dimanche 27 janvier 2019

Macron ranime la lutte des classes

Il est curieux que ce point ne soit pas davantage noté. Malgré les politiques oligarchiques à l’œuvre depuis plus de 30 ans, la lutte des classes s’était faite plus discrète et son expression restait le plus souvent marginale ou minoritaire. Et si Macron, par la conjugaison et d’un fond et d’une forme toxiques, avait véritablement ranimé cette lutte, de plus en plus volontairement ?


Le réduit des gagnants, où il fait le vide

Depuis le début, Macron est le candidat des classes supérieures. Ses résultats au premier tour le montraient de manière spectaculaire avec des résultats particulièrement forts dans presque tous les beaux quartiers de France. Tout, chez lui, renvoie à cela : son programme, bien sûr, dont la mise en place a consisté à donner beaucoup aux 1% les plus riches, et plus encore son discours. Ils ne cessent de vanter la « start up nation » et ses entrepreneurs et ne cessent de mettre en accusation ses classes populaires, dont une partie n’aurait pas le goût de l’effort… Macron est clairement du côté des gagnants de la globalisation, défendant le fait de leur donner plus, arguant que cela va produire un ruisselement.


Sur certains sujets sociétaux, Macron déborde Les Républicains par la droite, comme il l’avait déjà fait sur l’économie, comme s’il voulait rassembler tous les gagnants de la globalisation, qu’ils viennent de la gauche comme de la droite, dans la volonté d’anéantir LR, alors l’avoir fait pour le PS. Car Macron est bien le rassembleur des classes supérieures venues du centre-gauche et de la droite. Son objectif est sans doute de se retrouver entre Mélenchon et Le Pen, espérant sans doute créer une configuration gagnante à tous les coups. Le coup de barre à droite récent visant à la marginalisation de LR, un objectif qui semble réalisable tant LR est inaudible aujourd’hui face à la politique de Macron.


Car entre temps, il a réveillé la lutte des classes, qui s’exprimait en partie par le vote FN, un vote très social. Aujourd’hui, l’opposition à Macron est un fort marqueur social, où le président n’est pas moins minoritaire que Marine Le Pen en mai 2017 idéologiquement, sa seule chance étant que son opposition reste désunie, diverse et fragmentée. Mais il a rassemblé une grande majorité des classes populaires et moyennes contre sa politique, tout en refusant absolument de changer de cap, nourrissant une opposition dure à son égard. Grâce à lui, les Français se sont rassemblés pour dire ce dont nous ne voulons plus plus, à défaut de s’unir sur un nouveau projet de société, mais c’est une première étape.


Parce qu’il est le président assumé des 1%, qui fait la leçon et agresse tous les autres, « réfractaires et n’ayant pas le sens de l’effort », Macron a entamé une lutte de plus en plus ouverte des élites contre le peuple. Mais ce faisant, il rassemble une nette majorité majorité contre lui. La configuration de l’opposition le protège, pour l’instant, mais cela sera-t-il durable…

24 commentaires:

  1. Excellent billet! La situation analysée en quelques phrases claires. Et l'actualité lui donne une illustration brutale, avec un œil crevé de plus ce samedi 26 janvier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il s'agissait de Jérôme Rodrigues (http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/01/26/01016-20190126ARTFIG00148-un-leader-des-gilets-jaunes-blesse-a-l-oeil-l-igpn-saisie-par-l-interieur.php).

      Laurent a parlé de démocratie abîmée. Voici, très concrètement, comment on abîme les gens, comment on leur casse la mâchoire, arrache la joue, ou crève l'œil, sous prétexte qu'ils manifestent :

      https://reflets.info/articles/le-fabriquant-du-ldb-40-sur-un-volcan

      Pour résumer l'article : Brügger & Thomet, le fabricant suisse du LBD 40, lanceur de balles de défense utilisé massivement dans les manifestations récentes, signale, face à la polémique sur la dangerosité de cette arme, qu'il décline toute responsabilité quant aux blessures entraînées par son produit, dès lors qu'il est utilisé avec des munitions pour lesquelles il n'a pas été conçu. C'est une société française, Alsetex, qui a remporté le contrat pour les balles utilisées par les forces de l'ordre. Ses munitions ne garantissent ni la précision, ni les mêmes effets d'impact que les munitions fournies par ses soins, estime B&T. L'article rappelle que le LBD 40 français est dotée d'un viseur holographique EOTech dont l'association au lanceur garantit de toucher exactement le point visé à 30 m (même sans viseur holographique, la précision est de 10 cm à 50 m).

