lundi 24 juin 2013

Le Front National toujours en quête de crédibilité


Alors que le FN vient de faire un bon résultat dans le contexte très particulier de la législative partielle de Villeneuve sur Lot, voici un entretien que j’ai donné à Atlantico sur toutes les limites qui expliquent que le FN reste toujours sous un plafond de verre solide malgré un contexte si favorable.



Selon un sondage de l'institut CSA, 25% des Français pensent que Marine Le Pen, si elle était au pouvoir, s'en sortirait mieux que François Hollande ou qu'un candidat de droite. Si elle y parvenait, et sans accréditer la faisabilité de cette accession, Marine Le Pen aurait-elle les moyens techniques de gouverner ? Avec quelle majorité, quelle coalition ?

Tout d’abord, je tiens à souligner que le fait que seulement 25% des Français pensent qu’elle ferait mieux que le PS et l’UMP est un score finalement faible, d’autant plus que seulement 9% l’affirment avec certitude. Cela signifie que seulement la moitié de l’électorat de Marine Le Pen avait une certitude forte qu’elle pouvait faire mieux que le PS et l’UMP et l’autre moitié une certitude relative. Après un quinquennat où Nicolas Sarkozy a beaucoup déçu et une première année de quinquennat de François Hollande au moins aussi décevante, on peut considérer que ce score est un échec pour le FN étant donné que les Français n’espèrent plus grand chose du PS et de l’UMP (un sondage Harris de mars 2013 montre que seulement 24% des Français font confiance à leurs dirigeants politiques et 72% ne leur font pas confiance). Marine Le Pen n’a pas crédibilisé son discours dans des circonstances pourtant très favorables. Ce chiffre tend à accréditer l’idée d’un plafond de verre très solide, illustré par les sondages pour les européennes.

Si Marine Le Pen gagnait l’élection présidentielle de 2017, avec le système électoral actuel, le FN n’aurait aucun problème pour obtenir une majorité à l’Assemblée Nationale. Il y aurait sans doute beaucoup de triangulaires PS-UMP-FN. Et une partie de l’UMP ne résisterait sans doute pas alors à la tentation de rejoindre la nouvelle majorité avec des accords de désistement, comme cela avait été le cas en 1988 dans le Sud-Est.

Avec quelle administration ? La technostructure la suivrait-elle ? 

Une partie de l’administration pourrait bien résister, mais l’opinion publique, dans ce cas-là, soutiendrait le nouveau parti au pouvoir et n’accepterait pas que l’administration n’obéisse pas à des dirigeants démocratiquement élus. On peut imaginer qu’il y aurait beaucoup de démissions, mais le FN pourrait alors remplacer ceux qui lui auraient résisté.

Avec quelles compétences internes au parti ?

Bien sûr, aujourd’hui, les compétences du parti semblent limitées. Nénamoins, il faut reconnaître que le programme du FN de 2012, largement inspiré de ceux d’autres partis, était à la base, globalement, plutôt bien fait. Il n’avait pas grand chose à envier à ce que proposent habituellement le Parti Socialiste et l’UMP.

Cependant, il faut noter que le FN a beaucoup tergiversé sur la question du retour au franc, évoquant un temps le retour à un étalon multimétallique (or, argent, platine), comme au 19ème siècle, avant d’oublier ce point. Puis, il affirmait que le retour au franc s’accompagnerait d’une augmentation de la dette de 200 milliards mais que « ce n’était pas bien grave » du fait de la monétisation. Pire, au fur et à mesure de la campagne et de la progression de Jean-Luc Mélenchon (parti à 4% dans les sondages, ce que l’on a oublié aujourd’hui), Marine Le Pen a multiplié les promesses très coûteuses, rompant les équilibres du début de la campagne.

Certes, il y a aujourd’hui quelques têtes bien faites dans ce parti, mais on peut soupçonner qu’il manque encore largement de cadres. Et pire, ces cadres sont dirigés par une présidente dont on peut penser qu’elle n’est vraiment pas au niveau pour mettre en place un programme aussi hétérodoxe. En outre, il faut noter que les débats ne sont pas clôts sur la direction économique, qui a pris un virage à 180° avec l’accession à la présidence de Marine Le Pen. Il y a toujours de nombreux cadres qui tiennent un discours très libéral, comme Paul-Marie Couteaux, qui semble resté sur la ligne de Jean-Marie Le Pen, qui voulait baisser la tranche marginale d’impôt sur le revenu à 20% en 2007.

Bref, plusieurs problèmes se poseraient : les divergences de ligne au sein du mouvement, le manque de ressources (mais on peut penser que l’accession au pouvoir règlerait ce problème, les ambitieux pouvant alors être attirés) et surtout les limites de Marine Le Pen, dont on peut douter qu’elle soit au niveau.

Quant au programme économique du FN, qui prévoit  notamment la sortie de l’Euro, est-il applicable ? Quelles pourraient-être les conséquences de la mise en œuvre d’un tel programme ?

Bien sûr, le retour aux monnaies nationales est souvent présenté comme totalement irréaliste. Mais les personnes qui le présentent de la sorte ne sont pas sérieuses. Tout d’abord, il faut noter que pas moins de 9 prix Nobel d’économie (Hayek, Friedmann, Allais, Mirrlees, Sen, Stiglitz, Krugman, Pissarides, Sargent) critiquent ouvertement la monnaie unique et évoquent son démontage comme une possible solution pour sortir de la crise européenne, comme de très nombreux intellectuels et économistes français de renom, de droite comme de gauche (Jacques Sapir, Jacques Nikonoff, Jean-Luc Gréau, Alain Cotta, Jean-Jacques Rosa, Jean-Claude Werrebrouck, Gérard Lafay, Morad El Hattab, Florin Aftalion, Hervé Juvin, Frédéric Lordon…etc). Ensuite, il n’est pas inintéressant de constater que les personnes qui prédisent des pluies de sauterelles en cas de retour du franc n’évoquent jamais l’histoire pour soutenir leurs thèses. En effet, elle nous fournit de nombreux exemples qui démontrent que la fin d’une union monétaire entre plusieurs pays n’est ni compliquée, ni pénalisante pour l’activité, bien au contraire. Plus de cent unions monétaires ont ainsi été dissoutes au 20ème siècle et les travaux des économites sont assez unanimes sur le sujet.

Jonathan Tepper, finaliste du prix Wolfson, affirme que ces démontages d’union monétaire ont eu « un impact économique négatif limité » et que « la sortie est l’outil le plus puissant pour rééquilibrer l’Europe et créer de la croissance ». Ses travaux sont confirmés par le professeur de Berkley, Andrew Rose, qui affirme que « le plus frappant, c’est qu’il y a remarquablement peu de mouvements économiques au moment de la dissolution d’une union monétaire ». Deux professeurs de Princeton, Peter Garber et Michael Spencer soutiennent que « la plupart des sorties d’une union monétaire n’ont provoqué qu’une faible volatilité économique, leurs dissolutions sont fréquentes et elles peuvent être réalisées rapidement ». Ceci est également confirmé par l’étude du Zentrum für Europäische Integration de l’université de Bonn sur la dissolution de l’union monétaire tchécoslovaque, qui conclut qu’un démontage de la monnaie unique ne serait ni compliqué, ni cher.

Toute cette littérature nous permet de savoir précisément comment le démontage de la monnaie unique se passera (je ne vais pas développer, car ce serait trop long, mais voici un lien vers une vidéo qui l’explique). D’ailleurs, il faut être clair : tous les pays de la zone euro et les grandes banques sont très probablement déjà prêts. La zone euro a traversé de telles crises qu’il est bien normal que nos dirigeants s’y soient préparés. Fondamentalement, la monnaie unique est condamnée car des pays aussi différents ne peuvent pas partager durablement la même monnaie. La zone euro n’a rien à voir avec les Etats-Unis : nous n’avons pas la même langue, nous n’avons pas la même démographie, nous n’avons pas un vrai budget commun (ce que l’Allemagne refusera), les travailleurs sont 5 à 10 fois moins mobiles qu’aux Etats-Unis et le SMIC varie de 1 à 5. Bref, la question n’est pas de savoir si la monnaie unique sera démontée, mais quand. Dans quelques mois si la Grèce ou l’Italie devenaient ingouvernables ou dans plusieurs années.

La face sombre du parti, que l'opération de dédiabolisation du parti tend à faire oublier, finirait-elle par refaire surface dans l'exercice du pouvoir ? Sous quelle forme ? Et avec quelles conséquences ?

Il est plus que probable que la face sombre du FN réapparaîtrait, de plusieurs manières. Tout d’abord, il est probable que certains élus du mouvement auraient des liens sulfureux avec les mouvements les plus durs de l’extrême-droite. On peut penser à l’exemple d’Alexandre Gabriac, élu conseiller régional en 2010, puis exclu du FN après qu’une photo le montrant effectuant un salut nazi ait circulé. En outre, on peut toujours se demander s’il a été exclu du fait de ses idées ou du fait qu’elles soient devenues publiques. Est-il crédible que les dirigeants locaux du FN n’aient pas été au courant de ses idées ? On risquerait ainsi de se retrouver avec des députés ou des membres de cabinets ministériels qui viendraient des cercles les plus durs de l’extrême-droite.

