vendredi 11 juillet 2014

Arnaud Montebourg : rien que des mots, toujours des mots






Un constat très juste

Il est attendu que le ministre de l’économie développe son hostilité aux politiques d’austérité, ce qui représente un positionnement logique par rapport à tous les thèmes qu’il développe depuis plus de trois ans. Peu après sa nomination, il était assez logiquement passé de la démondialisation (emprunté à Jacques Sapir, avec une préface d’Emmanuel Todd) à la défense du « fabriqué en France » (en oubliant souvent de traduire « made in France »). Ce faisant, il défend une ligne protectionniste modérée, qui l’a poussé à réaliser une couverture fameuse où il pose en marinière et avec un appareil Moulinex.

Qu’un ministre soutienne une telle ligne démontre la progression de ces idées dans l’opinion, également défendue par des journalistes de l’Expansion, du Monde et l’Express dans le bon livre « Inévitable Protectionnisme ». Le constat est simple : l’Europe est l’idiot de la globalisation car tous les autres pays protègent leurs industries et il est temps d’être plus pragmatique et d’enfin appliquer ce qui est à la base du modèle de développement asiatique, comme même The Economist l’a reconnu alors qu’il a été fondé par opposition aux lois protectionnistes britanniques du 19ème siècle !

Le volet que devrait ajouter le ministre jeudi est totalement cohérent. De nombreux économistes progressistes dénoncent depuis des années les ravages des politiques d’austérité en Europe. On pense à Jacques Sapir, dont les calculs sur le budget 2013 à la rentrée 2012 prévoyaient la non atteinte des objectifs de baisse des déficits et une moindre croissance, ont été vérifiés par les faits. On peut aussi penser aux deux « Prix Nobel d’économie », Joseph Stiglitz et Paul Krugman, qui a consacré son dernier livre à la question. Mieux, même le FMI, pourtant l’avocat de la rigueur, a fini par reconnaître qu’elle pouvait devenir contre-productive du fait de la sous-estimation de son impact sur la croissance.

Ce faisant, Arnaud Montebourg poursuit la construction d’un discours économique alternatif cohérent en y apportant un volet budgétaire, dont il n’a pas la responsabilité, cependant, puisqu’elle a été confiée à Michel Sapin. Il pourrait même soutenir que ce discours est cohérent avec celui du président de la République, qui avait fait de la réorientation de l’Europe une de ses priorités, ce qui avait abouti à la signature d’un Pacte de Croissance au sein de l’UE peu après son arrivée à l’Elysée. En outre, son disours entretient l’espoir de l’aile gauche du PS, très tiède à l’égard du nouveau Premier Ministre.

Toujours des mots…

Ce faisant, la ligne Montebourg est comme le fameux Pacte de Croissance Européen de 2012. Les chiffres de croissance de l’année suivante ont démontré qu’il n’était que des mots, ce « pistolet à eau contre un rhinocéros qui charge » pour reprendre la formule de Paul Krugman. Car si Arnaud Montebourg parle beaucoup, non sans un certain talent, on peine à identifier ce qu’il a fait concrètement. Les chiffres du commerce extérieur ou des fermetures d’usine démontrent tous les jours que le redressement productif est resté lettre morte et que rien n’a été fait pratiquement pour défendre le fabriqué en France.

Et que dire des dossiers industriels dont le ministre s’est emparé. Sur PSA, après avoir maladroitement et malhonnêtement attaqué la gestion de ses dirigeants, Arnaud Montebourg a piteusement accepté un plan social massif et la fermeture d’Aulnay. Pire, il a permis à Dongfeng de faire une affaire en achetant 14% du capital du constructeur français pour une bouchée de pain. Idem sur Alstom, où après avoir plaidé pour une solution européenne, puis envisagé une solution française, il a fini par accepter un plan qui n’est qu’une version remise à jour du projet de rachat initial de GE, qui cède quelques miettes pour s’assurer d’emporter les beaux morceaux de l’entreprise française. Bref, les actes ne suivent pas les mots.

Si la ligne Montebourg continue à se développer de manière intéressante théoriquement, il reste tout de même effarant de constater l’énorme écart quil y a entre cette théorie et la pratique. Comment peut-il dire ce qu’il dit et laisser faire ce qu’il laisse faire ? Ce grand écart permanent fait de lui l’un des équilibristes les plus audacieux de la politique, pour le meilleur (la promotion de certaines idées) et pour le pire (une nouvelle illustration de l’incohérence et des promesses non tenues des politiques).

57 commentaires:

  1. Gilbert Perrin
    À l’instant ·

    LA FRANCE EST MORTE ....

