dimanche 12 janvier 2014

Des anti-systèmes et de leurs critiques


La polémique sur les représentations de Dieudonné s’est terminée par une victoire à la Pyrrhus de Manuel Valls, avec la décision du Conseil d’Etat et l’impression d’une censure excessive, malgré la toxicité des propos du polémiste. Au final, dans ce débat, beaucoup semblent raccrocher leur cerveau.

Ennemis publics : quand la presse dérape


Contrairement à Politis, qui garde la raison, Le Nouvel Obs vient de faire une couverture absolument ridicule mettant sur le même plan Soral, Dieudonnée et… Zemmour ! Pour une fois, je suis d’accord avec Elisabeth Lévy, de Causeur, qui propose, dans un papier mesuré et bien argumenté : « fini de rire, si on pensait ». Il est absurde et même dangereux de mettre Zemmour sur le même plan que les deux autres. Si le journaliste de RTL a des idées très conservatrices, il ne verse pas dans l’antisémitisme ou la xénophobie. En assimilant droite conservatrice et extrême, le Nouvel Obs banalise (malgré lui ?) les extrêmes. Il est pourtant essentiel de bien les distinguer pour se protéger des extrêmes.


C’est un peu la suite logique du dossier du Point sur les « néo-cons », qui mélangeait, dans un gloubi-boulga indigeste, Chevènement, Le Pen, Montebourg, Guaino ou Rioufol. Le procédé est doublement malhonnête. Tout d’abord, le Point a repris un terme qui désignait un autre courant politique, celui des néoconservateurs étasuniens, personnifiés par Georges Bush ou Dick Cheney et leur vision impérialiste et interventionniste des Etats-Unis dans le monde… à laquelle une partie de ces « néocons » à la française s’étaient opposés ! En outre, si un rejet de la mondialisation et de l’Union Européenne les rassemble, il faut noter que Guaino et Montebourg servent des personnes qui ont construit cette Europe !

On retrouve beaucoup d’excès aujourd’hui avec le traitement de l’affaire Dieudonné. On peut, comme Jack Dion dans Marianne, suspecter que la vendetta de Manuel Valls avait une arrière-pensée politicienne. Bien sûr, il a gagné mais on peut juger que sa victoire est une victoire à la Pyrrhus, qu’il a fait une une publicité terrible à Dieudonné, que ce dernier est renforcé dans sa posture victimaire d’autant plus qu’il a fallu que le Conseil d’Etat casse une autre décision de justice, sur des motifs qui peuvent sembler exagérés. Il vallait sans doute mieux le laisser faire ses représentations, (et le sanctionner en cas de propos répréhensibles). Sur ce sujet, on peut lire le très bon papier de Maître Eolas.

Les délires de certains critiques du système

Comme le soutient Maître Eolas, laisser s’exprimer Dieudonné n’implique aucune complaisance à l’égard de ces personnages qui utilisent leur critique du système comme cache sexe d’une véritable haine paranoïaque des juifs (ou d’autres), aux relents extrêmement nauséabonds. La question qui se pose néanmoins, c’est de savoir comment des personnes peuvent en venir à de telles idées. L’explication donnée par Descartes sur son blog me semble bien troussée. En effet, il faut de la paranoïa pour avoir une vision aussi caricaturale du monde. Et cela vaut aussi pour Alain Soral ou François Asselineau (vis-à-vis des Etats-Unis dans son cas).

Il est aussi intéressant de s’arrêter sur les soutiens de ces personnes, souvent sincères et séduites par une partie du discours. L’opposition au système, terme vague (que j’utilise pourtant) peut mener à des positions réflexes d’où la raison est absente, si ce n’est pour post-rationaliser une opposition trop systématique aux idées dominantes des médias ou des politiques connus. On a parfois l’impression que quand le Monde dit blanc, certains disent forcément noir, sans réfléchir. Combien de fois me suis-je fait accuser de « céder à la pensée unique » sur le mariage pour tous, Dieudonné, ou le FN parce que je faisais mien certains des arguments de personnes que je combats politiquement habituellement ?

De même que je refuse de ne pas dire une chose que je crois parce que les extrêmes le disent, de même, je refuse de ne pas dire une chose que je crois parce que les partis que je combats le disent aussi. Tomber dans le systématisme est une voie sans issue politiquement car elle revient à décrocher son cerveau.

34 commentaires:

  1. @Laurent Pinsolle,
    concernant le "néo-con" du Point, comme on dit dans les cours de récréation d'école maternelle, "c'est ç'ui qui dit qui y est!".
    Il faut rappeler que le Point a soutenu pratiquement TOUTES les positions des néo-conservateurs...AMERICAINS!
    Rappelons-nous qu'ils sont soutenu les bombardements en Serbie en 99 (il est vrai qu'on parle de l'administration Clinton, mais c'était pour défendre l'état-croupion du Kosovo, administré par un certain Bernard Kouchner, néo-con américain devant l'éternel...); souvenons-nous également qu'une grande partie des éditorialistes du Point avaient fustigé Chirac et Villepin en 2003 pour avoir refusé d'impliquer la France dans la guerre en Irak voulue par les néo-conservateurs de l'administration GW.Bush. Et encore, plus récemment, il faudrait aussi parler du soutien inconditionnel de la décision de Sarkozy de réintégrer la France dans le commandement intégré de l'OTAN (décision anti-française s'il en est...), ou encore des positions extrémistes et enragées envers l'Iran, la Syrie, le Vénézuela de Chavez... Bref, le Point, dans son ensemble, a toujours soutenu des positions néo-conservatrices US: dès lors, ils sont malvenus de critiquer ceux qui voudraient que la France retrouve un semblant d'indépendance, de contrôle de son destin, et qui sait, sa pleine souveraineté!
    Car ne nous y trompons pas: le Point, ce sont des néo-cons AMERICAINS qui parlent français. Je n'ai qu'une chose à dire: pour le bien d'un pays qu'ils détestent tant, je souhaitent qu'ils s'en aillent dans leur VRAIE patrie, les USA!!!

