mardi 13 septembre 2016

Présidentielles de 2017 : encore un coup pour rien ?

Malheureusement, la campagne pour les élections présidentielles de 2017 est bien mal partie, non pas que l’on pouvait en espérer grand chose étant donnés les acteurs principaux. Mais les dernières semaines et les primaires des deux partis qui se succèdent au pouvoir depuis trop longtemps ne font apparaître qu’un bal d’égos, surfant sur des postures communiquantes sans la moindre réflexion.


Egos, bulles et (im)postures

Du côté des dits Républicains, Nicolas Sarkozy a sans doute dépassé toutes les bornes en dénonçant les « manipulations » des juges à son égard dans l’affaire Bygmalion. La manipulation, ce n’est pas plutôt celle de ses comptes de campagne pour camoufler un dérapage colossal, qui devrait le disqualifier aujourd’hui ? Aucun des candidats ne semble vouloir faire une campagne de fond. L’ancien président se complait dans un bushisme de bas étage, mettant le cap à droite toute sur les questions d’identité, de sécurité et d’économie. Juppé occupe le centre-droit, terrain fertile des premiers sondages mais propice aux éclosions trop précoces qui fanent dans la dernière ligne droite. Fillon cherche à exister en critiquant l’ancien président et en mettant le cap à droite et Bruno Le Maire mise tout sur son âge.

Du côté de la majorité sortante, ce n’est guère mieux, entre l’avalanche de candidats situés plus ou moins dans ladite majorité. La bulle Macron, l’ami de la finance à Londres, gonfle à la vitesse des valeurs de nouvelles technologies au tournant du dernier siècle, comme bien d’autres. Difficile de ne pas y voir qu’un château de cartes qui tombera dans la tempête, malgré des éloges plus ridicules les uns que les autres. Montebourg fait mine de vouloir y aller, mais on décèle finalement bien plus d’ego dans sa démarche que de convictions, ses premières propositions, guère originales, relevant davantage de la collection de gimmicks pour attirer l’électeur volage. Mais qu’attendre de celui qui a fait le grand écart entre la démondialisation et les bases de la loi dite Macron 1 il y a seulement 2 ans

Comme Sarkozy avant lui, Hollande vient de lever la plupart des derniers doutes qui subsistaient sur sa candidature. Toute la question est de savoir s’il participera à des primaires, ce qui est a priori totalement contradictoire avec l’esprit des institutions et qui semble difficile si cela devait avoir lieu après celles de la droite. On voit venir gros comme une maison que le PS finira par dire qu’il est trop tard pour les organiser tout en proposant de s’unir autour du président sortant, qui, cela tombe bien, est le seul à pouvoir faire la synthèse entre Montebourg et Macron. La question qui se pose maintenant, c’est de savoir quel sera le nombre de candidats de part et d’autre, ce qui pourrait jouer sur le triste casting du second tour le 7 mai 2017, les changements législatifs poussant à la concentration.


Pour le moment, la seule certitude semble être la présence de Marine Le Pen au second tour, surtout si le nombre de candidats est important. Il faut dire que les résultats des élections intermédiaires confirment de telles anticipations, même s’il ne faut pas oublier qu’elle était donnée à 24% des voix il y a 5 ans… Le FN profite des vents porteurs en restant en pilotage automatique, sans creuser le fond, et tout en continuant à déverser ses excès habituels. Malgré quelques vrais progrès récents, Mélenchon semble poursuivre dans la voie qui a mené Syriza dans l’impasse : le refus d’une coupure nette avec l’UE et le discours souvent classique de la gauche de la gauche sur l’immigration et notre modèle culturel. Seul reste Dupont-Aignan, mais il faudrait qu’il aille beaucoup plus loin qu’aux européennes.

Finalement, ce qui frappe à date, c’est l’absence de débat de fond, les Républicains virant plus ou moins fortement à droite et plus identitaires. Et face au zemmouro-thatchérisme de Sarkozy, Hollande ressort les bien peu convaincantes vieilles lunes de la gauche. Malheureusement, 2017 risque à nouveau d’être une année blanche pour le grand changement politique dont notre pays a besoin.

65 commentaires:

  1. Oui, encore un coup pour rien en 2017. Et après ? La droite va gouverner pendant 5 ans, elle va à son tour devenir très impopulaire, et en 2022 ce sera un candidat de gauche contre Marine Le Pen, et là le FN gagnera peut-être, parce que les électeurs de droite refusent le "front républicain" contrairement aux électeurs de gauche.

    RépondreSupprimer
  2. " zemmouro-thatchérisme"

    Expression qui n'a aucun sens, vu que Zemmour est tout sauf thatchérien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est justement parce qu'il n'est pas thatchérien que j'accole les deux. Sarkozy fait un peu la synthèse entre les deux en ce moment. Si Zemmour était thatchérien, alors je dirais seulement que Sarkozy fait du Zemmour. CQFD

      Supprimer
  3. Je ne crois pas que vous ayez vu l'émission politique de TF1 dimanche dernier où Marine Le Pen a été habile, modérée voire consensuelle par rapport à l'image que nus avons d'elle.
    Avez-vous lu l'analyse parue dans "L'oeil de Brutus" sur les élections françaises à partir de nouveau second tour des élections présidentielles autrichiennes en octobre prochain dans laquelle il voit MLP à 30 à 35 % voire 40% des voix au premier tour. Elle a donc comme le reconnait Sapir une chance faible mais réelle d'être élue.
    Toutefois d'ici là outre l'Autriche d'autres élections peuvent changer la donne comme en Italie où Renzi peut perdre son pari électoral, et les banques italiennes menacer le système bancaire européen comme le cas de la Deutsche Bank.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MLP a été lamentable dans cette émission : rejet de l'identité européenne de la France (se disant opposée à une « France blanche » et désavouant Robert Ménard), antiracisme dégoulinant, apologie des DOM-TOM, célébration d’une France multiethnique qui serait fondée sur le « libre-arbitre » (et non plus sur l’ascendance ou l’hérédité, auxquelles le « libre-arbitre » se substituerait donc désormais), égalitarisme et constitutionnalisme, et enfin Islam déclaré « compatible avec la France ».

      N’importe quel homme politique à gauche aurait pu tenir ce discours, qui n’aurait pas déparé par exemple dans les bouches d’un François Hollande ou d’un Jean-Luc Mélenchon.

      Elle n’a rien appris des erreurs commises en 2007 (discours d’Argenteuil) et 2012 et va encore se faire siphonner dans les urnes par Nicolas Sarkozy.