    MONTEBOURG fait son SHOW !!!, qu'il s'attaque aux entreprises privilégiées pour favoriser la compétition, il a raison !!!!, mais qu'il favorise par ailleurs les privilèges, les avantages aux entreprises nationalisées ou protégées est ce normal ? la SNCF !!!! EDF !!!! etc...etc....
    MAIS AUSSI, qu'il ne pense pas à CONTROLER l'ETAT, quelle injustice ? SERAIS JE LE SEUL à LE DIRE que j'insiste et le répète ? POURQUOI protège t'il les services publics, leur incompétence en GESTION, leur inorganisation, les doublons etc...etc.. les INUTILES ?
    ET PUIS, ce gouvernement de MAUVIETTES, qui ne pense qu'à 2017 ? des alliances mortelles contre le CHEF de l'ETAT (que je vous le rappelle je ne défends pas du tout !). la confirmation d'un pays sans direction, sans objectif, sans opposition mais des objectifs partisans, arrivistes de tous les partis politiques qui nous proposent de vivre encore TROIS ANS dans ces conditions, leurs OBJECTIFS à TOUS étant le POUVOIR, sans PROGRAMME...
    QUELLE FRANCE : Tous des usurpateurs qui se prétendent tous gaullistes, SONT exactement le contraire de ce qu'était de Gaulle ????

    RépondreSupprimer
  2. "l’Europe est l’idiot de la globalisation car tous les autres pays protègent leurs industries"

    Ben voyons...

    Dans le même article, vanter le protectionnisme et faire référence à Stiglitz et Krugman qui sont tout sauf protectionnistes, c'est le big grand écart. Ensuite c'est la litanie sur l'industrie qui est en pleine évolution et crée de moins en moins d'emplois faiblement qualifiés. Ensuite, le c'est bien connu "tout le monde est protectionniste sauf la France".

    L'évolution de l'emploi en France et partout ailleurs c'est celle ci :

    http://www.lesechos.fr/infographie/2014-07-06-emploi-salaires/emplois.html

    Pinsolle avance en regardant son rétroviseur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "L'évolution de l'emploi en France et partout ailleurs"

      pardon mais les pays faisant du dumping salarial ou protégeant leurs entreprise de ce dumping ne perde pas leurs industries... C'est quoi votre solution de faire tous du conseil et du "care" ? On ne fait surement pas tourner une économie à partir de cela...

      Supprimer
    2. @anonyme 09:01

      Il va vous falloir réfléchir sur la notion de modernité et de progrès - très liés à ce jours à l'évolution technicienne du monde et au scientisme triomphant. Vous allez apprendre des trucs ébouriffants, du genre : les grecs ont inventé la philosophie, et ont peut-être bien épuisé le sujet, il y a de cela 2000 ans. Je vous laisse découvrir le reste...

      Par ailleurs, et pour clore rapidement le débat sur ce "libéralisme" qui semble tant vous convenir, je souhaiterais que vous me livriez une définition - mon obsession des définitions dira LP...

      La politique assume l'organisation d'une très large partie du champ humain, ce par le truchement de sociétés qui permettant de "l'administrer", et de lui conférer un sens.

      Toute politique porte donc une certaine définition de l'Homme.

      Quelle définition "libérale" ou pour "l'idéologie libérale" de l'Homme ? Vous allez voir anonyme, comment nous allons rapidement cadrer le débat, ce sans passer par des équations macroéconomiques boulversifiantes.

      Supprimer
    3. errata :
      ...les notions de modernité et de progrès...
      ...qui permettent de l'administrer...

      Supprimer
  3. Le très américanophile Montebourg est un bien aimable monsieur qui distille des mots en faisant de larges gestes : une sorte de Ministre du divertissement productif.

    RépondreSupprimer
  4. Georges

    NDA vaut pas mieux que Montebourg et le gouvernement actuel, tous sont complètement à côté de la plaque, UMP, PS, FDG, DLR, FN...

    Incapables de voir les évolutions en cours, regardant le présent avec les lunettes du passé :

    http://blog.tcrouzet.com/2014/06/03/jai-un-travail-je-cherche-un-revenu-de-base/

    RépondreSupprimer
  5. Défendre, argumenter le protectionnisme et ne rien faire est renforcer le FN et DLR. Peut-être attend-t-il l'effondrement du PS pour prendre la tête de la gauche?
    jard

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Montebourg est aimable, mais s'il avait la dimension d'un grand politique, cela se saurait. Député de la IV ème, Ministre d'appoint au sein d'une post démocratie dirigée par Bruxelles, le costume est à la taille. Au-delà, soit ce saut du divertissement potache à la grande politique d'indépendance, c'est totalement improbable. Ne pourrait-il pas se reconvertir dans le cinéma ? Popeye dans les bronzés 4, en remplacement de Lhermitte ?

