vendredi 12 avril 2019

Mobilisation générale contre la privatisation d’Aéroports de Paris

Les petits ruisseaux pourraient bien faire une grande rivière… Fin février, Coralie Delaume et David Cayla lançaient une pétition contre la privatisation d’ADP. Aujourd’hui, nous sommes plus de 200 000 à l’avoir signée et plus de 200 députés ont lancé une procédure de référendum d’initiative partagée. Même s’il reste du chemin à parcourir, voici l’occasion de cristalliser l’opposition à Macron.



Comment unir la France contre une mauvaise décision

Le lancement de cette procédure de référendum d’initiative partagée, aussi aléatoire soit-elle, comme le souligne Coralie Delaume dans le FigaroVox, est tout bonnement exceptionnelle. Il est tout de même assez extraordinaire de trouver une mesure qui parvienne à réunir l’opposition de La France Insoumise et des Républicains au point qu’ils votent ensemble ! Bien sûr, cédant à la facilité, la majorité en profite pour dénoncer une coalition contre-nature. Mais a contrario, on peut aussi voir dans ce rassemblement assez improbable qui va de Jean-Luc Mélenchon à Laurent Wauquiez en passant par le Parti Socialiste et les Verts, le signe que cette décision est particulièrement absurde.

François de Rugy n’était guère à l’aise pour défendre cette privatisation. Il a osé affirmer que cette privatisation permettrait de financer dix milliards d’investissements. Mais cet argument est ridicule, tant les dividendes que rapportent actuellement ADP sont élevés, bien plus que ce que rapporterait les 10 milliards que pensent obtenir le gouvernement. En outre, sur le principe, un aéroport est fondamentalement un monopole naturel, qui n’a donc pas vocation à devenir une rente privée, d’autant plus que nous constatons en France tant de mauvaises expériences dans le domaine (aéroport de Toulouse ou autoroutes), où la collectivité perd quand elle cède au mouvement de privatisation.


Bien sûr, le combat sera très difficile et est loin d’être gagné. Mais face à un pouvoir aussi arrogant, impopulaire et défendant aussi clairement les intérêts des plus riches, il y a un espoir que la mobilisation prenne. C’est pourquoi il est crucial de signer cette pétition, la faire signer et la faire circuler le plus possible pour se donner une chance de contrecarrer ce plan funeste.

24 commentaires:

  1. Très juste. Cette initiative des 200 parlementaires est une très bonne surprise. Il faut la soutenir au maximum. Bloquer cette privatisation scandaleuse permettrait non seulement d'empêcher les suivantes, mais aussi porterait un coup sérieux à Macron, à ses commanditaires et au machin de Bruxelles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est toujours la faute de l'UE, bien entendu... Vous êtes incapable de voir que ce sont les dirigeants français, Chirac, Sarko, Hollande et Macron, le pire de tous, qui font n'importe quoi.

      "En matière de droit du travail après les casses des lois Hollande-Valls-El Khomri (2016) et les ordonnances anti travail de Pénicaud-Macron (2017), nous en sommes au point ou il faut aller chercher dans des aspects du droit européen, les éléments de défense de nos propres droits fondamentaux !

      C’est ainsi que nos tribunaux prud’hommes sont allés chercher dans le droit européen et l’OIT, les références nécessaires pour ne pas plafonner les indemnités qu’ont le droit de recevoir légitimement les salariés licenciés de façon abusive. Et c’est Muriel Pénicaud qui tente de faire barrage, par circulaire, au fait que les juges du travail vont chercher en Europe la justice que la France interdit."

      http://www.filoche.net/2019/04/12/ue-avec-macron-le-pire-est-chez-nous-macronxit/

      Supprimer
    2. Le droit européen ou l'OIT ? Filoche ne cite que la convention n°158 de l’OIT.

      Ivan

      Supprimer
    3. @ Troll de 17h30

      Qui a parlé de l'UE avant vous ? Vous êtes juste ridicule.

      Après, merci du lien vers le papier intéressant de Gérard Filoche.

      Supprimer
    4. Troll de 10:50

      Jacques12 avril 2019 à 20:47
      "ses commanditaires et au machin de Bruxelles"

      Supprimer
    5. Et Anonyme13 avril 2019 à 17:44

      "Notre président, M. Macron, était également prêt à sacrifier les intérêts dans la France dans le seul but de punir le Royaume-Uni dans le cadre du Brexit."

      C'est donc vous qui êtes ridicule, plusieurs ont parlé de l'UE. Tout autant ridicule avec votre plan de Tartarin de Tarascon de sortir de l'UE et de l'Euro sans article 50 et donc négociation, la daube stupide que vous essayez de vendre depuis des années comme cet ahuri d'Asselineau, pour lequel vous allez voter, qui se ressemble s'assemble...