      Ce n’est certainement pas avec ce type de discours gauchiste et antiraciste qu’elle va convaincre les électeurs UMP de voter pour elle.

      A l’heure où Donald Trump fait un tabac aux Etats-Unis en explosant les codes du politiquement correct et est en passe de l’emporter, elle n’a rien trouvé de mieux à faire que d’adopter la stratégie inverse et de se soumettre de manière écoeurante à l’idéologie dominante, à laquelle elle n’arrête plus de donner des gages.

      Une telle absence de sens politique, une telle incapacité à sentir l’opinion, est sidérante. Cette femme est définitivement et décidément pas des nôtres.

      Charles

      Supprimer
    2. Si la ligne politique de MLP ne vous plait pas ce qui est votre droit vous pouvez aller voir du côté de Zemmour, ou Jean-Marie. Vous n'êtes plus du tout dans la ligne !
      Elle est comme Trump anti-système et comme elle il se modère pour gagner l'élection.

      Supprimer
    3. @Charles

      Votre position m'apparaît minoritaire au sein de son électorat, lequel m'apparaît majoritaire en France. Préférez-vous soutenir le candidat qui lui fera face en 2017 au 2nd tour ? Il convient d'éviter que soit élu un candidat LR-PS ou tout parti affilié, lesquelles feront quasiment la même politique.

      Il y a une civilisation européenne, une culture européenne, mais il n'y aura, sauf issue de très long terme (plusieurs siècles) qui reste à confirmer, de peuple européen. Par suite, pas de souveraineté européenne. De surcroît, les notions de peuple ne me semblent pas identique dans chaque pays (Fichte, Renan, Fustel...). Il faut rassembler au pus large. Il ne me semble pas enfin qu'elle fasse sienne la notion de patriotisme constitutionnel, au sens d'Habermas, lequel a il me semble là encore repris cette notion.

      Supprimer
  4. " L’ancien président se complait dans un bushisme de bas étage, mettant le cap à droite toute sur les questions d’identité"

    Vous faites pareil avec votre hystérie burkinesque.

    "Seul reste Dupont-Aignan, mais il faudrait qu’il aille beaucoup plus loin qu’aux européennes."

    Seriously, NDA, le clown maboule qui raconte ânerie sur ânerie.

    "un bal d’égos, surfant sur des postures communiquantes sans la moindre réflexion."

    Venant d'un type comme Herblay qui se prend quasiment pour de Gaulle et qui a la profondeur de réflexion d'une limace, c'est particulièrement goûteux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'indépendant13 septembre 2016 à 13:24

      Et toi gogolito tu ne racontes pas des aneries ?

      Supprimer
    2. Ce qui est le mieux à faire c'est lire le projet de DLF
      Il y a la matière pour l'élection de NDA.

      Supprimer
  5. Il y a fort à parier qu'un collapse financier se produise dans la période 2017 - 2022, lequel sera probablement suivi par un effondrement bancaire et une probable guerre civile, et pas seulement en France[lire Dimtry Orlov, "les cinq stades de l'effondrement"]

    Il faudra un souverainiste, conscient de la nécessaire autonomie de la France, à la tête du Gouvernement pour préparer et passer ces moments difficiles qui risquent de nous faire revenir 50 ans en arrière.

    Le seul qui pourrait réconcilier les français tout en faisant admettre une politique "main de fer" me semble être N. Dupont-Aignan.

    Mais comme il y a peu de probabilité qu'il se trouve présent au second tour, c'est à lui de prendre dès maintenant les accords nécessaires avec le parti le plus proche de ses idées sur la souveraineté nationale et qui a quelque chance de gagner (le FN), pour un gouvernement de coalition souverainiste dont il serait premier ministre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est douteux que le soutien de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen suffise à cette dernière pour lui permettre de gagner la présidentielle.

      Si on prend les sondages, Marine Le Pen est au maximum à 31% tandis que Nicolas Dupont-Aignan est à 8%. Les combinaisons les plus favorables placent le cumul de leur voix à 36%. Alors certes l'élection est encore loin, mais il me paraît très difficile de combler ce gap de 14% des voix. D'autant que de très nombreux électeurs de Nicolas Dupont-Aignan, dont je suis, n'accepteront pas de voter pour la candidate du Front National.

      Au delà des présidentielles, pour les législatives, FN et DLF n'ont pas grand chose à s'apporter : DLF apporterait au FN un peu de respectabilité, mais je ne crois pas que cela change les fondamentaux de la diabolisation du FN. DLF recevrait du FN un apport en voix, mais ce ne serait pas suffisant pour lui permettre de remporter des sièges.

      Surtout, je ne vois pas les caciques du Front National laisser un nombre important de circonscriptions à DLF.

      Supprimer
    2. Pour ma part je ferai tout ce que je peux au second tour, sans état d'âme, pour éviter à la France de se retrouver avec un président et un gouvernement UMPS ( dit aussi "herpès" !) pendant encore 5 ans .

      Supprimer
    3. @AJH

      Parfaitement, liste de coalition, au plus large, de tous les souverainistes ! Quelle autre option ? MLP est légitime pour prendre la tête de cette coalition puisqu'elle réunit, et de loin, le plus de suffrages sur cette ligne. C'est cela la démocratie il me semble !

      Je ne saisi pas bien l'allégation de manque de respectabilité. L'équipe actuelle manque de respectabilité ? Vous pouvez développer ? Respectabilité c'est à dire ?

      Supprimer
    4. @A-J Holbecq13 septembre 2016 à 11:57

      Attitude que je juge opportune, pertinente et conséquente, vous avez parfaitement raison, bravo !

      Il faut fédérer au plus large, initier un grand mouvement souverainiste, sur une ligne républicaine incontestable !

      Supprimer
    5. Il n'y aura jamais d'alliance de NDA avec le FN c'est contraire à son intégrité. De plus son entourage n'encourage pas une telle attitude.

      Supprimer
    6. @A-J Holbecq

      Aux propos de Tythan que j'approuve à 100%, j'ajoute que Le FN n'est pas seulement un parti sulfureux, avec une arrière boutique glauque. C'est aussi une arnaque. Que ce soit au parlement Européen concernant la directive des travailleurs détachés, le TAFTA et le secret des affaire, au conseil régional PACA avec le TAFTA ou au sénat avec la loi El Kmori, il y a visiblement, à diverses reprises, une différence entre ce que proclament et ce que votent les dirigeants du FN. Voir par exemple article :

      http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-fn-et-marine-le-pen-votent-pour-180035

      EB.

