dimanche 22 juin 2014

Pourquoi le FN ne passera pas par moi (1/2)


La victoire du Front National lors des élections européennes a été l’occasion de nouveaux débats enflammés sur les raisons de cette victoire et sur l’attitude à avoir vis-à-vis de ce parti. Voilà pourquoi je souhaite revenir sur ce sujet, dans une série de deux papiers.


Une opposition paradoxale ?

Un certain nombre de frontistes, quelques uns semblant encore me lire malgré des prises de positions, affirment qu’il serait paradoxal que j’exprime une position aussi radicalement hostile à l’encontre de leur parti. Ils affirment que les positions de DLR seraient très proches, quand ils ne disent pas que ce sont les mêmes. Certains vont même jusqu’à évoquer une attitude politicienne de ma part, le fait que je ne ferai que défendre ma boutique politique par rapport à la leur. Cet argument est assez difficilement recevable étant donnée ma prise de position de septembre 2012 ou ma récente décision de m’éloigner de DLR. Néanmoins, il faut bien reconnaître que je partage bon nombre de motivations des électeurs de ce mouvement, à savoir un ras-le-bol des grands partis traditionnels ainsi qu’un refus de cette mondialisation anarchique qui mène à une loi de la jungle destructrice de notre modèle social et de notre identité.

Mais ce n’est pas parce que je partage une partie des motivations des électeurs du Front National que cela doit me pousser dans les bras du parti de la famille Le Pen. Si je respecte leur vote et les ai même défendus par occasion (quand Sophia Aram les a traités de cons ou en disant que ce vote est, logiquement, social, dès 2011), cela ne change pas mon jugement à l’égard du parti pour lequel ils votent, et dont les scores actuels doivent principalement à la crise terrible que nous traversons et à la décomposition du PS et de l’UMP, dont le bilan au pouvoir est tout simplement calamiteux. Mais même si j’ai un jugement très dur à l’égard des partis qui se partagent le pouvoir (que je critique au moins aussi souvent que le FN), mon opposition au Front National ne me semble absolument pas paradoxale. D’abord se pose un problème de personnes. Comme je le soutiens depuis le début, la famille Le Pen me semble extrémiste, pas sérieuse et démagogue (ce sur quoi je reviendrai précisément demain).

Et au final, le paradoxe est levé par le rapport au gaullisme. Devant les professions de gaullisme de Florian Philippot, Marine Le Pen a cru bon de rassurer une partie de ses militants en précisant bien qu’il était un cas isolé. Si l’on rapproche l’extrême-droite nationaliste du gaullisme, du fait de l’attachement à la nation, toute l’histoire montre qu’il y a une différence profonde entre ces deux mouvements de pensée. Quand l’extrême-droite a une vision de la nation identitaire, xénophobe, voir isolationniste, le gaullisme a une vision de la nation plus ouverte et surtout bien plus progressiste qu’identitaire, quoiqu’en disent ceux qui rapportent de temps en temps une phrase non officielle du Général, en oubliant tout le reste. C’est ce que j’avais théorisé en parlant des deux familles de l’ordo-souverainisme. En outre, il y a de nombreuses différences, sur la peine de mort, l’IVG, l’immigration, les immigrés présents en France, ou même les questions économiques, traitées avec bien moins de cohérence et de sérieux. Ce n’est pas parce que l’on est attaché à la France que toutes les différences sont gommées du jour au lendemain.

Le vote utile souverainiste ?

L’autre reproche traditionnel, c’est de dire que nous diviserions le camp patriote et que de toutes les façons, pour changer le cours des choses, il n’y a que le FN qui pourra y arriver. Comme je l’ai rappelé, ce n’est pas parce que l’on est attaché à la France que toutes les différences sont effacées. Pour paraphraser Romain Gary, « le patriotisme, c’est l’amour des siens, le nationalisme, c’est la haine des autres », ce qui fait toute la différence entre le gaullisme et l’extrême-droite et aujourd’hui entre DLR et le FN à mon sens. De même que le camp des adorateurs de l’UE compte plusieurs partis, celui de ceux qui pensent que la nation doit rester l’épine dorsale de notre organisation politique peut tout aussi bien rester divers étant donné qu’il y a des interprétations très différentes de cette idée. Pourquoi faudrait-il donc avoir un choix binaire. Ce n’est pas comme cela que notre vie politique s’est organisée depuis des décennies.

Sur la question de la capacité à changer les choses, les partisans du FN soulignent que ce parti a réuni un quart des électeurs fin mai et que le chemin qui pourrait le mener au pouvoir semble bien plus court que celui des autres partis dits souverainistes. Néanmoins, on ne peut pas juger au seul score d’un instant T la capacité d’un parti à arriver au pouvoir. Dans le passé, les communistes n’ont pas su transformer leur importance politique en capacité à prendre les rênes du pouvoir, malgré des scores encore supérieurs à ceux du FN en mai. Certes, ils ont été des partenaires au sein de coalition, mais ils n’ont jamais été à la tête de ces coalitions et ont souvent été contraints d’avaler leur chapeau pour y rester. En outre, il faut bien constater que le FN est un vieux parti de 42 ans, qui pèse lourd dans la vie politique française depuis 30 ans, donc on peut questionner sérieusement sa capacité à prendre le pouvoir démocratiquement étant donnée l’hostilité qu’il suscite dans une large majorité de la population.