      Supprimer
  6. France - Sondage ‪#‎caché‬ stupéfiant.
    aïe, aïe, aïe.... ‪#‎infos‬ qui font très mal !
    C’est un véritable bouleversement d’opinion chez les Français.
    On comprend pourquoi le Gouvernement et la Presse ‪#‎musellent‬ cette information.

    Sondage "caché", une véritable bombe !

    La ‪#‎publication‬ des résultats de l’enquête annuelle publiée chaque année dans le Monde, menée par l’institut Opinionway et le Centre de Recherche Politique de Sciences Po, intitulé "Baromètre de la confiance politique".

    C’est la 5e édition mais, pour la première fois cette année, le 13 janvier, la presse n’en a dévoilé que 41 pages sur 84.
    Cela a mis la puce à l’oreille de Valeurs actuelles qui s’est demandé ce qu’ on voulait nous ‪#‎cacher‬, et s’est procuré les résultats de l’ enquête, qu’elle publie dans son n° 4026 (de Valeurs actuelles).

    Les résultats sont ‪#‎stupéfiants‬, c’est un séisme politique.
    En voici le résumé fidèle :
    1 ) - 75% des Français ne font plus confiance à l’État, ni à la république.
    2 ) - 88% rejettent catégoriquement les partis politiques.
    3 ) - 87% jugent que Hollande n’a pas l’étoffe d’un président, ça c’est moins étonnant.
    4 ) - 61% sont prêts à manifester, alors qu’ils n’étaient que 30% en 2010 !!
    5 ) - 71% ne font pas confiance aux syndicats.

    Mais la ‪#‎stupeur‬ :
    - 50% ne croient plus à la démocratie et souhaitent avoir à la tête du pays "un homme fort qui n’a pas à se préoccuper du parlement ni des élections".
    Traduction en clair :
    un roi ou un dictateur, ou du moins un pouvoir personnel fort ??
    12% souhaitent même que l’armée dirige le pays !
    C’est du jamais vu depuis 200 ans et ça montre la crise où ces gouvernements d’énarques coupés des réalités du pays, et d’hommes politiques profiteurs de droite ou de gauche ont plongé le pays.

    ‪#‎Sans‬ surprise :

    1 ) - 36% placent Sarkozy en tête,
    2 ) - 34% Marine Le Pen, tous les autres hommes politiques de tous bords sont très loin derrière.
    3 ) - 67% pensent qu’il y a trop d’immigrés en France,
    4 ) - 50% sont pour le rétablissement de la peine de mort (ils n’étaient que 35% en 2011).

    Quelles que soient les réflexions que nous suggèrent ces résultats, on voit en tout cas à quel degré de crise profonde nous a mené la politique de ces dernières décennies.
    Quant à l’UMP, si elle veut revenir au gouvernement, elle ferait bien d’en tirer les leçons : les Français ne veulent plus être gouvernés par les énarques, ils aspirent à un changement radical.

    Fantastique :
    Enfin la FRANCE ‪#‎réagit‬ . C'est bon à faire savoir car ça redonne le moral et l'espoir(Valeurs Actuelles n° 4026, page 19).
    Photos du journal
    Sondage caché stupéfiant aïe, aïe, aïe.... infos qui font très mal ! C’est un véritable boulevers...

    MOI, en tous cas çà me conforte dans ma " façon e penser !!!" les partis politiques traditionnels : NON !!! de la DEMOCRATIE, de l'ORDRE, de la JUSTICE et, de l'EGALITE
    Gilbert Perrin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Copier-coller du site d'extrême-droite "Riposte laïque".
      Ce sondage n'est nullement "caché au public" (!), (http://www.cevipof.com/fr/le-barometre-de-la-confiance-politique-du-cevipof/les-resultats-vague-5-janvier-2014/); et donne quelques éléments intéressant de réflexion sur la montée en flèche du pessimisme.
      Seulement je ne vois dans les 84 pages aucune mention de l'"homme fort". "Riposte Laïque" prend-elle ses désirs pour la réalité, ou sinon où a-t-elle trouvé ce résultat ???

      Supprimer
  7. Montebourg, malgré ses bonnes intentions, fera partie du naufrage socialiste en 2017 à moins que lui et ses amis ne comptent sur l'UMP et le FN pour se maintenir au pouvoir. Sinon le naufrage sera au moins équivalent à celui de mars 1993 voire pire puisqu' avec le FN de MLP qui leur prend toute la thématique "de gauche" le PS coulera pour de bon parce qu'ils ne savent pas que les partis sont mortels tels le PC, les Radicaux, très puissants sous la III et IVè République. Dans moins d'un an nous en aurons une idée avec les élections régionales alors qu'en septembre le PS va perdre le contrôle du Sénat.