      Supprimer
    7. @Tythan13 septembre 2016 à 10:56

      Vous dites :

      "Il est douteux que le soutien de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen suffise à cette dernière pour lui permettre de gagner la présidentielle."

      Sauf que c'est au 2nd tour de la Présidentielle que ça se jouera, avec des résultats entre 47% et 53 %.

      Les 5% en cause sont donc déterminants !

      Supprimer
  6. "Le seul qui pourrait réconcilier les français tout en faisant admettre une politique "main de fer" me semble être N. Dupont-Aignan."

    Ca c'est hénaurme, NDA sauveur de l'humanité franchouille, cet abruti digne d'une carrière de clown au cirque Pinder.

    A-J Holbecq, allez prendre vos pilules...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'indépendant13 septembre 2016 à 13:26

      Et toi retourne dans ta chambre, à Ste-Anne...

      Supprimer
  7. "Finalement, ce qui frappe à date, c’est l’absence de débat de fond". Quoi de plus naturel puisque le programme est prémâché par les directives et recommandations de Bruxelles! Il ne reste que les égos qui cherche a plaire a leur maitre et qui ne sont noté que par la façon de convaincre la "populace" a les suivre!

    RépondreSupprimer
  8. Pas de débat de fond ? Pas si sûr. La question de l'Etat de droit, défendue par F. Hollande et de l'Etat de fait, promue par N. Sarkozy et les Républicains est une question d'importance. Certes, cette question est moins intéressante que celle de l'Europe, posée en 2012, mais elle aura des conséquences sur notre manière de vivre. C'est une vraie révolution néo-conservatrice qui se dessine avec deux camps singulièrement opposés.

    Assez étonnamment, les postures adoptées par M. Le Pen en font une candidate de consensus, située à égale distance ces deux parties - un peu sur le mode de ce qu'avait fait F. Hollande sur la question européenne en 2012. Je ne sais pas si c'est très rassurant, en tout cas c'est l'impression que cela donne.

    Dans ces conditions, la question des législatives pourrait bien devenir la question importante de cette présidentielle : collusion ou cohabitation ? Quelle place pour le FN à l'Assemblée nationale ? C'est peut-être le point sur lequel on a le moins de visibilité qui pourra donner des réponses les plus importantes.

    Bien à vous

    RépondreSupprimer
  9. @LH

    Vous dites :

    "Le FN profite des vents porteurs en restant en pilotage automatique, sans creuser le fond, et tout en continuant à déverser ses excès habituels. Malgré quelques vrais progrès récents, Mélenchon semble poursuivre dans la voie qui a mené Syriza dans l’impasse : le refus d’une coupure nette avec l’UE et le discours souvent classique de la gauche de la gauche sur l’immigration et notre modèle culturel. Seul reste Dupont-Aignan, mais il faudrait qu’il aille beaucoup plus loin qu’aux européennes."

    Seul reste NDA, à 5%. Comment ça 7 % ? Ok, 7, allons même jusqu'à 8 ! Autant dire que 8 mois avant la Présidentielle c'est du tout cuit. On viendrait presque à en rire, comme les affirmations à propos d'MLP, un classique d'ailleurs.

    Au 2ème tour, afin de faire battre la candidate souverainiste, vous soutiendrez Juppé, Sarkozy, Hollande ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand l'Herblay est sous la grêle
      Fou qui fait le délicat
      Fou qui songe à ses querelles
      Au coeur du commun combat

      Supprimer
  10. http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/09/13/01016-20160913ARTFIG00119-isere-des-policiers-et-pompiers-agresses-apres-l-incendie-d-une-ecole.php

    Charles-Edouard, Ferdinand, Eric Z. (avec un Z. comme...) et Théophile ont encore fait des bêtises.

    RépondreSupprimer
  11. "Malheureusement, 2017 risque à nouveau d’être une année blanche pour le grand changement politique dont notre pays a besoin."
    Ce ne serait pas une seule année blanche (on vient d'en vivre quelques unes), mais cinq années blanches.
    Allons nous laisser les vieux chevaux sur le retour tirer péniblement cette "charrette France" au motif de ne pas vouloir s'allier ?
    La responsabilité devant l'histoire serait très très lourde!

    RépondreSupprimer
  12. Arnaud Montebourg a un programme, qui a attiré mon attention. Il propose un plan de relance de 30 Milliard, 10 pour les ménages des classes moyennes et populaires et 20 Milliards pour les investissements des entreprises localisées en France dans notamment les transports et le haut-débit. Cela conduit selon lui à une croissance sur 5 ans de 2%; ce qui semble cohérent, si on part du principe qu'on a en France un multiplicateur des dépenses publiques de 1,4.

    Il veut drainer 10 à 20% de l'assurance vie pour les PME et quitte à se faire sanctionner par l'UE, réserver 80% des marchés publics aux entreprises localisées en France.

    Son programme ne va pas aussi loin que celui de DLF mais il a au moins le mérite d'associer à la relance Keynésienne de 30 Milliards, une dose de protectionnisme; ce qui n'a plus été proposé au PS depuis plus de 20 ans.
    Cela change de tous les abrutis de LR qui veulent réduire les dépenses publiques de 100 Milliards !

    EB.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques réactions à chaud : le système de transport en France reste, malgré ses défauts, d'une très grande qualité et j'ai peur que les milliards dont vous parlez soient un peu investis en pure perte.

      Là où les transports sont à la peine, ce n'est pas dans l'investissement mais dans l'entretien et le renouvellement, particulièrement pour les lignes ferroviaires dites secondaires (hors TGV).

      Quelles sont concrètement les mesures protectionnistes qu'envisagerait Arnaud Montebourg? Parce que s'il n'envisage pas la sortie de l'euro, lequel renchérit nos productions d'environ 30% par rapport à nos concurrents allemands, aucune mesure protectionniste ne pourra aller à l'encontre de cette réalité...

      Supprimer
    2. @Tythan
      Au moins nous sommes d'accord sur la nécessité de sortir de l'euro ... un premier pas positif.
      Vous verrez que vous viendrez bientôt à la nécessité de monétiser progressivement la dette publique...

      Supprimer
    3. @ AJ Holbecq

      C'est là où on voit bien que vous n'avez rien compris à ce que je me tue à vous dire depuis des années.

