samedi 16 avril 2016

Derrière Nuit Debout, le retour de la question sociale

Si je suis souvent d’accord avec l’œil de Brutus, et je le remercie de me donner l’occasion de parler de Nuit Debout, en revanche, je ne suis pas du tout d’accord avec le billet qu’il m’a proposé « De la ‘manif pour tous’ à ‘nuit debout’ : un même combat ». Au contraire, dans une époque plus portée aux débats identitaires ou sécuritaires, j’y vois un retour bienvenu au débat sur la question sociale.



Debout face au capitalisme actionnarial

C’est un mouvement bien sympathique, d’autant plus qu’il est le produit de la mobilisation contre la loi dite travail, qui consacre une nouvelle fois l’avancée des actionnaires et des dirigeants des grandes entreprises dans l’agenda économique de notre pays. Après avoir obtenu d’un gouvernement dit de gauche environ 50 milliards de baisse du prix du travail, le gouvernement a orchestré un savant éparpillement du droit du travail par le biais d’accords individuels primant sur un cadre global. Heureusement, la mobilisation commence à faire un peu reculer la majorité, encore qu’il ne faille pas surestimer ses reculs. De cette mobilisation est née Nuit Debout, un mouvement inspiré des luttes des Indignés en Espagne, une occupation citoyenne de la rue pour débattre, mais aussi essayer de changer le monde.

J’espère pouvoir rapidement faire un tour place de la République pour aller rencontrer les participants de cette belle aventure. Alors que notre vie politique manque cruellement de renouvellement, voici le signe que les citoyens veulent faire bouger les choses. Et il me semble qu’ici, ce sont bien les sujets économiques ou sociaux qui motivent cette mobilisation, cette révolte contre le démantèlement de notre modèle social pour faire plaisir aux marchés et aux actionnaires, dans une course sans fin et mortifère à la compétitivité, une manière politiquement correct de nommer la régression sociale, la capitulation de notre collectivité face aux petits mais riches intérêts d’actionnaires qui poussent toujours plus loin leur agenda face à des dirigeants incapables de façonner une autre manière de faire.

Ainsi, je ne vois pas en quoi il y aurait le moindre lien entre Nuit Debout et La manif pour tous, comme le soutient l’œil de Brutus. J’ai même plutôt l’impression que ceux qui campent place de la République seraient majoritairement favorables au mariage pour tous. Les questions ne sont pas les mêmes, Nuit Debout me semblant être avant tout un mouvement social, quand La manif pour tous est identitaire. Et l’évocation d’une loi naturelle pose problème car, après tout, n’y-a-t-il pas un caractère naturel à la loi ultralibérale du plus fort ? La loi de la nature ne doit pas toujours être la loi de l’homme et je persiste à penser que le mariage pour tous est un progrès, non libertaire, car il donne aussi des devoirs, mais bien républicain et égalitaire, un plein accueil des couples homosexuels dans la communauté nationale.

Merci aux gardiens de la place de la République, qui entretiennent une bien belle flamme démocratique et de contestation de l’effarante ligne suivie par nos dirigeants depuis des décennies. Dans une France un peu perdue qui cède de plus en plus aux sirènes ultralibérales, vous êtes une petite lumière qui réchauffe le cœur et entretient l’espoir de tous ceux qui croit à un autre monde. 

37 commentaires:

  1. "je persiste à penser que le mariage pour tous est un progrès"

    Vous ne pensez pas, vous récitez vos éléments de langage pseudo-progressistes. Le mariage caligulaire n'est pas un progrès, mais une mesure démagogique visant à faire passer une déviance pour normale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne faites donc pas passer votre homophobie pour une analyse... en parlant "d'élément de langage pseudo-progressiste".

      Et cette rhétorique qui consiste à toujours faire passer les mesures avec lesquelles on n'est pas d'accord pour "démagogique".

      Les concepts intellectuels ne servent plus la réflexion, ils deviennent des éléments de langage pour donner une consistance à de la simple rancoeur totalitaire.

      Supprimer
  2. "mesure démagogique visant à faire passer une déviance pour normale."