De même, même si Marine Le Pen cherche à dédiaboliser son parti, cette année, elle a rendu hommage à Dominique Venner, ancien de l’OAS, partisan de thèses racistes. Son compagnon, Louis Aliot, a publié sur son site Nations Presse, des hommages à Bastien-Thiry, l’organisateur de l’attentat du Petit Clamart contre le Général de Gaulle. S’ils étaient au pouvoir et qu’ils persistaient dans cette voie-là, cela attirerait bien plus l’attention et provoquerait sans doute d’énormes polémiques qui révéleraient aux Français que les racines du FN actuel sont bien les mêmes que celles du FN de Jean-Marie Le Pen. Tout ceci provoquerait une immense tension dans le pays (avec des manifestations qui pourraient dégénérer) qui ferait sans doute passer l’épisode du mariage pour tous pour une aimable bluette.

Certaines mesures de son programme, si appliquées, ajouteraient encore à la tension, comme le déremboursement de l’IVG ou le référendum qu’elle avait promis sur le rétablissement de la peine de mort. Enfin, resterait la question de la ligne économique : si Marine Le Pen devait mettre en place toutes les promesses faites en 2012, cela provoquerait de gros problèmes. Enfin, même s’il faut noter que l’organisation du vote pour la présidence du Front National s’est beaucoup mieux passée que les scrutins équivalents au PS et à l’UMP (ce qui est un comble, tout de même), l’admiration que confie Marine Le Pen à l’égard de Vladimir Poutine (dont elle accuse les médias de le diaboliser) pose tout de même problème du fait des dérives autoritaires et anti-démocratiques de son régime.

65 commentaires:

  1. "contexte si favorable " ? hum
    Le FN avait devant lui une coalition de deux partis majeurs et des vieux briscards de la politique. Le candidat FN a quand même fait 7000 voix de plus qu'au premier tour et nul doute que s'il avait été en triangulaire avec l'UMP et le PS il aurait gagné !

    RépondreSupprimer
  2. Laurent , Tout à fait d'accord avec ton analyse mais en même temps ce qui se passe au FN est tout à fait normal puisqu'il est en pleine mutation, on ne peut pas le lui reprocher . En même temps tu ne peux pas lui reprocher le principe d'un referendum sur les questions sociétales c'est tout à fait démocratique! En ce qui me concerne ,je n'accepte pas la contradiction entre le fait qu'on refuse la peine de mort ( tuer un criminel) et accepter l'avortement (tuer un enfant !

    RépondreSupprimer
  3. Poutine un autocrate ? Elu et réélu trois fois - au premier tour - au suffrage universel direct ?

    Poutine s'oppose à juste raison aux desseins et velléités impérialistes de l'Empire américain et de ses supplétifs, dont nous sommes malheureusement.

    http://blog.realpolitik.tv/2012/03/bonne-nouvelle-pour-la-multipolarite/

    Poutine travaille à un monde multipolaire, contre les ambitions unipolaires et unilatérales de la ploutocratie mondialiste qui siège au sommet du pouvoir à Wall Street, et qui domine le Pentagone, c'est à dire les forces armées des Etats-Unis qui ne sont en réalité que le bras armé des intérêts de ladite ploutocratie.

    Poutine a redressé économiquement la Russie et ce de manière incontestable, elle qui sombrait dans le marasme généralisé à la fin des année 90, en tordant au passage le bras de puissants oligarques (très peu russes par ailleurs) qui mettaient en coupe réglée et dépeçaient ce pays avec la bénédiction des occidentaux, servant en cela ses intérêts géostratégiques les plus immédiats.

    Poutine est le de Gaulle russe, mais cela L. Pinsolle ne le comprend pas, puisqu'il ne comprend rien à la géopolitique sérieuse.

    S'allier à Poutine, sincère patriote attaché à ses particularismes, fier de ses racines, de son histoire et de sa mémoire, opposant résolu à l'entreprise d'éradication des différences culturelles véhiculée par la globalisation, d'atomisation des individus, d'uniformisation par la néolibéralisme consumériste marchand qu'impose les mondialistes de tout bord politiques et leur idéologie délétère, est un devoir impérieux pour tout individu attaché à la défense de ses prérogatives de souveraineté, comme au rééquilibrage au combien nécessaire de la géopolitique mondiale.

    Il serait plus que temps que vous ne le compreniez.

    http://blog.realpolitik.tv/2013/06/lappel-de-moscou-daymeric-chauprade-le-13-juin-2013/

    RépondreSupprimer
  4. D'autre part si les compétences du Front national sont limitées comme vous dites, qu'attendez-vous pour le rejoindre et crever le plafond de verre que vous semblez déplorer (un plafond de verre à près de 50% remarquez) ?

    Le Front national aurait bien besoin de vos lumières économiques, si tant est que vous vous contentiez de vous limiter vous-même à ce domaine de compétence...

    RépondreSupprimer
  5. Pas plus tard qu’hier l’un des ténors de l’UMP, Alain Juppé, interrogé sur BFM, disait que la proposition du FN de retour au Franc serait une catastrophe et donc une folie. Évidemment le journaliste qui l’interrogeait n’a pas pensé à lui demander si le fait que plusieurs pays de la zone euro sont en crise, que celle-ci est en déficit de croissance par rapport à d’autres zones monétaires, que des prix Nobel d’économie et pas seulement le FN conseillent aux pays en crise de sortir de l’euro, était susceptible de susciter quelques interrogations.

    Il y a encore 4 ans de gouvernement Hollande avant les prochaines échéances électorales nationales. Si la crise économique et sociale n’arrête pas de s’aggraver, ce qui devrait malheureusement être le cas en France, il se peut que le scrutin majoritaire aux élections législatives, loin d’être un handicap pour le Front national, lui permette au contraire de faire un véritable raz de marée électoral. Il lui a manqué moins de 4% à l’élection d’hier pour avoir un siège de député supplémentaire et il a progressé beaucoup plus que 4% en un an dans la même circonscription.

    Si le FN arrive au pouvoir en situation de crise, et pas Debout la République comme cela serait préférable, il n’y aura pas d’autre choix pour ce dernier que d’aider le FN car la nécessaire sortie de l’euro, notamment, sera une chose extrêmement délicate à gérer et à mettre en œuvre. Pour ma part je ne pense pas qu’il aura la possibilité de faire un référendum nécessitant des mois de débat à cause des problèmes de fuite de capitaux, liquidités coupées par la BCE aux banques françaises comme à Chypre, etc. si la France fait part de son intention de sortir de l’euro.

    http://www.lemonde.fr/economie/article/2013/03/21/la-bce-menace-d-etrangler-chypre_1851779_3234.html

    Saul

    RépondreSupprimer
  6. Là, c'est incroyable. Monsieur Pinsolle, vous êtes d'une mauvaise foi intersidérale.
    D'abord sur le plafond de verre solide. Celui-ci existait il y a peu et effectivement il était solide. Il permettait de faire battre un candidat FN aux alentours des 80% des exprimés.
    Dans la 3ème circonscription du Lot-et-Garonne, Jacques Chirac, représentant l'UMP, avait battu au second tour de la présidentielle de 2002, Jean-Marie Le Pen à 78,2% des suffrages exprimés. (Source géoclip, www.geoclip.fr/fr). Hier, l'UMP a gagné avec...53,7% des suffrages exprimés. C'est à dire qu'en 10 ans le-dit "Front républicain" s'est effondré. D'autant plus que le contexte n'était pas moins favorable il y a 10 ans (la crise économique nous touche depuis 1973 et non 2008, la football black-blanc-beur montrait ses défaillances avec le match France-Algérie, la délinquance explosée, l'islamisme avait frappé les WTC le 21 septembre 2001). Il convient dès lors d'analyser les résultats d'hier.
    Premièrement le FN a gagné des voix, 1000 entre les deux 1er tours en 1 an, 7000 entre le 1er et le 2ème tour en une semaine.
    Mais là n'est pas la seule clé du succès du FN.
    Secondement, il y a eu un non-choix exprimait par les électeurs de gauche dans cette circonscription qui lui est habituellement acquise. Le vote blanc a quintuplé. L'abstention a baissé entre les deux tours mais assez peu, en tout cas il n'y a pas eu mobilisation massive entre les deux tours.
    Pour faire simple, les électeurs de gauche dans une très grande partie ne font plus la différence entre un FN plus social et un UMP plus à droite.
    C'est pourquoi le "plafond de verre" s'est brisé et continu de s'émietter. Il y a 10 ans, une coalition de parti permettait de faire battre le FN à 80% en moyenne. Aujourd'hui la coalition peine a atteindre les 50% et sans mobilisation particulière des électeurs de gauche pour venir "sauver la République". Le FN atteint de tel score TOUT SEUL, sans aucun appel à reporter les voix.