      Je ne suis en rien hostile à la monétisation de la dette publique. La seule chose que je dis, c'est qu'il est faux de prétendre que cette opération n'a pas de conséquences, qu'il est faux de faire croire aux Français qu'on peut raser gratis.

      Je suis désolé André-Jacques, mais j'ai toujours été d'une très grande clarté sur ce point ainsi que sur la sortie de l'euro.

      Je vous le dis franchement : je pense que vous ne le savez que trop bien et que ces propos participent d'une tentative d'enfumage. Vous faites semblant de ne pas comprendre ce que je vous dis. Comprenez que ces pratiques sont absolument odieuses.

      Supprimer
    4. @Tythan

      Chaque année, l'Etat est obligé d'emprunter le montant du déficit, qui incluent les intérêts de la dette. Comme l'avait proposé Laurent en 2012, je propose que la Banque de France émette chaque année 100 Mds, il restera ainsi 30 Mds d'investissements supplémentaires possibles, toutes choses restant égales par ailleurs, et la dette n'augmentera plus. Quelles conséquences voyez vous de remplacer 100 milliards (5% de M3) directement au bénéfice du Trésor Public, plutôt que de laisser les banques commerciales s'en occuper ?

      Bon, plus de déficits annuel, et donc un stock de dette qui à ce moment là n'augmente plus. Mais tous les ans # 150 à 180 Mds arrivent à échéance et doivent être renouvelés. Quelles conséquences verriez vous que la Banque de France se substitue à d'autres prêteurs, pour ces échéances, en augmentant son bilan, puisqu'il n'y a pas d'augmentation de la masse monétaire globale mais mais un transfert de dette de l'Etat à la BdF au lieu des banques, des fonds de pension et des assurances-vie, dette qui devient de ce fait sans intérêts (puisque la BdF appartient à 100% à l'Etat)?

      A ce rythme en 10 ans la quasi totalité de la dette de l'Etat est transférée à la Banque de France, mais il n'y a plus besoin de prélèvement sur les recettes fiscale pour payer les intérêts ...

      Bien sur, et c'est ça qui vous ennuie, la masse monétaire finale (le stock) sera plutôt transférée vers celle émise par la Banque de France, sans intérêt, que par les banques commerciales avec intérêt.

      Nous ne sommes peut être pas sur le bon support pour discuter de ceci, à Laurent de décider.

      Supprimer
  13. L'état "stratège", mouarf :

    https://www.mediapart.fr/journal/france/130916/alstom-ou-lhistoire-dune-faillite-industrielle-la-francaise?onglet=full

    http://mobile.agoravox.fr/actualites/economie/article/alcatel-exemple-d-un-echec-typique-166149

    RépondreSupprimer
  14. Constat bien triste mais irréfutable. L'euro va s'effondrer et l'UE éclater, et la France sera sans préparation et sans forces politiques organisées pour y faire face.

    RépondreSupprimer
  15. Votre constat me paraît juste en ce qui concerne la substance actuelle du débat politique. Côté républicain, on a l’impression très nette que c’est la course à l’échalote pour aller récupérer le vote FN et le vote catholique. A Gauche, cela ne ressemble à rien tant qu’Hollande n’a pas officiellement annoncé sa candidature.

    Tant que les primaires n’ont eu lieu, je pense que le débat sera assez creux et sans doute souvent excessif dans les idées avancées. Ce ne sont que des éliminatoires avant la vraie campagne ; le but est de convaincre des militants et sympathisants qui viendraient voter non de convaincre le corps électoral dans son entier.

    La quasi-simultanéité entre les élections françaises et américaines met bien en évidence notre abandon d’identité pour le modèle américain. Notre système politique est désormais calqué sur le système américain mais pour le pire. Après le mandat présidentiel à 5 ans, tous les partis ou presque se livre au jeu des primaires.

    Le plus grotesque est que les politiques ne semblent pas s’apercevoir de la vague copie US du débat qu’ils sont en train d’infliger aux Français. C’est de la série « B » politique. La France devient un petit Far West.

    RépondreSupprimer
  16. Le scénario de 2017 est désespérant.
    Dupont-Aignan est aussi ridicule que les autres, copiant outrageusement le discours du FN tout en se drapant du drap blanc du gaullisme. Il ne peut compter que sur les bourgeois versaillais qui répugnent à voter FN.

    Personne pour créer une vraie dynamique d'espoir.

    Au point où en est la politique en France, il faudrait qu'Elise Lucet se présente pour qu'il y ait à nouveau une bouffée d'optimisme populaire.

    Qu'on fasse enfin le ménage quant à la connivence d'intérêts entre politique et milieux d'affaires. Notre pays est malade et en panne à cause de ce parasitisme.

    Mélenchon faisait bien ce constat en 2012 et avait bien démarré sa campagne là-dessus. Mais effectivement, il est trop gauchiste et colérique pour être rassembleur au delà de la gauche militante.

    C'est triste d'assiter à ce piètre spectacle quand il y a tant d'enjeux qui nous pressent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là où nous sommes d'accord, c'est que le scenario de 2017 est désespérant, puisque les principaux participants de 2012 vont se retrouver 5 ans après, alors que la France est objectivement, sans tomber dans un pessimisme décliniste, en mauvaise posture.

      Personnellement, je ne crois pas que Nicolas Dupont-Aignan soit dans une posture extrémiste ni qu'il copie le discours du FN.

      Je ne cache pas être quelque peu gêné par le discours un tantinet agressif vis-à-vis des musulmans de France développé par Nicolas Dupont-Aignan. Me rebute encore plus les délires sur l'état de droit et l'obsession sécuritaire (les projets d'internement des fichés S me paraissent totalement ridicules). Ceci étant dit, il faut bien voir que Nicolas Dupont-Aignan n'a jamais fait de ces points l'alpha et l'oméga de son discours politique d'une part, et que d'autre part son propos n'est pas non plus dénué de toute pertinence. Il faut arrêter de se raconter des histoires : l'islam de France est en chantier et il va bien falloir qu'il se plie aux lois et aux usages de notre pays, sous peine de souffrances bien plus terribles encore que ce dont se plaignent aujourd'hui les musulmans en France.