Bien sûr, les partisans du FN peuvent dire que Marine Le Pen a changé les choses, qu’elle a dédiabolisé son parti, ce que pourrait montrer le score du 25 mai. Néanmoins, il faut rappeler qu’il y a perdu plus d’un million et demi de voix de moins qu’en 2012 et que ces élections sont souvent des défouloirs et qu’elles se sont tenues dans des circonstances incroyablement favorables (6 ans de crise économique, un PS très impopulaire et une UMP inepte). Ce n’est qu’en 2017 que l’on pourra statuer sérieusement si autre chose qu’une opposition radicale et stérile au système ressort de ce parti, ce qui me semble tout sauf évident étant donnés les dérapages récurrents de ses dirigeants et de ses membres, qui cantonnent légitimement ce parti dans des extrêmes inéligibles. Si le Général de Gaulle a réussi à balayer la Quatrième République, c’est parce qu’il occupait une position beaucoup plus centrale et donc rassembleuse sur l’échiquier politique, chose qui me semble totalement impossible pour le FN.

Bref, ce sont pour des raisons de fond (différends programmatiques, qui perdurent, et plus encore, une différence fondamentale de philosophie globale) qui font que je m’oppose à ce parti, dont je persiste à croire qu’il ne sera pas le mouvement qui redonnera à la nation ses lettres de noblesse. Demain, je reviendrai également sur les questions de personnes.

41 commentaires:

  1. Je ne suis pas totalement convaincu par vos arguments. D’une part, il est certain que le FN n’est pas un parti gaulliste mais il y a des convergences avec le gaullisme. Tout comme il a toujours existé sur certains points des convergences entre le PCF et le gaullisme. N’est-ce pas ce qui a permis le CNR ? Je trouve donc qu’il y a un paradoxe à demander le rassemblement de tous ceux qui remettent en cause l’UE dans sa version actuelle et d’en exclure le principal parti au plan électoral (comme le fait Cochin dans un billet invité), surtout qu’il existe plus de divergences programmatiques entre la gauche et DLR qu’entre le FN et DLR. Je ne suis pas du tout convaincu, contrairement à Cochin, que Mélenchon ou Dupont Aignan auraient plus de chances que Marine Le Pen de l’emporter au second tour d’une élection présidentielle. Le problème de Marine Le Pen et qui empêche qu’elle puisse rassembler au second tour, c’est qu’elle est encore diabolisée, mais c’est beaucoup moins vrai aujourd’hui qu’hier, et cela sera peut-être encore moins vrai demain. C’est en tout cas le pari qu’elle fait depuis qu’elle est à la tête du FN.

    RépondreSupprimer
  2. Sur le plan économique, où sont les différences entre le FN et DLR, si vous en voyez, signalez le, parce que pour l'électeur, il n'en voit pas...

    Le FN propose une sortie de l'Euro et le protectionnisme, comme DLR, en dehors de ces 2 mesures, ni le FN, ni DLR ne proposent autre chose, ce qui en fait un programme assez rudimentaire et suffisamment simpliste pour séduire les naïfs.

    RépondreSupprimer
  3. Laurent, j'ai peur que vous vous enfermiez dans un débat quelque peu stérile. Ce qui m'a rapproché du FN, c'est justement cette proximité d'idées que j'ai ressenti entre MLP et celles héritées de de Gaulle.
    Tout le problème est celui posé par l'existence ou la disparition des nations, et non pas celui de la différence entre patriotisme et nationalisme. De Gaulle pensait que seules les nations constituaient une réalité "internationale" et j'ajouterai pour ma part "intemporelle".
    J'ai beaucoup de respect pour Romain Gary, qui fut un camarade de guerre de mon père au groupe Lorraine, mais la phrase que vous citez a été prononcée dans un autre contexte. On pourra y revenir si nécessaire.
    Le problème qui se pose aujourd'hui concerne bien le devenir du monde. MLP peut reprendre à son compte la parole de de Gaulle:
    "On n'agglomère pas les nations comme les marrons dans la purée"
    Le véritable enjeu est bien là. Soit on fait la purée de marrons avec tout ce que cela comporte, c'est à dire qu'on mettra les peuples devant un fait accompli qui ne sera pas leur choix, avec tout ce que cela peut entraîner, soit on viendra à une vision du monde constitué de nations qui, du moins souhaitons-le, chercherons à trouver entre elles les moyens d'un équilibre pacifique.
    Le véritable combat de de Gaulle a toujours été là.Persuadé, avec raison, dès 1941 que la guerre serait gagnée par les Alliés, il voulait que la France figure dans ce camp vainqueur car c'était la seule façon de maintenir cette nation en vie. Il savait très bien le parti que les "lobbies" américains allaient tirer de cette victoire et il a toujours, pendant tout le reste de sa vie, agit dans ce sens.
    Il savait très bien que la seule chose qui comptait vraiment était le rapport de force entre les Etats. Il n'a jamais hésité à se démarquer des Etats Unis lorsque ceux-ci devenaient trop "envahissants", allant jusqu'à reconnaitre la RPC et nouant des contacts privilégiés avec l'Union Soviétique. MLP est sur le même axe de pensée, et c'est cela qui compte vraiment. Alors, pardonnez-moi si je vous choque, mais les petits tracas que vous évoquez me semble d'un ordre de priorité réellement inférieur.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rejet de l'UMPS a deux raisons :

