lundi 1 juillet 2019

Macron achève la convergence PS / LR

Les résultats de l’élection européenne ont été redoutables pour Les Républicains, désormais coincés dans un espace politique extrêmement restreint, entre LREM et le RN. Mais derrière les querelles et tactiques politiciennes, on peut aussi se demander si ne se parachève pas enfin cette convergence bienvenue entre ceux qui ont dirigé notre pays depuis plus de trente ans.


La pensée unique était bien de droite

L’anéantissement politique de LR était prévisible, pour bien des raisons. D’abord, idéologiquement, derrière quelques vraies menues différences, il n’y a plus qu’un papier à feuille de cigarette entre les politiques qui ont été menées par Sarkozy, Hollande et Macron, chaque nouveau président prolongeant la politique de son prédécesseur dans bien des domaines. Le plus effarant est que Hollande lui-même, conseillé par Macron, certes, a débordé la droite par la droite en matière économique, entre baisse massives des taxes sur les entreprises, déconstruction du droit du travail, y compris le dimanche, plaçant de manière incongrue Sarkozy à la gauche socialement du parti prétenduement héritier de Jaurès.

Après avoir fait exploser le PS, il était évident que LR serait la prochaine cible de Macron : son objectif idéal serait d’être seul entre Mélenchon et le Pen pour sécuriser sa ré-élection en 2022. La politique menée depuis deux ans est tellement à droite qu’il ne laisse plus le moindre espace politique à LR, qui a bien du mal à articuler une politique vraiment différente, étant trop souvent réduit à jouer la surenchère économique, sur les déficits, la déconstruction du service public ou les baisses d’impôts. Les manifestations des Gilets Jaunes ont probablement accentué le phénomène en faisant de LREM le parti de l’ordre. C’est ce que les cartes électorales des européennes ont montré clairement.

En 2017, s’il avait su attirer une partie de l’électorat de droite, c’est l’électorat « bobo » des métropoles qui s’était probablement le premier entiché de l’ancien ministre de Hollande. La carte électorale de 2019, éclatante à Paris et en proche banlieue, montre à quel point le macronisme penche à droite. La corrélation entre les revenus et le vote atteint un niveau tel qu’il semble être le premier facteur prédictif du vote Macron, qui domine de manière incontestée dans les quartiers de la bourgeoisie argentée, quand Fillon parvenait encore à devancer le futur président il y a deux ans. Au final, LREM a réussi à aspirer la majeure partie du PS et LR sur un socle idéologiquement très marqué à droite.

Ce faisant, c’est à une formidable clarification de notre paysage politique que nous assistons. Pour avoir dénoncé depuis plus de 25 ans (et le duo Bérégovoy – Balladur) la trop grande proximité des politiques menées par le PS et les ancêtres de LR, je préfère finalement que la pensée unique ne soit plus incarnée principalement que par un parti, probablement une condition nécessaire pour la battre quand sa double incarnation provoquait alternance sans alternative. Mieux, cette clarification s’effectue également sur la ligne politique de cette « pensée unique » : il s’agit d’une politique de droite inégalitaire, oligarchique, mondialiste et autoritaire. Une ligne largement minoritaire, qui peut être battue.


L’achèvement de la convergence PS / LR au sein de LREM est désormais hautement probable. Le PS est en coma politique et LR n’est plus qu’un satellite tiraillé par deux corps politiques plus grands qui les aspire. Mais cet état de fait est probablement souhaitable tant il fait correspondre notre paysage politique à la réalité des clivages. La première étape nécessaire avant un vrai changement ?

8 commentaires:

  1. Je pense que la recomposition politique n'est pas terminée, car avec 22% des voix, LREM n'a pas les moyens à ce niveau-là de conserver durablement le pouvoir. C'est l'éclatement du paysage politique et la diabolisation du RN qui lui permet d'avoir une majorité factice. La clarification n'est pas terminée car le clivage européen continue de diviser ce qui reste des partis traditionnels (PS et LR) mais aussi les autres partis comme LFI. LR va devoir choisir ou se scinder entre ceux qui se sentent plus proches de LREM et ceux qui se sentent plus proches de RN, car sa position actuelle qui consiste à être dans l'opposition sans y être vraiment n'est pas tenable. Idem pour le PS.

    RépondreSupprimer
  2. Julien Aubert se présente pour la présidence des républicains. Il souhaite clarifier la ligne du parti en revenant au gaullisme. Initiative louable mais peu réaliste au vu des militants de ce parti qui ne sont plus gaulliste depuis longtemps.

    RépondreSupprimer
  3. "une politique de droite inégalitaire, oligarchique, mondialiste et autoritaire" c'est très juste, et il est très bienvenu que cette vérité soit de plus en plus claire. Mais ce qui reste obscur pour la majorité des Français, c'est que cette politique de droite n'est pas autonome, mais qu'elle est imposée par l'Union Européenne et l'euro. C'est seulement quand le carcan européen sera évident pour tous que la clarification sera complète.

    RépondreSupprimer
  4. Macron sait que les classes supérieures votent d'abord avec le portefeuille : après avoir séduit la gauche avec le libertarisme sociétal, il ne lui restait plus qu'à séduire avec le libéralisme économique.

    Maintenant, ce qu'il risque c'est qu'un autre parti capte une forme ou une autre de consensus populaire contre lui.
    La LFI implose et ce n'est certainement pas le "big bang" de C. Autain qui arrangera quoi que ce soit, donc c'est le champ de ruines à gauche.
    A droite, reste le RN, toujours pestiféré, mais pour combien de temps ?
    Aux présidentielles, il faudra bien faire un choix, et si on nous ressert le duel Macron - Le Pen, je ne serais pas étonné que nombreux seront ceux qui, cette fois, voudront faire barrage à Macron...

    RépondreSupprimer
  5. Raymond Barre a passé sa vie à donner des leçons de morale aux Français. Raymond Barre était un européiste, vice-président de la Commission Européenne de 1967 à 1973, puis premier ministre de la France. Raymond Barre a toujours fait campagne en disant qu'il était sérieux, intègre, honnête. Aujourd'hui, le Canard Enchaîné révèle que ce professeur de morale avait caché 6,8 millions d'euros en Suisse. Les hommes politiques français sont les plus pourris d'Europe. Mais ça, on le savait déjà. Quand un européiste vous donnera une leçon de morale, fusillez-le.

    Raymond Barre aurait caché près de 7 millions d'euros en Suisse.

    https://www.rtl.fr/actu/politique/raymond-barre-aurait-cache-pres-de-7-millions-d-euros-en-suisse-7797970586

    RépondreSupprimer
  6. Il n'y a que 2 choix en politique, soit voter pour les ultra riches soit voter pour le peuple. Gauche et droite etaient pilotes par les ultra riche, les parasites (banquier macons), aides par les collabobos (employes de multinationales) et les rentiers d'etat. Il n'y a a l'heure actuelle pas de parti pour le peuple, celui-ci serait gauliste, regroupant les forces productives: les ouvriers et pmi/pme comme c'est le cas actuellement en Italie. Phillippot semble ce incarner ce qui s'en rapproche le plus

    RépondreSupprimer
  7. En visant les municipales et en faisant de la "croissance externe" en phagocytant à la fois LR et le PS (il y a même un plan d'action spécial PS) LREM vise les sénatoriales. Et les deux chambres en godillots à la botte, on a pas fini de pleurer sur les lois liberticides ou régressives sociales qui vont être pondues. Agrémenté de vente à la découpe de la richesse française. J'ai envie de vomir. LREM La République Est Morte.

    RépondreSupprimer