      Supprimer
    2. @Tythan,

      Je suis d’accord avec vous pour dire que le système de transport en France est de bonne qualité. Je ne suis pas un expert dans le domaine mais il me semble intéressant de construire un peu partout en France des lignes de tramway. Il peut être intéressant également de déployer des bus électriques et d’élargir certains tronçons de routes souvent bouchées.
      En Ile-de-France, je constate aussi qu’on a beaucoup de trains de banlieue et de rames vétustes et une insuffisance de rames. Cela engendre des retards et des pannes fréquents et un mécontentement des usagers. Ces dysfonctionnements doivent exister aussi dans d’autres régions.
      Sinon hors transport, M. Montebourg compte lancer un programme de rénovation thermique des bâtiments publics financé par la Caisse des dépôts.

      La mesure protectionniste de M. Montebourg c’est de réserver 80% des marchés publics aux entreprises localisées en France.

      En résumé M. Montebourg va moins loin que NDA mais il a un programme qui me semble plus bénéfique pour la France qe ceux d’Hollande, Macron et surtout que le candidat LR.
      Il fait partie des candidats pour lequel je pourrais voter à la primaire PS et au 2ième tour de l’élection présidentielle, s’il y arrive.

      EB.

      Supprimer
  17. @ Cording

    Souvenez-vous des régionales…

    @ A-J H & 1984

    Pas d’accord sur le FN. Plus de trente ans que ce parti bloque, à raison à mon sens, l’émergence d’une vraie émergence. Le FN stérilise les votes souverainistes depuis plusieurs décennies.

    @ Tythan

    Cette fois-ci, nous sommes d’accord

    @ EB

    Merci. C’est mieux que LR, sur l’économie, mais Montebourg, c’est aussi la vente d’Alstom à GE et les fondements de la loi Macron 1…

    @ Paul Emile

    Parfois, un débat émerge, c’est vrai, mais c’est bien trop rare. Vous êtes très indulgent avec MLP. Sur cette question, elle a été modérée, mais sur d’autres sujets, elle ne l’est pas…

    Bien à vous.

    @ Ribus

    Tristement juste

    @ Jauresist

    Il faudrait un grand changement en effet

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Laurent

      "Cette fois-ci, nous sommes d'accord".

      Ce que je me tues à te répéter depuis des années, c'est que le "cette fois-ci" est de trop. Sur la plupart des sujets, y compris celui de la dette publique, nous avons peu ou prou les mêmes positions.

      Supprimer
  18. @LH,

    Je ne sais comment un parti peut stériliser quoi que ce soit, puisque ce sont les électeurs qui font l'élection et qu'ils peuvent voter majoritairement pour ce parti qui ne cesse de progresser. Sauf à démontrer précisément ce phénomène, j'avoue mon expectative sur la notion.

    C'est la fausse alternance du parti en fait unique, faisant la même politique, qui stérilise le débat et les avancées dans le pays ; nous avons à ce sujet 30 ans de démonstration devant nous.

    Dès lors, et si j'essaie de tirer les conséquences de votre position ici exposée, pouvez vous indiquer, comme je l'ai évoqué plus haut - sans réponse - si vous entendez soutenir au 2nd tour le candidat opposé à la candidate souverainiste (MLP) dans cette phase finale de l'élection présidentielle ?

    Vous affirmez enfin qu'elle n'est pas modéré - en réponse à Paul Emile. Comment définit-on la notion de modération et qu'est-ce qui n'est pas modéré chez cette candidate ? Est-ce une appréciation de nature politique ? De quoi s'agit-il ?

    cordialement.

    RépondreSupprimer
  19. @Laurent, tu écris
    "Le FN stérilise les votes souverainistes depuis plusieurs décennies."

    Et qui donc, depuis plusieurs décennies, était d'après toi la figure politique du souverainisme lors des élections présidentielles et législatives?

    Je préfèrerais nettement que les pourcentages d'intentions de vote soient inversées entre NDA et MLP, mais le "combat démocratique" me semble honnête (autant qu'il peut l'être en politique), et si les français préfère MLP, je ne peux que le constater et approuver leurs choix (démocratiques).

    La question va se poser dans 8 mois, au second tour (et ensuite aux législatives) pour ceux qui, souverainistes, se bouchent le nez: abstention, vote blanc ou soutient au seul parti souverainiste présent? Moi je sais ce que je ferai au second tour, je ne m'en cache pas: évidemment NDA s'il est présent (très peu probable), MLP dans le cas contraire (très probable)

    Heureusement, il reste 8 mois pour que les patriotes réfléchissent!

    RépondreSupprimer
  20. @ LP
    Oui, je me souviens parfaitement des régionales ... et des taux d'abstention au premier comme au second tour ce qui, comme vous le savez, n'est pas le cas aux présidentielles. Chaque type d'élection est singulier. A chaque fois MLP et son parti progressent parce que sur tous les plans la conjoncture leur est favorable. Cela dit, elle n'en a pas gagné pour autant, elle n'en a que de faibles chances mais elle en a. Elle est très habile comme l'a montré l'émission de dimanche dernier sur TF1.

    RépondreSupprimer
  21. MLP a très peu de chances de remporter la présidentielle :

    "La circonstance de sa victoire serait celle d'un choix de NS à la primaire de la droite, puis de révélations supplémentaires sur les affaires qui le menacent dans la dernière ligne droite, peut-être (mais les sondages récents suggèrent que cela ne suffirait pas), un retrait ou une non-candidature( très improbable) de Macron.
    Ce serait alors cataclysmique pour le pays car FH est le seul adversaire que MLP aurait une chance, faible mais non nulle, de battre. Même en cas de victoire, elle serait ric-rac car la droite, malgré sa politique, hait FH, qu'une partie importante s'abstiendrait, qu'une minorité préfèrerait MLP à FH, surtout chauffée à blanc par le discours de NS qui est aujourd'hui, sur le plan des mots et symboles, plutôt plus extrémiste que celui de MLP."

    https://www.facebook.com/axel.kahn2/posts/933027143494666

    RépondreSupprimer
  22. "La zone euro va disparaître", selon Patrick Artus (mais sans doute pas en 2017 où la droite classique en France devrait succéder au PS et où la BCE devrait être capable d'éviter une crise financière majeure, mais pas à très long terme).

    http://www.boursorama.com/actualites/la-zone-euro-va-disparaitre-selon-patrick-artus-a-propos-de-la-necessite-de-mettre-en-place-un-federalisme-offensif-c593de57ed02c8e4c221b63cccb2c911

    Selon Patrick Artus pour compenser les inconvénients d’une monnaie unique et d’une politique monétaire unique il faudrait deux avantages dont le premier a existé mais n’est plus présent, à savoir la circulation de l’épargne aux endroits les plus appropriés de la zone, et le second le fédéralisme qui lui n’a jamais vraiment existé sauf à des niveaux trop faibles (régions riches qui payent pour les pauvres ou États riches payants pour les pauvres). Donc aujourd’hui il n’y a plus que les inconvénients de la monnaie unique et aucun des avantages.