      - 1. culturelle : nous refusons la dissolution de notre culture, de nos principes, de nos valeurs, dans un ensemble hétérogène que nous reconnaissons, mais dans lequel nous refusons de nous fondre,

      - 2. sociale : nous refusons la politique ultra-libérale en action, qui, comme le disait un philosophe célèbre, conduit à la paupérisation des masses.

      Nous ignorons ce qui fait qu'à un moment ou à un autre, se produit une (r)évolution politique, mais il me semble qu'il est nécessaire que l'évidence des idées se conjugue avec l'émergence d'un leader charismatique.

      Autrement dit, mieux vaut s'attacher à construire son offre politique que de trop s'appesantir sur celle des autres, ce qui présente l'avantage d'être dans une attitude positive et mobilisatrice : voilà ce que je pense, ce que je propose plutôt que voici pourquoi il ou elle ne doit pas dire ceci ou faire cela.

      Supprimer
  4. A propos du nationalisme, qu’est-ce que ça signifie aujourd’hui dans le programme du FN ? Il n’est pas question d’envahir un autre pays, n’est-ce pas ? La « haine des autres » s’exprime donc dans la dénonciation de l’immigration et dans la préférence nationale. A titre personnel, je désapprouve ce discours anti-immigrés mais je ne vois pas de différences entre Dupont Aignan et Marine Le Pen sur ce point (ni d’ailleurs avec les tenants de la « droite forte » de l’UMP).

    RépondreSupprimer
  5. Le point commun entre le FN et DLR, c'est d'avoir une vision très idéalisée de l'état et de la souveraineté. Du socialisme national, le glissement vers le national seul est rapide. Si certains d'extrême droite ont rejoint de Gaulle, on sait moins que la gauche sociale nationale a conduit certains comme Doriot ou Mussolini vers le fascisme dont le théoricien Giovanni Gentile prétendait se fonder sur les œuvres de Marx.

    Le même glissement s'opère actuellement, nombre des nouvelles recrues du FN viennent de l'extrême gauche, dont Soral, sans passer par la case DLR. Si les thèmes idéologiques et constructivistes au sujet de l'économie de DLR et du FN sont les mêmes, c'est le FN qui a le plus de poids, DLR passant pour une fade copie sans pouvoir. Car il faut avoir du pouvoir pour séduire sur le thème de l'état fort, pour incarner cette force, et c'est le FN qui est dans cette position, pas DLR qui apparait comme un parti faiblard. Les révoltés aiment les forts...

    RépondreSupprimer
  6. @ Laurent

    Tu fais preuve d'une constance qui est tout à ton honneur, et globalement je partage tes réserves à l'égard du FN.

    Deux remarques :

    -Tu dis que le FN a rassemblé un quart des électeurs, en fait c'est un quart des votants… et un dixième des électeurs. Tu soulignes toi-même les voix perdues depuis 2012. En fait, la victoire de 2014 - car il faut bien parler d'une victoire - est surtout une défaite de l'UM«P» et du P«S» (les guillemets deviennent indispensables à ce stade, même avec une centaine de frondeurs au PS). C'est une victoire relative ; le FN n'a atteint ce score que parce que les « grands » partis se sont effondrés. Par conséquent, il serait inutile de se lamenter sur le comportement électoral de nos compatriotes. Seul un sur dix vote FN ; les autres votent de moins en moins pour le P«S» et l'UM«P». Autrement dit on vote de moins en moins pour les sociaux-traîtres et les gaullo-traîtres, sans pour autant voter davantage pour le FN. Tout cela n'est pas si mal.

    -A propos de la fameuse tribune de Sophia Aram, je crois me souvenir que c'était globalement assez crétin, mais je persiste à penser que traiter les électeurs FN de « cons » est largement préférable à cette attitude condescendante - et tellement méprisante - qu'affectionnent tant de publicistes drapés dans une vertu républicaine à deux balles étrangement compatible avec le mépris de nos institutions… et de notre pays. Je peux difficilement me mettre à la place d'un électeur FN, mais je pense que d'une manière générale il vaut mieux être pris pour un connard que pour un débile. C'est plus franc, quoi, et surtout c'est beaucoup moins méprisant.