    Les pratiques homo chez les animaux sont fréquentes aussi, c'est une déviance ? Votre bêtise, c'est une déviance ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. la question du mariage n'est pas une affaire de couple (il y a le PACS qui est très bien pour cela) mais une affaire de famille, en fait d'enfants. Vous me répondrez qu'il y a bien des couples hétéros qui adoptent, mais c'est là faire une inversion des causes et des droits. L'adoption n'est pas un dispositif fait pour faire plaisir à tels ou tels couples. C'est un dispositif fait pour permettre à des enfants que la vie à placé dans des situations précaires (orphelins, abandons, parents dans l'incapacité de s'en occuper, etc.) d'être élevés selon les conditions les plus proches possibles de tous autres enfants. Or, le "mariage pour tous", qui est plutôt "un enfant pour tous", inverse cette situation et transforme l'enfant en droit (l'on parlait d'ailleurs bien de "droit à l"enfant"). L'étape suivante - et on le voit très bien avec les revendications qui avancent sur la GPA et la PMA -, c'est la marchandisation de l'enfant.

      Supprimer
  3. Je suis aller a une nuit debout avec beaucoup d’enthousiasme , malheureusement , je dois dire que j'ai été déçu ...
    C'est malheureusement trop encadré par l’extrême gauche .
    Je rêve d'un grand soulèvement populaire contre le libéralisme et il ne faut pas que le mouvement soit sectaire Pour avoir une convergence des luttes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce serait bien d'arrêter de confondre "avoir un avis" et "être sectaire"...

      D'autre part, aucun soulèvement contre le libéralisme proviendra d'ailleurs que l'extrême gauche !

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par son auteur.

      Supprimer
    3. Je ne dis pas que l'extrême gauche n'a pas de travers... hein.

      Je dis qu'il faut arrêter de présenter un désaccord avec quelqu'un ou quelque chose comme étant le signe du sectarisme de ce quelqu'un ou quelque chose.

      Ensuite, l'extrême gauche n'est ultra-minoritaire que sur une ou deux question... notamment la diabolisation de la répression.

      Il n'y a jamais de luttes contre le système dominant sans extrême gauche, et encore moins de convergences des luttes en question sans l'extrême gauche.

      Supprimer
    4. Je rejoins cgrotex en constatant qu'effectivement Nuit Debout est en train de se faire récupérer par quelques agitateurs professionnels qui ne représentent qu'eux-mêmes et sont en train de transférer sur les obsessions habituelles de l'extrême-gauche depuis qu'elle ne peut plus (ou plutôt n'ose plus) s'afficher ouvertement marxiste.

      Je suis d'accord avec Abd_Salam sur un point : on ne reversera pas le néolibéralisme sans l'extrême-gauche (quoiqu'il faudrait aussi définir ce qu'est l'extrême-gauche aujourd'hui ...), mais ce n'est certainement pas l'extrême-gauche qui le fera seule. D'une part, parce qu'elle s'est déjà fortement comprise avec le néolibéralisme (n'oublions pas qu'une part des mouvements de la gauche de la gauche, à commencer par le PCF, ont largement soutenu la construction européenne), et d'autre part parce que numériquement elle ne représente pas grand-monde. Or, il existe bel et bien un sectarisme d'extrême-gauche (et je ne dis pas qu'il concerne toute l'extrême-droite) qui consiste à refuser de dialoguer avec quelqu'un dès lors qu'il a été catalogué bourgeois, conservateur ou réactionnaire. Il y a une bonne part de l'extrême-gauche qui fantasme encore sur un Grand Soir menè par une bande de révolutionnaire professionnels comme le firent le théorisa Lénine et le firent les bolchéviques en octobre 1917. C'est une lubie.

      Supprimer
    5. NB : le même sectarisme existe de l'autre côté. Une bonne part de personnes issues des classes moyennes est désormais profondément opposée au système néolibéral mais refuse de dialoguer avec quelqu'un dès lors que celui-ci s'affiche comme étant issus de la gauche de la gauche (voire de la gauche tout court). C'est essentiellement contre cela que je m'élevait dans mon article initial (http://loeildebrutus.over-blog.com/2016/04/de-la-manif-pour-tous-a-nuit-debout-un-meme-combat.html)

      Supprimer
    6. Sectarisme parce s'il se présente une personne qui parle de droite style Dupont Aignan ou de gauche style Chevènement, il se fait siffler ...

