vendredi 12 janvier 2018

Céline, Charlie, #balancetonporc, censure d’Internet, RT : la liberté d’expression en danger ?



De « l’ouverture » à Orwell

Quelle drôle d’époque nous vivons ! Bien sûr, tout n’est pas lié, mais il faut tout de même reconnaître que les pseudos défenseurs de l’ouverture sont quand même souvent prompts à mettre en place des restrictions à la liberté d’expression. Déjà, les règles du temps de parole des élections présidentielles ont été réformées par les deux précédents présidents avec le même résultat : réduire le temps de parole des petits candidats, c’est-à-dire, généralement, de ceux qui portent une voix différente de celle des grands partis. 2017 restera aussi l’année du sinistre Décodex du Monde, érigé en juge de la véracité des autres sites, ou de l’éviction de Jacques Sapir de son propre blog, qu’il tenait depuis des années.

En un seul mois, le temps s’est malheureusement accéléré. Le lancement de Russia Today a provoqué une réaction hystérique de certains média, appelant carrément à sa censure, démontrant encore une fois que ceux qui se disent ouverts sont parfois les plus fermés. Ensuite, Emmanuel Macron a annoncé des mesures pour censurer les sites qui diffusent les « fausses nouvelles », d’une manière qui inquiète au-delà de nos frontières, comme l’a rapporté Aude Lancelin sur les réseaux sociaux, qui avait également pointé un article sur le fait que Google pénaliserait les sites dits alternatifs. Gallimard a fini par renoncer à publier des pamphlets de Céline. Et comment ne pas s’inquiéter du sort de Charlie, toujours critiqué et menacé à tort, et dont l’existence est menacée par son budget sécurité

La récente polémique sur la tribune de cent femmes dans le Monde « défendant une liberté d’importuner », après les excès de #balancetonporc, prend un relief particulier. D’abord, il faut rappeler ce qu’elles disent: « le viol est un crime (…) à la suite de l’affaire Weinstein a eu lieu une légitime prise de conscience des violences sexuelles exercées sur les femmes (…) elle était nécessaire », tant la critique tend à en gommer cet aspect. Elles ne critiquent que les excès d’un puritanisme qui mène parfois une justice expéditive et peut « servir les intérêts des ennemis de la liberté sexuelle, des extrémistes religieux, des pires réactionnaires ». Un débat courageux et utile dans nos sociétés trop binaires.

Merci à elles d’avoir fait honneur à une certaine idée de la liberté. Les caricatures grossières de leurs critiques me confortent dans l’idée que cette tribune était utile pour rééquilibrer un débat, qui, s’il est absolument nécessaire et utile au progrès de notre société, pour faire reculer les agressions, peut avoir un côté obscur en versant dans cet hygiénisme extrême anglo-saxon qui semble parfois vouloir imposer une signature de contrat avant tout contact entre un homme et une femme. Bien sûr, l’affaire Weinstein a eu des conséquences positives en libérant une parole qui aurait dû être libre, mais parfois, on peut craindre que nous soyons tombés dans des réactions trop extrêmes.


Plus globalement, cette nouvelle séquence est inquiétante car elle semble indiquer une forme de crispation et de raidissement contre la liberté d’expression, qu’illustre le caractère de plus en plus agressif de ceux qui ne sont pas d’accord avec le camp adverse. Je persiste à penser que cette liberté d’expression est un fondement de nos valeurs, de Charlie à des personnes que je reprouve totalement.

4 commentaires:

  1. Ce n'est que de l'intimidation car les lois sont déjà en vigueur mais inapplicables!

    RépondreSupprimer
  2. Je te cite "le caractère de plus en plus agressif de ceux qui ne sont pas d'accord avec le camp d'en face". Il me semble que l'intolérance nous vient de la gauche et du monde de l'argent.

    RépondreSupprimer
  3. De toute façon on n'a jamais pu empêcher les Fakes: Sous l'ancien régime à une époque sans presse courait le bruit à Aubenas qu'on allait taxer les naissances, ;ailleurs que louis xv affamait volontairement le peuple; ensuite le collier de la reine...On pourrait multiplier les exemples dans toutes les époques où un profond malaise minait la société ,je pense que ceux qui nous gouvernent ne sont pas tout à fait ignares, mais qu'ils sont totalement égoïstes dans leurs soucis de préserver leurs sinécures et que leur vrai but n'est pas de stopper les fakes, elles sont inévitable et liées à la crise mais de combattre l'information structurée comme on devrait la trouver dans une presse digne de ce nom et authentique.....Allons les brosses à reluire ont de l'avenir!!!!

    RépondreSupprimer
  4. On a pas réussi à obliger RT à censurer Asselineau et Sapir, donc on essaye de censurer RT.

    Ivan

    RépondreSupprimer