    Enfin, j'espère quand même que tu retrouveras un parti (je ne vais pas te proposer de venir au MRC toutes les semaines, mais bon, y a toujours la photo du Che en haut de cette page…).

    RépondreSupprimer
  7. Tu écris cela à un moment où ta position s'est énormément affaiblie. Hier, c'était le FN ou DLR, maintenant, c'est le FN ou l'UMPS. Le FN est une sorte de garantie qui empêchera l'élite française de ravager notre société. Parce que nous en sommes là, il vaut très probablement mieux le FN qu'une eltsinisation de notre pays.
    D'accord pour dire que le FN est loin d'être l'idéal mais la classe ploutocrate devient folle et devrait détruire notre société et les républicains, déjà faibles, viennent de beaucoup reculer encore. Si j'ai bien compris, ne reste plus que le vieux et vélléitaire Chevènement et une mouvance inorganisée.
    Une solution sans FN est celle donnée par Todd. L'aggravation de la situation amène les élites à réfléchir, à partir des travaux des alternatifs. Seulement, rien ne garantit qu'elles se remettront en question.
    jard

    RépondreSupprimer
  8. L’abstentionnisme croissant c'est la première phase de ceux qui deviennent indifférents à l'UMP-PS, la deuxième phase avec la dégradation sociale sera l'attraction vers un parti "volontariste" et c'est le FN qui l'incarne. L'abstention plaide en faveur du FN, ce n'est que la phase de latence intermédiaire avant celle où de nombreux abstentionnistes franchiront le pas vers le FN. Le Che, comme vous dites, ne représente rien, trop âgé pour des jeunes qui votent de plus en plus FN dont les dirigeants, MLP comprise, sont plus jeunes, JMLP étant progressivement mis sur la touche. JPC n'a aucun poids, encore moins que NDA, sur la scène politique. Ce n'est plus qu'un commentateur politique. DLR et ceux du MRC se racontent des histoires, c'est le FN qui draine vers lui les mécontents.

    RépondreSupprimer
  9. Je m'étonne toujours que l'on parle du programme et des discours du FN sans jamais évoquer l'engagement concret de ses principaux représentants au service de la population. Comme nous le savons tous, beaucoup de politiques font de beaux discours et pensent autrement. Sur ce point qui me paraît finalement être l'un des plus importants, je suis serein avec NDA.

    RépondreSupprimer
  10. l'ambiguité : tout simplement, je suis contre le système, tous les partis politiques compris DLR et FN, sont défenseurs du système.... je suis par conséquent contre MLP ? ce qui n'est pas nécessairement de cas de l'auteur, puisqu'il a une préférence ....SYSTEME donc FN !!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Imparable, le raisonnement, mais un peu difficile à suivre, Gigi ! Ceci dit, tu as visiblement des problèmes avec les points d'interrogation et d'exclamation et tu devrais faire réparer ton clavier.

      Supprimer
  11. Le FN ne passera pas par LP, ni les électeurs...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tout cas, Sarkozy est déjà passé par Dupont Aignan en 2007. Au moins MLP ne s'est-elle jamais compromise avec l'UMP...

      Supprimer
  12. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

    RépondreSupprimer
  13. Tous les grands partis politiques sont aujourd'hui dévalués et le FN n'y échappe pas. Ce dernier exprime une opposition à l'évolution mondialiste actuelle, mais en meme temps, il la canalise et la neutralise ... Un rôle similaire est effectué à gauche, avec le Front de gauche. Il faut donc composer avec les militants et partisans de ces deux formations .Cependant Il me parait plus judicieux et plus tactique de s'adresser en priorité au Front de Gauche pour constituer un rassemblement type CNR, car c'est dans ce secteur de la population que les idées patriotiques ont besoin d’être confortées ; nous avons là par ailleurs un vivier de militants dynamiques conscients des blocages du systeme. et proches de nos analyses ... Sans tomber dans les caricatures de certains (qui l’instrumentalisent...), il faut bien cerner une plus grande dangerosité anti-démocratique du coté du FN, qui attise les haines, et les tensions communautaires. Vous avez raison Laurent de rejeter toute idée d'alliance avec le FN, tout en ménageant ses électeurs et partisans - mais aussi sans compromission -

    RépondreSupprimer
  14. Patrice ALBERT

    Les grands partis ne proposent plus rien, la gauche non plus, DLR et le FN font miroiter que le retour au national va supprimer les classes, les religions sous prétexte d'une fraternité républicaine nationale qui a si bien réussi dans un passé mythique, en 14, en 39... C'était tellement mieux avant, hein ! Quand les multinationales françaises étaient étatisées, puis qui même privatisées voyaient leurs dirigeants énarques incompétents parachutés par les gouvernements. Nos nouveaux staliniens du capitalisme d'état du FN et de DLR nous promettent le retour du paradis étatique. C'est vraiment grotesque, GE qui n'a rien d'une entreprise d'état rachète Alstom qui a longtemps fait partie d'un conglomérat public. Qui a prospéré ? GE.