      Supprimer
  2. Il y a eu déjà la privatisation des barrages. Une première grosse bêtise du pouvoir actuel et un gros sacrifice des intérêts de la France, de sa compagnie EDF :

    https://blogs.mediapart.fr/bertrand-rouzies/blog/160618/privatisation-des-barrages-francais-un-acte-de-haute-trahison

    Une deuxième grosse bêtise et un autre non-sens économique est effectivement la privatisation d’ADP mentionnée par cet article :

    https://www.lemonde.fr/idees/article/2019/03/19/groupe-adp-une-privatisation-contestable_5438217_3232.html

    On sait que la privatisation des autoroutes avait pourtant été coûteuse pour l’État.mais on refait les mêmes erreurs :

    https://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20141218trib637d7d9d0/autoroutes-l-etat-paie-l-erreur-de-dominique-de-villepin.html

    De toute évidence avec ces privatisations c’est l’intérêt général de la France qui est sacrifié volontairement ou involontairement, difficile à dire. Notre président, M. Macron, était également prêt à sacrifier les intérêts dans la France dans le seul but de punir le Royaume-Uni dans le cadre du Brexit. Cependant Mme Merkel n’est pas prête, elle, à sacrifier les intérêts de l’Allemagne dont le commerce avec le Royaume-Uni est important.Voir cet article : « Brexit : entre Emmanuel Macron et Angela Merkel, les nerfs à vif »:

    https://www.lemonde.fr/international/article/2019/04/12/brexit-entre-emmanuel-macron-et-angela-merkel-les-nerfs-a-vif_5449183_3210.html

    Cependant le ministre de l’économie et des finances français semble avoir eu récemment un éclair de lucidité concernant l’Euro . Voir cet article : « Zone euro : les divergences entre pays peuvent compromettre la monnaie, selon Bruno Le Maire » :

    https://www.europe1.fr/economie/zone-euro-les-divergences-entre-pays-peuvent-compromettre-la-monnaie-selon-bruno-le-maire-3890945

    Cette déclaration intervient au moment où la croissance dans la zone euro, prise globalement, donne des signes de plus en plus inquiétants :

    https://www.tradingsat.com/actualites/marches-financiers/marche-zone-euro-un-modele-bce-suggere-que-la-croissance-peut-encore-ralentir-857815.html

    Saul

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. " Notre président, M. Macron, était également prêt à sacrifier les intérêts dans la France dans le seul but de punir le Royaume-Uni dans le cadre du Brexit."

      Le Brexit qui l'a voté ? Près de 3 ans de négociations, normalement c'est 2 ans, et aucune décision anglaise. La GB se tire une balle dans le pied et c'est la faute de l'UE, dont elle emmerde tous les autres pays membres avec ses tergiversations... La connerie des souverainistes est sans limite.

      Supprimer
    2. « La connerie des souverainistes est sans limite. »

      Pour les souverainistes européens, du moins pour l'un d'entre eux, cela semble en effet maintenant prouvé par les faits. M. Macron était prêt semble-t-il prêt à créer les conditions d’un « no deal brexit » alors que celui-ci menacerait 50000 emplois en France, 103000 en Allemagne selon une étude économique dont je sais qu’elle sont souvent approximatives, mais dont un responsable politique français sérieux devrait malgré tout tenir compte :

      https://www.bfmtv.com/economie/un-brexit-sans-accord-menacerait-50-000-emplois-en-france-1630339.html

      Bien évidemment Mme Merkel a elle oublié d’être idiote quant il s’agit de l’emploi en Allemagne :

      http://www.leparisien.fr/international/sur-le-brexit-le-cavalier-seul-de-macron-11-04-2019-8051526.php

      Saul

      Supprimer
    3. Pour aller dans le sens de Saul, même la presse européiste est unanime à constater la solitude de Macron et son discrédit grandissant :

      https://www.lemonde.fr/international/article/2019/04/12/brexit-entre-emmanuel-macron-et-angela-merkel-les-nerfs-a-vif_5449183_3210.html

      https://www.thetimes.co.uk/article/macrons-isolation-in-europe-has-been-laid-bare-by-brexit-6rtk6fcjm

      Les souverainistes ont beau jeu de s'étonner de son déni de réel face aux défis actuels, Brexit ou dette italienne (Ambrose Evans-Pritchard, traduit dans Soverain : https://www.soverain.fr/fmi-redoute-spirale-dette-italienne-et-macron-rend-encore-plus-dangereuse/).