    CVT

    RépondreSupprimer
  2. S'il est vrai que " Tomber dans le systématisme est une voie sans issue politiquement ", la politique du gouvernement, elle, est systématique pour le pire. Je rejoins Laurent dans son éloge des deux papiers de Descartes sur la question et l'introduction du second d'entre eux : "il n’y a pas de mérite particulier à se battre pour la liberté des gens qui nous ressemblent. Le véritable mérite est de lutter pour la liberté des gens qu’on n’aime pas."

    A propos de Dieudonné, Valls a monté une opération politicienne pour se créer un "diable de confort", c'est déjà assez minable (mais compréhensible pour donner un peu d'air à un gouvernement en difficulté). Mais ce faisant le gouvernement a gravement mis en cause les libertés publiques, en rétablissant par sa jurisprudence la censure préalable abolie depuis la loi de 1881. Cet outil liberticide n'a pas vocation à rester cantonné au seul cas de Dieudonné : c'est un précédent qui pourra être mis en oeuvre contre toute opposition sérieuse accusée de "mettre en cause des principes" dont le gouvernement nous montre souvent qu'ils ne sont pas ceux de la morale et de la république. Il n'est pas exagéré de parler de dérive autoritaire et de mise en cause de la démocratie. Et cette tendance est hélas prévisible dans une période de tension sociale ou les dominants arc-boutent sur leur privilèges.

    Cette affaire Dieudonné est donc possiblement beaucoup plus grave qu'il y paraissait au départ. Quant à Dieudonné lui même, il n'a lui même aucune autre importance que d'être prétexte à cette politique. C'est la liberté que nous devons défendre en combattant sans état d'âme la dérive du gouvernement, pas l'usage douteux et inévitable qu'en font les uns et les autres.

    RépondreSupprimer
  3. @J.Halpern,
    en fait, ce n'est pas une victoire à la Pyrhus pour Valls et Hollande (ce serait trop simple de le mettre de côté, celui-là...), mais s'ajoutant à la pantalonnade Léonarda, il s'agit surtout une nouvelle défaite en rase campagne de l'état de droit, et par là-même, de la République!
    C'est vrai, cela va créer une jurisprudence, car nous sommes désormais entrés dans le règne de l'arbitraire, puisque les critères d'interdictions et/ou de censure ne sont plus édictés par le droit mais par l'Exécutif lui-même! Passe encore que l'Exécutif fasse semblant de se conformer à la Constitution, mais dans le cas présent, la censure de Dieudonné a été faite sur injonction d'un groupe de pression: c'est la négation même des principes républicains! Quelle est la légitimité de ces intérêts particuliers qui demandent la censure d'un artiste?
    Désormais, comme souvent avec des pouvoirs moralistes, nous entrons dans le règne du "deux poids, deux mesures", donc de l'injustice...


    CVT

    RépondreSupprimer
  4. Nous n'avons pas à y rentrer dans ce règne de l'injustice, nous y sommes depuis 40 ans. En nous enfumant dans la macro-économie, la mondialisation, la puissance de l'argent et des détenteurs des capitaux, associés, au CAC 40 à nos politiques etc... ce que j'appelle le système corporatiste, nos gouvernants, vassalisés aux puissances étrangères possédantes tentent de nous enfoncer et passer de l'autoritarisme à la puissance supérieure la dictature.
    En baissant les bras, nos politiques après avoir pratiqué "la démocratie dirigée", veulent pour défendre leurs intérêts un régime qu'ils prétextent encore être démocrate mais qui ne l'est plus HELAS !!!!
    Citoyens, pensez y lorsque vous vous trouverez devant les urnes ....

    RépondreSupprimer
  5. Zemmour a été condamné pour provocation à la discrimination raciale. Il me semble légitime de le mettre dans le même sac que Soral et Dieudonné. En défendant les contrôles au faciès contre les arabes et les noirs Zemmour divise le peuple français comme Dieudonné avec ses attaques contre les juifs.

    C'est quand même fou que la provocation à la discrimination raciale soit condamnée et jamais la discrimination raciale elle-même. Les contrôles au faciès se poursuivent en toute impunité.

    De même qu'Aussaresse a été poursuivi pour apologie de la torture mais jamais inquiété pour sa participation à des actes de tortures.

    Ivan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Zemmour est assez réactionnaire et vieux-jeu certes, il y'a des declarations qui m'ont irrités aussi notamment sur les femmes.
      Mais au moins il n'est pas communautariste au point qu'il a déclaré vendredi, être choqué de la proximité entre Valls et le Crif. Malgré ses origines, Zemmour ne se préoccupe que de la France et on à vraiment besoin de ce genre d'attitude aujourd'hui plutôt que de discours de morale qui prennent les français pour des néonazis en puissance...

      Supprimer
    2. @Ivan,
      désolé, mais faut pas pousser mémère dans les orties: Zemmour n'a jamais appelé à nier l'holocauste nazi, ni à zigouiller des musulmans ou des noirs. Au contraire, il milite justement pour l'indifférence entre les races.
      En revanche, pour sa condamnation judiciaire, vous avez faux: il n'a été condamné que pour "apologie à la discrimination raciale" et non pour incitation. Et quand on regarde de plus près de quoi on l'accuse, on peut se poser des questions sur notre justice...
      Dans l'objet de l'accusation, E.Zemmour défendait le droit pour un propriétaire d'un appartement de ne pas le louer à des personnes d'origine étrangère. L'argument raciste a été retenu, alors que son point de vue peut se tenir: selon Zemmour, le choix ou pas de recruter un candidat, ou de louer à une personne un appartement contient une grande part d'arbitraire, donc de liberté de choix, à laquelle s'oppose la loi contre les discriminations...
      Je suis d'autant plus à l'aise pour en parler que je ne suis pas forcément adepte des conséquence de cette interprétation, car si toutes les personnes d'origine étrangère se voient refuser des postes ou des locations au prétexte de leurs origines, comment vont-elles pouvoir s'assimiler comme Zemmour le demande?
      En revanche, E.Zemmour a bien été relaxé pour les propos sur les contrôles au faciès et sur les statistiques ethniques en prison.
      Donc, vous vous trompez sur son compte, d'autant que les contrôles au faciès relèvent plus du calcul probabiliste que d'un présumé racisme d'Etat, qui sert de prétexte à des associations anti-racistes pour culpabiliser et rançonner les Français...