    RépondreSupprimer
  15. Ce qui est marrant, c'est que Alstom est racheté quand même par GE malgré les gesticulations de Montebourg. Au profit de qui ? Des actionnaires vendeurs, pas des salariés qui se retrouvent dans une entreprise potentiellement achetée trop chère. Et Chevènement la momie trouve que c'est une réussite. Le pauvre devient gâteux...

    RépondreSupprimer
  16. Le FN, un parti de 42 ans mais cela ne fait que 3 ans qu'il envisage d'accéder au pouvoir; avant son patron Jean Marie Le Pen a tout fait pour éviter d'arriver au pouvoir à quelque niveau que ce soit. Nous verrons si dans moins de 3 ans votre parti peut changer la donne politique au lieu du FN ou si nous devons encore attendre bien longtemps, trop longtemps pour casser l'oligarchie eurocratique. Dans quel état se trouvera notre pays si nous devons vous attendre?

    RépondreSupprimer
  17. Merci pour votre papier, Laurent, et pour tous ceux qui suivront sur ce même thème du FN.

    Ce n'est pas parce que le FN fait 25 % qu'il s'est débarrassé de ses lourdes casseroles.

    Qui peut croire que le Front National, en changeant de têtes, a changé les idées très dures ancrées dans son ADN, du jour au lendemain ?

    La dédiabolisation du FN n'est qu'une illusion électoraliste parce que le fond et l'essentiel reste le même : dans les meetings du FN, le "On est chez nous" clamés par les militants, illustre bien le repli identitaire toujours présent.

    Et ceux qui croient en cette dédiabolisation, cela m'attriste car je trouve qu'ils sont soit des naïfs, soit des inconscients, soit des amnésiques politiques, soit ça les arrangent bien d'y croire. Je ne suis pas dans le mépris mais dans l'inquiétude. Et j'en veux en premier lieu aux dirigeants du FN et certains médias de tout faire pour qu'ils y croient.

    Comme disait un des rappeurs du groupe IAM : "Quand on vote FN, on sait très bien pour qui et pour quoi on vote"

    On ne dit pas que le FN ne soulève pas de bonnes questions, on dit que le FN salit et décrédibilise les idées souverainistes et patriotiques car l'esprit et la philosophie de son programme sont le rejet et la stigmatisation plutôt que le rassemblement de tous les Français en vue de sortir par le haut de cette crise sociale, économique et politique qui ne date pas de 2008 mais qui dure depuis 30 ans.

    Des partis comme DLR ou le MRC sont loin de faire dans l'angélisme mais ils tentent d'être dans cet esprit de rassemblement et de concorde plus que nécessaire.







    RépondreSupprimer
  18. Guillaume

    Mais le FN se réclame aussi de la morale, du courage et de l'action, comme d'autres avant lui, et pas des plus analphabètes :

    " Que chaque jour et chaque heure s’affermisse votre volonté de loyauté et de fidélité. Que sans cesse grandisse en vous le courage du sacrifice pour le salut de l’essence et pour l’accroissement de la force la plus intime de notre peuple dans son Etat.

    Que les règles de votre être ne soient ni des principes doctrinaux ni des « idées ».

    Le Führer, lui-même et lui seul, est la réalité allemande présente et future, et sa loi. Apprenez à savoir toujours plus profondément : désormais toute chose exige une décision et tout acte une responsabilité.

    Heil Hitler !

    Martin Heidegger, recteur. 3 novembre 1933 "

    RépondreSupprimer
  19. Laurent Pinsolle ne sait peut-être pas que l'Histoire ne repasse pas les plats et que si De Gaulle a pu rassembler à partir de 1940 c'est parce qu'il a eu une vision quasiment prophétique, en 1958 il avait la légitimité de 1940. C'est aussi qu'il avait une personnalité charismatique que n'a pas Dupont-Aignan; c'est regrettable mais c'est ainsi !
    S'il avait une vision hégélienne il pourrait penser que la ruse de la raison qui conduit le monde pourrait conduire l'héritière du plus anti-gaulliste des partis, le FN version Marine Le Pen, au pouvoir et à reconstruire ce que les présumés héritiers politiques du Général ont détruit. De plus personne n'a le monopole du patriotisme, ne doit, ne peut s'en arroger le monopole.

    RépondreSupprimer
  20. Si on aborde la question autrement - disons, de manière plus cynique - le principal problème du FN est son manque total de soutien et de crédit de la part des élites économiques et financières de ce pays. Et donc des médias.
    A ceux qui viennent ici nous exposer que le FN de MLP a un vrai programme et une vraie assise électorale, et n'est pas le parti de son père, je vous parie que sitôt MLP élue Présidente - si cela arrive - sa première action sera de passer un deal avec les élites économiques et financières de France. Après quoi vous n'aurez plus qu'à vous procurer de la vaseline en fûts de 200L...