    RépondreSupprimer
  8. Il y a de fortes chances que Montebourg nous fasse une "Chevenement 2002" en se presentant en 2017 (avec Hollande dans le role de Jopsin, Juppé dans celui de Chirac et Marine dans celui de son pere).

    Si cela arrive, j'espere bien que vous le soutiendrez. En tout cas, il aurait tres probablement mon vote.

    Talisker.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mots suffiront-ils à faire oublier qu'il est ministre de l'économie durant une période où l'effondrement de l'économie française se fait de plus en plus flagrant?

      Je reconnais qu'il y peut pas grand chose et que les décisions sont prises au-dessus de lui mais alors il lui fallait en tirer les conclusions.

      A mon avis, Montebourg a raté sa chance lors de l'affaire Mittal. Il aurait pu alors claquer la porte avec fracas, prendre la tête du MRC et récupérer le parti de gauche au moment des municipales.
      Et un gros score aux européennes aurait pu lui permettre de faire alliance avec DLR dans l'optique de 2017.

      Là il va se retrouver tout seul, sans formation politique derrière lui, avec une cote de popularité bien entamée par son association avec Hollande.

      Si on y ajoute sa manière de parler façon grand-bourgeois, c'est un miracle qu'il va lui falloir...

      Et aussi, voter pour lui s'il est en mesure de s'imposer est cohérent.
      S'il est à 5% dans les sondages, la question est alors de se demander sur quoi débouchera sa candidature.

      Supprimer
    2. Talisker, vous prenez vos désirs pour des réalités ! Montebourg n'est pas favorable à la sortie de l'euro, et son discours sur la baisse des charges reste du néolibéralisme pur jus. Il prend des postures pour se préserver de la débâcle du PS, mais cela reste des postures. Bref aucune chance qu'il représente quoi que ce soit d’intéressant en 2017, contrairement à Chevènement en 2002 qui avait, lui, un discours vraiment alternatif.

      Supprimer
    3. Vu la situation d'effondrement actuelle, tant nationale qu'internationale, une personnalité politique avisée devrait se préparer à des élections présidentielles avant 2017.
      Plus ça va, et plus je doute que cette échéance puisse se dérouler selon le calendrier prévu.

      Olivier

      Supprimer
    4. @ J. Halpern. Complètement d’accord, Montebourg est un clown, antipathique de surcroît, uniquement capable de faire parler de lui en usant de grosses ficelles. Du vent, du vide, du creux garanti « fait en France ».

      Supprimer
    5. Personne ne veut de Juppé au poste, pas même les juppéistes à mon avis, enfin s'il en reste. Juppé, s'il est choisi, garantira le vote de 85 % des militants UMP en 2017 et de zéro % du reste de l'électorat de droite - si le terme droite a encore un sens aujourd'hui.

      Supprimer
  9. Le problème c'est la politique monétaire, et les US l'ont compris depuis belle lurette :

    http://www.washingtonpost.com/blogs/wonkblog/wp/2012/12/12/michael-woodford-on-the-new-fed-policy/

    Ensuite, trop de rentes en France, taxis, médecins, pharmaciens, notaires et nombre d'autres secteurs :

    https://scontent-b.xx.fbcdn.net/hphotos-frc3/v/t1.0-9/10487185_10203343457440706_8379600040244958195_n.jpg?oh=897f0e13c2de8d5f3a9b7ceec5d9d441&oe=543B82E3

    RépondreSupprimer
  10. Montebourg reste tout de même bien plus intéressant que NDA :

    http://alternatives-economiques.fr/blogs/chavagneux/2014/07/11/l%E2%80%99alternative-montebourg/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Votre lien confirme qu'il n'y a rien à attendre de l'insipide Montebourg !

      Beaucoup plus intéressantes sont les réflexions de Mélenchon sur son blog. Empêtré dans la dégénérescence accélérée de ses alliés : l'europhilie des pseudo-communistes et le délire gauchiste, il cherche de nouvelles solutions.

