samedi 28 février 2015

Et si le FN faisait à l’UMP ce que Syriza a fait au PASOK ?




La terre tremble à droite

Le premier facteur évident de ce scénario vient du fait que la contestation des partis dits de gouvernement s’incarne en France plus par l’extrême droite que la gauche radicale. Et s’il est vrai que le FN a recruté les classes populaires, en France, elles n’étaient pas l’apanage exclusif de ce qu’on appelle la gauche. On a longtemps souligné que le parti lepéniste a commencé à recruter dans les classes populaires jadis attirées par le gaullisme, quand les dirigeants de ce parti ont trahi nombre d’idéaux, et notamment la souveraineté nationale. Et les scores aux élections présidentielles de 2007 et de 2012 montrent une forte porosité entre l’UMP et le FN, notamment dans l’Est, qui penche à droite.

Le FN ne pourrait-il pas faire à l’UMP ce que Syriza a fait au PASOK et Podemos pourrait faire au PSOE ? Ne faut-il pas voir dans la revendication d’un discours plus à droite, plus musclé de la part d’une partie de l’UMP une convergence vers un discours plus identitaire et sécuritaire, qui la rapproche du FN ? Bien sûr, la crise explique sans doute en partie la progression actuelle du FN, mais il est tout de même frappant de noter que le virage droitier de Nicolas Sarkozy en 2012 n’a en aucun cas freiné la progression du Front National, mais semble au contraire avoir donné à l’extrême-droite une rampe de lancement efficace pour l’amener à de nouveaux sommets, tout en rapprochant les électorats.

Les barrages tombent

Les innombrables limites de Nicolas Sarkozy, entre l’arbitrage scandaleux en faveur de Bernard Tapie et ses conférences payées à prix d’or par des banquiers ou des émirs, est une aubaine pour ses opposants, PS comme FN. En outre, il faut noter que depuis 2012, il semble que le parti lepéniste tempère ses accents parfois gauchistes de la campagne présidentielle, comme on a pu récemment le voir au sujet de la Grèce. Car l’UMP bénéficiait d’une double protection de son électorat : l’Europe et l’économie, puisque sur les questions d’identité et de sécurité, le rapprochement s’opère. Mais la différenciation sur l’Europe n’est pas forcément positive étant donnée son impopularité actuelle.

On peut se demander si l’effacement des accents progressistes de la campagne présidentielle ne vise pas à effacer les lignes de démarcations avec l’UMP pour mieux vampiriser un électorat, qui, s’il est très hostile au PS, mesure les limites de son chef, qui préfère donner des conférences plutôt que gérer les consignes de vote dans le Doubs. Plus grande proximité avec l’UMP, préférence nette pour affronter le PS au second tour en 2017, tout pousse aujourd’hui le FN à viser le parti de l’ancien président. Et on peut se demander si les discrets mais réels ajustements dans son discours ne pourraient pas mettre l’UMP dans une position très inconfortable, surtout si la conjoncture s’améliore un peu.

Tout ceci ne retire rien à ce que je pense du FN. Mais la convergence du PS et de l’UMP ne met-elle pas le second plus en danger que le premier quand l’opposition au système est d’abord incarnée par le FN ? D’autant plus les carences de Hollande ne sont pas plus grandes que celles de Sarkozy… 

36 commentaires:

  1. Le maillon faible de la classe politique me semble l'UMP dans la mesure où le gouvernement Valls-Hollande fait la politique qu'eux-mêmes feraient s'ils étaient au pouvoir. De plus Sarkozy a gouverné et a donc perdu toute crédibilité pour s'opposer au FN, aime trop l'argent pour comprendre les Français, et puis la guerre des chefs au sein de l'UMP les affaiblit puisque le challenger Juppé est sur la même ligne que le PS.
    Dans ces conditions le FN progresse comme l'élection partielle dans le Doubs l'a démontré puisqu'il semble être le seul vrai opposant au pouvoir. Si la donne ne change pas d'ici 2017 il est possible que Marine Le Pen ne soit l'opposante à François Hollande lors du second tour de la présidentielle. Il faut espérer que le gouvernement grec soit obligé de quitter la zone euro en bon ordre pour favoriser en Espagne et en Italie les mouvements identiques si vous voulez priver le FN d'un argument fort. Cependant il faudrait faire "turbuler" le système oligarchique en France et seul, que cela nous plaise ou non, le FN version MLP est en mesure de le faire. Etant donné votre hostilité envers le FN vous serez un agent du statu-quo politique.