      Supprimer
    7. En effet, il existe du sectarisme à gauche... et à l'extrême gauche.

      J'écrivais juste que certains souvent voient du sectarisme chez les autres alors qu'en fait, c'est leur propre sectarisme qui leur fait interpréter la situation de cette manière.

      Je me suis déjà pris la tête avec des personnes d'extrême gauche... j'ai déjà été confronté à leur sectarisme concernant leur angélisme sur l'immigration, leur refus total de la répression, leur fermeture totale concernant le débat sur le voile... etc.

      Supprimer
  4. oui la question sociale est de retour. Elle sera la question centrale de la prochaine élection présidentielle . 2017 sera la dernière occasion "pacifique" de traduire cette question dans le champ politique et d'y dégager des pistes de réponses. Ne pas le faire , ne pas le laisser le faire et concentrer les débats sur l'économique serait ouvrir la porte à des mouvements populaire nettement plus violents. Le peuple est de retour , le citoyen ne s'est pas complètement effacé devant l'agent économique . Le peuple veut retrouver du sens. Il veut être pleinement acteur dans cela . Meme chez ceux que l'on entend pas encore , ce besoin est là.Nos hommes politiques sont ils en mesure de le comprendre ? Sont ils capables de rompre à leur culture pour aller réellement à la rencontre du peuple pour l'écouter l'entendre . Resterons ils coincés dans leur bulle à parler de chiffres de courbes de pourcentages. Courant ainsi le risque de s'éloigner encore plus de ce peuple qu'ils ont oublié trahi .depuis 1984, le seul moyens que les citoyens avaient, sur le plan politique, de crier était le vote FN aujourd'hui une autre porte s'ouvre la nuit debout en est la face médiatique, la marche citoyenne de Jean Lassalle le précurseur derrière lesquelles il y a des mouvements de fonds nombreux mais dispersés , disparates , différents . Sauront ils au delà de leurs différences et peut être même en raison de leurs différences , se parler , s'écouter ,s'entendre pour faire émerger ensemble une nouvelle pratique politique réellement citoyenne

    RépondreSupprimer
  5. Tous les mouvements de contestation sont contradictoires, ce fut le cas de la révolution de 1789. Le mouvement nuit debout porte une possible dynamique, n'étouffons pas la graine qui germe qui est une réplique social sismique de 2005 :

    http://www.liberation.fr/france/2016/04/15/nuit-debout-vous-etiez-ou-en-2005_1446544

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Laurent,

    Avant toute chose merci pour l’honnêteté, la sincérité et l'ouverture d'esprit dont tu fais preuve en relayant mon article alors que tu n'en partage pas les idées.

    En réponse à ton article, j'aurais deux questions à poser :
    1/ En quoi le mouvement de "la manif pour tous" serait identitaire ? les trois grandes religions monothéistes s'opposent toutes trois au mariage gay. Parmi les opposants au mariage gay, on trouve également des agnostiques et des athées (mais aussi, d'ailleurs, des gays). En fait, des gens d'à peu près toutes les "communautés". Je ne vois donc pas en quoi la "manif pour tous" fédérait ou revendiquait une quelconque identité, à moins de considérer la famille comme une identité.
    2/ en quoi le "mariage pour tous" représente un progrès ?