    Et j'ai une autre question. Si vraiment le FN a changé, qu'on m'explique le rôle de l'association le "Rassemblement Bleu Marine". J'avoue que d'un point stratégique, le RBM est une arme redoutable : faire venir des gens autour de la personne de MLP SANS adhérer au FN, histoire de leur permettre de se défausser honteusement - Gilbert Collard si tu me lis... - c'est aussi génial que révélateur...

    Bref, pour moi, le FN ne cherche qu'à faire partie du système. Il y arrivera, et y'aura des déçus.


    Olivier

    RépondreSupprimer
  21. Vous croyez que le programme de DLR vaut mieux que celui du FN ?

    DLR se réclame de de Gaulle qui était un réel stratège visionnaire dans le domaine de la mécanisation des armées. De même, l'industrie ne créera plus d'emploi car elle s'automatise et se "mécanise", partout, Allemagne, Japon, Italie, Chine... La politique de de Gaulle était sensée à son époque, il aurait mené une toute autre politique dans le contexte actuel qui est un monde de réseau d'information. C'est pas en copiant le de Gaulle des années soixante qu'on est un visionnaire, pas plus en copiant Napoléon. NDA n'a pas de charisme et n'est pas du tout visionnaire, n'a aucune perception des changements gigantesque de l'histoire actuelle. Il est ce qu'on appelle une personnalité scolaire et laborieuse.

    Pinsolle en est à prôner l'interdiction des caisses automatiques dans les super-marchés pour favoriser l'emploi, comme les luddites. Tu parles, Charles, d'un visionnaire... Une couche de protectionnisme et de dévaluation monétaire par dessus et on a un super ticket pour la réussite.

    RépondreSupprimer
  22. Laurent,
    il faut rendre à César ce qui est à César! MLP a pris position contre l'agression militaire unilatérale de la Libye et la destruction de ce pays, contre l'ingérence et le soutien des "gentils terroristes" en Syrie et maintenant contre le coup d'état en Ukraine; positions pro-russe et très anti impérialiste même si au passage elle oublie Israël...Bref une vision des relations internationales très gaullienne! J'aurai aimé entendre les mêmes positions radicales de mes compagnons gaullistes...Bon, ceci dit, comment faire confiance à un parti qui change tous les 5 ans radicalement de position tant sur le plan économique, social que républicain? le FN n'est pas fiable, parti opportuniste qui roule pour les intérêts de la famille Le Pen. Ce parti est un leurre, parti du systéme qui se rangera toujours du côté du capital, mais il draine de nombreux électeurs issus des classes populaires et moyennes, incarnant le vote contestataire, faute d'alternative...La "percée" du FN à l'élection européenne attendue n'est cependant pas significative grâce notamment à l'abstention. Un erreur politique pour les patriotes qui en participant à cette élection "contre nature" n'ont pas pu se distinguer du FN et se trouvent ainsi au mieux "marginalisés". La résistance doit s'organiser, le CNR RUE a lancé son appel-pétition le 18 juin 2014 pour pour la reconstruction sociale et républicaine de la France, pour élaborer un programme fédérateur qui prolonge au présent l’œuvre humaniste et progressiste du Conseil National de la Résistance,pour que renaissent les Jours heureux!
    cdlt

    RépondreSupprimer
  23. @ Moi

    Il n’y a pas plus de convergence que dans les années 60, où l’extrême-droite préférait Mitterrand face au Général au second tour des élections de 1965… Le FN n’est pas diabolisé. Il suffit juste d’évoquer les dérapages de ses dirigeants. Vous avez les exemples dans les papiers.

    @ Anonyme

    Je vous renvoie aux sites de ces deux partis. Dire qu’ils ne proposent que ces 2 mesures est totalement ridicule et montre que vous ne vous êtes pas renseignés.

    @ Cliquet

    J’ai dévoré une montagne de livres du et sur le Général et je ne vois pas de proximité de philosophie, même si quelques mesures sont proches. Mais ce n’est pas suffisant. MLP est sur un axe de pensée différent (cf mon papier sur les ordo-souverainistes).

    @ Démos

    Assez juste

    @ Anonyme

    Ce n’est pas la même vision, cf mon papier

    @ Joe

    Pas faux.

    @ Jard

    Le FN est depuis 30 ans garantie qui permet au PS et à l’UMP de détruire notre modèle…

    @ Patrice

    Merci

    @ Guillaume

    Merci. Je ne suis pas d’accord avec IAM en revanche. Le PS et l’UMP sont tellement désespérants que cela nourrit le vote FN.

    @ Anonyme 20:19

    Je vous signale que je ne réclame pas un monopole sur la nation (papier sur les ordosouverainisme), au contraire des frontistes qui refusent toute opposition entre les souverainistes…

    @ Olivier

    Son problème, c’est de ne pas parvenir à unir les classes populaires et moyennes comme l’a fait Chavez. Pas besoin des élites dans un sens…

    @ Anonyme 21:06

    Mesure temporaire tant qu’il y a du chômage

    RépondreSupprimer
  24. @ Laurent Pinsolle.