    RépondreSupprimer
  2. La responsabilité du vote FN n’est-elle pas à chercher dans le discours de ces miroirs aux alouettes qui ne sont pas FN et veulent les combattre alors qu’ils font miroiter les mêmes leurres qu’eux, pour attirer un électorat qui, à juste raison, à quelques raisons d’être pris pour des pigeons par les partis de gouvernement : ce qui ne fera pas du FN un parti de gouvernement mieux que les autres.

    Nous vivons aujourd’hui un étrange ballet où les stratégies électorales dominent au dépend des idées politiques qui ne seraient pas des leurres.

    Aucun parti n’a encore compris que l’essentiel dans une nation est de vivre de ses moyens et ne pas demander à ses voisins de produire pour lui en le payant par l’emprunt. C’est un programme simple à expliquer et mettre en place : oui ! et pourquoi ne pas le faire ?

    Sauf à ne pas être d’accord sur cet essentiel et de nous apporter des arguments contre : Dites-nous pourquoi vous ne défendrez pas cet essentiel et ainsi être plus efficace que vous l’êtes contre le FN au lieu de pousser l’électorat vers eux par votre discourt concordant a leurs leurres?

    Unci TOÏ-YEN

    RépondreSupprimer
  3. Prétendre que le Doubs est historiquement orienté à droite parce que à l'est de la France, c'est grotesque. Herblay vient de Mars, il traite de sujets avec des données fausses.

    RépondreSupprimer
  4. Le FN s'exprime en toute liberté :

    http://www.a-jv.fr/candidats-fn-aux-departementales-le-musee-des-horreurs/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour. Vous n'aimez pas le FN. C'est votre droit. Je n'y adhére pas mais je vais néanmoins voter pour son candidat. C'est un choix qui résulte d'un bilan. Vous citez des propos regrettables, mais qui n'ont pas été (à ma connaissance) suivis d'effets.
      Depuis 30 ans, nos dirigeants de partis politiques nous tiennent des propos lénifiants et pleins de bons sentiments, mais le résultat de leur action est de nous précipiter vers "le meilleur des Mondes"
      Je préfère le chien qui aboie mais ne mord pas à celui qui n'aboie pas mais va nous tuer en silence.

      Supprimer
    2. C'est l'histoire de la grenouille dans l'eau froide. C'est ça ? J'ai bon ?

      DemOs

      Supprimer
  5. Fondamentalement oui. L'UMP est le parti des classes moyennes de l'espace jacobin. Ce sont les régions à la fois les plus secouées par la politique actuelle et les plus capables de s'opposer aux élites. Elles aiment les pouvoirs autoritaires, donc le FN devrait s'y développer en priorité.
    jard

    RépondreSupprimer
  6. "Ce sont les régions à la fois les plus secouées par la politique actuelle et les plus capables de s'opposer aux élites."

    N'importe quoi, Besançon est de tradition socialiste syndicale ouvrière. LIP était un laboratoire d'autogestion. C'est juste hallucinant de voir à quel point certains souverainistes sont complètement ignares de l'histoire des différentes régions de France.

    Quand on se prétend souverainiste, le minimum syndical serait d'arrêter de raconter n'importe.

    RépondreSupprimer
  7. J'ai choisi la mauvaise phrase, c'est celle là qui est d'une stupidité incroyable :

    " Elles aiment les pouvoirs autoritaires, donc le FN devrait s'y développer en priorité."

    RépondreSupprimer
  8. La grosse différence de la France avec l'Italie, la Grèce, le Portugal et l'Espagne, c'est qu'elle n'a pas eu de régime d'extrême droite comme en ont connus ces pays du sud dont les habitants sont convaincus que l'extrême n'est pas une solution. Un certain nombre de français s’illusionnent en pensant que le FN est une solution.