    Enfin, une précision d'importance :
    Le concept de "lois naturelles" est un concept philosophique élaboré par Aristote qui a connu plusieurs évolutions.
    Quand on se réfère aux lois naturelles, l'on considère que l'homme étant un animal social, c'est-à-dire étant appelé à vivre en société, il lui appartient de déterminer un ensemble de lois dites naturelles (non pas parce qu'elles découlent de l'état de nature, mais parce que "naturellement" l'homme s'organise en société) qui lui permette d'organiser sa société.
    Le concept de lois naturelles s'oppose au concept de droit naturel des libéraux et libertaires, ceux-ci considérant qu'il suffit de considérer qu'un certain nombre de droits s'appliquent "naturellement" à l'homme et que dès lors que ces droits sont respectés, la société s'organise de par elle-même. Cette conception libérale prétend qu'il suffit de rapprocher au maximum les hommes de leur "état de nature" pour que l'organisation sociale se fasse d'elle-même (c'est le fameux "ordre spontané").


    là où je te rejoins, c'est qu'effectivement Nuit Debout se voit comme un mouvement social (et une bonne part de ses membres doit être favorable au mariage gay) pendant que la Manif pour tous se voyait comme un mouvement sociétal (et une part non négligeable de ses membres serait sans doute plus ou moins favorable à la loi El Khomri). Mais c'est le grand jeu des libéraux - qui sont en fait ultra minoritaires - de jouer la division de leurs adversaires en séquençant les sujets par morceaux (social, économique, sociétal, affaires étrangères, commerce, etc.) pour éviter qu'ils ne se placent au niveau politique (au sens premier et noble du terme). Nuit Debout et la Manif pour tous se porteraient au-dessus des questions sociales et sociétales, c'est à dire au niveau politique, ils constateraient d'emblée leurs convergences, comme le constatèrent communistes et gaullistes pendant la 2e guerre mondiale. C'est aussi tout le sens de l'appel de Jacques Sapir à la constitution d'un Front de libération nationale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'oeil de Brutus16 avril 2016 à 12:05

      Je ne crois pas que si Nuit Debout et la Manif pour Tous devenaient des mouvements politiques, ils se retrouveraient.

      Ces deux mouvements n’ont aucun point en commun.

      Nuit Debout, parce que c’est une contestation sociale, devrait déboucher sur un mouvement politique comme ce fut le cas des Indignés en Espagne avec Podemos. Cela ne se produira peut-être pas, mais c’est un mouvement qui a vocation, s’il survit, à connaître un débouché politique. En revanche, je ne vois pas comment un mouvement sociétal comme la Manif pour Tous pourrait se transformer en un mouvement politique à part entière.

      Jacques Sapir, que vous citez, voudrait que les opposants à l’euro unissent leurs forces, mais il n’y a aucun lien entre la Manif pour Tous et l’Euro. Alors qu’il y a bien un lien entre les politiques libérales qui sont contestées par les manifestants de la place de la République et l’euro, même si je ne suis pas sûr que tous les manifestants en aient conscience.

      Supprimer
    2. Les trois religions monothéistes (pourquoi "grandes" ?) s'opposent aux droits des homosexuels notamment le mariage pour des motivations homophobes.

      Ensuite, importante précision, quand les gens en général parlent de loi "naturelle", ça n'a rien à voir avec les conceptions philosophiques du terme...

      Quand les réac discourent sur la "loi naturelle", c'est bien en rapport à "l'état de nature" le plus primaire... celui qui s'oppose à l'idée d'Aristote (telle que vous la présentez).

      Les réac opposent "loi naturelle" à "loi humaine" (normes, conventions, usages, traditions, réglementation)

      Supprimer
    3. Quand je parle de "grandes" ce n'est évidemment pas un jugement de valeur. Il s'agit d'une simple constatation que ce sont les 3 religions qui ont le plus de fidèles en France (et dans une bonne partie du monde). En quoi leurs positions sont homophobes ? vous enfermez des gens dans une petite boîte en utilisant un qualificatif qui les exclut du débat (idem d'ailleurs pour "réac").

      Encore une fois, vous confondez Loi naturelle et Droit naturel

      Supprimer
  7. "L'adoption n'est pas un dispositif fait pour faire plaisir à tels ou tels couples."

    Pour que des couples adoptent des enfants, encore faut il qu'ils le désirent et je ne vois pas bien pourquoi le désir d'adoption d'un couple hétéro serait plus légitime que celui d'un couple homo.