    Sur le sondage des 25% de Français pensant que le FN pourrait faire mieux que la gauche et la droite. Ce sondage est tout simplement une bombe. Les médias l'ont très mal interprété. Il démontre justement que les 25% n'est qu'une base minimum d'électeurs qui mettent le FN avant la gauche, donc avant le PS, le FDG, les Verts, les extrémistes de gauche et avant la droite, avant l'UMP et l'UDI.
    Prenons l'exemple d'hier. Les sondages démontrent qu'il y a une porosité entre les électeurs UMP et les électeurs FN, notamment sur les questions d'immigration et d'insécurité. Lorsque l'on demande de choisir à un sympathisant UMP pour qui il voterait entre l'UMP et le FN, il choisirait l'UMP, forcément. Mais entre le PS et le FN, choisirait-il le PS ?
    Cet électeur est susceptible d'être en accord avec de nombreux points du programme FN mais étant encore plus en accord avec le programme de l'UMP, à la question "pensez-vous que le FN ferait mieux que le droite et la gauche" il répondrait non plutôt pas mieux que la droite.
    Le plafond de verre dans ce sondage est à chercher entre ceux qui sont certains et les autres. Or dans ce sondage, ceux qui sont certains ne représentent que 39%. En clair, plus de 60% ne rejettent pas systématiquement le FN. Le plafond de verre est donc aux alentours de 40%, ce qui est beaucoup mais très insuffisant pour réussir à faire un barrage systématique au FN. Parions que ce sont ces mêmes 40% qui considèrent comme facho les UMP et même les DLR.
    40% c'est aussi le total de sympathie qu'aurait Marine Le Pen d'après un sondage Paris-Match Ifop.

    Hugues-Charles de Tussy Saint Georges

    RépondreSupprimer
  7. Nul n'est parfait. Ce qui me gêne dans votre propos, cher Laurent, c'est que je n'arrive pas à discerner ce qui est le plus important pour vous.
    Est-ce de faire triompher vos idées économiques(auxquelles j'adhère totalement) ou bien de barrer la route de Marine Le Pen ?

    J'aurais plutôt tendance à me dire qu'elle représente un certain capital de crédibilité et de sympathie dans l'électorat et que, puisqu'elle semble nous appeler à ses cotés via le rassemblement Bleu Marine, il y a peut-être quelque chose à faire.
    Il me parait plus constructif de dire que nous pouvons nous rassembler sur des idées. Il n'y avait pas grand chose en commun entre les socialistes et les communistes en 1981, mais ils avaient compris que pour gagner il fallait avoir le même candidat.
    Le discours qui propose aux gens de voter pour les idées de Marine Le Pen mais pas pour elle me semble inaudible.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si le discours économique peut être discuté, Les idées racistes et fascistes de marine Le Pen et du FN demeurent et continuent de poser problème. Ne pas tout mélanger SVP, il existe différents discours dans ce parti dont certains restent innacceptables, de même pour les personnes, admettons qu'une discussion et possible avec l'aile Phillipot, elle ne le sera jamais avec l'aile Golnish et les nostalgique de l'OAS, ou en tout cas sans moi et une majorité de Français.

      Supprimer
    2. Là où vous avez tout faux, c'est que ce sont justement les discours économiques du FN qui divisent. La sortie de l'Euro fait peur à une partie de l'électorat non pas par "eurobéatisme" mais par peur de voir une déflation ruiner ceux qui épargnent, c'est à dire les riches et les petits et moyens retraités.
      En revanche ce que vous appelez des idées "racistes et fascistes" sont justement ces idées qui attirent au delà des électeurs FN. Sur l'insécurité et le laxisme (plutôt le partie pris) dû au Syndicat de la Magistrature, la coupure entre les partis de gauche et la masse du peuple est profonde. Sur l'immigration n'en parlons pas. Je vais être peut-être violent dans mes propos mais l'idée selon laquelle nous serions tous issus de l'immigration et métissés ethniquement et culturellement est une vaste fumisterie et les gens se rendent comptes que le rêve multiculturelle qu'on leur avait promis est un cauchemar et que le pays soi-disant depuis toujours métissé et ouvert ne ressemble plus du tout à ce qu'il était et avait toujours été. Non l'Islam n'est pas le bienvenu sur le sol français. La république a beaux être laïque, pour la masse des Français la France continue d'être catholique. Oui la France est un pays dont la plupart des gens sont blancs et il n'est pas souhaitable que d'autres ethnies nous submergent. Oui nous subissons un véritable remplacement de peuple constatable dans certains territoires perdus mais pire dans les maternités notamment d'Ile de France où les noirs, arabes et antillais représentent 60% des enfants naissant.
      Nous subissons un véritable génocide et ce ne sont pas des "principes", "des valeurs", "des grands discours moralisateurs" qui vont faire changer d'avis des électeurs qui dans leur perception des choses veulent retrouver le pays pour lequel les Résistants se sont battus.
      Vous croyez vraiment qu'un certain Charles de Gaulle s'est battu contre les Allemands afin que la France redevienne la France pour que quelques décennies plus tard ce pays soit habité quasi-complêtement par des noirs et arabes en djellaba, imposant leurs mœurs et religion et dont leur reproduction est assuré par un système social très généreux ?

      Hugues Charles de Tussy Saint Georges

      Supprimer
    3. Toujours répéter que ceux qui ont une idée ethnique de l'identité française sont, primo, des sales types (manipulant accessoirement toutes les données disponibles), mais aussi, secondo, qu'ils n'ont pas les idées françaises sur la question.

      Emmanuel B

      Supprimer
    4. Premièrement arrêtons avec ces "conceptions ethniques allemandes" et "citoyennes françaises" de la nationalité. Même le spécialiste de la question Michel Winock l'a très bien démontré, rien n'est absolu.
      Deuxièmement, "sales types" est une insulte. Voilà où des "républicains" en sont réduits. A insulter ceux qui ne pensent pas comme eux. La rééducation, elle est pour quand ? Cela ressemble fort à du stalinisme. Si vous pensez ça alors que c'est interdit de pensez ça, c'est que vous avez un problème de personnalité.
      Si le changement peuple ne vous fait rien allez donc vous balader en Saine Saint Denis constater les ravages que fait le changement de peuple dont vous ne voulez même pas en entendre parler. Si vous considérez que c'est le même qu'avant, félicitation vous un pur (et dur).

      Hugues Charles de Tussy Saint Georges

      Supprimer
    5. Sale type est, en effet, une insulte.

      Emmanuel B

      Supprimer
    6. Apprêtez-vous chez Emmanuel B à vivre dans un pays peuplé, pour un certain temps encore, par une majorité de "sales types". Mais je respecte votre avis.

      Hugues-Charles Tussy de Saint-Georges

      Supprimer
    7. Une majorité? Tss...

      L'extrême-droite qui prétend parler au nom de la majorité silencieuse a toujours du mal a se faire à l'idée qu'elle n'est qu'une composante marginale de la vie politique française, qu'elle l'a toujours été et qu'elle le restera.

      Emmanuel B

      Supprimer
    8. Je suis gaulliste. Je ne fais que répéter cette célèbre phrase "C’est très bien qu’il y ait des Français jaunes, des Français noirs, des Français bruns. Ils montrent que la France est ouverte à toutes les races et qu’elle a une vocation universelle. Mais à condition qu’ils restent une petite minorité. Sinon, la France ne serait plus la France. Nous sommes quand même avant tout un peuple européen de race blanche, de culture grecque et latine et de religion chrétienne. Qu'on ne se raconte pas d'histoires ! Les musulmans, vous êtes allés les voir ? Vous les avez regardés avec leurs turbans et leur djellabas ? Vous voyez bien que ce ne sont pas des Français ! Ceux qui prônent l'intégration ont une cervelle de colibri, même s'ils sont très savants. Essayez d'intégrer de l'huile et du vinaigre. Agitez la bouteille. Au bout d'un moment, ils se sépareront de nouveau. Les Arabes sont des Arabes, les Français sont des Français. Vous croyez que le corps français peut absorber dix millions de musulmans, qui demain seront vingt millions et après-demain quarante ? Si nous faisions l'intégration, si tous les Arabes et Berbères d'Algérie étaient considérés comme Français, comment les empêcherait-on de venir s'installer en métropole, alors que le niveau de vie y est tellement plus élevé ? Mon village ne s'appellerait plus Colombey-les-Deux-Églises, mais Colombey-les-Deux-Mosquées !"

      Le gauchisme anti-raciste bien pensant, il y en a marre. Vive la France libre !

      Vive Fernand Bonnier de la Chapelle et Paul Colette!

      Petite devinette : qui a déclaré "nous sommes un peuple de métis ?"

      Hugues-Charles Tussy de Saint-Georges

      Supprimer
    9. Être d'accord avec ces citations de De Gaulle, ne fait pas de vous un gaulliste. On peut très bien être gaulliste, avoir une certaine idée de la France, sans adhérer à cette conception racialiste. À bas l'ethno-différentialisme qui n'est fondé que sur du vent. Être français, c'est culturel, pas ethnique. N'en déplaise à De Gaulle, la très vaste majorité des musulmans en France sont assimilés. Vive l'universalisme.

      Supprimer
    10. Le voile c'est la culture française, le hallal c'est la culture française, le minaret c'est la culture française, le mouton égorgé dans la baignoire c'est la culture française, le drapeau français déchiré, la Marseillaise huée, les voitures brûlées, les bus caillassés, les policiers lynchés, les blancs discriminés, les juifs traités de sionistes, les logements sociaux accaparés, les demandes de repentances permanentes c'est la culture française ?