    Je suis à moitié d'accord avec IAM. Le PS et l'UMP nourrissent le vote FN, nous sommes bien d'accord. Je l'avais mentionné dans un de mes commentaires l'autre jour mais pas aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  25. "Je vous renvoie aux sites de ces deux partis. Dire qu’ils ne proposent que ces 2 mesures est totalement ridicule et montre que vous ne vous êtes pas renseignés."

    Le problème c'est que l'électorat ne retient que ces deux 2 mesures, c'est ça qui compte. Ceci étant dit, ces 2 mesures sont déjà disqualifiées dans le monde actuel. Vous êtes une telle tête d'enclume que ça ne vous passe même pas à l'esprit que ces mesures sont des illusions complètes. Vous êtes borné et vous prendrez la réalité durement dans le pif. NDA va disparaitre et tous vos efforts vains avec, soyez sport, acceptez la défaite et la désillusion complète. DLR est cramé avant d'avoir existé, c'est un épiphénomène qui n'aura que marginalement influé sur la politique en apportant des voix au FN. Il vous faudra des années, mais vous en arriverez à cette conclusion que vous n'avez que perdu du temps chez DLR.

    RépondreSupprimer
  26. Le succès du FN n'est qu'un épiphénomène. Si le chômage et l'injustice sociale diminuaient, son score diminuerait. S'attaquer au FN ne sert que la politique économique néolibérale qui crée ces fléaux. C'est au PS et à l'UMP qu'il faut s'en prendre puisque ce sont eux qui imposent cette politique. Il faut enfin se concentrer sur les causes elles-mêmes, et les effets néfastes disparaîtront d'eux-mêmes.
    Mélenchon a trahi les Français et la justice sociale quand il a fait sa campagne des législatives contre le FN alors que le danger immédiat venait de la gauche libérale. Sans cette trahison, le FN n'aurait jamais fait un tel score aux européennes.
    Ainsi ne faites pas comme lui, je vous en prie.

    RépondreSupprimer
  27. Guadet

    Le FN n'est pas un épiphénomène contrairement à DLR qui ne représente que ses propres lubies. Ni le FN, ni DLR n'apportent aucune analyse valable du contexte économique, ils n'y comprennent rien et n'apportent que du désordre au désordre, comme tous les cancres de la pensée. Ce n'est pas en ajoutant la bêtise de DLR ou du FN à la bêtise des autres partis que la situation s'améliorera.

    RépondreSupprimer
  28. "Ce n'est qu'en 2017..."
    Non, nous verrons dès 2015 que le FN n'est qu'une coquille vide incapable de présenter des candidats crédibles pour les élections territoriales. On peut voter FN pour exprimer un ras-le-bol pour des élections qui ne "servent à rien" comme les européennes, mais jamais la France n'a élu de président d'un parti qui ne soit pas déjà bien ancré sur le terrain.

    Cette remarque vaut aussi pour les souverainistes républicains : pour être présent en 2017, il faudrait déjà se rassembler pour 2015.

    RépondreSupprimer
  29. @ Laurent Pinsolle,
    Vous dites « Il n’y a pas plus de convergence que dans les années 60, où l’extrême-droite préférait Mitterrand face au Général au second tour des élections de 1965… ». Au contraire, je pense qu’il y a aujourd’hui beaucoup plus de convergences. C’était une autre époque, la question nationale ne se posait pas dans les mêmes termes : la guerre d’Algérie était encore toute proche. Depuis, il y a eu la mondialisation, l’intégration européenne, l’euro… Tixier Vignancourt n’était pas Marine Le Pen et le Mitterrand de l’époque n’était pas François Hollande...

    RépondreSupprimer
  30. Démos, merci pour le raisonnement imparable : çà me plait .... TANT pis pour les ? et les !, c'est le fond qui compte !