    Néanmoins il faut relativiser cet avis car l’Euro demeure avantageux pour certains pays membres de la zone euro, l’Allemagne notamment. Si La SNCF achète des trains allemands ou canadiens et que l’Usine de Belfort doit fermer, ce n’est pas pour rien :

    http://bfmbusiness.bfmtv.com/entreprise/pourquoi-la-sncf-ne-peut-pas-acheter-des-trains-qu-a-alstom-1036196.html

    L'euro est trop fort de 6% pour la France et trop faible de 15% pour l'Allemagne, selon le FMI:

    http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/08/03/20002-20160803ARTFIG00126-l-euro-est-trop-fort-de-6-pour-la-france-et-trop-faible-de-15-pour-l-allemagne-selon-le-fmi.php

    Et en cumulant les appels d'offres européens obligatoires et l'Euro on arrive à la fermeture de l'Usine de Belfort. Ceci est la première raison pour laquelle cette usine doit fermer (Ce qui éventuellement n’en exclut pas d’autres). Ce n’est pas forcément un problème pour Alstom en tant qu’entreprise mondiale désormais qui ferme une usine en France pour en ouvrir ailleurs, aux États-Unis notamment qui eux imposent de produire sur place pour acheter des trains d’Alstom.Ce qui serait formellement interdit par les règles européennes dans lesquelles nous nous sommes fourvoyés.

    Saul

    RépondreSupprimer
  23. "Si La SNCF achète des trains allemands ou canadiens et que l’Usine de Belfort doit fermer, ce n’est pas pour rien"

    Les trains Bombardier et CAF sont fabriqués en France, donc arrêtez de dire des conneries.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour rappel, actualités du 26 août 2016.

      Les prochaines locomotives de manœuvre de la SNCF seront fabriquées par la société Vossloh, en Allemagne. Le marché de 140 millions d’euros échappe à Alstom Transport. Inquiétude palpable à Belfort.

      http://www.estrepublicain.fr/edition-belfort-hericourt-montbeliard/2016/08/26/locomotives-allemandes-a-la-sncf-un-coup-dur-pour-l-usine-alstom-transport-a-belfort

      Citations:

      « L’angoisse n’est guère dissimulée, à Belfort, chez les salariés d’Alstom Transport. La décision d’Akiem de commander 44 locomotives de manœuvre à l’Allemand Vossloh plutôt qu’à Alstom brouille l’avenir de l’usine de Belfort.
      « Nous considérons que la pérennité à court terme des établissements Alstom de Belfort et d’Ornans, ces fleurons de l’industrie nationale qui fabriquent notamment le TGV, est très gravement menacée par des choix irresponsables », lance André Farres, délégué syndical CFE-GCC à Alstom Belfort. Il compare cette décision à celle de l’armée française, en 2015, qui avait choisi Ford plutôt que PSA pour renouveler ses véhicules.

      « Nous prenons acte de la décision d’Akiem. Nous aurions construit ces locomotives à Belfort. Nous allons étudier la question de la charge de travail du site de Belfort », commente-t-on sobrement à la direction générale d’Alstom Transport
      Les 44 locomotives de manœuvre de type DE 18 (Diesel-Electrique) seront fabriquées par Vossloh dans sa nouvelle usine de Kiel Suchsdorf, dans le nord de l’Allemagne.

      Saul


      Supprimer
  24. Excellent discours de NDA ce soir à Rennes , presque un dialogue avec les gens en face de lui. Il n'est jamais aussi bon que lorsqu'il est naturel et qu'il improvise...

    RépondreSupprimer
  25. "Il n'est jamais aussi bon que lorsqu'il est naturel et qu'il improvise..."

    C'est vrai, il fait bien rigoler, plus con que lui c'est mort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toutes nos condoléances à toi et à tes proches alors.

      Supprimer
    2. En attendant, c'est à toi qu'il faut faire des condoléances, car tes espoirs en NDA sont au fond du trou.

      Supprimer
  26. @ 1984 & A-J Holbecq

    Je persiste sur la stérilisation : cela fait plus de 30 ans que ce parti fait au moins 10% des voix et il n’a jamais été en position de prendre le pouvoir, et de loin, comme l’ont montré les élections régionales, où il a perdu, de loin là où l’on pouvait penser qu’il avait une chance de gagner. Une forte majorité de Français ne veut pas de ce parti, qui stérilise donc les voix d’opposition qui se portent sur lui, sans le moindre espoir de changer quoique ce soit. Les régionales ont fortement confirmé mon analyse. Certes, le FN progresse et il est au plus haut, mais il reste très loin du pouvoir.

    Et cela ne change rien au fait, c’est vrai, que c’est la principale figure électorale du souverainisme. Mais ce parti a le don de rendre les idées qu’il touche minoritaires..

    Pas modéré :
    - « la France championne d’Europe de l’immigration » : c’est faux (au contraire, il y a en beaucoup moins que dans les autres grands pays et elle exploite les peurs.
    - Le refus de la double nationalité seulement pour les non européens…

    @ Saul

    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Laurent
      Si nous étions dans un système représentatif vraiment démocratique, le FN aurait 30% des élus en moyenne. S'il ne peut prendre le pouvoir (mais ce sera exactement pareil pour DLF et n'importe quel petit parti)c'est que la V° a un mode représentatif totalement injuste qui ne fait que maintenir en place ceux qui ont les média dans la poche.

      Supprimer
    2. La France est "championne d'Europe de l'immigration" dans la mesure où la proportion de musulmans, qui est l'immigration qui pose problème, est la plus importante en Europe, et continue à augmenter.

      Mais continuez à jouer au con, vu qu'on en est là :

      http://www.lefigaro.fr/vox/politique/2016/09/14/31001-20160914ARTFIG00305-thibault-de-montbrial-en-matiere-de-securite-le-sursaut-n-a-pas-eu-lieu-pour-eviter-le-chaos.php

      Supprimer
    3. "Une forte majorité de Français ne veut pas de ce parti, qui stérilise donc les voix d’opposition qui se portent sur lui, sans le moindre espoir de changer quoique ce soit."

      Ce sont les gens comme vous qui stérilisent ces voix, en refusant de considérer ce courant politique comme légitime et donc susceptible d'alliance électorale.