      Il est possible peut-être d'assimiler quelques individus mais des populations entières qui débarquent c'est impossible. Personne ne vous parle d'ethno-différencialisme ou de racialisme. Je sais bien qu'on peut être noir ou arabe et être parfaitement Français. Mais arrêtons de se mentir. Quand dans les villes de Seine-Saint Denis la majorité des habitants sont originaires d'Afrique l'assimilation est IMPOSSIBLE. C'est le peuple français qui se divise en plusieurs entités. Les Français de culture française d'un côté et les autres, les "divers".
      Ce que vous ne comprenez pas c'est que derrière des idées généreuses, "républicaines" et "tolérante" vous ne faîtes qu'accepter l'éclatement ethnique du peuple français. La Yougoslavie n'est pas qu'un fantasme. C'était l'illusion que des populations aux langues mœurs et religions différentes pouvaient cohabiter égales à égales. La désillusion a été terrible.
      Au contraire les vainqueurs de la Seconde Guerre Mondiale ont bien pris soin de transférer les populations allemandes des Sudètes et de Pologne en 1945 vers l'Allemagne. Et le résultat est là. Il n'y a pas eu de guerre inter-ethniques lors de la séparation de la Tchécoslovaquie. Il n'y a pas eu de programme "d'extermination". Les populations s'entendent même désormais plutôt bien.
      Et oui, contrairement à ce que certains pourraient croire en me lisant mal, je souhaite l’apaisement avec les populations d'Afrique et les musulmans.

      Hugues-Charles de Tussy Saint-Georges

      Supprimer
    11. Premièrement, la France est aujourd'hui laïque. Ça me semble difficile de reprocher à des gens leurs pratiques cultuelles. Donc exit le voile (qui existe chez les bonnes sœurs et chez les catholiques les plus traditionalistes comme à Saint Nicolas du Chardonnet par ailleurs). Sur le reste, il y a environ 6% de musulmans en France. Combien de musulmans sifflent la Marseillaise ? Combien de musulmans brûlent des voitures ? Combien de musulmans lynchent des policiers etc. Si 6% de 65 millions de français s'adonnaient à ces passe-temps, ça fait longtemps qu'on le saurait.

      Et je réitère vous êtes un ethno-différentialiste. Vous êtes un ennemi de l'universalisme. Votre ethno-différentialisme est basé sur du vent.

      Supprimer
    12. @ Hugues-Charles

      Tout ce que vous faites ici, c'est bien me montrer pourquoi je ne veux jamais avoir rien à voir avec des gens comme vous, profondément racistes. Merci de confirmer tout ce que je pense.

      Sur cette "citation" du Général, il s'agit de propos rapportés et non publics, qui ne sont donc pas vérifiés ni vérifiables et qui auraient été tenus dans un contexte différent. Un peu trop facile de faire parler les morts.

      Supprimer
  8. "l’admiration que confie Marine Le Pen à l’égard de Vladimir Poutine (dont elle accuse les médias de le diaboliser) pose tout de même problème du fait des dérives autoritaires et anti-démocratiques de son régime"

    Tu as fumé quoi avant de prononcer ces propos Laurent? Tu sais tout de même que si Poutine est si critiqué en Europe c'est avant tout pour ce que représente la Russie. À savoir un adversaire à l'influence américaine en Europe. Un état nation européen à l’ancienne, tout ce que rejettent les européistes. Et enfin il a une politique interventionniste sur le plan macro-économique d'autant plus emmerdante pour les européistes que la Russie enregistre des taux de croissance à la chinoise. Poutine est assez proche du comportement d'un De Gaulle que la bourgeoisie de l'époque qualifiait aussi de despote au cas où tu l'aurais oublié.

    Enfin sur tes attaques sur le FN je crois que tu joues un peu les désespérés. On peut regretter que le FN récolte les fruits de la crise, mais le fait est que DLR n'existe pas électoralement. Vous allez faire quoi aux élections 5% grand maximum? On n’a pas vingt ans devant nous pour redresser la situation, malheureusement. Le FN gagne parce qu'il est plus ancien et qu'il a une base électorale qui était déjà assez forte avant la crise. Je ne vois vraiment pas comment renverser la tendance.

    Par contre je me demande si le pouvoir oligarchique français ne va pas utiliser une éventuelle élection de Marine Le Pen pour carrément annuler le processus électoral. Je sais que cela ressemble à un mauvais scénario d'anticipation, mais ne peut-on vraiment imaginer les oligarques annuler l'élection au nom des droits de l'homme et de la démocratie ? Les élites françaises faisant appel à l'armée américaine ou à d'autres pour calmer les éventuels insurgés ? Au stade de régression démocratique auquel nous sommes confrontés, cette hypothèse farfelue de prime abord pourrait bien advenir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Parfaitement d'accord avec vous, Yann. J'ajoute que je voterai désormais pour N'IMPORTE QUI me débarrassera du parti unique ( et faux bi-partisme ) UMPS.
      Ceci dit, je préférerais, et de loin, que ce soit DLR. sinon, à la guerre comme à la guerre : ce sera le FN. ensuite on verra bien, comme disait l'aveugle ( Pardon ! Le non-voyant ).

      Sancelrien

      Supprimer
    2. Avant d'en arriver à une telle victoire électorale il faudrait un retournement d'une partie des grands médias. Donc qu'une partie des riches délaissent la mondialisation et trouvent plus d’intérêts dans la nation.
      Il faudrait tenter un deal avec plusieurs milliardaires français. Leur garantir l’intégrité de leurs biens et une rente à vie, puisqu'il n'y a que ca qui les intéresse, en échange d'un arret de leur lobbying et qu'ils abandonnent les médias. Pourquoi pas un exil pour eux et leurs biens en echange d'une exoneration fiscale a vie ca ne les dérangerait pas puisqu'ils sont des citoyens du monde, leurs prétendus investissements ne font que nous avilir. Ces quelques entorses au principe d’égalité, même choquantes, serait moins couteuses que de leur laisser le pouvoir et seraient exceptionnelles.

      Sinon des souverainistes pourraient aussi gagner si la France est financièrement ruinée et en proie a des troubles serieux. Donc lorsque l'Etat n'est plus en mesure de nourrir ses parasites politiciens et que ceux ci commencent à risquer pour leur vie. Les rats vont quitter le navire et comme en 1945 ils laisseront les patriotes desinteressés reprendre en mains le pays epuisé par la cupidité de l'oligarchie.
      Mais dès que les choses s'amelioreront quelque peu les rats reviendront allechés par la bonne tambouille. Et pour prevenir cela il faudra prevoir une republique tout à fait differente.

      Supprimer
  9. @Laurent Pinsolle,
    le FN pose à DLR avez deux gros problèmes, cher Laurent: l'un s'appelle Florian Philippot, transfuge du MRC et souverainiste patenté; et l'autre, Marion Maréchal, petite fille de Jean-Marie Le Pen, et nièce de la présidente du FN.
    En effet, le FN ratisse large et DLR est entre le marteau et l'enclume: F.Philippot tient sensiblement le même discours que NDA, avec le label FN en plus. Tandis que Marion Maréchal arrive à fédérer l'aile droite du FN (elle semblerait bien plus à droite que sa tante:ah! la radicalité de la jeunesse...) avec les éléments les plus droitiers de l'UMP. En clair, la stratégie d'attrape-tout fonctionne à plein, et bien mieux qu'avec le FN de papy Le Pen.
    Enfin, il ne faut pas oublier une chose: cela fait quasiment 30 ans que le FN est dans le paysage politique français, et le temps fait qu'il est aujourd'hui débarrassé de ses éléments les moins reluisants (ex-vichystes, ex-OAS, ex-Algérie Française, ex-Occident). D'où l'impression de normalisation du parti et surtout d'attrait pour les plus jeunes (c'est le deuxième parti des 18-25ans après le PS...).
    En clair, il faut s'attendre à ce que le FN remplace numériquement le PCF, qui pouvait compter pour environ un quart des électeurs: on ne va pas vraiment se marrer tous les jours :(((.

    CVT

    RépondreSupprimer
  10. Que Poutine ait une politique économique plus raisonnable que les gouvernements européens est un fait, que ce ne soit pas un grand démocrate et qu'il soit arrivé au pouvoir en passant par dessus un monceau de cadavres tchétchènes en est un autre.

    Non, Yann, la Russie n'est pas un état-nation à l'ancienne, elle reste une nation-empire, comme la Chine, l'Iran (à certains égards), le Soudan ou l’Éthiopie pour citer des exemples que l'on néglige toujours, obnubilés que nous sommes par l'application exclusive du concept d'impérialisme aux USA.

    Oui, nombre de pathologies du système Poutine (dans le genre alternance, on a vu mieux quand même) peuvent être contagieuses et Laurent a raison de se méfier. Cela ne veut pas dire qu'il faut diaboliser la Russie mais lui appliquer le principe de précaution (comme dit Todd à propose de l'Allemagne) est extrêmement justifié.

    Je remarque d'ailleurs que si Jacques Sapir, sans doute le meilleur connaisseur sur la question, peut louer différents aspects de la gestion de Poutine, il n'a jamais été jusqu'à en faire un dirigeant exemplaire. La comparaison avec De Gaulle est franchement injurieuse pour la mémoire de ce dernier.

    Emmanuel B

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le commentaire précédent est adressé à Yann.

      Supprimer
  11. J'ai bien peur, cher Laurent, que la théorie du plafond de verre doive être bientôt, sinon rangée au placard, du moins sérieusement corrigée. Il va falloir au minimum l'adapter au bond très prévisible que le FN va réaliser aux Européennes.