      CVT

      Supprimer
    3. @ CVT

      "Dans l'objet de l'accusation, E.Zemmour défendait le droit pour un propriétaire d'un appartement de ne pas le louer à des personnes d'origine étrangère"

      Il n'y avait pas que cela, il y avait aussi les contrôles au faciès. Cela n'a rien à voir. Le propriétaire loue un bien qu'il a payé avec ses économies ou dont il a hérité, il dépense et risque son argent.

      L'agent de la force publique dépense l'argent du contribuable et met en œuvre des prérogatives de puissance publique. Je reconnais au propriétaire le droit de faire ce qui lui plait de son argent, pas au fonctionnaire celui d'en faire autant avec le mien, encore moins en usant de violences, contraintes ou menaces qui sont interdites aux citoyens ordinaires même propriétaires.

      http://www.liberation.fr/societe/2011/02/18/eric-zemmour-condamne-pour-provocation-a-la-haine-raciale_715939

      "En revanche, E.Zemmour a bien été relaxé pour les propos sur les contrôles au faciès et sur les statistiques ethniques en prison.
      Donc, vous vous trompez sur son compte, d'autant que les contrôles au faciès relèvent plus du calcul probabiliste que d'un présumé racisme d'Etat"

      Nous sommes au cœur du sujet.

      Accepteriez vous que la brigade financière cible les israélites en tant que tels au prétexte d'un calcul probabiliste sur une éventuelle surreprésentation des juifs dans les professions financières ?

      Moi pas.

      Ivan

      Supprimer
  6. Le gouvernement n'apaise nullement les tensions, desormais tout le monde pense tout bas que l'independance de la justice à été balayée dans cette affaire.
    Vous connaissez une juridiction qui rend une décision en 2 heures tapantes ? Et cette institution capable d'annuler les decisions de la justice "professionnelle" est composée en partie de membres qui sont nommés par le gouvernement. Dont Klarsfeld qui est juge et partie puisque il faut le reconnaitre, même si son combat est compréhensible c'est un veritable communautariste. Compréhensible, mais pas glorieux car il ne se préoccupe que des ennemis d'une seule communauté ce qui ressemble plus a de la vengeance qu'a de l'humanisme, sans compter ses appels au trouble à l'ordre public dit devant les cameras. Il faut se sentir intouchable pour appeler à l'agitation dans le JT de Fr2...
    C'est de cette façon que nos "chevaliers blancs" comptent lutter contre l'antisemitisme ? En faisant soi même preuve de haine ?
    Vous avez envie de confier le bouton nucléaire à Valls ? Pas moi !
    La meilleure façon de lutter contre les haines c'est d'être JUSTE, pas vengeur...
    C'est ca qui fait que les gens ont du mal à détester Dieudonné comme ils ont eu du mal a detester Bachar El Assad parce que les redresseurs de tort professionnels n'ont pas la stature pour se poser en justiciers.

    RépondreSupprimer
  7. @Laurent

    Entièrement d'accord avec ton billet, sauf que tu n'es pas juste en mettant sur le même plan Soral et Asselineau. Je ne suis pas le dernier à critiquer la forme et le ton du discours d'Asselineau (cf. mon dernier billet), et même à en critiquer le fond de temps à autre. Simplement, si tu trouves quelque part des propos antisémites (puisque c'est un peu le sujet) chez Asselineau, tu me préviens. Pour les tendances paranoïaques, je veux bien. Mais par ailleurs, à bien des égards, Asselineau est plus modéré que Zemmour. Accessoirement, on peut rappeler qu'un responsable du parti a récemment été exclu pour avoir tourné et diffusé une vidéo tournée derrière devant une table sur laquelle était posé un ananas.

    Par contre ton dernier paragraphe te fait honneur, et tu ne cesses en effet ton prouver cette sincérité.

    Autre chose : l'idée que Guaino ou Montebourg rejettent la mondialisation et l'Union européenne, je ne sais pas pourquoi, mais ça me fait rire.

    A part ça, le dossier du Point (que je n'ai pas lu, mais le titre et le nom des personnages suffisent à se faire une idée) est quand même un sommet de foutage de gueule. Comme le fait remarquer CVT, c'est Le Point qui sur ce coup-là est passé de néocon à con tout court. A se demander s'ils n'ont pas filé le dossier à leurs stagiaires de troisième. C'est totalement stupéfiant cette histoire (faudra quand même que je lise le truc, c'est pour le moins… intriguant).

    RépondreSupprimer
  8. Il est proprement effarant de voir des politiques, journalistes, intellectuels et experts, qui bafouent sans complexe la démocratie et méprisent les citoyens français, nous donner des leçons sur l'exercice des libertés en république. On voit que, là comme pour les questions sociétales, certains lobbies, présents en coulisses, agissent et qu'ils sont entendus et suivis par un pouvoir libéral-libertaire partageant leurs choix et "valeurs". Notre démocratie n'est vraiment pas au mieux.