      La gauche s'est alliée avec le parti communiste en pleine guerre froide, a présenté Bousquet aux législatives de 1958 (vérifiez). Deux cas autrement plus sérieux que les quelques déclarations de Le Pen père. Et ne parlons pas du maintien de Papon comme préfet de police puis député par de Gaulle.

      Le courant politique représenté par le FN est légitime, même réduit à son étiage de 5%.
      Mais votre politique de diabolisation a conduit à ce qu'il soit à présent à 20%, parce qu'en le diabolisant vous êtes obligé de vous différencier de lui, donc de refuser des mesures de contrôle de l'immigration pourtant indispensables.
      Et vous continuez à le diaboliser, ce qui met le pays en très grand danger.

      On ne fait pas plus bête que votre position politique...vous vous en mordrez les doigt (et, ce qui est plus injuste et plus ennuyeux, tout le monde avec vous).

      Supprimer
    4. @LH,

      On en revient toujours au même point, les mots et leur définition.

      1. Vous dites :
      "Je persiste sur la stérilisation : cela fait plus de 30 ans que ce parti fait au moins 10% des voix et il n’a jamais été en position de prendre le pouvoir, et de loin, comme l’ont montré les élections régionales, où il a perdu, de loin là où l’on pouvait penser qu’il avait une chance de gagner."

      Pour stériliser la situation politique il faut soit occuper les postes exécutifs, soit occuper ou tenir idéologiquement, afin d'éviter le débat, l'espace médiatique.

      a) poste exécutif : depuis 30 ans les mêmes avec la même politique la même fausse alternance.

      b) espace médiatique : ils sont les seuls à créer le débat, avec des propositions différentes, les autres reconduisent éternellement les mêmes éléments de langage

      c) Qui stérilise quoi, quelle démonstration quant à cette fameuse stérilisation qui reste le fait de ceux qui maîtrisent et contiennent le débat aux schémas éternels. Les médias sont pro-MLP ? Lesquels ? Elle, son parti, a été à la tête de l'Elysée, eu des ministres ?

      2. Vous dites :
      "Une forte majorité de Français ne veut pas de ce parti,"

      a) Et moins encore des autres, MLP étant en tête, ce qui disqualifie l'allégation de stérilisation sur le fondement ici relevé. Les électeurs sont libres de se tourner vers elle, ce qu'ils font d'ailleurs de plus en plus ; si elle échoue à 3 %, il faudra s'interroger sur la confirmation au pouvoir en 2017 de LR-PD-UDI-EEVL... et l'élimination au 2nd de la candidate souverainiste !

      Au 2nd, soutiendrez-vous le candidat opposé à cette candidate souverainiste ?


      3. Vous dites :
      "Mais ce parti a le don de rendre les idées qu’il touche minoritaires..."

      a) une démonstration de ce processus physico-chimique ou ou électoralo-philosophico-psychologique - je ne sais trop - m'intéresserait, avec publication du protocole scientifique de l'expérience, de la démonstration.

      4. Pas modéré :
      "« la France championne d’Europe de l’immigration » : c’est faux (au contraire, il y a en beaucoup moins que dans les autres grands pays et elle exploite les peurs."
      "- Le refus de la double nationalité seulement pour les non européens…"

      Il s'agit de positions politiques, rien de plus. Sur les chiffres, qui a ces chiffres avec leur détail, de quoi parle t-on exactement ? Je n'ai pas ces chiffres, je vous laisse faire un point sur ce sujet, jusqu'alors je ne peux valider ou invalider sans éléments fiables et indiscutables, référencés. Si vous les avez, mettez les en ligne ça m'intéresse.

      Vous avez une définition de ce qu'est la modération ? C'est objectivement défini ? Je veux bien être informé sur ce point là encore.

      Cordialement.

      Supprimer
  27. http://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-francois-hollande-et-la-gauche-elimines-des-le-1er-tour-d-apres-un-sondage-7784859495

    Encore un sondage très pessimiste pour les candidats de la gauche à la présidentielle.

    François Hollande et tout candidat de gauche seraient éliminés au premier tour dans tous les cas de figure, selon un sondage BVA pour la presse régionale et Orange rendu public jeudi 15 septembre. Cette enquête teste huit scénarios d'intentions de vote avec différents candidats à gauche et à droite, mais dans toutes les hypothèses, le président de la République est largement battu, devancé par son ex-ministre de l'Économie Emmanuel Macron et même au coude-à-coude avec le candidat du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon.

    Dans tous les scénarios, la candidate du Front national Marine Le Pen et celui de la droite (Alain Juppé ou Nicolas Sarkozy ou Bruno Le Maire) parviendraient au second tour si le scrutin devait avoir lieu aujourd'hui. Dans le cas où Emmanuel Macron serait candidat et où Alain Juppé gagnerait la primaire de la droite, ce dernier se qualifierait avec 26% des intentions de vote, derrière Marine Le Pen (28%) et devant Emmanuel Macron (16,5%), Jean-Luc Mélenchon (10%) et François Hollande (9%). En l'absence d'Emmanuel Macron, Alain Juppé se retrouverait en tête avec 36%, devant Marine Le Pen (30%), Jean-Luc Mélenchon (12%) et François Hollande (11%).

    Dans le cas d'une candidature Sarkozy (et donc avec François Bayrou présent au premier tour), Marine Le Pen arrive en tête au premier tour (29,5%) devant Nicolas Sarkozy (22%) ; François Hollande se classant troisième avec 13%, à égalité avec François Bayrou et juste devant Jean-Luc Mélenchon (12,5%). Dans le cas d'une candidature Le Maire, Marine Le Pen (32%) devancerait Bruno Le Maire (16%) et François Hollande (14%), devant Jean-Luc Mélenchon (13%) et François Bayrou (12,5%). Si François Fillon sortait vainqueur de la primaire de droite, l'ex-Premier ministre se classerait aussi deuxième avec 18,5%, derrière Marine Le Pen (33%), François Hollande étant troisième ex-aequo avec Jean-Luc Mélenchon (13%).

    *Sondage réalisé par internet du 9 au 11 septembre auprès d'un échantillon de 912 personnes inscrites sur les listes électorales, issues d'un échantillon représentatif de 1.000 Français de 18 ans et plus (méthode des quotas).