      ""L'indépendance nationale, gage de la liberté des décisions des citoyens français, est hélas le thème honni des libéraux et des gauchistes qui s'accordent pour en faire une variante du chauvinisme [...]. J'ai la ferme intention de faire entrer ce débat à gauche." [La vie hors de Sarkozy et du foot]

      "Le Front de Gauche est inaudible [...] parce qu’il a été instrumentalisé pour des alliances et accords qui le situent dans le camp du système. Les sénatoriales n’arrangent rien, bien au contraire ! Suivez mon regard. De son côté, l’extrême-gauche incarne le sectarisme et donc l’impuissance [...]. On sait quelle leçon essentielle nous en avons tirée : une mise à distance concrète et sans concession avec le système ! [Au début de l'été]

      Mélenchon brasse beaucoup d'air, mais ces propos sont nouveaux et créent une passerelle intéressante. Il lui reste cependant à concevoir l'existence de "républicains de l'autre rive"...

      Supprimer
    2. @ Anonyme le 11 juillet à 13:16.
      "Montebourg reste tout de même bien plus intéressant que NDA". Vous êtes un comique, qui s'ignore.

      Supprimer
  11. J. Halpern

    Mélenchon en proposant une sortie de l'Euro a un boulevard devant lui, il est peut être en train de le comprendre, à moins qu'il ne se contente de sa place de tribun vociférateur comme JMLP en son temps sans aucune envie de gouverner.

    RépondreSupprimer
  12. @ Gilco56

    Il faut protéger le service public de l’énergie et du transport ferroviaire.

    @ Anonyme néolibéral

    Je vous renvoie à mes compte-rendus de livres qui montrent que la pensée de Krugman et Stiglitz évolue sur le libre-échange : ils sont de plus en plus critiques. Et même The Economist a reconnu que le protectionnisme est un élément clé du modèle de développement asiatique. Mais bon, si vous préférez fermer les yeux…

    @ Georges

    Bon résumé que le « divertissement productif »

    @ Anonyme

    J’ai déjà parlé du revenu de base sur ce blog

    @ Jard et anonyme

    Je ne crois pas qu’il pense que le PS s’effondrera. Au pire, un passage dans l’opposition. Et je persiste à penser, que, malheureusement, dans le contexte actuel, ils ont une chance de repasser en 2017

    @ J Halpern

    Merci pour la réponse à Gilco, à Talisker et à l’anonyme

    @ Talisker

    Je n’y crois pas. Son discours marque une inflexion préoccupante (papier à venir). Je sens chez lui le même cynisme que Sarkozy quand on voit ce qu’il a laissé faire pour Alstom…

    @ Bip

    Il restera à la soupe

    @ Olivier

    Le pouvoir est trop bon pour eux. Ils s’accrocheront

    RépondreSupprimer
  13. Pinsolle

    Ce n'est être néolibéral que de dire que le protectionnisme est une mesure stupide pour la France. Le protectionnisme sectoriel ne peut être utile que pour les PED pas pour les pays développés, c'était la thèse de List. Vous êtes incapable de vous rentrer ça dans le crâne. Tout ce que vous avancez ce sont des anathèmes primaires.

    http://www.blogg.org/blog-81005-date-2010-04-27-billet-_un_protectionnisme_educateur_est_il__d_actualite_-1189478.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De plus vous êtes totalement incapable de comprendre que près de la moitié des métiers actuels vont être automatisés, encore plus dans l'industrie. Vous allez vous protéger comment de ça ?

      En mettant des barrières douanières ? Vous avez au moins 50 ans de retard avec vos mesures complètement périmées pour un pays développé en voie d'automatisation de la production..

      Le protectionnisme actuellement ne peut avoir d'effet positif que pour les PED, principalement leur agriculture.

      L'UE pratique une politique de protectionnisme agricole à coups de subventions qui est désastreuse pour les pays africains.

      Gadrey est surement un dangereux libéral :

      http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2014/07/10/s%E2%80%99opposer-a-l%E2%80%99ape-europe-afrique-de-l%E2%80%99ouest/

      Supprimer
    2. Personne n'a prétendu je crois que le protectionnisme était une panacée, et vous avez raison sur le fait que l'automatisation détruit plus d'emplois industriels que les délocalisations. Mais il reste que le protectionnisme éducateur reste adapté aux nouvelles industries, comme les panneaux solaires, et qu'on peut protéger temporairement la réorganisation de branches plus anciennes. Il ne doit évidemment pas s'agir d'une politique systématique, mais de mesures ciblées cadrées par une stratégie industrielle. Et surtout la principale protection doit être un taux de change permettant l'équilibre commercial.
      Gadrey n'est peut-être pas néolibéral, mais c'est une autruche ! Il prétend dans votre lien est que l'économie française n'est pas en déclin, qu'elle n'a pas de problème de concurrence de la part de pays plus avancés. Or la France est absente de la plupart des industries du futur, hormis peut-être le nucléaire ; et la plupart des analyses convergent pour regretter la médiocrité de sa spécialisation internationale (cf. le rapport Gallois, même s'il en tire de mauvaises conclusions). Gadrey ne conteste pas la solution, il nie le problème !