    RépondreSupprimer
  31. "la haine des autres s'incarne dans la préférence nationale" Alors les américains, les canadiens et les australiens sont des salauds de xénophobes puisque elle est en vigueur chez eux (des quotas de travailleurs immigrés par métier ou secteur d'activité, c'est une préférence nationale qui ne dit pas son nom) En plus cela me choque qu'un blogueur qui se dit de droite ne parle pas des casseroles de la gauche et de l'extrème gauche, au moins aussi nombreuses que celle du FN (les journaux libération et le monde qui ont publié des tribunes et des pétitions pour la légalisation de la pédophilie,les ignobles paroles de cohn-bendit sur ce meme sujet-qui valent bien celles de JMLP, l'extrème gauche qui a soutenu et parfois soutient toujours des bouchers tels que staline mao pol pot che guevarra castro trotsky robespierre, les armes et les munitions retrouvés dans un local de la CGT-le ramdam que cela aurait fait si on les avaient retrouvés chez JMLP-) Pour moi qui suis d'origine russe et qui connait (un peu) l'histoire, je peux affirmer que ceux qui ont causé le plus de dégats ne sont pas les fachos mais les cocos (série en cours, pauvres tibétains et nord-coréens) En france, la gauche est si puissante (rappel 80% des journalistes sont de gauche selon une étude de marianne, la gauche tient aussi le milieu éducatif et universitaire sans parler de la justice et du tout puissant SM) qu'elle exerce un véritable terrorisme intellectuel qui n'existe nulle part ailleurs je pense Pareil pour la fameuse "islamophobie" Ce n'est pourtant pas un hasard si la plupart des pays pauvres et totalitaires de la planète sont musulmans Tout comme la plupart des terroristes d'ailleurs (les affaires merah et nemmouche, la syrie et l'irak...) Parce que le dieu des musulman est tout puissant et omniscient-contrairement a celui des chrétiens par ex- l'islam est particulièrement prédisposé a l'intolérance et la violence, meme si beaucoup de musulmans (la majorité dans le second cas) sont tolérants et pacifiques Il n'en demeure pas moins que meme si l'islamisme est la maladie de l'islam (l'islamisme mélange habillement croyances traditionnelles, communisme et fascisme), on ne voit pas la majorité des musulmans se mobiliser massivement pour protester contre les meutres commis au nom d'allah Les musulmans qui ont manifesté-parfois très violemment-contre les caricatures du prophète ou les interventions militaires occidentales sont quand meme étrangement calme devant les désolations que cause ces nouveaux fous de dieu Si la majorité des musulmans sont pacifistes, la majorité des terroristes et des délinquants européens sont musulmans Je refuse d'etre traiter de raciste et d'haineux J'ai quelques amis d'origine maghrébine qui reconnaissent que l'islam est une croyance absurde et rétrograde et que beaucoup trop de musulmans baignent dès l'enfance dans le culte de la violence Sont ils racistes eux aussi ? Ou sont ils des traitres sionistes pour parler comme les frères musulmans ou les salafistes ? De meme que la critique de l'islam ou meme de certaines traditions africaines indéfendables ne sont pas l'apanage des fachos ou des frontistes Beaucoup de libéraux et de libértariens sont très méfiants envers des dogmes tels que le communisme, le socialisme, la religion musulmane ou meme les traditions africaines et aussi indiennes ( le viol conjugal n'est reconnu ni en Inde ni dans la plupart des pays d'afrique et chaque mariage forcé implique nécessairement un ou plusieurs viols conjugaux)

    RépondreSupprimer
  32. Et de nombreux gens de la gauche bien pensante refuse de critiquer l'islam et les coutumes barbares d'afrique et d'asie au nom de leur dogme antiraciste Ils préférent partir en croisade contre zemmour, le FN ou encore les cathos tradis alors que ces derniers ont pourtant beacoup plus de points communs avec eux que les musulmans, africains ou indiens traditionalistes Au moins zemmour marine le pen ou meme les membres de civitas n'ont jamais dit ou sous entendu que le viol conjugal ou familial était naturel ou normal, ou que notre législation doit reconnaitre l'inégalité des sexes, ce qui n'est pas le cas des autres On a parfaitement le droit d'etre contre l'avortement pour la famille traditionnelle papa-maman et etre pour le droit des femmes au travail a l'éducation et surtout au respect et a la protection, les femmes étaient malheureusement dans la plupart des cas plus faibles physiquement que les hommes

    RépondreSupprimer
  33. En plus pour finir, on oublie souvent qu'Hitler et Mussolini étaient des hommes de gauche tout comme la majorité des collabos vichystes Le programme d'hitler qui voulait donner du travail a tout le monde et pour ce faire tout nationaliser, était un programme de gauche meme si de nombreux socialistes et communistes se sont opposés au national-socialisme au nom de leur idéal internationaliste Mais il ne faut pas oublier que durant la majeure partie du 19 ème siècle, c'était la gauche qui était nationaliste tandis que la droite était plutot régionaliste et européiste L'affaire dreyfus et la première guerre mondiale ont poussé de nombreux gauchistes a abandonné le nationalisme Mais l'état-nation et le socialisme ne sont pas des créations de la droite traditionnelle

    RépondreSupprimer
  34. @ Anonyme

    Elles ne sont en aucun cas disqualifiées par la plupart des pays et même des économistes.

    @ Guadet

    Je ne souhaite pas que le FN parvienne au pouvoir et j’explique pourquoi

    @ Gérard

    La prochaine étape nationale, ce sera 2017.

    @ Moi

    Pas d’accord, pour les raisons évoquées dans le papier

    @ Andy

    Quelle bouillie d’arguments…

    RépondreSupprimer
  35. Gilbert Perrin
    À l’instant ·

    UN GRAND BRAVO à la COUR EUROPEENNE des DROITS de l'HOMME ..

    Comme MOI, CRIEZ : OUH...OUH...OUH !! sur les assassins, les complices, la justice française.....qui donne toujours l'avantage à la RACAILLE .....

    RépondreSupprimer
  36. Ton empereur est le pen,et mon dieu est l'anarchie.

    RépondreSupprimer