    Vous pédalez dans la choucroute, mon pauvre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'adoption d'un enfant n'est pas là pour combler "un désir" ! Encore une fois, c'est vous qui inversez la causalité et l'origine d'un dispositif fait pour protéger des enfants, non pour faire plaisir à des parents

      Supprimer
  8. @ Anonyme

    Argumentation bien courte, comme presque toujours, ce qui est bien révélateur. Je vous renvoie aux nombreux papiers de fond que j’ai écrits sur le sujet. Avec vos raisonnements, on peut aller loin, dans l’intolérance bien sûr, mais sans doute au-delà.

    @ Abd_Salam

    Merci. Pas sûr que cela viendra de l’extrême gauche car cela peut cantonner le mouvement à une dimension marginale, ce qui n’excluera pas éventuellement de le faire avec elle (sous réserve qu’elle soit capable de rejoindre d’autres personnes…) Et le destin de Syriza l’a beaucoup discrédité.

    @ L’œil de Brutus

    Pas d’accord sur la question du mariage. C’est l’affaire d’une famille, mais aussi d’amour (sinon, il faudrait interdire le mariage pour les plus de 50 ans). Et même si j’ai défendu l’adoption, je pense que ce sont donc deux questions différentes, qu’il aurait fallu traiter comme tel, même si j’y réponds positivement pour les deux, tout en étant totalement hostile à la GPA.

    Pour moi, la dimension identitaire se retrouve dans une forme de refus de considérer l’autre comme un égal, dans cette volonté de différenciation de traitement, par l’Etat, des couples hétérosexuels et des couples homosexuels, qui même si cela a longtemps été traditionnel, ne me semble pas juste. En cela, le mariage pour tous représente un progrès, car il représente une incorporation pleine dans la communauté nationale de tous les couples, une sortie de l’opprobre qui subsistait avec le seul accès au PACS.

    Sur les lois naturelles, je n’avais pas vu cette référence, que je connaissais pas. Mais en un sens, je crois que l’humanité, c’est aussi savoir dépasser certaines lois naturelles (et notamment celle du plus fort), pour créer une communauté solidaire et bienveillante. Je trouve que ce sont les ultralibéraux, qui, en refusant toute règle, sont les porteurs de lois dites naturelles.

    Bien d’accord sur le sectarisme en revanche, ainsi que sur les tactiques des ultralibéraux.

    @ cgrotex

    C’est bien dommage

    @ Denis

    Ce ne sera pas la dernière occasion, heureusement, car cela me semble très mal parti

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En quoi l'Etat devrait-il se mêler d'amour ? Si l'Etat légifère sur le mariage, c'est qu'il considère qu'il fonde la famille et que celle-ci est un élément majeur de l'équilibre de la société. Que le mariage soit une affaire d'amour, je l'entends bien, mais ce point est une affaire purement privée qui concerne les êtres qui s'aiment (et qui au demeurant n'ont normalement pas besoin d'un mariage pour s'aimer). Il existe des "ménages à trois" qui s'aiment le plus sincèrement du monde. Faut-il pour autant légaliser la polygamie ?
      Le mariage est nécessairement lié à la filiation en ce sens que d'un point de vue légal il fonde la famille. Sinon pourquoi les partisans du "mariage pour tous" ne seraient-ils pas contentés du PACS qui confèrent déjà tous les avantages du mariage à la seule exception de la question familiale ?

      Considérer le débat autour du mariage pour tous en question identitaire est à mon sens prendre un pente savonneuse (et je n'ai d'ailleurs entendu aucun leaders de la "Manif pour tous") puisque ce la revient à essentialiser l'orientation sexuelle. Or, cette essentialisation de l'homosexualité est justement une position défendue par les homophobes les plus extrêmes !

      je ne vois toujours pas en quoi l'accès à l'adoption représente un progrès. Un couple formé de deux personnes myopes de 1,60m aura très peu de chances d'avoir des enfants de 1,90m à la vue perçante. C'est sans doute profondément injuste vis à vis d'autres couples. Faut-il pour autant, au nom du progrès, leur donner accès aux manipulations génétiques de manière à ce qu'ils puissent avoir de beaux grands enfants et ne pas se ruiner en ophtalmologie ?

