mais malgré cette amélioration, certaines données montrent que la France poursuit son déclin :

    1) Les chiffres du chômage sont bien plus importants que ce qu’indiquent les statistiques officielles, en particulier le taux de chômage du secteur privé salarié atteint 30 % de la population active (on ne peut délocaliser à longueur de temps sans que ça finisse par avoir certaines conséquences). Pour la démonstration voyez :

    http://www.bvoltaire.com/2017-taux-reel-chomage-france-nest-de-10-dau-minimum-20/

    2) Ensuite le déclin industriel de la France se poursuit et semble inexorable, deux liens parmi d'autres sur ce sujet :

    http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/09/16/au-dela-d-alstom-l-emploi-industriel-poursuit-son-declin-en-france_4998968_4355770.html

    https://www.latribune.fr/entreprises-finance/services/industrie-un-poids-economique-toujours-plus-faible-760989.html

    3) 30% des agriculteurs gagnent moins de 350 euros par mois. Ces 25 dernières années, le monde agricole a perdu la moitié de ses effectifs et pendant ce temps-là la population de la France a fortement augmentée :

    http://bfmbusiness.bfmtv.com/france/pourquoi-30percent-des-agriculteurs-gagnent-moins-de-350-euros-par-mois-1275292.html

    Ce sont quelques données qui prouvent que la France a largement raté le virage de la mondialisation à outrance dans laquelle elle s’est mise volontairement. Le retour à la souveraineté est une condition certes pas suffisante mais nécessaire pour son redressement. On finira par s’en rendre compte mais d’ici là le déclin de la France se sera amplifié.

    Quant au FN, oublier. Se reporter éventuellement sur les patriotes de Florian Philippot qui défendent clairement le Frexit.

    Saul

    RépondreSupprimer
  13. « Au contraire, il faut redoubler de pédagogie et profiter de ce paysage libéré »

    Le changement de pied du FN sur l'euro ne libèrera aucun espace à mon avis. Même bien expliqué, le discours anti-euro n'est pas audible.

    RépondreSupprimer
  14. L’euro est une question technique compliquée, les Français n’y comprennent rien et n’ont pas d’opinion bien ancrée sur ce sujet. Ils ne veulent pas en sortir aujourd’hui parce que la situation économique s’améliore mais ils peuvent changer d’avis très rapidement si une nouvelle crise frappe la zone euro, ce qui arrivera inéluctablement. Le QE va se terminer fin 2018, Draghi quittera ses fonctions fin 2019. Lorsque les conditions très favorables deviendront moins favorables, tous les problèmes structurels de la zone euro referont surface.

    RépondreSupprimer