    Demos

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, si seulement ils étaient libertaires jusqu'au bout… non seulement ils ne se permettraient pas de rétablir le principe d'autorisation préalable des réunions publiques, mais ils légaliseraient les drogues ! Désolé d'introduire ce thème un peu hors sujet et qui peut vous paraître trivial (rassurez-vous je m’arrête là), mais le concept de "libéral-libertarisme" a tendance à me faire dresser les cheveux sur la tête. Peut-être parce que je suis socialiste, jacobin et libertaire… Mais surtout parce que le libertarianisme (car c'est cela dont vous parlez) est un courant actif dans les pays anglo-saxons mais totalement confidentiel en France (Madelin est sans doute son seul porte-parole, et que je sache il n'a jamais fait des scores électoraux mirobolants - souvenez-vous, en 1995, Chirac l'avait gentiment invité à sortir par la porte de derrière au bout de quelques semaines). En Allemagne, ou même dans les pays scandinaves, de même qu'en Europe du sud, c'est je crois un courant de pensée qui n'a guère plus de poids qu'en France. C’est vraiment un truc anglo-saxons (Nigel Farage s’en réclame d’ailleurs, il me semble. Comme quoi…).

      Au gouvernement aujourd’hui, nous avons des partisans un peu honteux et timorés (heureusement) de l’ordolibéralisme, qui est comme vous savez la déclinaison germanique du néolibéralisme (pour faire bref) ; un néolibéralisme soft. « Economie sociale de marché », disent les Allemands. Elle est certes plus « de marché » que sociale, mais le fait est que le système de protection sociale est bien plus avancé en Allemagne qu’aux Etats-Unis, berceau du néolibéralisme. A tel point que, vous n’êtes pas sans le savoir, un grand patron patron comme Hans-Olaf Henkel, qui a pris la tête du mouvement anti-euro Alternative für Deutschland, argumente non pas sur la nécessité de sortir de l’ordolibéralisme, mais sur la nécessité de préserver le modèle social allemand.

      Le néolibéralisme, non plus que son avatar européen, n’a jamais été très libertaire. Surtout pas dans les dictatures sud-américaines qui ont servi de laboratoire à ses apprentis-sorciers dans les années soixante-dix-quatre-vingt, et qui étaient dirigées par des juntes passablement autoritaires et cléricales, genre sabre et goupillon. Je sais bien que Michéa, par ailleurs quelque peu décroissant (ça, j’aime pas non plus) a développé une théorie très séduisante, et même brillante, mais voilà, je pense que sa théorie est erronée.

      Ici un article de Serge Halimi sur le sujet.

      Supprimer
  9. "En effet, il faut de la paranoïa pour avoir une vision aussi caricaturale du monde."
    M.Pinsolle, si je vous disais que votre discours sur la Grèce était paranoïaque, vous me répondriez avec des arguments qu'il est au contraire bien construit.

    Il est dommage intellectuellement parlant que vous vous réserviez la légitimité d'expliquer ce que vous dites, alors que d'un autre côté, vous ne traitez les autres que via la vision de bloggers et médias, et sans preuves à l'appui. C'est trop facile de dire que les autres délirent.

    Car c'est bien cela qu'il manque dans votre article et celui de Descartes, l'explication et le démontage point par point (comme vous l'aviez fait avec M.Asselineau je crois?et la loi de 73?), de l'argumentation de ces personnes qui désignent des communautés ou lois comme responsables de certains maux.

    M.Naulleau a essayé avec M.Soral; cela serait bien pour la qualité du débat public qu'il ne soit pas le seul à traiter vraiment avec les "complotistes". Car les gens qui veulent comprendre, (par curiosité ou parce qu'ils cherchent un responsable à leurs maux) iront vers ceux qui ont, pour eux, une explication et qui sont bien plus charismatiques que les éponges éditorialistes.

    Vous pourriez par exemple démonter l'argumentation de M.Soral, ou Dieudonné tant qu'on y est (vous n'avez pas traité son discours antisionniste en vous cachant derrière votre apriori et Le Monde la dernière fois) ou nous donner des liens. Cela complèterait votre article sur "Les délires de certains critiques du système" et donnerait plus de puissance à votre discours.

    RépondreSupprimer
  10. Dieudo a un vrai talent d'humoriste, est loin d'être idiot, mais est tombé sous l'emprise d'un Soral qui est un monument de connerie. C'est un bien étrange phénomène que des gens comme Dieudo ou Malakine, en son temps, rallient des clowns comme Soral.

    Dans cette affaire, N Bedos montre que la riposte relève de l'humour plus que de la décision administrative :

    http://www.atlantico.fr/pepitesvideo/on-est-pas-couche-nicolas-bedos-met-merguez-dieudonne-951574.html

    olaf

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien d’accord Olaf. J’ai trouvé la réponse de Nicolas Bedos à la fois grave (il y avait un côté cérémonial plutôt réussi), très drôle et, si j’ose dire, assez bien sentie, pour plusieurs raisons.

      1- En quelque sorte il lui rend la monnaie de sa pièce en dressant une caricature monstrueuse à souhait ;

      2- Comme tu le dis, cela peut être salutaire de réinvestir le terrain de l’humour ;

      3- Il prend le risque de choquer, ce qui – du moins je l’ai entendu ainsi – est aussi une manière de prendre position, en creux, pour une conception très libérale (au sens des libertés publiques), je n’ose dire « libertaire »… qui du reste est assez cohérente avec sa prise de position récente sur la prostitution. Et accessoirement, il prend le risque d’avoir sur le dos les avocats de Dieudonné, sans parler de ses fans (t'imagines le cadeau…), voire les autorités elles-mêmes (je me suis posé la question, peut-être à tort ?).

      Ce mec a du talent, et aussi des corones
      Bon, la séquence finale de la merguez était peut-être de trop (moins drôle pour moi).