      Supprimer
    3. Le nucleaire et encore... la France avait une belle opportunité de prendre de l'avance avec la surgénération qui est même compatible avec le Thorium. Mais c'était sans compter Jospin et Voynet qui en fermant Superphenix ont supprimé un argument fort de l'industrie française et un gisement d'emplois pour des generations futures.

      Supprimer
    4. @anonyme néolibéral

      La meilleure des mesures, pratiquée partout, tout le temps. Et partout, tout le temps, l'ouverture sans frein des marchés, a conduit à la catastrophe. Je ne comprends pas comment les néolibéraux peuvent encore la ramener après l'étendue du désastre de leur théories économiques (Chili, Argentine...), théorie sans aucun lien garantie avec le réel, il suffit de voir 2008, et bien d'autre chose. On dirait ces hauts dignitaires du parti communiste qui, quelques semaines avant la chute, flattaient le bilan de leur économisme de papier. L"économie politique a échoué, dans les grandes largeurs. L'idéologie de l'argent est un anti-humanisme militant qui réifie le monde. Avec le libéralisme contemporain, tout devient chose, marchandises, dans un grand bain de taylorisation du monde. Médecins de Molière !

      Supprimer
  14. J. Halpern12 juillet 2014 12:35

    C'est la stratégie du patronat français souvent nullissime qui explique en grande partie son mauvais positionnement hors coût, une mauvaise politique de l'apprentissage et le drainage de l'épargne vers l'immobilier, le protectionnisme ne changera rien à ça, ni aucune dévaluation salariale ou monétaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous répondez à côté de la question. Le propos n'est pas de tresser des louanges au patronat français, mais de le soumettre à des incitations plus favorable à la reconstruction de l'industrie.

      Supprimer
  15. @ anonyme fonctionnaire (13 h 29) Vous ne manquez pas de souffle ne faites tout de même pas supporter à ceux qui supportent déjà les charges exhorbtantes à cause de VOUS !
    Ne faites pas supporter le non fonctionnement de l'éducation au sujet de l'"apprentissage, l'éducation nationale nullle en propective, en connaissance des besoins du monde du travail
    Le protectionisme ne changera rien, alors cesser de vous approvisionner dans les grandes surfaces importatrice de produits de mauvaise qualité alimentaire ou autre ??? tueuses à la fois du commerce local et, des petites et moyennes entreprises de production locale, les SEULES CREATRICES d'EMPLOIS PRODUCTIFS, dites le à votre gouvernement préféré !!!!
    du BON SENS monsieur, çà ne tue pas !!!!

    RépondreSupprimer
  16. J. Halpern12 juillet 2014 16:44

    C'est reconnu que le protectionnisme est incitateur et pas du tout créateur de rentes...

    RépondreSupprimer
  17. J. Halpern12 juillet 2014 16:44

    Le maintien et la montée en gamme allemande ou suisse ne doit rien au protectionnisme.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Concernant l'Allemagne au moins, revoyez votre histoire !

      Supprimer
  18. J. Halpern12 juillet 2014 16:44

    "Gadrey ne conteste pas la solution, il nie le problème !"

    Vous même, comme Pinsolle, DLR et tous les protectionnistes nient totalement le problème de l'automatisation croissante de la production matérielle et immatérielle. Vous n'en parlez tout simplement jamais, c'est de l'ordre du refoulé total. C'est tout simplement ahurissant d'être aussi aveugle sur l'évolution des processus de production.

    Hexis

    Quand on appliquera le protectionnisme que vous appelez de tous vos vœux, faudra pas vous plaindre des résultats et vous regretterez les temps actuels qui vous paraitront un paradis perdu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "l'automatisation croissante de la production matérielle et immatérielle" : vous êtes une fois encore hors-sujet !

      Supprimer
  19. Pinsolle et Hexis

    C'est vraiment grotesque et vous décrédibilise complètement de taxer de néolibéralisme quelqu'un qui vous avance des faits et arguments, vous n'avez aucune chance d'avancer en diabolisant vos contradicteurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "quelqu'un qui vous avance des faits et arguments"... qui ???

      Supprimer
  20. @ Anonyme

    Des anathèmes primaires, nourris des pensées de Maurice Allais, Jean-Luc Gréau & Co… Et la réalité est dans les nuances de gris, l’UE ayant choisi une couleur proche d’une extrême.

    Mais l’Allemagne, le Japon, la Corée du Sud et les Etats-Unis se protègent. Plus de 95% des véhicules vendus au Japon en Corée ou au Chine sont fabriqués dans le pays…

    Au contraire, c’est suicidaire pour les pays dits développés étant donnés qu’il y a des pays où le SMIC est inférieur à 100 euros par mois.