    Le grand décrochage des Français avec l'Union européenne vient d'avoir lieu, les enquêtes d'opinion le disent. Or en l'état des choses, le seul parti bien repéré des Français (ce n'est encore pas le cas de DLR, malheureusement) s'exprimant clairement en opposition à l'UE, notamment sur la question de l'euro, est le Front National.

    On sait d'autre part que les Européennes, du fait de leur manque évident de répercussions directes, sont plus propices qu'aucune autre élection à enregistrer les mouvements d'humeur de l'électorat sans soucis des conséquences (souvenons-nous du vote écolo, la dernière fois). Ou je me trompe fort, ou les prochaines ont toutes chances de se transformer en quasi-referendum sur l'Europe.

    Il apparaît dans ces conditions comme presque certain que nombre d'électeurs qui ne voteraient pas FN dans d'autres circonstances vont le faire cette fois-ci pour faire turbuler le système, comme disait Jipécé (curieusement absent des débats présents, remarquons-le).

    La cause n'est pas encore entendue. Comme vous, je ne crois pas l'adhésion au FN vraiment plus importante que par le passé. D'autre part, un mouvement inattendu peut tout aussi bien rafler la mise, comme le Cinque Stelle italien. D'autant que la grande masse des nouveaux électeurs tentés par la révolte dans le contexte actuel se situerait en temps "normal" approximativement entre le PS et le FG. Si une autre option que le FN se présentait à eux, elle aurait toutes les chances de les attirer.

    Il faut cependant bien se préparer à un score inédit du FN aux Européennes. Il sera temps ensuite de garder en tête la théorie du plafond de verre (finalement, j'y suis à peine moins attaché que vous) pour anticiper la décrue prévisible et garder les pieds sur terre. L'exemple des Ecolos encore une fois doit nous rester en mémoire.

    Emmanuel B

    RépondreSupprimer
  12. Comme ça pour rire, je suis passé voir ce que disait Quatremer sur twitter. C'est pour le moins étonnant. Jean se déchaîne contre Barroso... "Il est pour la diversité culturelle, mais made in US. Ces cons de Français ne comprennent rien", écrivait-il par exemple il y a moins d'une heure.

    Le reste à l'avenant : Montebourg n'a pas tort, il faut se protéger des Chinois, etc.

    Emmanuel B


    RépondreSupprimer
  13. Marine LE PEN, le FN, évidemment profitent de la société telle qu'elle est après les années de ce système laxiste et corrompu..
    Ce que l'on peut reconnaitre au FN, c'est sa persévérance !
    Il a été marginalisé depuis des années, diabolisé, ses électeurs éloignés des affaires, considérés comme de mauvais français, sans doute par les excès de langage de JMLP en priorité, mais aussi par la peur de son programme....
    Les temps ont passé, MLP a remplacé son père a la tête du parti, comme d'autres ont changé leur laeder. Les propos sont plus modérés... mais, on continue la diabolisation...
    Le système a lamentablement échoué dans la gestion de notre pays. Il a créé un corporatisme qui nous a conduit à la faillite, en association avec les entreprises du CAC 40, il a laissé faire la délocalisation qui a conduit au chomage. Il nous a soumis à l'europe et nous a fait perdre notre souveraineté...
    FORCE est de constater que le FN a été le premier à le dénoncer, à dénoncer l'immigration clandestine, le cout de cette immigration, les INJUSTICES vis à vis du peuple ?? à préconiser le protectionisme etc...etc...
    Debout la république est placé sur ce même créneau...Inévitablement, comme disait JMLP, les français préfèrent l'original à la copie.
    Honnêtement, continuer à diaboliser le FN, continuer à vouloir le faire passer pour un parti anti-républicain ne passe plus...
    Au contraire, il me semble que celà est néfaste pour NOUS DLR.
    Laissons ce vocubalaire au système et, à notre tour "diabolisons" le système. Ce sera sans doute plus profitable.
    J'en suis persuadé, nous devons revoir notre copie, notre scénario, nos propos.
    Je pense par exemple aux municipales, pourquoi n'avons nous pas suffisamment mis en avant nos CONDITIONS de nous allier à la droite seule, lorsqu'elle défend des valeurs locales !!! Tous ne sont pas modérés, comme tous les candidats de gauche ne sont pas nécessairement sectaires, ni même à la limite les canddats du FN ???
    Je suis personnellement dans ma commune conseiller à la constitution d'une lite d'opposition à la gauche (sectaire). Je rejette toute alliance avec un parti de droite ou de gauche ou ? je pense que ce sera difficile,
    D'ores et déjà, l'UDI pointe le bout du nez ....Il me faudra de la persévérance et de la vista ???? voire, m'éloigner car je ne veux pas entrer dans les magouilles et les combinaisons.

    RépondreSupprimer
  14. J'ai lu l'interview sur Atlantico et je n'ai pas vu d'arguments pour l'existence d'un plafond de verre idéologique. Les quelques sondages cités n'impliquent pas votre conclusion (non sequitur). À mon avis ce plafond de verre est en train de disparaître. Je repose cet avis sur les législatives de 2012, les élections partielles, le regard des militants de gauche (le NPA ne parlait que d'un choix entre deux candidats de droite dans son communiqué par exemple), les sondages sur l'alliance UMP-FN.

    J'ai peur que vous ayez adopté comme dogme le fait que le FN soit confronté à un mur idéologique. Après tout c'est à partir de cette croyance que vous justifiez le rejet du FN et le rejet d'une alliance. Que vous ayez raison ou pas sur le plafond de verre, j'aimerais avoir votre réponse sur une question : dans l'hypothèse où ce mur idéologique n'existe plus, qu'est-ce que DLR doit faire ?

    Je me pose la même question à titre personnel. Quelques éléments dans l'article d'Atlantico font assez froid dans le dos et je préférerais mille fois plus voter pour une vraie gauche, mais j'essaie de garder un certain principe de réalité. Et la réalité c'est que le FN semble être le seul à bousculer la fourmilière européiste aujourd'hui. Alors pour reprendre Lénine : "Que faire ?". Voter FN ou voter pour DLR ou le FdG (dans le cas où ils seraient plus cohérents sur l'euro) qui ne seront pas capables de changer la donner.

    RépondreSupprimer
  15. Je ne sais pas si le Front Nat. est en quête de crédibilité par contre la France ... Oui, elle est en quête de crédibilité.

    RépondreSupprimer
  16. En temps normal, le FN a un plafond de verre, mais la situation actuelle française est exceptionnellement houleuse, rumeur de coup d'état militaire, embastillement abusif d'un anti-mariage, laxisme face à certaines délinquances...la liste est longue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rumeur de coup d'état militaire???

      Supprimer
  17. Bonjour,

    Ceci est completement hors sujet mais je me demandais si vous prevoyez de parler de l'affaire Snowden, ou si vous (ou des internautes) avez des references de papiers intelligents.
    Je n'ai pas vraiment suivi ce sujet, mais j'ai l'impression que c'est peut-etre un sujet assez grave (pour la vie privee, et pour le cote geopolitique cela montre bien des pays occidentaux a la botte des USA qui n'osent pas defendre la vie privee leurs citoyens (et pourtant je ne suis pas du tout anti-americain, mais je trouve que l'Europe devrait faire respecter ses droits..)).
    Aussi, j'ai l'impression que si Snowden venait de Russie/Chine les medias lanceraient une campagne en sa faveur, tandis que la Le Monde (je ne regarde pas la tv) est tres prudent et tres USA-compatible...



    Concernant le FN, je crois que de toute facon il n'aura jamais a lui seul une majorite parlementaire, et donc c'est une voie sans issue.
    Cela va juste permettre a l'UMP/PS de continuer tranquillement.
    Au pire, ils feront de grandes coalitions comme en Italie ou All.
    Malheureusement, j'ai du mal a voir le FdG ou DLR etre majoritaire au parlement, ou construire une coalition majoritaire sur l'euro, d'ici 2017... :-(

    RépondreSupprimer
  18. Arsenal, « un coup de force est à nouveau imaginable ». Fantasme ? Assurément. Mais un fantasme nourri d’un malaise palpable dans une partie minoritaire de l’institution militaire. Le coeur de cible de cette extrême-droite, ce sont les officiers « cathos-tradis », choqués à la fois par la « rupture anthropologique » que constituerait le mariage gay et par le poids des francs-maçons dans l’entourage du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

    Mais pour mieux brouiller les cartes, les maurrassiens rêvent que « l’armée sorte des casernes pour imposer une solution politique, qui ne viendra ni des urnes, ni de la rue ». Et installer une « union nationale » de tous les souverainistes, de gauche ou de droite, dont Jean-Pierre Chevènement serait le « père de la Nation »...

    http://www.lopinion.fr/blog/secret-defense/cette-extreme-droite-qui-fantasme-coup-d-etat-militaire-752

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour la référence : très flippant!

      Supprimer
  19. Cela fait un peu discussion de bistrot, mais l'article suivant : http://info.sfr.fr/politique/articles/sarkozy-un-retour-politique-des-2015,1560715/#sfrintid=M_actu_info_mea1
    et d'autres sortis un peu partout me laissent songeur (voire paranoïaque?).

    Quelle probabilité donnez-vous à un retour de Nicolas Sarkozy en politique dans les années à venir?