      Au fait Malakine a-t-il vraiment rallié E&R ? J'ai cru comprendre qu'il avait quelque sympathie pour ce mouvement, mais je pensais qu'il était surtout proche du FN (bon d'accord, ce n'est pas très différent et ça ne vaut pas beaucoup mieux…).

      Supprimer
  11. Zemmour ne se dit pas conservateur mais réactionnaire.

    Charles

    RépondreSupprimer
  12. Rodolphe DUMOUCH12 janvier 2014 à 14:16

    Mettre dans le même sac les néoconservateurs néolibéraux siono-atlantiste, les vieux cons puritains droitards qui élèvent leurs gosses à grands coups de ceinturons, avec les souverainistes qui en sont les premiers adversaires, en confondant le tout avec la mouvance Soral-Dieudonné, c'est la stratégie du système ( j'emploie ce terme à dessein).

    Leur stratégie désespérée consiste à ramener sur une ligne "droite-gauche" (et à l'extrême-droite) des courants qui, justement, font voler en éclat cette notion simpliste et monodimentionnelle (alors que le classement des idées devrait se faire en multidimentionnel).

    Ce qui se passe en France en ce moment, n'importe quel pilier de bistrot, n'importe quel clochard, n'importe quel poivrot l'a compris ; seuls les faux-zintellos du Nouvel'Obs' et les bien-pensant formatés à la Jean-Yves Camus continuent à ronronner sur les vieux clivages éculés comme si de rien n'était.

    Leurs éditoriaux pitoyables sont de plus en plus décalés, plus personne n'achètent leurs torchons qui crèvent. Les soi-disant "experts" qui passent à côté d'une rupture épistémologique majeure, cela sera ridiculisé dans 20 ans, à commencer par le milieu universitaire.

    Là où c'est drôle, c'est qu'ils ne pourront pas, comme les oligarques de la génération précédente, le cacher ni ne pourront jouer les précurseurs de la 25ème heure car tous leurs propos passés seront disponibles sur Internet, Youtube (ou RuTube s'ils censurent). Ce sera un ridicule inédit pour l'ensemble de la journaloperie et de l'oligarchie qui ne pourra pas se recycler : le temps des Talleyrand est terminé avec le numérique. Il n'y aura plus de bas de soie pour réemballer leur merde périmée par la méthode des commerciaux de Carrefour.

    Le journalisme sert aujourd'hui cet ancien système unanimement. Cette chape de plomb mérdiatique est inutile : nous sommes plus en 1984, les citoyens se réinforment et se désintoxiquent grâce à Internet. Ce pouvoir de "faiseurs d'opinion" leur échappe complètement, c'est pourquoi ils paniquent, comme on a pu le voir dans l'hystérie de l'affaire Dieudonné. On pouffe encore plus quand on voit le guignol de Jean-Yves Camus nous expliquer que les commentaires pro-Dieudonné ne sont pas représentatifs alors que, justement, ceux qui apparaissent sont quantitativement très en-dessous de la réalité. Ce pseudo-scientifique élude précisément le ras-de-marée de commentaires censurés par les "modérateurs" du Figaro et du Libé.

    Ne vous déplaise, le génie d'Alain Soral, c'est d'exploiter cette rupture paradigmatique, d'en jouer, de la ridiculiser. Mieux : ils incitent les Français de "souche" et ceux issus de l'immigration à s'unir face à ceux qui les divisent, à unir les travailleurs du public et du privé face à la finance internationale et ses valets qui opposent pour les exploiter.

    Soral et Dieudonné sont issus respectivement de la gauche marxiste et antiraciste, leur dialectique est redoutable, surtout face aux bras cassés incultes et incompétents de science-po qui braillent en cœur des anathèmes, les classent sans nuance à l'extrême-droite en éructant que ceux qui les dénigrent sont avinés et "n'ont pas la culture ni le niveau intellectuel".

    Ce qui se passe est énorme, toute une pseudo-élite formatée sera inéluctable dézinguée, déboulonnée et ridiculisée.

    RépondreSupprimer
  13. Servons-nous de notre intelligence. Soyons vigilants et critiques.
    Excellente analyse de Descartes sur son blog. Merci pour le lien, Laurent.

    Demos

    RépondreSupprimer
  14. @ CVT

    Bien d’accord. Après, je pense que leur atlantisme est théorique. Dans la réalité, la plupart d’entre eux préféreraient in fine vivre en France…

    Pas faux, j’ai l’impression qu’ils ne se soucient guère des grands principes.

    Assez d’accord sur la réponse à Ivan

    @ Joël Halpern

    D’accord. J’espère que les conséquences seront moins importantes.

    @ Gilco56

    D’accord

    @ Ivan

    Pas d’accord. Je pense que le propos pour lequel Zemmour a été condamné n’a rien à voir avec ce que disent Soral et Dieudonné, même si je partage pas ses propos. N’oublions pas que Zemmour avait été soutenu par Chevènement pour une partie de ses propos.

    @ TeoNeo

    Bien d’accord

    @ Joe Liqueur

    Bien d’accord. J’ai ajouté une parenthèse pour éviter toute incompréhension. Je ne parlais de que de la paranoïa bien sûr.

    Second commentaire assez juste (à part sur les drogues, bien sûr).

    @ Démos

    Bien sûr. Du recul sur cette question serait nécessaire. Merci

    @ Anonyme

    En quoi mon discours sur la Grèce est paranoïaque ?

    Pour moi, le discours de FA est paranoïaque dans le sens où il attribue un rôle totalement délirant aux Etats-Unis dans ce qui se passe en Europe. Idem sur Dieudonné et les juifs.