      « [...] ce système permet d’aborder les agresseurs isolés (p. ex, lanceurs de pierres ou de cocktails Molotov) de façon ciblée et de limiter au maximum les dégâts collatéraux pour des groupes de manifestants pacifiques de toute taille [...] En cas d’utilisation de munitions des autres fabricants, il y a le risque que la précision baisse et le risque de blessures augmente considérablement » (communiqué de B&T : https://www.bt-ag.ch/site/eng/news).

      Toute la communication des autorités repose sur l'idée que les blessures graves résultent d'accidents et que la sécurité des forces de l'ordre ne serait plus assurée en cas d'abandon du LBD 40. Sauf que ce n'est pas le problème : utilisé rationnellement et dans le cadre d'une doctrine d'emploi adéquate (balles correspondent aux spécifications du fabricant du lanceur ; interdiction formelle des tirs à la tête, inexcusables compte-tenu de la précision jusqu'à 50 m), le LBD 40 aurait probablement pu être mis en œuvre sans entraîner les dégâts constatés.

      YPB

      Supprimer
    2. Merci de ces précisions, qui confirment que ces terribles blessures ne sont pas accidentelles mais résultent d'une politique délibérée. Qui s'inscrit bien dans le cadre décrit par L. Herblay.

      Supprimer
    3. Le bilan de ces violences est incroyablement faible, ce qui démontre que la réputation mondiale des forces de l'ordre française est largement méritée.

      Cependant la surmédiatisation (encore eux !) de quelques cas particuliers rend la police terrifiante auprès de certains esprits faibles. Et c'est une très bonne chose. Il y a beaucoup moins de violence le week-end, c'est surement pas un hasard.

      Supprimer
    4. « Le bilan de ces violences est incroyablement faible, ce qui démontre que la réputation mondiale des forces de l'ordre française est largement méritée. »

      Si votre intention était de caricaturer jusqu'au grotesque et à l'odieux les positions des macronistes, afin de mieux les discréditer, c'est plutôt réussi.

      http://www.leparisien.fr/politique/des-gilets-jaunes-infiltrent-les-foulards-rouges-pour-les-ridiculiser-27-01-2019-7998201.php

      YPB

      Supprimer
    5. Merci de rappeler que personne n'a le monopole du mépris.

      Supprimer
    6. "Merci de rappeler que personne n'a le monopole du mépris."

      Vous n'avez pas compris. Les gilets jaunes qui infiltrent les foulards rouges pour les ridiculiser ne sont pas des vrais gilets jaunes. Ce sont en fait des foulards rouges qui se font passer pour des gilets jaunes pour essayer de les discréditer et semer le doute dans l'opinion publique : comment peut-on appeler au droit à manifester sans respecter celui des autres ?

      Les vrais gilets jaunes sont des Bisounours, et Macron veut leur arracher les yeux avec des LBD.

      Supprimer
    7. Merci YPB, intéressant, ça pose question. Deux réserves toutefois :

      La première, c’est qu’il faudrait poursuivre le travail d’investigations avant d’en tirer des conclusions. Cela passerait notamment par une enquête sur les processus de qualification technique des munitions achetées par les autorités françaises. Peut-être qu’ils y ont pensé aux risques évoqués par le fabricant, et qu’ils ont mis au point des modes opératoires pour les objectiver.

      La deuxième, c’est que les avocats et conseils en communication de Brügger & Thomet ont bien bossé. Ils expliquent que "En cas d’utilisation de munitions des autres fabricants, il y a le risque que la précision baisse et le risque de blessures augmente considérablement". Sauf que si l'on s'en tient à l'article 9 de leurs conditions générales de vente, ils déclinent toute responsabilité même en cas d’utilisation de leurs munitions. : « Toute responsabilité de B&T [autre que vice de fabrication] est exclue, en particulier pour les dommages qui résultent directement ou indirectement des objets fournis eux-mêmes, de leur utilisation ou résultant de leurs vices ».

      http://www.bt-ag.ch/assets/uploads/content/AGB_F_02.12.pdf

      Là encore, il faudrait poursuivre les investigations sur la nature exacte de leurs engagements et responsabilités vis-à-vis de leur solution, et aussi de la promesse de compatibilité avec d’autres munitions que leurs commerciaux ont surement dû mettre en avant à un moment ou à un autre, et ne pas se contenter d’un communiqué de presse d’un industriel sous tension.