    1/Hollande est une catastrophe.
    2/La dernière présidentielle a montré que NS lui collait au train.
    3/Le FN monte.
    4/L'affaire Méric montre qu'il y aura un mur "républicain" doté d'une couche d'anti-fascisme par-dessus pour bloquer le FN.
    5/Le FN a beaucoup moins de réseaux de pouvoir que ses rivaux européistes.
    6/Hollande entame les discussions pour le marché transatlantique.
    7/Fillon est laminé par les réseaux de Copé.
    8/Le calendrier géopolitique semble s'accélérer au Moyen-Orient et en Algérie avec Bouteflika sur son lit de mort. (Le Mali ouvre la porte de l'Algérie)
    9/Mélanchon peut siphonner le PS sur sa gauche.
    10/Les médias sont pro-système.

    Sarkozy pourrait:
    1/arriver sur les ruines de l'UMP tel le messie (il a tous les réseaux derrière lui) contre la menace fasciste.
    2/faire la guerre avec l'OTAN au Moyen-Orient.
    3/siphonner le programme de DLR et du FN en défendant un protectionnisme transatlantique contre la Chine, Russie, et autres ennemis de l'OTAN...
    4/achever le traité transatlantique.


    Le FN du coup ne représenterait pas vraiment un problème pour l'arc républicain puisqu'il serait bouffé par NS.

    Salutations.

    RépondreSupprimer
  20. Pas mal de secousses pour votre intervention quotidienne Laurent.
    Je partage votre avis dans l’immense majorité de vos interventions, mais là vous faites un « paquet » spécial aujourd’hui !!!

    Si il y a beaucoup de vérités dans votre article, vous tournez parfois les choses pour voir midi à votre porte.

    D’abord sur le plafond de verre : j’ai toujours été septique sur votre analyse. Je ne dis pas qu’il n’existe pas, mais l’élection d’hier (comme quelques-unes avant) devrait vous pousser à y réfléchir de nouveau. On a l’impression que vous vous auto-persuadez de son existence !
    Ensuite, au niveau économique : je ne suis pas spécialiste de la question, mais il me semble fondamental de mettre un coup de pied dans la fourmilière européiste rapidement, plutôt que de chipoter sur des détails. Pensez-vous que c’est important aujourd’hui de savoir que pépé Le Pen ait été libéral, et que sa fifille non ? Moi je pense qu’on s’en fout. Toujours sur ce domaine, si la sortie de l’euro devait se faire avec ce parti, je pense qu’ils auraient l’intelligence de faire appel à des gens compétents sur la question. Ne me dites pas que Sapir, voire vous-même, refuseriez de donner un coup de main ! Ou alors vous n’êtes pas aussi patriote que vous le dites ! Je rajouterai que ni Hollande, ni Sarkozy n’ont fait preuve de grandes compétences sur ce sujet, et qu’un bon chef est d’abord quelqu’un qui sait bien s’entourer.
    Au sujet de l’admiration de Poutine : sauf erreur de ma part, il me semble que vous aviez fait un article sur son sujet, en disant que tout n’était pas si noir (mais sans en faire un de Gaulle non plus).
    Pour les quelques nazillons traînant par-ci par-là, pensez-vous sincèrement qu’ils seront capables d’influencer la politique du FN ? De faire un « putsch » ? Un FN gouvernant serait tellement surveillé qu’il ne pourrait pas s’encombrer d’éléments perturbateurs. Et pensez-vous que des personnes intelligentes comme Couteaux ou encore Collard traineraient dans ce parti s’ils avaient un doute sur leurs projets ?
    Enfin, au sujet des Référendums sur la peine de mort ou le remboursement (ou non) de l’IVG : la belle affaire. Actuellement, les questions sociétales ne sont pas l’urgence. Et je trouve surprenant de votre part de mettre en cause un Référendum sur ces problèmes de sociétés. Ils seront aussi clivant que le mariage pour tous, mais un Référendum règle la question de la légitimité.


    Au niveau des différents commentaires, je trouve totalement hallucinant de lire que telle ou telle ethnies ne sont pas « françaises ». Loin de moi les bons sentiments politiquement corrects, mais je ne comprends pas en quoi « un noir », un « arabe », voire un martien ne pourraient pas être français. Les Antilles, la Guyane ou encore la Réunion sont françaises depuis plusieurs siècles. Et je connais beaucoup de « noirs » ou « d’arabes » qui sont bien plus patriotes et fiers d’être français que nombres de nos politiques pourtant bien blancs !!! Après, je ne connais pas bien la Seine Saint-Denis … La République doit pousser ces populations à « l’assimilation » (sans forcément manger du saucisson).

    Cordialement

    Eric

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les questions sociétales ne font peut être pas l'urgence mais elles font partie du plafond de verre. Je ne pourrais personnellement jamais voter pour un parti qui amènera à la suppression du droit à l'avortement ou a la remise en place de la peine de mort. Arrêtons le délire si le FN veut vraiment passer en tête et appliquer un programme économique alternatif il doit laisser tomber les plus extrémistes de ses militants et mettre de l'eau dans son vin sur les questions de société (y compris l'immigration...). Si on observe ce qui se passe en Grèce, on a le même phénomène à l'envers à savoir que ce genres de questions annexes(place de la religion notamment) bloque la victoire se Syriza qui pourrait pourtant probablement en devenant majoritaire sortir la Grèce de son calvaire. Il va falloir tenir un discours clair sur ces sujets, de mon point de vu la bonne approche est celle d'Asselineau par exemple qui dit que ce n'est pas le moment et que ces sujets sociétaux ne sont simplement pas a son programme et débattus par son parti. Une fois que la nation sera repartie sur de bons rails on aura tout le temps qu'on voudra pour s’étriper sur ces sujet annexes, ce n'est surtout pas le moment aujourd'hui, il y a des sujet beaucoup plus graves à régler en priorité.

      Supprimer
    2. Nous sommes sur la même longueur d'onde.
      Au sujet de l'IVG, qui remet en question cette émancipation ? On ne parle "que" du remboursement. Je pense que le sujet est beaucoup plus complexe qu'il n'y paraît (et moins populiste, si si)et qu'il ne puisse être remis en question. De toute façon, dans 5 ans, le problème sera vite réglé avec "la mutuelle pour tous" (= privatisation de l'assurance maladie).
      Sur la peine de mort, je suis personnellement mitigé sur ce sujet, et je comprends qu'en discuter peut-être clivant (de part et d'autre). Mais une élection se joue-t-elle sur ce genre de question ? Peu de chance à 20% de chômage
      Cordialement
      Eric

      Supprimer
  21. Le plafond de verre c'est comme le front républicain, un truc pour se donner à croire que le FN ne peut pas monter plus haut mais surtout pour se donner bonne conscience comme les antifascistes qui ont, comme depuis 30 ans, fait dimanche dernier leur "bonne petite manif".Le FN va encore monter parce que les mêmes causes produiront les mêmes effets.
    Si Marine Le Pen est élue Présidente en 2017 elle aura une majorité à l'assemblée nationale et la technostructure et tous les corps constitués se rallieront comme ils l'ont fait pour Pétain, elle aura été élue par le suffrage populaire. Bien sûr qu'il y aura des manifs mais ils se lasseront et la police et gendarmerie y pourvoiront éventuellement.

    RépondreSupprimer
  22. @ Anonyme

    Contexte favorable : je persiste. 24% des Français font confiance aux politiques traditionnels… Et en cas de triangulaires, pas du tout sûr qu’il ait gagné. Il n’était pas arrivé en tête.

    @ Exvil

    Ce que je dis, c’est qu’un référendum sur la peine de mort ajouterait de la tension au pays, ce qui me semble indéniable. Par delà tous les aspects humains bien évidents, j’ajoute qu’à part les Etats-Unis (qui ne sont pas une référence), la liste des pays qui la pratiquent encore ne me donne pas envie d’en faire partie. Pour moi, la vie commence à la naissance.

    @ Julien

    Vous déformez ce que j’écris : j’ai parlé (et je persiste) de « dérives autoritaires et anti-démocratiques ». Ce n’est pas parce que quelqu’un s’oppose à l’impéralisme étasunien (le terme américain est impropre) ou qu’il a mené une politique économique globalement réussie (en partie grâce aux ressources naturelles du pays, et sans remettre pleinement en cause l’oligarchie issue des privatisations) qu’il faut refuser tout regard critique sur cette personne. Je n’ai pas dit que c’est un dictateur, car il n’en est pas un mais la Russie n’est quand même pas une démocratie parfaitement fonctionnelle (cf traitement de l’opposition et des médias).

    Il y a une très grande marge entre de Gaulle et Poutine. Je ne déplore pas le plafond de verre auquel se heurte le Front National, je l’explique et je le partage.

    @ Saul

    Je reviendrai demain sur le potentiel électoral du FN. Malgré l’élection de dimanche, je ne pense pas que nous nous dirigions vers un tel scénario.