    @ J Halpern

    Merci pour les réponses.

    @ Hexis

    Merci

    RépondreSupprimer
  21. Il faut pas tout mélanger. Le protectionnisme est efficace contre les délocalisations et la désindustrialisation, pas contre l'automatisation.

    Nous devons lutter contre les délocalisations et la désindustrialisation, cela implique un minimum de protectionnisme au moins sur le plan monétaire. Cela ne nous dispensera pas de prendre aussi des mesures contre les effets de l'automatisation, d'où les débat actuel sur le revenu de base universel.

    La France conservera un intérêt légitime à avoir les usines dont elle a besoin chez elle plutôt qu'à l'autre bout du monde ou du continent même quand elles seront automatisées complètement et n'embaucheront plus aucun ouvrier.

    Ivan

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Se pose la question de la répartition des bénéfices et avantages tirés de la productivité, de l'automatisation dans l'entreprise et, plus largement, dans la société.

      Supprimer
  22. "l'automatisation croissante de la production matérielle et immatérielle" : vous êtes une fois encore hors-sujet !

    Vous n'abordez jamais le sujet, l'automatisation n'est pas du tout hors sujet, c'est au cœur du sujet. Vous n'avancez aucune argumentation, vous êtes dans le déni complet de l'évolution des modes de production, ce qui correspond à une catastrophe de la pensée. Pinsolle est un nigaud benêt comme son nigaud de mentor NDA qui psalmodie ses mantras comme un moine abruti du nationalisme. Pour lui tout se résume à la bagnole sans trop savoir quelle est la part de la valeur ajoutée provenant de Chine, ni de savoir si la production ne concerne essentiellement que la Chine. Avec le protectionnisme, l'essentiel de la valeur ajoutée des bagnoles chinoises sera chinoise, encore plus que maintenant. Le marché des biens industriels en croissance concerne les pays émergents, les pays développés sont saturés, le protectionnisme n'apportera rien de plus. Vous êtes des démagogues irresponsables.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Formuler une critique est intéressant, alors que faire une proposition est constructif, mais beaucoup plus exigeant. Il est beaucoup plus aisé d’injurier et de se disqualifier soi-même d’autant que « la bave du crapaud n’empêche pas la caravane de passer ».

      Supprimer
  23. J. Halpern12 juillet 2014 21:40

    Vous êtes tellement aveugle que vous ne vous rendez même pas compte que la production française est sous robotisée par rapport à l'Allemagne ou au Japon. Vous défendez l'industrie, mais vous êtes totalement inculte dans ce domaine, vous n'y avez jamais travaillé, vous n'avez jamais produit un clou, jamais innové dans l'industrie. Pinsolle non plus, vous racontez des conneries concernant des domaines où vous n'avez aucune expérience de terrain.

    RépondreSupprimer
  24. On peut même soutenir que la concurrence de la main-d’œuvre bon marché de Chine et d'ailleurs a ralenti le processus d'automatisation dans les vieux pays industriels, particulièrement la France.

    Une politique plus protectionniste aurait poussé les industriels à moderniser leurs usines plutôt qu'à les déménager à l'étranger.

    Ivan

    RépondreSupprimer
  25. Ivan

    "Cela ne nous dispensera pas de prendre aussi des mesures contre les effets de l'automatisation, d'où les débat actuel sur le revenu de base universel."

    Pinsolle et Halpern ont complètement occulté le sujet, donc ils sont incapables de gérer cette évolution productive inéluctable qui va rendre leurs lubies de plus en plus ridicules. Ce pauvre Pinsolle paranoïaque envisageait d’interdire les caisses automatiques de supermarché, c'est vous dire toute la profondeur de sa stupidité.

    La plupart des clients de supermarchés seraient ravis de ne plus faire la queue à une caisse manuelle et passer à une caisse automatique pour ne plus s'emmerder à perdre du temps dans une queue. Mais non, Pinsolle va décider que les caisses manuelles c'est bien et que y perdre son temps c'est bien. Ce type est idiot, ses recettes sont idiotes.

    RépondreSupprimer
  26. L'automatisation détruit-elle plus d'emplois dans des pays désindustrialisés ou dans des pays fortement industrialisés?

    Les usines qui s'automatisent sont bien celles qui n'ont pas disparu?

    Est-ce que la production industrielle (contrairement à l'emploi) dépend de l'automatisation?

    Comment se porte la production industrielle en France? Comment évolue-t-elle?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si les réponses aux 2 dernières questions sont non puis mal, je dirais que l'automatisation n'est pas le problème numéro 1 de l'industrie en France.