      L'objectif de la Loi naturelle - à l'exact opposé du droit naturel - est justement de mettre un terme à la "guerre de tous contre tous" et à la loi du fort en mettant en place un cadre légal qui permette à l'homme de vivre en société. L'adjectif naturel n'est pas là pour dire que cela émane spontanément de la nature, mais bien au contraire pour rappeler que pour vous vivre en société la nature de l'homme a besoin de lois (et pas seulement de contrats ... cf. la loi El Khomri ...).


      Amitiés.

      Supprimer
  9. A propos du mariage homosexuel (eh oui, il faut appeler un chat, un chat), les participants (dont j'ai été), de la manif pour tous, ne sont généralement pas homophobes. Ce n'est pas parce que l'on considère que l'institution du mariage doit unir un homme et une femme, que l'on a la "haine" de l'homosexuel. Cette "pseudo" argumentation est pénible et vise aussi à "tuer" le débat. En ce qui concerne Nuit Debout, je pense que cette "manifestation" est généralement composée de personne issue de la gauche, voir de l'extrême-gauche. Il y a des casseurs dont les slogans étaient nettement politiques et hostiles à l'ordre. J'ai souvent constaté, pour avoir participé à des manifestations diverses, que dès lors qu'on indique qu'on est membre de DLF par exemple, on est regardé avec suspicion et hostilité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut appeler un chat un chat...

      S'opposer au mariage homosexuel n'a pas d'autre fondement que l'homophobie.

      L'homophobie n'a pas seulement une apparence de haine et de réactions violentes...

      Affirmer que le "mariage" est fait pour unir un homme et une femme ; c'est rationaliser l'homophobie.

      L'affirmation "le mariage est fait pour unir un homme et une femme" tient en langage ultra-aseptisé de la définition même de l'homophobie !

      C'est proclamer que l'on exclut l'homosexualité de l'acceptable, du respectable ; et ce mépris assumé ou non, c'est de l'homophobie.

      Supprimer
    2. Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas du genre à cacher mes opinions. Sachez Abd Salam, que je connais des homosexuels avec lesquels je suis en bon terme. Qu'ils aient une vie privée et qu'ils fassent ce qu'ils veulent ne me regarde pas. Par contre, j'assume totalement le fait que je suis contre le mariage de deux êtres du même sexe. Et vous ne pouvez dire pour autant que je souhaite du mal à des homos. Une fois de plus, que ce soit à ce sujet, ou au sujet de l'Europe, dès lors que l'on a une opinion différente, on cherche à vous salir, à vous traiter de réac, nationaliste, facho, homophobe, etc... Ridicule !...

      Supprimer
    3. Empêcher les homo d'avoir des droits, c'est une forme de nuisance. C'est nuire aux homo.

      Les homophobes, c'est l'ensemble du panel des gens qui refusent de reconnaître les homosexuels comme des humains à part entière avec TOUS les droits que ça implique. Tous les droits.

      Je reconnais une opinion que vous revendiquez vous même : l'homophobie.
      Y'a rien de salissant à reconnaître l'homophobie chez autrui. Homophobie consciente ou non.

      Vous jouez sur les mots... car vous ne seriez pas un homophobe violent, vous ne seriez donc pas homophobe (du tout).

      Alors que le raisonnement exact serait : vous n'êtes pas violent. Certes. Mais vous êtes homophobe.

      Supprimer
    4. En étant un brin provocateur, je dois alors aussi être "partouzophobe" puisque je refuse que les ménages constitués de plus de deux personnes puissent se marier ...

      Supprimer
  10. "Ce n'est pas parce que l'on considère que l'institution du mariage doit unir un homme et une femme, que l'on a la "haine" de l'homosexuel."

    Non, juste du mépris.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est parce qu'on est homophobe que l'on veut définir le mariage comme étant "l'union entre un homme et une femme".

      Certains n'acceptent pas la totalité de la réalité de leurs préférences idéologiques, d'une part... et d'autres part, ils veulent résumer l'homophobie à ses conséquences les plus violentes : nuire aux homo...