    Le Pen au pouvoir, ils finiront par regretter Sarko et Hollande, et beaucoup émigreront comme ça a toujours été le cas avec les régimes d'extrême droite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La grosse différence de la France avec l'Italie...".
      J'ai peut-être loupé un truc, mais la dernière dictature en France (Pétain) s'est terminée pratiquement en même temps que la dernière dictature en Italie (Mussolini). Même si sa longévité aura été bien plus courte ; mais elle a existé !

      Supprimer
    2. @CanluCat,
      vous faites une bêtise, en comparant le régime de Vichy avec le fascisme de Mussolini: Pétain ne serait jamais arrivé au pouvoir sans les Nazis, alors que Mussolini en Italie régnait depuis 26!
      Donc, comparaison n'est pas raison: la France existe comme état depuis 496, alors que l'Italie depuis 1859! C'est peut-être ce qui fait la grande différence entre les états "Club Med", et notre pays. Nous avons encore de la marge, avant de nous écrouler comme en 1940...

      CVT

      Supprimer
    3. Les Etats "Club Med", c'est juste risible. Qu'est-ce que la France ? Un Etat de GO ? Je trouve franchement ce mépris envers les autres, qu'ils soient Italiens, Zambiens ou Cambodgiens insupportable. Quant à l'ancienneté de l'Histoire de la France - avec un grand H - je ne suis sûr, mon cher ami (comme disent les gens qui font profession de culture), je ne vois pas ce que cela change, ni changera dans notre dégringolade politique, intellectuelle, sociale et économique. Ce qui sauvera notre pays du gouffre, c'est la volonté de ses citoyens.

      DemOs

      Supprimer
    4. Il faut rappeler que contrairement à ce que prétendent les penseurs de gauche...Mussolini comme Hitler se revendiquaient de gauche et on pris une multitude de mesures de gauche qu'il serait trop long d'énumérer ici...
      les autre tyrans européens furent TOUS communistes...seul Franco fut ouvertement de droite et a en conséquence refusé de soutenir Adolf...(et Salazar qu'il ne faut pas oublier, mais on importance internationale est minime)
      Les penseurs classent Hitler à droite parce qu'il était nationaliste et que la gauche était internationaliste, permettez moi de douter de la pertinence du critère...
      De plus le problème que posa l'Allemagne de 1940, n'était pas son nationalisme, qui était circonscrit à la sphère allemande, mais son impérialisme qui avait pour but de soumettre le monde, opération qu'a parfaitement réussie Angela sans sortir une seule arme...
      Enfin, parler de la dictature de Pétain, alors qu'il n'était qu'une marionnette entre les mains d'un gouvernement collabo, dont de nombreux membres étaient issus de la gauche française (et oui) me semble assez excessif et de nature selon la permanente auto-flagellation française, à exonérer les envahisseurs de toute responsabilité, puisqu'il y avait une gouvernement en France...
      vous auriez préféré un gauleiter SS...Comme en Pologne?

      Supprimer
  9. @LH,

    Si vous avez cette définition consensuellement admise de l'extrême droite je suis preneur.

    RépondreSupprimer
  10. Il suffit de lire les déclarations publiques de candidats FN pour constater de quoi est constitué le FN :

    https://twitter.com/search?q=clamer%20chantal&src=tyah

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous voulez dire que le propos ponctuel d'un individu remplace les prises de position d'instances dirigeantes, ou encore la philosophie et les principes affirmés par les éléments concrets inscrits au sein du programme d'un parti ? Et ce quand bien même les propos indiqués sont contraires aux valeurs ainsi affirmés par ces instances et ce programme ?

      Qu'en est-il si l'on applique cela aux autres partis ? Une parole, une condamnation d'un individu, et on invalide un parti ?

      Faut-il par ailleurs contrôler, vérifier, surveiller, et comment, toutes les idées naviguant dans les têtes, toutes les paroles, 24h/24h, du moindre adhérent à un parti ? Ce serait-là un régime de liberté ?