    NDA n’est pas cité par ce sondage. Si Marine Lepen continue de progresser dans les sondages ça pourrait accroitre mécaniquement les chances d'Alain Juppé d'être sélectionné par la primaire de droite car c'est le candidat qui a le plus de chances de la battre au second tour. Une fois élu ce dernier pourrait s'acheminer progressivement vers le niveau de popularité de François Hollande aujourd'hui car cet européiste convaincu va appliquer des recettes qui ne résoudront rien fondamentalement.On va se rendre compte, une fois de plus, que tant qu'elle est dans l'Euro et dans l'Union Européenne la France ne peut pas s'en sortir, dans aucun domaine.

    Saul

    RépondreSupprimer
  28. Le matériel Vossloh est plus adapté aux besoins de la SNCF, c'est pas plus compliqué que ca. Le problème d'Alstom est de s'être concentrée sur le TGV, dont la France est saturée, et d'avoir délaissé le développement d'autres types de matériel. Ce n'est pas à l'usager de la SNCF, déjà très endettée, de devoir payer un surcoût pour un matériel Alstom qui ne correspond pas à ses besoins.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suppose que vous êtes aussi l'auteur du message de 19:40. Je ne vais pas passer mon temps à répondre à vos bêtises ou à d'autres sur ce forum. Si vous êtes sincère prenez la peine de vous renseigner un peu plus sur les sujets dont vous parlez.

      Saul

      Supprimer
  29. "Si vous êtes sincère prenez la peine de vous renseigner un peu plus sur les sujets dont vous parlez."

    Je me suis très bien renseigné et je peux le prouver contrairement à vous qui n'avez aucun argument. C'est le genre de crétins ignares comme vous qui constituent une catastrophe :

    http://blogs.univ-poitiers.fr/o-bouba-olga/2016/09/14/le-cas-alstom-la-question-du-sens-de-la-causalite/?utm_campaign=shareaholic&utm_medium=twitter&utm_source=socialnetwork

    http://www.france5.fr/emissions/c-dans-l-air

    http://sites.arte.tv/28minutes/fr/sabine-menet-licenciements-plans-sociaux-letat-est-il-impuissant-28minutes

    http://mobile.agoravox.fr/actualites/economie/article/alcatel-exemple-d-un-echec-typique-166149

    http://www.inventionsalarie.com/

    RépondreSupprimer
  30. "mais tous prévoyaient la fabrication des locomotives sur place"

    Comme Bombardier qui produit en France, eh oui, car pour des raisons logistiques il est plus économique de produire dans le pays où va être utilisé le matériel.

    Vossloh a axé sa stratégie sur des produits qui correspondent aux besoin de la SNCF, pas Alstom, et les coûts sont liés aux choix technologiques de production dans laquelle la France est très en retard dans la plupart des secteurs, parce que les directions des entreprises françaises sont infestées de crétins malhonnêtes et incompétents. Dévaluez tant que vous voulez, salaires ou/et monnaie-taxes, tant que l'encadrement des entreprises françaises sera nul, vous n'irez nulle part :

    https://www.research.natixis.com/GlobalResearchWeb/main/globalresearch/ViewDocument/l34gbO42oPFvbgJ9SduUSw==

    RépondreSupprimer
  31. Apparemment mon dernier commentaire sur Alstom a disparu. Peu importe finalement. Je tentais d'expliquer pourquoi le contexte national, européen et mondial est très incitatif pour une entreprise comme Alstom a produire ailleurs qu'en France.

    Saul

    RépondreSupprimer
  32. @ A-J H

    Pas d’accord sur le mode de scrutin. Je préfère sans la moindre hésitation la Cinquième République à la 4ème.

    @ Anonymes

    Libre à vous de refuser de voir que nous avons laissé entrer environ 3 fois moins d’immigrés que nos voisins depuis 15 ans, même si cela était trop.

    Mais où ai-je refuser des mesures de contrôle de l’immigration ?

    @ 1984

    Ce n’est pas le PS et l’UMP qui stérilisent les voix de l’opposition à leurs politiques, mais le FN, qui les reçoit sans pour autant rien en faire depuis plus de 30 ans. La forte majorité s’est exprimée aux régionale. Sur les idées : euro, protectionnisme, contrôle de l’immigration, frontières… Sur l’immigration, j’ai mis des liens plein de fois : taper immigration dans le moteur de recherche

    @ Saul

    Nous sommes encore loin du premier tour

    D’accord pour dire en revanche qu’Alstom devait rester français (ce que j’ai dit à l’époque) et être le fournisseur privilégié de nos services publics

    RépondreSupprimer
  33. @LH,

    1. Vous dites :
    "Ce n’est pas le PS et l’UMP qui stérilisent les voix de l’opposition à leurs politiques, mais le FN, qui les reçoit sans pour autant rien en faire depuis plus de 30 ans. La forte majorité s’est exprimée aux régionale. Sur les idées : euro, protectionnisme, contrôle de l’immigration, frontières… "

    Donc, si je vous lis bien, l'ensemble des partis minoritaires stérilisent la politique ? Pensez-vous qu'il faille supprimer les partis minoritaires ?

    Je pense pour ma part qu'il faut les maintenir et les rassembler.

    Quant à MLP, elle a déjà été à la tête de l'exécutif au 55 ?

    Par ailleurs, faudra-t-il voter en 2017 pour LR et le PS afin de sortir de l'état de stérilité du débat ? Faut-il faire chuter la candidate souverainiste majoritaire en 2017 ?

    2. "Sur l’immigration, j’ai mis des liens plein de fois : taper immigration dans le moteur de recherche"

    Pouvez-vous m'indiquer le lien précis faisant état de ces chiffres incontestés. Par ailleurs, si tout cela tient à une déclaration, j'imagine que vous n'avez plus jamais soutenu Chirac après la fameuse déclaration (1991) sur le bruit et l'odeur, non ? Là, il ne s'agit pas de chiffres il me semble.

    Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Laurent
      Qui parle de revenir à la IV °? ... pas moi.
      Plusieurs pays utilisent le système d'Hondt ou similaire, et ça fonctionne bien tout en laissant à l'opposition une plage de présence dans les assemblées . Nous aussi d'ailleurs dans certaines élections.

      Supprimer
  34. Et Henri Guaino ? Ne pourrait-il pas être le candidat qui fédérera le camp souverainiste ?
    http://www.lemonde.fr/election-presidentielle-2017/article/2016/09/09/henri-guaino-annonce-sa-candidature-a-la-presidentielle-de-2017_4995098_4854003.html

    RépondreSupprimer