      Supprimer
    8. Anonyme du 28 janvier 2019 à 18:42

      Je suis entièrement d'accord avec vos remarques. Il est évident que B&T a voulu se couvrir. Mon intervention ne visait pas cependant à faire passer B&T pour des amis du genre humain, mais seulement à rappeler que la mise en cause de l'usage des LBD n'est pas un complot fabriqué de toutes pièces par des gilets jaunes en quête de victimisation. Je ne suis même pas favorable à l'interdiction des LBD, qui peuvent, le cas échéant, être le dernier recours (avant usage des armes à feu) de forces de l'ordre pressées par des agresseurs désireux d'en venir au corps à corps.

      Il se trouve malheureusement qu'il y a eu trop tirs à la tête dans un contexte qui ne ressemblait en rien à celui-là, c'est-à-dire sur des manifestants non agressifs et maintenus à bonne distance. De deux choses l'une : soit les utilisateurs du LBD ne respectent pas les consignes de leur hiérarchie relatives aux conditions d'utilisation de l'arme, soit ils ont reçu, au moins tacitement, l'autorisation d'effectuer des tirs à la tête. Dans les deux cas, il y a problème.

      Supprimer
    9. Je suis évidemment l'auteur du post qui précède. J'ai oublié de le signer.

      YPB

      Supprimer
    10. "Si votre intention était de caricaturer jusqu'au grotesque et à l'odieux les positions des macronistes (...)"

      A ce jour, le nombre tirs de "flasball" est de 9228. Le nombre d'éborgnés est de 14.

      Supprimer
    11. Le nombre d'enquête s'élève à 116. Donc 99 % des tirs n'ont pas généré d'enquête.

      Supprimer
    12. Les éborgnés ne représentent qu'un faible fraction des blessés graves à la tête nécessitant souvent une reconstruction faciale (fractures du nez, de la mâchoire, du palais, des pommettes..), alors que les tirs ne devraient normalement viser que le torse ou les membres. Et pour quel motif ? Nombre de ces tirs ne peuvent être justifiés par une nécessité impérative d'auto-défense, comme de nombreuses vidéos l'ont prouvé. Les LBD ont été utilisées offensivement comme instrument punitif. Je vous souhaite de perdre un œil et qu'on vienne ensuite vous signaler qu'il n'y a pas de quoi en faire un fromage, puisque votre cas n'est pas statistiquement significatif.

      YPB

      Supprimer
    13. Le cinéaste Florent Marcie, blessé au visage (pommette ouverte jusqu'à l'os, fractures orbite/maxillaire) alors qu'il filmait une manifestation, a décidé de ne pas porter plainte. Il n'y aura pas d'enquête. Donc, c'est comme si rien ne s'était passé... Pourtant, la question n'est pas de savoir si les blessés sont nombreux ou pas, mais si ces blessés pouvaient être évités.

      La réponse est évidemment oui, dès lors que l'on s'informe un peu des consignes d'emploi du LBD (https://www.interieur.gouv.fr/content/download/74530/546550/file/boi_20140010_0000_p000.pdf, p. 333-334). De multiples photos et vidéos attestent que, contre les consignes, l'arme n'est pas maintenue canon baissé sous l'horizontale avant que l'ordre de tir soit donné ; que, contre les consignes, les tirs à la tête sont banalisés et pratiqués sans nécessité d'auto-défense ; que, contre les consignes, les blessés sont abandonnés à leur sort même lorsque leur prise en charge serait possible (à Bordeaux, le 12 janvier, on laisse un homme au sol, dans le coma, alors que les manifestants sont éloignés et que le blessé est accessible ; par contre, on songe à ramasser les douilles, histoire d'effacer les preuves...).

      Laurent Thines, professeur de neurochirurgie au CHU de Besançon, après avoir constaté les blessures gravissimes entraînées par l'usage des LBD, a lancé avec d'autres soignants une pétition pour un moratoire sur l'utilisation des armes sublétales. Il faudra lui expliquer que le petit nombre de blessés ne justifie en aucun cas toute cette émotion.