      YPB

      Supprimer
    4. "cela semble en effet maintenant prouvé par les faits. M. Macron était prêt semble-t-il prêt à créer les conditions d’un « no deal brexit » alors que celui-ci menacerait 50000 emplois en France, 103000 en Allemagne selon une étude économique"

      Ce qui montre que l'UE facilite les échanges et emplois. Il assez comique que les souverainistes veulent sortir de l'UE et se rendent compte que c'est mauvaise idée. Brexit ça veut dire sortir de l'UE qui a été assez accommodante pour arrondir les angles et permet à la GB plus de 3 ans de réflexion pour se décider, ce qu'elle n'a toujours pas fait.

      Alors quand le souverainiste Herblay nous sort son idée de sortir de l'UE et de l'Euro( ce qui est encore plus compliqué ) du jour au lendemain, sans article 50 donc sans aucun délai de négociation, ça fait bien rigoler.

      Les brexiters sont des arroseurs arrosés, et les frexiters sans article 50 des canards sans tête.

      Supprimer
    5. De toutes façons, ce référendum était au mieux une idiotie et au pire une escroquerie. Le choix était binaire, rester ou sortir, alors qu'un choix multiple aurait été rester/adhérer à l'EEE/ adhérer à l'AELE/ sortie complète aurait été plus malin.

      Tout contrat comprend des droits et des obligations...

      Pour profiter du marché de l'UE encore faut il que l'UE existe et si chaque pays de l'UE commence à mettre le boxon comme le fait la GB, c'est la fin du marché unique de l'UE, ce que veulent les souverainistes.

      « Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. » Bossuet

      Supprimer
    6. Le lien Wikipedia ci-dessous indique je cite : « La plupart des pays pratiquent une certaine forme de protectionnisme en appliquant des mesures tarifaires ou non-tarifaires comme les quotas, les subventions aux exportations, les normes techniques ou sanitaire ou les mesures favorisant les entreprises nationales. Parmi les pays les plus protectionnistes, on peut penser en particulier à la Russie, l'Inde ou la Chine.

      C’est plutôt l’union européenne et, à l’intérieur, de celle-ci, encore plus la zone euro avec le taux de change bloqué qui ont aboli toutes formes de protectionnisme. Le Royaume-Uni a souvent été un adepte du libre échange à outrance.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Libre-%C3%A9change

      « Je cite un autre extrait du lien ci-dessus : « Mais malgré l'échec croissant de son grand pari stratégique,la Grande-Bretagne était tellement attachée au libre-échange qu'elle accepta d'en payer le prix. À cause de la Grande Dépression, la Grande-Bretagne abandonna finalement le libre-échange en 1932, reconnaissant qu'elle avait perdu son éminence manufacturière et réintroduisit des tarifs douaniers à grande échelle. »

      Donc dans son histoire le Royaume-Uni a expérimenté à ses dépends que le libre échange pouvait ête nuisible. Toutefois aujourd’hui le Royaume-Uni voudrait dissocier la souveraineté dans tous les domaines que le Brexit apporterait et le libre échange commercial qu’il voudrait poursuivre dans l’immédiat. Il s’agit essentiellement d’un problème pour des entreprises britannique qui importent actuellement des produits de l’union européenne et qui travaillent en flux tendus :

      http://www.rfi.fr/europe/20180926-etude-brexit-faillite-entreprises-britanniques

      Les flux tendus permettent une réduction des coûts liés au stockage :

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Juste-%C3%A0-temps_(gestion)

      Cela dit des entreprises britanniques ont déjà commencé à stocker en perspective du Brexit. Il Faudrait sans doute que le gouvernement et le parlement britannique ne tardent plus trop à prendre une décision « définitive ». L’incertitude étant pour l’économie une mauvaise chose.

      https://www.la-croix.com/Economie/Monde/Brexit-contre-montre-entreprises-britanniques-2019-01-29-1200998755

      Désolé pour ce hors sujet. Il s‘agit ici de la privatisation d’ADP, pas du Brexit !

      Saul

      Supprimer
    7. Pendant tout le temps de débat avant le référendum et depuis 3 ans après, les Brexiters ont été infoutus de régler ces problèmes sans compter le problème de l'Irlande du Nord et de l'Ecosse, ce qui montre que les Brexiters sont des guignols, tout comme Herblay qui est encore pire, puisqu'il veut sortir de l'UE et de l'Euro sans négociation préalable.

      Les souverainistes sont des amateurs dangereux qui se ridiculisent jour après jour.