    @ Olaf

    Assez d’accord

    RépondreSupprimer
  15. « Tomber dans le systématisme est une voie sans issue politiquement car elle revient à décrocher son cerveau. »

    Sans issue pour ceux qui en subissent les politiques, peut-être. Mais pas pour ceux qui les appliquent...
    Car le systématisme, c'est l'UMPS et leur politique qui nous dirigent depuis 30 ans, promus par quasiment tous les grands médias.
    Qui nous emmène dans le mur ? Qui y contribue au prétexte d'informer ? Eux !!
    Qui empêche toute alternative sérieuse de s'exprimer ? Qui empêche tout débat sur les sujets essentiels ? Eux !!
    Qui n'a jamais été menacé de perdre une quelconque élection ? Eux !!

    C'est à désespérer... Les dernières fois où on a connu autre chose, il a fallu des guerres...

    Sinon comment expliquer que des personnes comme Jospin, Royal, DSK ou Hollande aient pu s'imposer à quelqu'un comme Chevènement ?

    Comment quelqu'un comme ça :
    http://www.chevenement.fr/La-vision-europeenne-de-Hollande-ne-remet-pas-assez-en-cause-les-choix-qui-ont-ete-faits-avant-lui_a1577.html
    peut-il être sénateur pendant qu'Hollande est président ?

    Quand je l'écoute, j'ai l'impression d'entendre quelqu'un qui respecte les citoyens et qui parle à leur intelligence et pas d'être pris pour un crétin à qui l'on propose une suite de slogans de communicants et de propos débiles qui reposent sur rien du genre « l'Europe c'est la paix, le franc c'est la guerre »... Et pourtant, c'est Hollande, Sarkozy &co qui ont les manettes...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "L'Europe, c'est la Paix. Le franc, c'est la guerre".
      Ca me rappelle une fois encore "1984" d'Orwell, dans lequel le slogan du Parti au pouvoir, l'Angsoc (socialisme anglais, ça ne s'invente pas !), était :
      LA GUERRE, C'EST LA PAIX
      LA LIBERTE, C'EST L'ESCLAVAGE
      L'IGNORANCE, C'EST LA FORCE
      Et avec Hollande, c'est la double pensée : avoir des convictions et trahir en permanence, mentir et dire la vérité, contrôler la situation et être complètement dépassé, être sérieux et volage ... Lisez "1984", c'est passionnant, plein d'enseignements et si proche de notre réalité !

      Demos

      Supprimer
    2. C'est prévu. Je l'ai acheté la semaine dernière. ;)

      Supprimer
  16. La différence entre Soral, Asselineau et Zemmour ne dépasse pas l'épaisseur d'une feuille de papier. Tous prétendent rassembler les français quelques soit leurs origines et leur religion, mais tous agitent un diable de confort à travers une vision un peu parano et très complotiste de la société. Soral s'en prend aux sionistes (tout en faisant attention à ne pas s'attaquer "aux juifs"), Zemmour s'en prend aux islamistes, et Asselineau aux américains.

    Mais tous diffèrent de Valls (et probablement d'une bonne partie de son gouvernement) qui utilisent les mêmes ficelles, parano et complot (nazi/antisémite), mais dont les objectifs divergent des protagonistes précités. En effet, on voit bien que Valls, la réconciliation nationale, et même la nation, il n'en a rien à faire.

    Bon en tout cas à tous les 4 ils nous changent de la droite libérale et du FN qui voit des complots communistes partout depuis 40 ans.

    RépondreSupprimer
  17. Au moins, le cas Dieudonné met certaines choses en lumière : c'est qu'un bon mensonge est au départ une vérité, tronquée. Or, comme il est impossible qu'une vérité soit rapportée de façon exhaustive, le principe même du journalisme est de mentir, et le principe de la justice, plus ou moins de justifier un mensonge.

    Il faut admettre une chose : énormément des mensonges portées contre Dieudonné sont scandaleusement loin de la vérités.

    Exemple :
    Selon une citation tronquée rapportée par tout les journaux, ainsi que par Mr Jakubowitz dans le CSOJ d'hier, Dieudonné aurait dit :

    "les juifs sont tous des négriers reconvertis dans la banque, le spectacle et aujourd'hui l'action terroriste"

    Voici la citation entière, rapportée par le JDD de l'époque :
    "+Sale nègre, les juifs auront ta peau+, voilà le genre de slogans que j'ai entendus. Ce sont tous ces négriers reconvertis dans la banque, le spectacle et aujourd'hui l'action terroriste qui manifestent leur soutien à la politique d'Ariel Sharon. Ceux qui m'attaquent ont fondé des empires et des fortunes sur la traite des Noirs et l'esclavage".

    Il y a une différence d'une chose à son contraire entre "les juifs" et "ces personnes" :
    1er cas : c'est l'ensemble des juifs qui est visé, essentialisés sans aucune nuance. Dans ce cas, je serais d'accord que le propos serait clairement antisémite.
    2eme cas : ce ne sont même pas les juifs, mais les racistes, et plus précisément "ceux qui m'attaquent" (i.e.), qui sont visés. Le fait que ses agresseurs se soient eux-même réclamés du judaïsme n'est pas censé impliquer Dieudonné a priori, ni les autres juifs...

    Le fait que Dieudonné ait été rendu coupable d'"incitation a la haine raciale" est un scandale antirépublicain pur et simple, puisque le juge a ainsi :
    1- validé de prime abord le présupposé selon lequel "les juifs" seraient une ethnie différente du genre humain. Assertion qui, en l'occurence, n'entrait pas dans le sens des propos de Dieudonné... pire : le juge a choisi de son propre chef de valider le fait que ces personnes agissaient "au nom des juifs" !

    2- inversé la charge de la preuve. ce sont bien les agresseurs qui, en l’occurrence, auraient dû être inculpés pour antisémitisme, car en délivrant ces propos haineux et en y associant l'ensemble de la / des congrégation(s) judaïque, ce sont bien ces personnes qui suggèrent que les juifs seraient tous des racistes... et le pire dans l'histoire c'est que PAS UN SEUL des prétendus "représentants du judaïsme en france" n'a ne serait-ce que dénoncé ces paroles, alimentant ainsi le sentiment de certains "complotistes" ... là dessus je suis entièrement d'accord : Valls et ses amis sont les meilleurs carburants du FN !