      Supprimer
    2. Homophobie, et pourquoi pas "hétérophobie" tant que vous y êtes...

      Supprimer
  11. Bah! Tout cela n'est que "spontanéité" bien orchestré pour affaiblir toute opposition a l'emprise de l'union européenne! Le clivage profite a ceux qui sont en place!

    RépondreSupprimer
  12. Gérard Mentord17 avril 2016 à 00:21

    Moi je suis pour le mariage de plusieurs personnes ensemble.

    Et ceux qui ne sont pas d'accord avec moi le sont simplement car ils sont "plusde2personnesophobes"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gérard Mentord17 avril 2016 à 00:24

      J'ajouterai la possibilité pour quelqu'un ayant un dédoublement de la personnalité de pouvoir les marier ensemble si elles le souhaitent.
      Et par soucis d'égalité, j'étendrai cette possibilité aux individus seuls n'ayant qu'une seule personnalité. Je ne vois pas pourquoi ceux qui ne trouveraient personne acceptant de se marier avec eux n'auraient pas le droit au mariage.

      Supprimer
    2. Attention, Gérard : là vous tenez des propos masturbationophobe ! :) :)

      Supprimer
  13. Ce serait chouette Laurent que tu participes à Nuit Debout. Qu'ils découvrent ce que c'est qu'un gaulliste social. J'ai déjà invité les lecteurs de Politis (qui a publié mon courrier) à visiter ton blog.
    Je pense que pour beaucoup, l'évocation d'un congénère à droite "socio-économico-compatible", c'est comme la découverte d'un nouveau continent.

    J'attends avec impatience ton retour sur la chose.

    Sinon, concernant la tentative de convergence entre "anti-mariage gay" et Nuit Debout, je souhaite bon courage à notre ami pour aller l'exposer place de la République. Qu'il prévoit quelques compagnons pour l'exfiltrer.
    Personnellement, je suis opposé au libéralisme des oligarques mais complètement favorable à l'égale reconnaissance des couples homosexuels.
    Avec les mêmes réserves que Laurent concernant la PMA et GPA. Je suis contre le droit à l'enfant mais le mariage est une autre question.

    RépondreSupprimer
  14. "L'adoption d'un enfant n'est pas là pour combler "un désir" !"

    Ni non plus pour s'y opposer, mon cher monsieur.

    Les procédures d'adoption se fondent sur de nombreux éléments dont la volonté et la détermination des adoptants. Il serait absurde d'accorder un droit d'adoption à des gens qui ne voudraient pas adopter.

    Voilà la procédure qui n'a rien de commun avec un acte consumériste comme vous le prétendez constamment et crapuleusement, il s'agit même de l'exact opposé :

    http://www.aufeminin.com/vouloir-un-enfant/procedure-adoption-s683091.html

    Votre condamnation de l'adoption par des homos est particulièrement vicieuse car laissant sous entendre qu'ils voudraient consommer l'enfant, et probablement sexuellement, n'est ce pas ?

    RépondreSupprimer
  15. Je n'ai jamais rien sous entendu de tel. Vous fantasmez sur la prétendue homophobie des opposant aux mariage gay. Dans leur ensemble, les homosexuels sont des gens tout aussi respectables que les hétérosexuels. Là n'est pas la question. Il y a des gens qui vivent en ménage à trois qui sont aussi tout autant respectables. La famille - et la filiation qui en découle - n'est pas une affaire de préférence sexuelles.

    Ce que je souligne - et que vous refusez d'entendre - c'est que le mariage gay a profondément modifié le sens de l'adoption. Dans le processus d'adoption, l'enfant est et doit rester le sujet. Or, le militantisme autour du mariage gay le place en tant qu'objet ("le droit à l'enfant"). Or, c'est bien le travers majeur du néolibéralisme que de tout transformer en objet.
    Vous pourrez également remarquer que les pays qui ont légalisé le mariage gay (Europe occidentale, Amérique du Nord et une part de l'Amérique latine) sont aussi ceux qui sont le plus avancé dans le néolibéralisme. Croyez-vous que ce soit un pur hasard ?

    RépondreSupprimer