      Supprimer
  3. FA s'exprime sur Assange, le Brexit, le Frexit, l'article 50 et la bonne manière de l'utiliser, etc

    https://www.upr.fr/actualite/julian-assange-brexit-adp-francois-asselineau-decrypte-lactualite/

    Ivan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis allé par curiosité à un meeting d'Asselineau jeudi soir vers Cholet. 220 personnes présentes. j'ai trouvé son discours trop long mais force de constaté que personnes est parti avant la fin. Une seul personne faisait des signes de la tete d’incompréhension quand ça parlait de parti nazi en Ukraine aidé par l'UE , la seul journaliste présente... Qui est parti elle de très bon heure. (Ouest France)

      Je n'ai pas été convaincu sur tout , surtout ses réforme démocratique (RIC , élu révocatoire) mais je pense que je voterai pour lui avec l'espoir qu'un score honorable installe le débat en France.

      Supprimer
    2. Asselineau est franchement soit stupide soit un escroc. Il accuse l'UE de fascisme alors que ce sont les anglais qui ont voté le Brexit. Asselineau est pour un Brexit dur, l'UE ne s'y oppose pas, c'est la GB qui tergiverse depuis des années pour obtenir des avantages sans leurs inconvénients.

      L'UE n'a pas bombardé la GB avec l'aviation, elle lui a juste dit de se prononcer sur un accord ou pas, si ça c'est du fascisme...

      Asselineau est une petite merde qui ose comparer une négociation internationale avec les fascistes italiens qui eux faisaient la guerre, torturaient, détruisaient à coups de chars et d'avions des vies humaines et des infrastructures. Ce petit merdeux insignifiant qui roule des mécaniques n'a jamais fait la guerre, n'a jamais connu les affres de la guerre, la vraie avec des vrais morts et mutilés. Ce type est à vomir !

      Supprimer
    3. Il te fait si peur que ça !???

      Supprimer
  4. La privatisation des barrages n'est pas encore faite et serait aussi un très bon sujet de lutte. Les dangers ne sont pas que financiers; la rupture du barrage de Malpasset en 1959 a fait plus de 400 morts. Faire reculer le pouvoir sur cette question des privatisations me paraît un enjeu capital, qui peut peut rassembler très largement.

    RépondreSupprimer
  5. @ Saul

    Merci pour ces précisions

    Le comportement de Macron est celui d’un ayatollah

    @ Troll

    Sur les emplois évoqués, il s’agit des excédents commerciaux que la France et l’Allemagne ont avec la Grande-Bretagne. Je persiste à penser que le Brexit est une bonne idée, mal exécutée, puisque je plaide depuis 2012 contre l’application de l’article 50, dans des termes que je suis loin de regretter aujourd’hui

    Asselineau a raison de souligner les tendances totalitaires de cette UE, qui impose de voter et revoter sur des textes déjà refusés.

    @ Jacques

    Vous avez bien raison

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Je persiste à penser que le Brexit est une bonne idée, mal exécutée"

      Et vous l'auriez exécutée comment, vous le génie des alpages des yakafokon ? Quand à votre sortie immédiate de l'Euro sans l'article 50, c'est totalement dément.

      Supprimer
    2. Ouais, t'as raison Dutroll, yaka réformer l'UE et la zone Euro pour une "autre Europe" et tout ira mieux. Tu sais rien, tu piges rien, mais t'as réponse à tout...

      Supprimer
    3. Hé hé hé, le v'là qui s'énerve...

      Dis-moi Dutroll, tu n'as toujours pas pigé que tes aboiements de chacal me laissent froid ? Tu es le genre de faux dur qui s'imagine qu'en étant très vulgaire et hyper-agressif il va faire peur aux gens sur internet. Faut être vraiment très idiot tout de même... Moi en tout cas, ça me motive essentiellement pour me payer ta tête !

      Je vais t'aider un peu tout de même, car tu me fais pitié. Pour ta gouverne, bouffon, je ne crains pas du tout que le Luxembourg ou la Finlande nous déclare la guerre en cas d'annonce d'une sortie de l'Euro ou de l'UE. Et on peut très bien négocier après avoir claqué la porte sans passer par l'article 50. Ni l'UE ni l'Eurozone ne se déferont dans un contexte "normal". Ce sera le résultat d'une crise majeure, d'une situation d'exception qui rendra les procédures longues et compliquées prévues par les traités caduques. Il faudra donc improviser. Et tout le monde y aura intérêt.

      Je sais, c'est un peu compliqué pour toi. C'est ce qui arrive quand un simple technicien, sans vraie culture historique et géopolitique, s'aventure à traiter ces questions. Avec toi au commande, on n'oserait même pas risquer d'indisposer Monaco par crainte d'une nouvelle guerre mondiale.

      Supprimer