      YPB

      Supprimer
    14. "Il faudra lui expliquer que le petit nombre de blessés ne justifie en aucun cas toute cette émotion."

      L'émotion n'est pas contestable. Ce sont les décisions qu'on prend sous le coup de l'émotion qui le sont.

      Supprimer
    15. "la question n'est pas de savoir si les blessés sont nombreux ou pas"

      Et bien si justement ...

      Supprimer
    16. Et bien non justement, mais je conçois bien que la souffrance des autres vous paraisse très supportable. Qu'est-ce qui vous permet d'affirmer que le nombre de blessés graves (encore une fois, il n'y pas que les éborgnés, loin de là) est parfaitement acceptable, sous prétexte que ces victimes sont statistiquement minoritaires au regard du nombre de tirs ? Quel est le ratio tirs/blessés « supportable » ?

      De fait, le niveau de violence policière est absolument inédit depuis la fin de la guerre d'Algérie et surpasse largement ce que l'on avait pu observer en 1968, en dépit d'une mobilisation populaire très inférieure. Les émeutes de 2007 à Villiers-le-Bel avaient quant à elles provoqué plus d'une centaine de blessés parmi les forces de l'ordre, dont environ 90 par armes à feu.

      J'ai utilisé le terme émotion pour désigner le mouvement de protestation de plusieurs dizaines de milliers de soignants face aux dégâts observables des LBD, mais il est évident qu'il n'entre pas que de l'émotion dans le point de vue exprimé par ces professionnels de santé.

      Vous faites évidemment l'impasse sur la banalisation très largement attestée d'un usage non-réglementaire des LBD. Les décisions qu'on prend sur le coup de l'émotion sont contestables comme vous dites : et la décision banalisée de viser et de tirer à la tête, en dépit de consignes claires et même en l'absence de menace immédiate créée par les manifestants, par quelle rationalité l'expliquez-vous ?

      Soit les policiers et gendarmes ne se contrôlent plus, soit ils font usage de la liberté que leur hiérarchie leur a laissée de réprimer sans frein les manifestations, parce que c'est ce qu'attend le pouvoir politique. Dans les deux cas de figure, il faut mettre fin à cette dérive, autant pour préserver la crédibilité des forces de l'ordre et de l'État que pour éviter l'accumulation de drames humains.

      YPB

      Supprimer
  2. "Merci de ces précisions, qui confirment que ces terribles blessures ne sont pas accidentelles mais résultent d'une politique délibérée. "

    Dix morts depuis le début du mouvement. A une exception près, les personnes tuées l’ont été lors d’accidents de la route. Les gilets jaunes qui bloquent les ronds-points et les péages connaissent le code de la route (taxe sur les carburants oblige). Cela confirme que ces terribles décès ne sont pas accidentels mais résultent d'une politique délibérée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le degré zéro du trollage. Trouvé dans Cadre et Dirigeant Magazine sans doute ?

      Supprimer
  3. "Macron’s Yellow Vest Response Makes Putin Look Soft"


    https://www.bloomberg.com/opinion/articles/2019-01-09/macron-s-gilets-jaunes-response-makes-putin-look-soft

    RépondreSupprimer
  4. La cigale et la fourmi

    Version suisse :

    DEBUT
    La fourmi travaille dur tout l'été dans la canicule.
    Elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l'hiver.
    La cigale pense que la fourmi est stupide, elle rit, danse et joue.
    Une fois l'hiver venu, la fourmi est au chaud et bien nourrie.
    La cigale grelottante de froid n'a ni nourriture ni abri et meurt de froid.
    FIN



    Version française

    DEBUT
    La fourmi travaille dur tout l'été dans la canicule.
    Elle construit sa maison et prépare ses provisions pour l'hiver.
    La cigale pense que la fourmi est stupide, elle rit, danse et joue tout l'été.
    Une fois l'hiver venu, la fourmi est au chaud et bien nourrie.
    La cigale grelottante de froid organise une conférence de presse et demande pourquoi la fourmi a le droit d'être au chaud et bien nourrie tandis que les autres, moins chanceux comme elle, ont froid et faim.
    La télévision organise des émissions en direct qui montrent la cigale grelottante de froid et qui passent des extraits vidéo de la fourmi bien au chaud dans sa maison confortable avec une table pleine de provisions.