    Il parait dès lors évident que le CRIF et autres enseignes crypto-racistes jouent un jeu extrèmement dangereux, et devraient être jugés pour incitation a la haine raciale.

    Ces exemples de contradictions, paradoxes et syllogismes grouillent littéralement dans les discours des anti-Dieudonné primaires, dans tout les média, dans tout les discours politiciens ... il n'y a guère que Zemmour pour les critiquer (et encore), et ce papier de Mme Levy, "fini de rire, et si on pensait", avec qui, pourtant, je ne suis pas souvent d'accord...

    Le pompon aura été cet article du "Nouvel Obs", qui entérine les délires paranoïaques du tireur fou de "Libération" dont les motivations, de son propre aveu, étaient la dénonciation d'un "complot fasciste"... et qui conduit dans un autre article a placer quelqu'un comme Michéa chez les "néocons" (sic).

    Age

    RépondreSupprimer
  18. @ Bip

    Sans issue car ces systématismes disqualifient (logiquement) ces oppositions et permettent le maintien du PS et de l’UMP au pouvoir.

    Quand au temps nécessaire pour avoir une véritable alternance, cela vient aussi des circonstances historiques.

    @ Lelien

    Je persiste à penser que l’on ne peut pas mettre Zemmour sur le même plan que Soral ou Dieudonné, ou Asselineau. Sa pensée vaut bien mieux.

    @ Age

    Pas convaincu par la démonstration sur Dieudonné. Il n’y a pas qu’une condamnation. Et les propos que vous rapportez me semblent très choquants. Toute son habilité consiste sans doute à tenir des propos qui permettent malgré tout une interprétation (certes alambiquée) seulement anti-système et non anti-sémite, mais dont le fond ne me semble pas faire de doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Laurent
      J'aimerais y croire aussi, mais je ne vois pas en quoi la divergence entre Soral et Zemmour est si importante, à part sur les boucs émissaires qu'ils se sont choisis. Est-ce parce que Soral se revendique(ait) de gauche?
      Si on en croit Naulleau, ces deux là discutent d'ailleurs régulièrement.

      Je reconnais n'être spécialiste ni de l'un ni de l'autre, mon point de vue est celui d'un béotien. Aussi je serais ravi d'apprendre ce qui sépare Soral et Zemmour, en dehors de leur souffre douleur préféré s'entend.

      Dieudonné est juste un comique, quoiqu'en dise ses détracteurs, alors il n'est clairement pas à mettre dans le même panier que les 3 autres. Sauf à admettre que la politique est une comédie, ce que je ne cautionne pas pour ma part.

      Supprimer
    2. Attention aux semblances :
      - "propos chanquants" mais lesquels ? celui de l'agresseur ou celui de Dieudonné ?
      - ici vous considérez qu'il y a une habileté a priori, ce qui sonne comme une condamnation a priori, alors que rien n'est démontré...
      Au contraire Dieudonné n'est certainement pas antisémite et son antisionisme ne peut pas non plus être de l'antisémitisme : ce serait écarter arbitrairement les faits. Or les faits nous disent qu'il défile avec des rabins, invite des rabins antisionistes a s'exprimer, fait liste commune avec des rabins etc... ce qui confirme qu'il ne peut pas être sémitiste à la base : cette accusation d'antisémitisme ne tient pas la route une seconde.

      De plus, le fait qu'il y ait plusieurs condamnations ne veut pas dire qu'elles sont inter-reliées : plusieurs condamnations peuvent comporter la même erreur d'analyse, d'autant plus que dans plusieurs autres le plaignant a été débouté.

      Permettez cette remarque : le sémitisme n'a même aucune définition dans le débat public, et pourtant l'antisémitisme en a une... pas logique. Si l'on creuse un peu les arguments, on s'apperçoit que les détracteurs de Dieudonné ne se réfèrent jamais a autre chose que la définition qu'en a donné Hitler, lui même se référant de façon alambiquée aux textes judaïques... Idem pour "le système" : de quoi parles-t-on ?

      Définissez vous le "système", comme il est insinué partout en filigranes, comme étant la définition de Soral ?
      Or si Soral est considéré comme sémitiste (ce qui serait un non-sens absolu) il s'ensuit qu'il n'existe aucun degré de liberté entre "antisystème" et "antisémite" ...

      Dès lors qu'on ne remet pas en question les définitions, que l'on ne cherche même pas a les préciser, alors les prémices sont biaisées, et ce, systématiquement, par argument d'autorité morale, et il ne peut donc exister aucun débat ...
      C'est la règle de TINA (There Is No Alternative), ou de l'échiquier a 1 cases : sur un tel échiquier, c'est celui qui est choisi pour commencer la partie qui gagne. Sa légitimité ne peut être contestée qu'en contestant la façon de désigner celui qui commence... ou alors imposer un échiquier de plus grande taille...

      C'est exactement le même faux raisonnement qui est appliqué a Soral ou Dieudonné sur la question du sémitisme, qu'aux souverainistes sur la question de la politique ...

      Supprimer
  19. Décidemment, M.Pinsolle, vous continuez à caricaturé M.Soral, Dieudonné et Zemmour, chacun à sa manière exprime un regard critique sur la politique, la sociologie soit par le rire, l'information et la ré information avec parfois des propos radicaux mais être radical n'est pas être extrémiste, évidemment ils dérangent l'intelligentsia par leur anti conformisme, leur patriotisme, leur courage dans une période de mensonge, et de lâcheté leurs actes deviennent révolutionnaire par l'esprit et l'humour.

    je pense que leurs travaux apportent une lecture plus juste que celle que la presse nous donnent.