    @ Hugues-Charles

    Sur le score d’hier, j’en parlerai demain. Un petit chiffre : le candidat FN a réuni 20,8% des inscrits au second tour… Sur les 25%, ma conclusion est l’inverse de la vôtre. L’histoire jugera. 72% de Français qui pensent que le Front National ne feraient pas mieux que le PS et l’UMP, c’est un très mauvais score…

    Le discours économique du FN fait peur car MLP a été incapable en 3 ans de devenir crédible sur le sujet et de rassurer, alors qu’il y a une multitude d’éléments pour rassurer les Français sur le retour au franc, qui peuvent se trouver sur le net, ici ou ailleurs.

    Je tiens à indiquer que vous dites n’importe quoi sur le remplacement de la population, qui est une contre-vérité absolue. Voilà exactement le genre de fantasmes véhiculés par le FN et Marine le Pen. Soit dit en passant, la grande majorité des musulmans respectent nos traditions républicaines et sont parfois plus attachés à la France que d’autres.

    Votre discours illustre tout à fait les raisons pour lesquelles je ne veux jamais rien à voir avec ce parti.

    @ Cliquet

    Le plus important est naturellement de faire parvenir mes idées au pouvoir, mais pas n’importe qui. En outre, je ne pense pas que le FN sera un jour le bon véhicule.

    @ Red2

    Bien d’accord.

    @ Yann

    OK, Poutine résiste à l’impéralisme étasunien, mais ce n’est quand même pas un démocrate impeccable vis-à-vis de l’opposition ou des médias. Je ne dis pas que c’est un dictateur. Ce n’en est pas un, mais je crois qu’il est normal de dénoncer certaines dérives de son régime.

    Sur le FN et DLR, on verra bien. Je pense que les trajectoires électorales de nombreux pays européens, où les partis les plus extrêmes ont fini par s’essoufler (Italie, Autriche, Belgique) et où de nouveaux partis, plus modérés ont fini par émerger (Italie, Autriche, Belgique, Grèce). Après, l’histoire jugera.

    Si Marine Le Pen était élue (ce qui n’arrivera pas à mon sens), ils ne pourraient pas l’en empêcher (puisqu’il faudrait qu’elle ait le soutien de plus de 50% de la population).

    RépondreSupprimer
  23. @ CVT

    On verra bien. Moi, je persiste à trouver que la vague est bien faible étant données les circonstances, signe, selon moi, qu’il y a une résistance sourde de la France à ce parti et qu’il finira par être digéré, comme le PC.

    @ Emmanuel B

    Merci. Je partage complètement cette vision, qui rejoint mon discours sur Chavez par exemple. Je vais poursuivre sur le plafond de verre demain.

    @ Gilco56

    Non, le FN n’a pas été le premier à dénoncer cela et ses propos ont souvent été incohérents.

    @ Anonyme

    Je vais revenir sur le sujet car j’admets que je n’ai pas donné suffisamment d’arguments sur ce point. Je rejette le FN car je ne veux pas que des personnes comme ses dirigeants arrivent au pouvoir. Pour moi, ce sont des extrémistes politiciens qui n’en ont pas la compétence (Philippot à part sans doute).

    @ Anonyme

    Très juste. Ce serait un bon sujet. Je ne le connais pas bien, ce qui me demande plus de temps, mais je mets cela sur la liste (sans rien promettre cependant). On verra, je crois que le temps politque va accélerer.

    @ Olaf

    Cela me semble hautement improbable.

    @ Anonyme

    Mais que Sarkozy se représente. Je crois que ce serait ce qu’il y aurait de mieux pour faire turbuler le système avec toutes les casseroles qu’il a et son bilan détestable.

    @ Eric

    Je reviendrai plus précisément sur le plafond de verre demain. 2014 amènera des éléments de réponse. Sur l’économie, le problème est que MLP est incapable de progresser sur le sujet et dessert ces idées. Me faire utiliser comme un pin’s n’est pas vraiment ma vision de la politique. Sur Poutine, complètement d’accord : on est dans le gris, mais cela ne me semble pas vraiment le genre de modèle dont il faut s’inspirer. Le problème sur les liens avec l’extrême-droite, c’est que je pense que la tête du FN est pourrie (MLP et LA), cf hommages à Venner ou Bastien-Thiry… Je ne remets pas en cause un référendum sur ces sujets (encore que ce n’est pas mon souhait), mais je disais que cela contribuerait à un climat politique extrêmement tendu.

    Je partage votre dernier point.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Laurent Pinsolle,
      pour moi, je pense que le FN aura bientôt les moyens d'emm.rder la vie politique française, avec le poids politique du quasi-défunt PCF. Est-ce que ce PCF sera absorbé par l'UMP, c'est à voir, et ce ne sera pas foncièrement une mauvaise chose, car enfin, on sera débarrassé de cet infâme amalgame qui consiste à systématiquement ranger les ennemis du "camp du bien" (européiste, bien-pensants, libre-échangistes, etc...) dans celui du FN et/ou de l'extrême-droite, exactement comme vient de le faire le triste sire Barroso face à la violence philippique d'Arnaud Montebourg en assimilant toute critique de la politique de l'UE à des pratiques fascistes.
      Oui, il est temps que le FN sorte du bois afin de purger la vie politique française...

      CVT

      Supprimer
  24. Cela, c'est le seul point sur lequel je vous donne raison aujourd'hui, Laurent : le temps politique va s'accélérer.

    Sancelrien

    RépondreSupprimer
  25. Monsieur Pinsolle regardez si vous le pouvez ces vidéos.
    L'une c'est un meeting UMP et non du FN.

    http://rutube.ru/video/181801450ead0d5eb8b3a28fef9ea55d/

    L'autre c'est une vidéo de Zemmour

    http://www.youtube.com/watch?v=5sZFhEA4WsM

    Vidéos montrant des nervis d'extrême-droite antisémites et pétainistes bien sûr !

    Dire qu'il y a des musulmans patriotes aujourd'hui c'est comme dire que pendant l'occupation des Allemands il y en avait des biens.
    Mais franchement, vous avez beaucoup d'illusion sur l'assimilation des musulmans. Une poignée peut-être est patriote et assimilée mais sur combien d'assistés, fouteurs de merde et autres colonisateurs.
    Il y a eu manipulation anti-raciste dans les années 80-90.
    Grâce à Zemmour ( un Français israélite, je rappelle, démontrant par ailleurs que ce ne sont pas des types d'extrême-droite ou néo-nazes qui tiennent ces discours) la France pourra redevenir ce qu'elle est vraiment.

    Hugues-Charles de Tussy Saint-Georges

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ethno-différentialisme que vous défendez, c'est le GRECE qui l'a théorisé. Le GRECE qui est qualifié de néo-fasciste par différents historiens et chercheurs en science politique. En tenant ce genre de discours vous ne faites que recrachez des thèses de néo-fascistes qui ont tout fait pour avancer masqués. C'est-à-dire en enlevant le racisme pour un espèce de darwinisme social ethnique.

      Supprimer
    2. Qui vous dit que je défends l'ethno-différencialisme ?
      Vous me qualifiez de "néo-fasciste". Mesure recommandée par Staline de traiter tous les adversaires politiques de fascistes.

      Regardez les vidéos, au moins, et vous verrez.

      Hugues-Charles de Tussy Saint-Georges

      Supprimer
    3. Surtout je ne crois pas aux races supérieures ou inférieures mais je crois dans l'existence et la différence des peuples, j'espère que ça aussi ne sera pas qualifié de je ne sais quelle théorie fumeuse venue des éléments de langage que tout bon anti-raciste doit connaître.

      HCTSG

      Supprimer
    4. Vous êtes comme le bourgeois-gentilhomme qui faisait de la prose sans le savoir. Vous faites de l'ethnodifférentialisme sans le savoir, qui se base sur ce droit à la différence des ethnies, sur l'impossibilité d'assimiler. Deuxièmement je n'ai pas dit que vous étiez fasciste. J'ai dit que ses théoriciens sont qualifiés de néofascistes par des experts. Après le péquin moyen qui recrache des bouts d'ethnodifférentialisme comme dans votre vidéo, il sait même pas que le néofascisme existe.

      Supprimer
    5. Et Zemmour un péquin ?

      Surtout je crois en l'assimilation. Mais l'assimilation d'individus pas de peuples entiers

      « Chaque peuple est différent des autres, avec sa personnalité incomparable, inaltérable, irréductible. Si vous voulez que des nations s’unissent, ne cherchez pas à les intégrer comme on intègre des marrons dans une purée de marrons. » Et cette purée qu'elle soit européiste ou immigrationniste est la même, vouloir faire disparaître le peuple français dans des entités supranationales.

      De Gaulle, le bourgeois-gentilhomme qui faisait de "l'ethno-différentialisme" avant que le GRECE n'invente ce concept.

      Le GRECE est européiste et païen, rien que ça c'est pas possible pour moi.

      HCTSG

      Supprimer
    6. Un coup quand je parle d'ethno-différentialisme j'utilise des éléments de langage que tout bon antiraciste doit connaître, un coup c'est le GRECE qui a inventé le concept. Soyez cohérents que diable !

      Païen ou pas, vous rejoignez le GRECE sur l'assimilation, sur le droit à la différence. Vous avez parlé de remplacement de population, ça veut dire que vous excluez que les français noirs fassent partie du peuple français. Vous avez dit qu'il n'est pas souhaitable que d'autres ethnies nous submergent. Ça implique qu'il y aurait un droit à la différence pour l'ethnie caucasienne en France.