      Supprimer
    2. Allez télécharge rles 106 pages du programme du FN , le vrai pas celui d'un candidat local aux cantonales, et vous comprendrez que ce que racontent les média set els politiciens qui craignent pour leur salaire , va totalement faux à nettement manipulé...
      Je fréquente ces gens et j'ai pu constater que j'y ai trouvé plus d'officiers supérieurs, voire généraux, de médecins, d'avocats, de hauts fontionnaires...que d'anciens du PC, comme voudrait nous le faire croire la presse bien pensante

      Supprimer
  11. Anonyme28 février 2015 19:49

    C'est récurrent au FN, la liste est longue et il ne s'agit pas de simples militants mais de candidats à des élections. Ceci n'existe pas dans les autres partis. La direction du FN tient un double discours et ses candidats qui tiennent ces lui permettent de récupérer de voix quand bien même les dirigeants du FN feignent l'indignation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Anonyme28 février 2015 20:45

      Vous ne répondez pas aux questions opposées. C'est un choix, je le respect. Il n'y a d'obligation pour personne.

      Vous avez des éléments concrets, chiffrés, avec des pourcentages comparatifs à proposer ? Et sur le double discours, de quoi s'agit-il précisément, quel élément concret ?

      Supprimer
  12. CanluCat28 février 2015 19:52

    Pétain est venu au pouvoir en faisant allégeance au régime nazi qui avait envahi la France, pas grand chose à voir avec Mussolini ou Franco, même si ce dernier a bénéficié de l'aide militaire nazi, il n'était pas sous tutelle allemande, au point qu'il ne s'est pas engagé dans 2WW.

    RépondreSupprimer
  13. Puisqu'il faut se répéter encore une fois, confrontons les idées, les principes et surtout les réalisations des uns et des autres, quand ils ont été au pouvoir, plutôt que de réduire la politique à un combat de boxe ou une course de chevaux ! Par ailleurs, il est très facile aujourd'hui de mesurer la sincérité ou la duplicité des politiciens. Comme le dit Patrick Rambaud dans un entretien à l'Obs, "ceux qui ont le pouvoir sont plus ou moins tocards, mais il n’y en a aucun de bon."

    DemOs

    RépondreSupprimer
  14. Anonyme28 février 2015 20:55

    Je réponds aux questions, mais vous n'entendez pas. Allez vous faire soigner votre surdité.

    RépondreSupprimer
  15. Concernant le soutien du FN au régime de Poutine, voilà ce qu'il en est de Poutine :

    https://www.youtube.com/watch?v=vfFhnqw0sE8#t=28

    RépondreSupprimer
  16. Le racisme des pays protestants va monter de plus en plus. Il va devenir difficile, même pour la gauche, d'être européiste et antiraciste. Cela permettra à l'UMP de défendre une position européiste et islamophobe.
    L'UMP est déjà un parti de vieux et doit mourir naturellement. Les deux grands camps politique à venir seront les islamophobes pro-allemands et les islamophobes pro-français et la gauche devrait persister dans son arrimage à l'Allemagne et collaborer avec elle jusqu'au bout.
    jard

    RépondreSupprimer
  17. L'analyse du nouvel organigramme du FN fait apparaitre la domination des hommes et idées "gaullo-chevènementistes" de Florian Philippot.

    RépondreSupprimer
  18. @ Anonyme

    Bien d’accord. Je crois que Sarkozy est en fait le maillon faible de l’UMP

    @ Un Citoyen

    Je crois que le principal atout du FN, c’est l’échec de tous les gouvernements depuis des décennies. Il est normal que ceux qui souffrent le plus de cet échec votent pour une alternative.

    Et si je suis d’accord sur le fait qu’il ne faut pas dépenser n’importe comment, ce que vous pointez n’est pas le principal problème de notre pays, comme le montre d’ailleurs en partie le faible taux auquel nous empruntons. Le problème, c’est d’abord une globalisation qui pousse au moins-disant et est donc destructrice pour des pays comme le nôtre.

    Sur le FN, je pense que j’apporte largement ma contribution au combat contre ce parti, y compris lors des élections, quand il y a un choix à faire entre eux et d’autres (ce que j’ai fait concernant le Doubs). Je souligne les mensonges de leur programme (immigration entre autres), les points de désaccords (avortement, immigration encore, xénophobie…) et leur extrémisme.

    @ Cliquet

    Depuis 30 ans, le FN est fort et rien ne change. N’y-a-t-il pas un lien partiel de cause à effet ?