      Et que des mesures protectionnistes (ie faire en sorte que la concurrence soit un peu plus loyale), au moins sur le plan monétaire, s'imposent.

      Supprimer
    2. Les réponses sont oui, et foxconn en Chine investit massivement dans les robots, comme l’Allemagne ou le Japon. La France est complètement à la traine sur ce plan et ses usines disparaissent comme neige au soleil. Un agité inculte comme NDA ou Chevènement n'en parleront jamais, ces types sont des fossiles de l'économie, ils n'y connaissent rien. Ils sont l'équivalent de Gamelin. Et dire que des guignols comme NDA ou Pinsolle se revendiquent de de Gaulle, c'est franchement à mourir de rire. Ces mecs sont totalement à la ramasse et ne comprennent rien à rien. De Gaulle devrait leur faire un procès tellement ils salissent sa pensée qui n'a jamais été celle du conservatisme calcifié, de Gaulle était un moderne, pas une grenouille de bénitier dévote comme Pinsolle ou NDA.

      Supprimer
  27. "Une politique plus protectionniste aurait poussé les industriels à moderniser leurs usines plutôt qu'à les déménager à l'étranger."

    Non, le protectionnisme entraine des rentes désincitatives au détriment d'autres secteurs nationaux qui auraient pu être un relai de reprise. Le protectionnisme dans un pays développé ne fait qu'entretenir les canards boiteux, vaches en fin de maturité, en phase descendante au détriment des jeunes pousses encore fragiles mais prometteuses qui ne trouvent plus de financement car tout est absorbé par le maintien en survie artificielle de secteurs dépassés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne parlais pas de cette sorte de protectionnisme qui consiste à subventionner un secteur ou une entreprise privée au détriment des autres à la manière de la PAC ! J'ai toujours été contre pour les raisons que vous citez. Et je trouve honteux que des agriculteurs africains soient acculés à la faillite par la concurrence déloyale des produits européens subventionnés.

      Je parlais d'une politique monétaire qui serait au service de l'économie française et pas allemande, mais cela est impossible dans le cadre de l'Euro car l'Allemagne pèse beaucoup plus lourd et il est donc normal que ce soit elle qui décide, et naturel qu'elle le fasse en fonction de ses intérêts.

      Ivan

      Supprimer
  28. Le progrès technique, doit être stimulé, par une politique ambitieuse de recherche et d'investissement et par l'aménagement ponctuel des conditions de la concurrence (protectionnisme éducatif). Il s'agit non seulement de conserver l'activité, mais surtout le savoir-faire. Ses effets sur l'emploi devraient normalement (si nous avions une politique de croissance) être compensés par l'emploi de la main d'oeuvre dans d'autres secteurs et/ou la réduction du temps de travail.
    On peut aussi protéger des domaines comme l'agriculture, pour des raisons d'indépendance nationale (mais cela n'impose pas le dumping des exportations dont ont été victimes les pays africains).

    "le protectionnisme entraine des rentes désincitatives" Parfois, oui. Et parfois son utilisation à bon escient permet de développer une branche industrielle nouvelle que la concurrence aurait étouffé. Votre formule ne tient que si la concurrence est le seul mode efficace d'organisation - or ce n'est pas le cas : elle fige les avantages comparatifs, détruit les services publics et rend le pays dépendant de l'extérieur. Il faut donc doser dans chaque cas les avantages et les inconvénients - l'économie ressemble parfois à la médecine.

    RépondreSupprimer
  29. Pour saisir l'évolution de l'emploi, il s'agit de réaliser que les secteurs porteurs sont de nouveaux alliages qui ne correspondent plus aux anciennes catégories. Voir par exemple la courbe p.13 qui montre que la part manufacturière décroit mais manufacturier que la part Industrie + services aux entreprises est stable, les catégories changent :

    http://www.xerfi.com/XerfiSynthese/Xerfi-synthese-7

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Anonyme 13 juillet 2014 09:08

      Ah, si seulement la vie fonctionnait comme dans les livres d'économie... heureusement non ... et puis de quelle réalité font véritablement état les livres et théories économiques ?

      Quand on pense que sur un nombre de données circonscrites rationnellement, comme pour la météo, on arrive à produire des calculs qui au-delà de 7 jours grand max n'ont plus aucun sens... que penser des modélisations et formalisations pseudo-scientifiques des modèles macro-économiques... de l'économie "matheuse" en général...

      Supprimer
  30. Anonyme13 juillet 2014 16:15

    Vous pouvez toujours essayer l'astrologie, si ça vous parait mieux...

    RépondreSupprimer