      Supprimer
    7. Il n'y a pas remplacement de population lorsque quelques noirs s'assimilent tout comme il est possible de garder la Martinique ou la Guadeloupe sans risque de changer fondamentalement la structure du peuple français.
      Je vous parle de masse. Le peuple français est majoritairement blanc c'est un fait. Et si aujourd'hui il y a des territoires où les blancs sont ultraminoritaires c'est donc que soit ils sont partis, soit les populations venus d'ailleurs se sont regroupés en nombre important. L'assimilation est impossible dans ces conditions.
      Je vous parle réalité, vous me parlez concept.
      Désolé si mon vocabulaire fait extrême-droite ou autre mais pour de belles idées on fait éclater la France et ce avec le sourire par dessus tout.

      Si vous préférez je pense exactement la même chose avec d'autres populations blanches. Si des Italiens, blancs et catholiques arrive en petite dose dans des masses de Français de culture, dans ce cas ils s'assimileront. Mais si ces Italiens arrivent en masse, ils n'auront, dès lors qu'ils sont établis, aucun intérêt à s'assimiler. C'est même le reste de la population autochtone qui s'assimilera. C'est de la sociabilité. Les gens veulent du contact social et donc ils s'adaptent aux codes culturels qui leurs permettront d'évoluer en harmonie avec leur environnement.

      Je suis stupéfait. J'avoue être soufflé. Je croyait que les 30 ans d'antiracisme béat avait fini par craquer. Je constate que l'on est renvoyé aux idéologies bizarres dès que l'on parle réalité.

      HCTSG

      Supprimer
    8. Le peuple français est majoritairement blanc aujourd'hui, mais il pourrait très bien être noir ou vert demain. Est-ce que ça vous poserait un problème même si au niveau culturel (républicains, laïcs etc.) rien ne changerait, même si cette majorité non blanche était 100% assimilée ?

      Vous semblez dire que des gens non-blancs ne peuvent s'assimiler que s'ils restent minoritaires par rapport à des blancs. Mais être français ce n'est pas être blanc, ce n'est pas une appartenance ethnique. On pourrait donc être assimilé français au contact de noirs français. Votre argument des territoires où les blancs sont minoritaires ne tient donc pas.

      Vous clamez qu'aujourd'hui il y a trop de personnes à assimiler, que ce n'est plus possible. Mais vous n'argumentez pas une seule seconde. Tout à l'heure vous parliez des non-assimilés comme des gens qui lynchaient des policiers. Aujourd'hui très peu de policiers sont lynchés. Dois-je en conclure que tout le monde s'assimile très bien alors ? Si vous voulez argumenter, il faudra avancer quelques éléments :
      - combien de personnes doivent être assimilées aujourd'hui ?
      - quels éléments sont nécessaires à l'assimilation ?
      - quels territoires aujourd'hui ne permettent pas l'assimilation ?
      Commencez par faire ça et là vous pourrez parler de réalité. Pour l'instant tous vos propos montrent que vous êtes dans le fantasme en amalgamant tout et n'importe quoi sur fond d'ethno-différentialisme. Comportement typique des gens d'extrême droite sur internet, par ailleurs, mais ce n'est probablement qu'une coïncidence fortuite.

      Supprimer
  26. C' dans l'air ce soir: le "potentiel de vote" pour le FN est de 30%, en hausse constante.

    RépondreSupprimer
  27. "Sur le FN et DLR, on verra bien. Je pense que les trajectoires électorales de nombreux pays européens, où les partis les plus extrêmes ont fini par s’essoufler (Italie, Autriche, Belgique) et où de nouveaux partis, plus modérés ont fini par émerger (Italie, Autriche, Belgique, Grèce). Après, l’histoire jugera."

    Ça demanderait à être plus finement analysé. Le FN est-il encore dans la catégorie des partis les plus extrêmes ? Ça n'a rien d'évident. J'en veux pour preuve les débats de spécialistes sur la place du FN sur l'échiquier politique ou sur son changement de nature.

    RépondreSupprimer
  28. La simple dégradation économique française exponentielle proche du basculement PIIGS est une donnée supplémentaire qui ne permet pas de comparer la situation actuelle du FN avec les périodes antérieures permettant un plafond de verre. Un retournement des taux obligataires de la France serait la bifurcation immédiate. Quand il y a aura une telle situation, les réactions françaises des corporations antagonistes qui y sont historiquement virulentes seront bien plus vives que dans le sud beaucoup moins structuré que la France sur ce point, d'où le mélange explosif qui gargouille en France.

    RépondreSupprimer
  29. Florian Philippot sur Canal+.

    http://www.frontnational.com/videos/florian-philippot-sur-canal-10/

    En comparaison de ce que celui-ci a dû entendre de la part des autres invités, laurent pinsolle c’est vraiment gentil. Il a néanmoins réussi à garder son calme (pas évident quand on essaye de vous mettre plus bas que terre) et à répondre au mieux dans le bref laps de temps qui lui a été accordé.

    Saul

    RépondreSupprimer
  30. Qu'a fait M. Philippot qui lui vaut tous ces égards et parfois les égards de tous ?

    Je ne crois pas que l'on puisse s'en tenir aux beaux/bons discours...

    RépondreSupprimer
  31. Les plafonds de verre sont comme les digues. Ils finissent par s'effondrer, surtout quand le flux et le reflux incessants des vagues les fragilisent.

    En vérité, l'observation adéquate pour l'avenir de la politique européenne est la même que celle qui s'impose naturellement pour l'euro : sa fin est juste une question de temps. Non, Laurent ?

    RépondreSupprimer
  32. @ Hugues-Charles

    Vos propos sur les musulmans sont effarants et je les condamne. Ils ont néanmoins l’intérêt de rappeler la nature du Front National et de certains de ses militants.

    @ Anonyme qui a débattu avec lui

    Merci de lui avoir porté la contradiction

    @ Anonyme

    La place du FN reste à l’extrême-droite du spectre politique

    @ Olaf

    Mais justement, vu la situation, le plafond de verre aurait du craquer en 2012 et il ne l’a pas fait, signe qu’il y a quelque chose qui cloche avec ce parti.

    @ Saul

    Il porte des couleurs politiques qui marquent…

    @ ER-DLR

    Il ne vient pas de l’extrémisme (il a soutenu Chevènement en 2002), tient un discours plus modéré et rend hommage au Général et pas à Dominique Venner. Mais la remarque sur les discours est très juste.

    @ Démos

    Comme je l’explique aujourd’hui, je suis surpris par sa solidité dans un tel contexte et cela indique, à mon sens, qu’il ne cèdera sans doute pas.

    RépondreSupprimer
  33. @laurent pinsolle
    Tu me dis que le FN n'a pas été le premier à denoncer l'immigration ? Ce sujet a tout de même toujours été son fonds de commerce, et, à été l'objet de la diabolisation !!!!
    Certes le langage de JMLP n'était pas chatié, mais il existait.
    Les roms, le communautarisme, la sécurité etc... sont venus plus tard à l'ordre du jour, je ne sais pas qui a tiré le premier, ceci dit le FN, en a aussi largement fait son programme.
    Quand au protectionisme, la présentation est différente, nous sommes pour une autre europe, le FN est pour fermer nos frontières, ce n'est pas sans nuance !! mais, la volonté est restée la même "s'occuper de la FRANCE et des FRANCAIS"

    RépondreSupprimer
  34. Je trouve un peu pathétique l'attitude de certains militants de DLR concernant le FN!!!!!!
    Cela tourne souvent à la foire d'empoigne!!!
    J'estime qu'un parti c'est avant tout des hommes pas un homme!!!
    Certes NDA, Pinsolle et quelques cadres sont contre un rapprochement et c'est leur droit mais j'espère que DLR c'est aussi la base, c'est surtout des militants!!
    NDA et Pinsolle font souvent des leçons de démocratie aux autres.
    Respectez vos militants et consultez la base pour savoir si ils sont pour un rapprochement!!!
    C'est la seule solution pour lever le doute!!!

    RépondreSupprimer
  35. @ Gilco56

    Le protectionnisme, ce n'est pas le FN, c'est un débat qui existait au 19ème siècle dans la vie politique française. Il ne faut attribuer au FN des choses dont il n'est pas le créateur.

    @ Annuaire-toile

    Pas d'accord, au risque de vous choquer je pense qu'un chef de parti n'a pas à être un pantin dont la ligne devrait être définie par des votes internes. Personne n'a intérêt à imposer une position avec laquelle il ne serait pas d'accord. On prend un chef de parti avec ses convictions.

    Et je ne crois pas du tout que les militants y seraient favorables. A quoi bon militer à DLR si c'est pour être pour un rapprochement avec le FN ?

    RépondreSupprimer
  36. @laurent pinsolle,
    je ne béatifie pas le FN, il le dit, nous le disons !!! mais je pense que le moment n'est plus de le diaboliser !! c'est le système, nous devons avoir une autre dimension. et rassembler les idées autour des nôtres et avec les autres !!!!

    RépondreSupprimer
  37. La France vient de perdre un de ses plus fervents serviteurs, résistant, patriote, et gaulliste, grand amoureux de l'Histoire de France en la personne d'Alain Mimoun.

    Mon coeur pleure de voir un de ses enfants véritablement assimilé disparaitre. Il était un exemple.

    Hugues-Charles de Tussy Saint Georges

    RépondreSupprimer