    @ Jard

    Pas faux

    @ Anonyme

    Je ne pense pas que le FN arrivera au pouvoir

    Toujours l’histoire de la définition… Je vous renvoie à mes papiers sur le sujet. Je l’ai déjà traité de nombreuses fois. Il est quand même significatif que ce parti choisisse des candidats qui dérapent, d’autant plus qu’une bonne partie de ses dirigeants le font aussi, jusqu’au président d’honneur, ancien président, père de la présidente…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @LH,

      Je n'ai pas noté que ces candidats ont été choisis parce qu'il ont dérapé. Sauf erreur de ma part, ce parti a pris des mesures. Combien sont-ils sur la totalité des candidats présentés ?

      Il semble que certains propos ont été retracés en 2010. Pas banal comme démarche non ? Les partis vérifient tous les écrits, et sur combien d'années d'ailleurs, des candidats qui se présentent ? Il en a été dites des choses dans les années 70 à gauche et plus à gauche encore.

      Une parole échappée en 2001, et c'est fini, ce jusqu'à la fin des temps ? La matière pénale, sur des actes par exemple, ne prévoit-elle pas la possibilité de la réhabilitation ?

      Sauf erreur de ma part là encore, je n'ai pas trouvé de définition de la notion d'extrême-droite dans vos papiers. A mon sens une définition ne saurait résulter d'une accumulation de faits relevés à l'encontre d'individus et ce au surplus quand ils concernent des faits antiques de plus de 20 ans s'agissant d'un parti. MLP prend la tête de ce parti en 2011.

      J'entends par définition une opération mentale qui consiste à déterminer les limites et le contenu d'un concept (TLFi).

      Je me rappelle Socrate disant à Ménon :

      "Essaie donc de me dire quelle est cette chose que l'on appelle figure. Si étant ainsi interrogé par quelqu'un, soit touchant la figure, soit touchant la couleur, tu lui disais : Mon cher, je ne comprends pas ce que tu me demandes, et je ne sais de quoi tu me veux parler, probablement il en serait surpris, et répliquerait : Tu ne conçois pas que je cherche ce qui est commun à toutes ces figures et ces couleurs? Quoi! Menon, n'aurais-tu rien à répondre, au cas qu'on te demandât ce que l'espace rond, le droit, et les autres figures, ont de commun ? Tâche de le dire, afin que cela te tienne lieu d'exercice pour ta réponse sur la vertu."

      "Que, bien loin de m'expliquer ce que c'est que la vertu prise en général, comme je t'en ai prié, tu me dis que toute action est la vertu, pourvu qu'elle se fasse avec une partie de la vertu ; comme si tu m'avais déjà expliqué ce que c'est que la vertu en général, et que je dusse la reconnaître, lors même que tu l'auras ainsi divisée en petits morceaux. Il faut donc, à ce qu'il me paraît, que je te demande de nouveau, mon cher Menon, ce que c'est que la vertu, et s'il est vrai que la vertu soit toute action faite avec une partie de la vertu; car c'est dire cela, que de dire de toute action faite avec justice, que c'est la vertu. Ne juges-tu pas qu'il est besoin de revenir à la même question, et penses-tu que, ne connaissant pas la vertu elle-même, on puisse connaître ce que c'est qu'une partie de la vertu ?"

      Supprimer
  19. Logiquement le FN pourrait faire à l'UMP ce que ce que Syriza a fait au PASOK. Et l'arbitre qui en décidera sera forcément le PS, donc c'est mal parti.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  20. réaliser vos travaux ! Contactez notre plombier paris 1, plombier paris 2 ou plombier paris 3. Il réalise les meilleures interventions aux meilleurs tarifs pour tous vos dépannages et réparations de fuite d’eau.

    RépondreSupprimer
  21. personnellement je pense que le FN pourrait faire à l'UMP ce que ce que Syriza a fait au PASOK. Et l'arbitre qui en décidera sera forcément le PS, donc c'est mal parti!!

    RépondreSupprimer
  22. Fondamentalement oui. L'UMP est le parti des classes moyennes de l'espace jacobin. Ce sont les régions à la fois les plus secouées par la politique actuelle et les plus capables de s'opposer aux élites. Elles aiment les pouvoirs autoritaires, donc le FN devrait s'y développer en priorité.

    RépondreSupprimer