    D'autre part il me semble que M.Lévy soit un modèle dans le genre, enfin
    Pour finir, réviser vos leçons sur l'histoire de France car faire croire que Soral et Dieudo sont antisémites n'a aucun sens ils sont antisionistes

    RépondreSupprimer
  20. Drôle que certains mettent Zemmour Soral et Dieudonné sur le même plan.
    Le premier n'a jamais nié l'existence de l'esclavagisme, les deux autres soutiennent que les chambres à gaz n'ont jamais existé.
    Quant à la condamnation l'argument est bidon. La justice française est gangrénée par l'extrême-gauche, par une partie de fanatiques du Syndicat de la Magistrature qui affichent sur des murs des photos de "cons" dont des parents de victimes de viols et de meurtres.
    Parler de la Haine de l'Autre quand on est de gauche me fait doucement rire. Les mêmes qui viennent nous raconter que Zemmour fait des noirs et des arabes des boucs-émissaires et des musulmans en général des coupables, ce sont ces mêmes personnes de gauche, soit-disants tolérantes, qui applaudissent quand des Femen viennent pisser et dégrader une Eglise au nom de la lutte contre l'Homophobie et pour le féminisme. Quand les identitaires avaient pris d'assaut une Mosquée pas encore en fonction, ces mêmes personnes de gauche s'étaient toutes offusquées contre la "Haine", le "rejet de l'Autre", de la division des "Français comme vous et moi". Par contre pour les Catholiques, rien. Ces mêmes personnes de gauche qui reprochent à la droite et l'extrême-droite de faire appliquer une stricte laïcité dans les écoles pour masquer son "islamophobie", alors que la gauche applaudit quand on débaptise un "marché de noel" pour l'appeler "marché d'Hiver" au nom de cette même laïcité.
    Enfin, il faut ouvrir le Nouvel Obs pour comprendre que ce journal est devenu un véritable torchon. En effet, il est mis en première page Dieudonné, Soral qui nient l'existence des chambres à gaz et Zemmour sachant que ce dernier est juif. Et quand on ouvre le journal, on se rend compte qu'ils n'ont mis à côté que des juifs. Jean-François Copé, Alain Finkielkraut alors que ses derniers ont eu des familles décimés par la Shoah. Si des juifs en viennent à s'en prendre à l'immigration irrégulée, aux naturalisations massives et à l'islamisation c'est peut-être qu'ils ont une raison autre que le supposé racisme. Et justement un sondage très intéressant est paru il y a un mois dans un silence de mort, aucun média officiel le reprenant, sur l'antisémitisme en France vu par les Juifs. Les résultats étaient que plus de 80% des juifs considérent que l'antisémitisme monte en France, que pour seulement 27% des juifs il est le fait de l'extrême-droite mais qu'il est avant tout le fait de l'extrême gauche à 68% et de l'islam à 73%. (http://www.lemondejuif.info/sondage-pour-73-des-juifs-de-france-lantisemitisme-n1-est-lislamisme-radical/).
    Voilà où nous conduit l'antiracisme idiot. A dénoncer l'antisémitisme quand il vient de droite mais à traiter de racistes les juifs qui désignent comme un danger des personnes qui ne sont pas blanches et chrétiennes. Quand dans nos manuels scolaires il est écrit que "l'Homme Blanc", et non pas une toute petite partie des blancs, a mis en esclavage "l'Homme Noir", n'est-ce pas une vision stigmisante basée sur l'amalgame et qui pourrait mener des gens de couleurs noirs à avoir du ressentiment contre les blancs ? Oui mais ça c'est vrai alors que quand Zemmour dit que la majorité des délinquants sont noirs et arabes (et non que la majorité des noirs et arabes sont délinquants), là c'est stigmatisant et nauséabond.

    FranceLibreGaullisme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ FranceLibreGaullisme

      L'immigration irrégulée et les naturalisations massives n'existent pas contrairement à l'islamisation qui est un vrai problème. Mélanger le vrai et le faux n'a jamais aidé à résoudre aucun vrai problème au contraire.

      Quant à Zemmour cela ne me dérange pas qu'il raconte que la majorité des délinquants sont noirs et arabes s'il le pense vraiment.

      Le problème est ailleurs, il utilise cet argument pour justifier les contrôles au faciès ce qui est aussi répugnant que la doctrine des dommages collatéraux brandie par les militaires américains pour tirer à la mitrailleuse sur les foules quand ils soupçonnent un terroriste de se cacher au milieu.

      Les contrôles aux faciès nourrissent la haine de la France. Et c'est Pétain, pas de Gaulle, qui a imposé la carte d'identité et créé de toute pièce cet énorme problème de contrôles au faciès que nous n'aurions jamais eu sans cette funeste décision.

      Quand le Danemark a été libéré de l'occupation les citoyens ont fait un grand feu de joie avec les cartes d'identité que l'occupant les avaient obligés à porter, qu'ils ont d'ailleurs toujours appelées "Ausweiss", refusant de traduire ce mot dans leur propre langue.

      Les français auraient dû faire exactement la même chose.

      Ivan

      Supprimer
  21. La haine, c'est celle que le Nouvel Observateur éprouve pour ces trois personnages unis dans une même détestation.

    RépondreSupprimer
  22. @Laurent Pinsolle : Comment pouvez-vous dire que Dieudonné est antisémite ? Cette vidéo serait fausse ? https://www.youtube.com/watch?v=vBcDk59Nji4

    Fabio

    RépondreSupprimer
  23. @Laurent Pinsolle : Ceci n'est pas authentique ??? https://www.youtube.com/watch?v=DMSFlPYLjAs

    Fabio

    RépondreSupprimer
  24. http://www.canalplus.fr/c-divertissement/c-le-grand-journal/pid6298-les-extraits.html?vid=1015476

    RépondreSupprimer