    Les Français sont frappés que, dans un pays si riche, on laisse souffrir cette pauvre cigale tandis que d'autres vivent dans l'abondance.
    Les associations contre la pauvreté manifestent devant la maison de la fourmi. Les journalistes organisent des interviews, demandant pourquoi la fourmi est devenue riche sur le dos de la cigale et interpellent le gouvernement pour augmenter les impôts de la fourmi afin qu'elle paie 'sa juste part'.
    La CGT, FO, le Parti Socialiste, Le Parti Communiste, la Ligue Communiste Révolutionnaire organisent des seat-ins et des manifestations devant la maison de la fourmi.
    Les fonctionnaires décident de faire une grève de solidarité de 59 minutes par jour pour une durée illimitée.
    Un philosophe à la mode écrit un livre démontrant les liens de la fourmi avec les tortionnaires d’Auschwitz.
    En réponse aux sondages, le gouvernement rédige une loi sur l'égalité économique et une loi (rétroactive à l'été) d'anti-discrimination.
    Les impôts de la fourmi sont augmentés et la fourmi reçoit aussi une amende pour ne pas avoir embauché la cigale comme aide.
    La maison de la fourmi est préemptée par les autorités car la fourmi n'a pas assez d'argent pour payer son amende et ses impôts.
    La fourmi quitte la France pour s'installer en Suisse où elle contribue à la richesse économique.
    La télévision fait un reportage sur la cigale maintenant engraissée.

    Elle est en train de finir les dernières provisions de la fourmi bien que le printemps soit encore loin.
    Des rassemblements d'artistes et d'écrivains de gauche, se tiennent régulièrement dans la maison de la fourmi.
    Le chanteur Renaud compose la chanson 'Fourmi, barre-toi !'...
    L'ancienne maison de la fourmi, devenue logement social pour la cigale, se détériore car cette dernière n'a rien fait pour l'entretenir.
    Des reproches sont faits au gouvernement pour le manque de moyens.
    Une commission d'enquête est mise en place, ce qui coûtera 10 millions d'euros.
    La cigale meurt d'une overdose.


    Les journaux et la télévision commentent l'échec du gouvernement à redresser sérieusement le problèmedes inégalités sociales.
    La maison est squattée par un gang de cafards immigrés.
    Les cafards organisent un trafic de marijuana et terrorisent la communauté...
    Le gouvernement se félicite de la diversité multiculturelle de la France.
    FIN

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ben voyons. Les riches sont des victimes, les pauvres sont des parasites sociaux qui refusent de travailler, les immigrés sont des cafards organisés en gangs criminels, Auschwitz un épouvantail manipulé par des intellectuels de gauche pour culpabiliser la droite, et la Suisse n'est pas du tout un paradis fiscal enrichi par la désertion de nantis sans patrie ni esprit civique... Il y a des réactionnaires intelligents. Mais ici, il ne reste plus que les platitudes venimeuses que l'idée de justice sociale et fiscale inspire à une bourgeoisie prête à toutes les abjections par intérêt économique.

      Supprimer
  5. Européennes : Volkswagen appelle à voter contre les eurosceptiques.

    Boycott total de Volkswagen.

    Tous les patriotes devraient boycotter Volkswagen.

    https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/0600600478036-europeennes-volkswagen-appelle-a-voter-contre-les-eurosceptiques-2240374.php

    RépondreSupprimer
  6. Julot_Fr
    La destruction de l'opposition n'est pas forcement "naturelle".
    On se rappel que le favori de l'election presidentielle s'est fait sortir 2 mois avant l'election par les media (non presomption d'innocence) et la justice.
    Il a proner la these de la conspiration: des interets financier allant contre lui... ridicule ... !!! non ?
    On a vu Valls perdrent surnaturellement contre Hammont.
    On voit Marine LP et Melanchon se faire harceler par la justice (et par les media aussi)
    Mais quand on sait que les media sont detenus a 90% par 9 milliardaires potes a Macron, les chose deviennet plus claires.
    Quand on voit qu'en Allemagne Angela Merkel a aussi demolli toute opposition politique, on voit que le phenomene est recurrent dans nos democraties europeennes.

    RépondreSupprimer